Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesDébats2022Récits de voyage entre l’Europe e...Le Voyage entravé : enj...

2022
Récits de voyage entre l’Europe et l’Amérique à l’époque moderne et contemporaine : perspectives de recherche

Le Voyage entravé : enjeux épistémiques de l’obstacle naturel dans l’Histoire des plantes de la Guiane françoise de Jean-Baptiste Christophe Fusée-Aublet

The Impeded Journey: Epistemic issues of the natural obstacle in the Histoire des plantes de la Guiane Françoise by Jean-Baptiste Christophe Fusée-Aublet
Perrine Besson

Résumés

L’expédition en Guyane du botaniste français, Jean-Baptiste Christophe Fusée-Aublet (1723-1778), fut fructueuse puisqu’il en a ramené de nombreux échantillons de plantes méconnues ainsi que des connaissances inédites sur le paysage végétal guyanais. Si les résultats de ce voyage sont indéniablement positifs et ont donné lieu à la publication d’un ouvrage majeur pour la communauté scientifique, l’expédition en elle-même fut laborieuse pour le botaniste qui a dû s’adapter rapidement aux spécificités de ce nouvel environnement hostile. En nous basant sur l’Histoire des plantes de la Guiane françoise (1775) ainsi que sur quelques extraits des journaux d’Aublet, nous interrogerons la manière dont ces obstacles physiques et psychologiques, auxquels le voyageur-botaniste a été confronté en Guyane, ont à la fois conditionné sa méthode scientifique et déterminé certains choix d’écriture.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 J.-B. Fusée-Aublet, Histoire des plantes de la Guiane françoise, Paris, Didot, 177 (...)

Les personnes qui sont entrées dans les forêts de la Guiane peuvent seules avoir une idée de l’extrême difficulté qu’on éprouve pour y pénétrer, à cause des lianes, des arbrisseaux épineux, & des herbes coupantes qui occupent l’intervalle des grands arbres ; car pour peu qu’on s’éloigne des habitations on ne trouve ni sentiers ni frayés ; il faut les pratiquer à chaque pas que l’on fait1.

  • 2 « J’espérois, à mon arrivée en Europe, me servir & des mémoires & des morceaux ras (...)
  • 3 Botaniste français, frère d’Antoine et de Joseph de Jussieu, Bernard de Jussieu est (...)

1C’est par ces mots que Jean-Baptiste Christophe Fusée-Aublet présente son voyage en Guyane (1762-1765) dans la préface de l’Histoire des plantes de la Guiane Françoise, publiée en 1775. Après dix années passées à l’Île-de-France entre 1752 et 1762 pour le compte de la Compagnie des Indes où il était officiellement chargé d’établir un laboratoire de médicaments ainsi qu’un jardin des plantes potentiellement utiles à la colonie, le botaniste rentre en France avec l’ambitieux projet de rassembler puis de publier ses mémoires et ses observations2. C’était sans compter l’ordre du duc de Choiseul, alors ministre de la Marine, le sollicitant à embarquer pour la Guyane en tant qu’« Apothicaire-Botaniste » du Roi. Malgré ses premières réticences, la liberté promise par ses supérieurs ainsi que la possibilité d’herboriser pendant son temps libre le convainquent de partir pour la Guyane où il débarque au mois de juillet 1762. De ces trois années d’expédition Fusée-Aublet rapporte, outre des animaux, insectes et coquillages qu’il fait régulièrement envoyer par bateaux à ses correspondants restés en France, un herbier considérable. Cette impressionnante collection de plantes exotiques, pour la plupart encore inconnues en Europe, lui sert alors de base pour composer – avec l’appui de Bernard de Jussieu3 – son Histoire des plantes de la Guiane françoise ; véritable monument pour la botanique du XVIIIe siècle.

  • 4 J.-B. Fusée-Aublet, Histoire des plantes, op.cit., p. xij.
  • 5 Ibid.
  • 6 Ces implications héroïques de l’obstacle physique ont fait l’objet de nombreuses é (...)
  • 7 À cette époque, le système de Linné commence à être adopté en France. C’est selon ce systè (...)
  • 8 Voir par exemple Samir Boumédiene, La Colonisation du savoir : une histoire des pl (...)

2Dès son débarquement en Guyane, c’est mu par sa « passion pour la découverte des plantes4 » que Fusée-Aublet se met au travail. Il s’emploie aussitôt à observer les végétaux exotiques et, d’un naturel curieux et zélé, il n’hésite pas à entreprendre, quelques semaines seulement après son arrivée, des herborisations « éloignées de [s]a demeure5 ». Ainsi, la recherche et l’étude des plantes exotiques sont le principal moteur du voyage de Fusée-Aublet. Or, une fois sur place et malgré son enthousiasme pour l’herborisation, le naturaliste se trouve inévitablement confronté aux obstacles et aux dangers de ce territoire sauvage. En effet, sa tâche est rendue plus complexe par l’environnement méconnu dans lequel il évolue. Au-delà de la rhétorique héroïque que peut alimenter la confrontation à l’obstacle physique6, la réalité guyanaise ouvre de véritables enjeux sur le plan scientifique. Menacé par les dangers de la forêt amazonienne, le voyageur doit acquérir rapidement un savoir-faire pratique ; il s’agit d’apprendre à distinguer les animaux utiles des nuisibles, à reconnaître les vertus des plantes tropicales, à en maîtriser les dosages pour concevoir des remèdes efficaces, mais aussi à trouver le moyen de converser et de négocier avec les indigènes. La botanique n’est pas en reste puisqu’au cœur de ce foisonnement de végétaux à première vue hostile et chaotique le naturaliste découvre quantité de plantes nouvelles qu’il s’agit de décrire et d’envoyer régulièrement en Europe, où s’opère alors leur classification7. Les vertus médicinales des végétaux exotiques sont également étudiées et ceux qui présentent des caractéristiques « utiles » entrent dans la composition de remèdes, engendrant ainsi une forte demande de ces ressources et un commerce important entre l’Europe et ses colonies. Si ces questions de réseaux botaniques entre l’Europe et les territoires coloniaux sont au cœur de la réflexion sur les voyages savants du XVIIIe siècle8, nous choisissons de nous intéresser ici spécifiquement au voyage d’Aublet sur le territoire guyanais, aux divers obstacles rencontrés par le voyageur et aux stratégies employées pour transformer ces entraves en découvertes scientifiques.

  • 9 Je n’entrerai pas spécifiquement ici dans cette discussion qui fera l’objet d’anal (...)

3Nous questionnerons, dans un premier temps, les différents impacts des obstacles physiques sur un voyageur savant comme Aublet puis, partant de l’hypothèse que l’environnement méconnu au sein duquel il évolue est à la fois frein et moteur dans la construction du savoir botanique, nous tenterons de montrer comment ces entraves peuvent ouvrir des enjeux épistémiques, suggérant, par exemple, de nouvelles manières de déchiffrer la nature. Les obstacles au voyage, qu’ils concernent la progression du voyageur dans les forêts de la Guyane ou qu’ils soient d’ordre méthodologique (liés à l’herborisation dans le cas de Fusée-Aublet), poussent le voyageur-botaniste à dépasser ses propres limites, physiques ou psychologiques, mais également celles imposées par les institutions scientifiques de son temps. Ces entraves ne peuvent évidemment être surmontées qu’avec l’appui des populations indigènes qui, elles, comprennent et maitrisent cette nature sauvage. Si les questionnements liés aux figures intermédiaires9 – « Indiens », esclaves, guides – sont évidemment essentiels à la compréhension de la construction d’un savoir botanique exotique, nous nous concentrerons ici sur la manière dont certains obstacles peuvent devenir des moteurs pour le voyageur et, dans une plus large mesure, pour la communauté scientifique de l’époque. Ces questionnements seront abordés à partir des textes d’Aublet – l’Histoire des plantes, mais aussi quelques journaux de voyage –, et permettront de mieux saisir la manière dont se construit, dans les écrits d’un voyageur-savant, une certaine représentation de la science en terres lointaines.

La mise en scène de l’obstacle dans l’Histoire des plantes de la Guiane françoise

  • 10 J.-B. Fusée-Aublet, Histoire des plantes, op. cit., p. xvij.
  • 11 Les journaux de voyage d’Aublet en Guyane sont conservés à la bibliothèque du Muséum nat (...)
  • 12 « Le 27 avril : Il n’a pas été possible de parttir au jour, tellement la pluïe (...)
  • 13 « le 12 mai : j’ai trouvé mon beau serpent pourri et tous mes animaux. Les fourmis avoie (...)
  • 14 « le 26 [mai]: Lorsque le Capitaine indien fut arrivé, je dessendis la rivière. (...)
  • 15 Ibid., « le 8 May 1763 ».
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid.
  • 18 Ibid., « le 12 May 1763 ».
  • 19 Ibid., « le 22 May 1763 ».
  • 20 Ibid.
  • 21 E. Ardaillon, « Les principes de la géographie moderne », dans Bulletin de la Société de (...)

4Nous l’avons vu, dans la préface de son traité de botanique Aublet dépeint la Guyane comme un espace hostile, en grande partie inhabité et connu d’une poignée d’explorateurs seulement. La nature sauvage qu’il décrit dans le passage cité en introduction de cet article semble impénétrable. Pire, elle paraît attaquer ceux qui s’y aventurent. Si le foisonnement, la splendeur et la luxuriance de la nature sont des topoï ancrés des textes viatiques, Aublet adopte quant à lui une approche contraire, comme en témoignent les adjectifs « épineux », « coupantes » qu’il insère dès la préface de son œuvre botanique. Le choix n’est pas anodin et ces qualificatifs créent dans l’imaginaire du lecteur une première représentation menaçante de la nature guyanaise. Les obstacles sont partout : risques de blessures, présence de serpents, de bêtes sauvages, insectes nuisibles, dépendance envers les esclaves et les « Indiens », « que l’on est obligé de prendre avec soi, comme conducteurs, & pour porter les provisions ainsi que tous les instrumens et ustensiles nécessaires10 », mais qui peuvent à tout moment abandonner le voyageur dans les bois, voire même le tuer. Dans le journal qu’il tient pendant son expédition11, Aublet mentionne à de multiples reprises le mauvais temps qui freine sa progression12, les terribles nuisances causées par les insectes13, ou encore la piètre qualité de son matériel14. Le voyageur cherche ainsi à montrer qu’il ne maîtrise aucun paramètre ; ni la rudesse du climat, ni l’environnement naturel, ni même la communication avec les indigènes qu’il rencontre. Il dépeint là une autre réalité ; un monde dangereux, chaotique, inhospitalier que l’on ne peut contrôler, ni même appréhender dans toute sa complexité. Entièrement dépendant des éléments naturels, le travail du botaniste est parfois à l’arrêt pendant plusieurs jours. Mais c’est d’abord la souffrance physique et psychologique du voyageur, thématisée dans ces quelques exemples, qui interpelle le lecteur. Les sentiers inexistants, « les bois abbatus15 », « la broussaille16 », l’obligent à se « tracer un chemin17 », péniblement, dans l’enfer vert de la forêt guyanaise. C’est avec lenteur, à tâtons, que le voyageur se fraye une voie à travers « les plus pénibles montagnes18 », et c’est également de cette manière que le travail de collecte s’opère. Or, la « souffrance continuelle19 » dans laquelle se trouve Aublet ne l’empêche pas de remplir son devoir puisque, comme il l’écrit dans son journal de voyage, « ce n’est pas sous un balcon qu’on voit les terres et les arbres20 ». L’immersion du naturaliste au cœur du paysage guyanais est donc totale. Cette condition indispensable au travail du botaniste-voyageur implique « de savoir voyager, et de savoir regarder21 » et, nous pouvons ajouter aussi, de savoir s’adapter.

  • 22 L’aide reçue des indigènes est ici passée sous silence. Aublet va même jusqu’à les prése (...)

5La mise en récit des dangers d’une telle expédition dans la préface de l’Histoire des plantes de la Guiane françoise a évidemment pour but de faire voir l’héroïsme de l’auteur qui a bravé ces périls seul22. C’est aussi par cette mise en scène de l’exploit que le voyageur se décharge des erreurs ou incohérences qui pourraient se trouver dans son ouvrage, en appelant à l’indulgence du lecteur :

  • 23 J.-B. Fusée-Aublet, Histoire des plantes, op. cit., p. xviij. Je souligne.

La plupart des Botanistes voyageurs, tant anciens que modernes, ont parlé des plantes qui sont voisines des habitations, & il est beaucoup plus facile d’herboriser dans des Isles découvertes ou essartées, coupées en tout sens de chemins & de sentiers, comme la Martinique, S. Domingue, la Guadeloupe, etc. que de pénétrer dans les forêts de la Guiane ; ce que je ne dis pas pour diminuer la gloire des Botanistes qui ont décrit les plantes de ces pays ; mais seulement pour que les Lecteurs me jugent avec plus d’indulgence, & soient moins surpris des imperfections qui pourront se trouver dans quelques descriptions23.

  • 24 Peuple indigène de la Guyane.
  • 25 Voir Mary Louise Pratt, Imperial Eyes, op. cit.

6Si cette représentation des dangers naturels s’explique en partie par les raisons évoquées ci-dessus, on peut se demander toutefois pourquoi un botaniste tel qu’Aublet, ayant récolté plus de 500 espèces nouvelles en Guyane et constitué un herbier d’une valeur considérable pour la botanique exotique, préfère mettre en avant les risques encourus pendant son voyage plutôt que l’importance de ses découvertes botaniques. L’une des hypothèses concerne l’intérêt du lecteur. En effet, si le genre du traité de botanique, très descriptif, n’est accessible qu’à une minorité composée de savants, médecins ou pharmaciens, le récit de voyage à proprement parler est plus facilement lisible. L’Histoire des plantes de la Guiane françoise propose un tableau botanique du paysage guyanais dans lequel les végétaux sont décrits séparément, sous forme de liste et de façon très méthodique. Les dix mémoires placés à la fin de l’ouvrage ouvrent le champ d’étude strictement botanique à d’autres domaines tels que l’acclimatation de certaines épices, des observations sur les Galibis24, ou encore une réflexion presque philosophique sur la condition des esclaves dans les colonies. Toutefois l’intérêt du lecteur pour les découvertes botaniques d’Aublet s’éveille véritablement au moment où l’auteur décrit, dans sa préface, cet environnement sauvage et menaçant qu’il est tout de même parvenu à saisir et à maîtriser. C’est aussi un moyen pour le voyageur-botaniste de mettre en avant un héroïsme savant25 ; il a bravé ces obstacles au péril de sa vie dans le but de ramener en France des connaissances sur les plantes et, plus largement, sur l’histoire naturelle. L’écriture permet donc avant tout de garder une trace de ces exploits partagés par peu d’autres Européens. Une fois publié, le texte devient un intermédiaire entre l’expérience du voyageur immergé dans un territoire exotique et l’imaginaire du lecteur européen, qui tente de saisir cette autre réalité aux antipodes de la sienne.

  • 26 J McClellan III, F Regourd, The Colonial Machine: French Science and Overseas (...)
  • 27 L’article de Mary Terrall : « Heroic Narratives of Quest and Discovery », art. (...)
  • 28 J.-B. Fusée-Aublet, Histoire des plantes, op. cit., p. xv.

7On le voit, Fusée Aublet se place ici en agent de la connaissance botanique, au service de ce que McClellan et Regourd nomment la « machine coloniale26 », se montrant prêt à sacrifier sa santé pour l’exercice de la botanique. S’il y a bien une forme de dramatisation, d’emphase, de la part de l’auteur, les périls qu’il a dû affronter pour herboriser en Guyane valorisent ses découvertes scientifiques et les enrichissent. Dans le cadre d’une science en train de se faire, le progrès botanique n’est possible qu’à condition que des individus acceptent de se rendre sur place pour récolter et observer les spécimens nouveaux. Ainsi le voyageur en tant qu’individu s’efface peu à peu au profit de sa fonction de savant-voyageur. Aublet propose d’ailleurs une liste des qualités requises pour entreprendre un tel périple : une forte constitution, une fermeté d’âme, de l’adresse, de l’ardeur en toutes circonstances, de l’humilité comptent ainsi parmi les caractéristiques essentielles27. Par ces recommandations à l’usage des futurs voyageurs28, Aublet cherche à montrer que le statut de « voyageur-botaniste », comme il se nomme lui-même, n’est pas à la portée de tous. Il dresse un portrait difficilement atteignable du voyageur idéal dont le rôle est pourtant essentiel au progrès scientifique. En effet, pour véritablement comprendre un objet dans son ensemble, il est important de le décrire tel qu’il a été perçu dans son environnement naturel et prendre en compte ses caractéristiques et usages locaux. Avant de pouvoir répertorier, classer, hiérarchiser il s’agit de représenter le plus fidèlement possible ce qui a été observé. L’expérience du terrain et surtout les obstacles que le voyageur-botaniste a dû surmonter confèrent donc une authenticité aux résultats obtenus.

Herboriser dans les forêts de la Guyane au XVIIIe siècle : la méthode de Fusée-Aublet

  • 29 Voir à ce propos l’ouvrage de Joëlle Magnin Gonze, Histoire de la botanique, Paris, (...)
  • 30 Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2017, p. 37.

8À une époque où les systèmes botaniques se développent en Europe29, Fusée-Aublet – comme d’autres voyageurs botanistes de son temps – est confronté à une tension entre les attentes des institutions scientifiques et la réalité du terrain. Les méthodes applicables en France ne fonctionnent pas, ou mal, dans les territoires lointains des colonies. La forêt tropicale se caractérise, en effet, par « une très grande diversité des espèces animales et végétales combinée à un faible effectif et à une grande dispersion des individus de chaque espèce30 ». En d’autres termes, les plantes que Fusée-Aublet est chargé d’observer et de récolter sont disséminées, pêle-mêle, au sein de la forêt guyanaise, rendant laborieux le travail d’identification et de description de chaque spécimen. Que récolter lorsque l’on se trouve face à un enchevêtrement de végétaux inconnus ? Quelle méthode adopter pour décrire, nommer et classer les spécimens découverts ? Et enfin, quelles informations transmettre et sous quelle forme ?

  • 31 J.-B. Fusée-Aublet, Histoire des plantes, op.cit., p. xiij.

Tout l’objet de votre mission doit se borner à tout voir & à tout examiner ce qui peut être relatif à vos connaissances, sur les productions de cette nouvelle terre ; en dresser de bons mémoires, & rendre compte de tout ce qu’on peut faire pour un pays qui méritoit plus d’attention qu’on n’en a encore eu jusqu’à présent31.

  • 32 Ces instructions « officielles » rédigées par le duc de Choiseul s’accompagnaient très p (...)
  • 33 Selon M.-N. Bourguet, « [i]l faut attendre, en France, la Restauration pour que soit cré (...)
  • 34 J.-B. Fusée-Aublet, Histoire des plantes, op. cit, p. xiv.
  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid., p. xviij.
  • 37 « Je faisois dessiner & graver à mesure qu’il [B. de Jussieu] approuvoit mon travail », (...)

9D’après ces indications pour le moins imprécises qu’Aublet reçoit du ministre Choiseul avant son départ pour la Guyane32, le voyageur comprend qu’il jouira d’une grande liberté d’action sur place pour autant qu’il rende compte régulièrement et de manière exhaustive de ses observations à ses supérieurs. Rien n’est dit cependant sur comment mener ces observations33. Face à ces questions épistémologiques, Fusée-Aublet choisit d’adapter sa méthode d’herborisation en décrivant les plantes « avec tout le soin possible sur le lieu même34 » avant de récolter « toutes les parties de chaque plante pour les étudier, comparer, décrire à loisir, & pour les envoyer en France35 ». Le terrain a priori hostile sur lequel il se trouve devient alors son laboratoire. Son travail s’effectue en trois temps : premièrement l’observation minutieuse sur le lieu de la récolte « des parties qui ne peuvent s’emporter, de celles que le transport & le dessèchement altèrent36 », puis une étude plus approfondie une fois la plante récoltée en plusieurs exemplaires, et enfin l’envoi en France de sa collection. Là, l’étape de la classification s’opère, grâce notamment à l’autorité de Bernard de Jussieu qui reprendra les observations d’Aublet sur le terrain pour en constituer une flore exotique conforme aux normes de l’époque. Contrairement à d’autres naturalistes, Aublet participe à l’ensemble du processus ; il est à la fois sur les lieux de récolte en Guyane, puis aux côtés de Bernard de Jussieu lorsqu’il s’agit de mettre en forme et de publier son travail37.

  • 38 Ibid.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.

10C’est sans aucun doute le caractère méticuleux et prévoyant d’Aublet qui lui a permis de composer puis de publier son Histoire des plantes. De fait, aux divers obstacles rencontrés sur le terrain s’ajoutaient les étapes périlleuses de la conservation puis de l’envoi des matériaux en Europe. Rien ne garantissait alors que les documents et caisses envoyés par bateaux arriveraient en France, ni même que le matériel serait en bon état. Les détériorations lors de la traversée, les naufrages, les pertes ou vols de documents étaient monnaie courante et il n’était pas rare qu’à son retour un voyageur-naturaliste ne retrouve rien de ce qu’il avait pris soin d’envoyer pendant les mois voire les années qu’avait duré sa mission. Aublet fait d’ailleurs part, toujours dans sa préface, de ses « vifs regrets38 » lorsqu’il constate à son retour à Paris qu’une « partie de [ses] mémoires & notices étoient égarée [sic], & que beaucoup de [ses] envois, sur-tout ceux que j’avois faits à l’Isle-de-France, pendant neuf années, étoient dispersés ou endommagés.39 ». À la lecture de cet extrait, il semblerait qu’Aublet soit devenu plus méthodique entre son voyage à l’Ile-de-France, dont il ne lui restait presque rien à son retour à Paris, et son expédition en Guyane. En effet, dans le passage ci-dessus, il laisse entendre que lorsqu’il se trouvait à l’Ile-de-France il n’avait qu’un seul exemplaire de ses mémoires et notices, qu’il envoyait en Europe sans garantie que cet exemplaire parviendrait à destination. Or, lors de son séjour en Guyane c’est grâce à une méthodologie scientifique bien rôdée que le botaniste a pu ramener des herbiers relativement complets qui « contenoient plusieurs exemplaires de chaque plante40 » et dont les descriptions écrites étaient consignées dans un registre à part. À ces précautions essentielles s’ajoutent les nombreuses lettres et journaux qu’Aublet a rédigés lors de son expédition en Guyane. Contrairement à d’autres voyageurs qui restaient parfois silencieux durant plusieurs mois, il ne se passait pas plus de quelques jours sans qu’Aublet ne prenne la plume, soit pour écrire à ses supérieurs restés en France, soit pour conserver une trace de ses activités dans ses journaux et carnets de voyage. Ainsi, son séjour en Guyane est extrêmement bien documenté, de même que ses projets de recherche et sa méthode de travail.

11La connaissance qu’Aublet a des plantes qu’il observe passe aussi par un aspect pratique immédiat. En effet, certaines plantes sont d’abord connues du botaniste pour leurs vertus médicinales ou alimentaires :

  • 41 J.-B. Fusée-Aublet, Histoire des plantes, op.cit., p. 204. Je souligne.
  • 42 Ibid., p. 210. Je souligne.

Lysianthe à tige ailée
[…]
Toute la plante est amère. Elle est employée pour guérir les obstructions ; je m’en suis servi avec succès. Elle est nommée Bois creux par les Créoles41.
Voyere incarnate
[…]
Les Garipons mangent cette racine cuite sous la braise ; elle m’a paru par son goût ne pas différer des pommes de terre. Elle est nommée Voyria par les Garipons42.

  • 43 Collini Silvia et Vannoni Antonella (éd.), Les Instructions scientifiques pour les (...)

12Le naturaliste se met en scène ici comme un homme de terrain. Il n’est pas de ces botanistes de cabinet qui décrivent et classent les végétaux depuis les jardins ou salons académiques européens. Au contraire, pendant son séjour en Guyane il ne cesse de se déplacer, il fréquente les populations indigènes, se nourrit des mets locaux et se soigne grâce aux remèdes naturels (simples). La forêt guyanaise devient son lieu de vie et de travail. Elle est à la fois danger et remède, espace chaotique et source intarissable de découvertes scientifiques ; elle qui semble à première vue fermée et inhospitalière fournit un abri et des ressources au voyageur. Ainsi, lorsqu’Aublet récolte puis décrit les plantes de son herbier, c’est tout cela qu’il prend en compte. Ses descriptions de végétaux sont riches et complètes car l’auteur de l’Histoire des plantes a vu et expérimenté, sur le terrain-même, les caractéristiques de chaque plante récoltée. Il n’est pas un observateur lointain des réalités de ce nouveau monde mais bien un individu immergé dans un pays méconnu ; obligé d’adapter son regard, ses habitudes et sa méthode pour survivre et mener à bien sa mission. Dans ce contexte particulier, la frontière entre frein et moteur à l’élaboration du savoir est ténue, comme l’est le point de basculement entre poison et remède dans le domaine de la botanique. Tout est question d’adaptation ; de dosage, dans le cas de l’élaboration de remèdes, de méthode dans le cas de la mission scientifique d’Aublet. Le magnoc, par exemple, sert de nourriture principale aux habitants de la « zone torride », mais à forte dose son suc empoisonne ceux qui l’ingèrent. L’analogie fonctionne ici avec la méthode du savant qui, s’il n’adapte pas rapidement sa pratique scientifique et ses habitudes à son nouvel environnement, se trouve non seulement incapable d’accomplir sa mission mais compromet également sa santé, voire sa vie. Il s’agit donc véritablement pour le voyageur-savant de se fondre dans cette réalité nouvelle, d’« amoindrir la distance entre l’observateur et l’objet de son observation43 », de comprendre les subtilités de cet ailleurs si différent qui peut se montrer tour à tour hostile et accueillant.

***

13La mise en récit des conditions de vie et de travail extrêmes du voyageur, dans la préface de l’ouvrage, permet de rendre compte d’une réalité autre et participe de la construction d’une image de la science en terres lointaines. Les comptes-rendus d’Aublet sur son expédition, tant dans ses journaux de voyage, ses lettres ou la préface de l’Histoire des plantes, sont essentiels à la compréhension de cette diversité végétale nouvellement découverte et des enjeux épistémiques d’une telle expédition. Ainsi, cette rhétorique de l’obstacle ouvre sur un discours du progrès scientifique. À condition de changer son regard, la rudesse du climat force à l’adaptation des méthodes scientifiques, les « Indiens », dangereux et sauvages, détiennent un savoir-faire précieux, et le voyageur – tout comme son lecteur – s’enrichit de ce métissage des connaissances. À son retour en France, le voyageur-botaniste est seul capable de décrire précisément la plante tel qu’il l’a vue et tel qu’il en a fait l’usage sur le lieu-même. Son récit, tiré de son expérience personnelle, sert de base à la fois pour le développement de la science et pour la construction d’un imaginaire collectif du territoire. Il permet également à l’auteur de mettre en scène ce statut particulier de voyageur-savant. En effet, dès lors qu’il fait le récit de son voyage, il n’est plus seulement européen ni complètement autre mais quelque part à la frontière entre ces deux mondes. Cette hybridation du savoir, née de l’expérience viatique en terres lointaines, n’est certes pas explicitement thématisée par le voyageur-botaniste, mais elle se dévoile progressivement à la lecture de ses textes. Les obstacles rencontrés sur place ont forcé le naturaliste à adapter son regard, ses gestes, et ce métissage de l’individu entraine, par le procédé de l’écriture, un métissage de la connaissance scientifique et de ses représentations.

Haut de page

Notes

1 J.-B. Fusée-Aublet, Histoire des plantes de la Guiane françoise, Paris, Didot, 1775, t. I, p. xvj-xvij.

2 « J’espérois, à mon arrivée en Europe, me servir & des mémoires & des morceaux rassemblés dans les cabinets, pour publier ce que j’avois observé à l’Isle-de-France, mais on ne me donna pas le temps d’effectuer ce projet. », Ibid., p. xij.

3 Botaniste français, frère d’Antoine et de Joseph de Jussieu, Bernard de Jussieu est professeur de botanique au Jardin du Roi de 1722, jusqu’à sa mort en 1777. Il est également membre de l’Académie royale des sciences ainsi que de la Royal Society de Londres, et l’un des correspondants principaux d’Aublet lors de son expédition en Guyane.

4 J.-B. Fusée-Aublet, Histoire des plantes, op.cit., p. xij.

5 Ibid.

6 Ces implications héroïques de l’obstacle physique ont fait l’objet de nombreuses études. On peut mentionner ici les travaux de Mary Louise Pratt sur le sujet, notamment son ouvrage Imperial Eyes, Travel Writing and Transculturation, London, Routledge, 2007, mais également les travaux de Marie-Noëlle Bourguet et plus particulièrement son chapitre intitulé « La collecte du monde : voyage et histoire naturelle (fin XVIIe – début XIXe siècle), dans C. Blanckaert et al. (eds), « Le Muséum au premier siècle de son histoire », Muséum national d’Histoire naturelle, Archives, Paris, p. 163-196. Voir aussi l’article de Mary Terrall: “Heroic Narratives of Quest and Discovery”, in Configurations, no 6, 1998, p. 223-242.

7 À cette époque, le système de Linné commence à être adopté en France. C’est selon ce système de classification que sera structurée l’Histoire des Plantes de Fusée-Aublet, même si l’auteur mentionne presque toujours les noms vernaculaires des plantes tropicales qu’il décrit.

8 Voir par exemple Samir Boumédiene, La Colonisation du savoir : une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), Les Éditions des mondes à faire, 2019. Ou encore, James E. McClellan III et François Regourd, « The Colonial Machine : French Science and Colonization in the Ancien Regime », Osiris, vol. 15, 2016, p. 31-50.

9 Je n’entrerai pas spécifiquement ici dans cette discussion qui fera l’objet d’analyses ultérieures dans le cadre d’une thèse de doctorat en cours, intitulée « Du secret indigène au savoir métissé : le rôle des voix subalternes dans l’élaboration d’un discours botanique et pharmaceutique au cœur du “triangle atlantique” de 1680 à 1780 » et déposée à l’université de Neuchâtel en février 2021.

10 J.-B. Fusée-Aublet, Histoire des plantes, op. cit., p. xvij.

11 Les journaux de voyage d’Aublet en Guyane sont conservés à la bibliothèque du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris (BC MNHN) sous les cotes MS 579 (comprenant 286 feuillets), MS 580 (comprenant 91 feuillets ainsi que deux pièces détachées et deux feuillets recto-verso en fin de volume) et MS 454-2 (portant le titre « Copie du voyage d’Aublet à Cayenne par la rivière d’Oyac par la crique Galibi, à percer à la rivière Cinnamari ; avec des annotations qui lui ont été données »). Ce dernier manuscrit a été envoyé par Aublet à M. de Bombarde, l’un des commanditaires de la mission en Guyane. Ils constituent des documents de travail précieux puisqu’ils sont datés de manière assez rigoureuse et fournissent des informations à la fois sur le voyage d’Aublet, l’itinéraire emprunté par le botaniste, mais également les rencontres avec les populations locales et les localisations des habitations (jésuites notamment).

12 « Le 27 avril : Il n’a pas été possible de parttir au jour, tellement la pluïe étoit forte. Je me suis contenté d’établir un [manque(nt) un ou plusieurs mots] pour dessecher mes plantes et mes papiers, pour les conserver. », Extrait tiré du « Voyage du Sr Aublet à Cayenne », BC MNHN, Paris, MS 454-2, chemise 13.

13 « le 12 mai : j’ai trouvé mon beau serpent pourri et tous mes animaux. Les fourmis avoient attaqués nos effets. Il a fallu tout passer au feu, diviser les hardes dans le bois. Il a été nécessaire de défaire les boucaux, de les passer aussi au feu, nous étions tous dévorés, elles pénetroient jusques dans nos cheveux. […] Les insectes me désolent toujours, je suis dans une souffrance continuelle, comment faire il faut remplir son devoir. », Ibid.

14 « le 26 [mai]: Lorsque le Capitaine indien fut arrivé, je dessendis la rivière. J’ai pénetré dans la forêt pour faire recherche du véritable Gayac, je l’ai trouvé. J’étois muni de neuf haches, elles s’y sont toutes émoussées ; il faut convenir que les hache qu’on envoit de France pour le service du Roy sont de très mauvaise trempe, c’est une attention qu’on doit avoir d’en faire fournir des meilleures, de même que tout ce qu’on envoit. J’ai été obligé de renvoyer la partie au lendemain. », Ibid.

15 Ibid., « le 8 May 1763 ».

16 Ibid.

17 Ibid.

18 Ibid., « le 12 May 1763 ».

19 Ibid., « le 22 May 1763 ».

20 Ibid.

21 E. Ardaillon, « Les principes de la géographie moderne », dans Bulletin de la Société de géographie de Lille, t. 35, 1901, p. 19. Cité dans : Jean-Marc Besse, Voir la terre : six essais sur le paysage et la géographie, Arles, Actes Sud, 2000, p. 112.

22 L’aide reçue des indigènes est ici passée sous silence. Aublet va même jusqu’à les présenter comme une menace pour sa survie et sa mission, ce qui n’est pas le cas dans ses journaux de voyage, où il décrit parfois longuement ses échanges avec les peuples locaux.

23 J.-B. Fusée-Aublet, Histoire des plantes, op. cit., p. xviij. Je souligne.

24 Peuple indigène de la Guyane.

25 Voir Mary Louise Pratt, Imperial Eyes, op. cit.

26 J McClellan III, F Regourd, The Colonial Machine: French Science and Overseas Expansion in the Old Regime, Turhout, Brepols, 2011.

27 L’article de Mary Terrall : « Heroic Narratives of Quest and Discovery », art. cit., traite de la question du genre, de la masculinité chez les voyageurs-savants.

28 J.-B. Fusée-Aublet, Histoire des plantes, op. cit., p. xv.

29 Voir à ce propos l’ouvrage de Joëlle Magnin Gonze, Histoire de la botanique, Paris, Delachaux & Niestlé, 2015.

30 Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2017, p. 37.

31 J.-B. Fusée-Aublet, Histoire des plantes, op.cit., p. xiij.

32 Ces instructions « officielles » rédigées par le duc de Choiseul s’accompagnaient très probablement d’autres instructions plus secrètes – et sans doute formulées oralement – portant sur l’étude cartographique du territoire, dans une optique colonisatrice. A ce sujet, voir l’article de T. Martinetti dans le présent volume.

33 Selon M.-N. Bourguet, « [i]l faut attendre, en France, la Restauration pour que soit créée au Muséum d’Histoire naturelle une école de « voyageurs naturalistes » […] », dans « La collecte du monde : voyage et histoire naturelle », art. cit., p. 166. Sur cette question des instructions données aux voyageurs savants entre le XVIIIe et le XIXe siècle, voir aussi Kury Lorelaï, « Les instructions de voyage dans les expéditions scientifiques françaises (1750-1830), in Revue d’histoire des sciences, tome 51, no 1, 1998, p. 65-92.

34 J.-B. Fusée-Aublet, Histoire des plantes, op. cit, p. xiv.

35 Ibid.

36 Ibid., p. xviij.

37 « Je faisois dessiner & graver à mesure qu’il [B. de Jussieu] approuvoit mon travail », Ibid., p. xxv.

38 Ibid.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 J.-B. Fusée-Aublet, Histoire des plantes, op.cit., p. 204. Je souligne.

42 Ibid., p. 210. Je souligne.

43 Collini Silvia et Vannoni Antonella (éd.), Les Instructions scientifiques pour les voyageurs (XVIIe-XIXe siècle), Paris, L’Harmattan, 2005, p. 25.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Perrine Besson, « Le Voyage entravé : enjeux épistémiques de l’obstacle naturel dans l’Histoire des plantes de la Guiane françoise de Jean-Baptiste Christophe Fusée-Aublet »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/90249 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.90249

Haut de page

Auteur

Perrine Besson

Université de Neuchâtel

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search