Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesDébats2022Récits de voyage entre l’Europe e...L’Espagne et le Pérou : ...

2022
Récits de voyage entre l’Europe et l’Amérique à l’époque moderne et contemporaine : perspectives de recherche

L’Espagne et le Pérou : une histoire de public et contre-public dans l’espace atlantique (années 1830 - années 1860)

España y Perú: una historia de público y contrapúblico en el espacio atlántico (años 1830 – años 1860)
Matias Sanchez Barberan

Résumés

L’article analyse les enjeux du regard porté en Europe sur les républiques hispano-américaines vers la moitié du XIXe siècle, ainsi que la réaction de ces dernières. Plus précisément, il analyse le débat entre le Pérou et l’Espagne concernant la souveraineté sur les îles Chincha, situées à 20 kilomètres des côtes péruviennes. Composées du guano, ces îles deviennent vers le milieu du XIXe siècle la principale ressource économique de la nouvelle république, attirant l’attention des intérêts commerciaux des puissances atlantiques, notamment ceux du Cabinet de Madrid. Pour cela, ce travail s’appuie sur les concepts de publicité et de contre-publicité afin de mieux saisir les tensions idéologiques qui animent ce deuxième moment impérial en Amérique. Si les études se sont davantage concentrées sur les voyageurs et leurs récits, il est aussi possible de penser le rôle des résidents européens en Amérique hispanique. Souvent représentants des Cabinets et correspondants des journaux européens, ces derniers constituent pour l’Europe un atout privilégié pour appréhender le monde hispano-américain. L’analyse de ces acteurs constitue un chantier prometteur pour comprendre le rôle de ceux qui, moins retenus par la chronique militaire et politique, opèrent dans la discrétion pour enjoindre l’opinion des puissances atlantiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Samper, José María, Ensayo sobre las revoluciones políticas y la condición social de las (...)
  • 2 Bayly, Christopher Alan, La naissance du monde moderne (1780-1914), Paris, Le Monde Dipl (...)

1« Les républiques colombiennes sont un véritable mystère pour le monde européen, surtout du point de vue politico-social1 ». C’est avec cette phrase que José María Samper commence son Ensayo sobre las revoluciones hispanoamericanas, paru à Paris en 1861. Elle synthétise un sentiment largement répandu dans les milieux intellectuels et politiques de la région : celui du regard biaisé porté en Europe sur les républiques hispano-américaines. La citation peut paraître contradictoire à une époque où l’accélération des échanges tend vers un monde de plus en plus interconnecté et interdépendant. Cette contradiction n’est toutefois qu’apparente. Les synthèses récentes sur le XIXe siècle s’accordent sur la dissociation entre le développement inédit de moyens de circulation et l’homogénéisation culturelle du monde2. Dans le siècle de la généralisation du vapeur et du câble télégraphique, la connaissance de l’Amérique hispanique fait encore l’objet de débats, dont les enjeux ne sont pas moindres.

  • 3 Pratt, Mary Louise, Imperial Eyes. Travel Writing and Transculturation, Londres et New Y (...)

2La citation formulée par José María Samper a le mérite de sanctionner une évolution sociologique plus profonde, notamment en ce qui concerne, au cours des XVIIIe et XIXe siècles, les acteurs de ces représentations. Si les études ont trouvé dans la littérature de voyage et l’histoire naturelle une fenêtre pour analyser cette question3, force est de constater que, vers le milieu du siècle, on trouve sur le devant de la scène moins de voyageurs et de naturalistes que des diplomates ; moins de scientifiques que de commerçants. L’intérêt croissant pour les enjeux politiques atlantiques, à un moment où prend forme une nouvelle concurrence entre empires européens, donne à leurs ressortissants en outre-mer un rôle encore peu étudié, et donc mal connu. Les papiers diplomatiques et la presse quotidienne, dont la fréquence est rythmée par la régularité des échanges et la multiplication des légations, montrent qu’il s’agit d’une littérature avant tout politique et idéologique, destinée à mettre en dialogue les intérêts commerciaux atlantiques, ceux des cabinets européens et les aspirations de ressortissants européens sur place. Pour l’Europe, la presse parvient à lire les événements politiques d’outre-mer à l’aune des aspirations impériales, alors en plein processus de recomposition. Depuis les indépendances, l’intérêt que l’Amérique hispanique éveille en Europe est désormais en phase avec la caractérisation de leurs gouvernements et de leurs systèmes politiques. Au lendemain de la dissolution des empires atlantiques, la représentation de l’Amérique hispanique n’est pas seulement l’affaire des naturalistes et des voyageurs. Pas plus que celle des fonctionnaires, des agents commerciaux et des diplomates. Il ne s’agit pas d’effacer ces acteurs, mais plutôt d’apprécier leur production à l’aune des nouveaux enjeux : ceux de la concurrence entre les empires.

  • 4 Said, Edward, Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris Seuil, 2003, (...)

3Dans ce recentrement sociologique, idéologique et politique, on ne saurait évincer la part d’une variété d’acteurs européens résidents au Nouveau Monde. Ces derniers forment une masse d’agents qui couche sur le papier leurs vécus et leurs représentations en écho avec les aspirations politiques les plus diverses. Edward Said et bien d’autres ont déjà mentionné le travers de dissocier la représentation des intérêts matériels4. Si, au début du XIXe siècle, la perte des territoires d’outre-mer n’a pas provoqué en Espagne de crise comparable à celle produite par la perte de Cuba et de Porto Rico à la fin du siècle, il n’en demeure pas moins que les écrits sur les indépendances hispano-américaines n’évacuent pas la nostalgie du passé, voire songent à un retour espagnol sur ses anciennes possessions. Pour ce qui est de l’adoption des régimes républicains, ils inspirent un regard sceptique, voire pessimiste, particulièrement en lien avec les tensions du siècle et les aspirations à réaffirmer la place de l’Espagne dans le concert atlantique. Dans le cadre de la concurrence impériale naissante à la seconde moitié du siècle, l’Espagne entend pouvoir profiter de son ascendant dans l’hémisphère américain.

  • 5 Avenel, Jean-David, « Un exemple de blocus militaire : l'intervention triparti (...)
  • 6 Nichols Barker, Nancy, « In Quest of the Golden Fleece: Dubois de Saligny and French Int (...)

4Peu de travaux ont insisté sur l’entreprise idéologique qui accompagne les conflits atlantiques du milieu du siècle. L’historiographie a retenu les cas à l’origine des entreprises militaires, comme celle de Dubois De Saligny, acteur clef de l’engagement du Second Empire au Mexique5. Représentant impérial à Mexico, il est également investi dans les intérêts espagnols suite à l’expulsion du Chargé d’Affaires d’Isabel II à Mexico. Dès son arrivée en 1860, Dubois De Saligny s’intègre rapidement aux enjeux politiques locaux. La suspension de la dette mexicaine, décrétée par le Président Juárez en juillet 1861, le transforme directement en créancier de l’État mexicain. Cette configuration n’est qu’un épisode parmi une longue liste d’imbrications d’intérêts personnels, commerciaux et géopolitiques, que l’agent français manie avec succès depuis la légation impériale à Mexico6.

5Un regard attentif amène toutefois à envisager que l’action de Dubois de Saligny est loin d’être un cas rare. Cet article explore en ce sens les rapports entre l’Espagne et le Pérou vers le milieu du XIXe siècle. Il défend l’idée selon laquelle dans les années 1860 se cristallise un nouvel intérêt de l’Espagne à l’égard du Pérou. Dans ce « retour à l’Ouest », il est possible d’affirmer le rôle important des résidents espagnols, désireux d’enjoindre les Cours européennes à leurs intérêts particuliers.

  • 7 Eusebio Salazar y Mazarredo à Joaquín Francisco Pacheco, cité dans, Novo i Colson, Pedro (...)
  • 8 Voir sur ce débat, Blanco, Alda, Cultura y conciencia imperial en la España de (...)

6Les raisons justifiant la construction de ce moment inédit dans les rapports entre les deux pays sont nombreuses. La Monarchie catholique avait fait des territoires de l’ancien empire Inca un bastion primordial de son implantation dans le Nouveau Monde. Suite aux indépendances, et contrairement à d’autres républiques hispano-américaines, celle du Pérou n’avait pas été reconnue par l’Espagne. Elle ne le sera que lorsque la guerre du Pacifique aura incité le Pérou à faire aboutir les négociations en 1879. Jusque-là, leurs rapports se limitaient à la bonne tenue du commerce et à la protection de leurs ressortissants. La reconnaissance n’étant pas conclue, l’indépendance du pays ne semble pas entièrement garantie, malgré le bon cours des affaires entre les deux pays. Ceci explique la virulence de l’opinion et du gouvernement péruviens à l’égard de l’annexion de Santo-Domingo par l’Espagne et de l’expédition du Mexique. La question est d’autant plus sensible que la victoire espagnole au Maroc (1859-1860) donne à l’Espagne un nouvel élan impérial. Largement saluée par l’opinion comme étant une « guerre civilisatrice », la guerre hispano-marocaine ouvre la voie à de nouvelles ambitions géopolitiques. En effet, la ville de Tanger, porte stratégique dans le Détroit de Gibraltar, reste en possession des Britanniques. Souhaitant éviter un conflit maritime avec l’Angleterre, dont l’issue serait fort incertaine pour Madrid, la volonté de reprendre le « Calais espagnol » par la voie d’une indemnisation conduit les Espagnols les plus déterminés à rechercher de nouvelles ressources financières7. La politique de « prestige » menée par le Cabinet de l’Union Libérale s’oriente en ce sens. Son ambition impériale se traduit alors dans la prolifération de conflits internationaux : à Santo Domingo, au Mexique, en Cochinchine8. L’expédition scientifique espagnole dans les eaux du Pacifique répond également à cette volonté de réaffirmer la présence des intérêts espagnols en outre-mer. La non-reconnaissance de l’indépendance péruvienne par l’Espagne peut ainsi dissimuler une volonté discrète, mais dangereuse, de mettre en cause les droits à la souveraineté du pays. Les années 1860 offrent un moment particulièrement propice à cette intention, la guerre de Sécession étant pour les puissances européennes l’occasion d’intégrer l’Amérique hispanique dans ce nouvel horizon impérial, sans crainte d’une réponse effective des États-Unis.

7La campagne idéologique commence par l’opinion, notamment les opinions véhiculées par les correspondants à l’étranger, qui répondent souvent aux intérêts représentés par les légations sur place. L’analyse de la presse grand public, telle que La Época et La España, ainsi que des papiers diplomatiques, permet d’explorer ces tensions atlantiques. Ces sources révèlent l’intention d’orienter les décisions politiques de la Cour de Madrid à l’égard du Pérou. L’opération consiste d’une part à revaloriser l’œuvre espagnole en Amérique affirmant la légitimité des intérêts espagnols sur ses anciennes possessions. D’autre part, il est question de mettre en cause les années suivant la dissolution impériale dans l’hémisphère. Indépendance et République sont ainsi les points focaux de la critique. De l’autre côté de l’Atlantique, la critique hispano-américaine ne cesse de dénoncer les ambitions inavouées des rapports diplomatiques et de la presse madrilène. L’idée d’une réduction de l’histoire récente au chaos et aux conflits fratricides fait l’objet des réflexions poussées, dans les journaux comme La América de Lima ou des brochures de circonstance. Cette littérature transforme les enjeux atlantiques en affaire de l’opinion.

8Dans un premier temps, il sera question de revenir sur l’idée d’espace public habermassien, et sur l’avantage de considérer ce débat idéologique en termes de public et contre-public. La deuxième partie analysera l’hypothèse de l’impossibilité républicaine dans les anciens domaines de la Monarchie espagnole et sa revendication par les républicains hispano-américains. Il sera ensuite question de mettre en lien les acteurs et les intérêts qui sont à l’origine de ce débat atlantique. Enfin, ce travail s’attachera à mettre en lumière la profondeur sociale de l’histoire politique hispano-américaine. À un moment où les formes impériales et la résistance républicaine s’affirment sur les deux bords de l’Atlantique, la propagande trouve dans l’opinion son premier chantier.

Le contre-public au service d’une nouvelle controverse de l’Amérique

  • 9 Lastarria, José Victorino, La América, Buenos Aires, Imprenta del Siglo, 1865, p. 5.
  • 10 Gerbi, Antonello, La disputa del Nuevo Mundo: historia de una polémica, 1750-1 (...)

9Samper est loin d’être le seul à contester les effets des connaissances européennes sur l’Amérique hispanique. Dans son livre intitulé La América, publié en 1865, le libéral chilien José Victorino Lastarria formule un constat encore plus provocateur : « il suffit d’ouvrir un livre de voyages en Amérique, surtout s’il est écrit en français, pour y trouver beaucoup de quoi rire, par ce qu’il a de merveilleux et grotesque9 ». L’extrait rappelle avec force la « controverse de l’Amérique » de la seconde moitié du XVIIIe siècle, analysée par Antonello Gerbi dans un ouvrage célèbre10.

  • 11 Negt, Oskar et Kluge, Alexander, L'espace public oppositionnel, Paris, Payot, (...)
  • 12 Thibaud, Clément, Libérer le Nouveau Monde. La fondation des premières Républi (...)
  • 13 Asen, Robert, « Seeking the ‘Counter’ in Counterpublics », Communication Theory, 2000, n (...)

10Cette critique illustre la formation d’une véritable contre-publicité. L’idée de contre-public a été élaborée dans les années 1970 par Oskar Negt et Alexander Kluge comme un outil critique de la rationalité habermassienne de l’espace public pour ce qu’il a d’excluant11. Le contre-public dessine depuis des formes de publicité critiques de la sphère publique bourgeoise, dénonçant par ce fait les limites étroites de son aspiration universaliste. Il se conçoit en somme comme un effort pour élargir les débats socio-politiques, offrant un cadre théorique aux mouvements dissidents, comme ceux des Noirs et ceux liés au genre. Pour l’Amérique hispanique, le concept de contre-public a été utilisé par Clément Thibaud pour décrire, à la fin du XVIIIe siècle, l’entreprise des Créoles destinée à faire des Droits de l’Homme une alternative aux fondements théologiques de la Monarchie catholique12. Si la notion interroge l’espace public bourgeois et entend faire justice aux mouvements protestataires, elle pose en revanche de nombreux problèmes conceptuels. Pour n’en mentionner qu’un, Robert Asen a montré dans un article suggestif les travers d’une catégorisation souvent réduite à une binarité peu problématique, qu’il s’agisse du rapport au savoir dit cultivé ou bien aux assignations sociales13. Son invitation à chercher le « contre des contre-publics » entend restituer l’hétérogénéité à l’intérieur de l’ensemble des débats politiques, ainsi que problématiser davantage le rapport que ces circulations dissidentes entretiennent avec les sphères officielles. La notion présente tout de même le mérite de remettre en question la rationalité de la sphère publique et de concevoir des formes plus élargies de délibération politique. Appliquée à l’espace atlantique du milieu du XIXe siècle, elle peut décrire avec une certaine aisance la tension entre des représentations européennes sur l’histoire récente de l’Amérique hispanique et l’entreprise revendicative des élites hispano-américaines face à ce regard souvent dévalorisant.

Le regard biaisé porté sur les républiques hispano-américaines

11Si la contre-publicité relative au regard porté sur les républiques hispano-américaines est travaillée selon les styles et les circonstances, elle jouit toutefois en Amérique hispanique d’un consensus général. Du journal au livre et du discours improvisé à la littérature savante, l’espace public s’accorde à pointer du doigt le regard dévalorisant à l’encontre des nouvelles républiques hispano-américaines.

  • 14 Torrente, Mariano, Historia de la revolución Hispano-Americana, Madrid, Imprenta de More (...)
  • 15 Ibid., v. I, p. 324.
  • 16 Ibid., v. I, p. 395.

12Mais de quelle publicité parle-t-on ? L’Historia de la revolución Hispano-Americana de Mariano Torrente en est un bon exemple14. Paru en trois volumes entre 1829 et 1830, cet essai revient en deux temps sur les événements marquant le départ de la Monarchie catholique de ses possessions en Amérique. La première partie présente l’échec militaire comme une conséquence des choix hasardeux et de la trahison de quelques Espagnols résidents sur le sol américain. C’est seulement dans une seconde partie que Torrente déploie sa critique. Elle met en lumière les conséquences indésirées de l’implantation des régimes républicains, créant « des pays dévorés par les factions, ruinés par la fureur des passions et soumis aux génies indomptables et dévastateurs15 ». Commandé au lendemain des indépendances par Ferdinand VII lui-même, ce travail innocente sur le plan militaire les armées du Roi et mobilise une critique virulente contre « l’ambition et le prosélytisme » des républicains16. En déjouant le récit des patriotes hispano-américains, Torrente songe avec conviction à plaider en faveur d’une véritable restauration espagnole. Pour y parvenir, sa formule conjugue à la fois une campagne active d’opinion et un emploi déterminé, mais secondaire, de la force :

  • 17 Ibid., v. III, p. 608-609.

Ce ne sont pas les horreurs de Mars qui peuvent guérir les blessures, mais le blason de Minerve. La force armée ne doit s’employer que pour offrir des points d’appui, pour que l’opinion se prononce ; elle doit imposer le respect, mais pas la terreur : la politique et le bon gouvernement doivent être les agents les plus actifs de la restauration17.

  • 18 Ibid., v. III, p. 608.

13Sur les deux bords de l’Atlantique, le travail de Torrente a le mérite de donner une voix aux désenchantés aux nouvelles républiques hispano-américaines. Un sentiment que beaucoup résignaient au silence ou, au plus, aux aveux indiscrets. Torrente le prête même aux plus fervents patriotes des premières années de l’indépendance : s’ils ne l’émettent pas librement, c’est parce qu’[il] est noyé par les démagogues exaltés, et ces misérables aventuriers, qui, doivent tout à la révolution, ne voient plus de choix que de la soutenir à tout prix pour périr avec elle18.

  • 19 De la Torre Villar, Ernesto, « Semblanza de Torrente », in Torrente, Mariano, (...)
  • 20 Pruvonena, Memorias y documentos para la historia de la independencia del Perú y causas (...)
  • 21 José Victorino Lastarria à Bartolomé Mitre, Lima, 6 décembre 1850, in Tauro, Alberto, (...)

14Regardé de plus près, l’argument informe sur le parcours et les rencontres de son auteur. En 1823, pendant ses années à Londres, il y rencontra les exilés des républiques hispano-américaines, à commencer par l’ancien Empereur mexicain Agustín de Iturbide. Son Breve diseño crítico de la emancipación y libertad de la Nación Mexicana, qu’Iturbide rédigea dans son exile à Londres, mais aussi ses Mémoires, publiée à Mexico en 1827, ont largement contribué à disséminer en Europe l’idée d’un parti monarchiste réduit au silence. Une autre rencontre lui offre aussi un point de vue important sur les événements du début du siècle : celui du péruvien José de la Riva-Agüero, à travers qui Torrente comprend l’histoire récente du Pérou19. Homme de l’indépendance, Riva-Agüero fut également opposant à Bolívar et à Sucre. Lors de son exil en Europe, son mariage avec la princesse belge Arnoldine Caroline Iréenée de Looz Corswarem alimenta les rumeurs d’une expédition monarchiste au Pérou, dont le nouveau Roi faisait encore l’objet du débat. Si Riva-Agüero est un acteur clé de l’indépendance péruvienne, il est également l’un des premiers critiques de sa dérive libérale. Publiées quelques mois après son décès en 1858, ses Mémoires dressent un bilan de quarante ans de régime républicain. Insatisfait des difficultés à asseoir un ordre socio-politique solide, Riva-Agüero songe lui aussi à une intervention monarchique européenne capable d’assurer la stabilité de l’ordre politique20. Au Pérou, cette aspiration trouve un écho dans les cercles du Collège de San Carlos, présidés par le prêtre ultramontain Bartolomé Herrera. Ses étudiants seraient allés jusqu’à défendre les bienfaits de la Monarchie dans les examens de fin d’année, d’après les commentaires d’un observateur scandalisé21. Si l’idée monarchique n’avait pas quitté complétement les cercles politiques des nouveaux États, l’hypothèse d’un parti monarchique restait encore à être vérifiée sur le terrain.

  • 22 Pani, Erika, Para mexicanizar el Segundo Imperio. El imaginario político de los imperial (...)
  • 23 Torrente, Historia…, op. cit., v. III, p. 608.

15Inversement, on aurait tort de restreindre ces expressions à quelques réfractaires excentriques. Au moyen d’une exaltation démesurée de l’indépendance et de la République, les histoires patriotiques ont largement contribué à chasser la pensée monarchiste des récits nationaux naissants. On doit à Erika Pani une réhabilitation perspicace de ces courants au milieu du XIXe siècle hispano-américain22. Si ces expressions œuvrent sur les deux rives de l’Atlantique avec tant de persistance, c’est qu’elles y trouvent une réponse forte aux maux adossés à la République, comme à la démagogie et à la lutte entre les factions. Pour Torrente, la conclusion est évidente : le retour de l’Espagne en Amérique rétablirait « la paix et l’ancien bonheur, privés par les prétendus régénérateurs politiques [du continent] »23. L’impossibilité républicaine en Amérique hispanique se traduirait dans le désir, rarement explicité à haute voix, d’un retour de l’Espagne.

  • 24 González Vigil, Francisco de Paula, « El gobierno Republicano en América », in Opúsculos (...)
  • 25 Ibid., p. 275.

16Cette thèse a de toute évidence de quoi interpeller les élites hispano-américaines. Au Pérou, Francisco Paula González Vigil développe, dans ses Brochures sociales et politiques, regroupées en 1862, une critique frontale contre le travail de Torrente. Publiée pour la première fois en 1857, celle-ci, intitulée Le gouvernement républicain en Amérique, met en évidence son manque de recul historique, conduisant l’auteur espagnol, déclare-t-il, à établir un bilan politique intéressé, partiel et prématuré24. Son auteur défend l’instauration républicaine à l’aune de la lutte des patriotes contre l’absolutisme espagnol. De plus, González Vigil reconnaît la part des exilés hispano-américains dans la dissémination en Europe de l’idée d’un retour monarchique en Amérique25. D’autre part, les réactions de l’Amérique hispanique aux diverses tentatives expéditionnaires européennes, attestent, poursuit-il, de la solidité républicaine dans le continent.

  • 26 González Vigil, « Pensamientos Americanos. V, Los gobiernos europeos no tienen (...)
  • 27 Lastarria, La América, …op. cit., p. 5.

17Si González Vigil s’attarde, vingt ans après, sur le travail de Torrente, c’est qu’il reconnaît sa pertinence dans la conjoncture du milieu du siècle. Les élites hispano-américaines se livrent à un travail actif capable de déjouer cette image négative des nouvelles républiques. Pour ce faire, cette contre-publicité vise les biais de ces représentations. Dans un autre article paru en mai 1862, ce même auteur revient à la charge : « les cabinets européens ne s’acquièrent des nouvelles des républiques américaines que par des rapports infidèles26 ». José Victorino Lastarria, lui, déplore le « mauvais esprit » des rapports envoyés depuis les légations européennes en insistant sur les « données […] trompeuses, voire fausses et contradictoires27 ». Certaines de ces dénonciations portent davantage sur les tentatives d’ingérence des nations européennes dans la conjoncture politique hispano-américaine. À Lima, l’auteur d’une brochure anonyme va même jusqu’à accuser les légations européennes de participer à l’instabilité politique des républiques hispano-américains,

  • 28 Atinoo, Reconquista de las colonias Sur-Americanas, Lima, Imprenta de José S. Macias, 18 (...)

18En encourageant les partis, aidant celui qui tend vers l’absolutisme, posant des difficultés, humiliant les gouvernements libéraux avec des réclamations injustes ou exagérées et en menaçant avec leurs canons28.

  • 29 « Introduction », in Colección de Ensayos i Documentos Relativos a la Unión i (...)

19Ce même regard se retrouve ailleurs. À Santiago du Chili, un écrit identifie l’ingérence européenne dans les affaires hispano-américaines à une politique de déstabilisation idéologique ouverte : « ces espions disséminés partout en Amérique [qui] ont été, comme d’autres, tant d’émissaires de guerre et d’anarchie, qui ne sont pas venus qu’à exploiter la faiblisse de nos gouvernements, mais aussi à discréditer nos institutions et nos mœurs29 ».

  • 30 C. L., La República en el Perú y la cuestión peruano-española, Lima, Imprenta (...)

20D’autres déplorent, pour leur part, l’amalgame entre représentation diplomatique et rapports de presse. Pour l’auteur d’une brochure publiée à Lima en 1865, l’association entre diplomatie et opinion n’a d’autre objectif que de mener, dit-il, « un travail de préparation pour un autre [travail] déjà conçu30 ». L’investissement dans l’opinion et le ton des rapports diplomatiques prépareraient ainsi le terrain à des nouvelles aventures impériales. Si la part de la presse révèle l’élargissement du jeu politique à l’opinion, il en fait autant avec les aspirations de revenir sur l’expérience républicaine dans le continent. L’une et l’autre deviennent ainsi des pièces de premier ordre dans ce nouvel élan impérial du milieu du siècle.

Les agents consulaires pointés du doigt

21Cette contre-publicité s’attaque à la vaste entreprise idéologique qui accompagne, au début des années 1860, les expéditions européennes aux Amériques. La crainte principale est de voir le scénario mexicain se répéter dans d’autres régions du continent. Ainsi la reconnaissance espagnole de l’indépendance péruvienne devient une question de premier ordre, d’où l’intérêt de dénoncer le caractère tendancieux de ces écrits, tout comme d’accélérer la formalisation des rapports, jusque-là officieux, entre Lima et Madrid. Trente ans après la publication de l’Historia de la revolución Hispano-Americana, les arguments avancés par Torrente retrouvent à Madrid un public réceptif. La « politique de prestige » du Cabinet de Leopold O’Donnell incarne le nouvel élan impérial espagnol. Dans cette nouvelle campagne, la diplomatie se retrouve en première ligne.

  • 31 Novak, Fabián, Las relaciones entre el Perú y España (1821-2000), Lima, PUCP, (...)
  • 32 José Gregorio Paz Soldán à Pedro Gálvez, Lima, 9 février 1863. AHNE, MAE, H2579, leg. (...)
  • 33 José Merino Ballesteros au Premier Secrétaire d’Etat, Lima, 27 février 1862, dépêche n°  (...)
  • 34 Ibid.
  • 35 La España, 7 février 1862.

22Nous l’avons mentionné plus haut, l’attention prêtée au rôle de Dubois De Saligny dans la question mexicaine, éclipse la part des légations européennes dans d’autres conflits. L’absence de reconnaissance par l’Espagne de l’indépendance péruvienne fait de la politique de prestige une question sensible de tout point de vue. La capitulation du Callao, le 19 septembre 1821, celle d’Ayacucho, du 9 décembre 1824, et la seconde du Callao, datée du 22 janvier 1826, étaient sur le plan politique les derniers accords formels entre Lima et Madrid. Désormais, leurs liens institutionnels se concentrent sur des questions commerciales, comme l’ouverture en 1839 des ports péruviens aux navires espagnols. Les tentatives d’officialiser leurs rapports, déjà stables par le commerce, se heurtent, du côté espagnol, aux demandes d’indemnisation des frais de la guerre. Au début des années 1850, le projet de Traité de Paix et d’Amitié ne fut pas ratifié par Lima. En effet, le Ministre des Affaires Etrangères José Gregorio Paz Soldán jugeait offensif à l’honneur national la démission que la Reine faisait de ses « droits » sur le territoire31. Cette tension latente n’empêchait l’échange des ministres plénipotentiaires. Toutefois, les choses vont changer au début des années 1860. La nomination de l’Espagnol José Merino Ballesteros et tant que Vice-Consul à Lima ne fait que crisper des rapports déjà tendus entre Lima et Madrid. En 1853, lui et ses frères, Francisco et Ramón, avaient été chargés par le gouvernement péruvien de la fondation à Lima de l’École Normale Centrale, destinée à réformer l’enseignement du pays. Mais ni l’École ni la réforme n’ont jamais vu le jour, malgré l’investissement enthousiaste des autorités. Le refus de José Merino Ballesteros de se soumettre à l’autorité du Ministère marque l’échec du projet, la suspension du contrat et l’accusation, de la part du gouvernement, de désobéissance. Cet épisode est à l’origine d’une rivalité de basse tension entre les Ballesteros et le gouvernement péruvien qui éclate lors de sa nomination. Le gouvernement péruvien n’oublie pas l’échec du projet. Il l’accuse en outre de profiter de son ascendant auprès de la Cour d’Isabel II pour propager des « diffamations contre la république, soutenues en Europe par [ses] deux frères et alimentée depuis Lima par [sa] correspondance32 ». Resté à Lima après l’échec du projet éducatif, Ballesteros devient correspondant des journaux conservateurs et nationalistes. Ce dernier relie la politique péruvienne aux aspirations impérialistes espagnoles, alors que sa nomination renforce sa place au sein de la Cour de Madrid. Comme Dubois de Saligny à Mexico, il ne perd pas l’occasion d’informer le Cabinet espagnol sur l’esprit hostile du Pérou à l’égard des européens, notamment à l’occasion de l’annexion de Santo Domingo ou bien de sa participation espagnole à l’expédition du Mexique. En janvier 1862, au lendemain de l’arrivée de l’expédition au port de Veracruz, Ballesteros évoque « les insultes à l’encontre de S. M. la Reine et de son Gouvernement et, plus généralement, à l’encontre de la nation Espagnole33 ». Ballesteros lui-même prête à ce sentiment une certaine popularité : « il n’y a presque aucun cercle social, grand ou petit, qui ne parle pas dans les mêmes termes que dans les journaux34 ». Un mois plus tard, La España répond aux réactions péruviennes face à la politique espagnole en Amérique en incitant à revenir sur la question de la propriété « des Îles du Guano35 ». Ces rapports ont de quoi susciter l’attention du Cabinet de Madrid. Ils expriment directement l’action d’acteurs d’ordinaires moins visibles dans le théâtre atlantique. À un moment où l’expédition du Mexique affichait ses premières réussites militaires, la possibilité d’un retour en force de l’Espagne fascinait une part des cercles politiques.

  • 36 La España, 14 avril 1860.
  • 37 La Época et La España, 1er juin 1861.

23La tension entre ces acteurs révèle plus largement ce jeu de publicité et de contre-publicité, qui trouve dans les échanges d’opinion son terrain privilégié. Côté espagnol, les voix prônant un élargissement de la présence espagnole dans ses anciennes possessions américaines laissent entrevoir ses intérêts économiques. C’est La España, journal ultramontain édité à Madrid, qui commence la campagne éditoriale contre le Pérou vers la première moitié de l’année 1860. À l’occasion de la mort de certains étrangers, son correspondant à Lima brosse un tableau sombre d’un pays « où les voleurs et les assassins peuvent se conduire à leur guise impunément36 ». Avec La Época, aussi publiée à Madrid, ils invitent dans leur éditorial du 1er juin 1861 à la réoccupation des îles Chincha, riches en guano et base de l’économie péruvienne. Pour ces journaux, la situation est concluante : « L’état d’abondance qui commence à s’y voir, doit l’induire [à l’Espagne] à planter sur ces sites, jamais gagnés à l’Espagne, son drapeau ; en œuvrant ainsi elle n’aurait d’autre chose que d’occuper ce qui lui appartient37 ».

  • 38 La Época et La España, 12 juin 1861.
  • 39 La Época, 13 juin 1861.

24Dix jours plus tard, ces journaux réaffirment le droit de Madrid sur les îles péruviennes : « il ne s’agit ni d’acquisitions ni d’annexions, mais de demander et de prendre ce qui jamais […] n’a cessé de lui appartenir38 ». Le 13 juin, La Época dévoile un projet encore plus ambitieux : ces îles, déclare le journal, « appartiennent à l’Espagne, de même que le Pérou39 ». La non-reconnaissance de l’indépendance ouvre dans cette perspective la voie à la réappropriation des anciennes possessions que le journal appelle de toutes ses forces.

  • 40 El Perú y la influencia Europea, Paris, Librería Universal, 1862.
  • 41 Ibid, p. 19. Publié aussi dans, La América de Madrid, 24 juillet 1862.
  • 42 La América, 24 juin 1861.

25L’hypothèse du droit espagnol sur les territoires non reconnus indépendants provoque la réaction du gouvernement péruvien. La stratégie consiste à une contre-publicité moins conflictuelle que complaisante. El Perú y la influencia europea, brochure publiée probablement par l’agent consulaire du Pérou au Havre Luís Benjamín Cisneros, en témoigne40. Insistant sur les bénéfices réciproques des échanges entre l’Europe et le Pérou, elle attire l’attention sur les richesses du pays, tout en soulignant le respect du gouvernement à l’égard de la loi et la justice. La brochure a le mérite de contester les arguments des journaux madrilènes. Le ton s’élève d’un cran seulement en évoquant la possibilité de réitérer au Pérou l’expérience mexicaine : « les intérêts créés, les idées en cours et l’ordre établi sont tellement en harmonie avec les institutions, qu’aucun parti n’ose s’attaquer à l’organisation républicaine41 ». À Madrid, les milieux libéraux portent un regard bien plus indulgent sur la question. Le journal madrilène La América, se tourne contre ses confrères de La España et déjoue sa campagne éditoriale : « l’article sur les îles du guano n’est pas œuvre de la rédaction de La España, mais d’un ennemi du Pérou42 ». C’est la même conviction qu’aura, deux ans plus tard, le Ministre péruvien des Affaires Etrangères José Gregorio Paz Soldán. Ce dernier explique, avec une franchise rare dans les cercles diplomatiques, le refus du gouvernement péruvien à reconnaitre Ballesteros en tant que représentant de l’Espagne :

  • 43 José Gregorio Paz Soldán à Ballesteros, Lima, 31 janvier 1863. AHNE, MAE, H2579, leg. 25 (...)

Je vous dirai [dit-il] que votre famille et vous sont tenus pour ennemis du Pérou ; que vous avez fait en Europe des publications offensantes à l’égard du Pérou et de son Gouvernement, que vous êtes tenu pour correspondant de vos frères, qui sont les rédacteurs de ces publications43.

  • 44 Últimos asesinatos de españoles en el Perú, y conducta de aquellas autoridades con motiv (...)

26Les Ballesteros sont effectivement connus des cercles lettrés et politiques européens, leur nom figurant dans diverses sociétés savantes, à Paris et à Madrid. Ils sont la source de nombreux textes exhortant le Cabinet espagnol à réinvestir le Pacifique Sud, soit en affirmant son droit à occuper les territoires non reconnus indépendants, soit en dénonçant les bavures contre des ressortissants espagnols et la négligence « du mal nommé gouvernement de Lima44 ». Ces espaces, tout comme la presse, offrent une tribune importante à leurs arguments. Ces derniers préparent ainsi le terrain à des nouveaux conflits.

  • 45 « Comisario », dans Enrique Manríquez Ruiz (dir.), Diccionario de historia moderna de (...)
  • 46 Juan Antonio Ribeyro à Salazar y Mazarredo, Lima, 1er avril 1864, dans, Exposición de lo (...)

27La mort de deux résidents espagnols lors d’une rixe au Pérou fait basculer les tensions, jusque-là supportables, vers les hostilités. Elle a lieu en plein séjour de l’expédition espagnole dans les eaux du Pacifique. La nouvelle va précipiter les événements d’une manière inattendue. À bord, le Conseil de Guerre décide d’envoyer Eusebio Salazar y Mazarredo à Madrid en quête d’instructions. Ce dernier retourne au Pérou investi du titre de Commissaire Extraordinaire. C’est moins l’investiture en elle-même que le titre qui va déclencher les hostilités entre l’Espagne et le Pérou. Il n’a rien de plaisant aux yeux du gouvernement de Lima, car le terme renvoie depuis l’Ancien Régime aux facultés du Roi sur ses possessions45. En d’autres termes, l’investiture de Salazar y Mazarredo en tant que Commissaire Extraordinaire met en cause l’indépendance péruvienne et fait revenir le spectre d’un retour de l’Espagne. Le Ministre des Affaires Etrangères le fait bien savoir lorsqu’il affirme que celle-ci « n’est pas conforme aux règles et us diplomatiques46 ». Cette déclaration est la dernière justification nécessaire pour le Commissaire : au prétexte d’avoir refusé le représentant de la Reine, l’escadre espagnole s’empare des îles Chincha, le 14 avril 1864.

28Si les études ont retenu la chronique militaire et diplomatique de cette affaire, elles ont prêté moins d’attention aux débats idéologiques qui le précèdent. Il en va de même avec les acteurs moins visibles, mais pas moins déterminants, dans le déroulement des tensions. Une part de la littérature européenne sur l’Amérique hispanique ne cesse de souligner le mauvais traitement affligé aux ressortissants et la mauvaise conduite des gouvernements locaux. Une manière détournée d’appeler à réaffirmer la présence impériale aux Amériques, que les hispano-américains ne cessaient de déplorer.

Pour une histoire sociale du politique contre le regard colonial

  • 47 Últimos asesinatos de Españoles en el Perú, Madrid, Imprenta de Vicente y Lavajo, (...)
  • 48 Ibid., p. 4.

29L’affaire ouvre un nouveau chapitre dans cette guerre d’opinion. Publié à Madrid, l’Últimos asesinatos de Españoles en el Perú prône une réponse ferme de la part du Cabinet espagnol47. Il dénonce les mensonges avec lesquels les agents péruviens en Europe mènent leur campagne de colonisation, au même titre que l’exploitation dont les colons européens font l’objet aux mains des hacendados locaux. Textes à l’appui, la brochure se sert de la conjoncture pour interpeller sans ambigüité le Cabinet espagnol : « Le gouvernement de S. M. est dans l’impérieux devoir de prendre des mesures déterminantes à l’égard du Pérou, qui dans ce cas, comme toujours, ignore la voix de la raison et de la justice48 ».

  • 49 El Perú y los Españoles. Refutación á un folleto de Madrid y otros escritos, Lima, (...)

30La réponse de l’autre côté de l’océan ne se fait pas attendre. El Perú y los Españoles, brochure d’occasion publiée à Lima au début de l’année 1864, dément les arguments avancés à Madrid49. Sous un ton panégyrique, l’écrit souligne le progrès de la colonie espagnole au Pérou, les facilités rencontrées de la part des autorités et le respect de ces dernières à l’égard de la loi et la justice.

  • 50 « Cómo escriben en Europa la historia contemporánea de hispano-américa », La Revista Ame (...)

31Dans Cómo escriben en Europa la historia contemporánea de hispano-América, il est possible de trouver une réflexion plus approfondie sur les travers de ce regard50. Rédigé vraisemblablement par le couple Samper-Acosta, l’article est publié en mars 1863 dans la Revista Americana de Lima. Prenant pour cible la production en Europe sur les républiques hispano-américaines, l’article avance un constat accablant :

  • 51 Ibid.

Rien de plus simple que de dissimuler l’ignorance […] et de se donner un air d’homme d’ordre [,] d’ami de la liberté et du progrès, sans libertinage, en résolvant ex cathedra les problèmes qui nous travaillent en Amérique, nous déclarant incapable de bon gouvernement51.

  • 52 Ibid.

32D’après cet article, la réduction de l’histoire contemporaine du Mexique au conflit entre Miramón et Juárez, ou celui entre Castilla et Echenique pour le Pérou est l’expression la plus saillante de ce regard biaisé sur l’histoire politique hispano-américaine. Il plaide alors pour une approche plus profonde et problématique, capable d’éclaircir les luttes partisanes à l’aune de leurs fondements sociaux. Dans ce même article, l’attention que ces écrits prêtent aux caudillos, auxquels ils allèguent très souvent des ambitions personnelles, occulte « les aspirations populaires, tout le jeu des partis, toute la vitalité des intérêts et toute l’importance des problèmes politiques et sociaux d’Amérique52 ». La frontière entre la propagande et l’histoire s’efface ainsi sous la pression des intérêts politiques, conduisant certains à déplorer la conversion des publicistes en instruments d’intérêts inavoués. Par la presse, le livre ou la brochure, cette contre-publicité s’attaque à la recomposition du regard colonial construit sur l’Amérique hispanique.

33Le débat politique atlantique dévoile les enjeux d’intégrer le Nouveau Monde à l’horizon impérial et colonial alors en cours. Si le théâtre de cette histoire bascule dans la seconde moitié du siècle vers l’Asie et l’Afrique, c’est bien parce que les républiques hispano-américaines se sont donné les moyens de rejeter les tentatives impériales sur le continent. Déjouer leurs représentations aura été l’une des leurs armes.

Haut de page

Notes

1 Samper, José María, Ensayo sobre las revoluciones políticas y la condición social de las Repúblicas colombianas, Paris, Imprenta de E. Thunot y Cia., 1861, p. 1.

2 Bayly, Christopher Alan, La naissance du monde moderne (1780-1914), Paris, Le Monde Diplomatique-Editions de l’Atelier, 2007, p. 15-19 ; Osterhammel, Jürgen, The Transformation of the World. A Global History of the Nineteenth Century, Princeton, Princeton University Press, 2014, p. XV-XXII ; Singaravélou, Pierre et Venayre, Sylvain, « Introduction », in Singaravélou, Pierre et Venayre, Sylvain (dir.), Histoire du monde au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2017, p. 15-19.

3 Pratt, Mary Louise, Imperial Eyes. Travel Writing and Transculturation, Londres et New York, Routledge, 1992. Plus récemment, Bertrand, Michel et Vidal, Laurent (dir.), À la redécouverte des Amériques : Les voyageurs européens au siècle des indépendances, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2002.

4 Said, Edward, Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris Seuil, 2003, p. 13.

5 Avenel, Jean-David, « Un exemple de blocus militaire : l'intervention tripartite au Mexique. (décembre 1861 - avril 1862) », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2004, n° 214-2, p. 29-37.

6 Nichols Barker, Nancy, « In Quest of the Golden Fleece: Dubois de Saligny and French Intervention in the New World », Western Historical Quarterly, 1972, v. 3, n° 3, p. 253-268. 

7 Eusebio Salazar y Mazarredo à Joaquín Francisco Pacheco, cité dans, Novo i Colson, Pedro, Historia de España en el Pacífico, Madrid, Imprenta de Fortanet, 1883, p. 188.

8 Voir sur ce débat, Blanco, Alda, Cultura y conciencia imperial en la España del siglo XIX, Valence, Publicacions de la Universitat de València, 2012, p. 15-30. Sur les détails de l’expédition espagnole, voir, López-Ocón, Leoncio, « La comisión científica del Pacífico: de la ciencia imperial a la ciencia federativa », Bulletin de l’Institut Français d’Etudes Andines, 2003, v. 38, p. 479-515.

9 Lastarria, José Victorino, La América, Buenos Aires, Imprenta del Siglo, 1865, p. 5.

10 Gerbi, Antonello, La disputa del Nuevo Mundo: historia de una polémica, 1750-1900, Mexico, FCE, 1960.

11 Negt, Oskar et Kluge, Alexander, L'espace public oppositionnel, Paris, Payot, [1re éd. en allemand 1972] 2007 ; Habermas, Jürgen, L'espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot 1993.

12 Thibaud, Clément, Libérer le Nouveau Monde. La fondation des premières Républiques hispaniques (Colombie et Venezuela, 1780-1820), Becherel, Les Perséides, 2017, p. 165-168.

13 Asen, Robert, « Seeking the ‘Counter’ in Counterpublics », Communication Theory, 2000, n° 4-10, p. 424-446.

14 Torrente, Mariano, Historia de la revolución Hispano-Americana, Madrid, Imprenta de Moreno, 3 vols., 1829-1830.

15 Ibid., v. I, p. 324.

16 Ibid., v. I, p. 395.

17 Ibid., v. III, p. 608-609.

18 Ibid., v. III, p. 608.

19 De la Torre Villar, Ernesto, « Semblanza de Torrente », in Torrente, Mariano, Historia de la independencia a de México, Mexico, UNAM, 1988, p. IX-LIII.

20 Pruvonena, Memorias y documentos para la historia de la independencia del Perú y causas del mal éxito que ha tenido esta, v. 1, Paris, Libreria de Garnier Hermanos, 1858, p. VIII.

21 José Victorino Lastarria à Bartolomé Mitre, Lima, 6 décembre 1850, in Tauro, Alberto, Viajeros en el Perú Republicano, Lima, Universidad Nacional Mayor de San Marcos, 1967, p. 87.

22 Pani, Erika, Para mexicanizar el Segundo Imperio. El imaginario político de los imperialistas, Mexico, El Colegio de México, 2001.

23 Torrente, Historia…, op. cit., v. III, p. 608.

24 González Vigil, Francisco de Paula, « El gobierno Republicano en América », in Opúsculos sociales y políticos dedicados a la juventud americana, Lima, Tipografía de Guillermo Guerrero, 1862, p. 275-276.

25 Ibid., p. 275.

26 González Vigil, « Pensamientos Americanos. V, Los gobiernos europeos no tienen verdadera idea de nuestras repúblicas », La América, 3 mai 1862.

27 Lastarria, La América, …op. cit., p. 5.

28 Atinoo, Reconquista de las colonias Sur-Americanas, Lima, Imprenta de José S. Macias, 1862, p. 13.

29 « Introduction », in Colección de Ensayos i Documentos Relativos a la Unión i Confederación de los Pueblos Sud-Americanos, Santiago, Imprenta del Ferrocarril, 1867, p. 6. 

30 C. L., La República en el Perú y la cuestión peruano-española, Lima, Imprenta de E. Prugue y C. Girardto, 1865, p. 92.

31 Novak, Fabián, Las relaciones entre el Perú y España (1821-2000), Lima, PUCP, 2014, p. 25-31.

32 José Gregorio Paz Soldán à Pedro Gálvez, Lima, 9 février 1863. AHNE, MAE, H2579, leg. 1.

33 José Merino Ballesteros au Premier Secrétaire d’Etat, Lima, 27 février 1862, dépêche n° 11. AHNE, MAE, H2579, l° 257.

34 Ibid.

35 La España, 7 février 1862.

36 La España, 14 avril 1860.

37 La Época et La España, 1er juin 1861.

38 La Época et La España, 12 juin 1861.

39 La Época, 13 juin 1861.

40 El Perú y la influencia Europea, Paris, Librería Universal, 1862.

41 Ibid, p. 19. Publié aussi dans, La América de Madrid, 24 juillet 1862.

42 La América, 24 juin 1861.

43 José Gregorio Paz Soldán à Ballesteros, Lima, 31 janvier 1863. AHNE, MAE, H2579, leg. 257-9.

44 Últimos asesinatos de españoles en el Perú, y conducta de aquellas autoridades con motivo de este funesto acontecimiento, Madrid, Imprenta de Vicente et Lavajos, 1863, p. 4.

45 « Comisario », dans Enrique Manríquez Ruiz (dir.), Diccionario de historia moderna de España, v. 2, Madrid, Itsmo, 2007, p. 92-94.

46 Juan Antonio Ribeyro à Salazar y Mazarredo, Lima, 1er avril 1864, dans, Exposición de los actos agresivos contra el Perú, ejecutados por el Almirante de la escuadra española D. Luis II Pinzón, Lima, Imprenta del Mercurio, 1864, p. 3-4.

47 Últimos asesinatos de Españoles en el Perú, Madrid, Imprenta de Vicente y Lavajo, 1863.

48 Ibid., p. 4.

49 El Perú y los Españoles. Refutación á un folleto de Madrid y otros escritos, Lima, Imprenta del Comercio, 1864.

50 « Cómo escriben en Europa la historia contemporánea de hispano-américa », La Revista Americana, 20 mars 1863.

51 Ibid.

52 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matias Sanchez Barberan, « L’Espagne et le Pérou : une histoire de public et contre-public dans l’espace atlantique (années 1830 - années 1860) »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/90289 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.90289

Haut de page

Auteur

Matias Sanchez Barberan

EHESS-Mondes Américains (UMR 8168)
Chercheur associé au Centro de Estudios Históricos (CEH) de l'Universidad Bernardo O'Higgins (Chili)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search