Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesDébats2022Histoire comparée des G...

2022

Histoire comparée des Guyanes (XVe-XXIe siècles) : Construction d'une historiographie propre à l'espace guyanais

A Comparative History of Guyanas (15th-21st centuries): Constructing a Historiography Specific to the Guyanese Area
Jean Moomou

Résumés

Une histoire et/ou une anthropologie comparée(s) des Guyanes ne saurait être une expérience intellectuelle, épistémologique, méthodologique, heuristique et historiographique aisée, ce, au regard de la complexité géographique, physique, humaine et sociopolitique de la région. Il en est de même pour son passé aux temporalités multiples qui s’entrecroisent et qui oscillent entre, d’une part, les projets politiques des métropoles coloniales respectives ; de l’autre, l’histoire singulière de chaque colonie et les relations entre elles. Les Guyanes apparaissent comme des espaces de « frontières » : frontières naturelles, frontières géopolitiques, frontières socio-politiques, frontières ethniques, frontières raciales, frontières linguistiques, frontières culturelles. Entreprendre, par conséquent, une étude historique comparée invite à jongler entre ces différentes échelles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ce qui interpelle tout chercheur qui tente d’aborder le passé de cet ensemble géographique, situé au Nord-Est de l’Amérique du Sud, c’est le manque d’ouvrages de synthèse sur les cinq Guyanes. Toutefois, une histoire et/ou une anthropologie comparée(s) de ce territoire ne saurait être une expérience intellectuelle, épistémologique, méthodologique, heuristique et historiographique aisée, ce, au regard de la complexité géographique, physique, humaine et sociopolitique de la région. Il en est de même pour son passé aux temporalités multiples qui s’entrecroisent et qui oscillent entre, d’une part, les projets politiques des métropoles coloniales respectives ; de l’autre, l’histoire singulière de chaque colonie et les relations entre elles. Les Guyanes apparaissent comme des espaces de « frontières » : frontières naturelles, frontières géopolitiques, frontières socio-politiques, frontières ethniques, frontières raciales, frontières linguistiques, frontières culturelles. Entreprendre, par conséquent, une étude historique comparée invite à jongler entre ces différentes échelles, à manipuler plusieurs opérations.

2Ce constat résulte de nos propres investigations dans quatre circonstances : d’abord, par le biais de deux articles publiés dans le Dictionnaires des Amériques (2016) ; ensuite au détour d’une conférence inaugurale effectuée lors de la journée d’études, « Géographies de l’esclavage sur le plateau des Guyanes : Mobilités, héritages, discours », à l’Université de Guyane (2018) et lors de nos enseignements en masters consacrés aux Guyanes. La lecture d’ouvrages qu’implique la réalisation de telles activités nous a permis de mieux appréhender la question qui nous intéresse ici. Le constat est doublé d’une enquête ethnographique que nous avons menée auprès de Surinamiens, de Guyanais, de Brésiliens ainsi qu’auprès de nos différents étudiants sur ce qu’ils connaissaient de l’histoire de cette région. L’enquête s’est déroulée sur la place du marché de Belém et d’Oiapoque (Brésil), de Cayenne et de Saint-Laurent-du-Maroni (Guyane française), d’Albina et de Paramaribo (Surinam), de Corriverton (Guyana), mais aussi en milieu scolaire et universitaire pour la Guyane française et les Antilles (Martinique et Guadeloupe). La Guyane française, concentrant des originaires de la plupart des pays du plateau des Guyanes (et depuis la Covid-19, des Vénézuéliens), nous avons pu également interroger les ressortissants de ces pays en question en vue d’obtenir davantage d’informations. Au total, ce sont plus de 150 personnes, toutes catégories confondues, qui ont été consultées, entre 2016 et 2021. Le résultat montre un déficit réel de connaissance.

3L’article envisage d’une part, une réflexion historique plutôt théorique sur les manques de l’historiographie et leur impact dans les sociétés guyanaises contemporaines. D’autre part, sur les conditions dans lesquelles pourrait s’écrire une histoire des Guyanes en s'attaquant au préalable à la construction d'une historiographie critique et comparatiste propre à l'espace guyanais. Faire ou écrire une histoire comparée des Guyanes, comme pour tout sujet relatif à un fait historique d’un des pays qui forme les Guyanes, invite le chercheur à manipuler deux opérations contradictoires : poser les fondations et faire la toiture. Autrement dit, il doit fabriquer ses propres instruments de travail pour faire sa recherche. Il est question aussi du bilan historiographique en matière d’histoire comparée et des perspectives.

Un espace en cours de construction

Qu’entend-on par plateau des Guyanes ?

  • 1 La Condamine, Charles-Marie de, Relation abrégée d’un Voyage fait dans l’intérieur de (...)
  • 2 Humboldt, Alexander de et Bonpland, Aimé, Voyage aux Régions Equinoxiales, Paris, (...)

4Le plateau des Guyanes ou bouclier guyanais est la région comprise entre les fleuves Orénoque, Amazone, Rio-Negro et l’Océan Atlantique. Elle s’étend sur environ 2 millions de km2. Un territoire faiblement peuplé, 3 254 491 d’habitants, en 2011. La majorité de sa population vit dans les villes de la côte. Parmi les particularités de cette région, il faut souligner l’unité géologique, géographique et climatique (avec toutefois de légères nuances suivant la proximité de l’Océan et une continentalité similaire). En 1715, La Condamine avait écrit que « Guyane désigne les territoires formant une nouvelle Mésopotamie formée par l'Amazone et l'Orénoque liés entre eux par la rivière Noire »1. Il délimitait ainsi le territoire d'une façon définitive puisque ni Humboldt2 ni ses successeurs ne l’ont contesté.

5Néanmoins, les limites géologiques et géographiques (définition naturelle), voire géopolitiques (héritées du discours colonial) qui circonscrivent le plateau des Guyanes, que Charles Marie de La Condamine (explorateur et scientifique français), Alexandre de Humboldt (naturaliste, géographe et explorateur allemand) ont appelé la « Grande île », sont-elles pertinentes au niveau anthropologique, socio-culturel et historique ? Une question qui peut être posée dans la mesure où les frontières géologiques et géographiques n’intègrent pas suffisamment la dimension humaine, socio-culturelle ; ne prennent pas non plus en compte les dynamiques historiques (mobilités, circulations, interactions empiriques, transferts) dans la grande région. Ces échelles ne devraient-elles pas être prises en compte pour mieux mettre en perspective l’étude de cet espace et de son passé ? La frontière de cette « Grand île » est circonscrite par l’Amazone et l’Orénoque. Nonobstant, commence-t-elle réellement à l’Orénoque ; longe-t-elle l’Amazone et s’arrête-elle au niveau du Rio Négro (trait d’union entre Orénoque et Amazone) ? Qu’en est-il de l’autre rive de l’Orénoque ou de l’Amazone ?

  • 3 Noucher, Matthieu, Laurent Polidori (dir.), Atlas critique de la Guyane, Paris, (...)
  • 4 Santos-Granero, Fernando, Slavery & Utopia. The Wars & Dreams of an Amazon (...)

6Les données archéologiques et ethnolinguistiques relatives aux sociétés amérindiennes, par exemple, abolissent ces frontières géographiques qui circonscrivent cette « Grande île » au Nord-Ouest et au Sud. Il en va de même pour l’histoire politique qui est aussi une donnée à prendre en compte. À titre d’exemple, avant d’acquérir son autonomie en 1843, Amapá était rattaché en 1822 à la province du Pará dont la capitale est Belém, située sur l’autre rive du fleuve Amazone. De plus, les découvertes récentes3 ont montré que ce n’est pas l’océan Atlantique qui longe les côtes des Guyanes, mais le fleuve Amazone. Que dire de l’Amazonie péruvienne4, de l’Amazonie colombienne ou encore de l’Amazonie équatorienne ? Hormis l’archéologie, la linguistique, la botanique peut aussi être convoquée. Cette dernière peut remettre en question les frontières géographiques des Guyanes. À titre d’exemple, le palmier (Euterpe oleracea) et ses multiples usages trahissent la délimitation géographique originelle attribuée à cette « Grande île ». Cet arbre est aussi bien présent dans les cinq Guyanes qu’au Pérou, en Colombie et en Equateur. Le fruit qu’il produit est consommé par les habitants de ces deux pays. Comme dans les cinq Guyanes, ses feuilles servent également de couverture de la toiture d’habitation. Ses rondins sont utilisés comme de planches pour les murs pignons, etc. On peut relever aussi la localisation de villages au bord des rivières.

  • 5 Huyghues-Belrose, Vincent, “Pirogue des Indiens” et “Navigation en Guyane”, in Corzani (...)

7Plutôt que des ruptures, ces frontières naturelles ne sont-elles pas des discontinuités ? Pour comprendre la géographie et l’histoire des Guyanes, région qui dispose d’un réseau hydrographique important, il faudrait presque observer les éléments en remontant les fleuves frontières (Orénoque, Essequibo, Maroni-Lawa-Itany, Oyapock, Amazone, etc) et leurs affluents, mais également les rivières qui se trouvent à l’intérieur de chaque territoire (Suriname, Cottica, Tapanahoni au Surinam ; Berbice au Guyana ; Mana, Approuague en Guyane française ; Araguary, Macario dans l’État d’Amapá, Trombetas, Cunina, Parou, Jari, etc), sans quoi, le chercheur omettrait sans le vouloir certaines réalités propres à cet espace. Ces cours d’eau, habités (pour la plupart) par des populations amérindiennes ou marronnes en Guyane française et au Surinam, des orpailleurs, par exemple, redéfinissent en permanence les frontières politiques héritées de l’époque coloniale. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, et même encore durant la première moitié du XXe siècle, ces fleuves et ces rivières, voire des criques ont formé des réseaux intérieurs de communications. La plupart débouchaient sur un réseau littoral de cabotage à court et à très long rayon d’action que les colonisateurs français ont utilisé, par exemple, pour communiquer avec le Surinam et avec l’Oyapock et jusqu’à Macari5. Une telle étude invite le chercheur à parcourir en pirogue le territoire, mais aussi à pied, à l’instar des explorateurs (Alexandre Rodrigues Ferreira, Jules Crevaux, Henri Coudreau, Richard Schomburgk, Walter Roth) et des missionnaires (Antonio Vieira, Jules Brunetti, Willem Ahlbrinck, Richard Abbenhuis), de l’ingénieur géographe, Jean Hurault en Guyane française ou encore des anthropologues (Claude Lévi-Strauss, Robert Jaulin, Pierre et François Grenand, etc).

  • 6 Ballof, Daniel, La déportation des Indochinois en Guyane et les Établissem (...)
  • 7 Le Tourneau, François-Michel, L’Amazonie : Histoire, géographie, environne (...)

8L’histoire des Guyanes apparaît comme celle d’un espace façonné d’abord par les sociétés amérindiennes qui se divisent en trois groupes linguistiques (Arawak, Karib, Tupi-guarani) puis par les puissances coloniales et les Africains mis en esclavage, et selon les territoires, par des travailleurs sous contrat venus d’Asie ou d’Europe (migrants volontaires ou déportés6). En d’autres termes, l’étude de ce territoire ne peut se comprendre sans convoquer l’espace et l’histoire, et inversement. La récente contribution7 du géographe François-Michel Le Tourneau, sur l’Amazonie brésilienne, illustre parfaitement cette relation féconde entre l’histoire et la géographie. Il existe également un lien entre le milieu naturel et les hommes ainsi que les femmes qui y ont élu domicile. En guise d’illustration, les lieux choisis par les populations amérindiennes et marronnes le long du Maroni pour implanter des villages ou pour pratiquer les activités agricoles ont une relation avec l’environnement. On ne saurait comprendre la localisation du village Sipaliwini des Amérindiens Tiriyo à la frontière entre le Brésil et le Surinam si nous ne prenons pas en compte le réseau fluvial (Parou, Jari, Courantyne, Tapanahoni, etc). Par conséquent, dissocier l’espace et de l’histoire paraît difficile. Le chercheur passerait à côté de certaines réalités. À titre d’exemple, les Wayana et Wayampi sont arrivés tardivement en Guyane déclenchant des guerres qui se soldent avec une dominance des Wayana et Wayampi dans cette région au détriment des peuples sur place qui sont morts ou absorbés par les derniers. Ces déplacements se sont déroulés principalement à pied et on peut aussi faire une comparaison avec les « coureurs des bois » du Canada.

  • 8 de Vilhena Silva, Gutemberg, « Litiges transfrontaliers sur le plateau des Guyanes, en (...)
  • 9 Ce sont les descendants de marrons du Surinam qui habitent en Guyane française, notamm (...)
  • 10 Lettre des kapiten boni du Maroni au Préfet de la Région Guyane, 18/10/21.

9Sans concepts géographiques et politiques bien établis, la démarche scientifique ne semble possible en histoire. Ces disciplines obligent le chercheur de façon correcte à poser ce que nous entendons par les Guyanes : l’appropriation politique d'une portion de l'Amérique du Sud par un État qui a fait reconnaître ses frontières par ses voisins et la communauté internationale et qui tente, à l'intérieur de ces frontières, d'établir sa souveraineté. Il suffit de s’intéresser, par exemple, à la question des frontières géopolitiques8 (document 1), à la fois continentales et maritimes, héritées de l’époque coloniale et contestées par les États devenus indépendants. Ainsi, le Venezuela réclame au Guyana le territoire situé à l’Ouest de l’Essequibo. Le Surinam revendique au Brésil une terre qui se trouve à l’Ouest du fleuve Courantyne. Ou encore, la République du Surinam réclame à la France la zone Est de la rivière Itany (lieu d’implantation du Parc Amazonien). En 2020, les îles du fleuve Maroni-Lawa-Itany ont fait l’objet de discussions et de négociations entre la République française et la République du Surinam. Comme en 1892 et 1915, les deux États ont pris en compte les intérêts des groupes socio-culturels qui habitent le long de ce fleuve-frontière. Par ailleurs, les chefs coutumiers businenge9 ont transmis aux autorités françaises, par le biais d’un courrier officiel10, leur souhait, que nous résumons en trois points : 1- la loi-frontière doit prendre en compte la/les manière(s) d’habiter les lieux et les frontières ethniques jadis établies, 2- application et respect de la loi coutumière ; 3- non privatisation des îles du Maroni-Lawa-Itany.

Document 1 – Territoires contestés dans les Guyanes

Document 1 – Territoires contestés               dans les Guyanes

Source : Jules, Hansen, La France équinoxiale. Voyage à travers les Guyanes et l'Amazonie, Challamel Ainé, 1887. (site manioc.org/gallica.fr).

Disparité de perception de l’espace héritée de l’historiographie coloniale et des dynamiques nouvelles

  • 11 Ales, Catherine et Michel Pouyllau, “La conquête de l’inutile. Les géographies imagina (...)
  • 12 Herrera y Tordesillas, Antonio de, Historia General de los Hechos de los Castellanos e (...)
  • 13 Helman, Albert, De Foltering van El Dorado, een ecologische geschiedenis v (...)
  • 14 Cette question a fait l’objet d’une formidable production historiographique de la part (...)
  • 15 Debien, Gabriel, « Un Nantais à la chasse aux marrons en Guyane (octobre-d (...)

10Les Guyanes, au sens large, identifiées à l’Eldorado11, ont fasciné les entrepreneurs de colonisation des XVIe et XVIIIe siècles. En découle la disparité de perceptions que révèle l’historiographie coloniale. On note la perception des Espagnols (Guyane vénézuélienne avec l’État de Delta Amacuro, de Bolivar et d’Amazonas, Trinidad). Toutefois, cet espace impérial hispanique pouvait englober tout le plateau des Guyanes, désigné sous le nom de Nouvelle Andalousie. Antonio de Herrera y Tordesillas définissait déjà vers 1601, les limites géographiques que les Espagnols attribuaient à cette région. Il indiquait dans son Histoire générale des Voyages des Castillans que « (…) la governacion de Serpa, que llamá la nueva Andaluzia, y en lengua de Indios la Guayána, conforme a los terminos señaladores desde la isla Margarita hasta el rio Marañon, triecentas leguas al Oriente, y otras tantas Norte (…) »12. La perception lusophone des Guyanes est la Guyane brésilienne, désignée ainsi depuis bien longtemps, mais dont l'ensemble est en fait administrativement rattaché à plusieurs unités comme le « Territorio Federal de Amapá, l'État du Rio Branco, le Territorio Federal de Rio Negro avec également une petite superficie administrée par l'état de Para »13. Dans la perception portugaise, ne pourrait-on pas inclure le territoire de la Guyane française dans la mesure où cette colonie française, en représailles à l'invasion française du Portugal (qui refuse d’appliquer le blocus continental), menée par Napoléon Ier, a été occupée14 par les Portugais, entre 1809 et 1817 ? Ces derniers ont introduit, par exemple, près de 2 000 esclaves du Pernambouc15.

  • 16 Bennassar, Bartolomé, La América Española y la América Portuguesa: Siglos (...)
  • 17 Hartsinck, Jacob, Beschrijving van Guyana of de Wildekust in Zuid-Amerika, Amsterdam, (...)
  • 18 van den Bel, Martijn, et Lodewijk, Hulsman, Les Hollandais à Cayenne : la présence (...)
  • 19 Chaitram, Singh, Guyana: Politics in a Plantation Society, Praeger, New Yo (...)

11Aux considérations ibériques16 des Guyanes, d’autres lectures existent, comme celle des Hollandais17 : Curaçao ; Surinam (1667-1796, puis depuis 1816 jusqu’à l’indépendance en 1975) ; actuel territoire du Guyana avec la colonie d’Essequibo (1616-1814), de Berbice (1627-1831) et de Demérara (1752-1815) ; Guyane française18 (1655-1676) ; le Brésil hollandais ou Nouvelle-Hollande (région du Nord-Est du Brésil), entre 1624-1654. La perception britannique et française organise aussi l’histoire socio-économique, politique et culturelle du plateau des Guyanes. La britannique concerne le Surinam (1595-1616, 1643-1645, 1650-1667, 1796-1799, 1804-1816) ; les colonies (Essequibo en 1814, Demérara en 1815 puis Berbice en 1831). Les deux premières se réunissent en 1784 pour former une seule colonie. Berbice formera, avec les deux premières (Essequibo et Demérara), en 1831, la Guyane britannique, désignée aussi sous le nom de Guyana19. À ces territoires, la Guyane française, colonisée par la France, a été occupée, à plusieurs reprises, par les Britanniques (1778 et 1783, 1785 et 1788).

  • 20 Poulalion, Jean-Louis, Histoire du Surinam des origines à l’indépendance, (...)
  • 21 Parue récemment sur cette période ancienne de la Guyane, la contribution d (...)

12La française, quant à elle, s’articule autour de la Guyane française, appelée également France équinoxiale pour les Parisiens et Cap du Nord pour les Normands. Elle a été colonisée définitivement par la France à l’issue de plusieurs tentatives : 1604, 1626-1643, 1648, 1652, 1657-mai 1665, 1666-1667, mai 1676, décembre 1676). La couronne française avait aussi une influence au Surinam. Le sieur Henri de Chantail a installé des colons français à Berbice (1636-1645) et à l’entrée du fleuve Saramaca (1630-1633). Champeaux, alias Chambaut20 (Guillaume Prempain), les a implantés à Surinam et au Maroni (1634-1654). En 1645, une partie des colons déserteurs de Rémire (Guyane française) s’installent au Surinam21. Des colons français ont ainsi joué un rôle dans la fondation du Surinam. D’ailleurs, Fort Zeelandia a été construit par des colons français vers 1640. En 1671, Cornelis van Aerssens van Sommelsdijk, premier gouverneur du Surinam (1683-1688), y arrive avec plusieurs centaines de réfugiés protestants français. À son appel, beaucoup de Huguenots de France et des îles viennent peupler le Surinam. Sommelsdijk leur distribue des terres et le nombre de plantations de canne passe, d'une cinquantaine à cent trente, entre 1683 à 1686.

  • 22 Hrodej, Philippe, Jacques Cassard. Armateur et corsaire du Roi-Soleil, Rennes, Presses (...)
  • 23 Voir aussi l’implantation des Normands au Brésil : J., Hemming, Red Gold. The conquest (...)
  • 24 Coudreau, Henri, Les Français en Amazonie, Paris, Imp. Alcide Picard, 1887, p. 133.

13Les interdictions et les menaces se sont multipliées, à Cayenne, pour limiter la désertion vers Surinam des engagés, des soldats et des marins, protestants ou non, jusque vers 1740. Les mémoires de l’ingénieur du Roi, François Fresneau, en témoignent. Jacques Cassard22 (marin-marchand, originaire de Nantes, corsaire du Roi-Soleil) tente avec sa flotte de piller le Surinam, en octobre 1712. La présence23 française dans le Brésil colonial (document 2) est attestée durant la période allant de 1500 à 1615. À titre d’exemple, la ville de Saint-Louis du Maragnan (São Luís) a été fondée, en 1612, par les Français. Le nom a été donné en l’honneur du roi Louis XIII. La France explore, à la fin du XVIIe siècle, le territoire de l'Araguary. Lors du traité d'Utrecht (1713)24, le roi Louis XIV cède le bassin de l'Amazone aux Portugais. Toutefois, la frontière séparant définitivement la Guyane du Brésil n’a été effective qu’au début du XXe siècle (1901).

Document 2 – La présence française dans le Brésil colonial (1500-1615)

Document 2 – La présence française               dans le Brésil colonial (1500-1615)

Source : Laurent Vidal, « La présence française dans le Brésil colonial au XVIe siècle », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 34 | 2000, mis en ligne le 01 août 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/6486 ; DOI : https://doi.org/​10.4000/​cal.6486.

14À ces différentes considérations, il faudrait ajouter celles des populations urbaines, mais aussi celles qui vivent à l’intérieur des Guyanes, le long des fleuves et des rivières, en particulier. Il s’agit, par exemple, des Amérindiens et des Marrons qui ont leur propre représentation de l’espace. La territorialisation de leur identité en porte la marque. En témoignent les contributions des archéologues (Stéphen Rostain, Gérard Migeon, Martijn van den Bel), des géographes (Stéphane Ayangma, Frédéric Piantoni pour la Guyane française ; Florent Kohler, Bruce Albert, Michel Le Tourneau pour le Brésil amazonien), des anthropologues (Ronny Velasquez, Esteban Emilio Mosonyi, Berta Pérez pour le Venezuela ; Pierre et Françoise Grenand, Damien Davy, Gérard Collomb, Jean Chapuis, Marie Fleury sur les Amérindiens de la Guyane française ; Richard et Sally Price, Thoden van Velzen, Diane Vernon sur les Marrons du Surinam), des socio-anthropologues (Marie-José Jolivet sur les Créoles et les Marrons réfugiés en Guyane française) et des historiens (Wim Hoogbergen, Bellardie Tristan, Jean Moomou sur les Marrons Boni-Aluku réfugiés en Guyane en Guyane française). Des conflits dans la gestion des ressources opposent parfois ces populations aux orpailleurs ou aux pouvoirs publics. Parmi ces regards, ne peut-on pas citer ceux des habitants vivant le long des grands axes routiers (Saint-Laurent/Cayenne, Albina/Paramaribo), à mi-chemin entre le monde rural et le monde urbain, et dont la perception du territoire contraste avec celle des populations des espaces intérieurs ou de la ville.

15Ainsi, cette région qui paraît simple à cerner de prime abord se révèle en réalité très complexe : complexité géographique (physique et humaine), linguistique, historique et sociologique, voire politique. Le chercheur doit en saisir les caractéristiques pour pouvoir mener à bien son objet d’étude et maîtriser plusieurs langues pour accéder à la littérature. Cette complexité de l’histoire des Guyanes s'exprime dans l'héritage colonial, qui n’a pas été partout pareil. Les colonies ont suivi des évolutions différentes, non seulement durant la période coloniale esclavagiste, mais aussi durant la période coloniale sans esclavage, et encore de nos jours, avec une temporalité propre à chaque territoire.

Contraintes de l'histoire et bilan historiographique

Des problèmes d’ordre méthodologique, épistémologique et heuristique

  • 25 Grinberg, Keila, « Historiographie et usages publics de l’esclavage au Brésil », Revue (...)
  • 26 Grinberg, Keila, op. cit.

16En tentant de conduire l'étude historique et géographique de la région dans nos enseignements, nos lectures et nos travaux scientifiques en cours nous nous sommes heurtés à nombre de problèmes d'ordre méthodologique, épistémologique et heuristique. Les inconvénients sont nombreux : le manque d’une part, d’instruments de travail conduit chaque chercheur à fabriquer ses propres outils de recherche pour ensuite travailler. D’autre part, l’étroitesse de la production liée à une surévaluation de l’écrit dans des territoires où l’oralité est importante n’a pas été suffisamment investiguée. Le discours scientifique (historique et anthropologique) relatif aux Guyanes n’est pas local, mais il s’est construit ailleurs, en Europe, en particulier. La plupart des historiens des pays du plateau des Guyanes, hier comme aujourd’hui, sont influencés, en effet, par la démarche historiographique des écoles historiques françaises. Il en est ainsi de Sergio Buarque de Holanda, de Ciro Flamarion Cardoso, d’Hebe Mattos, de Rosa Acevedo Marin (Brésil) ; de Federico Brito Figueroa (Venezuela) ; d’Alvin Thoumpson qui a beaucoup écrit sur l’histoire du Guyana ; d’Albert Helman (Surinam) ou de Serge Mam Lam Fouck (Guyane française) pour ne citer que ceux-là. Les relations inter-académiques entre spécialistes des Guyanes et milieux universitaires français ou européens ont une influence, en effet, sur la ou les manière(s) de penser et d’écrire l’histoire des pays qu’abritent les Guyanes ainsi que sur les approches et les thématiques investiguées. On évoquera, par exemple, la relation qui unit, comme l’a écrit Keila Grinberg, « la Revue d’histoire du XIXe siècle et la Société brésilienne d’histoire du XIXe siècle (Sociedade de Estudos do Oitocentos) »25 ou encore entre l’EHESS et des universitaires brésiliens. Des historiens français ont enseigné au sein des universités brésiliennes. En guise d’illustration, « (…) Jean Glenisson, spécialiste d'histoire moderne qui a été choisi par l'université de Sao Paulo pour tenir la chaire « Méthodologie et Théorie de l'histoire » en 1958. (…) Henri Hauser et Emile Coornaet (…) ont œuvré à la création d'une méthodologie historienne au Brésil, grâce aux nombreux rapports qu'ils ont effectués dans les universités brésiliennes (...) »26. Des chercheurs brésiliens ont eu leur doctorat au sein des universités françaises (Ciro Flamarion Cardoso, Rosa Acevedo Marin, Décio Alencar Guzman…).

  • 27 Gondim, Neide, A invenção da Amazônia, São Paulo, Marco Zero, 1994, p. 13.

17S’impose aussi au chercheur la nécessité, en raison de l’évolution des dénominations européennes relatives aux Guyanes, de cerner le vocabulaire qu’il utilise. Que recouvrent (par exemple) les désignations : « plateau des Guyanes », « bassin amazonien », « Amazonie » (qui est une invention de l’Occident)27, « bouclier guyanais », « Costa Anegada » (Côte Noyée), « Côte sauvage », « Wilde Kust » (Côte sauvage) « Caribana / Canibale ou encore « Pays des Caribes » ? À quelle (s) réalité(s) historique (s), anthropologique (s), culturelle (s), politique(s) renvoient-elles ? Le lexique utilisé, aujourd’hui ou hier, pour désigner les Guyanes nécessite à la fois d’être historicisé, mais aussi d’être redéfini, dans la mesure où il ne renvoie pas toujours aux mêmes réalités. En effet, dès qu’on parle des Guyanes, ces « prédiscursifs » refont surface en oubliant qu’ils peuvent ne pas signifier grand-chose pour les Guyanais d’aujourd’hui. Qui a nommé les lieux ? Pourquoi telles ou telles désignations ? Une réflexion, par conséquent, sur la toponymie en général et son évolution, s’impose au chercheur. En d’autres termes, il faudrait presque réinterroger l’espace guyanais en dehors de ces catégories en rompant avec les prénotions savantes certes utiles, mais parfois « piégeantes ». Cette question relative au lexique se pose aussi à propos des ethnonymes. À quoi renvoie le terme « galibi », « émérillon » que les nouvelles générations d’Amérindiens issues des groupes qui portaient ces noms acceptent de moins en moins en préférant être appelés « kali’na » (au lieu de Galibi) et « teko » (au lieu d’Emérillon) ? L’usage des mots « tribu », de « nation », de « populations primitives », de « populations traditionnelles » ou encore « populations indigènes » pour parler de l’organisation socio-politique et de la manière de vivre des Amérindiens ou des Marrons businenge, est-il approprié ? Les qualificatifs, « peuples autochtones » et « peuples premiers », très à la mode actuellement, sont-ils adaptés d’une Guyane à l’autre ? Quelle est la pertinence de l’usage du mot « créole » d’un territoire à l’autre, voire à l’intérieur d’un même territoire ? À noter que « créole », « galibi », « boshneger », « plateau des Guyanes » (etc.) sont des mots inventés par des Européens pour qualifier, maitriser, gérer « leur » nouvel environnement politique et territorial.

  • 28 Citons au passage le roman de Behn, Aphra, Oroonoko, Or the Royal Slave, London, (...)
  • 29 Nous empruntons l’expression de l’historien Jacques Le Goff.
  • 30 Ricœur, Paul, « L'écriture de l'histoire et la représentation du passé », Annales Hist (...)
  • 31 Nadeau, Alain, « Cet atelier où se fabriquent des histoires… », in La fabrique de l’hi (...)

18Bâtir, par conséquent, l’histoire ou l’anthropologie des Guyanes nécessite de recourir à des outils d’analyse pour offrir un socle de connaissances scientifiques stables. L’étude historique de ces territoires ne peut s’effectuer sans que l’historien n’ait recours à un appareil scientifique qui lui permette de concevoir son objet de recherche. Comment entreprendre une recherche si le chercheur est limité en matière de réflexion ? Comment travailler avec efficacité s’il doit construire lui-même son appareil critique ? Tel est le défi qui l’attend lorsqu’il travaille sur un sujet local ou sur une thématique qui intéresse la grande région. Nonobstant, l’élaboration d’un appareil critique ne doit pas uniquement tenir compte de la méthode historique ou anthropologique telle qu’elle est conçue par les universités du monde occidental, mais invite impérativement à faire appel aux approches des autres disciplines de l’esprit (géographie, philosophie, anthropologie, ethnobotanique, ethnologie, économie, sociologie, linguistique, ethnomusicologie). À ces disciplines, la littérature (écrite ou orale), savante ou engagée qui se définit par l’examen de soi, la connaissance de soi, où se mêlent28 fiction et réalité historique, doit être mobilisée. Une littérature qui a, parmi ses multiples facettes, la prétention à combler les « blancs de l’histoire »29 ; la capacité de révéler des faits réels, jugés ultra-sensibles et classés secrets, en les fonctionnalisant. La difficulté pour l’historien réside dans la façon d’historiciser la distorsion d’une réalité qui a fait corps avec la société, et d’instaurer un discours qui restituerait les faits tels qu’ils se sont réellement produits. Une expertise compliquée, relevée dans les réflexions de Paul Ricœur30 et d’Alain Nadeau31. Les événements récents liés à la mémoire coloniale et de l’esclavage, par exemple, qui se manifestent par le déboulonnage de monuments (statue de Christophe Colomb au Venezuela, en 2004 ; Victor Schœlcher à Cayenne, en Guyane française, en 2020) ou la dénomination de rues des personnalités qui représentaient le passé colonial, en sont une illustration. Ces statues sont aussi des faits de l’histoire et de la pensée coloniale ; des faits qui paraissent illusoires d’un point de vue actuel, mais autant réels depuis plus de 100 ans. Leur destruction volontaire ou involontaire signale le début d’un mouvement de changement à vocation « révolutionnaire » de reconstruire une nouvelle vision sur le débris de l’ancienne soit le phénix d’une nouvelle histoire plus factuelle en écartant par ce biais également les traditions orales créoles, amérindiennes et bushinenge qu’il s’agisse d’apprécier les qualités et les considérer comme éléments fédérateurs. En d’autres termes, l’étude d’histoire comparée des Guyanes exige une démarche résolument interdisciplinaire et transdisciplinaire, interrégionale et intercontinentale. Elle invite à emprunter des concepts et des méthodes appartenant à d’autres disciplines dans l’objectif de trouver des articulations qui leur sont communes sans pour autant les confondre ; de distinguer les différents niveaux d’explications qu’apporte chaque science pour la compréhension de l’histoire comparée des différentes Guyanes depuis les origines. Autrement dit, l’étude doit être placée sous le sceau de la rencontre et du dialogue vertueux entre l’histoire, les autres disciplines de l’esprit et les manières de penser et de dire le passé des sociétés qu’abritent ces territoires.

19L’autre contrainte à laquelle est confronté l’historien, c’est que l’histoire des Guyanes est également victime d’isolement, dû aux thématiques spécifiques du territoire qui ne sont pas toutes transposables d’un groupe socio-culturel à un autre au sein d’un même territoire, mais également entre territoires. À titre d’exemple, citons les bagnes en Guyane française à l’époque du Directoire (1795-1798), du Second Empire (1852-1870) et durant la Troisième République (1870-1940) ; le bagne de Clevelândia do Norte (1924-1935), situé sur l’autre rive de l’Oyapock (État d’Amapá) et où étaient incarcérés des anarchistes et des communistes de la révolution de 1924 au sud du Brésil. En revanche, il n’existe pas d’expérience carcérale de ce type au Surinam, au Venezuela ou au Guyana. Les Anglais, par exemple, ont opté pour l’Australie.

20La dictature militaire a existé au Brésil (1930-1945, 1964-1985), au Venezuela (1899-1908, 1908-1935, 1953-1958, etc) et au Surinam (1980-1992). La Guyane française n’a pas connu de telle expérience. Le Surinam a connu la guerre civile (1986-1992), la Guyane française est épargnée. En revanche, si le Guyana n’a pas encore connu de guerre civile, les tensions ethniques, entre les deux groupes majoritaires du pays (Indiens d’Inde et Afro-descendants), restent toutefois vives depuis l’indépendance (1966). Pour accéder à l’indépendance nationale, le Venezuela et le Brésil ont mené une lutte armée contre leur métropole coloniale. Il n’en a pas été ainsi, même s’il existe des courants nationalistes anticolonialistes, pour les autres Guyanes.

21La réflexion est encore insuffisante dans le domaine du temps. Comment diviser l’histoire des Guyanes ? Comment la périodiser, et à partir de quel (s) événement (s) ? Sous quel (s) critère (s)? Il existe un problème d’autonomie de cette périodisation. Elle ne peut être comprise sans évoquer les événements qui ont marqué les anciennes métropoles coloniales de chacun des pays qui constituent l’ensemble guyanais. L’évolution des colonies est souvent liée aux grandes décisions politiques des métropoles coloniales. La séquencialisation historique de chaque territoire est en connexion avec sa métropole coloniale. Cette séquencialisation se mélange, se confond et s’imbrique parfois dans une histoire plus globale qui est en relation avec ce qui se passe dans les métropoles coloniales. Par exemple, en Guyane française, l’abolition définitive de l’esclavage de 1848 ne peut être comprise sans évoquer l’action du gouvernement provisoire de la Seconde République en France. Le Guyana a, quant à lui, connu la fin de l’esclavage en 1833, le Brésil en 1888 et le Venezuela en 1854. Le Brésil est devenu un État indépendant en 1822, le Guyana accède à l’indépendance 144 ans plus tard (1966) ; le Surinam, 153 plus tard (1975). La Guyane, quant à elle, est devenue un département français, le 19 mars 1946. Contrairement aux États des autres Guyanes, elle est le seul territoire du plateau des Guyanes à ne pas être indépendant. Dans les cycles économiques, la temporalité est également différenciée. De plus, chaque territoire possède ses propres faits historiques dont les conséquences sont parfois partagées avec les colonies voisines. À titre d’exemple, la suppression de l’esclavage en Guyane française (1848) avait attiré des esclavisés brésiliens mettant en difficulté la diplomatie franco-brésilienne puisque le Brésil n’abolit l’esclavage qu’en 1888. La guerre civile du Surinam (1986-1992) a eu des conséquences en Guyane française dans le domaine de la gestion de la frontière et dans l’insertion des populations réfugiées sans papiers.

  • 32 Rostain, Stéphen, « Histoire de la recherche archéologique dans les Guyanes côtières » (...)
  • 33 Wallace, A. R., A Narrative of Travels on the Amazon and Rio Negro, with a (...)
  • 34 Dupuy, Francis, Les arpenteurs des confins - Explorateurs de l'intérieur d (...)
  • 35 Brochier, Christophe, « L’utilisation des récits de voyage dans l’étude des (...)
  • 36 Antoine, Lefebure, Explorateurs photographes. Territoires inconnus, 1850-1930, Paris, (...)

22Au déficit de réflexion relative à la périodisation, il faudrait adjoindre la difficulté pour le chercheur de consulter les archives et l’exploitation des données. La première contrainte, chronophage et onéreuse, est qu’il doit non seulement s’immerger dans les archives locales, mais se rendre aussi aux archives des ex-métropoles coloniales en Europe. La deuxième tient, en dépit d’une nette amélioration, à l’insuffisance et parfois à la faiblesse organisationnelle des structures de recherche. L’historien doit aussi exploiter non seulement les archives écrites (sources imprimées, numérisées, comme produits des élites), mais convoquer également d’autres sources (sources orales, données archéologiques32, etc) face auxquelles il n’est pas suffisamment outillé. Il doit également mobiliser d’autres matériaux telle la littérature33 de voyage (aventuriers, explorateurs, missionnaires, diplomates, médecins naturalistes, photographes). Ce corpus est, au regard des thématiques abordées (géographie, histoire, ethnologie, linguistique, toponymie, faune et flore, économie), d’une grande richesse. À côté des archives écrites qui émanent des autorités coloniales, le témoignage des différents voyageurs constitue un corpus de connaissances34 non négligeable pour un historien qui tente d’opérer une étude comparative et croisée des Guyanes ou une recherche concernant un territoire des Guyanes et ses occupants. Toutefois, l’exploitation de cette source n’est pas aisée qu’il y paraît. Il exige une relecture critique au regard du poids des préjugés qui accompagne, le plus souvent, les descriptions dont les habitants de la région ont fait l’objet. Peuvent s’ajouter également les marges d’erreurs et d’appréciations de la part des auteurs de ces récits. À ce propos, son utilisation exige, comme l’indique Christophe Brochier dans son article, « L’utilisation des récits de voyage dans l’étude des relations raciales au Brésil (XIXe-XXe siècle) »35, une connaissance des conditions de production de ces textes. À sa réflexion, nous ajoutons les conditions de diffusion, de circulation et de réception également. Parallèlement à la documentation officielle, les guides touristiques (annuaires), productions d’hier comme ceux d’aujourd’hui, et les périodiques fournissent également des informations intéressantes concernant des éléments d’histoire, les projets et les réalisations dans chaque colonie, les administrateurs en exercice, etc. Des sources qui ouvrent des pistes à l’historien lui permettant de partir ainsi à la quête du document originel susceptible de l’éclairer davantage. À ces matériaux, l’historien ne saurait ignorer, enfin, l’apport des documents iconographiques (cartographie, photographie36, plan de ville), sonores (radiophonique et audiovisuelle) et médias numériques. Pour se prémunir de la noyade, l’historien qui travaille sur les Guyanes ne peut faire impasse sur l’hétérogénéité des sources, en se limitant qu’à un matériau spécifique. Il y a, en effet, une surabondance de « biens » (sources) ; une masse extraordinaire de documentation privée et publique, et depuis une soixantaine d’années des archives audiovisuelles, des archives numériques qui l’écrasent. Cette diversité de source est un atout, mais en même temps un inconvénient de taille qu’il doit surmonter au risque de bâtir sa réflexion sur du « sable mouvant ».

  • 37 Expression tirée de F. Ost.

23Peut s’imposer à lui également la barrière de la langue : les langues des anciennes métropoles coloniales, mais également les langues parlées par les différents groupes socio-culturels diffèrent d’un pays à l’autre, d’un groupe à l’autre, voire à l’intérieur d’un même groupe. Cette question linguistique se pose aussi à l’intérieur d’un même territoire. Aux questions d’ordre méthodologique, épistémologique et heuristique, s'ajoute pour les historiens d'aujourd'hui le défi représenté par l'histoire et l'héritage du passé colonial dans ces territoires. L’historien est pris en tenaille entre : d’un côté, les demandes de reconnaissance ou de réparation formulées par les uns, et de l’autre les tenants d’une mémoire officielle étatique qui se veut consensuelle. L’histoire coloniale des Guyanes, selon le territoire, apparaît comme une « histoire chaude »37, où se mêlent parfois les passions et la subjectivité de celui qui l’approche. Or, l’histoire est conçue par accéder à la connaissance et non à la reconnaissance. Pourtant, avec l’émergence de l’histoire identitaire, n’assiste-ton pas à cela ? Comment dire le passé sans tomber dans le passé ? Tel est l’enjeu et le défi de la recherche sur la mémoire coloniale et de l’esclavage aujourd’hui à l’intérieur des territoires qui ont connu ces expériences. L’intérêt pour la Guyane a toujours été moindre que les Antilles ou encore le Canada reflétant principalement son intérêt économique au sein de l’empire français. L’intérêt académique semble également refléter cette importance régionale dans laquelle les universités d’Europe s’intéressent depuis longue-date à d’autres régions dans les Amériques. L’intérêt vise plutôt les ressources de cette région ou la nature depuis sa découverte et aujourd’hui les études environnementales (écologiques). Le facteur humain demeure néanmoins peu développé.

État de la recherche comparée et perspectives

  • 38 Moomou, Jean, Journal de terrain, Belém, Oyapoque (Brésil), Corriverton (G (...)
  • 39 Sainton, Jean-Pierre, Histoire et civilisation de la Caraïbe (Guadeloupe, Martinique, (...)
  • 40 Bégot, Danielle, (dir), Guide de la recherche en histoire antillaise et gu (...)
  • 41 http://amazonian-museum-network.org/en/amazonian-museum-network-collections-guyanashie (...)

24La plupart des personnes, qui vivent dans les Guyanes, résultat issu de notre enquête ethnographique38, ont l’impression qu’il n’y a rien d’écrit sur l’histoire de la région. Il est vrai que l’UNESCO avait publié l’Histoire générale de l’Afrique, l’Histoire générale des Caraïbes et l’Histoire générale de l'Amérique latine. Il en est de même pour l’ « Histoire et civilisation de la Caraïbe (Guadeloupe, Martinique, Petites Antilles) »39. Il n’y a pas d’équivalent concernant les Guyanes. Il n’existe pas non plus, comme aux Antilles (Historial antillais), d’Historial guyanais ou dans les Amériques (Dictionnaire des Amériques), de dictionnaire encyclopédique des Guyanes ; ni de dictionnaire des hommes et des femmes célèbres des Guyanes. Un « Guide de la recherche en histoire antillaise et guyanaise (XVIIe-XXIe siècle»40 a été écrit à destination des étudiants, des chercheurs et à toute personne intéressée par le sujet. Cet instrument de travail, dans la perspective d’une histoire antillaise, incorpore néanmoins la Guyane française pour des raisons historiques et politiques. Une telle contribution aurait été utile à l’ensemble des Guyanes. On peut cependant évoquer le réseau des musées41 des Guyanes, mais il est certainement temps de faire un tel ouvrage.

25Aussi, la grande région des Guyanes manque-t-elle non seulement, d’ouvrages de synthèse, d’approfondissements par domaines (comme par exemple l’histoire comparée des femmes, des esclavages, des marronnages, des villes, des villages, etc), mais que ce déficit ajoute également à la faible « académisation » de l’histoire ad hoc, par l’application à travers la recherche et l’enseignement. C’est timidement à partir des années 1960, selon les pays, et surtout durant les années 1980 et 1990 que des historiens universitaires ont pris pour objet d’étude l’histoire comparée et croisée des territoires qui composent cette région des Amériques tropicales. Cette expérience historiographique et épistémologique, voire heuristique est donc récente. Et elle intègre rarement, dans sa démarche, les cinq Guyanes. Il faut souligner également que l’enseignement de cette histoire est naissant. Dans certains territoires, il date de la seconde moitié du XXe siècle. À Amapá, il remonte au cours des années 1980. Au Surinam, cette histoire comparée a fait l’objet d’étude au début des années 1980 (Albert Helman), mais elle n’est pas encore enseignée à l’Université ni dans les écoles primaires et secondaires. Au Guyana, il n’y a pas davantage d’enseignement de ce type. À l’Université des Antilles-Guyane, à la fin des années 1990, le géographe André Calmont, dans une approche géo-historique et culturelle, a dispensé un enseignement concernant « La région des Guyanes ». Il s'agissait d'une option en deuxième année de licence de géographie. En anthropologie, on citera l’enseignement d’Isabelle Hidair (anthropologue) sur les Guyanes depuis les années 2000. Toutefois, il n’existait aucun enseignement en histoire avant 2016. Depuis 2016, un cours introductif à l’histoire coloniale de la région est dispensé dans le Master FFAP (INSPE, Université de Guyane), et dans le Master Histoire, civilisation et patrimoine (Université des Antilles), depuis 2019.

  • 42 Buarque de Holanda Sergio, (dir.), História Geral da Civilização Brasileir (...)
  • 43 Brito Figueroa, Federico, Historia económica y social de Venezuela, Caracas, Universid (...)
  • 44 Helman, Albert, Avonturen aan de Wild kust. De geschiedenis va (...)
  • 45 Mam Lam Fouck, Serge, (1996), Histoire générale de la Guyane f (...)
  • 46 Granger, Stéphane, La Guyane et le Brésil, ou la quête d’intégration conti (...)
  • 47 Dickason, Olive Patricia, « The Brazilian connection : a look at the origin of French (...)
  • 48 Appel à communication, « Circulation des individus, des savoirs et des pratiques (...)
  • 49 Il existe un blog « culinaire » des Guyanes.
  • 50 Handerson, Joseph, « Diaspora. Sentidos sociais e mobilidades haitianas », (...)
  • 51 Rostain, Stéphen, Amazonie : les 12 travaux des civilisations précolombiennes, Paris, (...)

26Il serait faux d’écrire qu’il n’existe pas d’études historiques et anthropologiques concernant la région. Néanmoins, ces travaux sont pour la plupart des monographies destinées à chaque pays de la région. Il en est ainsi de l’Histoire générale42 du Brésil de l’historien et critique littéraire Sergio Buarque de Holanda (1963) ; de celle de Federico Brito Figueroa43 en 1966 ou encore des contributions44 de Albert Helman (écrivain, historien et homme politique surinamien) sur le Surinam (1982), de l’historien Serge Mam Lam Fouck (1996, 2002) sur la Guyane française45. La tentative comparatiste qui embrasserait l’ensemble des Guyanes reste cependant limitée en termes de productions historiques. On remarque, en effet, une quasi absence d’ouvrages qui baliseraient les différentes périodes de l’histoire des Guyanes ainsi que leur dynamique dans le temps et dans l’espace. Une étude comparatiste qui peut paraître archaïque de prime abord comme démarche, mais un préalable nécessaire pour permettre aux Guyanais de comprendre la complexité historique et géographique de leur territoire. Cela ne signifie pas pour autant, comme nous l’avons écrit précédemment, qu’il n’existe pas de manuels d’histoire ni de monographies relatifs à l’histoire. Mais, ils sont centrés sur l’histoire spécifique de chaque pays. Il s’agit avant tout d’une histoire nationale et des ouvertures sur le ou les autres pays avec lequel ou lesquels ledit pays a des intérêts commerciaux, stratégiques, voire géostratégiques. En témoigne la formidable46 production scientifique (en histoire et en géographie), depuis les années 1980, entre la Guyane française et la Guyane brésilienne. Or, à l’époque coloniale, et encore maintenant, ces grands ensembles étaient et sont connectés47 : mobilité des hommes et des femmes, circulation des marchandises, des savoirs (techniques, botaniques) et des pratiques culturelles48, culinaire49 jadis comme aujourd’hui50. Même si chaque pays possède sa propre temporalité historique, l’histoire amérindienne51 et l’histoire coloniale esclavagiste ont structuré le passé de la région et continuent d’avoir une résonnance dans l’histoire du temps présent des Guyanes. En témoigne l’actualité des vingt dernières années où l’on observe d’un côté les revendications sociales, politiques et identitaire des peuples amérindiens de la grande région qui demandent à l’État qui les abrite la restitution de leurs terres au titre de réparation des méfaits de la colonisation, mais en saisissant aussi les instances internationales (ONU) et en mobilisant le concept de « peuples autochtones », pour faire valoir leurs droits ; de l’autre, celles des Afro-descendants qui réclament, quant à eux, des comptes aux ex-métropoles coloniales, mais aussi l’État dans lequel ils vivent.

  • 52 Julien, Charles-André, Les voyages de découvertes et les premiers établiss (...)
  • 53 Julien, Charles-André, Les Français en Amérique au XVIIe siècle, Paris, CDU-SEDES, 197 (...)
  • 54 Devèze, Michel, Antilles, Guyanes, la mer des Caraïbes de 1492 à 1789, Paris, SEDES, 1 (...)
  • 55 Devèze, Michel, Les Guyanes, « Que sais-je ? », Paris, PUF, 1968.
  • 56 Adelaïde-Merlande, Jacques, Histoire générale des Antilles et des Guyanes (...)
  • 57 Pour davantage d’informations, lire page 18 de ce présent article.

27Quand des ouvrages de synthèse existent, il faut davantage les rechercher du côté des chercheurs français. C’est en 1948 que Charles-André Julien a fait paraître un ouvrage fondamental, connu de la plupart des auteurs de langue anglaise qui sont intéressés par la Guyane ou le Brésil52. À la suite de cette publication, l’historien poursuivit ses investigations en la matière. Devenu professeur d’Histoire de la Colonisation à la Sorbonne, il consacra son enseignement de 1957 aux « Français en Amérique du XVIIe siècle à 1784 »53. Parmi ses étudiants, Michel Devèze54 s’en est largement inspiré, pour écrire son ouvrage sur les Antilles, Guyanes, la mer des Caraïbes de 1492 à 1789 (1977). Bien avant cette étude, Michel Devèze55 avait écrit un livre, paru dans la collection Que sais-je ? (1968), consacré à la géographie, à l’histoire ainsi qu’à l’anthropologie des quatre Guyanes. L’historien Jacques Adelaïde (originaire de la Guadeloupe) apporte, à travers ses contributions56, des données qui peuvent constituer des outils fort utiles pour une première approche de l’histoire comparée de la région des Guyanes (1994). La part qui leur est consacrée occupe une vingtaine de pages. La volonté d’entreprendre une étude de l’histoire comparée ou croisée de la grande région était aussi l’angle d’approche de trois revues scientifiques (Equinoxe, Pagara, Guaïna, Karapa)57, créées en Guyane française par des universitaires, des enseignants et des archivistes.

  • 58 Helman, Albert, op. cit., 1983.
  • 59 Souty, François J.L., « recension », Albert Helman, « De Foltering van El Dorado, een (...)

28L’expérience comparatiste des historiens français ne signifie pas que des chercheurs en histoire des autres territoires ne l’ont pas tentée. Ainsi, parmi les travaux historiques que nous avons trouvés et lus, Albert Helman (Lou Lichtveld), pratiquement ignoré par l'historiographie francophone, alors que, paradoxalement, son approche globalisante et interdisciplinaire est dans la lignée de Braudel et de l'école des Annales, propose, dans son ouvrage « Le tourment de l’Eldorado. Une histoire écologique des cinq Guyanes »58 (1983), une périodisation très intéressante de quatre siècles d'histoire guyanaise. Il aborde son objet de façon originale en donnant une approche poétique et significative dans les intitulés des grandes séquences historiques qui structurent le passé des cinq Guyanes. Il considère l’histoire des cinq Guyanes comme celle du long « tourment » (en hollandais, de foltering) d’Eldorado. Il va de la préhistoire des Amériques à la période contemporaine. Il envisage ce « tourment » en vingt-six périodes chronologiques rassemblées en cinq étapes : -1) « Pays et habitants (originels de la région) » (de la protohistoire à la préhistoire qui s'achève dans la région avec l'arrivée de Christophe Colomb) ; -2) Les « découvreurs » (de Ontdekkers) de 1492 à 1625 ; -3) Les « diviseurs » (de Verdelers) de 1625 à 1750 ; -4) Les « dirigeants/maîtres » (de Heersers) de 1740 à 1900 ; -5) et enfin, Les « tourmentés » (de Gefolterden), de 1900 à nos jours. Avec des intitulés et des bornes chronologiques qui peuvent être différents certes, la périodisation proposée par Albert Helman correspond, à bien des égards, à ce que nous aurions fait. Peut-être que la (1), l’aurions-nous intitulé : « Peuplement amérindien des Guyanes » (de la préhistoire à 1492 » ; la (2) : « Rencontre (s), colonisation (s), esclavagisation et migrations (1492-1888) » ; la (3) : « Epoque coloniale sans esclavage » (1900-1950) ; la (5) : « Le temps présent : mutations socio-économiques, politiques et culturelles, ruptures et continuités » (1950-2021) ? Albert Helman peut être considéré comme celui qui a embrassé en profondeur l’histoire comparée et croisée des cinq Guyanes (1983) en s’intéressant aux civilisations amérindiennes avec des caractéristiques matérielles (alimentation, embarcations, hamacs) issues du milieu naturel avant l’arrivée des Européens et aussi à la colonisation, à l’esclavagisation des Africains, à l’exploitation économique, au bouleversement du mode de vie des Amérindiens, à l’arrivée des travailleurs sous contrat, etc. Il insiste, enfin, durant la période allant de 1900 à nos jours, sur l’évolution socio-économique et politique des cinq Guyanes, sur la question du développement et de l’avenir de ces territoires. Son étude se présente, comme l’a remarqué François Souty, « sous la forme d’un excellent ouvrage de compilation, de synthèse, mais également comme un bon stimulant au renouvellement des problématiques de recherches encore à entreprendre dans la région, notamment en matière d'ethno- et de socio-histoire »59. Pour les Guyanes, on peut citer le livre d’histoire comparatif de Cornelis Ch. Goslinga (The Dutch in the Caribbean and on the Wild Coast, 1580-1680) publié en 1971. Dans l’état actuel de la recherche historique, il est difficile de trouver d’équivalent d’histoire comparée pour d’autres États. En guise d’illustration, à Amapá ou en Guyane vénézuélienne, nous n’avons pas découvert un historien de ces États qui aurait comparé les quatre autres Guyanes.

  • 60 Martinière, Guy, « L'indépendance des Amériques et la Révolution française (...)
  • 61 Loncan, Andrée, « Le rideau de l'Amazone (1713-1900) », in Vincent, Huyghues-Belrose ( (...)
  • 62 Huygues-Belrose, Vincent, « Réfugiés ou marrons : les sources de l'esclavage en Amazon (...)
  • 63 Bellardie, Tristan, « Diplomatie et politique coloniale aux marges de la Guyane (...)
  • 64 Moomou, Jean, « Maroni-Lawa, espace paradoxal de négociation. Autorités coloniales et (...)
  • 65 Sicking, Louis, Frontières d’Outre-mer ; La France et les Pays-Bas dans le (...)
  • 66 Marin, Rosa Acevedo ; Gomes, Flávio, « Reconfigurações coloniais: tráfico de indígenas (...)
  • 67 Cavlak, Iuri, « Aspectos da Colonização na Guiana Francesa e no Amapá: Vis (...)
  • 68 Pérez, Berta, « Maroons: Processes of Being, Becoming and Belonging in Ame (...)

29En dehors de ces travaux généralistes, il faudrait mentionner les études historiques qui s’attachent aux frontières et aux espaces frontaliers des Guyanes. Parmi ces travaux, il existe, en effet, ceux qui n’intègrent pas l’ensemble des Guyanes, mais s’intéressent davantage à la question des frontières et des espaces frontaliers ; aux rôles qu’ils jouent dans l’aménagement de la relation coloniale et post-coloniale. Il en est ainsi des contributions de Guy Martinière60, à travers son article (l'enjeu géopolitique des Caraïbes aux Guyanes) ; d’Andrée Loncan, à travers son article (Le rideau de l’Amazonie)61 ; de Vincent Huyghues-Belrose62 sur les réfugiés marrons brésiliens en Guyane française ; de Tristan Bellardie63 sur la gestion coloniale des marges de la Guyane française ou de Jean Moomou sur l’instrumentalisation des autorités coutumières par le pouvoir colonial dans la gestion de la frontière Maroni-Lawa64. Des historiens néerlandais (Louis Sicking65 à propos de la frontière coloniale du Maroni-Lawa, entre la Guyane française et le Surinam) et brésiliens (Rosa Acevedo Marin, Flávio Gomes sur les espaces « trans-coloniaux », entre fleuves Araguary et l’Oyapock, comme zones stratégiques d’implantation de communautés marronnes, entre la Guyane et le Brésil)66 ou encore Iuri Cavlak67 sur les aspects de la colonisation en Guyane française et Amapá) sont également au cœur de cette dynamique comparatiste. Il en est de même pour les travaux de l’anthropologue Berta Pérez68 concernant les Marrons aripaenos de la région de Caura (Venezuela) dont les ancêtres viennent du Démerara, voire du Surinam.

  • 69 Jean-Claude Giaccotino ; François-Michel Le Tourneau ; Stéphane Granger ; Emmanuel Léz (...)
  • 70 Pierre Grenand ; Gérard Collomb ; Frédéric Bourdier ; Francis Dupuy, etc.
  • 71 Rostain, Stéphen, « Le littoral des Guyanes, héritage de l’agriculture pré (...)
  • 72 Gondim, Neide, A invenção da Amazônia, São Paulo, Marco Zero, 1994 ; Police, Gérard, Q (...)
  • 73 Marin, Rosa Acevedo, (dir), Escravidão Africana na Amazonia, Colloque, Uni (...)
  • 74 Burac, Maurice, (dir.), IIIe Conférence Universitaire sur le Développement (...)

30D’une manière générale, la recherche historique à proprement parler, ainsi que les dynamiques interculturelles comparées ou croisées du plateau des Guyanes sont, par rapport à d’autres espaces des Amériques, jeunes. Le public dispose néanmoins des contributions spécialisées et documentées des sociologues, des géographes69, des anthropologues70 ou encore des archéologues71. Des travaux de spécialistes en études culturelles72, en sciences humaines et sociales portant sur la région se sont néanmoins multipliés au cours de ces dernières années. Par ailleurs, les relations entre les institutions de recherche et les chercheurs de la région se sont intensifiées. Citons au passage l’une des premières rencontres universitaires sur l’esclavage73 en Amazonie des 28, 29, 30 novembre 1988. Elle a été organisée par l’historienne Rosa Acevedo Marin (Universidade Federal Do Pará) à Belém, et avait réuni des chercheurs du Brésil et de la Guyane (document 3). On évoquera aussi la IIIe conférence74 universitaire internationale sur « Le développement des Guyanes » qui s'est tenue à Cayenne, en 1992. Elle a été organisée par l’Université des Antilles et de la Guyane et avait bénéficié du soutien du Conseil Général de Guyane. Outre les 14 intervenants de la Guyane et les 4 des Antilles françaises, ont participé à cette conférence 3 intervenants du Surinam (Madame Woolford, Monsieur Ten Berge, Monsieur Mangroo, tous les 3 de l’Université Anton de Kom) ainsi que 3 du Guyana (Monsieur Mongar, Monsieur Alexander, Monsieur Williams, tous les 3 de l’Université du Guyana). Il en est également ainsi des journées d’études sur la « Circulation des individus, des savoirs et des pratiques culturelles dans le Plateau des Guyanes » (2016) et sur les Géographies de l’esclavage sur le Plateau des Guyanes - Mobilités, héritages, discours (2018).

Document 3 – Un des premiers colloques sur l’esclavage en Amazonie, en 1988.

Document 3 – Un des premiers               colloques sur l’esclavage en Amazonie, en 1988.

Source : Escravidão Africana na Amazonia, Colloque, Universidade Federal Do Pará UFPA, Belém, 28, 29, 30 novembro 1988.

  • 75 http://www.iepa.ap.gov.br/.

31Les conditions sont donc plus favorablement réunies pour donner une vision comparée des évolutions historiques, sociopolitiques et anthropologiques des sociétés et des cultures qu’abrite le plateau des Guyanes. Des projets inter-universitaires se mettent en place, par exemple, entre l’Université de Guyane et l’Université Fédérale d’Amapá. En témoigne le projet DYAGA (Dynamiques circulatoires des biens et des Personnes et Aménagement du Territoire sur la Frontière guyano-amapaense) ou l’institut IEPA75 situé à Macapá.

  • 76 Damien, Davy, Isabelle Tritsch, et Pierre Grenand, « Construct (...)
  • 77 Guyon, Stéphanie, Marie-Hélène Sa Vilas Boas, « Relations sociales, relations ethno-ra (...)
  • 78 Dejouhanet, Lucie, Thierry Nicolas et Anne Péné-Annette, « Dossier frontières et circu (...)

32L’enseignement et la recherche, du côté français, intègrent de plus en plus l’espace amazonien. Le master, Civilisations, cultures et sociétés, spécialité Sociétés et interculturalité, (Université de Guyane) propose un parcours sciences sociales (Histoire et dynamiques culturelles des sociétés amazoniennes dans leur environnement). Il en est ainsi du laboratoire de recherche, Migrations, interculturalité et éducation en Amazonie - MINEA, le laboratoire Écologie (MINEA) au sein de l’Université de Guyane. L’Université Fédéral d’Amapá a mis en place un Programme de Master en Etudes de Frontières (Programa de Pos-Graduaçao em Estudos de Fronteira). Entre les deux pays, il y a une dynamique de recherche qu’il sera intéressant d’élargir aux autres Pays du plateau des Guyanes. Du côté français, des numéros spéciaux sont consacrés aux Guyanes. Il en est ainsi du dossier de la revue Confins consacré à l’Oyapock (2012) qui traite de la territorialisation des Amérindiens Wayãpi et Teko76. Il est question aussi de celui77 des « Relations sociales, relations ethno-raciales dans les trois Guyanes » dirigé par Stéphanie Guyon et Marie-Hélène Sa Vilas Boas ou encore celui78 des Frontières et circulations dans les Guyanes sous la direction des géographes (Lucie Dejouhanet, Thierry Nicolas et Anne Péné-Annette).

  • 79 Moomou Jean, et APFOM (dir), Les marronnages et leurs productions sociales (...)
  • 80 Calmont, André, entretien, Martinique, 08/10/21.

33En dépit des invitations lors des colloques79 ou des journées d’études, cette relation entre le monde universitaire des Guyanes est encore timide. En revanche, il est plus difficile de trouver des expériences similaires dans les autres Guyanes depuis les cinquante dernières années. À l’instar de l’Association des historiens de la Caraïbe (ACH) ou de l’Institut National de recherche amazonien (INPA), ne faudrait-il pas créer en une qui réunirait des chercheurs en sciences humaines et sociales de toutes les Guyanes ? La Revue guyanaise d'histoire et de géographie, devenue Equinoxe80 (revue de sciences humaines), fondée en 1976, par le CEGER (Centre guyanais d’études et de recherches), n’existe plus depuis 1988. Son domaine géographique comportait la Guyane française, mais aussi les pays environnants (Brésil, Surinam, Guyana, Venezuela). Il en était de même pour la revue Pagara (revue des sciences humaines du plateau des Guyanes) en 1994 dont la production a cessé. La revue Guaïna, née en 2000, qui avait une dimension pédagogique, a cessé de paraître en 2010. La création de revues scientifiques, comme structure de diffusion de savoirs, devrait être envisagée aujourd’hui par une association de chercheurs en sciences humaines et sociales, à l’instar de l’Association of Caribbean Historians (ACH), intégrant les 5 Guyanes. On peut même évoquer ici le magazine Une Saison en Guyane.

  • 81 Manioc- bibliothèque numérique caraïbe Amazonie Plateau des Guyanes (http://www.manioc (...)
  • 82 https://www.suriname.nu.
  • 83 Gallica (bibliothèque nationale, Paris) ; DBNL (Digitale Bibliotheek voor (...)
  • 84 En témoignent les contributions des géographes (Emmanuel Lézy, Jean-Yves Puyo, (...)
  • 85 Voir les articles scientifiques du socio-anthropologue, Joseph Handerson, (...)

34Le chercheur dispose néanmoins la matière pour produire cette histoire. Il a même à sa disposition des ressources numériques aussi bien en Guyane française (Manioc, Koni)81 que dans les autres Guyanes (Anda suriname82, https://revistas.unisimon.edu.co de l’Université Simon Bolivar), mais aussi dans les ex-métropoles coloniales (Gallica, DBNL)83. Nonobstant, les Guyanes réclament, en amont, une étude historique d’ensemble pour comprendre l’enchaînement et l’enchevêtrement des dynamiques politiques, économiques et socio-culturelles. Des études comparées ont certes été menées par des chercheurs notamment les litiges des frontières politiques qui bénéficient d’une formidable84 production scientifique ; le marronnage inter-colonial ; la question de la mobilité spatiale85. De nombreux champs restent cependant encore à explorer par les historiens. Il pourrait s’agir, par exemple, d’une étude comparée des stratégies de la conquête coloniale des Guyanes par les puissances européennes ; de l’histoire du peuplement des Guyanes pour en saisir les dynamiques actuelles ; de l’histoire économique de la région qui tenterait de mettre en évidence les évolutions structurelles des différentes sociétés guyanaises en termes économiques. On pourrait également penser à une étude sur les Guyanes dans l’aventure coloniale ; une réflexion sur la production, la circulation et la diffusion des plantes alimentaires. Il pourrait s’agir d’un travail sur les marges de l’espace colonial, sur les dynamiques interculturelles, sur la problématique de l’évangélisation et de la déculturation, sur la question du discours et des représentations qui ont fabriqué ce territoire. Il peut s’agir aussi de recherches sur une histoire comparée de la situation amérindienne dans leur relation à l’esclavage dans les cinq Guyanes. Des réflexions peuvent être menées autour des modèles politiques et les réalités socio-culturelles ; de la situation des populations minoritaires (peuples autochtones, marrons, voire autres) dans les États ; de la patrimonialisation des héritages coloniaux au sein de ces territoires ; de la thématique des « peurs » en milieu guyanais à l’époque coloniale esclavagiste. D’autres études peuvent être intéressantes à investiguer, comme le lien entre économie de plantation et environnement dans les cinq Guyanes pour en faire une histoire du rapport à la nature (XVIIIe-XIXe siècles).

  • 86 Hurault, Jean, Français et Indiens en Guyane, 1604-1972, Paris, Union générale d'éditi (...)

35Quant à Gabriel Debien, auquel les historiens de l’Ancien Empire colonial français d’Amérique doivent beaucoup, il avait lancé, en 1953, un projet de recherche collective sur l’esclavage en Guyane. Il a été, pour ce territoire, l’inventeur de nombreuses sources sur l’esclavage qui ont renouvelé complétement les études historiques, et incité de jeunes chercheurs de la France continentale à s’intéresser aux archives concernant ce territoire. Dans son programme de recherche collective, l’entreprise regroupait les archivistes Delafosse, Marchand-Thebault, Sylvie Mirot, Monique Pouliquen-Sarotte et Etienne Taillemite. Y étaient également associés des chercheurs du CNRS comme Jean Tarrade et Robert Richard, qui rédigea également un manifeste, ainsi que d’autres chercheurs encore, dont Jean Hurault86, qui travaillait lui-même avec Emile Abonnenc, etc. Dans les années 1970, Philip Boucher et Silvia de Groot ont rejoint cette équipe. Le premier animait, avec Gabriel Debien, la chronique bibliographique de la Revue française d’Histoire d’Outre-mer, de la Revue d’histoire de l’Amérique française et du Bulletin de la Société d’Histoire de la Guadeloupe, consacrée à l’ensemble de l’Amérique française. Aucune équipe aussi large, sur le plan des disciplines comme sur celui des nationalités, n’a su se constituer depuis la disparition de cet historien (1990). À l’instar de ce qu’il avait initié, ne serait-il pas intéressant d’étendre le champ de la recherche sur les cinq Guyanes (Brésil, Guyane française, Surinam, Guyana et Venezuela), ce, dans une vision comparative, surtout à un moment où les habitants qu’abrite le plateau des Guyanes continuent à s’interroger sur leur passé et sur leur condition d’hommes et de femmes du présent.

  • 87 Voir Bhagooa Boodney, Patrick, Les engagés de la Guyane Française 1849-190 (...)

36En guise de conclusion, l’étude historique des Guyanes, au sens large, est une histoire jeune. Elle est en cours de construction, contrairement à d’autres territoires dont l’expérience historiographique et épistémologique est plus ancienne. Il en est ainsi des États-Unis et de la France ou de l’Allemagne, pour ne citer que ces exemples. Ce qui implique plusieurs types de problèmes. C’est une histoire « à trous », car certaines régions ne sont pas encore intégrées dans le socle de la connaissance scientifique qui permettra aux chercheurs d’avoir des données incontestables. Faut-il encore souligner que l’appropriation ou la réappropriation de l’espace guyanais et de son histoire, par les intellectuels surtout historiens, n’a commencé, selon le territoire, que depuis une soixantaine d’années, tandis que par les politiques et les citoyens, que récemment. Par conséquent, la connaître devient une nécessité. Elle n’a pas encore intégré tous les groupes socio-culturels qui constituent son passé : Amérindiens, Créoles, Africains esclavisés, Engagés indiens87, Kongo, Chinois, Indonésiens ou autres. Que sait-on de la présence chinoise au Brésil, en Guyane française, au Surinam ? Que sait-on de l’installation des Indonésiens à Sinnamary ou des Javanais à Paramaribo ?

37Or, les Guyanes apparaissent unies dans leur ensemble, mais diverses dans leurs éléments. L’avenir paraît compromis sans la totale participation de plein droit de l’ensemble des sociétés et cultures qui la forment. Tout rejet des racines amérindiennes, européennes, africaines, asiatiques ou autres empêche, nous semble-t-il, d’éradiquer les préjugés qui interpellent d’une manière ou d’une autre l’identité de chaque pays qu’abritent les Guyanes. Dans la construction de cette histoire, il faut réunir tous les processus et les mouvements culturels, politiques ou intellectuels qui ont contribué à forger, d’une certaine manière, l’identité de chaque pays de cet espace.

Haut de page

Notes

1 La Condamine, Charles-Marie de, Relation abrégée d’un Voyage fait dans l’intérieur de l’Amérique méridionale, Paris, Chez la Veuve Pissot, 1745, p. 125.

2 Humboldt, Alexander de et Bonpland, Aimé, Voyage aux Régions Equinoxiales, Paris, 1805, réédition Paris, 1961.

3 Noucher, Matthieu, Laurent Polidori (dir.), Atlas critique de la Guyane, Paris, éditions CNRS, 2020.

4 Santos-Granero, Fernando, Slavery & Utopia. The Wars & Dreams of an Amazonian World Transformer, Austin, University of Texas Press, 2018 ; Chauca, Roberto, “Missionary Hydrography and the Invention of Early Modern Amazonia”, Colonial Latin American Review 27, 2, 2018, p. 203-225.

5 Huyghues-Belrose, Vincent, “Pirogue des Indiens” et “Navigation en Guyane”, in Corzani Jack, (dir), Dictionnaire encyclopédique des Antilles et de la Guyane, Fort-de-France, Editions Désormeaux, 1992.

6 Ballof, Daniel, La déportation des Indochinois en Guyane et les Établissements Pénitentiaires Spéciaux, no 10, 1979, 1-25.

7 Le Tourneau, François-Michel, L’Amazonie : Histoire, géographie, environnement, Paris, CNRS éditions, 2019.

8 de Vilhena Silva, Gutemberg, « Litiges transfrontaliers sur le plateau des Guyanes, enjeux géopolitiques à l’interface des mondes amazoniens et caribéens », L’Espace Politique [En ligne], 31 | 2017-1, mis en ligne le 18 avril 2017. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/4242 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.4242.

9 Ce sont les descendants de marrons du Surinam qui habitent en Guyane française, notamment sur les rives de la vallée du Maroni.

10 Lettre des kapiten boni du Maroni au Préfet de la Région Guyane, 18/10/21.

11 Ales, Catherine et Michel Pouyllau, “La conquête de l’inutile. Les géographies imaginaires de l’Eldorado”, L'Homme, tome 32, no 122-124. La Redécouverte de l'Amérique, 1992, p. 271-308.

12 Herrera y Tordesillas, Antonio de, Historia General de los Hechos de los Castellanos en las Islas i Tierra Firme del Mar Oceano, Madrid, Impr. Real, por Juan Flamenco, 1601, p. 18.

13 Helman, Albert, De Foltering van El Dorado, een ecologische geschiedenis van de vijf Guyana's, Gravenhage, Uitgevereij Nijgh &Van Ditmar, 1983, p. 7.

14 Cette question a fait l’objet d’une formidable production historiographique de la part des historiens brésiliens qui étaient avant tout des érudits et des autodidactes (Oliveira Lima en 1908, Ferreira Reis en 1939) et d’universitaires brésiliens (Flamarion Cardoso en 1984, Rosa Acevedo Marin en 1992, Machado Ivete Vieira en 2019), mais aussi par des érudits guyanais (Arthur Henri en 1950) et par des historiens de la France continentale (Guy Martinière en 1987).

15 Debien, Gabriel, « Un Nantais à la chasse aux marrons en Guyane (octobre-décembre 1808) », in Enquêtes et documents, I, Université de Nantes, 1971, p. 163-172.

16 Bennassar, Bartolomé, La América Española y la América Portuguesa: Siglos XVI-XVIII, Madrid, Akal Editor, 1980.

17 Hartsinck, Jacob, Beschrijving van Guyana of de Wildekust in Zuid-Amerika, Amsterdam, 1770, rééd. S. Emmering, Amsterdam, 1974.

18 van den Bel, Martijn, et Lodewijk, Hulsman, Les Hollandais à Cayenne : la présence néerlandaise en Guyane française (1655-1677), Ibis Rouge éditions, Matoury, 2019. Voir aussi van den Bel, Martijn et Hulsman, Lodewijk, « Une colonie néerlandaise sur l’Approuague au début de la deuxième moitié du XVIIe siècle », Bulletin de la Société d'Histoire de la Guadeloupe, 2013, p. 1-15.

19 Chaitram, Singh, Guyana: Politics in a Plantation Society, Praeger, New York, 1988 ; Williams Rev. James, «The name "Guiana"», Revue de la Société des Américanistes de Paris, V, 15, (1923), p. 19-34.

20 Poulalion, Jean-Louis, Histoire du Surinam des origines à l’indépendance, La Chapelle Montligeon, L’auteur, 1986, p. 19.

21 Parue récemment sur cette période ancienne de la Guyane, la contribution de M.M. van den Bel & G. Collomb, La Colonisation de la Guyane (1626-1696), 2 Vols, Les collections de la République des Lettres Paris, Editions Hermann, 2021.

22 Hrodej, Philippe, Jacques Cassard. Armateur et corsaire du Roi-Soleil, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002.

23 Voir aussi l’implantation des Normands au Brésil : J., Hemming, Red Gold. The conquest of the Brazilian Indians, Cambrdige, Harvard Univeristy Press, 1978, Chapitre 8.

24 Coudreau, Henri, Les Français en Amazonie, Paris, Imp. Alcide Picard, 1887, p. 133.

25 Grinberg, Keila, « Historiographie et usages publics de l’esclavage au Brésil », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 51 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 13 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/rh19/4929 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.4929.

26 Grinberg, Keila, op. cit.

27 Gondim, Neide, A invenção da Amazônia, São Paulo, Marco Zero, 1994, p. 13.

28 Citons au passage le roman de Behn, Aphra, Oroonoko, Or the Royal Slave, London, Will. Canning, 1688 ; les écrits de Da Cunha, Euclides, (1902), Os Sertoes, Rio de Janeiro, Laemmert &C. Editores, 1903 ; Da Cunha, Euclides, (1909), À margem da história, São Paulo, UNESP, 2019 ou encore les romans historiques de McLeod, Cynthia, The Free Negress Elisabeth, London, Arcadia, 2008 ; McLeod, Cynthia, Ma Rochelle Passee, Welkom El Dorado, Amsterdam, Singel Uitgeverijen, 1996.

29 Nous empruntons l’expression de l’historien Jacques Le Goff.

30 Ricœur, Paul, « L'écriture de l'histoire et la représentation du passé », Annales Histoire, Sciences Sociales, 55e année, no 4, 2000, p. 731-747.

31 Nadeau, Alain, « Cet atelier où se fabriquent des histoires… », in La fabrique de l’histoire, Lyon, Cahiers de la Villa Gillet, no 9, 1999.

32 Rostain, Stéphen, « Histoire de la recherche archéologique dans les Guyanes côtières », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 108/109 | 2007, mis en ligne le 21 avril 2011, consulté le 26 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/149 ; DOI : 10.4000/nda.149; Stéphen Rostain, Amazonie : les 12 travaux des civilisations précolombiennes, Belin, Paris, 2017.

33 Wallace, A. R., A Narrative of Travels on the Amazon and Rio Negro, with an account of the native tribes, and on observations on the climate, geology, and natural history of the Amazon valley, London, Ward, Lock & Co., 1853.

34 Dupuy, Francis, Les arpenteurs des confins - Explorateurs de l'intérieur de la Guyane (1720-1860), Paris, CTHS, 2012.

35 Brochier, Christophe, « L’utilisation des récits de voyage dans l’étude des relations raciales au Brésil (XIXe-XXe siècle) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [Online], Debates, posto online no dia 25 janeiro 2016, consultado o 03 janeiro 2022. URL: http://journals.openedition.org/nuevomundo/68796; DOI: https://doi.org/10.4000/nuevomundo.68796.

36 Antoine, Lefebure, Explorateurs photographes. Territoires inconnus, 1850-1930, Paris, La découverte, 2003.

37 Expression tirée de F. Ost.

38 Moomou, Jean, Journal de terrain, Belém, Oyapoque (Brésil), Corriverton (Guyana), Surinam (Paramaribo, Moengo, Albina), Guyane française, etc, (1998-2015).

39 Sainton, Jean-Pierre, Histoire et civilisation de la Caraïbe (Guadeloupe, Martinique, Petites Antilles), vol. 1, Paris, Karthala, 2011 ; Jean-Pierre, Sainton, Histoire et civilisation de la Caraïbe (Guadeloupe, Martinique, Petites Antilles), vol. 2, Paris, Karthala, 2012.

40 Bégot, Danielle, (dir), Guide de la recherche en histoire antillaise et guyanaise : Guadeloupe, Martinique, Saint-Domingue, Guyane (XVIIe-XXIe siècle), vol. 1 et 2, Paris, CTHS, 2011.

41 http://amazonian-museum-network.org/en/amazonian-museum-network-collections-guyanashield.

42 Buarque de Holanda Sergio, (dir.), História Geral da Civilização Brasileira (Histoire générale de la civilisation brésilienne), Sao Paulo, Difel, 1963-1975.

43 Brito Figueroa, Federico, Historia económica y social de Venezuela, Caracas, Universidad central de Venezuela, Ed. de la Biblioteca, vol. 1, 1966.

44 Helman, Albert, Avonturen aan de Wild kust. De geschiedenis van Suriname met zijn buurlanden, Vaco NV, Paramaribo, 1982.

45 Mam Lam Fouck, Serge, (1996), Histoire générale de la Guyane française des débuts de la colonisation à l’aube de l’an 2000. Les grands problèmes guyanais : permanence et évolution, Cayenne, Coédition Ibis Rouge-Presses Universitaires Créoles-GEREC, 2002.

46 Granger, Stéphane, La Guyane et le Brésil, ou la quête d’intégration continentale d’un département français d’Amérique, thèse de doctorat en géographie, Université Paris III-Sorbonne nouvelle, 2012 ; Boudoux d’Hautefeuille, Madeleine, « Politiques publiques de développement à la frontière franco-brésilienne : une ignorance mutuelle », Confins [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 25 mars 2013, consulté le 04 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/confins/8262 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.8262 ; Théry, Hervé, « À quoi sert la Guyane ? », Outre-Terre, 2015/2, no 43, p. 211-235.

47 Dickason, Olive Patricia, « The Brazilian connection : a look at the origin of French techniques for trading with Amerindians », Revue française d’Histoire d’outre-mer, no 264-265, 1984, p. 129-146 ; Dreyfus, Simone, « Les réseaux politiques indigènes en Guyane occidentale et leurs transformations aux XVIIe et XVIIIe siècles », L’Homme no 122-124, 1992, XXXII (2, 3, 4), p. 75-98.

48 Appel à communication, « Circulation des individus, des savoirs et des pratiques culturelles dans le Plateau des Guyanes », Journée d’études (16 et 17 juin 2016), Université de Guyane.

49 Il existe un blog « culinaire » des Guyanes.

50 Handerson, Joseph, « Diaspora. Sentidos sociais e mobilidades haitianas », Horizontes Antropológicos, 43 | 2015, p. 51-78 ; Nicolas, Thierry, « Frontières, migrations et reconfigurations territoriales en Guyane », in Mobilités, ethnicités, diversité culturelle : la Guyane entre Surinam et Brésil, Matoury, Ibis Rouge éditions, 2016, p. 273-298.

51 Rostain, Stéphen, Amazonie : les 12 travaux des civilisations précolombiennes, Paris, Belin, 2017.

52 Julien, Charles-André, Les voyages de découvertes et les premiers établissements (XVe-XVIe siècles), Paris, P.U.F., 1948. Les successeurs de Julien et de l’Anglais Charles R. Boxer sont regroupés aux États-Unis, à l’Université du Minesota, avec B. Diffie et G. Winius pour les XV-XVIe siècles et L. Mc Alister pour le XVIIe siècle. Ils sont les auteurs de la monumentale Europe and the World in the Age of Expansion éditée par B. C. Shafer, University of Minnesota Press et Oxford University Press, 1977-1978, 10 volumes.

53 Julien, Charles-André, Les Français en Amérique au XVIIe siècle, Paris, CDU-SEDES, 1976 et Les Français en Amérique de 1713 à 1784, Paris, CDU-SEDES, 1977.

54 Devèze, Michel, Antilles, Guyanes, la mer des Caraïbes de 1492 à 1789, Paris, SEDES, 1977.

55 Devèze, Michel, Les Guyanes, « Que sais-je ? », Paris, PUF, 1968.

56 Adelaïde-Merlande, Jacques, Histoire générale des Antilles et des Guyanes des précolombiens à nos jours, Paris, éditions caribéennes/L’Harmattan, 1994 ; Adelaïde-Merlande, Jacques, Histoire contemporaine de la Caraïbe et des Guyanes de 1945 à nos jours, Paris, Karthala, 2002.

57 Pour davantage d’informations, lire page 18 de ce présent article.

58 Helman, Albert, op. cit., 1983.

59 Souty, François J.L., « recension », Albert Helman, « De Foltering van El Dorado, een ecologische geschiedenis van de vijf Guyana's », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 35 no 2, Avril-juin, 1988. Des Européens dans l'Amérique coloniale et aux Caraïbes, XVIe-XIXe siècles, p. 341.

60 Martinière, Guy, « L'indépendance des Amériques et la Révolution française : l'enjeu géopolitique des Caraïbes aux Guyanes », Cahiers des Amériques latines, no 5, Paris, 1987, p. 5-36.

61 Loncan, Andrée, « Le rideau de l'Amazone (1713-1900) », in Vincent, Huyghues-Belrose (dir.), Histoire de la Guyane, Pointe à Pitre, Editions Caraïbes, 1989, p. 90-105.

62 Huygues-Belrose, Vincent, « Réfugiés ou marrons : les sources de l'esclavage en Amazonie dans les fonds de la Guyane française », Pagara (Cayenne), no 2, 1994.

63 Bellardie, Tristan, « Diplomatie et politique coloniale aux marges de la Guyane française : la France et le Maroni (1848-1893) », Revue française d’histoire d’Outre-Mer, tome 84, no 315, 2° trimestre, Paris, juin 1997, p. 85-106.

64 Moomou, Jean, « Maroni-Lawa, espace paradoxal de négociation. Autorités coloniales et coutumières boni en Guyane française (1880-1965) », Cahiers d’études africaines, LX (3), no 239, 2020 : 615-651. [En ligne], 239 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/31748 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.31748.

65 Sicking, Louis, Frontières d’Outre-mer ; La France et les Pays-Bas dans le monde atlantique au XIXe siècle, Paris, Editions Les Indes Savantes, 2006, p. 103-160.

66 Marin, Rosa Acevedo ; Gomes, Flávio, « Reconfigurações coloniais: tráfico de indígenas, fugitivos e fronteiras no Grão-Pará e Guiana francesa (séculos XVIIe-XVIIIe) », Revista de História, no 149, 2º - 2003, p. 69-107 ; Dos Santos Gomes, Flávio, « Les Quilombos – lieux de marronnage – aux frontières entre Guyane française et l’Amérique portugaise (Amazonie, XVIIIe siècle) », in Jean Moomou et APFOM, (dir), Sociétés marronnes des Amériques, Actes du colloque, Saint-Laurent-du-Maroni, Matoury, Ibis Rouge éditions, 2015, p. 183-193.

67 Cavlak, Iuri, « Aspectos da Colonização na Guiana Francesa e no Amapá: Visões comparadas e imbricações históricas », Revista de Estudos e Pesquisas Sobre as Américas, v. 10, 2016, p. 24-50.

68 Pérez, Berta, « Maroons: Processes of Being, Becoming and Belonging in America/ processus du devenir, être et sentiment d’appartenance en Amérique », in Moomou, Jean et APFOM (dir), Sociétés marronnes des Amériques, Actes du colloque, Saint-Laurent-du-Maroni, Matoury, Ibis Rouge éditions, 2015, p. 679-689.

69 Jean-Claude Giaccotino ; François-Michel Le Tourneau ; Stéphane Granger ; Emmanuel Lézy ; Frédéric Piantoni ; Stanislas Ayangma ; Madeleine Boudoux d’Hautefeuille ; Thierry Nicolas, etc.

70 Pierre Grenand ; Gérard Collomb ; Frédéric Bourdier ; Francis Dupuy, etc.

71 Rostain, Stéphen, « Le littoral des Guyanes, héritage de l’agriculture précolombienne », Études rurales, 2008. DOI: 10.4000/etudesrurales.8602 ; Rostain, Stéphen, « Histoire de la recherche archéologique dans les Guyanes côtières », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 108/109 | 2007, mis en ligne le 21 avril 2011, consulté le 26 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/149 ; DOI : 10.4000/nda.149.

72 Gondim, Neide, A invenção da Amazônia, São Paulo, Marco Zero, 1994 ; Police, Gérard, Quilombos dos Palmares. Lectures sur un marronnage brésilien, Matoury, Ibis Rouge Editions, 2003.

73 Marin, Rosa Acevedo, (dir), Escravidão Africana na Amazonia, Colloque, Universidade Federal Do Pará UFPA, Belém, 28, 29, 30 novembro 1988.

74 Burac, Maurice, (dir.), IIIe Conférence Universitaire sur le Développement des Guyanes, Cayenne, 12-16 octobre 1992, Département de géographie, UAG, 1992.

75 http://www.iepa.ap.gov.br/.

76 Damien, Davy, Isabelle Tritsch, et Pierre Grenand, « Construction et restructuration territoriale chez les Wayãpi et Teko de la commune de Camopi, Guyane française », Confins [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 16 janvier 2013. URL : http://journals.openedition.org/confins/7964 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.7964.

77 Guyon, Stéphanie, Marie-Hélène Sa Vilas Boas, « Relations sociales, relations ethno-raciales dans les trois Guyanes », Cahiers des Amériques latines, no 93 2020/1.

78 Dejouhanet, Lucie, Thierry Nicolas et Anne Péné-Annette, « Dossier frontières et circulations dans les Guyanes », Confins, 51 | 2021, mis en ligne le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/confins/39464.

79 Moomou Jean, et APFOM (dir), Les marronnages et leurs productions sociales, culturelles dans les Guyanes et le bassin caribéen du XVIIe au XXe siècles : bilans et perspectives de recherche Mémoires, patrimoines, identités et histoire, AIHP-GEODE, CIRESC, APFOM, colloque international et pluridisciplinaire, Saint-Laurent du Maroni, Guyane française, 18, 19, 20, 21, 22 et 23 novembre 2013.

80 Calmont, André, entretien, Martinique, 08/10/21.

81 Manioc- bibliothèque numérique caraïbe Amazonie Plateau des Guyanes (http://www.manioc.org/) ; Koni-La bibliothèque numérique du parc Amazonien (biblio.parc-amazonien-guyane.fr).

82 https://www.suriname.nu.

83 Gallica (bibliothèque nationale, Paris) ; DBNL (Digitale Bibliotheek voor de Nederlandse letteren, Pays-Bas).

84 En témoignent les contributions des géographes (Emmanuel Lézy, Jean-Yves Puyo, Stéphane Granger, Madeleine Boudoux d’Hautefeuille, Gutemberg de Vilhena Silva, Anne Péné-Annette, etc.) et des historiens (Tristan Bellardie, Louis Sicking, Cavlak Iuri, Jean Moomou, etc).

85 Voir les articles scientifiques du socio-anthropologue, Joseph Handerson, et du géographe Thierry Nicolas.

86 Hurault, Jean, Français et Indiens en Guyane, 1604-1972, Paris, Union générale d'éditions, 1972.

87 Voir Bhagooa Boodney, Patrick, Les engagés de la Guyane Française 1849-1900 Madériens, Africains et Indiens d'Inde, Guyane, Ibis Rouge éditions, 2021.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 – Territoires contestés dans les Guyanes
Crédits Source : Jules, Hansen, La France équinoxiale. Voyage à travers les Guyanes et l'Amazonie, Challamel Ainé, 1887. (site manioc.org/gallica.fr).
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/88413/img-1.png
Fichier image/png, 3,9M
Titre Document 2 – La présence française dans le Brésil colonial (1500-1615)
Crédits Source : Laurent Vidal, « La présence française dans le Brésil colonial au XVIe siècle », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 34 | 2000, mis en ligne le 01 août 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/6486 ; DOI : https://doi.org/​10.4000/​cal.6486.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/88413/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Document 3 – Un des premiers colloques sur l’esclavage en Amazonie, en 1988.
Crédits Source : Escravidão Africana na Amazonia, Colloque, Universidade Federal Do Pará UFPA, Belém, 28, 29, 30 novembro 1988.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/88413/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Moomou, « Histoire comparée des Guyanes (XVe-XXIe siècles) : Construction d'une historiographie propre à l'espace guyanais »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 21 juin 2022, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/88413 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.88413

Haut de page

Auteur

Jean Moomou

Maître de conférences-HDR en histoire, UFR des Humanités caribéennes, Université des Antilles, LC2S-CNRS
Associé au GRENAL (Université Perpignan Via Domita) et à l’IMAF (Institut des Mondes africains).

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search