Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesDébats2022Récits de voyage entre l’Europe e...L’Autre Jésuite : civil...

2022
Récits de voyage entre l’Europe et l’Amérique à l’époque moderne et contemporaine : perspectives de recherche

L’Autre Jésuite : civilisation, exploration et espionnage dans le récit de voyage de Fusée-Aublet en Guyane (1762-1764)

The Other Jesuit: civilisation, exploration and espionage in Fusée-Aublet’s account of his journey to Guyana (1762-1764)
Thibaud Martinetti

Résumés

Notre article analyse l’espionnage des jésuites pratiqué et relaté par le botaniste Jean-Baptiste Christophe Fusée-Aublet dans son récit de voyage en Guyane (1762-1764). Dans un premier temps, nous abordons l’approche « civilisatrice » de l’expédition de Kourou dans le contexte de la politique visant à bannir les jésuites du royaume de France. Dans un second temps, nous observons comment la méthode d’espionnage participe de l’entreprise d’exploration, de la prospection de la nature exercée par le botaniste lors de ses pérégrinations guyanaises. Finalement, nous constatons que la rhétorique de Fusée-Aublet constitue une imitation de la rhétorique jésuite, qui inverse ses propositions et procède ainsi au récit d’une nouvelle représentation des colons, des jésuites et des Indiens de la Guyane idéalisée par les théoriciens de l’expédition de Kourou.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est réalisé dans le cadre du projet de recherche « Héritages botaniques des Lumières : exploration de sources et d’herbiers historiques à l’intersection des lettres et des sciences », inscrit à l’Université de Neuchâtel et soutenu par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (projet n° 186227).

This article is part of the research project “Botanical Legacies from the Enlightenment: unexplored collections and texts at the crossroads between the humanities and the sciences”, registered at the University of Neuchâtel and supported by the Swiss National Science Foundation (project n° 186227).

Texte intégral

Introduction

  • 3 Devèze, M., « La Guyane française de 1763 à 1799 (de l’Eldorado à l’enfer) », Bulletin d (...)
  • 4 Voir Godfroy, Marion F., Kourou, 1763. Le Dernier rêve de l’Amérique française, Paris, V (...)
  • 5 Froidevaux, Henri, « Une mission géographique et militaire à la Guyane en 1762 », Annale (...)
  • 6 La colonie sera entièrement composée de colons « blancs » et sera exemptée du (...)
  • 7 Regourd, François, art. cit., 2005, p. 235.
  • 8 Marchand-Thébault, [s. p.], art. cit., p. 14-19.

1En 1762, Etienne-François de Choiseul, Ministre de la Marine de Louis XV, lance un projet de recolonisation de la Guyane française en prévision de la signature du Traité de Paris (1763) qui mettra un terme à la guerre de Sept Ans. Pour compenser la perte de la Nouvelle-France, de l’Acadie et d’une partie de ses îles caribéennes (Dominique, Saint-Vincent, Grenade et Tobago), la « France équinoxiale », parent pauvre des colonies françaises3, est en effet appelée à devenir une importante plateforme agricole et militaire, capable de faire front aux Anglais et de protéger les Antilles françaises4. Le but de Choiseul n’est pas seulement d’installer et de peupler une nouvelle colonie au nord-ouest de Cayenne, entre les fleuves Kourou et Maroni, mais aussi d’aménager et d’exploiter les ressources de l’ensemble d’un vaste territoire peu exploré5. L’idéal colonial6 projeté sur la Guyane se heurte cependant à un système déjà en place, celui des missions jésuites, représentées dans les Lettres édifiantes comme un idéal sociétal autrement concret, rendu possible par l’évangélisation des nations indiennes. Le contraste entre la société jésuite, premier propriétaire foncier de la colonie, et la pauvreté des habitants est en effet saisissant. Selon François Regourd, la Guyane compte alors moins de 600 colons blancs pour quelque 7 000 esclaves noirs, principalement établis à Cayenne7. La situation économique de la colonie est précaire en comparaison de ses sœurs antillaises : les plantations sont peu développées et les denrées coloniales (coton, sucre, café, cacao et rocou) ont un faible rendement. Les colons n’ont pas les moyens de payer ni d’échanger en marchandises les esclaves vendus par des négriers qui évitent le port de Cayenne, par ailleurs difficilement accessible8.

  • 9 Fusée-Aublet, Jean-Baptiste Christophe, Histoire des plantes de la Guiane fran (...)
  • 10 Bibliothèque de l’Institut de France, Ms 2436-1, f°133-137.

2C’est afin de remédier à cette situation que Jean-Baptiste Christophe Fusée-Aublet est envoyé en Guyane en 1762, au titre d’« Apothicaire-Botaniste » du roi. Les instructions de voyage fournies au botaniste par le Bureau des colonies l’informent qu’il est chargé de « tout voir & tout examiner ce qui peut être relatif à [ses] connoissances, sur les productions de cette nouvelle terre ; en dresser de bons mémoires, & rendre compte de tout ce qu’on peut faire pour un pays qui méritoit plus d’attention qu’on n’en a encore eu jusqu’à présent9 ». Fusée-Aublet a été choisi pour ses compétences botaniques, sur la recommandation de son ancien maître Bernard de Jussieu et de Louis-Guillaume Lemonnier, professeur de botanique au Jardin du Roi, avec lequel il entretient une correspondance durant son séjour guyanais10. Il est ainsi chargé d’adopter une optique conciliant une approche colonisatrice et savante, celle du botaniste voyageur, dans son approche exploratrice du territoire guyanais. Dans un article qu’elle consacre précisément à la notion « d’explorateur », Marie-Noëlle Bourguet observe que la définition de ce terme fournie par le Dictionnaire de Trévoux (1771) opère un glissement sémantique d’une valeur martiale vers une signification savante :

  • 11 Bourguet, Marie-Noëlle, « L’Explorateur », L’Homme des Lumières, Michel Vovelle (dir.), (...)

Espion est le terme ordinaire. […] On peut ajouter que le mot explorateur paroît annoncer des fonctions plus nobles et plus distinguées que celui d’espion. Il convient à celui qu’on envoie dans les cours étrangères, pour en découvrir les sentiments, la manière de penser, les secrets du ministère, etc. […] Il semble qu’on pourroit encore l’appliquer à celui qu’on envoie à la découverte d’un pays, pour en connoître la situation, l’étendue, etc.11

  • 12 Bibliothèque nationale de France (BNF), Pièces diverses relatives à l’administration (...)
  • 13 Riche financier, parent de Choiseul, patron de Fusée-Aublet et grand collectionneur d’hi (...)
  • 14 BNF, Ms 6244, « Copie d’une lettre du Sieur Aublet concernant les jésuites et les nègres (...)
  • 15 Godfroy, Marion F., op. cit., 2011, p. 102-110.
  • 16 Le Roux, Yannick, Auger, Réginald, Cazelles, Nathalie, Les Jésuites et l’esclav (...)
  • 17 Froidevaux, Henri, « Études sur les recherches scientifiques de Fusée Aublet à la Guyane (...)

3Le rôle de Fusée-Aublet est bien celui d’un explorateur selon la double acception de ce terme : il s’agit de partir en éclaireur dans un pays méconnu pour en connaître la situation. La fonction « moins noble » d’espion s’applique néanmoins, et tout aussi bien, à Fusée-Aublet. En effet, dans le récit des voyages entrepris par le botaniste entre les mois de septembre et de décembre 176212, destiné à Pierre-Paul Bombarde de Beaulieu13, ainsi que dans un autre journal, non daté, et adressé à Choiseul14, le botaniste délaisse ses observations de naturaliste pour rendre un rapport minutieux concernant les possessions et l’attitude des jésuites dans la colonie. Dans ce récit d’espionnage, Fusée-Aublet poursuit en Guyane le procès des jésuites mené parallèlement en France, qui aboutit en 1762 à leur avis de bannissement par le Parlement de Paris. Ce récit n’a pas retenu l’attention des critiques historiennes, Marion F. Godfroy évoque en passant le témoignage de Fusée-Aublet15, tandis que Yannick Le Roux, Réginald Auger et Nathalie Cazelles résument plus en détail le conflit du botaniste avec les pères, concluant que son « rapport défavorable ne pouvait que plaire aux autorités administratives, unanimement hostile à la Compagnie de Jésus16 ». Sur la base de ses journaux et de ses correspondances, Henri Froidevaux procède à une minutieuse restitution des explorations de Fusée-Aublet en Guyane, mais au sujet des Jésuites, il se contente de décrédibiliser le « long et sanglant réquisitoire17 » du botaniste contre les Jésuites.

  • 18 Duchet, Michèle, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albi (...)
  • 19 McClellan III, James E., Regourd, François, The Colonial Machine : French Science and (...)
  • 20 Pratt, Mary Louise, Imperial Eyes: Travel Writing and Transculturation, London (...)
  • 21 Boumediene, Samir, La Colonisation du savoir. Une Histoire des plantes médicinales du «  (...)

4S’il y a bien réquisitoire, ce dernier doit être remis dans le contexte de l’expédition de Kourou, de son projet de colonie idéale, appelé à remplacer le modèle théocratique des Jésuites en Guyane, mais aussi et surtout, dans celui du récit de voyage du personnel chargé de recueillir les informations essentielles à la mise en place de cette transition politique et philosophique. En nous référant à l’approche anthropologique de l’altérité de Michèle Duchet18, nous allons dans un premier temps aborder l’approche « civilisatrice » de l’expédition de Kourou dans le contexte de la politique visant à bannir les Jésuites du royaume de France. Dans un second temps nous nous appuierons sur les études consacrées aux botanistes voyageurs dans l’empire colonial français19 afin d’observer comment la méthode d’espionnage participe de l’entreprise d’exploration, de la prospection de la nature exercée par le botaniste lors de ses pérégrinations guyanaises. Dans ce cadre réflexif, et grâce à l’apport de la critique post-coloniale du récit de voyage théorisée par Mary Louise Pratt et Londa Schiebinger20, nous analyserons comment l’espionnage des Jésuites pratiqué par Fusée-Aublet transpose dans son récit le mode d’échange d’informations à l’œuvre dans la relation entre le savant et l’Autre, l’Européen et l’Indien, dans un contexte de colonisation du savoir21. Finalement, nous verrons que la rhétorique de Fusée-Aublet constitue une imitation de la rhétorique jésuite, qui inverse ses propositions et procède ainsi au récit d’une nouvelle représentation des colons, des Jésuites et des Indiens de la Guyane idéalisée par les théoriciens de l’expédition de Kourou.

Civiliser le modèle apostolique des Jésuites en Guyane

  • 22 Paschoud, Adrien, Le monde amérindien au miroir des Lettres édifiantes et curieuses, Oxf (...)

5Installés depuis le XVIIe siècle en Guyane, les Jésuites ne cessent d’accroître leurs habitations et leurs missions dans la colonie et possèdent, au siècle suivant, des biens fonciers considérables. Les habitations florissantes de Loyola, de Mont-Louis et de Saint-Régis témoignent de la prospérité de la Compagnie. La puissance matérielle des Jésuites n’a d’égale que leur monopole spirituel, incarné par les missions de Kourou (1713), de Saint-Paul d’Oyapock (1727), de Sainte-Foy de Camopi (1740) ou encore de Sinnamary (1748) qui sont le fruit de nombreuses années d’évangélisation et de sédentarisation des nations indiennes. Dans les missions, les Indiens sont « civilisés » au sein d’un gouvernement théocratique qui implique non seulement une éducation religieuse, mais également un labeur au service de la communauté religieuse22. Les Lettres édifiantes et curieuses témoignent du « prodige » de la foi en Guyane, car c’est en son nom que le père Lombard est parvenu à fédérer les Indiens dans la mission initiale de Kourou :

  • 23 Vissière, Isabelle et Jean-Louis (éd.), Peaux-Rouges et Robes noires. Lettres (...)

Cette peuplade est située dans une fort belle anse, arrosée de la rivière Kourou, qui se jette en cet endroit dans la mer. Nos sauvages l’ont assez bien fortifiée ; elle est fraisée, palissadée et défendue par des espèces de petits bastions. Toutes les rues sont tirées au cordeau et aboutissent à une grande place, au milieu de laquelle est bâtie l’église, où les Sauvages se rendent matin et soir, avant et après le travail, pour faire la prière et écouter une courte instruction23.

  • 24 Le Roux, Yannick, Auger, Réginald, Cazelles, Nathalie, op. cit., p. 63.
  • 25 Ibid.

6Cette mainmise sur les territoires et les populations indigènes ne va pas sans heurt au sein de la colonie. Elles ont « pour revers l’animosité déclarée de certains administrateurs qui se sent[ent] dépossédés de leurs prérogatives dans la gestion du territoire colonial, littéralement confisqué par ces missions […]24 ». Les Jésuites rivalisent d’autorité avec le gouvernement en place. Lorsque leurs intérêts ne sont pas respectés, ils « brandiss[ent] la menace de refuser les sacrements ou l’absolution à Pâques » et prêtent de l’argent aux colons, « voire aux administrateurs25 ». Un autre objet de litige concerne précisément l’exploitation des Indiens. Dans un pamphlet antijésuite publié en 1762, intitulé Lettre de l’isle de Cayenne, touchant les immenses possessions & la conduite des Jésuites dans cette isle, l’auteur anonyme reproche aux pères de monopoliser une force de travail nécessaire pour les colons :

  • 26 Anonyme, Lettre de l’Isle de Cayenne touchant les immenses possessions & la conduite des (...)

[Les habitants] avoient toujours été dans l’usage de faire defricher leurs terres par les Sauvages, qui descendoient de 1'interieur des terres & venoient se louer pour un salaire tres-modique. On sçavait aussi tirer parti de leur adresse singulière pour la chasse & la pêche, ce qui est également utile & commode pour les besoins de la vie. Ces Sauvages se contentoient de très-peu de chose, & il en venoit tant qu’on en voulait. Les Jésuites sont parvenus à enlever ce secours aux Habitans, & à se l’appliquer tout entier à eux-mêmes, […]26.

  • 27 Ibid., p. 6.
  • 28 Artur, Jacques François, Histoire des colonies françoises de la Guianne, Marie Polderman (...)
  • 29 Van Kley, Dale, The Jansenist sans he Expulsion of the Jesuits from France. 17 (...)
  • 30 Le Roux, Yannick, Auger, Réginald, Cazelles, Nathalie, op. cit., p. 70. « 
  • 31 Didier, Hugues, « Acheter, vendre et produire, dans la Compagnie de Jésus, aux 16e-18e s (...)
  • 32 Suire, Éric, Pouvoir et religion en Europe. XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, (...)

7Fort de leurs richesses, les Jésuites sont encore accusés d’acheter aux négriers les esclaves les plus robustes au détriment des habitants qui manquent de ces ressources, ce qui crée de véritables émeutes réprimandées sévèrement par le gouvernement27. Bien que ces informations émanent d’une publication antijésuite, elles s’ajoutent à d’autres controverses et trahissent ainsi le climat de rivalité, voire de jalousie ou de rancœur, qui oppose les habitants laïques aux pères missionnaires. Dans une déclaration datée du 25 novembre 1743, le roi constate n’avoir « rien épargné à l’exemple de ses prédécesseurs pour soutenir et animer le zèle des communautés ecclésiastiques et des ordres religieux établis dans les colonies », mais que les « privilèges et exemptions » accordés aux Jésuites leur ont permis « d’acquérir des fonds très considérables » qui se multiplient par le biais d’un commerce qui met en péril l’économie de ses colonies28. En 1756, le scandale financier du père Antoine Lavalette, un missionnaire à la Martinique poursuivi par ses créanciers suite à la faillite de ses opérations commerciales29, révèlent que « les jésuites étaient devenus une véritable puissance capable de développer un système économique largement indépendant des règles coloniales30 ». En constituant leurs propres plantations et réseaux commerciaux, Hugues Didier constate que les Jésuites furent les auteurs des « premières entreprises multinationales, créées par des initiatives privées et non par la Couronne31 ». À la suite d’Hugues Didier, Éric Suire relève que « la crainte du régicide, qui servit à justifier les décisions des monarchies catholiques, ne fut probablement pas la véritable cause de l’acharnement des appareils d’État contre la Compagnie », mais qu’elle fut surtout « victime du formidable succès rencontré dans le domaine des trafics coloniaux32 ».

  • 33 Arrêt de la Cour de Parlement, 6 août 1762, Troyes, Cardon, 1844, p. 38.
  • 34 Van Kley, Dale, op. cit., « Conspiracies Real and Imagined: The Decision to Destroy the (...)
  • 35 Archives nationales d’outre-mer (ANOM), COL C/14/26, « Mémoire du Roy pour servir d’inst (...)
  • 36 Ibid., f°256v.
  • 37 Duchet, Michèle, op. cit., p. 213.
  • 38 Ibid.

8Le projet de la nouvelle colonie en Guyane coïncide en effet avec la politique antijésuite menée parallèlement en Europe. En France, le scandale de l’affaire Lavalette aboutit à la condamnation de la Compagnie de Jésus par le Parlement de Paris. L’arrêt de la cour du 6 août 1762 déclare « ledit institut inadmissible dans tout Etat policé, comme contraire au droit naturel, attentatoire à toute autorité spirituelle et temporelle, et tendant à introduire dans l’Eglise et dans les États […] un corps politique » visant « une indépendance absolue » et « l’usurpation de toute autorité33 ». L’expulsion de l’ordre sera confirmée, à contre-cœur, par le roi en novembre 1764. Dale Van Kley observe que Choiseul serait impliqué, au moins depuis 1759, dans la stratégie visant le bannissement des Jésuites34. Opposé au parti dévot ou ultramontain représenté par le dauphin de France, Choiseul pratique une politique pro-parlementaire et antijésuite qui concorde avec l’ambition de réformer le modèle politique et économique de la Guyane. Le projet physiocratique de la nouvelle colonie ne vise pas seulement une appropriation du modèle économique libéral adopté par les Jésuites, mais aussi le remplacement du système d’évangélisation par une forme gouvernementale de civilisation des nations indiennes. Ainsi, dans le mémoire adressé à Thibault de Chanvalon et au chevalier Turgot, futurs intendant et gouverneur de la nouvelle colonie, Louis XV spécifie qu’ils ne devront négliger « aucun moyen pour se rendre les Indiens favorables […] pour engager ceux qui sont errans a venir s’etablir sur les terres de sa domination où elle leur assure une liberté entière35 ». De plus, le roi tient à ce que le gouverneur ne tolère « aucune espèce de controverse » et qu’il renvoie « hors de la colonie tout eclesiastique remuant dont le zèle seroit indiscret ». De plus, « il ne permettra point qu’il soit tenu aucune sinode ou assemblée eclesiastique, et ce sans exception. Il ne permettra pas qu’aucun eclesiastique prenne d’autre titre que celui d’aumonier du Roy descervant36 ». Sur ce sujet, Michèle Duchet observe comment l’idéal évangéliste des missionnaires est en quelque sorte laïcisé par la pensée philosophique au XVIIIe siècle. Le modèle jésuite d’éducation des Indiens est politisé afin de servir les intérêts des colonisateurs : « il s’agit […] non de reproduire un modèle, mais de l’adapter à des desseins politiques, et de faire prévaloir l’idée d’une civilisation des sauvages sur un idéal d’évangélisation37 ». Dans le contexte de l’expulsion des Jésuites et de l’expédition de Kourou, le but est de mettre en œuvre une politique d’assimilation des Indiens, menées non plus par les pères, mais par les « administrateurs-philosophes38 ».

L’Autre Jésuite

  • 39 ANOM, COL C/14/26, « Reponse a la lettre du Sr Aublet dattée de Cayenne du 16 mars (...)
  • 40 Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), Ms.454-2, « Copie du Voyage du Sr Aublet à (...)
  • 41 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°101r.

9Dans une lettre qu’il adresse à Choiseul, Bombarde théorise la colonisation de l’intérieur des terres de la Guyane en ayant recours à une comparaison militaire : « Je croirais donc que pour réussir, il faudroit se conduire à peu près comme on se conduit à la guerre quand on veut pénétrer un pays ennemy. On pousse en avant des postes, qui, soutenus d’échelon en echelon, puissent recevoir du secours en cas d’attaque, ou être protégés et recueillis en cas d’accident39 ». La manière de considérer la forêt inexplorée de l’Amazonie comme un « pays ennemy » et le choix d’un lexique martial (« guerre », « postes ») mettent en relief la dimension militaire de l’exploration, soulignée par Marie-Noëlle Bourguet. La nature inhabitée de la Guyane représente un danger similaire à celui des nations ennemies, celui qui la pénètre et qui entend l’habiter doit donc, dans un premier temps, envoyer un éclaireur ou un espion afin de reconnaître les « positions » de cet ennemi naturel. Bien que les propos de Bombarde ne soient pas exprimés sous la forme d’instructions précises destinées à Fusée-Aublet, le regard de l’observateur porté sur la nature des territoires explorés traduit une logique colonisatrice identique. Dès son arrivée à l’île de Cayenne, le 23 juillet 1762, Fusée-Aublet tente systématiquement de remonter fleuves et rivières afin de vérifier leur communication, tel que le fleuve Maroni, qu’il entreprend de rejoindre sans succès en 1762 afin d’accéder à la rivière Camopi. D’avril à mai 1763, il part de Cayenne sur la rivière d’Oyac, poursuit par la crique Galibi et constate sa communication avec le fleuve Sinnamary. Le journal de voyage transmis à Bombarde détaille la qualité des sols, le potentiel d’exploitation des terrains cultivables, ainsi que la communication entre les fleuves et rivières, permettant de relier les futures habitations situées dans la région de Kourou à celles de Cayenne et du sud-ouest de la colonie40. Dans le compte rendu de sa première tentative de voyage au Maroni, Fusée-Aublet déclare cependant à son protecteur qu’il n’évoquera pas ses observations sur les « pierres, terres, arbres », mais qu’il consacrera plutôt son récit aux « difficultés41 » qu’il a rencontrées. La suite du manuscrit dévoile en effet sa confrontation avec les Jésuites. La minutie avec laquelle le botaniste décrit le comportement des pères laisse entendre que l’ordre de mission déjà évoqué, consistant à « tout voir & tout examiner » ne se limite pas aux ressources botaniques et agricoles, mais porte également sur l’activité des Jésuites. En effet, le premier voyage entrepris par Fusée-Aublet entre septembre et décembre 1762 le met directement au contact des robes noires. L’arrêt du Parlement étant tombé en août de la même année, il semble peu crédible que Fusée-Aublet soit chargé de recueillir des pièces à conviction concernant les exactions des Jésuites : il ne s’agit pas d’étoffer les actes d’accusation d’un procès dont le verdict est déjà tombé. Pourtant, le récit à charge du botaniste s’apparente à la Lettre de l’isle de Cayenne, datée précisément de décembre 1762. Fusée-Aublet en serait-il l’auteur ? Les journaux transmis à Bombarde et à Choiseul auraient-ils pu, d’une manière ou d’une autre, servir à la rédaction de ce pamphlet ? Il semble plus probable que le récit d’espionnage de Fusée-Aublet vis-à-vis de la Compagnie de Jésus fonctionne à la manière de ses prospections agricoles dans le reste du territoire guyanais : il s’agit d’assembler, de collecter des informations non plus sur la nature et les habitations de la colonie, mais sur les propriétés et le fonctionnement de la société jésuite en vue de la passation de pouvoir qui s’exercera avec l’arrivée du nouveau gouvernement. Le botaniste et l’espion se fondent ainsi dans un même personnage capable de varier les optiques prospectives. Fusée-Aublet observe les « propriétés » des Jésuites – entendu ici au sens double de la possession d’un bien et des caractéristiques d’une plante – afin de prouver que la Compagnie est une mauvaise herbe pour la colonie. Pour reprendre les termes de Bombarde, Fusée-Aublet doit « pénétrer » un « pays ennemy » qui n’est plus celui de la nature hostile, mais le « corps politique » et économique usurpant l’autorité royale en Guyane.

  • 42 Ibid.

10Entre le 27 septembre et le 10 octobre 1762, « engagé par des promesses avantageuses du père Le Juste, jésuite missionnaire d’Oyapocko42 », Fusée-Aublet planifie donc son voyage à destination du Maroni. D’emblée, le botaniste se montre suspicieux vis-à-vis du père Philip Joseph O’Reilly, chargé d’évangéliser les Indiens à la mission de Kourou :

  • 43 Ibid.

Vue le volume de papiers, armes et autres effets l’on commanda un équipage d’Indiens de Kourou. Mais le Missionnaire le Père Ô’Relli jesuite Irlandois, qui gouverne les peuples, avoit apparemment reçu ordre contraire de son Supérieur ; au lieu d’Indiens, il arma sa pirogue de ses propres negres qui sont au nombre de 200 à leur habitation de Kourou (cette chaloupe arriva à Cayenne bondée de marchandises) sous prétexte qu’il n’y avait pas d’Indiens43.

  • 44 Ibid., f°102r.

11La réflexion de Fusée-Aublet concernant le « Supérieur » du père O’Reilly confirme l’opinion selon laquelle les missionnaires n’obéissent pas au gouvernement. La pratique du soulignement se répète dans la suite du journal, le botaniste insiste sur les faits importants qui doivent intéresser le gouvernement, notamment en ce qui concerne la logistique des pères, ici le nombre d’esclaves qui travaillent à l’habitation de Kourou. Fusée-Aublet accuse également le père Le Juste de vouloir l’empêcher d’atteindre ladite mission de Kourou. Dans un premier temps, ce dernier le perd volontairement dans la forêt vierge. Une fois arrivé à l’habitation de Kourou, son intention est d’empêcher la suite de son voyage : « Il fallut traverser la menagerie des peres Jesuites. Ce fut là où je me couvris les jambes et tout le corps de tics dessein du P. Lejuste, de me dégouter, et de me mettre hors d’état d’entreprendre mon voyage44 ». Ce qui apparaît particulièrement intéressant est l’effet de miroir qui se produit entre les comportements du botaniste et celui des pères : Fusée-Aublet reproche aux missionnaires de tout mettre en œuvre pour entraver son voyage, de le placer sous surveillance, de lui refuser des vivres et de mettre ainsi un frein à sa mission. Il reconnaît la méfiance de ces derniers à son égard, puisque les pères ne savent pas ce qu’il adviendra de leurs missions et habitations, mais il la justifie par ailleurs en se comportant véritablement comme un espion. Conscient de la méfiance du père O’Reilly à son égard, Fusée-Aublet cherche à gagner sa confiance, afin de mieux recueillir ses aveux :

  • 45 Ibid., f°103v.

Je suis bien aise de vous apprendre qu’on m’a prévenu à Paris que vous me feriez assassiner si je voulais pénétrer dans les missions, que c’était la raison pour laquelle je marchais seul parce que je répondois de moi et non des soldats qui pourraient vouloir [bâtifoler ?] avec les femmes des Indiens, que je croyois cela calomnie, qu’ils étoient mes amis. […] J’eus l’adresse de lui parler de ses propres intérêts, de celui de ses confreres ; je pris le moment de la table que les Irlandais occupent avec distinction. Il me dit qu’il étoit embarrassé ; cependant qu’au travers de cela si on les rappelloit il passerait à Surinam, où il seroit accueilli de Mad. La Gouvernante […]45.

  • 46 « The space in which peoples geographically and historically separated come into contact (...)
  • 47 « Here I wish to specify biocontact zone in order to set the contact between European, A (...)
  • 48 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°104r.
  • 49 Ibid., f°104v.

12Cette manière de procéder n’est pas sans évoquer la notion de « contact zone » définie par Marie Louise Pratt comme un espace colonial de rencontre « dans lequel des personnes séparées géographiquement et historiquement entrent en contact et établissent des relations impliquant usuellement des conditions de coercition, d’inégalité radicale et de conflits insolubles46 ». En effet, le cœur de la confrontation entre Fusée-Aublet et O’Reilly concerne la question de l’accès au service des Indiens situés aux abords des missions et des habitations jésuites. Le botaniste doit impérativement entrer en contact avec la nation des Galibis, parce que ces des derniers sont nécessaires à son équipage d’exploration : ils tracent la route dans la forêt, chassent et pêchent pour l’expédition, constituent une main d’œuvre pour abattre les arbres et atteindre des plantes autrement inaccessibles, mais surtout, ils sont capables de nommer et de reconnaître les plantes et leur utilité. C’est pourquoi Londa Schiebinger a défini, à la suite de Pratt, la notion de « biocontact zone » afin d’analyser plus spécifiquement la relation entre « les naturalistes européens, amérindiens et africains dans un contexte qui met en évidence les échanges de plantes et leurs usages culturels47 ». Cette altérité avec laquelle il s’agit d’entrer en contact, voire de manipuler, afin d’obtenir des informations botaniques est ici prise en charge par les Jésuites au regard de Fusée-Aublet. O’Reilly évoque également la volonté du père Le Juste de se confectionner un « trousseau », parce qu’il est « bien juste qu’après tant de peines nous ne partions les mains vuides ». Fusée-Aublet écrit ensuite au père Le Juste et affirme vouloir l’aider dans cette entreprise, le but de cette manœuvre étant de « mériter sa confiance48 », mais aussi de pouvoir bénéficier de sa collaboration dans la suite de son expédition. La stratégie persuasive porte ses fruits, puisque O’Reilly s’adoucit et lui promet de l’aider à entrer en contact avec les Indiens à proximité des missions. Il croit également « pouvoir se livrer » à Fusée-Aublet : « Ses propos sur la Cour ont été trop indécents pour que je sois assez ôsé pour les répéter. Personne ne fut ménagé. Il confondit dans ses discours l’autorité du Pape au pouvoir légitime de nos Parlements49 ». La stratégie de Fusée-Aublet est double : il s’agit non seulement d’extorquer des informations aux Jésuites, mais aussi de lier une amitié devant permettre au botaniste d’arpenter les territoires « sous contrôle » des robes noires.

  • 50 Ibid., f°106v.
  • 51 Ibid., f°103v.
  • 52 Ibid., f°104v.

13Plus loin dans le récit, le botaniste arrive à la mission de Sinnamary et parvient à se débarrasser des Jésuites. Il rencontre un Chef Galibi, le dénommé « Capitaine Mayac », parlant français, avec lequel il fait banaré, ce qui signifie lier concorde par le don de pacotilles. Fusée-Aublet lui promet de payer ses fournitures de même que « le service de ses gens ; que c’était l’usage des gens que le Roi envoie, de bien payer et de récompenser encore si l’on étoit content des services50 ». Le voyageur ne procède pas autrement avec les Jésuites lorsqu’il tente de leur extorquer des informations et de s’attacher leur service pour poursuivre son voyage d’exploration. Sa ruse consistant à se démarquer de la Cour et des « calomnies » au sujet des Jésuites, pour mieux pénétrer les sentiments des pères constitue une forme de banaré. En effet, le père O’Reilly « frappé de ces propos, […] s’adoucit et ils trouverent un expedient de me faire conduire par les propres negres à Sinnamari, que là il y avoit beaucoup d’Indiens, ils me donnerent une liste des chefs, ils imaginerent un beau voyage, il l’étoit effectivement51 ». Tout comme les Indiens louent leur service contre rémunération, les Jésuites désirent en contrepartie que Fusée-Aublet s’engage « à écrire à M. le duc de Choiseul » afin qu’il sache combien ils facilitent et mettent tout en œuvre pour la réussite de son expédition. Ce système de don contre don démontre bien l’altérité équivalente des Jésuites et des Indiens aux yeux de Fusée-Aublet mais, fait surprenant, les Indiens apparaissent comme plus respectables que les missionnaires : ces derniers sont considérés comme des corps étrangers, il ne s’agit pas d’en faire des citoyens français, mais de s’en débarrasser, parce qu’ils n’ont pas su prêter allégeance au roi. Le passage suivant exemplifie bien le caractère irréconciliable de la relation entre Fusée-Aublet et O’Reilly : « il exigea de moi que je lui dis si je n’obéirais pas au St Pere le Pape, ma réponse fut au Roi mon maître […] au Pape après l’approbation du Parlement de Paris. Il me damna sur le champs [sic]52 ». L’altérité est donc symétrique, Fusée-Aublet apparaît également aux yeux du père comme une sorte de « Sauvage » dont l’animisme se traduit ici par une forme de fanatisme envers le Parlement de Paris. En résistant à l’évangélisation du missionnaire, Fusée-Aublet noue implicitement une forme de fraternité avec les Indiens qu’il considère comme les victimes des Jésuites, sujets à leur maltraitance et à leur abus de pouvoir. Fusée-Aublet utilise alors le récit de voyage comme un palimpseste dont le but est de remplacer la rhétorique pro domo des pères par une rhétorique « civilisatrice ». Il réécrit en somme l’histoire de l’apostolat jésuite en Guyane et préfigure une ère nouvelle, celle de la colonie de Kourou, dont l’avènement coïncidera avec la civilisation des Sauvages, enfin devenus de véritables citoyens français.

Une imitation laïque de la rhétorique jésuite

  • 53 Verwimp, Régis, Les Jésuites en Guyane française sous l’Ancien Régime (1498-1768), Matou (...)
  • 54 Andriot, Cédric, « La Guyane vue par les jésuites », Histoire, monde et cultures religie (...)
  • 55 Berthiaume, Pierre, L’Aventure américaine au XVIIIe siècle, Ottawa, Les Presses de l’Uni (...)
  • 56 Dans le récit viatique du XVIIIe siècle, la rhétorique de l’autopsie repose su (...)
  • 57 La Hontan, Louis-Armand, baron de, Nouveaux Voyages de Mr le baron de Lahontan. (...)
  • 58 Ibid., p. 2.

14Comme l’ont noté Régis Verwimp et Cédric Andriot, l’apostolat des Jésuites en Guyane est « tricéphale53 ». La prédication s’adresse en premier lieu aux colons, ensuite aux Sauvages et finalement aux esclaves noirs. Il ne s’agit donc pas « d’augmenter le prestige et le commerce de la France : leur mission est d’apporter le salut, et en cela ils se distinguent fondamentalement des colons54 ». Le récit de Fusée-Aublet vise précisément à démontrer le contraire. Pierre Berthiaume note que tous les voyageurs « postulent l’impartialité de leurs observations, comme si les sens ne pouvaient tromper et qu’ils enregistraient objectivement les différentes caractéristiques de la réalité55 ». Fusée-Aublet n’échappe pas à cette règle. Sa position d’agent du roi suppose, selon lui, que le regard qu’il porte sur les Jésuites relève d’une vérité objective, l’opinion de l’administration en somme. Fusée-Aublet procède à une autopsie du réel56 qui vise en premier lieu à cautionner ses dires aux détriments de ceux des Jésuites. Son récit opère ainsi une « déconstruction » de la rhétorique jésuite exprimée dans les Relations des pères. Dans les Nouveaux voyages dans l’Amérique septentrionale (1703) de La Hontan, Berthiaume constate en effet que le voyageur reproche aux Jésuites « le manque de desinteressement & de sincérité57 » qui émane de leurs écrits. Les missionnaires, « poussez par un zèle faux ou véritable, ont plutôt écrit pour le crédit de leur cause, que pour apprendre au Lecteur le véritable contenu de ce qui se passe dans ce Païs-là58 ». Le récit de Fusée-Aublet n’a pourtant rien d’objectif. Au contraire, il porte avec lui les présupposés d’une nation ayant déjà condamné les missionnaires : ses descriptions présument les vices des pères et n’aspirent qu’à en dérouler l’étendue aux yeux d’une administration royale vraisemblablement acquise à cette cause.

15Lorsqu’accompagné du père Le Juste, Fusée-Aublet parvient à la mission de Kourou, il livre alors une description qui dément celle du père Lombard, citée dans la deuxième partie de notre article :

  • 59 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°102r.

Ce fut après neuf heures du soir que nous passames la rivière pour arriver à cette fameuse mission qui dément bien les lettres edifiantes qui parlent d’alignements et de rues. Il n’y a point trace d’établissements ; les bords du rivage sont couverts de palétuviers, l’intérieur par la forest ; l’Eglise et le grand Presbitaire avec une dépendance en magasin considérable sont mêmes attenant les grands bois. L’on ne voit donc que quelques carbets cachés dans des broussailles où se tiennent les Indiens qui servent à la chasse et à la pêche considérable que Mrs les Jésuites font. […] C’est là une branche de commerce de cette mission59.

  • 60 Voir Froidevaux, Henri, « Les Lettres édifiantes et la description de la mission de Kour (...)
  • 61 Botaniste du Roi envoyé en Guyane française entre 1722 et 1724, Pierre Barrère (1690-175 (...)
  • 62 Bibliothèque de l’Institut de France, Ms 2436-1, op. cit., « a monsieur lemonier, a (...)

16La « peuplade » n’est pas « située dans une fort belle anse » qui aurait été « fortifiée », « fraisée » et « palissadée » par les Indiens et les rues ne sont pas « tirées au cordeau ». De même, Fusée-Aublet ne montre aucun intérêt pour le « prodige de la religion » ayant fixé l’inconstance des Indiens dans la mission, mais il concentre son récit sur les biens commerciaux acquis par les pères grâce à la main d’œuvre des Sauvages60. Le botaniste n’agit pas autrement lorsque, s’adressant dans une lettre à Lemonnier, il dément la découverte de son prédécesseur en Guyane, le naturaliste Pierre Barrère61, au sujet de sa prétendue découverte de l’ipécacuanha : « Barerre n’a jamais vu l’ypecaquena il en impose beaucoup, je vous enveray dans lontemps celuy dont il parle que j’ay eu occasion de voir c’est véritablement une violette par ces caractaires62 ». Fusée-Aublet corrige ainsi de la même manière la détermination botanique de Barrère et la description de la mission du père Lombard et, ce faisant, il affirme la supériorité de ses compétences savantes et assure l’authenticité de son récit, capable de déceler les failles de ses prédécesseurs aux yeux de ses commanditaires.

  • 63 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°106r.
  • 64 Anonyme, op. cit., p. 3.
  • 65 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°105r.
  • 66 Ms 6244, « Copie d’une lettre du Sieur Aublet concernant les jésuites et les nègres », o (...)
  • 67 Verwimp, Régis, op. cit., p. 177.
  • 68 Ibid., p. 183.
  • 69 Ibid.

17Lorsqu’il visite la mission de Kourou, ses observations apparaissent comme autant de listes visant un même but : déconstruire le récit des Jésuites, dévoiler la vérité des faits. Fusée-Aublet découvre ainsi que l’Ordre entretient un commerce illégal avec le Surinam, notamment via la vente de perruches, mais aussi « de grages à manioc, couleurs [à presser le magnoc], pagayes, pagaras63 » qu’il découvre en inspectant les appartements de la mission abandonnée de Saint-Jean. Ces accusations sont confirmées par l’auteur anonyme de la Lettre de l’Isle de Cayenne, selon laquelle les missions de Kourou et de Sinnamary sont un prétexte pour commercer avec les Hollandais : « La quantité de marchandises qu’ils font passer a Surinam est immense. Les Sauvages & les Negres de la dernière Mission sont sans cesse occupés, sur les bords de la riviere, a charger les batteaux destines pour Surinam64 ». Au sujet des esclaves, Fusée-Aublet constate le mensonge du père O’Reilly : « Il m’avoit dit qu’il n’avoit qu’environ 80 esclaves à son habitation. […] J’ai compté à cette messe 58 negres de la plus haute taille, et pareille nombre de femmes, […] si on double le nombre, selon le dire du P. Ô’Relli, il y auroit à Kourou pour faire vivre le missionnaire, qui a 1000tt du Roi, 232 esclaves65 ». Dans sa lettre à Choiseul, Fusée-Aublet décrit « le pouvoir inoui66 » des pères qui s’approprient les meilleurs esclaves, exploitent et règnent sur toutes les consciences serviles de la colonie. Régis Verwimp note au contraire que les Jésuites jouent le rôle de protecteurs des esclaves, dans le but de les soustraire « non à leur sort mais à l’inhumanité dont ils sont victimes67 » sur les plantations : « Les laïcs rejettent la faute sur l’éducation donnée par les jésuites à leurs esclaves. Ils estiment que les missionnaires vont trop loin dans les principes de religion et d’humanisation des rapports68 ». « L’élément civilisateur » devient donc un « danger pour l’ordre public69 » et la mission de Fusée-Aublet semble précisément dévoiler le véritable intérêt mercantile des pères, dissimulé derrière leur œuvre de charité. Lorsqu’il est question des Indiens réduits dans les missions, l’optique de dévoilement des fausses prétentions civilisatrices laisse alors place à une appropriation laïque de ce rôle par le botaniste, qui devient le porte-voix philosophique du gouvernement.

  • 70 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°103r.
  • 71 Ibid., f°102r.
  • 72 Ms 6244, « Copie d’une lettre du Sieur Aublet concernant les jésuites et les nègres », o (...)
  • 73 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°102v.
  • 74 Ibid.

18À la mission de Kourou, le père O’Reilly explique au botaniste qu’il ne trouvera pas d’Indiens : « qu’aussitôt qu’arrivait un blanc chez eux ils croyaient toujours qu’on venait les prendre pour corvées ; qu’au surplus il n’avait rien à leur commander, qu’ils ne lui obéissent pas70 ». Au contraire, Fusée-Aublet constate que les Pères « tirent tout le parti possible des Indiens, soit de gré ou par violence71 », qu’ils sont les « maîtres absolus des Indiens, ils les traitent en Esclaves. L’usage qu’ils en font est terrible72 ». Les Jésuites possèdent notamment des esclaves indiennes mariées de force à des Africains, comme en témoigne la situation d’une certaine Anne-Marie, « Indienne d’Oyapock73 ». Cette situation inadmissible devra être corrigée par le nouveau gouvernement : « Si la justice de ce Pays (dont la tête est dévouée entièrement au fanatisme jésuite) fait usage des ordonnances du Roi, de ses lois, et si elle veut s’eveiller pour les remplir presqu’en tout genre, la justice veillera à la conservation de la liberté des Sujets de sa majesté sur différents points74 ». La rencontre de Fusée-Aublet avec les Indiens Galibis apparaît précisément comme la mise en œuvre de cette politique égalitaire devant mettre un terme au « fanatisme » jésuite et à l’esclavagisme des Sauvages. Lorsqu’il voyage à destination de la mission de Sinnamary et fait escale à celle de Saint-Jean, le botaniste découvre une nouvelle machination du père O’Reilly : ce dernier a chargé son esclave personnel, Joseph, de répandre parmi les Indiens une rumeur rapportée par le capitaine Mayac :

  • 75 Ibid., f°107r.

Joseph a passé chez Matheus capitaine où étoit sa bande, il lui a dit que tu étois venu nous voir sous prétexte de chercher fleurs, aziers et toutes ces choses, […] qu’ensuite quand toi bien connoître, va venir soldats avec navire de France nous prendre nos femmes et nos enfants pour vendre Esclaves du Roi de France mener en France. Joseph et Jacques ont faire courir ce bruit à tous les carbets de la rivière ; tous les Indiens sont en colere et ont grand peur75.

  • 76 Ouellet, Réal, La Relation de voyage en Amérique (XVIe-XVIIIe siècles). Au carrefour des genres, P (...)
  • 77 « ma vie n’étoit rien si je n’avois su par des bienfaits les prévenir et mes les attache (...)

19Incarnant la posture du voyageur héroïque76, Fusée-Aublet déjoue le piège tendu par le père O’Reilly en révélant au capitaine Mayac les intentions de son gouvernement au sujet des nations indiennes sous « l’emprise » des Jésuites77. La crainte de Fusée-Aublet est que le départ des Jésuites entraîne l’exil des Indiens vers le Surinam, mais son banaré avec le capitaine Mayac convainc ce dernier qu’il peut accorder sa confiance au botaniste :

  • 78 Ibid., f°107r.

Le Père Ô-Relli n’est pas bon, c’est un méchant, Joseph son negre de Kourou qui parle Indien avec Jacques sont venus me dire de t’abandonner, que tu n’étois pas negre ni chretien que nous allions gagner grand malheur avec toi. Je lui ai dit que tu étais bon blanc, que tu nous faisois manger avec toi, et que tu nous donnois toujours quelque chose, et que tu ne battois pas nos enfants. Ils ajoutent sans doute mon Père Ô-Relli a envoyé son noir, car noir capable de penser comme ça […]78.

  • 79 Guitton, Audrey, L’Autre lointain en dialogue. La quête de la voix idéale au s (...)
  • 80 Ibid., p. 87.

20Par ce discours rapporté, Fusée-Aublet subvertit les rôles et les classes : l’esclave noir, par son statut, incarne les « noirs » desseins du père O’Reilly qui lui-même, voit son statut de Jésuite réduit à celui de l’esclave. Par contraste, l’Indien, capable de déceler le vrai du faux, apparaît comme un être rationnel, l’égal du « blanc », capable de déceler la fourberie et de reconnaître la bonté et l’honnêteté de l’agent colonial. La parole indienne est ici celle de « l’Autre lointain » analysé par Audrey Guitton. Elle représente « le fantasme d’une communication transparente », une « voix idéale79 » qui fait triompher les valeurs civilisatrices de l’expédition de Kourou contre l’obscurantisme jésuite. La vérité est d’autant plus éclatante qu’elle émane des Indiens eux-mêmes qui souhaitent collaborer avec les « blancs » et ne plus subir les affronts des pères : « Le Sauvage ne ment pas et même ne peut pas mentir, ce qui lui permet de démasquer le mensonge des autres80 ». Grâce au capitaine Mayac, Fusée-Aublet restitue au gouvernement laïc la relation de confiance entretenue entre les Indiens et l’administration française, qui avait été « usurpée » par les Jésuites. Dans le but de souligner l’éclatante victoire de ses valeurs civilisatrices sur celles des religieux, le botaniste rapporte encore d’autres paroles de Mayac. On découvre alors que le récit des Jésuites consistant à protéger les Indiens des corvées et de la maltraitance des habitants ne serait qu’une ruse de plus, inventée par les robes noires, afin de s’attacher l’exclusivité des Indiens, propice à leur manne financière :

  • 81 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°109r.

Quand mon Père Ô-Relli ou un autre voit venir blanc à nos carbets, lui pousser blanc et batté nous, n’est pas content nous servir blancs du tout, lui pour accoutumer nous pour faire sa salade, faire travailler bardeaux, planchers, bois, n’a pas payé lui dans l’église batté nous, arraché cheveux avec ciseaux ; batté nos femmes, enfants ; Indien n’est pas content […]81.

  • 82 Vissière, Isabelle et Jean-Louis (éd.), Peaux-Rouges et Robes noires, op. cit., « Lettre du P. (...)
  • 83 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°109r.

21Nous sommes ici bien loin du discours de Louis-Rémi Tourappo, chef indien qui, sur son lit de mort, aurait déclaré au père Lombard : « Je meurs Chrétien […]. Imitez en cela mon exemple ; regardez les missionnaires comme vos pères en Jésus-Christ ; ayez en eux une entière confiance, et prenez garde qu’une vie peu chrétienne ne les oblige malgré eux à vous abandonner82 ». On pourrait multiplier ces exemples rendant grâce aux actions bienfaitrices et civilisatrices des Jésuites. Le témoignage du capitaine Mayac constitue ainsi un précieux alibi : non seulement il contredit le prosélytisme des relations jésuites et expose le véritable traitement donné aux Indiens dans les missions, mais il permet encore au botaniste d’étayer sa théorie selon laquelle « M. le Gouverneur », Gilbert Guillouet d’Orvilliers, est un collaborateur de la théocratie en place dans la colonie. Ce n’est donc pas un hasard si l’affrontement final entre les Jésuites, les Indiens et Fusée-Aublet se déroule à Cayenne, dans le cabinet du gouvernement chargé de faire la transition avec la nouvelle administration de Kourou. Après avoir entendu le récit des Indiens concernant la conspiration des pères à l’encontre des « blancs », venus les réduire en esclavage, l’ordonnateur François Louis Morisse et Behague de Septfontaine, gouverneur par intérim, se retirent « d’indignation83 ». Du Parlement de Paris au gouvernement de Cayenne, le journal du botaniste reproduit le procès des Jésuites dans un contexte colonial. Grâce à la prise en charge de son discours par le capitaine Mayac, Fusée-Aublet s’approprie la rhétorique jésuite. Il applique ainsi la politique d’expulsion de la Compagnie et d’assimilation des Indiens voulue par Choiseul : le botaniste retourne contre les Jésuites les accusations faites aux « blancs » et laïcise le discours apostolique des pères destiné aux Indiens, remplaçant ainsi leur œuvre d’évangélisation par celle de la « civilisation » qui devrait dorénavant être pratiquée par le nouveau gouvernement de la Guyane.

Conclusion

  • 84 McClellan III, James E., Regourd, François, op. cit., p. 13-39.
  • 85 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°110r.
  • 86 Boumediene, Samir, op. cit., p. 428.
  • 87 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°109r.
  • 88 Voir Havard, Gilles, Empire et métissages. Indiens et Français dans le Pays d’ (...)

22Nous avons vu que la rhétorique « civilisatrice » de Fusée-Aublet épouse le regard de l’esprit savant cherchant à cataloguer le réel et à produire des connaissances. La manière de « civiliser » le récit des Jésuites, d’instancier les visées politiques et philosophiques de ses commanditaires, est similaire à la méthode de recensement de la nature effectuée en fonction de normes épistémiques (observer, décrire, classer) : la mission du naturaliste met ainsi en perspective la logique complétive des rouages savants, politiques et économiques propres à la « machine coloniale84 ». Dans son récit de voyage, Fusée-Aublet constate que les Jésuites ont démontré un « zèle qu’ils n’avaient jamais eu pour persuader que c’est la cause de leur expulsion85 ». Il semble plutôt que le voyageur, convaincu par les motifs de leur expulsion, ait interprété les agissements des pères comme symptomatiques de ce « zèle ». Les stratégies argumentatives de Fusée-Aublet révèlent ainsi une volonté « d’inscrire » une nouvelle « approche du réel86 » dans le récit de voyage, capable d’inverser un discours jésuite dénonçant précisément les exactions commises par les laïques à l’encontre des nations indiennes. Cette colonisation de la pensée par le discours s’illustre dans un autre passage, où le père Rouelle déclare à un Indien, au sujet de Fusée-Aublet : « ne t’y fie pas, c’est un Sorcier ». Le botaniste commente alors : « Sorcier chez eux est un Diable. Lorsqu’ils ne le tuent pas par crainte ils le fuient. Voilà un principe à leurs mauvaises intentions87 ». Comme l’a notamment démontré Gilles Havard88, la figure du piaye, du sorcier ou du jongleur fut certes diabolisée par les Jésuites, mais aussi instrumentalisée pour servir leurs intérêts : les Jésuites incarnent aux yeux des Indiens de puissants sorciers chrétiens servant un Manitou assimilé de manière syncrétique à leur religion animiste. Comme les Jésuites, le botaniste pratique donc une distanciation intellectuelle qui lui permet de s’adapter aux codes des Indiens afin de mieux parvenir à ses fins : ce n’est désormais plus le botaniste mais le Jésuite qui fait figure de « diable » au regard du Sauvage, soi-disant acquis à la cause du voyageur. En définitive, le discours de Fusée-Aublet n’est que l’image inversée d’un modèle jésuite fantasmé qu’il entendait pourtant remplacer et surpasser.

Haut de page

Notes

3 Devèze, M., « La Guyane française de 1763 à 1799 (de l’Eldorado à l’enfer) », Bulletin de la Société d’Histoire Moderne, 4 juin 1761, p. 2-6 ; Marchand-Thébault, [s. p.], « L’esclavage en Guyane française sous l’ancien régime », Revue française d’histoire d’outre-mer, 1960, t. 47, n° 166, p. 5-75.

4 Voir Godfroy, Marion F., Kourou, 1763. Le Dernier rêve de l’Amérique française, Paris, Vendémiaire, 2011 ; Regourd, François, « Kourou 1763. Succès d’une enquête, échec d’un projet colonial », Connaissances et Pouvoirs. Les espaces impériaux (XVIe-XVIIIe siècles). France, Espagne, Portugal, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2005, p. 233-252.

5 Froidevaux, Henri, « Une mission géographique et militaire à la Guyane en 1762 », Annales de géographie, 1892, vol. 2, p. 218-231 et « Explorations françaises à l’intérieur de la Guyane pendant le second quart du XVIIIe siècle (1720-1742) », Bulletin de géographie historique et descriptive. Comité des travaux historiques et scientifiques, section des sciences géographiques et de l’environnement, 1894, p. 218-301.

6 La colonie sera entièrement composée de colons « blancs » et sera exemptée du système de l’Exclusif. Voir Godfroy, Marion F., op. cit., 2011, p. 69-81.

7 Regourd, François, art. cit., 2005, p. 235.

8 Marchand-Thébault, [s. p.], art. cit., p. 14-19.

9 Fusée-Aublet, Jean-Baptiste Christophe, Histoire des plantes de la Guiane françoise, Paris, Pierre-François Didot, 1775, t. I, préface, p. XII-XIII.

10 Bibliothèque de l’Institut de France, Ms 2436-1, f°133-137.

11 Bourguet, Marie-Noëlle, « L’Explorateur », L’Homme des Lumières, Michel Vovelle (dir.), Paris, Seuil, « L’Univers historique », 1996, p. 285-346, p. 286.

12 Bibliothèque nationale de France (BNF), Pièces diverses relatives à l’administration de la Guyane par le chevalier Turgot (1763-1764), Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », 27 septembre – décembre 1762, f° 101-110.

13 Riche financier, parent de Choiseul, patron de Fusée-Aublet et grand collectionneur d’histoire naturelle, Bombarde apparaît comme l’un des théoriciens de la nouvelle colonie.

14 BNF, Ms 6244, « Copie d’une lettre du Sieur Aublet concernant les jésuites et les nègres. Copié sur le papier du secrétaire de M. de Chanvalon, trouvé dans ses papiers, cotté et graphé lors de l’inventaire qui a été fait », « A Mgr duc de Choiseul », f° 126-129.

15 Godfroy, Marion F., op. cit., 2011, p. 102-110.

16 Le Roux, Yannick, Auger, Réginald, Cazelles, Nathalie, Les Jésuites et l’esclavage. Loyola. L’Habitation des jésuites de Rémire en Guyane française, Québec, Presses de l’Université de Québec, 2009, p. 76-77.

17 Froidevaux, Henri, « Études sur les recherches scientifiques de Fusée Aublet à la Guyane française (1762-1764) », Bulletin de géographie historique et descriptive, 1897, p. 425-469, p. 432.

18 Duchet, Michèle, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, « Bibliothèque de l’Évolution et de l’Humanité », 1995 [1971].

19 McClellan III, James E., Regourd, François, The Colonial Machine : French Science and Overseas Expansion in the Old Regime, Turnhout, Brepols, 2011, p. 306-323 ; Bourguet, Marie-Noëlle, Bonneuil, Christophe, « Présentation », De l’inventaire du monde à la mise en valeur du globe. Botanique et colonisation (fin 17e siècle-début 20e siècle), Marie-Noëlle Bourguet et Christophe Bonneuil (dir.), Revue française d’outre-mer, 1999, t. 86, n°322-323, p. 7-38 ; Bourguet, Marie-Noëlle, « La Collecte du monde : voyage et histoire naturelle (fin XVIIème siècle – début XIXème siècle) », Le Muséum au premier siècle de son histoire, Claude Blanckaert et al. (dir.), Paris, Muséum national d’Histoire naturelle, « Archives », 1997, p. 163-196.

20 Pratt, Mary Louise, Imperial Eyes: Travel Writing and Transculturation, London, Routledge, 1992 ; Schiebinger, Londa, Plants and Empire. Colonial Bioprospecting in the Atlantic World, Cambridge, Harvard University Press, 2004.

21 Boumediene, Samir, La Colonisation du savoir. Une Histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), Vaulx-en-Velin, Les Éditions des mondes à faire, 2016.

22 Paschoud, Adrien, Le monde amérindien au miroir des Lettres édifiantes et curieuses, Oxford, Voltaire Foundation, 2008, p. 119-144.

23 Vissière, Isabelle et Jean-Louis (éd.), Peaux-Rouges et Robes noires. Lettres édifiantes et curieuses des jésuites français en Amérique au XVIIIe siècle, Paris, La Différence, « Outre-mers », 1993, « Lettre du P. Lombard, de la Compagnie de Jésus, Supérieur des missions indiennes dans la Guyane, au P. de La Neuville, de la même Compagnie, Procureur des missions de l’Amérique », Kourou, 11 avril 1733, p. 324-328, p. 324.

24 Le Roux, Yannick, Auger, Réginald, Cazelles, Nathalie, op. cit., p. 63.

25 Ibid.

26 Anonyme, Lettre de l’Isle de Cayenne touchant les immenses possessions & la conduite des jésuites dans cette isle, 30 décembre 1762, s. l., s. n., 1762, p. 4-5.

27 Ibid., p. 6.

28 Artur, Jacques François, Histoire des colonies françoises de la Guianne, Marie Polderman (éd.), Matoury, Ibis rouge, 2002, p. 564-565. Cité par Le Roux, Yannick, Auger, Réginald, Cazelles, Nathalie, op. cit., p. 69-70.

29 Van Kley, Dale, The Jansenist sans he Expulsion of the Jesuits from France. 1757-1765, New Haven, London, Yale University Press, 1975, « The La Valette Affair: From the Island of Martinique to the Parlement of Paris », p. 90-107.

30 Le Roux, Yannick, Auger, Réginald, Cazelles, Nathalie, op. cit., p. 70. « 

31 Didier, Hugues, « Acheter, vendre et produire, dans la Compagnie de Jésus, aux 16e-18e siècles », Les Conditions matérielles de la mission. Contraintes, dépassements et imaginaires. XVIIe-XXe siècles, Jean Pirotte (dir.), Clamecy, Karthala, « Mémoires d’Églises », 2005, p. 305-317, p. 316.

32 Suire, Éric, Pouvoir et religion en Europe. XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, « Collection U – Histoire », 2013, p. 241.

33 Arrêt de la Cour de Parlement, 6 août 1762, Troyes, Cardon, 1844, p. 38.

34 Van Kley, Dale, op. cit., « Conspiracies Real and Imagined: The Decision to Destroy the Jesuits », p. 62-89.

35 Archives nationales d’outre-mer (ANOM), COL C/14/26, « Mémoire du Roy pour servir d’instructions communes aux Srs Cher Turgot gouverneur et Thibaut de Chanvalon Intendant de l’ancienne et nouvelle colonie de la Guyanne » 20 septembre 1763, f°254r-259v, f°257r.

36 Ibid., f°256v.

37 Duchet, Michèle, op. cit., p. 213.

38 Ibid.

39 ANOM, COL C/14/26, « Reponse a la lettre du Sr Aublet dattée de Cayenne du 16 mars 1763 », f°349r-352r, f°349v. Il s’agit d’une lettre de Bombarde portant conseil à Choiseul sur la manière adéquate de répondre à Fusée-Aublet.

40 Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), Ms.454-2, « Copie du Voyage du Sr Aublet à Cayenne de la Rivière d’oyac par la crique galibi, à percer à la Rivière Sinnamari ; avec les annotations qui lui ont été données », f°q.

41 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°101r.

42 Ibid.

43 Ibid.

44 Ibid., f°102r.

45 Ibid., f°103v.

46 « The space in which peoples geographically and historically separated come into contact with each other and establish ongoing relations, usually involving conditions of coercion, radical inequality, and intractable conflict ». Pratt, Mary Louise, op. cit., p. 6-7, je traduis.

47 « Here I wish to specify biocontact zone in order to set the contact between European, Amerindian, and African naturalists in a context that highlights the exchange of plants and their cultural uses ». Schiebinger, Londa, op. cit., p. 83, je traduis.

48 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°104r.

49 Ibid., f°104v.

50 Ibid., f°106v.

51 Ibid., f°103v.

52 Ibid., f°104v.

53 Verwimp, Régis, Les Jésuites en Guyane française sous l’Ancien Régime (1498-1768), Matoury, Ibis rouge, 2011, p. 81.

54 Andriot, Cédric, « La Guyane vue par les jésuites », Histoire, monde et cultures religieuses, vol. 41, n°1, 2017, p. 157-187, p. 171.

55 Berthiaume, Pierre, L’Aventure américaine au XVIIIe siècle, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1990, p. 185.

56 Dans le récit viatique du XVIIIe siècle, la rhétorique de l’autopsie repose sur l’expérience vécue du voyageur qui accrédite non seulement son témoignage, mais lui permet également de contredire d’autres récits en vertu de cette autorité. Cette manière d’objectiver une expérience subjective est paradoxale, puisqu’elle présuppose une forme de désintérêt de la part de l’énonciateur alors que son idéologie est transposée dans sa mise en récit du réel. Voir Dornier, Carole, « La rhétorique de l’autopsie dans le Journal de voyage aux Indes orientales de Robert Challe (1721) », Dix-huitième siècle, vol. 1, n°39, 2007, p. 161-174.

57 La Hontan, Louis-Armand, baron de, Nouveaux Voyages de Mr le baron de Lahontan. Dans l’Amerique septentrionale, La Haye, chez les Frères l’Honoré, 1703, vol. 1, p. 1.

58 Ibid., p. 2.

59 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°102r.

60 Voir Froidevaux, Henri, « Les Lettres édifiantes et la description de la mission de Kourou », Journal de la Société des Américanistes, t. 3, n°2, 1901, p. 177-185.

61 Botaniste du Roi envoyé en Guyane française entre 1722 et 1724, Pierre Barrère (1690-1755) ne découvrit qu’un petit nombre de plantes qu’il eût du mal à identifier. Il est l’auteur d’un Essai sur l’Histoire naturelle de la France équinoxiale, Paris, Piget, 1741.

62 Bibliothèque de l’Institut de France, Ms 2436-1, op. cit., « a monsieur lemonier, a Cayenne le 20 juillet 1763 », f°134v.

63 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°106r.

64 Anonyme, op. cit., p. 3.

65 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°105r.

66 Ms 6244, « Copie d’une lettre du Sieur Aublet concernant les jésuites et les nègres », op. cit., f°128r.

67 Verwimp, Régis, op. cit., p. 177.

68 Ibid., p. 183.

69 Ibid.

70 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°103r.

71 Ibid., f°102r.

72 Ms 6244, « Copie d’une lettre du Sieur Aublet concernant les jésuites et les nègres », op. cit., f°128v.

73 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°102v.

74 Ibid.

75 Ibid., f°107r.

76 Ouellet, Réal, La Relation de voyage en Amérique (XVIe-XVIIIe siècles). Au carrefour des genres, Paris, Hermann, 2015, p. 54-55.

77 « ma vie n’étoit rien si je n’avois su par des bienfaits les prévenir et mes les attacher ; si je ne les avois instruit sur les intentions de sa Majesté […] qui étoient que les Indiens fussent libres comme les blancs et les bons français, traités de même, qu’on leur donnat des habitations, qu’on les payat lorsqu’on les feroit travailler etc. » Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°107v.

78 Ibid., f°107r.

79 Guitton, Audrey, L’Autre lointain en dialogue. La quête de la voix idéale au siècle des Lumières, Paris, Classiques Garnier, « L’Europe des Lumières », 2012, p. 33.

80 Ibid., p. 87.

81 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°109r.

82 Vissière, Isabelle et Jean-Louis (éd.), Peaux-Rouges et Robes noires, op. cit., « Lettre du P. Lombard, de la Compagnie de Jésus, Supérieur des missions des Sauvages de la Guyane, au Révérend Père Croiset, Provincial de la même Compagnie dans la province de Lyon », Kourou, 23 février 1730, p. 312-318, p. 317.

83 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°109r.

84 McClellan III, James E., Regourd, François, op. cit., p. 13-39.

85 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°110r.

86 Boumediene, Samir, op. cit., p. 428.

87 Ms 6244, « Copie d’un journal du S. Aublet », op. cit., f°109r.

88 Voir Havard, Gilles, Empire et métissages. Indiens et Français dans le Pays d’en Haut, 1660-1715, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2003, p. 681-695.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibaud Martinetti, « L’Autre Jésuite : civilisation, exploration et espionnage dans le récit de voyage de Fusée-Aublet en Guyane (1762-1764) »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/90213 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.90213

Haut de page

Auteur

Thibaud Martinetti

Post-doctorant à l’Université de Neuchâtel

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search