Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesDébats2022Récits de voyage entre l’Europe e...Le récit de voyage d’Au...

2022
Récits de voyage entre l’Europe et l’Amérique à l’époque moderne et contemporaine : perspectives de recherche

Le récit de voyage d’Auguste Borget : le regard d’un artiste français sur l’Argentine du milieu du XIXe siècle

Auguste Borget’s travel account: the eye of a French artist on Argentina of the mid-19th century
Lucile Magnin

Résumés

Cet article examine quelques éléments du récit qu’Auguste Borget fit de son voyage en Argentine en 1837, pays qu’il visita au cours de son grand tour du monde de quatre ans. Dans ce récit, le peintre voyageur français décrit entre autres la menace que représentent les Indiens pour les habitants des pampas et s’étonne devant le mode de vie courageux des gauchos. Nous analyserons quelques passages de son récit en nous basant parfois sur certains concepts issus des études interculturelles.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements :
Musée Bertrand de Châteauroux
Médiathèque de Châteauroux
Musée de l’hospice Saint-Roch à Issoudun
Staatliche Graphische Sammlung München

  • 1 Cazé, Sophie, « Auguste Borget, peintre, voyageur », in Sophie Cazé, Cécile Debray et Loïc (...)

1Auguste Borget, jeune peintre originaire du Berry, ami de Balzac, s’est lancé dans un grand tour du monde de quatre ans, entre 1836 et 1840, qui a ensuite alimenté son art et nourri son imaginaire tout le reste de sa vie. Alors qu’il sera occupé à peindre ses « paradis perdus », plongé dans ses souvenirs, il ne pourra s’empêcher de songer avec nostalgie à toutes les contrées lointaines qu’il n’aura pas eu l’occasion de visiter : « toutes les îles dont je n’ai fait qu’entrevoir les cimes perdues dans les vapeurs de l’horizon, ce coin de terre sera toujours un beau rêve qui ne s’effacera jamais1 ». Avant de nous concentrer sur son étape en Argentine, nous allons dans une partie introductive retracer brièvement la vie et le périple de Borget.

2Borget naît à Issoudun, en 1808, dans une famille de commerçants. Il s’installe à Paris, où il suit les cours de dessin du peintre de marines Théodore Gudin. Très attiré par les voyages, Borget part en 1833 et 1834 dans les Pyrénées, en Suisse et en Italie, un pays qu’il parcourt amplement, visitant Rome, Venise, et Naples, le carnet de croquis et le crayon à la main. À 28 ans, il décide de faire le tour du monde, ce qui n’est pas un projet courant dans la première moitié du XIXe siècle. À l’époque, les artistes visitent l’Italie pour découvrir les merveilles de l’Antiquité et de la Renaissance. Les plus téméraires vont jusqu’en Grèce, en Turquie ou en Egypte. Mais rares sont les peintres qui osent faire le tour du monde. Les amis de Borget, en particulier Balzac, lui déconseillent de partir. Pour Balzac, mieux vaut se battre avec la lumière et la couleur dans un atelier, à l’instar de Rembrandt, plutôt que de s’en aller à l’autre bout du monde. Néanmoins, le jeune artiste ne l’écoute pas et en octobre 1836, il s’embarque au Havre en direction de l’Amérique.

  • 2 Stavrides, Loïc, « Voyage autour du monde », in Sophie Cazé, Cécile Debray et Loïc Stavrid (...)

3Il arrive à destination en décembre et reste un mois à New York où, chaque dimanche, il va, « malgré les rigueurs de l’hiver, [...] croquer les rives de l’Hudson avec ses moulins et ses jolies maisons de bois2 ». Puis il part pour Rio de Janeiro, où la nature exotique l’enchante. En avril 1837, il quitte le Brésil pour l’Uruguay, et après quelques jours passés à Montevideo, il se rend à Buenos Aires, où il ne s’arrête que peu de temps, prenant conscience des difficultés causées par la dictature de Rosas. Le 10 mai, il se met en route pour le Chili à travers la pampa. Redoutant des attaques d’Indiens, il reste une semaine à Córdoba.

  • 3 Sur ce sujet, voir Magnin, Lucile, “Un episodio en la vida del pintor viajero” de (...)

4Le dessin qui représente la « Sierra de Córdoba » (fig. 1), daté du 24 mai 1837, nous donne une idée de la dangerosité du voyage. Sur la droite, on distingue des cavaliers qui évoluent avec précaution le long d’une corniche rupestre très étroite, abrupte et périlleuse. Les croix qui parsèment le paysage semblent avoir été disposées à l’endroit où d’autres voyageurs moins chanceux ont perdu la vie, en chutant dans le ravin. La présence de ces grands crucifix sonne comme une mise en garde pour chaque personne s’aventurant dans ces parages. En ajoutant l’inscription « En regardant vers la pampa », en bas à gauche de son dessin, Borget a également voulu mettre l’accent sur la vue vertigineuse qui s’offre au voyageur longeant la crête. L’immensité de la pampa, qu’il a pu contempler depuis cette hauteur, a semblé difficile à matérialiser pour l’artiste, qui a dû se contenter de laisser un grand espace vide, aux nuances plus claires. En effet, comment dessiner la pampa, cette étendue de terre à perte de vue qui échappe totalement aux grilles de lecture habituelles du « pittoresque »3 ? Pour contourner cette difficulté, l’artiste a eu recours à la vue en hauteur, depuis une montagne escarpée qui coupe la composition par une grande diagonale se terminant dans le coin supérieur droit du dessin, et à l’opposition entre le point de vue du voyageur, que l’on discerne à peine dans ce paysage grandiose, et l’immensité qui s’apparente au néant et que son regard parvient à embrasser en un coup d’œil. Le dessin met ainsi en relief le contraste entre la petitesse du sujet percevant, relégué à l’extrême-droite de la composition, et la démesure de l’objet perçu, qui occupe quasiment tout l’espace.

Figure 1 – Auguste Borget, La Sierra de Córdoba, 1837, Dessin mine de plomb sur papier, rehauts de gouache blanche

Figure 1 – Auguste Borget, La Sierra de Córdoba, 1837,           Dessin mine de plomb sur papier, rehauts de gouache blanche

© Collection Musée de l’Hospice Saint-Roch, Issoudun

  • 4 Stavrides, Loïc, « Voyage autour du monde », op. cit., p. 18.
  • 5 Ibid.

5Le voyage entre Córdoba et Mendoza est la partie la plus pénible : l’artiste arrive si épuisé qu’il s’arrête un mois à Mendoza. Par conséquent, il est obligé de franchir la Cordillère des Andes en plein hiver, ce qui est pour lui particulièrement éprouvant. En juillet 1837, il parvient au Chili, où il reste sept mois. À Santiago, Borget se lie d’amitié avec le peintre voyageur bavarois Johann Moritz Rugendas. Cette rencontre est pour lui très enrichissante du point de vue artistique : il approfondit sa technique du dessin. Rugendas, qui parle français, exerce une solide influence sur Borget et lui montre ses défauts : il l’encourage à améliorer les figures humaines de ses dessins et à étudier davantage l’anatomie. Avec Rugendas, il part visiter, en octobre et novembre 1837, la vallée centrale et le sud du Chili. Pour s’entraîner, Borget copie plusieurs dessins réalisés par Rugendas. Ce dernier quitte provisoirement le Chili pour l’Argentine en décembre 1837, accompagné du peintre Robert Krause. C’est donc seul que Borget « continue à dessiner avec minutie tout ce qu’il voit : pêcheurs, gauchos, scènes de genre et de ports, et bien sûr des vues de Valparaíso4 ». Au début de l’année 1838, Auguste s’embarque à nouveau. Après avoir fait escale dans de petits ports du nord du Chili, de la Bolivie et du Pérou, il arrive à Lima en avril. Durant tout ce voyage, « Borget travaille avec frénésie. [...] [Il] dessine chaque jour de dix heures du matin à cinq heures de l’après-midi5 ». Le 15 avril, le jeune peintre entreprend la grande traversée du Pacifique, qui va le conduire en Chine. Fin mai, il fait escale aux îles Sandwich, avant d’arriver, en août 1838, dans un port chinois. Tout comme en Amérique latine, Borget est émerveillé aussi bien par les populations que par les paysages et le patrimoine architectural de la Chine. Il visite Hong-Kong, Canton, Macao, et réalise des centaines de dessins. Après être resté près d’un an en Chine, Borget se rend à Manille, puis à Singapour, avant de séjourner en Inde, à Calcutta. Il rentre en Europe en juillet 1840, enchanté par ce tour du monde de presque quatre ans.

6En France, il travaille à la mise en ordre de ses notes et à l’exécution de dessins sur la base des croquis réalisés sur le terrain. En 1842, il publie La Chine et les Chinois, un ouvrage contenant trente-deux lithographies. Trois ans plus tard paraît Fragments d’un voyage autour du monde, composé de douze lithographies illustrant quelques aspects de son périple. Entre 1841 et 1851, il se consacre entièrement à la peinture. Il envoie régulièrement des œuvres au Salon de Paris, et en vend de nombreuses au roi Louis-Philippe, qui lui passe également des commandes. Borget travaille pour la Manufacture Royale de porcelaine de Sèvres et collabore par ailleurs aux revues L’Illustration et L’Art en Province, où il publie d’autres fragments de son journal de voyage en Argentine, qui furent repris en 1960 par l’éditeur Pardo-Emecé dans un grand volume intitulé En las Pampas y los Andes, où figurent également des reproductions de certains dessins relatifs à l’Amérique du Sud.

7Aux alentours de 1850, il se retire à Bourges, il enseigne le dessin aux enfants et cultive son jardin. Il meurt en 1877, des suites d’une longue maladie.

8Loin de prétendre faire le tour en si peu de temps d’un si grand périple, nous souhaitons nous concentrer ici sur quelques éléments de son récit de voyage en Argentine. Nous nous baserons sur les extraits de son journal qui furent publiés dans Fragments d’un voyage autour du monde en 1845, ceux que Borget publia dans le journal L’Art en Province en 1851 sous le titre « Dans les pampas », et ceux que David James publia en 1960 dans son ouvrage En las Pampas y los Andes.

Topoi argentins

9Commençons par ce qui attire l’attention de tous les voyageurs qui visitent l’Argentine au XIXe siècle. Leurs récits de voyage ont en effet des points communs ; les mêmes objets de curiosité reviennent sous leurs plumes ou leurs crayons : las cuadras (les rues rectilignes des villes argentines), les habitantes de Buenos Aires (Porteñas) allant prier à l’église, les gauchos et leurs habitudes vestimentaires, et les grandes charrettes argentines traversant les immenses étendues désertiques.

10Lorsqu’il arrive à Buenos Aires, Auguste Borget remarque les rues quadrillées, et ne manque pas de faire une observation à ce sujet :

  • 6 Borget, Auguste, Fragments d’un voyage autour du monde, Moulins, Desrosiers, 1850, https (...)

La Capitale de la Confédération argentine est divisée en carrés réguliers, séparée par des rues dont les côtés sont garnis de trottoirs, mais dont quelques-unes, du côté des faubourgs, ne sont pas pavées, ce qui, dans les jours d’orage, en fait de véritables ravins où les chevaux entrent jusqu’au poitrail6.

  • 7 Ibid.

11Borget dessine une rue de Buenos Aires « dont les maisons sont toutes à toits plats et couronnées souvent par un mirador ou un belvédère7 » et décrit l’ambiance de cette rue où les petits métiers côtoient les citadins fortunés (fig. 2).

Figure 2 – Auguste Borget, Une rue de Buenos Aires (Illustration de Fragments d’un voyage autour du monde), Ed. Desrosiers, 1850, Lithographie

Figure 2 – Auguste Borget, Une rue de Buenos Aires             (Illustration de Fragments             d’un voyage autour du monde), Ed. Desrosiers, 1850,             Lithographie

Bibliothèque Nationale de France, Gallica.

  • 8 Ibid.

Les aguaderos, lecheros, les marchands de balais, de gâteaux et d’oranges y heurtent à chaque instant le cheval richement caparaçonné du gahutcho et y froissent les riches vêtements de la belle Portegna allant et revenant de l’église, suivie à distance par le petit nègre obligé qui porte le tapis sur lequel elle s’agenouille pour prier8.

  • 9 Raymond Monvoisin, Porteña en el templo, huile sur toile, 1842, collection (...)

12Cette phrase de son journal est très intéressante car Borget décrit ici ce qui constituera précisément le sujet d’un tableau d’un autre peintre voyageur français, Raymond Monvoisin, en 1842. L’attention des deux artistes voyageurs a été attirée par la même vision. Dans le tableau de Monvoisin9, la jeune femme en deuil qui se recueille dans l’église est agenouillée sur un tapis coloré. Derrière elle, un petit serviteur attend qu’elle ait terminé sa prière afin de se charger de porter le tapis. Monvoisin a capté un instant de silence et de profond recueillement, la lumière tombant sur le visage fin et les mains délicates de la jeune Portègne toute de noir vêtue.

13Ayant quitté la capitale, Borget traverse la pampa au sein d’une caravane de voyageurs. Lorsqu’il rencontre des gauchos, il est fasciné, à l’instar des autres voyageurs européens, par leurs tenues vestimentaires pleines d’exotisme et par les énormes charrettes qui effectuent la grande traversée entre Buenos Aires et les villes proches des Andes. Tout comme les peintres allemands Rugendas et Krause, qui voyagent à travers la pampa en 1838, Borget s’émerveille devant l’élégance des gauchos et décrit la tenue de l’un d’eux :

  • 10 Borget, Auguste, « Dans les pampas », L’Art en Province, Desrosiers, 1851, p.  (...)

Un chapeau à larges bords couvrait sa tête qui avait été préalablement entourée d’un foulard qui lui cachait le front. Son poncho, rouge et bleu, élégamment drapé et rejeté sur son épaule gauche, laissait voir à sa ceinture de vieux pistolets rouillés, un immense couteau sans gaine, et des bolas, à côté desquelles était suspendu un sabre d’une longueur démesurée dont la lame nue traînait à terre10.

  • 11 Voir : Gombrich, E.H., Histoire de l’art (1e éd. : 1950), Paris, Pha (...)

14Ces gauchos aux tenues splendides ont été immortalisés par Raymond Monvoisin et par Johann Moritz Rugendas. Dans l’un des dessins de ce dernier, présenté ici (fig. 3), l’apparence menaçante du gaucho est compensée par une certaine mélancolie, lisible dans son regard perdu dans le lointain, un regard qui lui confère finalement un air presque rêveur, et tend à nous le présenter comme un homme plutôt sensible. L’artiste a bien sûr mis également l’accent sur l’élégance du gaucho, enveloppé dans un poncho qu’il a jeté négligemment sur ses épaules. Pour le représenter, il a usé de procédés appartenant à l’histoire de l’art depuis des siècles : le léger hanchement évitant tout statisme dans la posture rappelle celui que l’on observe dans les statues médiévales de Vierges à l’enfant11, et l’unité de la figure s’inscrivant dans un ovale parfait fait écho aux représentations du Christ en gloire inscrit dans une mandorle, iconographie fréquente au Moyen-Âge. On voit ainsi tout le bagage culturel que Rugendas emporte avec lui dans la pampa argentine et qu’il déploie dans l’étude d’un sujet qui n’avait encore quasiment jamais été représenté par la main d’un artiste.

Figure 3 – Johann Moritz Rugendas, Gaucho faisant rôtir de la viande, 1845, Crayon sur papier, 36 x 22 cm, Munich

Figure 3 – Johann Moritz Rugendas, Gaucho faisant rôtir de la             viande, 1845, Crayon sur papier, 36 x 22 cm, Munich

Staatliche Graphische Sammlung München.

15Enfin, les charrettes argentines (fig. 4) représentent un autre objet d’étonnement pour le voyageur étranger. Borget n’échappe pas à cette stupéfaction commune, et décrit ainsi ces véhicules typiques de la pampa du XIXe siècle :

  • 12 Ibid., p. 73-74.

Grossièrement construites, recouvertes de cuirs pour abriter les plus riches produits d’Europe, et les huiles, les vins, les fruits de Mendoza au retour, ces lourdes machines sont trainées par six bœufs [...]. À l’intérieur, se tient un picador chargé d’aiguillonner les bœufs de timon au moyen d’un immense roseau suspendu par une corde au sommet de la voiture, et armée d’un piqueron vertical que le picador lève et baisse à volonté pour diriger et surtout pour animer l’attelage au passage des rivières, des marais et de tous les endroits difficiles12.

Figure 4 – Johann Moritz Rugendas, Repos dans la pampa, près de trois charrettes, 1838, Crayon sur papier, 22 x 35 cm, Munich

Figure 4 – Johann Moritz Rugendas, Repos dans la pampa, près de             trois charrettes, 1838, Crayon sur papier, 22 x 35 cm,             Munich

Staatliche Graphische Sammlung München.

Les Indiens : la menace permanente

  • 13 Ibid., p. 69.

16Au cœur de la pampa argentine, entre Buenos Aires et Mendoza, zones frontalières où commencent les territoires indiens du sud, les voyageurs ne sont pas à l’abri des soudaines attaques d’Indigènes. Alors que Borget traverse l’Argentine en direction du Chili avec ses compagnons de voyage, un gaucho qui passe au galop leur conseille de faire demi-tour ou de changer d’itinéraire car les Indiens sont dans les parages. Quand ils entendent le mot indio, les peones qui guident les voyageurs s’arrêtent brusquement. Ils les conduisent ensuite à toute allure à Cerrillos. Dans ce village, la rumeur d’une invasion imminente d’Indiens court mais dans d’autres villages, personne n’en a entendu parler et le calme règne. Lorsqu’ils arrivent à Cruz Alta, le personnage le plus important de la bourgade s’avance vers eux et leur affirme qu’ils ne peuvent pas aller plus loin : les Indiens sont là, ils sont nombreux et prêts à tout. « Nous serons attaqués cette nuit ; mais nous sommes prêts à les recevoir, et grâce à ce fort, ils trouveront à qui parler13 ».

  • 14 Ibid., p. 70.

Je cherchais un fort de tous côtés, écrit Borget, et je ne voyais qu’une haie de cactus épineux, haut, il est vrai, de vingt pieds, et épaisse de dix ; mais ce mot de fort comporte tant de choses pour un Européen – des murs, des fossés, des bastions –, que je ne pouvais admettre, oubliant avec quels adversaire nous avions à nous mesurer, que cette haie pût être sérieusement envisagée comme un moyen de défense14.

  • 15 Galisson, Robert, De la culture à la langue par les mots, Paris, CLE internati (...)

17La conception des choses est mise à l’épreuve car le « fort », un mot « à charge culturelle partagée » (pour reprendre l’expression de Robert Galisson15) est synonyme pour les Français de solide fortification guerrière bâtie en pierre, mais il adopte une toute autre forme dans la pampa, que Borget découvre avec étonnement. Mais lorsqu’il se retrouve à l’intérieur du fort en cactus construit par les gauchos, Borget se rend compte que cette construction est finalement très pratique : elle comprend des espaces vides adaptées aux tireurs qui peuvent y passer leurs armes et les enceintes sont fortifiées de trois épaisseurs distinctes de cactus. Le voyageur français finit par se laisser convaincre par l’ingéniosité argentine et reconsidère son point de vue de départ.

18Alors que les gauchos attendent l’ennemi en faisant rôtir « des quartiers de bœufs et des moutons entiers », Borget observe leur « admirable figure », leur « air vraiment martial » et constate que leurs regards sont « empreints de la plus apathique insouciance ». « Ont-ils du courage ? » se demande-t-il.

  • 16 Borget, Auguste, « Dans les pampas », op. cit., p. 70.

Il me semble que le nom d’Indiens les fait tressaillir. Mais ce mouvement, est-ce bien la peur qui le leur arrache ? Ne serait-ce pas plutôt l’effet d’un horrible souvenir ? Celui qui pâlit voit peut-être passer devant ses yeux l’image d’une mère égorgée, d’une sœur disparue sans qu’il en ait plus entendu parler jamais, d’une femme et d’un enfant ensevelis sous les décombres de sa maison incendiée. Une mère ! Une sœur ! Premières et douces affections de l’homme ! Une femme ! Un enfant ! Affections tout aussi saintes, mais plus puissantes, et qui sont le complément de sa vie ! Ah ! Je comprends qu’à la vue de ceux qui leur ont enlevé toutes ces joies, leurs fronts pâlissent, leurs regards se troublent, et que leurs cœurs se serrent : mais je ne comprendrais plus si à cette faiblesse ne succédait bientôt l’impérieux besoin de la vengeance16.

  • 17 Turpin Murata, Hélène, Pierrehumbert, Blaise, « La parentalité dans une perspe (...)
  • 18 Ibid.

19Borget se met à la place de ces hommes de la pampa et fait preuve d’une véritable empathie. Lorsqu’il pense aux liens familiaux et à l’affection maternelle, fraternelle ou filiale, les barrières culturelles disparaissent et font place à une dimension universelle. La tendresse qu’un être ressent pour un membre de sa famille est identique dans toutes les régions du monde. Comme le rappellent Hélène Turpin Murata et Blaise Pierrehumbert, « les comportements d’attachement sont considérés comme universels et la distribution des différents types d’attachement est pratiquement similaire dans toutes les cultures17 ». C’est en effet ce qu’ont montré deux chercheurs hollandais, van Ijzendoorn et Kroonenberg, suite à une vaste expérience en 198818. La compassion que Borget exprime envers ses hôtes et les drames de leurs existences oriente sa réflexion vers une prise de conscience sous-jacente d’une certaine universalité au-delà de la différence culturelle.

  • 19 Borget, Auguste, « Dans les pampas », op. cit., p. 71.

20Allant ensuite saluer l’hôte qui les accueille, Borget se retrouve dans une pièce où se trouvent une trentaine de femmes et parmi celles-ci, une octogénaire assise dans un lit, sur le point de mourir. On lui a caché l’arrivée des Indiens car, au cours de sa vie, elle a vu mourir sous ses yeux sa mère et ses frères et sœurs, puis vingt ans plus tard son mari et ses fils ont été sauvagement assassinés, tandis que sa fille a été enlevée par les Indiens. « Ne prononcez pas le mot Indiens, dit-on aux voyageurs, vous feriez mourir une chrétienne19 ». Quand elle leur demande pourquoi ils se sont arrêtés dans ce village au lieu de poursuivre leur route, ils prétextent une réparation nécessaire. Elle ne les croit pas mais leur est reconnaissante du soulagement qu’ils ont tenté de lui apporter. À la lecture de ce récit, nous ne sommes pas face à une dichotomie qui opposerait les voyageurs et les Argentins : ici au contraire voyageurs et Argentins sont réunis et soudés face à une même menace, une même crainte. À nouveau, un sentiment commun estompe la possibilité d’une quelconque entrave culturelle.

Comprendre la vie de l’Autre

21Mais la différence culturelle est bien là, malgré tout. L’altérité est parfois une énigme à résoudre pour le voyageur. Lorsqu’il observe les gauchos, Borget est stupéfait par leur mode de vie et s’interroge longuement.

  • 20 Borget, Auguste, « Diario de viaje. Fragmentos », in David James (éd.), En las Pampas y (...)

Comment expliquer l’obstination du gaucho à rester sur ces plaines sans cultures et sans arbres, dans des demeures trop éloignées les unes des autres pour pouvoir se secourir mutuellement, la poitrine toujours exposée à la lance de l’Indien ? Est-ce l’habitude ? Est-ce l’amour de la terre ? Ou bien existe-t-il entre son caractère indépendant et les horizons infinis de la pampa, quelque lien mystérieux, qui porterait à croire qu’ils sont faits l’un pour l’autre ? Où pourrait-il aller ? Que pourrait-il faire ? Quelles sont les nécessités qu’il ne peut satisfaire ? Où trouverait-il ailleurs un pays qu’il pourrait parcourir au galop dans tous les sens, à son goût, selon son caprice et sa volonté, sans être arrêté ici par une clôture, là par un fossé [...] ? Ici, rien ne leur indique qu’ils sont hors de leurs domaines, que le terrain qu’ils foulent n’est pas de leur propriété. De plus, dans les autres pays, existe-t-il véritablement davantage de bonheur et de sécurité qu’ici 20?

  • 21 Bennett, Milton, « Towards ethnorelativism: A developmental model of intercultural (...)
  • 22 Camilleri, Carmel, Chocs de cultures. Concepts et enjeux pratiques de l’interculturel, P (...)

22Cet extrait traduit véritablement la profondeur de l’étonnement de Borget, qui exprime son incompréhension par une longue série d’interrogations. On voit ici à quel point, pour le Français, il est difficile de concevoir que l’on puisse vivre dans un tel isolement, au sein d’une telle immensité désertique, ainsi exposé au danger. Borget se trouve ici face à l’altérité la plus totale. Il cherche à comprendre, il cherche une explication à ce qu’il appelle « l’obstination du gaucho » à vivre ainsi. Au début, il ne comprend pas, mais peu à peu, on assiste à un progressif éveil interculturel. Visiblement influencé par certaines idées romantiques, il cherche d’abord à voir une correspondance secrète entre la nature et le caractère de l’homme qui y vit. Mais progressivement son point de vue change et se décentre. Il sort de son carcan d’Européen, se met à la place du gaucho et se rend compte que son mode de vie est le seul qui puisse le rendre libre. Il relativise et s’aperçoit que la vie ailleurs ne rend pas forcément plus heureux. Il se demande au début pourquoi le gaucho reste sur ces terres sans cultures mais s’aperçoit peu à peu qu’il ne pourrait vivre ailleurs et que ce mode de vie est celui qui lui procure bonheur et liberté. Ses réflexions sur l’altérité, et la compréhension dont il fait preuve, nous incitent à croire qu’il parvient à une forme de « décentrement » de sa posture eurocentrée. Il atteint la phase d’« acceptation » de l’ethnorelativisme que Milton Bennett décrit, certes dans un autre contexte, dans son modèle de la sensibilité interculturelle21. D’après Bennet, la phase d’acceptation correspond à une prise de conscience de sa propre identité culturelle, à l’acceptation de celle des autres et à un intérêt pour les autres cultures. La phase d’adaptation, de laquelle se rapproche Borget, se définit quant à elle par l’expérience des rencontres interculturelles, le développement des savoir-faire conversationnels « exolingues » et une décentration aisée. Borget passe quoi qu’il en soit en ces quelques lignes d’une conception ethnocentrique à une conception ethnorelativiste. Ainsi que l’écrit Carmel Camilleri, « chaque ensemble culturel est à comprendre et à juger relativement à ce modèle auquel il se rattache et qui en fait une formation auto-centrée : c’est le principe du relativisme culturel22 ». Borget parvient à dépasser son incompréhension pour relativiser et comprendre de l’intérieur le mode de vie qu’il observe : tout le sens de cette culture lui apparaît alors.

  • 23 Borget, Auguste, « Diario de viaje. Fragmentos », op. cit., p. 26.
  • 24 Ibid.
  • 25 Gadamer, Hans Georg, « Letter to Dallmayr », in Dialogue and Deconstruction: The (...)

23Ces questionnements sur le mode de vie de l’étranger sont une constante dans le récit de voyage de Borget, qui manifeste un réel intérêt pour autrui. Un peu plus tard, lors de son voyage, alors qu’il fait étape dans le village de Saladillo, il rencontre un jeune couple qui vit dans une charrette coquettement aménagée et contenant des caisses disposées comme dans une petite boutique. De nouveau, Borget s’interroge : « À quelle classe appartenaient ces deux êtres isolés ? Qui étaient-ils ? Que faisaient-ils ? Où allaient-ils ?23 ». Borget enquête et interroge le couple, dont il relate le parcours. Après s’être mariés, les deux jeunes gens avaient décidé de travailler pour vivre : ils avaient acheté deux chevaux et une charrette qu’ils avaient remplie d’articles de mercerie et de toiles et s’étaient lancés sur les chemins de la pampa, allant frapper aux portes des fermes les plus isolées, sillonnant le pays, de Buenos Aires aux confins de l’Argentine, n’ayant d’autre domicile que cette charrette aménagée. Borget soumet de nouveau au lecteur une série d’interrogations : « Combien de fatigues, combien de peines et de privations avaient-ils dû supporter ? Combien de fois avaient-ils dû se perdre en chemin ? [...] Combien de journées sans rien gagner ! Combien de désillusions !24 ». L’empathie est vraiment une qualité qui caractérise Borget, ce à quoi il faut ajouter une réelle curiosité. L’artiste voyageur français se transforme en enquêteur, en journaliste, en ethnographe avide de comprendre et d’en savoir davantage sur les peuples et les personnes qu’il rencontre. Il pose des questions : il s’en pose à lui-même, sans arrêt, et il en pose aux gens : il a envie d’apprendre, de comprendre la culture et le mode de vie de l’autre. Comme l’écrit Gadamer, « Là où la compréhension se passe il n’y a pas seulement l’identité. Plutôt, comprendre, cela veut dire que l’on est capable de prendre la place de l’Autre, dans le but de dire ce qu’il a compris là, et ce qu’il a à dire en réponse25 ».

24La compréhension dont fait preuve Borget va souvent même jusqu’à l’admiration.

  • 26 Borget, Auguste, « Diario de viaje. Fragmentos », op. cit., p. 26.

Après le déjeuner pris en commun, assis autour d’un grand feu, écrit-il, nous avons bavardé pendant un bon moment, et vous ne pouvez pas imaginer jusqu’à quel point je me suis senti stupéfait par le bon sens et la philosophie pratique de ces deux esprits incultes, dont l’intelligence leur venait de la confiance qu’ils ressentaient l’un pour l’autre26.

25Certes, le terme « inculte » peut nous sembler péjoratif, mais il n’est qu’un moyen pour Borget de souligner le fait que leur illettrisme est loin d’être un obstacle à la perspicacité et à la débrouillardise de ces deux jeunes Argentins. L’envie de comprendre la vie de ses nouveaux amis incite Borget à leur poser toute une série de questions, qui s’apparente à un véritable interrogatoire :

  • 27 Ibid.

- Vous n’avez jamais eu peur d’être surpris par les Indiens ?
- Nos yeux voient au loin comme les leurs.
- Mais eux ils sont à cheval et vous en charrette.
- Nos chevaux sont aussi rapides que les leurs.
- Et vous abandonneriez la charrette ?
- Nous en achèterions une autre.
- Aujourd’hui vous pouvez le faire. Mais il y a trois ans ?
- Dieu ne l’a pas permis.
- Vous n’avez pas été alors sur le point de tomber dans leurs mains ?
- Le danger nous a rendus prudents.
- Vous n’avez pas peur d’eux ?
- Pas plus que n’ont peur les habitants du ranch solitaire où nous allons offrir nos marchandises. [...]27

26Borget se définit lui-même comme un enquêteur, « un chercheur qui attend le résultat d’une expérience décisive ».

  • 28 Op. cit., p. 27.

Le hasard m’avait mis en présence d’un miracle psychologique. Je voulais ôter le voile qui me cachait son origine, reconnaître les lois, les exigences de ce phénomène, et savoir quelles étaient les affinités mystérieuses et divines par la vertu desquelles il existait28.

27Ici, l’on pourrait penser que Borget considère le jeune couple qu’il a rencontré comme un objet d’expérimentation, un phénomène à étudier, tel un chercheur dans un laboratoire. Même si ce n’est pas totalement faux, Borget porte avant tout sur eux un regard admiratif et émerveillé devant leur bon sens et la manière avec laquelle ils parviennent à survivre ainsi, en défiant tous les dangers d’une vie errante dans la pampa. C’est leur mode de vie, fondamentalement Autre par rapport à ce qui constitue sa culture de Français, qui l’intrigue au plus haut point, comme s’il s’agissait d’un hiéroglyphe à déchiffrer.

  • 29 Ibid.

28Mais Borget ne parvient pas à élucider davantage le mystère que représente pour lui ce jeune couple et le mode de vie qu’il a choisi. Lorsqu’il se réveille le lendemain matin, les deux commerçants sont déjà partis. Borget ne cache pas sa profonde déception, sa tristesse de ne pas avoir pu leur dire adieu, car il avoue s’être identifié à ces « deux êtres étroitement unis, si miraculeusement fondus en un seul29 ». C’est bien une rencontre profondément humaine qui a eu lieu : ce qui attriste le plus Borget, ce n’est pas de ne pas avoir résolu le mystère de l’altérité, mais bien de ne pas avoir pu voir et parler une dernière fois à ces jeunes gens attachants.

Regard d’artiste, philosophie de voyageur

  • 30 Borget, Auguste, « Dans les pampas », L’Art en Province, Desrosiers, 1851, p.  (...)

29S’il y a bien un point commun par lequel ce récit de voyage rejoint celui d’autres peintres voyageurs, c’est l’émerveillement devant la beauté, cet émerveillement qui donne à chaque fois à l’artiste l’envie de reprendre son carnet de croquis. Lorsque voyageurs et gauchos se blottissent autour du feu, le soir venu, pour se prévenir du froid, Borget s’exclame : « Vu à distance, ce spectacle était des plus pittoresques et des plus fantastiques30 ».

  • 31 Ibid.

J’essayais de graver cette scène dans ma mémoire ; à l’aide de deux tisons enflammés j’en esquissais les principaux groupes, les uns en pleine lumière se détachant sur l’obscurité, les autres au contraire se détachant en noires silhouettes sur la lueur des brasiers et de la fumée qui s’élevait en capricieuses spirales31.

30Lorsque Borget et ses compagnons de voyage arrivent au lieu-dit Medrano, ils sont si conquis par l’environnement bucolique qu’ils décident d’y faire une halte.

  • 32 Borget, Auguste, « Diario de viaje. Fragmentos », op. cit., p. 28.

Mon compagnon de voyage prit son fusil, moi mes albums, et nous allâmes sur la rive de la rivière où plus d’un oiseau chantait, où plus d’un paysage attendait depuis longtemps un admirateur enthousiaste, je dirais presque un amant passionné. Comment vous peindre les merveilles devant lesquelles le hasard ou l’instinct m’avaient conduit32 ? 

31Et Borget de décrire « la lumière parfaitement pure » et le calme profond qui envahit son âme. Le voyage permet à l’artiste de remplir peu à peu ses carnets de dessins exotiques, mais il est aussi une source d’enseignements pour le jeune homme.

  • 33 Ibid. p. 25.

L’une des conséquences morales les plus incontestables de l’existence aventurière du voyageur et du marin, c’est le rapide apprentissage de la résignation. On s’habitue à ne pas s’énerver contre les événements de force majeure. [...] Le mieux est de s’y soumettre et de garder en réserve toute l’énergie, toutes les facultés, toutes les forces, pour les nombreux cas où il est nécessaire d’en faire usage. Je me suis donc résigné immédiatement et j’ai considéré sans broncher toutes les conséquences de ce retard forcé33.

32Les aléas du voyage permettent donc au jeune homme d’atteindre une certaine sagesse, qui lui vient de l’acceptation des événements sur lesquels il n’a aucune prise.

Conclusion

  • 34 Voir Said, Edward, Culture and imperialism, New York, Vintage, 1994 et Pratt, (...)

33Pour conclure, on peut souligner à nouveau cet intérêt que Borget porte à l’Autre, cette envie de comprendre, ce regard empreint d’empathie qui est loin du regard dominateur ou du regard porté sur l’Autre en tant qu’objet, qui d’après certains chercheurs, tels Pratt et Saïd34, caractériserait très souvent les récits de voyage des Européens découvrant d’autres continents. Auguste Borget avait la même approche de l’Autre que Johann Moritz Rugendas et nous pouvons pour terminer observer ce dessin d’un gaucho réalisé par l’artiste voyageur bavarois en 1838 (fig. 5) : la posture est droite et fière, le port altier, la tenue élégante ; le gaucho semble même dominer le dessinateur, qui travaille assis et observe son modèle en légère contre-plongée. L’artiste est sans nul doute fasciné par son modèle et par la beauté et la singularité de l’identité qu’il exprime notamment à travers sa tenue vestimentaire traditionnelle. Dans les dessins de Rugendas ou dans le récit de voyage de Borget, si le gaucho est considéré comme un objet, c’est bien comme un objet d’admiration, d’estime et de respect.

Figure 5 – Johann Moritz Rugendas, Miguel Moyano - étude d’un gaucho debout, 1838, Crayon sur papier, 35,9 x 22,4 cm, Munich

Figure 5 – Johann Moritz Rugendas, Miguel Moyano - étude d’un             gaucho debout, 1838, Crayon sur papier, 35,9 x 22,4 cm,             Munich

Staatliche Graphische Sammlung München.

Haut de page

Notes

1 Cazé, Sophie, « Auguste Borget, peintre, voyageur », in Sophie Cazé, Cécile Debray et Loïc Stavrides, Auguste Borget, peintre-voyageur autour du monde, Issoudun, Musée de l’Hospice Saint-Roch, 1999, p. 14.

2 Stavrides, Loïc, « Voyage autour du monde », in Sophie Cazé, Cécile Debray et Loïc Stavrides, Auguste Borget, peintre-voyageur autour du monde, op. cit., p. 16.

3 Sur ce sujet, voir Magnin, Lucile, “Un episodio en la vida del pintor viajero” de César Aira. Le peintre voyageur dans l’Amérique latine du XIXe siècle, entre littérature, art et science, Thèse de Doctorat, Université de Grenoble III, 2012, p. 460-470.

4 Stavrides, Loïc, « Voyage autour du monde », op. cit., p. 18.

5 Ibid.

6 Borget, Auguste, Fragments d’un voyage autour du monde, Moulins, Desrosiers, 1850, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10734680.image

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Raymond Monvoisin, Porteña en el templo, huile sur toile, 1842, collection privée.

10 Borget, Auguste, « Dans les pampas », L’Art en Province, Desrosiers, 1851, p. 69.

11 Voir : Gombrich, E.H., Histoire de l’art (1e éd. : 1950), Paris, Phaidon, 2006, p. 158-159.

12 Ibid., p. 73-74.

13 Ibid., p. 69.

14 Ibid., p. 70.

15 Galisson, Robert, De la culture à la langue par les mots, Paris, CLE international, 1991.

16 Borget, Auguste, « Dans les pampas », op. cit., p. 70.

17 Turpin Murata, Hélène, Pierrehumbert, Blaise, « La parentalité dans une perspective interculturelle. Le concept d’amae », Enfance, 2015/3, n° 3, p. 393-407.

18 Ibid.

19 Borget, Auguste, « Dans les pampas », op. cit., p. 71.

20 Borget, Auguste, « Diario de viaje. Fragmentos », in David James (éd.), En las Pampas y los Andes, Buenos Aires, Pardo Emecé, 1960, (traduction de la citation : Lucile Magnin), p. 25.

21 Bennett, Milton, « Towards ethnorelativism: A developmental model of intercultural sensitivity (revised) ». In R. M. Paige (dir.), Education for the Intercultural Experience, Yarmouth, Intercultural Press, 1993.

22 Camilleri, Carmel, Chocs de cultures. Concepts et enjeux pratiques de l’interculturel, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 31. Les italiques sont déjà dans le texte.

23 Borget, Auguste, « Diario de viaje. Fragmentos », op. cit., p. 26.

24 Ibid.

25 Gadamer, Hans Georg, « Letter to Dallmayr », in Dialogue and Deconstruction: The Gadamer-Derrida Encounter, Diane P. Michelfelder et Richard E. Palmer (éd.), Albany, State University of New York Press, 1989, p. 96, cité dans Apic, Mina, « Le Voyage en Orient de Gérard de Nerval en tant que remise en question de la perspective eurocentriste », Revista de Filología Románica, n° 33, 2016, p. 274.

26 Borget, Auguste, « Diario de viaje. Fragmentos », op. cit., p. 26.

27 Ibid.

28 Op. cit., p. 27.

29 Ibid.

30 Borget, Auguste, « Dans les pampas », L’Art en Province, Desrosiers, 1851, p. 74.

31 Ibid.

32 Borget, Auguste, « Diario de viaje. Fragmentos », op. cit., p. 28.

33 Ibid. p. 25.

34 Voir Said, Edward, Culture and imperialism, New York, Vintage, 1994 et Pratt, Mary Louise, Imperial eyes: studies in travel writing and transculturation, Londres, Routledge, 1992.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Auguste Borget, La Sierra de Córdoba, 1837, Dessin mine de plomb sur papier, rehauts de gouache blanche
Crédits © Collection Musée de l’Hospice Saint-Roch, Issoudun
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/90333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 802k
Titre Figure 2 – Auguste Borget, Une rue de Buenos Aires (Illustration de Fragments d’un voyage autour du monde), Ed. Desrosiers, 1850, Lithographie
Crédits Bibliothèque Nationale de France, Gallica.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/90333/img-2.jpeg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre Figure 3 – Johann Moritz Rugendas, Gaucho faisant rôtir de la viande, 1845, Crayon sur papier, 36 x 22 cm, Munich
Crédits Staatliche Graphische Sammlung München.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/90333/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Figure 4 – Johann Moritz Rugendas, Repos dans la pampa, près de trois charrettes, 1838, Crayon sur papier, 22 x 35 cm, Munich
Crédits Staatliche Graphische Sammlung München.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/90333/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 5 – Johann Moritz Rugendas, Miguel Moyano - étude d’un gaucho debout, 1838, Crayon sur papier, 35,9 x 22,4 cm, Munich
Crédits Staatliche Graphische Sammlung München.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/90333/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucile Magnin, « Le récit de voyage d’Auguste Borget : le regard d’un artiste français sur l’Argentine du milieu du XIXe siècle »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/90333 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.90333

Haut de page

Auteur

Lucile Magnin

Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique – CELIS

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search