Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesQuestions du temps présent2022Penser les circulations, comprend...Impact international de la prise ...

2022
Penser les circulations, comprendre les menaces. L’Amérique latine et le monde, 1929-2001

Impact international de la prise de l’ambassade de la République Dominicaine à Bogota en 1980 : acteurs, intérêts, dialogue et négociation

International Impact of the Capture of the Embassy of the Dominican Republic, Bogota 1980: Actors, Interests, Dialogue and Negotiation
Fabián Plazas Diaz

Résumés

En Colombie, l’adoption du Statut de sécurité nationale sous le gouvernement de Julio Cesar Turbay Ayala (1978-1982) accroit les tensions et la violence entre les groupes insurgés et l’État. Du 27 février au 25 avril 1980, un commando armé du mouvement de guérilla urbaine M-19 prend l’ambassade de la République dominicaine à Bogotá, opération conclue au bout de 61 jours par la libération des ambassadeurs détenus. Celle-ci est convenue au terme de négociations notamment facilitées par l’accompagnement de divers acteurs internationaux. Fondée sur l’exploitation des sources primaires provenant des archives du Département Administratif de la Présidence, l’analyse ici proposée porte sur l'impact international de la prise de l'ambassade dominicaine à Bogotá par le M-19, en tenant compte de trois éléments. D’abord, les motivations de cette guérilla pour lancer l’assaut contre l'ambassade ; ensuite, la participation des gouvernements et institutions internationaux impliqués dans les négociations et la libération des diplomates retenus ; enfin, les conséquences de l’opération et de son issue. L’étude de cet épisode historique permet d'identifier et de caractériser certains types d’acteurs latino-américains impliqués dans le développement de la violence politique et la recherche de la paix dans la région. L’article contribue également à l’écriture de l'histoire des relations internationales de la Colombie et des pays d’Amérique latine en ce qui concerne la gestion des conflits armés, les négociations de paix et la diplomatie pour la paix.

Haut de page

Notes de l’auteur

La proposition s'inscrit dans le cadre de la thèse en cours intitulée : Histoire des relations internationales de la Colombie pendant les années 1980 : Violence politique, dialogues de paix et diplomatie pour la paix, sous la direction d’Annick Lempérière – Centre de Recherche d’Histoire de l’Amérique Latine et du Monde Ibérique (Mondes Américains / CRALMI).

Texte intégral

Introduction

1Le Movimiento 19 de Abril (M-19) était un mouvement insurgé colombien né d'une fraude électorale présumée lors des élections présidentielles du 19 avril 1970 qui ont abouti à la victoire de Misael Pastrana Borrero au lieu de Gustavo Rojas Pinilla. Le M-19 est devenu célèbre grâce à diverses opérations symboliques et militaires, jusqu'à sa démobilisation le 8 mars 1990. Le groupe se définissait comme une organisation politique, nationaliste, peu orthodoxe, urbaine et principalement militaire dont les commandants étaient Carlos Pizarro Leongómez, Álvaro Fayad, Iván Marino Ospina et Jaime Bateman Cayón. Des fronts du M-19 étaient actifs à Bogotá et dans les départements Tolima, Huila, Caquetá, Valle del Cauca, Cauca, Santander, César et Quindío. La plupart des dirigeants avaient été formés par la Jeunesse communiste colombienne (JUCO) et certains d'entre eux étaient membres de la guérilla des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC). D’autres, tels que Jaime Bateman Cayón, Carlos Pizarro et Iván Marino Ospina, avaient déserté le militantisme communiste au risque d'être fusillés. Ont également rejoint les rangs de la guérilla des membres de l'Alianza Nacional Popular – créée par Rojas Pinilla en 1961 – qui, désenchantés par la manipulation des résultats électoraux, avaient opté pour la lutte armée. La stratégie du M-19, critique de la guérilla rurale et de la guerre populaire prolongée, se concentrait sur la guérilla urbaine dans le style des Montoneros en Argentine ou des Tupamaros en Uruguay : une stratégie insurrectionnelle visant les secteurs citadins et leurs revendications sociales.

  • 2 Ce vol est considéré comme symbolique, car ils ont laissé ce communiqué : « Bolivar, ton épée revi (...)

2Dans un premier temps, l’opposition entre le M-19, qui n'avait pas de parti ou de mouvement politique en soutien, et le gouvernement était d’ordre symbolique ; l’objectif des insurgés était d'attirer l’attention de l'opinion publique, ce à quoi ils sont parvenus en suscitant un mélange de sympathie et de peur. Parmi leurs actions les plus notoires, on retiendra le vol de l'épée du libérateur Simon Bolivar le 17 janvier 1974, acte inaugural du mouvement après une campagne de publicité lancée dans les journaux colombiens en 19702. Cependant, les opérations ont rapidement dégénéré en vols, en prises de contrôle de bâtiments institutionnels, en enlèvements et en assassinats ; à cet égard, on citera l'enlèvement et l'assassinat du Président de la Confédération des travailleurs colombiens José Raquel Mercado en 1976 ; le vol d'armes à Cantón Norte à Bogota en 1978 ; la prise de l'ambassade de la République dominicaine en 1980 ; en 1981, le détournement de l'avion Curtiss C-46, le naufrage du navire El Karina, et l'enlèvement de Martha Nieves Ochoa ; en 1982, l'attaque contre le palais presidentiel ; en 1984, la bataille de Yarumales contre l'armée colombienne ; et en 1985, la prise du Palais de justice. Le M-19 a entamé des pourparlers de paix sous le gouvernement de Belisario Betancur et accepté sa démobilisation le 9 mars 1990 sous le mandat de Virgilio Barco, dans le cadre d’un processus aboutissant à la création d’une Assemblée Nationale Constituante et à l’adoption de la Constitution politique de 1991. Parmi les membres du M-19 figurait l’actuel président de la République colombienne, Gustavo Petro Urrego (2022-2026).

3Dans l'histoire du conflit armé colombien, le Movimiento 19 de Abril s'est distingué par l’emploi d’une tactique de guérilla urbaine, distincte du modèle insurrectionnel rural développé par d’autres guérillas comme les FARC ou l'Armée de Libération Nationale (ELN par son acronyme en espagnol), ainsi que par son implication dans l'internationalisation du conflit par des actions comme la prise de l'ambassade de la République dominicaine. Le 27 février 1980, un groupe du M-19 a lancé l'opération Libertad o Democracia, occupant le siège de l'ambassade de la République dominicaine à Bogota et y retenant 16 haut diplomates pendant 61 jours, jusqu’au 25 avril. Sous le commandement de Rosemberg Pabon, le groupe dit Marcos Zambrano visait à la fois à interroger publiquement le sens de la démocratie colombienne, à diffuser à l’échelle internationale les dénonciations pour violations des Droits de l'Homme à l'encontre de personnes détenues pour motifs politiques, et à rejeter la compétence de la justice pénale militaire pour juger les civils. L'opération menée par 16 guérilleros, 11 hommes et 5 femmes, exigeait du gouvernement de Julio Cesar Turbay Ayala (1978-1982) la libération de 311 prisonniers politiques, un accès aux médias pour organiser un débat public national, l’ouverture de négociations et la somme de 50 millions de dollars pour la libération des diplomates retenus.

4À l’occasion de cette prise d’otages, le conflit colombien a commencé à être davantage observé et discuté au sein d’organisations internationales et gouvernements de l'époque. Cela a donné lieu à d’inhabituels scénarios de négociation qui ont contribué à l'internationalisation du conflit avec la participation d'acteurs étrangers aux tractations. En effet, l'opération s'est achevée par la libération de toutes les personnes séquestrées grâce aux accords conclus entre les négociateurs du M-19 et ceux du gouvernement, ainsi qu'à la médiation de Cuba, de la Croix Rouge Internationale et de la Commission des Droits de l'Homme de l'Organisation des États Américains (OEA). Considérées comme le fruit d’une négociation réussie, les conditions de libération des otages ont été approuvées par l'opinion publique nationale et internationale car il n'y a pas eu d'usage de la force publique et les deux parties sont parvenues à impulser un cycle de pourparlers qui se conclurait par la démobilisation du M-19 quelques années plus tard. Cependant, les relations diplomatiques entre l’exécutif colombien et celui cubain ont par la suite été gelées en raison des accusations portées par le gouvernement Turbay Ayala contre celui de Fidel Castro, considéré comme soutien de la guérilla.

  • 3 Borda, Sandra, Internacionalización de la paz y de la guerra en Colombia durante los gobiernos de (...)

5Il existe d'innombrables rapports de presse et documentaires portant sur la prise de l’ambassade par le M-19. Cependant, restent absents de la littérature académique les impacts internationaux de ces événements et la manière dont l’action violente contre les institutions internationales et le corps diplomatique est alors devenue une stratégie politique et publicitaire de dénonciation des problèmes d'ordre public et politique en Colombie. Il n'existe pas non plus d’analyse de l'internationalisation du conflit armé suite à cet événement ou de la façon dont il a affecté le développement des relations diplomatiques de la Colombie avec les pays latino-américains à l'époque. Or, la prise de l'ambassade dominicaine a bien constitué une tentative d'internationalisation du conflit colombien et mérite d'être analysée à la lumière de ses implications pour les relations internationales du pays. Selon Sandra Borda, l'internationalisation d'un conflit armé est le processus par lequel la décision explicite et consciente d'externaliser le conflit est prise par l'une ou l'autre des parties impliquées, permettant ainsi aux acteurs internationaux de participer aux différentes phases du conflit : soit dans celle de préparation, d'hostilité et de négociation du conflit, soit dans celle post-conflit. La stratégie alternative consiste à isoler les conflits armés de l'arène internationale et à exclure consciemment la présence d’acteurs internationaux3. Quand la décision d'internationaliser le conflit vient des parties adverses, il est nécessaire d'examiner certains éléments internationaux et nationaux qui expliquent une telle décision, et d'en analyser les effets.

6En ce sens, l'hypothèse initiale de cet article est la suivante : le Movimiento 19 de Abril a déployé une stratégie d'internationalisation du conflit armé colombien, qui a permis à différents acteurs étrangers de s'impliquer, directement ou indirectement, dans ce conflit et dans la libération des diplomates pris en otage. Une deuxième hypothèse concerne la présence des acteurs internationaux : il s’agit de comprendre la mesure dans laquelle elle s’est avérée fondamentale pour le développement des négociations ouvertes pour obtenir la libération des otages. On examinera enfin l'hypothèse selon laquelle la stratégie d'internationalisation du conflit a eu des conséquences sur le développement des relations diplomatiques de la Colombie avec les pays de la région, avec l’apparition de nouvelles tensions dans le contexte de Guerre froide en Amérique latine. Dans cette optique, l'objectif de l’article est d'analyser l'impact international de la prise de l'ambassade dominicaine à Bogotá, en tenant compte de trois éléments : les motivations du M-19, la participation des gouvernements et institutions internationaux aux négociations, et les suites de la libération des otages.

7La période ici étudiée débute avec la prise de l'ambassade dominicaine à Bogotá en février 1980, et s’étend jusqu'à la rupture des relations diplomatiques entre la Colombie et Cuba en novembre 1981. Une sélection rigoureuse de documents historiques a été effectuée à partir des archives du Département administratif de la présidence de Colombie (DAPRE), centrée sur l’analyse des notions de menace et d'internationalisation du conflit colombien. Les événements les plus pertinents concernant la coopération diplomatique en rapport avec le conflit armé pendant et après la prise de l’ambassade sont expliqués. À cet effet, le réseau des acteurs internationaux impliqués dans la négociation pour la libération des otages est identifié. On analyse également l’évolution de l'opinion internationale à travers la presse et la communication entre ambassades, ainsi que les répercussions diplomatiques de l’événement. Des documents d'archives sont cités tout au long de l’article afin d'informer sur les ressources documentaires disponibles pour étudier la dimension internationale du conflit durant cette période. L'analyse de cet épisode historique nous permet d'identifier et de caractériser certains des acteurs de la région et au-delà qui sont intervenus depuis l'Amérique latine dans le développement de la violence politique en Colombie. Elle constitue également une contribution à l'histoire des relations internationales de la Colombie en ce qui concerne la gestion du conflit armé, la recherche de la paix et la diplomatie pour la paix.

Contexte historique : remise en cause du Statut de sécurité nationale et de la justice pénale militaire en Colombie

  • 4 Orlando Fals Borda, Colombia la Dictadura constitucional, entrevista del 17 de enero de 1980, en: (...)

8La prise de l'ambassade dominicaine à Bogota s'est déroulée dans un contexte de débat politique national animé concernant plusieurs problèmes : l'état de siège imposé depuis trente ans en Colombie ; l'application du décret 1923 du 6 septembre 1978 ou du Statut de Sécurité ; la création de cours de justice militaires et la tenue de consejos de guerra verbales, ces tribunaux militaires où les civils accusés d'appartenir à des organisations politiques de gauche étaient jugés collectivement. Le 17 janvier 1980, le célèbre sociologue de la violence colombienne, Orlando Fals Borda, dans une interview réalisée par Luis Pásara sur la démocratie en Colombie, déclarait qu'en Colombie « on essayait d'appliquer des formules pour limiter la démocratie, vers un régime défini comme une dictature constitutionnelle ». Selon Fals Borda, la caractéristique principale de cette dictature constitutionnelle était de valider par des systèmes juridiques formels les dispositions transitoires que l'État avait émises depuis trente ans. Ces dispositions, condensées dans le Statut de sécurité, ont transformé le code pénal et décuplé les peines pour certains crimes, principalement celui de rébellion, qui est devenu passible de 14 ans d'emprisonnement. Ce régime a également créé le crime d'association de malfaiteurs, qui a fait de la rébellion politique un crime de droit commun. Selon Fals Borda, lorsque le statut de sécurité a été publié, « ce ne sont pas les criminels de droit commun qui sont réellement persécutés, mais les gens de gauche, les critiques, les intellectuels, les marxistes et les organisations populaire4 ». Penser différemment, critiquer, être membre de certains syndicats n'était pas considéré comme des droits, mais comme des crimes.

9Un mois avant la prise de l'ambassade, entre le 15 et le 30 janvier 1980, Amnesty International (AI) avait effectué sa première visite en Colombie, justifiée par d’inquiétantes informations faisant état d'arrestations politiques massives, de tortures et de procès de civils devant des tribunaux militaires, notamment depuis la grève civique du 14 septembre 1977. La visite d'AI s’était déroulée tandis que se tenait un débat politique national centré sur la question des Droits de l'Homme, au cours duquel le gouvernement et les autorités civiles et militaires niaient l'existence de prisonniers politiques ainsi que les violations des droits fondamentaux. Pour les autorités colombiennes, les allégations de torture étaient un complot des présumés agents de subversion visant à discréditer le gouvernement, et les groupes armés révolutionnaires tels que les FARC, l’ELN et le M-19 étaient les principaux auteurs de violences contre les institutions du pays. Le gouvernement en avait conclu qu'il était justifié de réprimer toutes les formes de subversion pour défendre la sécurité nationale. Un exemple de cette justification peut être trouvé dans le récit des fonctionnaires du gouvernement colombien, pour qui il n'y avait pas de place pour la subversion. Dans une lettre envoyée par l'ambassadeur colombien au Pérou au président Turbay Ayala le 17 janvier 1980, il était indiqué que la mission de l'AI s’apprêtait à générer un scandale et qu'il était inimaginable que l’ONG ait accès à des témoignages qui, selon lui, avaient été préalablement arrangés par les dirigeants des organisations subversives du pays. Selon l'ambassadeur :

  • 5 Carta de la Embajada de Colombia en el Perú al presidente Julio César Turbay Ayala, 22 de enero de (...)

No entienden los idiotas útiles como "El Espectador" que el dilema planteado no consiste en que haya o no Estatuto de Seguridad o justicia equivalente, sino en que perduren o desaparezcan las formas republicanas. Estamos en el filo de la navaja. Si Colombia no ha enfilado en los regímenes militares se debe exclusivamente al respeto que tiene en el mundo castrense el Jefe del Estado y a la eficacia en el control de la revueltas. Si se aflojaran los resortes represivos no caeríamos en el paraíso de Torres en Bolivia o en el de Allende en Chile, o en el de Velasco en el Perú. Le entregaríamos el poder a los militares en bandeja de plata. Esto no es un misterio a nivel internacional. Un alto mando colombiano me decía una vez a la subversión no se la juzga. A la subversión se la aplasta5.

  • 6 Pendant leur séjour en Colombie, les délégués d'AI ont rencontré le président de la République, Ju (...)
  • 7 Amnistía Internacional, Informe de Amnistía Internacional a la República de Colombia entre el 15 d (...)

10Préserver les institutions démocratiques en écrasant la subversion et en contrôlant les révoltes pourrait être une façon de caractériser l'atmosphère politique tendue et l'intransigeance idéologique que le pays a connues dans les jours qui ont précédé le siège de l'ambassade. La crainte et la méfiance du gouvernement colombien à l'égard des pays tiers et des organisations internationales qui visitaient le pays confèrent au rapport d'AI une valeur historique inestimable, car le document donne un aperçu non seulement du contexte historique de la violence politique dans le pays à l'époque, mais aussi du rôle donné aux institutions et à la communauté internationales pour enquêter sur le conflit colombien. Le rapport est le résultat de l'étude de nombreux documents et témoignages remis à la mission d’AI, laquelle était composée du médecin canadien Federico Allodi, de l'avocat espagnol Antonio Carretero Perez et d’Edmundo Garcia, un ressortissant philippin6. L’organisation demandait notamment la levée de l'état de siège prolongé et l'abrogation du Statut de Sécurité, et exhortait le gouvernement à établir des garanties pour protéger les prisonniers politiques contre la détention indiscriminée et la pratique de la torture lors des interrogatoires menés dans des locaux militaires sans contrôle judiciaire. Il était également demandé que la défense des civils jugés par des tribunaux militaires soit effectivement assurée. En raison de l'état de siège, tous les crimes étaient alors transmis par décret à la justice pénale militaire, qui tenait des cours martiales pour juger collectivement les civils engagés dans des actes de mobilisation sociale ou impliqués dans des mouvements subversifs. Enfin, on incitait les autorités à mettre en œuvre des mesures concrètes pour garantir le respect des Droits de l'Homme des syndicalistes, des paysans et des populations indigènes, en particulier dans les zones rurales sous contrôle militaire7.

11La délégation d’AI avait reçu des informations sur de nombreuses arrestations invoquant l'article 28 de la constitution colombienne, qui autorisait le gouvernement à détenir des personnes jusqu'à 10 jours sans charges formelles. Ces arrestations se multipliaient en janvier 1979 à l’occasion de ce que l'armée présentait comme « la plus grande opération menée par les forces militaires contre la subversion dans le pays ». Les informations recueillies indiquaient que les arrestations étaient effectuées hors des conditions légales requises et que les détenus étaient mis au secret sans assistance juridique pendant des périodes plus longues que celles autorisées par la loi. La mission d'AI a enquêté sur les allégations répétées de recours systématique à la torture et aux assassinats politiques, en particulier dans les zones militarisées et les réserves indigènes, les arrestations présumées de prisonniers de conscience, notamment de syndicalistes, de dirigeants paysans et indigènes, d'avocats, de médecins, de journalistes, de membres de partis politiques et de mouvements sociaux, dont nombre étaient détenus depuis des mois dans l'attente de leur procès devant des tribunaux militaires. La délégation avait également reçu des informations sur les détentions de syndicalistes et les violations des droits syndicaux, présentées par le Conseil syndical national, et a rencontré le Conseil régional indigène du Cauca (CRIC), pour recevoir des témoignages directs de torture de personnes indigènes arrêtées dans la région du Cauca.

  • 8 Par exemple, le décret 2193 de 1976 a transféré les attaques contre les membres des forces armées (...)

12AI s'est alors montrée consciente des difficiles problèmes d'ordre public auxquels était confronté le gouvernement colombien, en particulier ceux causés par les actions violentes des groupes armés ou révolutionnaires. Toutefois, la mission a révélé que l'emprisonnement politique existait en Colombie au-delà des limites de l'opposition violente et que de nombreuses personnes étaient arrêtées pour l'exercice non violent de leurs droits fondamentaux. Pour ces raisons, AI a formulé quatre recommandations à l'intention du gouvernement national afin de garantir une protection efficace des Droits de l'Homme en Colombie. En premier lieu, l’ONG a recommandé d'envisager la levée de l'état de siège, car sa validité quasi permanente après 30 ans, la manière dont il était utilisé et les décrets auxquels il a donné lieu, avaient contribué à l'escalade des violations des droits. Deuxièmement, elle a recommandé l'abrogation du décret 1923 de septembre 1987, ou du Statut de Sécurité, et des décrets 2193, 2194, 2195, 2578 et 007, car leur application contribuait aux atteintes aux Droits de l'Homme8. Rien qu'en 1979, le Conseil d'État avait reçu plus de 30 demandes d'indemnisation pour la mort de citoyens aux mains de la police ou des forces militaires. La plupart de ces dispositions ont été intégrées dans le Statut de Sécurité, conçu, selon les autorités gouvernementales, pour contenir les troubles sociaux et l'insécurité nationale. Ainsi, le décret couvrait, entre autres, une série d'infractions aussi variées que la rébellion, l'enlèvement, les troubles à l'ordre public et les manifestations publiques. De même, pour certaines infractions, l'ordonnance d'habeas corpus avait été refusée, et le droit de recours et de libre accès aux médias limité. Troisièmement, le gouvernement a été prié de réexaminer l'application de l'article 28 de la Constitution, car cet article ne prévoyait pas de tenir secrète l’identité des personnes détenues et ne respectait pas les règles relatives à la protection des droits de toute personne en état d'arrestation ou de détention : celui de ne pas être arrêté arbitrairement, mais conformément aux procédures établies par la loi, et celui d'être informé, au moment de l'arrestation, des accusations portées contre la personne.

  • 9 Ibid, Folio 18.

13Une autre des recommandations concernait le droit à la défense devant les tribunaux militaires et les consejos de guerra verbales. La mission d’AI s'est entretenue avec un certain nombre de personnes détenues pour avoir appartenu à des groupes de guérilla, pour y avoir été liées et avoir plus ou moins couvert ou collaboré à leurs activités. Ces personnes ont été jugées par des tribunaux militaires sous la forme de consejos de guerra verbales. Le problème était que les militaires ainsi chargés de faire la justice violaient les formalités procédurales établies pour garantir les droits des citoyens. Ceci était manifeste, par exemple, dans les nombreux cas d'arrestations effectuées sans les autorisations correspondantes, la pratique des interrogatoires sans mandat, et même le harcèlement des avocats de la défense9. La mission a conclu que lorsque des civils colombiens étaient soumis à la justice pénale militaire, les militaires menaient l'ensemble de la procédure, de l'arrestation au procès, devenant à la fois juge et partie. Elle a donc recommandé de transférer à la justice ordinaire toutes les affaires concernant des civils jugés par la justice militaire, en particulier celles liées aux mouvements d'opposition armés. Elle a également rappelé au gouvernement les dispositions juridiques colombiennes en matière de Droits de l'Homme, telles que la Convention américaine des Droits de l'Homme et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Cependant, pour le gouvernement, le comportement de la délégation de l'EI était erratique et malavisé puisqu'il a considéré des « évaluations absurdes et des recommandations inadmissibles », telles que celles visant le président de la République, qui n'a pas de pouvoir constituant, pour réviser la Constitution ou le nouveau code pénal pour tenir compte de la « métaphysique politique et sociale du rapport de la délégation ».

14Une grande partie des abus dénoncés par AI s'explique également par les réactions du gouvernement à la grève nationale de 1977 qui a donné lieu à un niveau élevé de violence populaire et d'organisation syndicale, ce qu’ont exploité les groupes insurgés pour justifier leurs actions armées contre l'État. Au milieu des années 1970, la Colombie était un pays urbain où environ 59,12 % de la population vivait dans des villes, tandis que les mouvements civiques régionaux montaient en puissance, exigeant davantage de biens et de services publics. L'urgence économique décrétée par le gouvernement, le déficit de services publics et de logement, les prix des transports publics, ainsi que la réduction des subventions, avaient alimenté un mécontentement social croissant jusqu’au déclenchement de la grève civique nationale le 14 septembre 1977. L'appel à la grève est alors un succès immédiat et, bien qu'il soit annoncé par les quatre centrales syndicales, les enseignants et les étudiants, les employés indépendants, les paysans, les partis politiques de gauche, les intellectuels et même un secteur du parti conservateur s'y joignent. Quelques semaines avant la grève, en plein état de siège, le président López lançait les avertissements suivants dans un décret :

  • 10 Comisión para el Esclarecimiento de la Verdad, la Convivencia y la No repetición, Hay Futuro si ha (...)

La declaratoria de paros cívicos nacionales, la realización de paros ilegales y la amenaza de persistir en huelgas, cuyo levantamiento ha sido ordenado de conformidad con la ley, son hechos susceptibles de producir la desvertebración del régimen republicano vigente [...]. Mientras subsista el actual estado de sitio, quienes dirigieran, promovieran, fomentaran o estimularan en cualquier forma el cese total o parcial, continuo o escalonado de las actividades normales de carácter laboral, o de cualquier otro orden, incurrirán en arresto inconmutable de treinta (30) a ciento ochenta (180) días10.

  • 11 El Tiempo, Clave 1979 robo de armas cantón norte, [en ligne] Colombia, consulté le 10 janvier 2022 (...)

15Dans les rapports soumis à la Commission de la vérité, les organisations syndicales ont montré que ces mesures avaient conduit à de multiples arrestations et à la suspension du statut juridique, sous l'argument du maintien de l'ordre public et dans la "logique de l'identification des positions de l'opposition comme des positions subversives qui devaient être contrôlées". Le président López a qualifié la grève de "petit 9 avril", quand Bogotá et d'autres villes ont été paralysées par la violence sur les barricades et les émeutes sabotant les infrastructures de transport publiques. Selon les sources, entre 19 et 35 personnes ont alors été tuées à Bogota, sans compter les éventuels décès dans d'autres régions du pays, et 3 500 personnes ont été arrêtées. La responsabilité de ces événements a été attribuée à la guérilla et surtout au M-19. D’ailleurs, le vol d'armes perpétré par le M-19 a eu lieu plusieurs mois après la grève nationale. Le 1er janvier 1989, un commando du M-19 dirigé par Jaime Bateman Cayon s'est introduit dans les installations militaires du bataillon de renseignement à Bogota, réussissant à extraire près de 5 000 armes11. Sous le slogan de la remise des armes au peuple, le M-19 pensait que la révolte populaire mènerait à la guerre urbaine et permettrait de renverser le gouvernement de Turbay Ayala. Bien que cela n'ait pas eu lieu, l’événement a marqué un changement dans la stratégie militaire des insurgés, car il a démontré leur capacité à mener des opérations de renseignement dans les zones urbaines et militarisées du pays. À la suite de ce vol, 190 personnes ont été arrêtées et convoquées simultanément devant une cour martiale, accompagnées d'une vingtaine d'avocats et sous l'accusation d'un seul procureur.

  • 12 Amnistía Internacional, Comentario del Gobierno Colombiano al Informe de Amnistía Internacional, 1 (...)

16Pour le gouvernement colombien, le rapport d'AI a été rédigé dans un sens favorable à l'insurrection en raison des entretiens et des visites réalisés auprès de personnalités de gauche, arguant qu'elles « correspondent dans leur grande majorité à des secteurs de l'opposition la plus radicale au gouvernement »12. Il était d’ailleurs inadmissible de recommander la réforme du système judiciaire, puisque le gouvernement n’avait pas de pouvoir constituant et que les réformes du récent code pénal étaient le fruit de longues années de travail pour les pénalistes des partis traditionnels. En conséquence, l'état de siège a été maintenu en Colombie en raison des graves perturbations de l'ordre public causées par les groupes armés révolutionnaires, le gouvernement ne pouvant pas abroger les lois par décret et ses pouvoirs étant limités à la suspension des lois incompatibles avec l'état de siège. En revanche, il a été affirmé que le retour à la normale n'était pas de la seule responsabilité des autorités, mais que les groupes subversifs devaient déposer les armes et suivre les voies de l'opposition civile et démocratique. Le gouvernement avait l'obligation de fournir des garanties à tous les partis politiques, y compris ceux d'opposition, et le devoir constitutionnel de combattre la subversion, incapable de renverser le gouvernement légitime par des actes terroristes.

Prise de l'ambassade dominicaine en 1980 : dialogue et négociation

  • 13 L'assaut contre l'ambassade a eu lieu au moment où le président Turbay recevait les lettres de cré (...)

17L’assaut contre le bâtiment abritant l'ambassade dominicaine a lieu le 27 février 1980, profitant de la réunion pour commémorer le jour de l'indépendance de la République dominicaine. L'opération menée par 16 guérilleros, 11 hommes et 5 femmes, de la colonne Marcos Zambrano, vise à mettre la pression sur le gouvernement de Julio Cesar Turbay Ayala (1978-1982) pour obtenir la libération de 311 prisonniers politiques, l'accès aux médias pour un débat public national sur l'état de siège et le Statut de sécurité, l’ouverture d’une table de négociation et la somme de 50 millions de dollars pour la libération des diplomates et des personnes prise en otage. Cinquante personnes se trouvent à l'intérieur de l'ambassade, dont 16 hauts fonctionnaires, du personnel de service, quelques consuls, des secrétaires et des plateformes de réunion. Parmi les personnes séquestrées figurent, entre autres, Diego Asensio, ambassadeur des États-Unis, Monseigneur Angelo Acerbi, nonce apostolique du Vatican, ainsi que les ambassadeurs du Brésil, du Venezuela, du Costa Rica, du Mexique, de l'Uruguay, de l'Autriche, du Salvador, de l'Égypte, du Guatemala, d'Haïti, de la Suisse, d'Israël, de l'Italie et, bien sûr, l'ambassadeur de la République dominicaine13.

18La prise de l'ambassade dominicaine est une action sans précédent dans l'histoire de la violence politique colombienne. Pendant ces 61 jours, l'ambassade est l'épicentre des nouvelles de multiples agences de presse, installées autour du bâtiment pour suivre au jour le jour ce qui se passe à l'intérieur de l'ambassade. L'armée et la police colombiennes ont encerclé le bâtiment et prévoient de le reprendre par la force, mais cela ne se produit pas, grâce aux décisions du président Turbay. Quelques minutes après l’assaut rebelle, le président prend contact avec les ministères de la défense et des affaires étrangères, du gouvernement, de la justice, de l'éducation et des communications, afin d'élaborer une stratégie pour la libération des otages. Le deuxième jour de la saisie, une table de négociation improvisée est installée dans une camionnette devant l'ambassade, où une vingtaine de réunions se tiennent entre Carmenza Cardona Londoño, représentante du M-19, et les représentants du gouvernement colombien Ramiro Zambrano Cárdenas, Camilo Jiménez Villalba, avec la participation de l'ambassadeur mexicain Ricardo Galan comme témoin. Les négociations durent 2 mois, et les diplomates sont libérés à Cuba.

  • 14 Presidencia de la República de Colombia, Primera parte del reportaje al Presidente Turbay Ayala, 1 (...)

19Dans un rapport du président Turbay, on trouve certaines des raisons qui ont conduit le gouvernement à négocier avec le M-19, à éviter la reprise du bâtiment par les forces de sécurité et à permettre au gouvernement cubain et à une commission de l'OEA de participer à la négociation et à la libération des ambassadeurs séquestrés. En raison de ses implications nationales et internationales, le président assume le commandement direct des forces militaires et de la gestion des événements à l'ambassade. Selon le président, ils n’ont pas le droit d'échouer car le sort du gouvernement, des institutions juridiques et de la propre réputation de la Colombie est en jeu : « L'affaire ne laissait aucune place à l'erreur. Une hésitation ou une imprudence aurait pu déclencher une flambée catastrophique »14. Face à cette longue prise d’otages, le pays est dépourvu d’expérience en matière de résolution et de traitement de ce type de situation. Le gouvernement a bien connaissance de certaines agressions de sièges diplomatiques, comme la prise en otages des ambassadeurs de l'OPEP à Vienne le 21 décembre 1975, mais le pays n'a jamais été confronté à une séquestration aussi spectaculaire.

20Le président Turbay ne veut pas récupérer le contrôle de l'ambassade par la force et en écarte la possibilité dès le début des discussions avec le ministre de la Défense et le haut commandement militaire. Le gouvernement entame plutôt un dialogue avec les ravisseurs, afin de comprendre les raisons de la prise d'otages et de les persuader de trouver une solution pacifique. Le dialogue est difficile car l’action des miliciens est criminelle et il faut les familiariser avec l'ordre juridique et le cadre constitutionnel dans le cadre desquels sont possibles les pourparlers, avant que la colonne du M-19 accepte finalement que les solutions soient conformes à la loi, convaincu de la fiabilité du gouvernement devient comme interlocuteur. Selon le président :

  • 15 Ibid, Folio 7. Traduction de la citation : « Nous avons utilisé une franchise grossière pour analy (...)

Se utilizó una cruda franqueza para analizar el caso y precisar las posiciones, pero jamás echamos mano de vocablos detonantes. Durante los 60 días que se prolongó la ocupación de la embajada se les repitió sin ambigüedades que el gobierno colombiano no pagaría un solo peso por concepto de rescate y que tampoco soltaría, llevándose de calle el Orden Jurídico, un solo preso. La Constitución y el respeto a la ley fueron nuestras invariables divisas de combate15.

  • 16 Presidencia de la República de Colombia, Pliego de instrucciones a los doctores Jimenez y Sambrano(...)

21Dans les instructions données par le président aux représentants du gouvernement Ramiro Zambrano et Camilo Jimenez, certains éléments méritent d'être mentionnés afin de comprendre le succès des négociations et l'implication de tiers dans la médiation du conflit. Tout d'abord, le président cherche à faire comprendre à la colonne de la guérilla que le gouvernement a des difficultés juridiques que le M-19 n'a pas. Le gouvernement doit agir dans les limites de la Constitution et de la loi, alors qu'il n'y a pas de limite à la violation de la loi. En outre, les délégués font savoir que si la prise de l'ambassade a une issue malheureuse, le gouvernement n'en sera pas tenu responsable puisqu'il n'est pas le garant du M-19 et qu'il n'a pas à répondre devant les tribunaux des actions de la guérilla. Le gouvernement demande la libération des otages le plus rapidement possible, car il s'agit de victimes qui n’ont pas participé aux actes que la guérilla accusait le gouvernement colombien d’avoir commis. Le gouvernement étudie également les propositions de négociation avec les gouvernements des pays des ambassadeurs retenus. Par exemple, la question de l'argent des rançons ne peut être tranchée par le gouvernement colombien mais est présentée comme une possibilité aux gouvernements étrangers. Quatrièmement, le gouvernement exprime son désintérêt pour les actes de provocation, mais avertit la guérilla que tout violence contre les otages déclencherait une intervention de l'armée. Cinquièmement, l'accès à la presse et la tenue d'un débat public national à la radio et à la télévision sont refusés, sous prétexte que la presse est privée et que la radio et la télévision d'État ne peuvent servir de caisse de résonance à un crime ou à un acte terroriste tel que l’assaut de l’ambassade et la détention illégale des diplomates. Enfin, en ce qui concerne la libération des prisonniers politiques, le gouvernement demande les identités des personnes concernées afin que les juges puissent étudier leurs dossiers respectifs16.

  • 17 C'était le cas de Montegranario Cuenca Cortés, Gustavo Londoño Arias, Marta Tila Uribe de Trujillo (...)
  • 18 Presidencia de la República de Colombia, Quinta parte del reportaje al Presidente Turbay Ayala, 7 (...)

22Sur ces bases, les discussions ont lieu à l'intérieur du van, tandis que les jours de captivité à l'intérieur de l'ambassade s'écoulent. Selon Carmenza Cardona Londoño, indépendamment de l'ordre juridique, il est nécessaire de libérer au moins 1000 prisonniers politiques, arrêtés dans le cadre de l'application du statut de sécurité. Parmi les détenus se trouvent 311 militants du M-19. Il exige également le retrait des forces armées des environs de l'ambassade ainsi que la publication d'un manifeste du M-19 dans les principaux journaux des pays des otages et le paiement de 50 millions de dollars. En ce qui concerne la libération des prisonniers, le gouvernement affirme qu'en vertu du mandat du Statut de sécurité, il n'y a pas d'arrestations arbitraires et qu’il ne pouvait pas usurper les décisions et les fonctions de l'appareil judiciaire. Néanmoins, il s’engagé à revoir les sentences des 311 prisonniers du M-19, en particulier pour 28 cas que la guérilla considère incontestables. Sur ces 28 prisonniers, il est conclu que certains ont été condamnés bien à l'avance17. Le gouvernement invite en outre la Croix Rouge internationale et une commission des Droits de l'Homme de l'OEA à participer à l'examen des cas d'abus d'autorité, affirmant qu'il n'y a pas un seul prisonnier en Colombie retenu sur ordre de l'exécutif. Sur les 679 détenus en vertu de l'article 28 de la Constitution, la Brigade et les juges en libèrent 523 et en maintiennent en détention 15618.

  • 19 El Tiempo, La Toma de la Embajada 40 años, Cuando la guerra en Colombia fue Noticia Mundial [en li (...)

23Le gouvernement, par le biais d'un décret, veut alors accélérer les procédures des consejos de guerra verbales par une procédure accélérée, mais la Cour suprême de justice le déclare anticonstitutionnel. Pour cette raison, les pourparlers sont paralysés entre le 13 et le 24 mars, période durant laquelle il est demandé au président d'accorder par décret législatif, signé par tous ses ministres, la grâce ou l'amnistie pour les prisonniers politiques, parmi lesquels Margot Pizarro, Felipe González et Carlos Pizarro. Cependant, le Président n’a pas l’autorité nécessaire, car ce sont les Chambres qui peuvent accorder des amnisties ou des grâces générales pour les crimes politiques. Le gouvernement procède à la publication du décret législatif visant à raccourcir les procédures dans les cours martiales. En ce qui concerne le paiement de la rançon, le Président soutient que le gouvernement ne peut pas négocier ni payer de rançon mais que, pour raisons humanitaires, il permet que des représentants d'associations humanitaires ou des amis des otages puissent rencontrer les ravisseurs de l'ambassade pour le paiement de la rançon, sous la protection de l'extraterritorialité de l'ambassade dominicaine. Cependant, le 25 mars, les représentants des pays des diplomates détenus informent le ministre des Affaires étrangères qu'aucun des gouvernements n’est en mesure de payer la rançon. Des années plus tard, le journal El Tiempo et le commandant Rosemberg Pabon lui-même dans de multiples interviews ont affirmé que le M-19 avait réussi à obtenir des autorités 3 millions de dollars19.

24La stratégie dissuasive du gouvernement vis-à-vis des ravisseurs lui a permis de gagner une bataille juridique et internationale. D'une part, la colonne de la guérilla finit par comprendre et accepter les limites légales de l'État colombien pour se conformer à ses exigences, et d'autre part, le gouvernement et la guérilla évitent une issue fatale qui aurait pu mettre en danger la souveraineté institutionnelle de l'État colombien. Pour le gouvernement national, les ravisseurs ne sont pas sortis les mains vides. Tout d'abord, parce que les peines des membres du M19 qui étaient jugés ou condamnés ont été revues, bien qu'aucun des 311 prisonniers n'ait été libéré. Deuxièmement, parce que le groupe subversif a réussi à se positionner à la tête des organisations subversives du pays grâce à une publicité universelle. Troisièmement, parce que le dialogue a permis aux forces armées de s'éloigner du siège diplomatique et au gouvernement d'annoncer sa décision de ne pas attaquer l'ambassade. Quatrièmement, parce que les conventions juridiques et institutionnelles de l'État colombien ont été respectées, malgré les grandes différences entre les parties. Ceci est confirmé par la colonne de la guérilla qui, dans un document signé le 8 avril, se déclare satisfaite des propos du gouvernement selon lesquels des solutions ont été recherchées au problème des prisonniers politiques, telles que l'abrègement des procès, la réaffirmation de la sécurité de toutes les garanties procédurales et le respect de la dignité des détenus. L'invitation faite à la Commission des droits de l'homme (CDH) de l'OEA a également suscité la confiance de la guérilla, qui demande aussi que le représentant de la Croix Rouge internationale soit autorisé à pénétrer dans les prisons du pays pour exercer les fonctions humanitaires prévues par les conventions internationales et surveiller les procès des militants détenus.

  • 20 Presidencia de la República de Colombia, Carta del Ministro de Relaciones Diego Uribe Vargas a Arm (...)

25Le gouvernement est contraint de se tourner vers des organismes internationaux tels que la CDH de l'OEA, malgré les refus de la mission de l'AI. La CDH contribue à garantir la défense de l'ordre public et la libération des otages. Le délégué régional de la Croix-Rouge, Armin Eric Kobel, dans une lettre adressée au ministre des Affaires étrangères, Diego Uribe Vargas, le 24 avril 1980, accepte la mission de visiter les prisons et pénitenciers du pays, une fois les diplomates libérés. Pour sa part, le ministre Uribe Vargas a demandé au CICR de superviser le départ des ambassadeurs et de leurs ravisseurs de l'ambassade dominicaine vers l'aéroport El Dorado de Bogota, afin que, dans un vol coordonné par le gouvernement cubain, tous les diplomates et les miliciens puissent être libérés à l'aéroport José Martí de La Havane. Ce transfert est effectué dans des véhicules fournis par la Croix Rouge, qui transportent l’ensemble des guérilleros, les ambassadeurs séquestrés, les négociateurs du gouvernement colombien, une délégation de l'OEA et l'ambassadeur cubain en Colombie20.

26Pour garantir le succès de la libération, le ministre des affaires étrangères et le président Turbay rencontrent les 15 représentants des pays des diplomates détenus. À cette occasion, ces représentants remettent au ministre des affaires étrangères une étude juridique interprétative de la Convention de Vienne expliquant le régime spécial de protection des agents diplomatiques, dans l'intention de démontrer au gouvernement colombien que le droit international doit être appliqué de préférence au droit national. Pour le gouvernement Turbay, il n'y a aucune incompatibilité entre cette loi et l'ordre constitutionnel du pays. Le porte-parole du groupe est Monseigneur Laghi, un diplomate éloquent et persuasif, qui décrit la souffrance morale des séquestrés et comment la séquestration prolongée représente une torture psychologique. La pression exercée par les représentants conduit l’exécutif colombien à autoriser la participation du gouvernement cubain à la libération des otages, ainsi que la collaboration de l'Association colombienne des Droits de l'Homme, alors présidée par le professeur d'université Luis Agudelo. La Commission de juristes qui a conseillé le gouvernement sur la rédaction du décret visant à raccourcir les processus suivis dans les consejos de guerra verbales participe également dans le but de garantir la mobilité vers l'aéroport et la sortie du pays de tous les ravisseurs du M-19. De même, les acteurs cités sont autorisés à assister aux audiences publiques des conseils de guerre dans le but de s'assurer du respect des garanties procédurales et de formuler des observations pertinentes.

27D'autre part, il est de notoriété publique que le président Fidel Castro, dès les premières semaines de l'occupation, a offert l'asile temporaire ou permanent aux ravisseurs et aux prisonniers politiques du M19 qui pouvaient éventuellement être libérés par la négociation. Parmi d'autres possibilités, la proposition cubaine s’avère finalement efficace pour la libération de tous les diplomates retenus en otage par les miliciens. Pour le gouvernement colombien, le plus important est la libération des otages le plus rapidement possible, c’est pourquoi des contacts sont établis avec La Havane pour accepter la proposition. Cependant, peu après la libération des diplomates à Cuba, les relations entre les deux pays commencent à se détériorer et le conflit sur la mise en cause du gouvernement cubain dans l'orchestration des mouvements de guérilla en Colombie entraînent des ruptures diplomatiques. Dans un document des archives présidentielles colombiennes, on trouve un mémorandum qui donne un aperçu de la position du gouvernement cubain au sujet de la proposition de médiation. Le mémorandum envoyé le 2 avril 1980 par Alvaro Perez Vives, ambassadeur de Colombie à La Haye, au président Turbay Ayala, fait état de la visite du ministre cubain des affaires étrangères en Hollande et des conversations que les deux hommes ont eues par l'intermédiaire de l'ambassadeur cubain à La Haye. Lors de cette réunion, l'ambassadeur Perez Vives, cherchant à connaître la pensée de Fidel Castro sur la prise de l'ambassade, écrit ce qui suit :

  • 21 Embajada de Colombia en la Haya, Memorándum enviado al Presidente Turbay Ayala, 21 de abril de 198 (...)

Luego de varias conversaciones he llegado a la conclusión de que Fidel Castro ha sostenido ante el Gobierno venezolano, en relación con los cubanos asilados en la Embajada de Venezuela en La Habana, tesis similares a las del Gobierno colombiano, a saber: condena del terrorismo como arma politica, negación del calificativo de delincuentes politicos a los criminales comunes aunque aleguen fines políticos y respeto a las leyes internas de los paises. Mi idea es la de que se haga conocer ese pensamiento, pues contraria la conducta y las exigencias de los terroristas colombianos y deja sin piso la posición del M-19, lo cual considero de suma importancia para ayudar a quebrantar su unidad de grupo y su moral21.

  • 22 Ministerio de Relaciones Exteriores de Colombia, Enfrentamiento cubano-peruano por ocupación de la (...)

28Le message est important parce qu'il émane du ministre cubain des affaires étrangères et parce qu'il reflète un problème d'expression de la violence politique de l'époque, consistant à faire des sièges diplomatiques une scène de dénonciation internationale des régimes politiques et des violations des droits fondamentaux par les gouvernements. Par exemple, alors que le gouvernement cubain a joué le rôle de médiateur en Colombie, il doit faire face à l'occupation des ambassades vénézuélienne et péruvienne à La Havane par des opposants au régime castriste. Le 7 avril 1980, un groupe d'environ 300 Cubains occupe illégalement l'ambassade du Pérou à La Havane, tuant sur place le garde cubain Pedro Ortiz Cabrera. Le gouvernement cubain critique le gouvernement péruvien pour avoir accordé le droit d'asile à ceux qui ont commis le crime contre le garde, ainsi que pour avoir permis l'usage de la force contre une ambassade étrangère en violation des traités d'immunité diplomatique. Pour le gouvernement cubain, il s'agit de "criminels de droit commun, de lumpens et d'éléments antisociaux" qui devraient se voir refuser le droit d'asile et quitter le pays, étant donné qu'ils ne sont pas impliqués dans des problèmes politiques et n'ont pas besoin de l'asile diplomatique22. En conséquence, le gouvernement cubain retire la garde de l'ambassade du Pérou, rejetant toute responsabilité par rapport à la sécurité des fonctionnaires et de près de trois mille Cubains qui se sont réfugiés à l'intérieur de l'ambassade péruvienne pour obtenir l'asile politique.

  • 23 Ibid.
  • 24 Ministerio de Relaciones Exteriores de Colombia, oficina telegráfica, Posición Cubana en diario Gr (...)

29Cette situation attire l'attention de plusieurs gouvernements, qui mettent en cause l'ambiguïté de Cuba dans la description des auteurs des violences contre les institutions internationales à Bogota et à La Havane. Pour le gouvernement péruvien, il est inadmissible que le gouvernement cubain ait unilatéralement décidé de retirer les policiers chargés de protéger l'ambassade, et qu'il ait accusé le Lima d'encourager de tels actes contre la sécurité du personnel diplomatique. Dans un communiqué, le Pérou rejette le langage utilisé par le gouvernement Castro pour accuser les Cubains qui ont pénétré dans le siège diplomatique et rappelle qu’aucun gouvernement ne peut, sous aucun prétexte et en aucune circonstance, se soustraire à sa responsabilité, en tant que membre de la communauté internationale, de fournir les garanties nécessaires à la sécurité des fonctionnaires d'une mission diplomatique et de leurs familles23. Du côté du gouvernement cubain, on affirme que l'événement est acte d’ingérence impérialiste états-unienne opéré par des pays tiers, tandis que pour le Pérou, l'occupation massive de l'ambassade par les Cubains a été générée par le gouvernement cubain lui-même lorsqu'il a retiré les gardes et diffuser sa position à la télévision et à la radio, ce qui a conduit une foule à s'emparer du bâtiment pour tenter de quitter l'île. Après plusieurs discussions et la pression de plusieurs pays qui ont offert leur soutien pour l'asile aux Cubains, le gouvernement de Castro décide de leur accorder la permission de quitter l'île, affirmant qu'il s'agit de personnes dépendantes du jeu et de la drogue, de la délinquance, du vagabondage et du parasitisme. La position cubaine, exposée dans l'éditorial du quotidien Granma du 7 avril, conclut : « Les travailleurs (cubains) pensent seulement que les paresseux, les asociaux, les lumpens, les délinquants, la racaille, doivent partir de Cuba »24. En Colombie, il semble que l'offre de Fidel Castro d’accueillir les otages et les ravisseurs de l'ambassade dominicaine, plus qu’un service rendu à la Colombie, était une posture stratégique destinée à détourner l'attention par rapport aux demandeurs d'asile dans l'ambassade du Pérou à La Havane. Le président Turbay Ayala remercie toutefois le gouvernement cubain pour le service rendu et les résultats obtenus.

  • 25 Ministerio de Relaciones Exteriores de Colombia, The Mac neil Lether Report, a Conversation with D (...)

30Un autre exemple presque simultané de la manière dont la violence politique a atteint les institutions internationales a été la prise de l'ambassade d'Iran à Londres. À ce sujet, le journaliste Jim Lehrer, interrogeant l'ambassadeur des Etats-Unis Diego Asencio après sa libération à La Havane, dit : « Le schéma est devenu familier. Des terroristes prennent d'assaut des ambassades, séquestrent des gardes et prennent des diplomates en otage. Puis ils font des demandes en échange de leur libération. Cela s'est produit trois fois au cours des derniers mois : d'abord en Iran, puis à Bogota et enfin à Londres »25. À cette époque, seul le cas d’un ressortissant iranien n’est pas résolu, mais huit militaires nord-américains sont tués lors d'une tentative ratée de libérer leurs 53 compatriotes détenus depuis 185 jours. À Londres, les troupes britanniques libèrent 19 otages en intervenant à l'ambassade, tuant trois des cinq terroristes arabes iraniens. Les terroristes avaient tué deux otages la veille. Cet épisode se distingue nettement de la prise de l’ambassade dominicaine à Bogotá, où l’affaire prend fin sans effusion de sang, après un accord négocié par les parties. L’issue est si pacifique que la fin de la prise de l'ambassade dominicaine passe presque sous silence, l’attention des médias étant bien plus attirée par les événements dramatiques de l'ambassade d'Iran. D'après les informations compilées pour cet article, il est difficile de déterminer s'il existait ou non une relation directe ou indirecte entre les deux attaques d’ambassades. On peut affirmer, en revanche, c'est que les actions offensives ce type d’institutions diplomatiques est utilisée à cette époque pour effectuer des dénonciations internationales et exiger des gouvernements locaux des changements importants dans les modèles politiques de l'époque. Dans le cas de la Colombie, ces actions ont produit des conséquences de nature diplomatique, qui seront analysées ci-dessous.

Conséquences diplomatiques après la prise de l'ambassade dominicaine

31Il est important d'analyser l'impact diplomatique de la prise de l'ambassade dominicaine à Bogota en raison de l'internationalisation du conflit. Pour ce faire, il faut se demander si les stratégies utilisées par le M-19 (occupation armée de sièges diplomatiques, détention arbitraire de fonctionnaires et de personnel diplomatique, demande de libération de prisonniers politiques, demande de rançon pour la libération d'otages, sollicitation de la presse nationale et internationale) ont eu un écho régional et comment les actes de violence contre les sièges diplomatiques ont été perçus par l'opinion publique régionale. Grâce aux documents d'archives étudiés, il est possible d'analyser certains des effets directs de l’événement qui nous intéresse sur la région latino-américaine, et notamment le gel des relations diplomatiques entre la Colombie et Cuba et la circulation des miliciens du M-19 en Équateur et au Panama.

32La rupture des relations diplomatiques avec Cuba intervient après qu'un commando du M-19 a été abattu alors qu'il tentait de pénétrer en territoire colombien, de l'autre côté de la frontière entre la Colombie et l'Équateur, sur la côte Pacifique. Selon le ministre colombien des affaires étrangères de l'époque, Carlos Lemos Simmonds, la rupture des relations avec Cuba permet alors d'éviter une situation dangereuse pour la stabilité démocratique du pays. Le ministre est pleinement convaincu que Cuba est directement intervenu dans l'entraînement des guérilleros colombiens et que, du fait de son intervention, ces guérilleros sont entrés en territoire colombien en tant qu'envahisseurs. Selon les déclarations du ministre :

  • 26 Presidencia de la República de Colombia, Oficina Telegráfica, Infiltraciones de guerrillas colombi (...)

A principios de marzo de 1981, el ejército colombiano, informado por campesinos, había aplastado una ofensiva del M-19 cuando desembarcaron un cargamento de armas en el suroccidente del país. Unos cien hombres adiestrados en Cuba llegaron con instrucciones de replegarse por varias ciudades para sembrar el caos. El ejército detuvo a 76 guerrilleros, once murieron y se presume que medio centenar lograron huir. Se reveló que entre los detenidos hay un uruguayo, cinco panameños y una mujer costarricense26.

33On présumé à Bogota que Cuba a formé et armé les guérilleros, à partir d’informations fournies par les miliciens détenus. L'arsenal saisi comprend des bazookas, des lance-roquettes, des grenades et des milliers de munitions qui ont permis aux guérilleros de se battre pendant plus d'un mois. Les armes sont de fabrication portugaise, nord-américaine, allemande et brésilienne. Le gouvernement cubain, pour sa part, réfute ces accusations rejet par une déclaration du ministère des Affaires étrangères, transmise au ministre Carlos Lemos par l'ambassadeur José Manuel Arias Carrioza. Dans le document, il est rappelé au gouvernement colombien que le mouvement de guérilla en Colombie existe depuis de nombreuses années, avant même la révolution cubaine : « Ce mouvement a subsisté pendant cette longue période et s'est développé progressivement à mesure que la situation sociale et politique devenait insupportable pour le peuple colombien. Cuba n'est en rien responsable de cette situation ». La déclaration rappelle au gouvernement colombien qu'un groupe de révolutionnaires du M-19 est arrivé à Cuba après les événements de l'ambassade dominicaine parce que le gouvernement colombien lui-même l'avait décidé et demandé. En outre, le gouvernement cubain déclare que :

  • 27 Presidencia de la República de Colombia, Oficina Telegráfica, Carta del Embajador cubano José Manu (...)

Otros jóvenes colombianos perseguidos también han residido en Cuba. No es un secreto que nuestro país han encontrado asilo numerosos revolucionarios procedentes de diversos países de América Latina, cuyos regímenes se caracterizan por el Estado de sitio, la represión sangrienta, las torturas, las desapariciones y los las crueles métodos de represión desarrollados y extendidos en este continente por la Agencia Central de Inteligencia y otros organismos oficiales de los Estados Unidos, aunque no siempre los perseguidos políticos comparten nuestra ideología; No oculta tampoco Cuba sus sentimientos de solidaridad y simpatía por todos los que luchan contra el dominio imperialista y por la independencia, la justicia social y los derechos democráticos en América Latina y en el Mundo27.

34À propos de la responsabilité des accusations portées contre le gouvernement cubain pour justifier la rupture des relations diplomatiques avec la Colombie, le ministère cubain des affaires étrangères assure que Cuba n'a pas livré une seule arme au M-19 ni à toute autre organisation révolutionnaire en Colombie et qu'elle n'a rien à voir avec le débarquement des révolutionnaires du M19 sur les côtes de ce pays. Au contraire, le gouvernement cubain rejette catégoriquement les accusations des « porte-parole de l'impérialisme et de l'oligarchie colombienne ». Pour les Cubains, il est suspect que l'attitude des autorités colombiennes coïncide avec la campagne impérialiste contre Cuba. Dans le communiqué, le gouvernement cubain rappelle que « l'oligarchie colombienne s'est honteusement prêtée » au blocage de l'entrée de Cuba au Conseil de sécurité de l'ONU, alors que Cuba avait obtenu la majorité des voix. Pour les Cubains, il s'agit d'une infâme opération de dénigrement mise en oeuvre par les intérêts états-uniens. En conclusion, le communiqué affirme que « Cuba sait se battre et se défendre, comme l'ont démontré 20 ans de résistance héroïque et victorieuse contre le pays impérialiste le plus puissant et le plus agressif de la planète, auxquels se sont joints tous les gouvernements du continent, à l'exception honorable du Mexique et du Canada ».

  • 28 Embajada de Colombia en Panamá, Oficina Telegráfica, Guerrilleros del M-19 se armaron en Panamá, 2 (...)

35Cependant, un autre document semble prouver le déplacement de membres du M-19 de Cuba au Panama, où les guérilleros se seraient armés avant de tenter d'entrer en Colombie par la côte frontalière colombo-équatorienne. L'information provient d’un télégramme envoyé le 23 mars 1981 par l'ambassadeur de Colombie au Panama, Libardo Lopez Gomez, au ministère colombien des Affaires étrangères28. Le document mentionne les dénonciations des habitants de Jaque, dans la province de Darien au Panama, qui ont aperçu l'atterrissage de petits avions de la compagnie aérienne Islas de las Perlas, transportant de mystérieuses et lourdes caisses en bois, qui étaient ensuite amenées par bateau vers d’autres navires stationnés au large. L'opération, qui s'est déroulée à plusieurs reprises, a été supervisée par un garde-côte panaméen. Plus tard, des journalistes ont été envoyés sur place et ont constaté que 25 personnes, dont 4 jeunes femmes, appartenant au M-19, étaient arrivées dans les avions. L'un des jeunes hommes, apparemment le chef du groupe, a acheté en liquide les armes disponibles dans le village de Jaque. Par la suite, d'autres sources ont révélé que le médecin Carlos Toledo Plata, commandant de l'opération M-19, a confirmé que le groupe avait été entraîné à Cuba puis armé au Panama, et que ses intentions étaient d'entrer sur le territoire colombien via la rivière Miran, près de la frontière avec l'Équateur. Les autorités colombiennes ayant été averties de ces mouvements depuis le Panama, l'armée a pu préparer une opération qui a surpris les insurgés du M-19, entraînant la mort et la capture d’un certain nombre d’entre eux, dont le médecin Toledo Plata. Le télégramme mentionne également qu'un total de 85 membres du M-19 sont entrés en Colombie depuis Cuba et Panama, mais que certains d'entre eux ont été arrêtés par les autorités équatoriennes.

  • 29 Embajada de Colombia en Lima, Primeras reacciones peruanas ante la suspensión de nuestras relacion (...)

36Après la rupture des relations diplomatiques avec Cuba, les réactions ne tardent pas. Par exemple, dans l'opinion publique péruvienne, divers commentaires circulent dans les principaux journaux du pays, lesquels ont été compilés par Jorge Padilla, ambassadeur de Colombie au Pérou, et envoyés au ministère colombien des Affaires étrangères29. Le journal La Prensa rapporte en première page sur six colonnes que la Colombie a suspendu ses relations avec Cuba non pas pour des raisons idéologiques mais en raison de son hostilité, affirmant que Cuba a entraîné les guérilleros du M-19. Le quotidien El Comercio titre sur la rupture des relations en accusant Cuba d'interventions répétées dans les affaires intérieures de la Colombie et d'autres États. Ces journaux reproduisent les concepts essentiels du discours du président Turbay et relaient la décision de retirer l'ambassadeur colombien de La Havane ainsi que le délai péremptoire fixé pour que la mission cubaine à Bogota quitte le pays. Pour sa part, le quotidien de gauche Marka traite la question sur deux colonnes en page intérieure : La Colombie a suspendu ses relations avec Cuba, la pression de Reagan ? Pour ce quotidien, la rupture avec Cuba est due aux allégations d'un guérillero colombien prétendument capturé, ce qui est remis en question par l'ancienne ambassadrice colombienne à La Havane, Clara Nieto de Ponce de Leon, qui souligne que les déclarations d'un seul guérillero ne sont pas suffisantes comme preuve de dénonciation du gouvernement cubain. Le journal ajoute que pour le ministre des Affaires étrangères Lemos Simmonds lui-même, il n'y avait pas de preuves concrètes. Pour Marka, les contributions du gouvernement cubain à la libération des ambassadeurs sont plus importantes, et on souligne que « tout porte à croire que derrière la suspension de ces relations se cachait la volonté de l'administration Reagan de revenir à la politique des canonnières pour consolider son arrière-cour : l'Amérique latine ».

37Pour Jorge Padilla, le journal La Prensa, qui dans son éditorial titrait : Cuba doit être mis sur le banc des accusés, a traité le sujet « avec courage et méritait d'être reproduit ». Pour le journal, la défaite du M-19 face à l'armée colombienne a permis de mettre en évidence l'intervention absolument indésirable et inacceptable de Cuba dans les affaires colombiennes. Les guérilleros en fuite qui avaient traversé l'Équateur avaient été capturés et remis aux autorités colombiennes avec des armes modernes et puissantes qui avaient dû être fournies par un autre pays tiers. Selon le journal, ce ne pouvait être aucun autre pays, sur le continent, que Cuba ou, au-delà, l'Union soviétique à travers Cuba. Cependant, selon les autorités, les armes étaient de fabrication portugaise, américaine, allemande et brésilienne. D'autre part, le journal affirme que les détenus du M-19 ont raconté en détails comment ils s'étaient rendus à Cuba, y avaient été rigoureusement entraînés dans des camps spéciaux, préparés aux éventualités de la guérilla, et qu'ils avaient ensuite été débarqués sur la côte colombienne. Selon l'éditorial, Cuba n'est pas seulement intervenue en Colombie, au Nicaragua et au Salvador, mais également dans des territoires aussi éloignés que l'Angola et l'Éthiopie, raison pour laquelle il est justifié de rompre les relations avec un pays qui ne respecte pas le droit d'asile, viole le principe de l'immunité diplomatique et méconnaît le principe de non-intervention.

  • 30 Ministerio de Relaciones Exteriores de Colombia, Resumen de las reacciones gubernamentales y perio (...)

38Au niveau régional, l'image de Turbay Ayala est celle d'un homme capable de faire respecter la souveraineté du pays et de positionner un discours contre la révolution cubaine, dans un contexte où le sandinisme nicaraguayen et le problème centraméricain sont perçus comme une nouvelle menace pour certains pays de la région. Comme le montre la figure 1 ci-dessus, le gouvernement de Turbay n'a pas seulement capturé les miliciens du M-19, mais a également expulsé et dénoncé l'ingérence cubaine dans les affaires intérieures du pays. Le soutien vient des gouvernements de pays alliés comme le Pérou et d'autres gouvernements, comme le montre le résumé des réactions gouvernementales et journalistiques remis au président Turbay le 8 avril 198130. Avec ce document, on comprend que ce soutien a été partiel. Par exemple, le ministre des affaires étrangères du Pérou, M. Arias Stella, déclare que son pays st très respectueux du principe de non-intervention, mais la parcimonie du ministre contraste avec la couverture médiatique générale de la suspension des relations avec Cuba. En Équateur, le ministre des affaires étrangères, M. Barrera Valverde, publie des déclarations peu convaincantes, témoignant d'une certaine incompétence sur la question, afin d'adopter une position non contraignante et très équidistante. En Bolivie, le régime de García Meza garde le silence et la presse rapporte les événements de manière laconique. Au Venezuela, les réponses et les réactions sont perçues comme un soutien à la détermination de la Colombie. Au Brésil, la ligne d'extrême retenue, de prudence et de discrétion fait qu'Itamaraty ne se prononce pas. Le gouvernement panaméen, face à la position inconfortable dans laquelle certaines affirmations visent des secteurs de son pays en les désignant comme responsables de l'armement des rebelles qui se sont infiltrés en Colombie, s’efforce de clarifier sa position en faveur de la Colombie. Aucune déclaration officielle n’est faite au Chili, probablement en raison du désaccord entre les deux gouvernements. Il n'y a pas non plus de réaction de Trinidad, de la Jamaïque, du Honduras et de Saint-Domingue.

Figure 1 – Soutien à la rupture de Turbay avec Cuba

Figure 1 – Soutien à la rupture de Turbay avec Cuba

Source : Diario el Comercio del Perú, Tomado del Archivo DAPRE, Expediente : Embajadas, CJ838, Folio 139.

39Au Nicaragua, comme il fallait s'y attendre, il y a deux types de réponses. D'une part, le gouvernement, par l'intermédiaire de Triunviro Cordoba Rivas, reste neutre, arguant que le pays entretient des relations avec le monde entier. D'autre part, les médias sandinistes proposent des interprétations favorables à Cuba, reprenant l'argument des manœuvres impérialistes. Aux États-Unis, il n'y a pas de déclaration officielle, ce qui pourrait s'expliquer par le fait que l'administration Reagan se concentre alors sur le Salvador et l'Amérique centrale en général. L'Union soviétique ne prend pas non plus de position officielle, sauf en Bulgarie, où l'agence télégraphique et la presse en général adoptent une position pro-Cuba. En France, il n'y a pas de position officielle, mais, selon le ministre Lemons, cela est dû à la force de la gauche pro-cubaine dans le pays et à la manière zélée dont Cuba a travaillé l'opinion française afin de protéger l'image de la révolution. Selon le ministre, « une grande partie des publications françaises sont entre les mains de la gauche. Ces facteurs peuvent provoquer des silences complices ». Enfin, en Suisse, aux Pays-Bas, au Vatican, au Canada, en Allemagne de l'Ouest, en Inde, en Thaïlande et au Vietnam, les détails de la rupture sont portés à l'attention des gouvernements, mais aucune déclaration officielle n’est publiée. Enfin, le gouvernement kenyan condamne l'intervention cubaine en Afrique et soutient la décision de la Colombie de rompre ses relations avec Cuba.

  • 31 Presidencia de la República de Colombia, Oficina Telegráfica, SU DM-23, 19 de marzo de 1981, en: A (...)

40La circulation des miliciens du M-19 est une autre façon d'analyser les impacts de la prise de l'ambassade dominicaine à Bogota. Il existe plusieurs documents et télégrammes entre ambassades qui font état des activités criminelles du M-19 en Équateur et au Panama. Par exemple, un télégramme de la représentation colombienne en Équateur envoyé au Président Turbay le 19 mars 1981 fait état d’une tentative d’infiltration en territoire équatorien de la part d'éléments subversifs colombiens, repoussée par les autorités équatoriennes. Ces miliciens sont accusés d'appartenir au M-19. Ce télégramme mentionne également que le 18 avril 1980 des hommes cagoulés et lourdement armés, avec une prosodie équatorienne reconnaissable, ont fait irruption dans le consulat de Colombie à Quito, ont maîtrisé les fonctionnaires et le public présents dans les locaux consulaires et ont déployé le drapeau du M-19 et de son allié équatorien du M-18 de Octubre, en proférant des insultes contre le président Roldos Aguilera et son gouvernement31. Ces deux événements mettent en évidence la puissance propagandiste et logistique gagnée par le M-19 pendant et après la prise de l'ambassade dominicaine.

  • 32 Embajada de Colombia en Ecuador, Guerrilleros del M-19 en Ecuador, 8 de mayo de 1981, en: Archivo (...)

41Un autre cas frappant est révélé par un rapport confidentiel de l'ambassade de Colombie en Équateur, envoyé au ministre colombien des affaires étrangères, qui porte sur la présence du M-19 en Équateur. Le document, envoyé par l'ambassadeur Luis Gonzales Barros le 8 mai 1981, indique qu'au cours d'un dîner, l'ambassadeur du Mexique en Équateur, Carlos Villamil Cicero, a rapporté confidentiellement que M. Guilherme da Cuñha, représentant du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, lui avait rendu visite la veille pour lui demander l'asile au Mexique pour six guérilleros du M-19 cachés en Équateur32. Pour le Haut Commissaire, il s'agissait d'un geste humanitaire. L'ambassadeur colombien indique avoir envoyé au plus vite un message aux Nations unies à Genève pour alerter l'organisation sur les intentions du Haut Commissaire, car pour le gouvernement colombien, ce n’était pas des réfugiés mais des « criminels terroristes qui se cachent en Équateur, où ils n'ont pas demandé l'asile et sont donc des immigrants clandestins ».

42L'ambassadeur Villamil Cisero répond à l'ambassadeur colombien que le Haut Commissaire n’est pas concerné par les crimes commis par les miliciens du M-19 mais qu’il s'agit de chercher un refuge pour raisons humanitaires. L'ambassadeur colombien, profitant de son amitié avec celui de Suède en Équateur, avait appris les détails de la visite du Haut Commissaire à l'ambassade de Suède où il tentait de trouver un refuge pour les miliciens. Selon les informations fournies par l'ambassadeur suédois, un départ discret des insurgés est souhaitable afin d'éviter des problèmes juridiques et diplomatiques entre la Colombie et l'Équateur, ce qui explique le recours aux mécanismes des Nations unies. L'ambassadeur colombien fait valoir que la vie des miliciens du M-19 n’est pas en danger en Colombie et qu'ils ne seront soumis qu'au système judiciaire du pays. Face à l'idée de renvoyer les miliciens en silence, l'ambassadeur colombien exprime son refus, arguant que cela leur permettrait de revenir commettre des crimes en Colombie. Pour le diplomate, les autorités équatoriennes doivent capturer et rapatrier les miliciens du M-19 car ils ont commis des crimes en Colombie et il est du devoir de l'Équateur de respecter les conventions internationales. L'ambassadeur souligne également dans le document qu'il est possible que des personnes importantes du gouvernement équatorien, comme l'ambassadeur Horacio Sevilla Borja, secrétaire exécutif de l'Association latino-américaine des Droits de l'Homme, soutiennent le projet du départ silencieux des miliciens vers un pays tiers. Dans cette situation, le représentant colombien s'engage à informer les services de renseignement des forces armées équatoriennes que le haut-commissaire est au courant de l'existence cachée de six guérilleros du M-19 dans le pays, afin que ces services puissent intercepter les conversations téléphoniques des hauts fonctionnaires pour localiser les terroristes. À cette fin, l'ambassadeur Gonzales Barros délègue le traitement du dossier au colonel Mendoza Cuello, attaché militaire de l'ambassade, et à son collègue, le colonel Santacruz Carrillo, attaché de police.

43Par ailleurs, ces deux attachés rendent visite à l'état-major équatorien, qui recherche les guérilleros, pour opérer conjointement avec la police, chargée de capturer les rebelles plutôt que la mission ne soit confiée à l’armée. Les colonels Mendoza et Santa Cruz s’entretiennent également avec le général Jorge Félix Mena, chef du service de renseignement de l'armée ; ce dernier leur confirme qu’il est informé de l'existence d'un groupe M19, que deux guérilleros ont été localisés et un autre identifié, mais qu'ils se trouvent dans les résidences d'étudiants de l'université centrale, au sein de l'enceinte de l’établissement où les forces armées ne sont pas autorisées à pénétrer. Le général aurait informé ses interlocuteurs du fait que M. da Cuñha était déjà sous surveillance, et le chef d'état-major interarmées, l'amiral Sorreoza Incalada, se serait engagé à capturer et à rendre tous les guérilleros, de la même manière que les 48 capturés à San Lorenzo avaient été remis. Enfin, le général a annoncé que des opérations tant urbaines que rurales étaient prévues dans la région d'Esmeraldas pour traquer les membres du M-19. Comme nous pouvons le voir, ce récit est assez révélateur, car il corrobore la circulation des miliciens du M-19 en Équateur, et nous permet également de voir le réseau complexe de situations dans lesquelles les agents des États et les institutions internationales se croisent pour gérer les conséquences de l'internationalisation du conflit colombien pendant la période étudiée.

  • 33 Embajada de Colombia en Guatemala, Carta del embajador al Presidente de la República de Colombia, (...)
  • 34 Embajada de Colombia en Venezuela, Telegrama informativo, 29 de Julio de 1981, en: Archivo DAPRE, (...)

44Un possible achat d'armes par le M-19 au Guatemala fait également l’objet d’une lettre de l'ambassadeur colombien au Guatemala adressée au président Turbay Ayala le 29 juillet 1981. Le document contient une image du fusil américain 180 qui, selon l'ambassadeur, fait partie de l'arsenal des guérilleros obtenu au Guatemala. C’est une arme destinée à un usage privé et réservé aux services secrets des États-Unis. Selon un attaché militaire états-unien, le FBI est convaincu que l'arme figurant sur la photo a été utilisée pour commettre plusieurs meurtres et attentats dans différents endroits. Ce qui est frappant dans ce document, c'est que, pour l'ambassadeur, Cuba aurait été le fournisseur de ces armes à la guérilla au Guatemala et qu'il ne faudrait pas s’étonner que le M-19 en possède quelques modèles en Colombie33. Par ailleurs, dans un télégramme daté du 29 juillet 1981, le bureau présidentiel colombien a été informé de la possible circulation du commandant n° 1 de la guérilla nicaraguayenne, M. Eden Pastora. Selon le télégramme, ce sont les autorités panaméennes qui ont informé le gouvernement vénézuélien de l'entrée de ce commandant, cherchant à entrer clandestinement en Colombie après avoir atterri à Caracas avec de faux documents34. Bien que ces deux récits trouvés dans les archives n'aient pas été confirmés par les autorités, ils donnent une idée de la complexité de la circulation des miliciens et des armes entre les pays d'Amérique latine, dans un contexte d'effervescence de la lutte armée de guérilla.

45Finalement, le tableau suivant présente le processus décrit ici, en donnant quelques conclusions sur les résussites et difficultés rencontrées dans le cadre de la négociation pour la libération des otages de l'ambassade dominicaine, ainsi que les enseignements en matière de gestion des conflits armés, de négociations de paix et de diplomatie pour la paix.

Tableau 1 – Enseignements pour la gestion de la crise liée à la prise de l'Ambassade dominicaine

Acteurs Caractéristiques Intérêts Apprentissages Conséquences
M-19 Les militants qui ont pris l'ambassade n'étaient pas vraiment représentatifs du groupe subversif. Il s'agissait d'un petit groupe de 11 hommes et 5 femmes, formés et déterminés à retenir le groupe d'ambassadeurs à des fins politiques et de propagande. Son principal objectif était de dénoncer à l'échelle internationale les violations des Droits de l'Homme commises en Colombie par le gouvernement et les forces militaires, dans le cadre de l'application de mesures politiques et juridiques telles que le Statut de sécurité nationale, ainsi que d'exiger la libération des prisonniers politiques et des fonds pour financer le groupe révolutionnaire. La principale leçon tirée par le groupe a été l'acceptation du régime juridique et légal colombien, qui ne pouvait pas être modifié à la suite de l'action subversive. Ils ont également tiré la leçon de la capacité de dialogue et de la publicité internationale obtenue à la suite de cette action violente. Il a été démontré que le dialogue a empêché la reprise du bâtiment par les forces armées et que la libération de tous les diplomates enlevés a été obtenue. La principale conséquence a été la survie du groupe et la poursuite de ses actions subversives ; après la libération du corps diplomatique à La Havane, le groupe est resté clandestin et certains sont retournés en Colombie pour poursuivre la lutte armée. En outre, l'un de ses membres a été tué. En 1985, le M-19 a récidivé avec la prise du Palais de Justice, avec une issue bien plus désastreuse pour l'histoire de la Colombie suite à l’intervention de l’armée. La persistance du conflit et l'expérience acquise lors de la prise de l'ambassade dominicaine n'ont pas suffi à éviter la catastrophe.
Diplomates prise en Otages Il s'agissait d'un corps diplomatique de 16 personnes sans lien avec la violence politique colombienne. Leur image de fonctionnaires et de représentants de gouvernements, pour la plupart latino-américains, a servi d'excuse pour être mis en danger au nom des dénonciations faites par le M-19 au gouvernement colombien. L'intérêt principal des diplomates était de parvenir à une entente et à un dialogue entre le M-19 et le gouvernement national, afin de sortir vivant du bâtiment. Les relations qu'ils ont réussi à établir avec les membres du M-19 ont été déterminantes, à tel point qu'à certains moments, ils ont occupé la position de surveillants, comme ce fut le cas avec l'ambassadeur du Mexique. Établir des pourparlers de paix avec leurs propres ravisseurs et empêcher l'entrée des forces armées dans le bâtiment. Cela a été possible grâce à la volonté de dialogue de toutes les parties et à la bonne entente qu'elles ont pu établir. Bien qu'en désaccord avec le groupe subversif, le groupe de diplomates a réussi à maintenir une certaine neutralité, ce qui a permis aux personnes séquestrées de sortir vivantes et de raconter au monde ce qui s'était passé. Au-delà du traumatisme psychologique de l'enlèvement, les récits des diplomates sur la prise de l'ambassade ont été largement repris dans la presse internationale, ce qui a donné une image favorable des efforts du gouvernement et de la volonté de négocier de la guérilla, mais aussi un compte rendu critique des causes et des conséquences de la violence politique en Colombie et de la mesure dans laquelle l'État en était responsable.
Médiateurs colombiens C'était un petit groupe de trois personnes sous le commandement du Président de la République. L'objectif de ces commissaires était de négocier avec la guérilla la libération de tous les diplomates enlevés et de compiler les demandes de la guérilla à l'État colombien. Bien que ne disposant pas de pouvoirs plénipotentiaires, ils ont réussi à établir un dialogue dissuasif et respectueux avec les militants du M-19. Ils n'avaient aucun intérêt en jeu, si ce n'est la responsabilité de faire comprendre au M-19 le crime qu'il commettait et d'être des passerelles de dialogue entre le gouvernement national et la guérilla. Grâce à ce dialogue et à ce rapprochement, ils ont obtenu la libération des employés, l'entrée de nourriture et de médicaments dans le bâtiment, ainsi que la libération de tous les diplomates. Établir un dialogue de paix avec les acteurs subversifs, conformément à la loi et aux autres normes existantes. Le principal succès de la commission de dialogue est d'avoir réussi à convaincre le groupe subversif de la nécessité d'accepter et de respecter le cadre juridique colombien, qui ne pouvait accéder aux requêtes de la guérilla. Ils ont également appris à dialoguer sous la pression internationale due au statut particulier des personnes retenues dans l’ambassace, et à prendre des décisions importantes comme celle d'éviter la reprise du bâtiment par la force publique. Malgré la libération de tous les diplomates, le gouvernement national et les commissaires n'ont pas réussi à maintenir des canaux de communication avec le M-19 et aucun processus de paix n’a été impulsé sous le gouvernement Turbay Ayala. Le conflit en Colombie se poursuit et les relations internationales avec Cuba se rompent, après que le gouvernement colombien a accusé Cuba de soutenir des groupes subversifs en Colombie, et même d'avoir orchestré la prise de l'ambassade dominicaine.
Médiateurs Internationaux Au sein de cette catégorie, on peut distinguer deux acteurs. Tout d'abord, des représentants du gouvernement cubain, chargés de la logistique du transport et de la libération des diplomates enlevés par le M-19, ainsi que de fournir aux subversifs un sauf-conduit et une protection une fois qu'ils étaient à Cuba. Par ailleurs, la Commission de l'OEA a assisté au siège en tant qu'observatrice et garante des accords entre le gouvernement et le M-19 pour la libération des diplomates et pour étudier les plaintes déposées par la guérilla. Le gouvernement cubain souhaitait conserver son image de pays révolutionnaire et promoteur de la paix en Amérique latine, malgré les accusations reçues après la libération des diplomates. Il convient également de mentionner que Cuba participe en tant que pays invité du gouvernement colombien à la suite des accords conclus entre la guérilla et les commissaires du gouvernement colombien. Pour sa part, l'OEA a souhaité connaître les détails des accusations portées par le M19 contre le gouvernement national. Toutefois, la portée d'une telle approche n'aurait aucun effet juridique dans le cadre de l'interprétation du conflit et de l'application de la loi sur la sécurité nationale. Le gouvernement cubain a appris à défendre ses intérêts révolutionnaires en rejetant le recours à la violence comme moyen d'atteindre des objectifs politiques, et a contribué à convaincre la guérilla de libérer les diplomates et d'accepter le cadre juridique colombien et un changement de gouvernement par des élections démocratiques. Il a également profité de l’événement pour occulter ses propres difficultés, notamment dans ses relations avec le Pérou. La commission de l'OEA, pour sa part, a assisté à l'examen des affaires judiciaires concernant les prisonniers politiques et a pris connaissance de la situation quant au degré de respect des Droits de l'Homme dans les prisons colombiennes. La principale conséquence pour le gouvernement cubain a été le gel des relations bilatérales avec la Colombie en raison des accusations du gouvernement Turbay Ayala contre le celui de Castro, considéré comme soutien de la lutte armée et révolutionnaire en Colombie. Cela a eu un impact sur les relations commerciales, diplomatiques et politiques entre les deux pays jusqu'à l'arrivée du gouvernement de Belisario Betancur, qui a rétabli les relations avec Cuba dans le cadre du mouvement des non-alignés.

Conclusion

46L’article confirme la validité de l'hypothèse selon laquelle le M-19 a déployé une stratégie d'internationalisation du conflit armé colombien, permettant à différents acteurs internationaux d’y participer, directement ou indirectement. Une deuxième proposition entérinée concerne l’influence de l’intervention d'acteurs internationaux dans le déroulé des négociations pour la libération des diplomates retenus, déterminante mais insuffisante pour signer la paix. Et démonstration a été faite que ladite stratégie d'internationalisation a eu un impact sur l’évolution des relations diplomatiques de la Colombie avec les pays de la région, doublé de l’émergence de nouvelles tensions dans le contexte de Guerre froide en Amérique latine. Cette compilation et analyse de sources primaires permet de conclure sur trois aspects primordiaux de l'impact international de la prise de l'ambassade dominicaine.

47En premier lieu, l’assaut contre l'ambassade a été, sur fond de contestation sociale croissante de l'application du Statut de sécurité et de la justice militaire exercée sur les civils, le résultat des ambitions d'un groupe armé subversif urbain qui cherchait à obtenir l’acquittement de prisonniers politiques mais aussi la reconnaissance nationale et internationale de sa belligérance politique. L’usage de la force a permis au M-19 d’obtenir la première et de franchir une première étape dans le processus d’internationalisation du conflit colombien. L’opération du printemps 1980 a été planifiée et exécutée dans le but de générer une pression internationale sur l'exécutif colombien, et d'atteindre des objectifs politiques, militaires et de propagande. Cependant, le gouvernement colombien a réussi à neutraliser la potentielle violence de la prise d’otages et les revendications les plus exigeantes des ravisseurs en privilégiant le dialogue comme méthode de dissuasion – sans que cela n’empêche la diffusion médiatique de l’image et du discours du M-19 à l’échelle internationale.

48Les négociations pour la libération des diplomates prises en otage ont donc donné lieu à un événement alors inédit dans l'histoire du conflit colombien : son internationalisation et la recherche de tierces parties médiatrices dans la négociation pour la paix. À cet égard, la présence de Cuba, de l'OEA et de la Croix Rouge a été essentielle, car le recours à la force a été évité et les deux parties ont tiré profit de cette internationalisation. Le gouvernement colombien est parvenu à maintenir les termes des négociations en conformité avec le cadre juridique national, et à faire libérer l’ensemble des diplomates séquestrés. De leur côté, les guérilleros du M-19 ont réussi à ressortir vivants de l’ambassade et à engager un dialogue prometteur qui, des années plus tard, débouchera sur la démobilisation du mouvement insurgé. Ces résultats n'auraient pas été possibles sans la volonté des parties et la médiation de tiers garants des accords.

49Enfin, la négociation pour la libération des diplomates et le contexte historique régional marqué par la Guerre froide ont créé des fractures idéologiques et politiques qui ont fini par produire de nouvelles tensions entre les acteurs impliqués. Le gel des relations diplomatiques entre la Colombie et Cubal a été motivé par le soutien apporté par Cuba à la guérilla du M-19, qui a bien été entraînée sur l’ile même si elle n'était pas directement armée ou financée par le gouvernement Castro. Un intéressant champ de recherche s’offre à ce propos, et un grand nombre de sources devraient être rendues publiques afin de clarifier la portée, les motivations et les conséquences des relations entre les rebelles colombiens et le régime castriste, conditionnées par l'idéologie et la géopolitique du moment. De même, l'étude de la circulation transnationale des miliciens et des révolutionnaires colombiens est cruciale pour mieux comprendre les alliances politiques et militaires, le jeu sur les influences régionales, le commerce d’armes et la logistique mobilisée pour faire du territoire et des frontières de la Colombie un terrain de l'action politique révolutionnaire de l'époque.

Haut de page

Bibliographie

Borda, Sandra, Internacionalización de la paz y de la guerra en Colombia durante los gobiernos de Andrés Pastrana y Álvaro Uribe, Bogotá, Universidad de los Andes, 2012.

El Tiempo, Clave 1979 robo de armas cantón norte, [en ligne] Colombia, consulté le 10 janvier 2022, URL: CLAVE 1979 ROBO DE ARMAS CANTON NORTE – Archivo Digital de Noticias de Colombia y el Mundo desde 1.990 - eltiempo.com

Embajada de Colombia en Guatemala, Carta del embajador al Presidente de la República de Colombia, 29 de Julio de 1981, en: Archivo DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ838, Folios 338-339, total folios 2.

Embajada de Colombia en Lima, Primeras reacciones peruanas ante la suspensión de nuestras relaciones con Cuba, 25 de marzo de 1981, en Archivo: DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ838, Folios 135-138, Total folios 4.

Embajada de Colombia en Venezuela, Telegrama informativo, 29 de Julio de 1981, en Archivo DAPRE, Expediente: Integración Colombo-Venezolana, CJ855, Folios 11, total folios 1.

Orlando Fals Borda, Colombia la Dictadura constitucional, entrevista del 17 de enero de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ852, Folio 56.

Amnistía Internacional, Informe de Amnistía Internacional a la República de Colombia entre el 15 de enero y el 31 de enero de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Misión Amnistía Internacional, CJ1034, Folios 1 -24, Total Folios 45.

Carta de la Embajada de Colombia en el Perú al presidente Julio Cesar Turbay Ayala, 22 de enero de 1980, Archivo DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ852, Folios 52 - 55.

Comisión para el Esclarecimiento de la Verdad, la Convivencia y la No repetición, Hay Futuro si hay Verdad, Bogotá, 2022

Amnistía Internacional, Comentario del Gobierno Colombiano al Informe de Amnistía Internacional, 1 de abril de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Misión Amnistía Internacional, CJ1034, Folios 227-254, Total Folios 41.

Presidencia de la República de Colombia, Primera parte del reportaje al Presidente Turbay Ayala, 1 de marzo de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Reportaje Turbay Ayala Toma de la Embajada, CJ878, Folios 8 - 14, Total Folios 6.

Presidencia de la República de Colombia, Pliego de instrucciones a los doctores Jimenez y Sambrano, 1 de marzo de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Reportaje Turbay Ayala Toma de la Embajada, CJ878, Folios 8 - 12, Total Folios 5.

Presidencia de la República de Colombia, Tercera parte del reportaje al Presidente Turbay Ayala, 7 de marzo de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Reportaje Turbay Ayala Toma de la Embajada, CJ878, Folio 16.

Presidencia de la República de Colombia, Quinta parte del reportaje al Presidente Turbay Ayala, 7 de marzo de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Reportaje Turbay Ayala Toma de la Embajada, CJ878, Folio 24.

Presidencia de la República de Colombia, Documento circulado entre los diplomáticos de los países que tienen rehenes en la Embajada dominicana, Abril 8 de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Reportaje Turbay Ayala Toma de la Embajada, CJ878, Folios 56 - 57, Total Folios 2

Presidencia de la República de Colombia, Carta de Armin Eric Kobel delegado regional del Comité Internacional de Cruz Roja al ministro de Relaciones Exteriores de Colombia Diego Uribe Vargas, 24 de abril de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Reportaje Turbay Ayala Toma de la Embajada, CJ878, Folios 65 - 66, Total Folios 2.

Presidencia de la República de Colombia, Carta del Ministro de Relaciones Diego Uribe Vargas a Armin Eric Kobel delegado regional del Comité Internacional de Cruz Roja, 25 de abril de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Reportaje Turbay Ayala Toma de la Embajada, CJ878, Folios 67 - 69, Total Folios 3.

Ministerio de Relaciones Exteriores de Colombia, Enfrentamiento cubano-peruano por ocupación de la Embajada en la Habana, 7 de abril de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Ministerio de Relaciones Exteriores, CJ858, Folios 33-36, Total folios 4.

Ministerio de Relaciones Exteriores de Colombia, The Mac neil Lether Report, a Conversation with Diego Asencio , 6 de Mayo de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Ministerio de Relaciones Exteriores, CJ858, Folios 43-57, Total folios 15.

Presidencia de la República de Colombia, Oficina Telegráfica, Carta del Embajador cubano José Manuel Arias Carriosa al Ministro de Relaciones Exteriores de Colombia Carlos Lemos Simmonds, 24 de marzo de 1981, en: Archivo DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ838, Folios 134, Total folios 1.

Diario el Comercio del Perú, Apoyo a Turbay por Ruptura con Cuba, en: Archivo DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ838, Folio 139.

Ministerio de Relaciones Exteriores de Colombia, Resumen de las reacciones gubernamentales y periodísticas recogidas en el exterior por la suspensión de relaciones con Cuba, en: Archivo DAPRE, Expediente: Ministerio de Relaciones Exteriores, CJ858, Folios 182-187, total folios 6.

Presidencia de la República de Colombia, Oficina Telegráfica, SU DM-23, 19 de marzo de 1981, en: Archivo DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ838, Folios 119, Total folios 1.

Presidencia de la República de Colombia, Oficina Telegráfica, Infiltraciones de guerrillas colombianas a territorio ecuatoriano, 19 de marzo de 1981, en: Archivo DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ838, Folios 124, Total folios 1

Embajada de Colombia en Ecuador, Guerrilleros del M-19 en Ecuador, 8 de mayo de 1981, en: Archivo DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ858, Folios 255-259, Total folios 5.

Embajada de Colombia en Panamá, Oficina Telegráfica, Guerrilleros del M-19 se armaron en Panamá, 23 de marzo de 1981, en: Archivo DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ383, Folio 129.

Haut de page

Notes

2 Ce vol est considéré comme symbolique, car ils ont laissé ce communiqué : « Bolivar, ton épée revient à la lutte. Avec le peuple, avec les armes, au pouvoir, Bolívar n'est pas mort. Son épée perce les toiles d'araignée du musée et se lance dans les batailles du présent. Il passe entre nos mains. Et maintenant il pointe contre les exploiteurs du peuple ». Lors de la cérémonie d'investiture de Gustavo Petro en 2022, le premier acte du nouveau président a été d'exposer au public l'épée de Bolivar, celle-là même qui avait été dérobée par le groupe insurgé.

3 Borda, Sandra, Internacionalización de la paz y de la guerra en Colombia durante los gobiernos de Andrés Pastrana y Álvaro Uribe, Bogotá, Universidad de los Andes, 2012.

4 Orlando Fals Borda, Colombia la Dictadura constitucional, entrevista del 17 de enero de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ852, Folio 56.

5 Carta de la Embajada de Colombia en el Perú al presidente Julio César Turbay Ayala, 22 de enero de 1980, Archivo DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ852, Folios 52 - 55. Traduction de la citation : « Les idiots utiles comme "El Espectador" ne comprennent pas que le dilemme n'est pas de savoir s'il y aura ou non un statut de sécurité ou une justice équivalente, mais de savoir si les formes républicaines vont survivre ou disparaître. Nous sommes sur le fil du rasoir. Si la Colombie n'a pas glissé vers des régimes militaires, c'est exclusivement dû au respect dont jouit le chef de l'État dans le secteur militaire et à l'efficacité dans le contrôle des révoltes. Si les leviers répressifs étaient desserrés, nous ne tomberions pas dans le paradis de Torres en Bolivie ou d'Allende au Chili, ou de Velasco au Pérou. Nous remettrions le pouvoir aux militaires sur un plateau d'argent. Ce n'est pas un mystère au niveau international. Un commandant colombien de haut rang m'a dit un jour que la subversion n'est pas jugée. La subversion est écrasée ».

6 Pendant leur séjour en Colombie, les délégués d'AI ont rencontré le président de la République, Julio Cesar Turbay, le ministre du gouvernement, German Zéa Hernandez, le ministre des affaires étrangères, Diego Uribe Vargas, le ministre de la défense, le général Luis Carlos Camacho Leyva, le ministre de la justice, Hugo Escobar Sierra, et le procureur général de la nation, Guillermo Gonzalez Charry. Des rencontres ont également eu lieu avec le commandant de la brigade des instituts militaires de l'époque, le général Miguel Vega Uribe, ainsi qu'avec les officiers responsables de l'école d'artillerie de Bogotá et du bataillon Pichincha de Cali. Les délégués ont également rencontré le colonel Elkin Carmona Lopez, alors directeur des prisons. En outre, ils ont eu l'occasion de s'entretenir avec tous les directeurs des prisons visitées. Des réunions ont été organisées avec le président de la Cour suprême de justice de l'époque, José Maria Ezguerra, et 4 autres magistrats de la Cour suprême. Les délégués ont rencontré l'ancien président Carlos Lleras Restrepo, plusieurs ministres d'État des gouvernements précédents, plusieurs parlementaires et deux gouverneurs de département. AI a visité au total 11 prisons dans sept villes : La Picota, La Modelo et El Buen Pastor à Bogota, les prisons Villa Nueva et El Buen Pastor à Bucaramanga, la prison El Barne à Tunja, la prison judiciaire de Buga et la prison judiciaire de Santander de Quilichao. Les délégués ont visité deux installations militaires utilisées comme prisons (l'école d'artillerie et le bataillon Pichincha à Cali), San Juan de Dios à Bogotá, et deux hôpitaux. La mission a interrogé plus de 400 prisonniers considérés comme des prisonniers politiques. Parmi les groupes de défense des droits de l'homme consultés figurent le Comité permanent pour la défense des droits de l'homme, le Comité de solidarité avec les présidents politiques et le Comité des familles des présidents politiques. La mission s’est également entretenue avec des membres des partis libéral et conservateur.

7 Amnistía Internacional, Informe de Amnistía Internacional a la República de Colombia entre el 15 de enero y el 31 de enero de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Misión Amnistía Internacional, CJ1034, Folios 1 -24, Total Folios 45.

8 Par exemple, le décret 2193 de 1976 a transféré les attaques contre les membres des forces armées au système de justice militaire et a étendu la juridiction du système de justice militaire, établissant la figure de la partie offensée comme juge, violant ainsi le principe de procès impartial établi dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, ratifié par la Colombie. Les décrets 2194 et 2195 de 1976 refusent le droit d'appel pour une série de comportements liés à la protestation sociale. En outre, dans le décret 2578 de 1976, la simple présomption ou suspicion qu'un crime va être commis, menaçant le droit à la liberté et à la sécurité personnelles, est établie comme motif d'arrestation pour 30 jours.

9 Ibid, Folio 18.

10 Comisión para el Esclarecimiento de la Verdad, la Convivencia y la No repetición, Hay Futuro si hay Verdad, Bogotá, 2022, p. 111. Traduction de la citation : La déclaration de grèves civiques nationales, les débrayages illégaux et la menace de persister dans des grèves dont la levée a été ordonnée conformément à la loi, sont des actes susceptibles de produire la désintégration du régime républicain en vigueur [...]. Tant que l'état de siège actuel subsiste, ceux qui dirigent, favorisent, encouragent ou stimulent de quelque manière que ce soit la cessation totale ou partielle, continue ou échelonnée, des activités normales de nature syndicale, ou de tout autre ordre, sont passibles d'une arrestation non commuable de trente (30) à cent quatre-vingts (180) jours.

11 El Tiempo, Clave 1979 robo de armas cantón norte, [en ligne] Colombia, consulté le 10 janvier 2022, URL:CLAVE 1979 ROBO DE ARMAS CANTON NORTE - Archivo Digital de Noticias de Colombia y el Mundo desde 1.990 - eltiempo.com

12 Amnistía Internacional, Comentario del Gobierno Colombiano al Informe de Amnistía Internacional, 1 de abril de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Misión Amnistía Internacional, CJ1034, Folios 227-254, Total Folios 41.

13 L'assaut contre l'ambassade a eu lieu au moment où le président Turbay recevait les lettres de créance de l'ambassadeur de la République démocratique d'Allemagne, ce qui a permis d'éviter que le ministre des affaires étrangères, Diego Uribe Vargas, ne soit pris en otage. Le jour de l’assaut, le guérillero Carlos Arturo Sandova a été abattu d'une balle derrière la tête par les gardes du corps présents à l'ambassade. Le chargé d'affaires paraguayen Oscar Orostiaga, le garde du corps de l'ambassadeur des Etats-Unis, Pedro Oliveros, et deux autres civils qui se trouvaient à l'extérieur de la résidence ont également été grièvement blessés dans les tirs croisés.

14 Presidencia de la República de Colombia, Primera parte del reportaje al Presidente Turbay Ayala, 1 de marzo de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Reportaje Turbay Ayala Toma de la Embajada, CJ878, Folios 8 - 14, Total Folios 6.

15 Ibid, Folio 7. Traduction de la citation : « Nous avons utilisé une franchise grossière pour analyser le cas et clarifier nos positions, mais nous n'avons jamais utilisé de mots déclencheurs. Pendant les 60 jours qu'a duré l'occupation de l'ambassade, nous avons répété sans ambiguïté que le gouvernement colombien ne paierait pas un seul peso de rançon et qu'il ne libérerait pas un seul prisonnier, prenant en main l'ordre juridique. La Constitution et le respect de la loi étaient nos devises de combat invariables ».

16 Presidencia de la República de Colombia, Pliego de instrucciones a los doctores Jimenez y Sambrano, 1 de marzo de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Reportaje Turbay Ayala Toma de la Embajada, CJ878, Folios 8 - 12, Total Folios 5.

17 C'était le cas de Montegranario Cuenca Cortés, Gustavo Londoño Arias, Marta Tila Uribe de Trujillo, Carlos Reyes Niño, Héctor Fabio Abadía, Efíer Arocha Traslaviña et Marco Aurelio Coqueco. Il y a aussi le cas de José Luis Lozano Laguna, qui avait été libéré par ordre du juge. Les autres sont détenus pour des motifs graves et certaines personnes n'ont pas encore été inculpées. Presidencia de la República de Colombia, Tercera parte del reportaje al Presidente Turbay Ayala, 7 de marzo de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Reportaje Turbay Ayala Toma de la Embajada, CJ878, Folio 16.

18 Presidencia de la República de Colombia, Quinta parte del reportaje al Presidente Turbay Ayala, 7 de marzo de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Reportaje Turbay Ayala Toma de la Embajada, CJ878, Folio 24.

19 El Tiempo, La Toma de la Embajada 40 años, Cuando la guerra en Colombia fue Noticia Mundial [en ligne], Bogotá, consultado el 16 noviembre de 2021, URL : Toma de la Embajada de República Dominicana: así ocurrió el secuestro hecho por el M19 - Política - ELTIEMPO.COM

20 Presidencia de la República de Colombia, Carta del Ministro de Relaciones Diego Uribe Vargas a Armin Eric Kobel delegado regional del Comité Internacional de Cruz Roja, 25 de abril de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Reportaje Turbay Ayala Toma de la Embajada, CJ878, Folios 67 - 69, Total Folios 3.

21 Embajada de Colombia en la Haya, Memorándum enviado al Presidente Turbay Ayala, 21 de abril de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ852, Folios 144-145, Total folios 2. Traduction de la citation : « Après plusieurs conversations, je suis arrivé à la conclusion que Fidel Castro, en ce qui concerne les Cubains en asile à l'ambassade du Venezuela à La Havane, a maintenu des points de vue similaires à ceux du gouvernement colombien, à savoir : la condamnation du terrorisme en tant qu'arme politique, le refus de classer les criminels de droit commun comme délinquants politiques même s'ils allèguent des objectifs politiques, et le respect des lois internes des pays. Mon idée est de faire connaître cette pensée, car elle contredit la conduite et les exigences des terroristes colombiens et laisse sans fondement la position du M-19, ce que je considère de la plus haute importance pour contribuer à briser l'unité et le moral de leur groupe »

22 Ministerio de Relaciones Exteriores de Colombia, Enfrentamiento cubano-peruano por ocupación de la Embajada en la Habana, 7 de abril de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Ministerio de Relaciones Exteriores, CJ858, Folios 33-36, Total folios 4.

23 Ibid.

24 Ministerio de Relaciones Exteriores de Colombia, oficina telegráfica, Posición Cubana en diario Granma, en: Archivo DAPRE, Expediente: Ministerio de Relaciones Exteriores, CJ858, Folio 27.

25 Ministerio de Relaciones Exteriores de Colombia, The Mac neil Lether Report, a Conversation with Diego Asencio , 6 de Mayo de 1980, en: Archivo DAPRE, Expediente: Ministerio de Relaciones Exteriores, CJ858, Folios 43-57, Total folios 15.

26 Presidencia de la República de Colombia, Oficina Telegráfica, Infiltraciones de guerrillas colombianas a territorio ecuatoriano, 19 de marzo de 1981, en: Archivo DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ838, Folios 124, Total folios 1. Traduction de la citation : Début mars 1981, l'armée colombienne, informée par les paysans, avait écrasé une offensive du M-19 en débarquant une cargaison d'armes dans le sud-ouest du pays. Une centaine d'hommes entraînés à Cuba arrivent avec l'instruction de se retirer à travers plusieurs villes pour faire des ravages. L'armée a arrêté 76 guérilleros, onze ont été tués et une cinquantaine d’autres auraient pris la fuite. Parmi les personnes arrêtées se trouvaient un Uruguayen, cinq Panaméens et une Costaricienne.

27 Presidencia de la República de Colombia, Oficina Telegráfica, Carta del Embajador cubano José Manuel Arias Carriosa al Ministro de Relaciones Exteriores de Colombia Carlos Lemos Simmonds, 24 de marzo de 1981, en: Archivo DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ838, Folios 134, Total folios 1. Traduction de la citation : D'autres jeunes Colombiens persécutés ont également résidé à Cuba. Ce n'est un secret pour personne que de nombreux révolutionnaires de divers pays d'Amérique latine, dont les régimes sont caractérisés par l'état de siège, la répression sanglante, la torture, les disparitions et les méthodes de répression cruelles développées et étendues sur ce continent par la Central Intelligence Agency et d'autres agences officielles des États-Unis, ont trouvé asile dans notre pays, bien que les persécutés politiques ne partagent pas toujours notre idéologie ; Cuba ne cache pas non plus ses sentiments de solidarité et de sympathie envers tous ceux qui luttent contre la domination impérialiste et pour l'indépendance, la justice sociale et les droits démocratiques en Amérique latine et dans le monde.

28 Embajada de Colombia en Panamá, Oficina Telegráfica, Guerrilleros del M-19 se armaron en Panamá, 23 de marzo de 1981, en: Archivo DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ383, Folio 129.

29 Embajada de Colombia en Lima, Primeras reacciones peruanas ante la suspensión de nuestras relaciones con Cuba, 25 de marzo de 1981, en: Archivo DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ838, Folios 135-138, Total folios 4.

30 Ministerio de Relaciones Exteriores de Colombia, Resumen de las reacciones gubernamentales y periodísticas recogidas en el exterior por la suspensión de relaciones con Cuba, en: Archivo DAPRE, Expediente: Ministerio de Relaciones Exteriores, CJ858, Folios 182-187, total folios : 6.

31 Presidencia de la República de Colombia, Oficina Telegráfica, SU DM-23, 19 de marzo de 1981, en: Archivo DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ838, Folios 119, Total folios 1.

32 Embajada de Colombia en Ecuador, Guerrilleros del M-19 en Ecuador, 8 de mayo de 1981, en: Archivo DAPRE, Expediente: Ministerio de Relaciones Exteriores, CJ858, Folios 255-259, Total folios 5.

33 Embajada de Colombia en Guatemala, Carta del embajador al Presidente de la República de Colombia, 29 de Julio de 1981, en: Archivo DAPRE, Expediente: Embajadas, CJ838, Folios 338-339, total folios 2.

34 Embajada de Colombia en Venezuela, Telegrama informativo, 29 de Julio de 1981, en: Archivo DAPRE, Expediente: Integración Colombo-Venezolana, CJ855, Folios 11, total folios 1.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Soutien à la rupture de Turbay avec Cuba
Crédits Source : Diario el Comercio del Perú, Tomado del Archivo DAPRE, Expediente : Embajadas, CJ838, Folio 139.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/89918/img-1.png
Fichier image/png, 4,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabián Plazas Diaz, « Impact international de la prise de l’ambassade de la République Dominicaine à Bogota en 1980 : acteurs, intérêts, dialogue et négociation »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 18 octobre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/89918 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.89918

Haut de page

Auteur

Fabián Plazas Diaz

Doctorant contractuel en Histoire à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search