Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesQuestions du temps présent2022Penser les circulations, comprend...Circulation et appropri...

2022
Penser les circulations, comprendre les menaces. L’Amérique latine et le monde, 1929-2001

Circulation et appropriation d’idées : l’utilisation de Carl Schmitt par Miguel Reale dans la légitimation du coup d’État civil-militaire de 1964

Circulation and appropriation of ideas: the use of Carl Schmitt by Miguel Reale in the legitimization of the 1964 coup d’État
Diogo Cunha et Antonio Gasparetto

Résumés

Cet article a pour objectif d’analyser l’usage fait par Miguel Reale de la pensée de Carl Schmitt en vue de légitimer juridiquement le coup d’État civil-militaire au Brésil en 1964. Nous soutenons que la pensée politique de Reale a évolué du corporatisme fasciste pendant sa jeunesse, vers une pensée toujours autoritaire, mais dorénavant épurée de ses références fascistes et désormais fondée sur un outillage conceptuel philosophique et juridique sophistiqué, dans lequel les concepts schmittiens occupent une place centrale. Pour examiner l’usage de Schmitt par Reale, nous nous pencherons sur l’œuvre de l’un et de l’autre : du premier, Théologie politique (1922), La notion de politique (1927) et Le gardien de la Constitution (1928) ; du second, ses mémoires Destinos Cruzados et A Balança e a Espada (1987) et Imperativos da revolução de março (1964). Cet article est divisé en trois parties. Dans la première, nous examinons quelques présupposés théoriques et méthodologiques sur lesquels nous nous sommes appuyés pour mener à bien nos analyses ; dans la seconde, nous nous concentrons sur les travaux de Carl Schmitt, mettant en exergue les principaux concepts que Miguel Reale s’est appropriés ; dans la troisième, enfin, nous analysons comment Reale les a opérationnalisés pour expliquer et, surtout, légitimer la prise de pouvoir militaire en 1964.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Notamment Werner, Michael ; Zimmermann, Bénédicte, « Penser l’histoire croisée : entre e (...)
  • 2 Notamment Koselleck, Reinhart, Futuro Passado. Contribuição à Semântica dos tempos histó (...)

1L’objectif de cet article est d’examiner l’usage de la pensée de Carl Schmitt fait par le juriste Miguel Reale pour légitimer le coup d’État de 1964 au Brésil. Pour ce faire, nous nous appuyons méthodologiquement sur les réflexions développées par plusieurs auteurs autour des circulations des idées et des transferts culturels1 et sur l’historicité des concepts politiques2. Il convient de préciser d’emblée qu’il ne s’agit pas d’une étude, ni de l’ensemble de la pensée des deux juristes, ni des différentes circonstances de publications et de réceptions de leurs écrits sur le moyen terme. Notre prétention ici est plus modeste, à savoir analyser l’un des usages politiques du célèbre juriste allemand dans un moment précis et crucial de la vie politique brésilienne.

  • 3 Il sera à nouveau président de l’Université de São Paulo pendant le gouvernement (...)
  • 4 Reale, Miguel, Teoria Tridimensional do Direito, São Paulo, Editora (...)
  • 5 Reale, Miguel, O Direito como experiência, São Paulo, Editora Saraiv (...)
  • 6 Reale, Miguel, Experiência e cultura, São Paulo, Editora Saraiva, 1977.
  • 7 O Estado Moderno et Formação da Política Burguesa (1934) ; Capitalismo Interna (...)
  • 8 Reale, Miguel, Fundamentos do Direito, São Paulo: Revista dos Tribun (...)
  • 9 Reale, Miguel, Teoria do Direito e do Estado, São Paulo: Saraiva, 1984 [1940].
  • 10 Reale, Miguel, Filosofia do Direito, São Paulo: Saraiva, 2002 [1953]
  • 11 Reale, Miguel, Horizontes do Direito e da História, São Paulo: Saraiva, 1956.
  • 12 Reale, Miguel, Nos quadrantes do direito positivo, São Paulo: Editora Michalany, 1960.
  • 13 Reale, Miguel, A doutrina de Kant no Brasil. URL: file:///Users/diogoarruda/Do (...)
  • 14 Reale, Miguel, A Filosofia em São Paulo, São Paulo: Editora da Unive (...)
  • 15 Reale, Miguel, Pluralismo e Liberdade, São Paulo: Saraiva, 1963.
  • 16 Sur la Trajectoire de Miguel Reale, voir Reale (1987a et 1987b).

2Âgé de 53 ans au moment du coup d’État de 1964, Miguel Reale avait déjà derrière lui une trajectoire politique et intellectuelle remarquable, étant l’un des juristes les plus renommés du pays. Il avait été le numéro 2 de l’Action Intégraliste Brésilienne (AIB) dans les années 1930. Après sa rupture avec l’AIB, il occupa plusieurs postes importants : professeur de philosophie du droit à la Faculté de Droit de São Paulo dès 1941, il fut aussi membre du Conseil Administratif de l’État de São Paulo à la fin de la dictature de l’Estado Novo ; président de l’Université de São Paulo à la fin des années 1940, alors qu’il n’avait que 39 ans3 ; et, au début des années 1950, Secrétaire à la Justice pour la première fois, également sous le gouvernement Barros. Sur le plan intellectuel, bien qu’il n’ait pas encore publié certains de ses ouvrages les plus connus – tels que Teoria Tridimensional do Direito4, O Direito como Experiência5 ou Experiência e Cultura6 –, il était déjà l’auteur d’une œuvre imposante : entre 22 et 27 ans, il avait écrit ce qu’on a appelé son « œuvre intégraliste »7 ; dans le domaine du droit, il avait publié les deux thèses qu’il avait préparées pour son concours à la Faculté de Droit de São Paulo, Fundamentos do Direito8 et Teoria do Direito e do Estado9 en 1940 ; puis Filosofia do Direito10, en 1953 ; Horizontes do Direito e da História11, en 1956 ; Nos Quadrantes do Direito Positivo12, en 1960. Dans le domaine de la philosophie, ses principaux ouvrages seront écrits plus tard, mais il était déjà l’auteur d’un manuscrit intitulé A Doutrina de Kant no Brasil13, de 1949 ; A Filosofia em São Paulo14, de 1962 ; et Pluralismo e Liberdade15, publié en 1963. Enfin, il avait participé à la création du célèbre Instituto de Estudos Sociais Brasileiros, l’ISEB, dont il s’est rapidement retiré, et avait fondé l’Instituto Brasileiro de Filosofia (IBF) et la revue Revista Brasileira de Filosofia16.

  • 17 Une fois les militaires victorieux, Reale a continué à prendre en charge plusieurs respo (...)
  • 18 Reale, Miguel, Imperativos da Revolução de Março, São Paulo, Livraria Martins Editôra, (...)
  • 19 Reale, Miguel, Problemas do nosso tempo, São Paulo, Editorial Grija (...)
  • 20 Reale, Miguel, Da Revolução à democracia, São Paulo, Editora Convívio, 1977.
  • 21 Reale, Miguel, Política de ontem e de hoje, São Paulo, Saraiva, 1978

3Dans les années 1960, l’engagement politique de Reale ne se limite pas à sa participation active au putsch – dont l’importance n’est pas négligeable dans la mesure où c’est lui qui fait le lien entre Adhemar de Barros et les autres secteurs de la droite de São Paulo qui ne faisaient pas confiance au gouverneur17. Il a aussi fourni un fondement intellectuel en vue de justifier l’action des militaires, car il fut l’un des idéologues de droite qui a le plus écrit sur 1964 et la dictature, cherchant à légitimer à la fois le coup d’État – qui, comme on va le voir, avait été pour lui une « révolution » – et le régime militaire. Entre 1964 et 1979, en plus d’innombrables articles dans des journaux et hebdomadaires, ainsi que plusieurs conférences, il a publié quatre livres de conjoncture politique : Imperativos da Revolução de Março18, Problemas do nosso tempo19, Da Revolução à Democracia20 e Política de ontem e de hoje21.

  • 22 Une étude approfondie de l’évolution de la pensée de Miguel Reale entre les an (...)

4Comme il s’agit de recueils d’articles et de conférences, une lecture pressée de son « œuvre politique » des années 1960 et 1970 peut donner l’impression erronée qu’il s’agit d’analyses de conjoncture plus ou moins superficielle. Il n’en est rien. Ces travaux offrent, à nos yeux, une pensée politique systématique et cohérente, fondamentalement antilibérale, anticommuniste et antiparlementaire, ainsi qu’une proposition d’organisation politique autoritaire que Reale appelait « démocratie sociale ». Il convient de noter que la pensée politique de sa maturité avait évolué par rapport à celle « intégraliste » de sa jeunesse. D’un corporatisme fasciste autoritaire dans les années 1930, Reale est passé à une pensée qui restait certes autoritaire et antilibérale, mais dûment décantée des références fascistes et désormais fondée sur des outils conceptuels philosophiques et juridiques sophistiqués, où la pensée du juriste allemand Carl Schmitt occupait une place centrale22.

5En ce qui concerne cet article, il est divisé en trois parties. Dans la première, nous menons une brève réflexion sur le pouvoir de nuisance des intellectuels autoritaires par rapport à la démocratie. Dans la seconde, nous examinons les travaux de Carl Schmitt et nous mettons en exergue ses principaux concepts politiques et juridiques utilisés par Miguel Reale. Dans la troisième, enfin, nous analysons comment Reale les a opérationnalisés pour expliquer et, surtout, légitimer la prise de pouvoir militaire en 1964.

Les intellectuels contre la démocratie : Carl Schmitt et Miguel Reale, des « esprits dangereux » des deux côtés de l’Atlantique

  • 23 L’expression « esprit dangereux » est tirée du titre en français de l’ouvrage de (...)
  • 24 Ory, Pascal (Sous la direction de), Dernières questions aux intellectuels, Par (...)
  • 25 Benda, Julien, La trahison des clercs, Paris, Grasset, 2003 [1927].
  • 26 Ibid., p. 166.
  • 27 Dosse, François, La Marche des idées. Histoire des intellectuels – h (...)

6L’étude23 d’intellectuels tels que Carl Schmitt et Miguel Reale, en particulier dans des contextes aussi dramatiques de la vie politique de leurs pays respectifs, conduit à une question complexe pour le chercheur : la responsabilité des intellectuels – et des idées qu’ils portent – dans les événements historiques. L’une des définitions du terme intellectuel renvoie aux hommes et aux femmes issus du domaine de la création ou de la médiation culturelle qui s’engagent dans le débat public au nom de la vérité et de la justice24. Il y a une dimension éthique incontournable dans cette définition, selon laquelle ce qui légitime l’intellectuel à être apte à « dire la vérité au pouvoir au nom de la justice » n’est pas seulement la reconnaissance acquise par ce dernier dans un domaine de l’activité culturelle quelconque, mais également sa réputation morale et éthique. Cette dimension a une « tradition », pour ainsi dire, qui remonte à des conceptions élaborées au cours de la première moitié du XXe siècle sur le rôle que l’intellectuel doit jouer dans la société. L’une des plus remarquables dans ce sens est celle de Julien Benda, auteur de La trahison des clercs25, pour qui l’intellectuel doit se définir par une mission : celle de porteur de valeurs universelles. La « trahison » évoquée dans le titre de son ouvrage était celle d’intellectuels qui avaient abandonné le monde des valeurs abstraites et intemporelles pour s’engager dans le combat politique au nom des passions « nationales », « de race » et « de classe »26. En ce sens, la mission de l’intellectuel a acquis une connotation presque religieuse et, par conséquent, a fait de ce personnage une catégorie extrêmement réduite. Comme le rappelle François Dosse27, il y a dans l’œuvre de Benda un véritable transfert de divinité des représentants de l’Église, qui perdaient leur autorité, aux intellectuels, qu’il définit comme un sacerdoce.

  • 28 Saïd, Edward, Des intellectuels et du pouvoir, Paris, Seuil, 1996.
  • 29 Ibid., p. 27.

7Cette conception a traversé le siècle et a été récemment renouvelée par Edward Saïd28, pour qui l’intellectuel doit exercer un rôle public dans la société qui ne se réduit pas à son statut professionnel. Il doit être doté de la faculté de représenter, incarner et exprimer un message, une vision ou une position devant un public. Ce rôle a des règles et ne peut être exercé que par ceux qui se sentent en mesure de poser publiquement les problèmes qui préoccupent, d’affronter l’orthodoxie et les dogmes, qui ne sont pas au service des gouvernements ou des grandes entreprises et dont la raison d’être est de représenter toutes les personnes et tous les problèmes systématiquement oubliés ou laissés pour compte29.

  • 30 Sirinelli, Jean-François, “Os intelectuais”, In: Rémond, René (org.), Por uma (...)
  • 31 Popper, Karl, A Sociedade aberta e seus inimigos, Rio de Janeiro: It (...)
  • 32 Judt, Tony, Passado imperfeito. Um olhar crítico sobre a intelectualidade francesa no pó (...)

8Penser la dimension éthique implique cependant de penser l’envers de la médaille : la dimension perverse que peut exercer cet acteur politique. Comme l’interrogeait Jean-François Sirinelli30, dans quelle mesure Karl Marx était-il responsable du Goulag ? Jean-Jacques Rousseau ou même Platon peuvent-ils être considérés comme les premiers penseurs totalitaires ? Historiens, philosophes et politologues ne sont pas indifférents à ces questions, comme en témoignent le classique La société ouverte et ses ennemis de Karl Popper31 ou encore les réflexions plus récentes de Tony Judt32 sur l’aveuglement des intellectuels français dans l’après-guerre par rapport aux crimes du communisme.

  • 33 Müller, Jan-Werner, Carl Schmitt : un esprit dangereux, Paris, Armand Colin, 2007.

9Carl Schmitt est probablement l’un des penseurs les plus célébrés et en même temps un des plus vilipendés du XXe siècle. Il a été loué par certains pour son érudition et son style et pour avoir compris les impasses de la modernité et la nature du politique ; il a été répudié par d’autres pour sa collaboration avec le régime nazi, son antilibéralisme, son antiparlementarisme et son antisémitisme ouvert, qu’il a maintenus jusqu’à la fin de sa vie. Depuis qu’il a commencé à écrire dans les années 1910, celui qui a été le plus grand juriste de la République de Weimar, élevé au rang de Konjurist du Deutsche Reich après 1933, n’a cessé de séduire, de l’extrême-droite à l’extrême-gauche, jusqu’à nos jours. Au cours des deux dernières décennies, il y a eu même un regain d’intérêt pour sa figure et ses écrits. Dans un ouvrage remarquable, intitulé Carl Schmitt : un esprit dangereux33, Jan-Werner Müller a retracé l’histoire de la réception des œuvres de Carl Schmitt tout au long du XXe siècle, notamment en Allemagne, mais aussi dans les pays où sa pensée avait trouvé refuge, à savoir le Portugal salazariste, l’Espagne franquiste et dans les cercles extrémistes de gauche en Italie. Si Müller finit par révéler un certain manque de substance chez les auteurs que Schmitt a influencés, la capacité de l’auteur de Théologie politique à pointer les problèmes du libéralisme et de la démocratie libérale – et, ce faisant, à proposer des armes pour les détruire – justifie le titre donné par Müller à son ouvrage.

  • 34 Sur Francisco Campos lecteur de Carl Schmitt, voir notamment Santos, Rogério Dultra, “Fr (...)

10Toujours est-il que l’« esprit dangereux » de Schmitt a également eu des conséquences pour le Brésil à deux moments décisifs du XXe siècle : lors des coups d’État de Getúlio Vargas en 1937 et des militaires en 1964. Les trois décennies allant de 1930 à 1964 ont été l’« âge d’or » d’un constitutionnalisme antilibéral incarné par deux grands juristes « schmittiens » : Francisco Campos, architecte constitutionnel de l’Estado Novo, avec sa théorie centrée sur une société de masse, selon le modèle d’une dictature autocratique et plébiscitaire ; et Miguel Reale, l’un des théoriciens de la « Révolution de 1964 » et partisan d’un modèle de « démocratie forte », garante de « la sécurité et du développement ». Tous deux ont théorisé la dissociation entre libéralisme et démocratie34.

Carl Schmitt : exception, décisionnisme et pouvoir constituant

11La défaite allemande lors de la Première Guerre mondiale a été suivie d’une série de mesures sévères imposées par le traité de Versailles. Signé en France en 1919, le traité désignait l’Allemagne comme responsable de la guerre, revenant à ce pays le devoir de réparer les préjudices qu’il avait causés à ses adversaires dans le conflit. Les termes du traité comprenaient la perte de territoire au profit des nations limitrophes, des colonies en Afrique, le désarmement et la réduction des effectifs de l’armée. C’est dans ce contexte d’humiliation ressentie par le peuple allemand que s’est construite la République de Weimar.

12Le système de gouvernement qui a été établi en Allemagne à la suite du conflit prévoyait une république démocratique dans laquelle le président était chargé de nommer un chancelier à la tête du pouvoir exécutif. Sa Constitution est considérée, avec celle du Mexique, comme l’une des premières au monde à prendre en compte des questions sociales. Cependant, le moment turbulent marqué par la défaite, les punitions imposées par les puissances victorieuses et les difficultés extrêmes qui s’ensuivirent ont transformé la République de Weimar en un théâtre de violents conflits politiques. C’est dans cette arène de conflits, amplifiée par la grave crise de 1929, que la droite radicale gagne du terrain. La République de Weimar sera marquée par divers actes d’autoritarisme au cours de son existence. Bien que sa Constitution n’ait pas été révisée en 1933, avec l’arrivée d’Adolf Hitler au pouvoir et la montée en puissance du totalitarisme nazi, la République de Weimar a connu une phase finale qui a conduit à une autre guerre de grandes proportions, avec la perte de millions de vies humaines et une nouvelle défaite allemande.

13C’est dans le contexte de la montée de l’autoritarisme en Allemagne dans les années 1920 et 1930 que se démarque Carl Schmitt, qui a acquis une notoriété du fait de son approche de l’État d’exception. C’est à partir de son explication théorique de l’exception qu’émergent dans son œuvre d’autres concepts fondamentaux pour la compréhension de sa pensée et qui résonnent encore dans le débat juridico-politique.

  • 35 Rodrigues, Cândido Moreira, “Apontamentos Sobre o Pensamento de Carl Schmitt: um intelec (...)

14Carl Schmitt est né en Allemagne en 1888 et a soutenu sa thèse de doctorat en droit en 1910. Au cours de cette décennie, il a commencé à publier ses premiers articles critiques envers le libéralisme et les présupposés de l’État de droit. Après l’instauration de la République de Weimar, il a commencé à attaquer le système démocratique parlementaire allemand. Schmitt était un adversaire du normativisme pur, car pour lui l’ordre juridique devait être fondé sur la décision et non sur la norme. Il proposait ainsi de récupérer la souveraineté au moyen de l’exception à l’ordre politique et social. Pour le juriste allemand, la société était en train de traverser trois types de crises : la crise de la démocratie, qui ne prenait en compte que l’égalité et la volonté des égaux ; la crise de l’État moderne, incapable de construire une quelconque forme d’État et encore moins un État démocratique ; et la crise du système parlementaire, union ratée de la démocratie et du libéralisme35.

  • 36 Corval, Paulo, “Carl Schmitt e o Estado de Exceção”, Revista Acadêmica de Dire (...)

15Opposant de l’État de Weimar, Schmitt proposait un État total qualitatif ou fort, afin qu’il soit autoritaire dans le domaine politique, garant de l’unité, surmontant le pluralisme, en mesure d’éviter la politisation économique et n’intervenant dans le domaine économique que pour neutraliser les conflits36. Ainsi, Schmitt s’intéresse au fascisme italien, qu’il reconnaît comme antilibéral mais pas antidémocratique.

  • 37 Pietro, Evaristo. Poder, “Soberania e Exceção: uma leitura de Carl Schmitt”, R (...)

16Pour Evaristo Prieto37, l’apologie de l’exception dans l’œuvre de Carl Schmitt ne peut être comprise sans considérer la dépréciation du concept de norme. Mais en traitant l’exception, Schmitt ne s’est pas limité aux décrets d’urgence ou à l’état de siège. Son exception avait un sens plus large pour la théorie de l’État, dans laquelle l’aspect plus pratique de l’état de siège était inclus.

  • 38 Brito, Miguel Nogueira de, A Exceção no Pensamento Político e Jurídico de Carl (...)

17Bien qu’il ait réfléchi à cette expansion de la notion d’exception, les formulations pratiques de l’état de siège étaient également importantes pour Carl Schmitt. L’Allemand a lu, par exemple, l’œuvre de Théodore Reinach et, en 1916, a écrit un article intitulé « La dictature et l’état de siège » dans lequel il qualifiait l’état de siège de situation de pure administration dans laquelle la séparation des pouvoirs était abolie38. On notera que Schmitt y faisait référence dans sa notion initiale en France, dans laquelle les pouvoirs d’administrer un lieu déterminé étaient concentrés dans le commandement militaire. Plus tard, le juriste y reviendra de façon plus approfondie.

  • 39 Schmitt, Carl, La Dictadura, Madrid: Revista de Ocidente, 1968 [1921].
  • 40 Schmitt, Carl, Teología Política, Madrid: Trotta, 2009 [1922].
  • 41 Schmitt, Carl, La notion de politique. Théorie du partisan, Paris, Flammarion, 1992 [192 (...)
  • 42 Schmitt, Carl, Théorie de la Constitution, Paris, PUF, 1993 [1931].

18Ses principaux ouvrages pendant cette période ont été La dictature39, Théologie politique40, La notion de politique41 et Théorie de la Constitution42. Tout au long de ces travaux, Schmitt discute de souveraineté, d’exception et d’ennemi, qui sont des notions importantes pour comprendre ses idées.

  • 43 Philosophe et homme politique espagnol de mouvance catholique et ultraréactionnaire, il (...)
  • 44 Rodrigues, Cândido Moreira, “Apontamentos Sobre o Pensamento de Carl Schmitt: (...)
  • 45 Goupy, Marie, L’Essor de la théorie juridico-politique sur l’état d’exception (...)
  • 46 Vieira, Luiz Vicente, “A Produtividade do Pensamento de Carl Schmitt na Crític (...)

19Influencé par l’Espagnol Juan Donoso Cortés43, Carl Schmitt a défendu la souveraineté comme étant une question de décision sur l’exception soutenant que l’ordre et la sécurité publique étaient des décisions souveraines de l’État qui devait faire usage de la loi martiale et de l’état de siège44. Toujours à propos de l’exception, la théorie politique de Schmitt visait à dépolitiser la société pour reconstruire le monopole de l’État sur le politique, qu’il considérait comme menacé par le processus de démocratisation. En ce sens, sa théorie de l’état d’exception serait l’un des principaux opérateurs de cette reconstruction45. En complément de ces notions, le concept d’ennemi chez lui ne concernait donc pas un adversaire privé, mais un ennemi public que l’État aurait le pouvoir de définir46.

  • 47 Schmitt, Carl, La Dictadura, op. cit., p. 173-183.
  • 48 Ibid., p. 194-195.

20La prééminence du politique sur le juridique dans la pensée de Schmitt est plus clairement traitée dans La dictature. Il y exprime l’idée que l’État peut utiliser des moyens d’exception pour garantir les droits contre les désordres et les menaces extérieures. C’est également dans cet ouvrage que le juriste a présenté sa distinction entre dictature de commission et dictature souveraine, où la première découle d’une Constitution existante et la seconde est constituante. En ce sens, la dictature de commission suspendrait la Constitution pour protéger sa propre existence concrète, sans perdre sa validité, car elle représenterait l’exception concrète. Une fois la menace surmontée, le rôle du dictateur de commission prend fin. La dictature souveraine, quant à elle, ne suspendrait pas la Constitution en utilisant un droit fondé sur elle, mais aspirerait à en créer une nouvelle à mettre en œuvre47. Ainsi, peut-on appeler dictature, selon les mots de Carl Schmitt48, « toute exception à une situation considérée comme juste, car ce que ce mot désigne est déjà une exception de la démocratie, c’est déjà une exception aux droits de liberté garantis par la Constitution, elle est déjà une exception à la séparation des pouvoirs ou une exception au développement organique des choses ».

21Dans le dernier chapitre de La dictature, le juriste allemand s’applique à réfléchir sur l’état de siège en tant que dictature dans l’ordre de l’État de droit existant. Dans un premier temps, il traite la loi martiale comme un précédent de l’état de siège français, puis examine les prérogatives de cet instrument créé pendant la Révolution française. Schmitt réinterprète l’état de siège pour tenter de montrer comment il est passé d’une législation militaire technique à une disposition légale d’exception. Ensuite, il utilise ces réflexions pour discuter des dispositions connexes de la Constitution de Weimar de 1919.

  • 49 Ibid., p. 225.

22Pour le juriste allemand, ce qui s’est passé en 1848 en France a conduit à une réglementation légale de l’état de siège, signalant un point final dans son développement. Avec la loi de 1849, il revenait au gouvernement de décider de l’état de siège politique ou fictif et de la solution à ces questions, de la compétence et du présupposé de sa déclaration et du contenu des facultés du commandant militaire. La loi supposait que tous les citoyens garderaient leurs droits constitutionnels garantis, et le règlement devait énumérer les droits suspendus pendant un état de siège. Ainsi, Schmitt considérait que la suspension d’un droit était liée à une régulation positive de l’état d’exception49.

  • 50 Vieira, Luiz Vicente, “A Produtividade do Pensamento de Carl Schmitt na Crítica (...)

23La citation qui ouvre cette partie du texte est aussi celle qui commence l’ouvrage Théologie politique, de 1922. Ce thème y est particulièrement développé pour argumenter non seulement que l’exception révèle le souverain, mais que c’est aussi le souverain qui décide de la suspension de la normalité juridique. Le souverain serait en marge de l’ordre juridique en vigueur en pouvant décider de la suspension de la Constitution50.

  • 51 Schmitt, Carl, Teología Política, op. cit., p. 13-20.

24Dans Théologie politique, les termes dictature et état de siège disparaissent. Schmitt examine l’état d’exception comme un concept général de doctrine étatique, et non pas comme un décret ou un état de siège, déplaçant son accent sur la souveraineté. Pour le juriste, le cas exceptionnel peut être qualifié de cas d’extrême nécessité, de danger pour l’existence de l’État, mais qui ne peut être strictement délimité. Quoi qu’il en soit, dit-il, « l’exception est plus intéressante que le cas normal. Le normal ne prouve rien, l’exception, tout. Non seulement il confirme la règle, mais il vit grâce à elle »51.

  • 52 Rodrigues, Cândido Moreira, “Apontamentos Sobre o Pensamento de Carl Schmitt: um intelec (...)
  • 53 Corval, Paulo, “Carl Schmitt e o Estado de Exceção”, Revista Acadêmica de Direito da (...)

25Le concept de souveraineté est traité dans cet ouvrage comme une limite en soi, qui se révèle surtout dans un moment d’exception. Le souverain prend les mesures pour rétablir l’ordre, et peut même suspendre l’ordre juridique en vigueur à cet effet. De telle sorte que l’état d’exception n’est pas l’anarchie, car l’ordre demeure même s’il n’est pas juridique. Ainsi, pour Schmitt, l’état d’exception n’est ni extérieur ni intérieur à la loi. La souveraineté étatique serait dans le monopole de la décision sur l’état d’exception52. Les notions de souveraineté et de souverain se complètent, car c’est le sujet de la souveraineté qui a la compétence de prendre la décision. De plus, l’État serait supérieur à la loi et à la norme juridique, de sorte qu’il peut suspendre la loi pour justifier son existence53. Les concepts schmittiens de décision et de souveraineté sont particulièrement importants pour notre analyse puisque, comme nous le verrons plus loin, ils seront mobilisés par Miguel Reale pour légitimer le coup d’État de 1964. Comme Schmitt, Reale utilisera le concept de décision pour légitimer la constitution d’un État autoritaire. Pour les deux juristes, il est moins important de savoir comment les décisions sont prises et par qui, plutôt que le fait qu’elles soient prises. Bref, comme le dit Müller (2007), l’État n’a pas besoin d’être soumis à la loi pour créer la loi.

26Dans l’ouvrage La notion de politique, de 1927, Schmitt crée une définition du politique basée sur les catégories ami et ennemi. C’est là qu’il évoque l’idée d’éliminer l’hétérogène, en refusant une société politiquement pluraliste. Le juriste dit que :

  • 54 Schmitt, Carl, La notion de politique. Théorie du partisan, op. cit., p. 64-65.

L’ennemi politique ne sera pas nécessairement mauvais dans l’ordre de la moralité ou laid dans l’ordre esthétique, il ne jouera pas forcément le rôle d’un concurrent au niveau de l’économie, il pourra même, à l’occasion, paraître avantageux de faire des affaires avec lui. Il se trouve simplement qu’il est l’autre, l’étranger, et il suffit, pour définir sa nature, qu’il soit, dans son existence même et en un sens particulièrement fort, cet être autre, étranger et tel qu’à la limite des conflits avec lui soient possibles qui ne sauraient être résolus ni par un ensemble de normes générales établies à l’avance, ni par la sentence d’un tiers, réputé non concerné et impartial54.

27Ainsi Schmitt déclare que revient à l’État la possibilité réelle de déterminer l’ennemi dans le cas donné par la force de sa propre décision de le combattre.

  • 55 Ibid., p. 84-85.

Les moyens techniques du combat, l’organisation de l’armée, les chances de gagner la guerre, tout cela est sans importance pour notre propos tant que le peuple politiquement uni est prêt à se battre pour son existence et pour son indépendance, en déterminant de son propre chef en quoi consistent son indépendance et sa liberté55.

  • 56 Bercovici, Gilberto, “Carl Schmitt, o Estado Total e o Guardião da Constituiçã (...)
  • 57 “Carl Schmitt x Hans Kelsen: defensor ou senhor da Constituição”, Revista da F (...)

28Cette réflexion menait logiquement à une autre, celle concernant le gardien de la Constitution, un débat que Schmitt a notamment tenu avec Hans Kelsen. Pour Schmitt, la défense de la Constitution devrait être faite par le souverain, détenteur du pouvoir politique, qui pourrait être du ressort du président de la République. Ce souverain pourrait être en mesure d’intervenir à tout moment dans le monde juridique, car il est le pouvoir ultime qui n’est soumis à aucun autre. Pour Kelsen, la défense de la Constitution devrait être assurée par un organe spécifique, une Cour constitutionnelle. Cette solution était disqualifiée par Schmitt, car elle ne pouvait se produire que dans un État où toute la vie politique serait soumise au contrôle des tribunaux, avec pour conséquence une politisation de la justice56. Selon Roberto Bueno Pinto57, le débat qui soutient la question est l’idée selon laquelle le droit est soumis à la politique, chez Schmitt, ou selon laquelle la politique est soumise au droit, chez Kelsen.

  • 58 Ibid., p. 108-109.
  • 59 “Carl Schmitt e o Estado de Exceção”, op. cit., p. 10.

29Schmitt met particulièrement l’accent sur l’article 48 de la Constitution de Weimar, à propos duquel il développe des critiques concernant la capacité du président à émettre des décrets de substitution de loi. Pour le juriste, le Parlement serait incapable d’être le gardien de la Constitution, car le premier ne peut exister que par le pouvoir discrétionnaire du président, c’est-à-dire l’état d’exception. Ainsi, les concepts de dictateur et de gardien de la Constitution sont liés dans les travaux de Carl Schmitt à une théorie politique spécifique et bien établie, dont l’explication est l’approfondissement de la dictature en vue du règlement des problèmes de la démocratie de Weimar58. Comme le souligne également Paulo Corval59, la Constitution n’est valable dans la pensée de Schmitt que lorsqu’elle émane d’un pouvoir constituant, ce qui fait aussi que souveraineté et pouvoir constituant se confondent.

  • 60 Müller, Jan-Werner, Carl Schmitt : un esprit dangereux, op. cit., 2007.

30Le pouvoir constituant est le deuxième concept schmittien mobilisé par Miguel Reale lors du coup d’État de 1964. Dans sa Théorie de la Constitution, l’ambition de Schmitt est de reconstituer une théorie unifiée de l’État à un moment où l’État semble avoir perdu ses fonctions d’intégration et de participation. L’interprétation de Carl Schmitt faite par le théoricien Jan-Werner Müller nous paraît particulièrement éclairante, et pour la compréhension de la pensée du juriste allemand, et pour les usages qui en ont été faits au XXe siècle. Comme le synthétise très bien le théoricien60, Schmitt fait une distinction entre une partie proprement politique de la Constitution de Weimar et une partie qui révèle l’État de droit (Rechtsstaat), libéral et apolitique. La partie politique contient et formule la décision en faveur de la constitution fondamentale, c’est-à-dire une « décision globale » en faveur de la « forme d’existence politique » que le peuple a choisie. La partie apolitique a pour objet la séparation des pouvoirs et des droits individuels, contient des dispositions visant à protéger les citoyens contre le pouvoir politique et ne peut constituer à elle seule un État.

31En ce qui concerne la partie politique de la Constitution, Schmitt la conçoit essentiellement en termes de libre décision de la nation, sans fondement normatif. La nation ne se confond pas avec l’État, défini par Schmitt comme le « statut d’unité politique ». L’État précède la « prise de conscience nationale », constituant l’une de ses conditions, de la même manière que les souverains absolus ont fait de leurs pays une unité politique, et c’est dans ce contexte que la nation « prend conscience d’elle-même ». Cependant, la nation, en plus de donner à l’État un nouveau contenu et une nouvelle « substance », renforce le pouvoir de l’État en mobilisant le peuple de manière constante et délibérée. L’influence des écrits de Sieyès sur Schmitt concernant la souveraineté populaire du tiers état est bien connue. Le juriste allemand reprend les idées de l’abbé révolutionnaire français pour affirmer que le pouvoir constituant présuppose « la volonté consciente d’exister politiquement, donc une nation ». Le cas paradigmatique est la Révolution française, lorsqu’« un peuple a pris son destin en main en toute connaissance de cause et a librement décidé du genre et de la forme de son existence politique ».

32La puissance de la nation est par essence illimitée, précisément parce qu’elle n’est pas constituée et que la volonté politique nationale reste présente à côté et au-dessus de la Constitution. Pour changer la Constitution, il suffit que la « substance » de l’État, c’est-à-dire la nation, se réaffirme dans l’immédiateté de son pouvoir absolu. Le pouvoir constitué, c’est-à-dire l’État, si puissant qu’il puisse paraître extérieurement, dépend donc toujours de la volonté d’une nation « substantielle » en tant que pouvoir constituant et de sa capacité à interrompre chaque jour ce pouvoir politique tel qu’il s’est constitué.

  • 61 Müller, Jan-Werner, Carl Schmitt : un esprit dangereux, op. cit., 2007.
  • 62 Schmitt, Carl, Le gardien de la Constitution, Paris, Dalloz, 2015.

33Schmitt affirme donc que l’État est fondé sur deux principes, celui de l’identité du Volk présent en tant qu’unité politique lorsqu’il est capable de distinguer ami et ennemi en vertu de sa propre conscience politique et volonté nationale, et celui de la représentation en vertu de laquelle l’unité politique est incarnée par le gouvernement. D’après l’interprétation de l’œuvre de Schmitt par Müller61, qui à nos yeux s’applique à l’autoritarisme de Miguel Reale en général et à sa position par rapport au coup d’État de 1964 et à la dictature militaire en particulier, il y a derrière une apparente interprétation du constitutionnalisme démocratique libéral une opposition au libéralisme et à la démocratie. Pour Schmitt comme pour Reale, la notion de démocratie a peu à voir avec une quelconque forme d’autodétermination collective, étant plutôt affirmée extérieurement, mais entravée et rendue compatible avec l’autoritarisme62.

  • 63 Tavares, Marcelo Leonardo, Estado de Emergência: o controle do poder em situaç (...)

34L’œuvre juridique de Schmitt repose donc sur une décision, et non sur une autre norme. Ainsi la décision serait la nécessité politique de faire face à un adversaire, et au souverain reviendrait de décider l’état d’exception et d’établir la relation ami/ennemi de l’État63.

Miguel Reale lecteur de Carl Schmitt et le coup d’État de 1964 : décision, antilibéralisme et antiparlementarisme

  • 64 Une étude approfondie sur les continuités de la pensée autoritaire-conservatrice au Brés (...)

35Au Brésil, l’œuvre de Carl Schmitt a reçu un large accueil dans le monde juridique depuis les années 1930. Cela peut être constaté par la lecture de constitutionnalistes tels qu’Araújo Castro, Themístocles Cavalcanti, Pedro Calmon, Luís Pinto Ferreira, Manoel Gonçalves Ferreira Filho ou encore le célèbre Pontes de Miranda. Or, si Schmitt apparaît dans les travaux de ces constitutionnalistes brésiliens, pour deux autres, comme nous l’avons évoqué dans l’introduction, le juriste allemand n’était pas seulement un objet d’étude ou une source de réflexion, mais surtout un auteur dont les concepts étaient utilisés dans les combats politiques de leur temps et qui a eu des effets concrets sur le processus politique brésilien : Francisco Campos et Miguel Reale64.

  • 65 Reale, Miguel, Memórias, volume 2, op. cit. p. 123-134.

36Dans le second tome de ses mémoires, dans un chapitre intitulé « Révolution ou coup d’État ? »65, Reale discute du caractère de la prise du pouvoir par les militaires et, plus précisément, de ce qui s’est passé en 1964, à savoir si cela a été un coup d’État ou une révolution. Dans un passage, le juriste déclare que si Costa e Silva

  • 66 Ibid., p. 124.

N’avait rien fait pour le mouvement de mars, une fois investi dans le Commandement de la Révolution, il a fait preuve d’énergie et de décision inhabituelle, changeant le cours des événements, au point de convertir ce qui aurait pu être un autre coup d’État, du type latino-américain, en un acte révolutionnaire authentique66.

37Plus loin, il reproduit le récit que lui aurait fait Adhemar de Barros d’une rencontre entre Costa e Silva et les gouverneurs favorables au putsch, rencontre qui a défini le choix du maréchal Castelo Branco comme président de la République. Pour Reale, la façon dont Costa e Silva a dirigé la réunion et le processus dans son ensemble signifiait que, pour le général, il y avait un fait révolutionnaire :

  • 67 Ibid., p. 126.

En entendant ces mots [d’Adhemar de Barros], j’ai compris qu’il y avait pour Costa e Silva un fait révolutionnaire qui se légitimait, même si sa connaissance de la thèse décisionniste était improbable. C’est cependant cette position théorique, inspirée des enseignements de Carl Schmitt, qui a guidé les premiers pas de la Révolution, d’abord lorsque Costa e Silva a été nommé ministre de la Guerre à la tête du Commandement révolutionnaire, avec le vice-amiral lieutenant le brigadier Augusto Rademaker et le brigadier Correa de Mello, dispensant le décret par lequel le président Ranieri Mazzilli entendait l’investir dans le ministère ; et, plus tard, lors du décret de l’Acte Institutionnel qui, en théorie, ne devait pas avoir de numéro, car il était destiné à une phase transitoire, en dehors des impératifs constitutionnels67.

38Évoquant la prise de contrôle militaire dans ses mémoires, plus de 20 ans après l’événement, Reale a déclaré que le décisionnisme de Carl Schmitt était au centre du préambule de l’Acte Institutionnel du 10 avril 1964, rédigé par Francisco Campos. C’est ce document qui, pour Reale, a légitimé la prise de pouvoir par les militaires et l’a distinguée comme une révolution et non pas comme un simple coup d’État latino-américain. Cette idée, il la défendra déjà en octobre 1964, quelques mois seulement après le putsch, dans Imperativos da Revolução de Março, dont le but est de donner une légitimité historique et juridique au nouveau régime.

39Ce petit livre a été publié par la Livraria Martins Editora, dans une collection intitulée « Lectures du peuple », dirigée par l’écrivain et journaliste conservateur Raimundo de Menezes, membre de l’Académie Paulista des Lettres. Reale y réfute la critique selon laquelle le mouvement qui a porté les militaires au pouvoir était dépourvu de programme. Selon le juriste, la « révolution du 31 mars » n’était qu’« en apparence » dépourvue de programme, et plaçait l’événement comme la phase finale d’un processus initié en 1922 :

  • 68 Reale, Miguel, Imperativos da Revolução de Março, op. cit., p. 9-10.

Ce qui m’a semblé indispensable […] était de s’enquérir des raisons profondes d’un mouvement apparemment dépourvu de tout contenu programmatique, afin de profiter des pouvoirs exceptionnels contenus dans la loi organique, non seulement pour des mesures répressives, indispensables pour rétablir l’ordre moral et politique, mais surtout pour la révision constitutionnelle et les lois fondamentales nécessaires à l’actualisation de la démocratie et au progrès culturel et économique de notre terre […] C’est la raison de ces brefs essais, dont l’objectif est de contribuer à la détermination des directions essentielles d’un événement historique qui, s’il n’a pas encore produit tous les bénéfices escomptés, ne pourra cesser de vaincre, progressivement et inexorablement, les résistances opposées aux idéaux qu’il porte, comme le dernier lien qui est celui d’un processus révolutionnaire et d’affirmation de soi qui a débuté en 192268.

40C’était la première tentative de fournir une explication cohérente au « Mouvement du 31 mars » du point de vue de l’un de ses participants. On peut séparer les essais publiés dans ce recueil, rédigés durant les six premiers mois du nouveau régime, en trois parties distinctes : la première, qui consiste en une tentative de donner un fondement historique à l’événement qui vient de se produire, en l’inscrivant dans un processus révolutionnaire de moyen terme dont le début serait 1922 ; une seconde, qui traite des problèmes politico-institutionnels qui ont précédé l’intervention des militaires ; une troisième, enfin, dans laquelle le juriste propose d’énumérer les mesures les plus urgentes à adopter par le nouveau régime. En plus des essais, on trouve une conférence donnée le 17 avril 1964 ; une interview pour le journal A Gazeta, publiée le 7 mai 1964 ; et, enfin, une proclamation radio lue dans la nuit du 1er avril 1964, quelques heures après la victoire des militaires.

41Le chapitre intitulé « L’Acte Institutionnel et la révolution de l’opinion publique » offre une perspective intéressante pour examiner l’utilisation de Carl Schmitt par Reale afin de légitimer la prise de contrôle par l’armée. Selon lui, la rupture de 1964 est le résultat d’une crise institutionnelle provoquée par l’absence d’autorité des pouvoirs exécutif et législatif. Selon l’interprétation du juriste brésilien, faite à chaud, l’unité du pays – ou « l’idée fédérale », terme également utilisé par lui – était gravement menacée dans les premiers mois de 1964. Face à ce risque de fragmentation et de guerre civile, après avoir menacé l’existence même de la nation, trois États de la fédération ont réussi à maintenir l’unité du pays grâce à l’action de leurs gouverneurs : São Paulo, gouverné par Adhemar de Barros ; Minas Gerais, gouverné par Magalhães Pinto ; et Guanabara, gouverné par Carlos Lacerda. Suivant l’interprétation de Reale, le pays a commencé à « s’écarter » de la démocratie avec Jânio Quadros en 1961, une dérive qui s’est accentuée lorsque João Goulart a pris le pouvoir. C’est en ce sens que le juriste a considéré la « révolution » de 1964 comme un acte de « résistance » à la « dérive de la ligne démocratique » entamée trois ans plus tôt. L’idée d’un « Brésil authentique », si présente dans la pensée autoritaire depuis les années 1920, revient en force dans les écrits politiques de Reale dans les années 1960 :

  • 69 Ibid., p. 96.

Il n’y a donc rien d’extraordinaire à ce qu’à un moment donné les gouverneurs des États aient dénoncé les attaques répétées contre les autonomies des États et l’ordre public, ainsi que les grèves politiques dirigées qui ont dévasté la production nationale – venant ainsi à représenter le Brésil authentique et fidèle au sens de sa continuité historique. C’est donc le gouvernement de la République qui s’est mis dans un état de conspiration subversive, légitimant la réaction des forces démocratiques69.

42Il complète alors son argumentation :

  • 70 Ibid.

Lorsque le gouvernement central manque à son allégeance à la fédération, le « droit à la révolution » apparaît naturellement comme un impératif pour la survie nationale. La révolution de mars n’était pourtant pas une révolution de gouverneurs, mais une révolution du peuple brésilien qui, au moment critique, avait pour interprètes les gouverneurs des États, convertis en dépositaires de l’engagement commun70.

43Le terme « droit à la révolution », utilisé par Reale, mérite qu’on s’y arrête. Nous entrons ici dans un débat politico-juridique d’une grande complexité et c’est précisément pour fonder cette réflexion qu’il recourt au décisionnisme de Carl Schmitt. Reale se demande dans quelles circonstances une rupture institutionnelle est justifiable. Elle est justifiable, en premier lieu, pour la survie de la nation : pour Reale, la « révolution » était le seul moyen de « sauver la nation » qui était au bord de la dissolution et de la guerre civile. Mais Reale va plus loin dans cette question proprement juridique de la légitimité de certaines ruptures institutionnelles, en l’abordant au moyen d’une discussion du premier Acte Institutionnel. Il n’est pas étonnant que ce document fasse l’objet d’un traitement particulier, car, pour Reale, c’est lui qui a légitimé légalement la prise de pouvoir par les militaires. C’est avec cet argument que l’appropriation des thèses de Carl Schmitt discutées dans la partie précédente de cet article émerge avec force.

44Le juriste brésilien soutient que « l’acte révolutionnaire » a automatiquement entraîné la rupture de l’ordre juridique existant, surtout parce que la Constitution de 1946 s’était avérée incapable de freiner les projets du « communisme international ». Face à cette situation, les dirigeants de la « Révolution » n’ont vu, dans un premier temps, que deux voies possibles à suivre : soit la fermeture du Parlement, ce qui impliquerait l’instauration d’une dictature ; soit son maintien en fonctionnement, ce qui impliquerait la préservation des « anciennes structures ». Pour Reale, aucune des deux options n’était acceptable « d’un point de vue démocratique […] [qui était] celui de l’armée brésilienne ». Une « troisième voie » est alors recherchée : il s’agissait de l’Acte Institutionnel.

45Bien que largement connu, ce document mérite d’être cité. Après avoir affirmé que la prise de pouvoir militaire avait été une « authentique révolution », Francisco Campos, l’architecte institutionnel de la dictature précédente – l’Estado Novo, entre 1937 et 1945 – et fin connaisseur de l’œuvre de Carl Schmitt écrit :

  • 71 Campos, Francisco apud Fico, Carlos, O golpe de 1964. Momentos decisivos, Rio de Janeiro (...)

La révolution victorieuse s’investit dans l’exercice du pouvoir constituant. Cela se manifeste par une élection populaire ou une révolution. Cette dernière est la forme la plus expressive et la plus radicale du pouvoir constituant. Ainsi, la révolution victorieuse, en tant que pouvoir constituant, se légitime par elle-même. Elle destitue le gouvernement précédent et a la capacité de former un nouveau gouvernement. Elle contient la force normative, inhérente au pouvoir constituant. Elle édite les normes juridiques sans être limitée en cela par la normativité antérieure à sa victoire. Les dirigeants de la révolution victorieuse, grâce à l’action des forces armées et au soutien sans équivoque de la nation, représentent le peuple et exercent en son nom le pouvoir constituant, dont le peuple est le seul détenteur71.

  • 72 Reale, Miguel, Imperativos da Revolução de Março, op. cit., p. 101.
  • 73 Müller, Jan-Werner, Carl Schmitt : un esprit dangereux, op. cit., 2007.

46Les concepts schmittiens évoqués précédemment figuraient dans le préambule de ce document, notamment ceux de décision et de pouvoir constituant en tant que volonté consciente d’exister politiquement comme nation. Reale renforce cette ligne d’interprétation dans Imperativos da Revolução de Março. Si le peuple en tant que pouvoir constituant, à l’aide des forces armées et de quelques gouverneurs, avait décidé d’interrompre un ordre politique pour en créer un autre, il n’importait plus de savoir si la crise qui l’avait précédé, la rupture de 1964, aurait pu être réglée d’une autre manière : une révolution, renforce-t-il, se légitime par elle-même en instaurant un nouveau cycle dans la vie juridique, même si elle a été déclenchée en vue de « préserver l’ordre juridique antérieur »72. Nous sommes ici au cœur des thèses de la théorie de la Constitution de Carl Schmitt : l’État est le pouvoir constitué et, aussi puissant qu’il puisse paraître de l’extérieur, il dépend toujours de la volonté d’une nation « substantielle » en termes de pouvoir constituant et de sa capacité d’interrompre cette puissance politique telle qu’elle est constituée73.

47Si l’on suit le raisonnement du juriste brésilien, force est de constater que la « révolution » se trouvait dans une impasse déjà au lendemain de la victoire. Elle avait été faite pour préserver l’ordre juridique existant, mais celui-ci n’avait pas su préserver la nation des dangers auxquels elle avait été exposée, ni effectuer les réformes jugées nécessaires. Selon Reale, il serait imprudent de « consolider l’œuvre révolutionnaire » au sein d’un système jugé par le peuple « incapable de préserver la Nation contre le communisme et la corruption ». Il serait donc impératif de sortir de cette impasse et de mettre en place un nouveau système. Il assume ouvertement une position que peu d’hommes politiques et d’intellectuels conservateurs ont eu le courage d’assumer à ce moment-là, à savoir une position autoritaire, antilibérale et, pourrait-on dire, « schmittienne », en contrepoint de celle des libéraux partisans de l’intervention. Reale considérait ces derniers comme excessivement renfermés dans des « formalités légales » :

  • 74 Reale, Miguel, Imperativos da Revolução de Março, op. cit., p. 102.

Il est fort possible que certains préfèrent diagnostiquer une simple « crise dans le système » plutôt que « du système », n’opérant qu’un emplacement des gouvernements, revenant ensuite tranquillement aux règles du jeu primitif. En réalité, cependant, les courants d’opinion qui ont prévalu, déterminant la chute du gouvernement précédent, ne se sont pas explicitement occupés de tel ou tel cadre juridique et normatif, mais ont agi selon une légalité substantielle, correspondant à un ensemble de règles éthiques et des valeurs civiques, dont l’expression juridico-formelle doit être révélée par ceux qui ont assumé la responsabilité de l’insurrection armée, moment décisif, mais pas le dernier, ni le définitif, du processus révolutionnaire […] Il est indéniable que nous assistons, en réaction aux menaces national-communistes, à la formation spontanée d’une « conscience commune de vouloir » et, si selon les mots de Gerber, l’État est l’expression de cette conscience, il appartient avant tout aux élites, aux théoriciens de la Politique et du Droit, de l’amener à la plénitude de l’expression des systèmes normatifs, afin qu’elle puisse être considérée comme une « praxis » révolutionnaire. C’est ce qu’on a commencé à faire avec l’Acte Institutionnel74.

  • 75 Ibid., p. 103.

48Reale se tourne ensuite vers la défense de certains aspects controversés de l’Acte Institutionnel, tels que les purges qui ont eu lieu au lendemain du coup d’État, ainsi que son article 3, qui a renforcé le pouvoir de l’exécutif. En ce qui concerne les purges, elles auraient été selon le juriste la conséquence de l’action révolutionnaire, laquelle impliquait en elle-même l’épuration des « personnes qui trahissaient les fonctions qui leur étaient confiées, mettant la communauté nationale en danger imminent, sauvée par le recours extrême aux armes »75. Le gouvernement ne pouvait donc pas renoncer à ces pouvoirs exceptionnels pour chasser les ennemis du système politique.

49Mais les purges n’étaient pas suffisantes pour accomplir « l’immense tâche » qui attendait les responsables de la « révolution », à savoir la reconstruction nationale. Reale examine donc l’article 3 de l’Acte Institutionnel, qui a permis à l’exécutif de modifier la Constitution. Il s’agissait de faciliter et d’accélérer le processus de reconstruction nationale au détriment de la perte de pouvoir du Parlement. Reale soutient que chaque révolution signale une nouvelle phase dans la vie du droit et porte des valeurs qui justifient l’institution de normes exceptionnelles à la fois pour défendre légitimement le droit qui a été violé et pour empêcher de nouvelles attaques contre l’ordre qui doit être préservé et perfectionné. Ainsi, lorsqu’il est proclamé que le pouvoir révolutionnaire abrite le « pouvoir constituant », cela veut dire que la « révolution » est au service d’une « idée d’ordre juridique » qui devrait produire des résultats ultérieurement. En ce sens, l’idée d’« institutionnalisation du processus révolutionnaire » reviendrait à remonter jusqu’à la « racine idéologique » dont il est issu, à la « source éthique » qui a conduit à l’usage de la force, à savoir la sauvegarde de l’unité nationale et la lutte contre le communisme et la corruption. Reale prend ainsi une position clairement antilibérale et antiparlementaire :

  • 76 Ibid., p. 106-107.

Je voudrais d’emblée déclarer que, si l’article 3 est transformé en lettre morte, sous l’impact d’un libéralisme formaliste et anachronique, nous reviendrons insensiblement aux règles du jeu ancien et infortuné, sans réaliser les espoirs de la nation. Nul n’est plus coupé de la réalité que ceux qui, à cette époque, s’accrochent au « purisme présidentiel », ratant cette magnifique occasion d’introduire des réformes dans la Constitution de 1946 que la technique démocratique de notre temps exige, surtout à la lumière de l’amère expérience des 18 dernières années76.

  • 77 Schmitt, Carl, Parlementarisme et démocratie, Paris : Seuil, 1988.
  • 78 Müller, Jan-Werner, Carl Schmitt : un esprit dangereux, op. cit., 2007.

50Au moment où Reale se lançait dans cet exercice d’explication des mécanismes juridiques mis en place par les militaires et de défense de l’instauration d’un nouvel ordre juridique, il faisait le procès de l’ancien régime démocratique, insistant notamment sur ses « faiblesses ». Dans les chapitres « A crise do Legislativo, ponto vital da reforma do Estado » et « Na dança das Legendas », sa cible était les partis politiques en raison de leur manque d’idéologie et de représentativité. Là encore, les échos schmittiens, notamment en ce qui concerne la critique du Parlement, sont incontestables. Comme on le sait, à partir de 1923, le juriste allemand entame une critique systématique du parlementarisme libéral, en publiant notamment un traité intitulé Parlementarisme et démocratie77. Dans cet ouvrage, comme le montre Müller, Schmitt présente une vision idéale du parlementarisme tel qu’il aurait existé au XIXe siècle, lorsqu’une élite bourgeoise représentait la population dans son ensemble et délibérait ouvertement et rationnellement pour arriver à des choix politiques. Au XXe siècle, les partis politiques seraient devenus très disciplinés et porteurs d’intérêt de groupes sociaux particuliers, qui auraient alors dominé les débats où les chicanes et les querelles sur des sujets particuliers avaient remplacé les échanges francs. Ainsi, si le Parlement existait encore, le parlementarisme libéral avait perdu, aux yeux de Schmitt, toute légitimité78.

  • 79 La Semaine d’Art Moderne est une manifestation artistique qui a eu lieu entre (...)
  • 80 Mouvement politico-militaire des lieutenants brésiliens des années 1920. Très (...)
  • 81 Reale, Miguel, Imperativos da Revolução de Março, op. cit., p. 112.

51Enfin, l’une des préoccupations de Reale à ce moment post-coup d’État, comme nous l’avons mentionné, était l’absence apparente d’une idée qui aurait dû être incarnée par les « dirigeants révolutionnaires ». Ainsi, il œuvre à donner un fondement historique au coup d’État et au nouveau régime, en les inscrivant dans une histoire qui remonte aux mouvements politiques et culturels de 1922, notamment la Semaine d’Art Moderne79 et le mouvement des lieutenants80. La création d’une légitimité historique permettrait d’identifier les transformations que la « Révolution » devait « impérativement » mettre en œuvre, car elles étaient « légitimement » demandées par ceux qui, depuis les années 1920, étaient en quête de « l’âme nationale ». Cette idée selon laquelle l’origine de la prise du pouvoir par les militaires en 1964 se trouvait en 1922 est renforcée dans l’entretien qu’il accorde au journal A Gazeta juste un mois après le coup d’État et qui a été reproduit dans le dernier chapitre d’Imperativos da revolução de março. Pour Reale, la « révolution » de 1964 aurait été avant tout la dernière phase d’un long processus entamé en 1922, un « effort de nationalité à la recherche de notre être authentique »81. Le juriste place ainsi toutes les révolutions, crises et tentatives de coups d’État du XXe siècle au Brésil – 1922, 1924, 1930, 1935, 1938, 1945, 1954, 1961 – sur une ligne de continuité. La dernière, en 1964, serait celle qui aurait révélé « l’état d’esprit » du peuple dont l’objectif était sa propre affirmation. Selon Reale, les brefs intervalles qui séparent chacune de ces dates montrent que l’« impulsion révolutionnaire » du peuple a toujours été vivante. Ainsi, l’année 1964 serait celle de la « maturité civique » du peuple qui aurait permis sa victoire sur le caudillisme. L’urgence, à ce moment-là, était donc de trouver un système qui corresponde aux caractéristiques intrinsèquement brésiliennes et la dernière chose à faire était de s’enliser dans les notions abstraites de parlementarisme et libéralisme.

Considérations finales

  • 82 Napolitano, Marcos, 1964, História do regime militar brasileiro, São Paulo, Contexto, 20 (...)

52Parallèlement à la publication d’une œuvre juridique et philosophique qui consoliderait son nom comme l’un des grands juristes et philosophes brésiliens, Reale a continué à écrire sur la conjoncture politique tout au long de la dictature militaire. Ses préoccupations ont évidemment changé au fur et à mesure que de nouveaux problèmes surgissaient. À partir de la fin des années 1960 et, surtout, à partir du milieu des années 1970, il ne s’agissait plus pour lui de légitimer la rupture de 1964, mais plutôt de penser à l’« institutionnalisation de la révolution » et, dans un troisième moment, à une transition vers la démocratie tout en sauvegardant les « principes » de la « révolution de mars 1964 ». C’était ce qu’il appelait le « modèle politique brésilien » de la « démocratie sociale » qui serait en mesure d’assurer la sécurité et le développement. En d’autres termes, il s’agissait de consolider l’esprit de tutelle dans la Constitution, puis d’assouplir le contrôle de la société civile sans nécessairement garantir sa participation effective dans les prises de décision et, enfin, dans un avenir incertain, de rendre le pouvoir aux civils identifiés aux doctrines qui avaient inspiré 1964, ou du moins qui ne leur étaient pas hostiles82. L’examen de ces sujets dépasse le cadre de cet article.

  • 83 Reale, Miguel, Memórias, volume 2, op. cit. p. 303.

53Les mémoires de Reale ont été publiées en 1987, c’est-à-dire dans un contexte très différent de celui dans lequel il a publié Imperativos da revolução de março. Le juriste y évoque la période du régime militaire et revient sur sa participation au coup d’État de 1964, sur son engagement et sa contribution au processus de transition démocratique. Ce n’est qu’à la fin de la dictature qu’il évoquera pour la première fois ouvertement des « dérives » du « processus révolutionnaire », que l’on pourrait résumer en quelques lignes. Pour lui, Castelo Branco avait poursuivi lesdites « réformes de base », dans la ligne développementaliste de Juscelino Kubitschek. Une déclaration pour le moins étrange puisque, comme on le sait, la cure d’austérité de Gouveia de Bulhões et de Roberto Campos, ministres de la Planification et de l’Économie de Castelo Branco respectivement, était bien différente de celles menées par José Maria Alkmin, Lucas Lopes et Sebastião Paes de Almeida sous Kubitschek (1955-1960). L’objectif de Reale était peut-être de placer le gouvernement Castelo Branco dans la continuité de celui de Kubitschek – revalorisé dans la mémoire collective – et, à une échelle plus large, de créer un lien entre démocratie et autoritarisme. Il ajoute que Castelo Branco aurait donné plus de rationalité aux réformes, c’est-à-dire plus de « réalisme et de concrétude ». L’erreur de la « révolution » aurait été justement d’attribuer une importance excessive aux problèmes économiques et financiers, conduisant à la perte des valeurs politiques et idéologiques et au déclin de la classe politique. Ceci aurait mené à une rupture entre l’État et la société civile, transformant celle-ci en un simple réceptacle de décisions prises par les militaires plutôt qu’en un agent actif dans le processus politique. Cela aurait anéanti « l’engagement initial de la Révolution » qui était « la réalisation de la démocratie sur des bases nouvelles »83.

  • 84 Huntington, Samuel P, A Terceira Onda. A democratização no final do século XX, (...)

54Deux conclusions peuvent être tirées des analyses développées dans cet article. La première est que l’importance du rôle politique des intellectuels autoritaires de droite au Brésil ne se limite pas aux années 1920-1940. Bien que leur prestige s’affaiblisse du fait de la « deuxième vague de démocratisation » entre 1945 et 196284 et que les intellectuels libéraux-conservateurs prennent le dessus en termes d’influence, ils ont continué à écrire. En effet, la production autoritaire-conservatrice des années 1930 est beaucoup plus abondante que celle des années 1960. Mais les écrits de Reale en 1964 montrent que cette ligne de pensée était toujours vivante. À cette époque, Reale a pris une position qui n’était pas celle de la plupart des juristes, y compris des conservateurs, plaidant pour la création d’un nouvel ordre juridique, pour le renforcement du pouvoir exécutif au détriment du législatif et pour un modèle politique autoritaire et antilibéral. Ce modèle, selon lui, n’était point incompatible avec la démocratie. Au contraire, le grand risque couru en 1964, toujours selon lui, était le « formalisme » des libéraux, c’est-à-dire le maintien d’un régime – le démocratique de la Constitution de 1946 – qui n’avait pas su préserver le pays du communisme et de la corruption. Il opère ainsi, dans le sillage de la pensée politique autoritaire des années 1930, une dissociation entre démocratie et libéralisme. Ces idées de la première moitié des années 1960 allaient donc bien au-delà d’une formule rhétorique créée pour légitimer un coup d’État, mais s’inscrivaient dans une pensée politique formulée dans les années 1930. Dans le cas de Reale dans les années 1960, cette pensée a été étayée par un outillage théorique, philosophique et juridique où les idées de Carl Schmitt occupaient une place cruciale.

  • 85 Sirinelli, Jean-François, “Os intelectuais”, op. cit., p. 241.

55Enfin, nous pensons que l’examen de la trajectoire et des écrits de Reale contribue à une approche de l’histoire intellectuelle brésilienne et de la dictature sous un angle nouveau. Premièrement, en révélant comment des groupes ou des individus plus proches du nouveau régime interprétaient et entendaient le processus politique qu’ils traversaient. Dans cette perspective, la lecture d’intellectuels conservateurs permet de rendre compte de la complexité du processus historique au-delà des interprétations qui se limitent à simplifier et à juger les perceptions et les sensibilités de ceux qui ont soutenu les militaires. Les écrits de Reale mettent en exergue la persuasion dans la légitimité d’un « processus politique » qui a clairement rompu avec les règles constitutionnelles. Essayer de le comprendre ne revient pas à être d’accord avec ses positions ou à l’exempter de sa responsabilité dans le coup d’État de 1964 et dans la construction d’une dictature qui, tout au long de ses 21 années d’existence, a systématiquement violé les droits de l’homme, persécuté les citoyens et adopté la torture comme politique de l’État. Le rôle des historiens n’est pas de « creuser une fosse » ou de « construire un panthéon » pour les intellectuels, pour reprendre les termes de Sirinelli85. Essayer de comprendre Miguel Reale, c’est saisir la complexité du processus historique et les fondements intellectuels de notre culture politique autoritaire.

Haut de page

Bibliographie

Araújo, Ricardo Benzaquen de. In Medio Virtus: Uma análise da obra integralista de Miguel Reale, Rio de Janeiro, CPDOC-FGV, 1988.

Benda, Julien. La Trahison des clercs, Paris, Grasset, 2003.

Bercovici, Gilberto. “Carl Schmitt, o Estado Total e o Guardião da Constituição”, Revista Brasileira de Direito Constitucional, n. 1, jan./jun, 2003, p. 96-105.

Bernardi, Bruno. « Pour une histoire conceptuelle du politique. Questions de méthode ». In : Sarah Al-Matary et Florent Guénard (sous la direction de). La démocratie à l’œuvre. Autour de Pierre Rosanvallon, Paris, Éditions du Seuil, 2015, p. 42-70.

Bertonha, Fábio. “O pensamento corporativo em Miguel Reale: leituras do fascismo italiano no integralismo brasileiro”. In: ___, Fascismos e antifascismos italianos. Ensaios, Caxias do Sul, Educs, 2017, p. 163-176.

Brito, Miguel Nogueira de. “A Exceção no Pensamento Político e Jurídico de Carl Schmitt”. In: Morais, Carlos Blanco de & Coutinho, Luís Pereira, Carl Schmitt Revisitado. Lisboa: Instituto de Ciências Jurídico-Políticas, 2014, p. 150-173.

Compagnon, Olivier. 2009. « L’Euro-Amérique en question. Comment penser les échanges culturels entre l’Europe et l’Amérique latine », Nuevos Mundos Mundos Nuevos, [En ligne], Débats, mis en ligne le 03 février 2009. Disponible sur : http://journals.openedition.org/nuevomundo/54783. Accès le : 23/12-2019.

Corval, Paulo. “Carl Schmitt e o Estado de Exceção”, Revista Acadêmica de Direito da Unigranrio, v. 3, n° 2., 2010, p. 1-26.

Cunha, Diogo. « The Philosophical and Legal Grounds of Miguel Reale’s Authoritarianism : Experience, Culture and Decisionism ». Dados. Revista de Ciências Sociais, (65) 2, 2022. Consulté le 1er octobre 2022. URL : https://doi.org/10.1590/dados.2022.65.2.261

CUNHA, Diogo. “Os conceitos de democracia e revolução no pensamento autoritário de direita entre a ditadura do Estado Novo e o fim do regime militar”. Revista Política Hoje, volume 27, Edição Especial. https://periodicos.ufpe.br/revistas/politicahoje/article/view/234856

Dosse, François. La Marche des idées. Histoire des intellectuels – histoire intellectuelle, Paris, Édition de la Découverte, 2003.

Espagne, Michel ; Werner, Michel. Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe), Paris, Recherches sur les civilisations, 2002.

Fico, Carlos. O golpe de 1964. Momentos decisivos, Rio de Janeiro, FGV, 2014.

Goupy, Marie. L’Essor de la théorie juridico-politique sur l’état d’exception dans l’entre-deux guerres en France et en Allemagne : une genèse de l’état d’exception comme enjeu pour la démocratie. Thèse de doctorat (Philosophie), Lyon, École normale supérieure de Lyon, 2011.

Huntington, Samuel P. A Terceira Onda. A democratização no final do século XX, São Paulo, Editora Ática, 1994.

Judt, Tony. Passado imperfeito. Um olhar crítico sobre a intelectualidade francesa no pós-guerra, Rio de Janeiro, Nova Fronteira, 2007.

Koselleck, Reinhart. Futuro Passado. Contribuição à Semântica dos tempos históricos, Rio de Janeiro, Contraponto, Editora PUC-Rio, 2006.

Müller, Jan-Werner. Carl Schmitt : un esprit dangereux, Paris, Armand Colin, 2007.

Napolitano, Marcos. 1964, História do regime militar brasileiro, São Paulo, Contexto, 2014.

Noiriel, Gérard. Dire la vérité au pouvoir. Les intellectuels en question, Paris, Agone, 2010.

Ory, Pascal (sous la direction de). Dernières questions aux intellectuels, Paris, Olivier Orban, 1990.

Pinto, Roberto Bueno. “Carl Schmitt x Hans Kelsen: defensor ou senhor da Constituição?”, Revista da Faculdade de Direito – UFPR, Curitiba, v. 60, n° 3, set-dez., 2015, p. 103-136.

Popper, Karl. A sociedade aberta e seus inimigos, Rio de Janeiro, Itatiaia Limitada, 1998.

Prieto, Evaristo. Poder. “Soberania e Exceção: uma leitura de Carl Schmitt”, Revista Brasileira de Estudos Políticos, Belo Horizonte, n. 105, jul/dez. 2012, p. 101-150.

Reale, Miguel. Memórias, Volume 2. A Balança e a Espada, São Paulo, Editora Saraiva, 1987b.

Reale, Miguel. Memórias, Volume 1. Destinos cruzados, São Paulo, Editora Saraiva, 1987ª.

Reale, Miguel. Imperativos da revolução de março, São Paulo, Livraria Martins Editôra, 1964.

Reale, Miguel. Problemas do nosso tempo, São Paulo, Editorial Grijalbo Ltda, 1969.
Reale, Miguel. Da revolução à democracia, São Paulo, Editora Convívio, 1977.

Reale, Miguel. Política de ontem e de hoje, São Paulo, Saraiva, 1978.

Reale, Miguel. Experiência e cultura, São Paulo, Editora da Universidade de São Paulo/Editorial Grijalbo Ltda, 1977.

Reale, Miguel. Horizontes do Direito e da História, São Paulo, Saraiva, 1956.

Reale, Miguel. Nos Quadrantes do Direito Positivo, São Paulo, Editora Michalany, 1960.

Reale, Miguel. A Doutrina de Kant no Brasil, Sem editora, 1949. Disponible sur : file:///Users/diogoarruda/Downloads/66071-Texto%20do%20artigo-87455-1-10-20131125.pdf . Accès le : 23/12/2019.

Reale, Miguel. Filosofia em São Paulo, São Paulo, Editora da Universidade de São Paulo/Editorial Grijalbo LTDA, 1977.

Reale, Miguel. Pluralismo e liberdade, São Paulo, Saraiva, 1963.

Reale, Miguel. Fundamentos do Direito, São Paulo, Revista dos Tribunais, 1972.

Reale, Miguel. Teoria do Direito e do Estado, São Paulo, Saraiva, 1984.

Reale, Miguel. Filosofia do Direito, São Paulo, Saraiva, 2002.

Reale, Miguel. Teoria Tridimensional do Direito, São Paulo, Saraiva, 1968a.

Reale, Miguel. O Direito como Experiência, São Paulo, Saraiva, 1968b.

Reale, Miguel. Obras Políticas (1ª fase – 1931/1937), 3 tomos, Brasília, UNB, 1983

Rodrigues, Cândido Moreira. “Apontamentos Sobre o Pensamento de Carl Schmitt: um intelectual nazista”, SAECULUM – Revista de História, João Pessoa, jan-jun. 2005, p. 76-94.

Rosanvallon, Pierre. Pour une histoire conceptuelle du politique, Paris, Seuil, 2003.

Saïd, Edward. Des intellectuels et du pouvoir, Paris, Seuil, 1996.

Santos, Rogério Dultra dos. Teoria Constitucional Antiliberal no Brasil. Positivismo, corporativismo e cesarismo na formação do Estado Novo, Tese de Doutorado em Ciência Política, IESP-UERJ, Rio de Janeiro, 2009.

Santos, Rogério Dultra dos. “Francisco Campos e os Fundamentos do Constitucionalismo Antiliberal no Brasil”, Dados, Revista de Ciências Sociais, Rio de Janeiro, vol. 50, n. 2, 2007, p. 281-323.

Schmitt, Carl. La Dictadura, Madrid, Revista de Ocidente, 1968.

Schmitt, Carl. Teología Política, Madrid, Trotta, 2009.

Schmitt, Carl. La notion de politique. Théorie du partisan, Paris, Flammarion, 1992.

Schmitt, Carl. Théorie de la Constitution, Paris, PUF, 1993.

Sirinelli, Jean-François. “Os intelectuais”, In: Rémond, René. Por uma história política. Rio de Janeiro, FGV, 2003, p. 231-269.

Tanagino, Pedro Ivo Dias. A síntese integral: a teoria do integralismo na obra de Miguel Reale (1932-1939), Tese de Doutorado em História, Juiz de Fora, Universidade Federal de Juiz de Fora, 2018.

Tavares, Marcelo Leonardo. Estado de Emergência: o controle do poder em situações de crise, Rio de Janeiro, Editora Lumen Juris, 2008.

Vieira, Luiz Vicente. “A Produtividade do Pensamento de Carl Schmitt na Crítica às Instituições Políticas Liberais”, Perspectiva Filosófica, v. II, n° 22, julho-dezembro, 2004, p. 37-62.

Werner, Michael ; Zimmermann, Bénédicte. « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », Annales HSS, janvier-février, n° 1, 2003, p. 7-36.

Haut de page

Notes

1 Notamment Werner, Michael ; Zimmermann, Bénédicte, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », Annales HSS, janvier-février, n.1, 2003, p. 7-36 ; Espagne, Michel ; Werner, Michel, Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe), Paris : Recherches sur les civilisations, 2002 ; Compagnon, Olivier, « L’Euro-Amérique en question. Comment penser les échanges culturels entre l’Europe et l’Amérique latine », Nuevos Mundos Mundos Nuevos, [En ligne], Débats, mis en ligne le 03 février 2009. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/54783. Accès le : 23/12/2019.

2 Notamment Koselleck, Reinhart, Futuro Passado. Contribuição à Semântica dos tempos históricos, Rio de Janeiro, Contraponto, Editora PUC-Rio, 2006 et Rosanvallon, Pierre, Pour une histoire conceptuelle du politique, Paris, Seuil, 2003.

3 Il sera à nouveau président de l’Université de São Paulo pendant le gouvernement Emilio Médici (1970-1974).

4 Reale, Miguel, Teoria Tridimensional do Direito, São Paulo, Editora Saraiva, 1968a.

5 Reale, Miguel, O Direito como experiência, São Paulo, Editora Saraiva, 1968b.

6 Reale, Miguel, Experiência e cultura, São Paulo, Editora Saraiva, 1977.

7 O Estado Moderno et Formação da Política Burguesa (1934) ; Capitalismo Internacional, ABC do Integralismo et Perspectivas Integralistas (1935) ; Atualidades de um Mundo Antigo (1936) et Atualidades Brasileiras (1937). Cette « œuvre intégraliste » a été rééditée par la maison d’édition de l’Université de Brasília (Editora da UNB) (Reale, 1983). Parmi ces ouvrages, il y a ceux de vulgarisation – comme ABC do Integralismo et Perspectivas Integralistas – et ceux plus élaborés que Reale lui-même considère comme des « essais de philosophie politique » ou d’« histoire des idées » – comme Atualidades de um Mundo Antigo, Formação da Política Burguesa et Atualidades Brasileiras. Cf. Reale, Miguel, Memórias, volume 2, op. cit. p. 94. Il existe de nombreuses études sur l’œuvre politique de Reale des années 1930. Voir, entre autres : Araújo, Ricardo Benzaquem. In Medio Virtus: Uma análise da obra integralista de Miguel Reale, Rio de Janeiro, CPDOC-FGV, 1988 ; Bertonha, Fábio, « O pensamento corporativo em Miguel Reale: leituras do fascismo italiano no integralismo brasileiro », in ___, Fascismos e antifascismos italianos. Ensaios. Caxias do Sul: Educs, 2017, p. 163-176 et, plus récemment, Tanagino, Pedro, A síntese integral: a teoria do integralismo na obra de Miguel Reale (1932-1939), Tese de Doutorado em História, Juiz de Fora, Universidade Federal de Juiz de Fora, 2018.

8 Reale, Miguel, Fundamentos do Direito, São Paulo: Revista dos Tribunais, 1972 [1940].

9 Reale, Miguel, Teoria do Direito e do Estado, São Paulo: Saraiva, 1984 [1940].

10 Reale, Miguel, Filosofia do Direito, São Paulo: Saraiva, 2002 [1953].

11 Reale, Miguel, Horizontes do Direito e da História, São Paulo: Saraiva, 1956.

12 Reale, Miguel, Nos quadrantes do direito positivo, São Paulo: Editora Michalany, 1960.

13 Reale, Miguel, A doutrina de Kant no Brasil. URL: file:///Users/diogoarruda/Downloads/66071-Texto%20do%20artigo-87455-1-10-20131125.pdf . Consulté le 23 décembre 2019.

14 Reale, Miguel, A Filosofia em São Paulo, São Paulo: Editora da Universidade de São Paulo/Editorial Grijalbo LTDA, 1977 [1962]

15 Reale, Miguel, Pluralismo e Liberdade, São Paulo: Saraiva, 1963.

16 Sur la Trajectoire de Miguel Reale, voir Reale (1987a et 1987b).

17 Une fois les militaires victorieux, Reale a continué à prendre en charge plusieurs responsabilités politiques. Il est invité en 1968 par le président Costa e Silva à composer la « Commission de haut niveau » chargée de réviser la Constitution de 1967 ; il est nommé en 1969, pour la deuxième fois, président de l’Université de São Paulo (USP) sur la recommandation de son ami Alfredo Buzaid, le puissant garde des Sceaux de Médici. En plus de cette fonction, il a également été nommé par Costa e Silva président de la « Commission de révision et de développement » de la réforme du Code civil qui devait remplacer le précédent, rédigé à la fin du XIXe siècle et promulgué en 1916. Enfin, il a été conseiller juridique du ministère des Affaires étrangères lors de la préparation d’un traité à signer avec le Paraguay à l’occasion de la construction d’une centrale hydroélectrique à la frontière entre les deux pays. Cf. Reale, Miguel, Memórias, volume 2, op. cit. p. 176-220.

18 Reale, Miguel, Imperativos da Revolução de Março, São Paulo, Livraria Martins Editôra, 1964.

19 Reale, Miguel, Problemas do nosso tempo, São Paulo, Editorial Grijalbo Ltda., 1969.

20 Reale, Miguel, Da Revolução à democracia, São Paulo, Editora Convívio, 1977.

21 Reale, Miguel, Política de ontem e de hoje, São Paulo, Saraiva, 1978.

22 Une étude approfondie de l’évolution de la pensée de Miguel Reale entre les années 1930 et la fin des années 1970 a déjà été publiée par l’un des auteurs, cf. CUNHA, Diogo. « The Philosophical and Legal Grounds of Miguel Reale’s Authoritarianism: Experience, Culture and Decisionism ». Dados. Revista de Ciências Sociais, (65) 2, 2022. Consulté le 1er octobre 2022. URL : https://doi.org/10.1590/dados.2022.65.2.261

23 L’expression « esprit dangereux » est tirée du titre en français de l’ouvrage de Jan-Werner Müller sur le travail de l’œuvre de Carl Schmitt (2007), très utilisé dans cet article.

24 Ory, Pascal (Sous la direction de), Dernières questions aux intellectuels, Paris, Olivier Orban, 1990, p. 24 ; Noiriel, Gérard, Dire la vérité au pouvoir. Les intellectuels en question, Paris, Agone, 2010, p. 62.

25 Benda, Julien, La trahison des clercs, Paris, Grasset, 2003 [1927].

26 Ibid., p. 166.

27 Dosse, François, La Marche des idées. Histoire des intellectuels – histoire intellectuelle, Paris, Édition de la Découverte, 2003, p. 29-30.

28 Saïd, Edward, Des intellectuels et du pouvoir, Paris, Seuil, 1996.

29 Ibid., p. 27.

30 Sirinelli, Jean-François, “Os intelectuais”, In: Rémond, René (org.), Por uma história política, Rio de Janeiro: FGV, 2003, p. 231-269, p. 241.

31 Popper, Karl, A Sociedade aberta e seus inimigos, Rio de Janeiro: Itatiaia Limitada, 1998 [1945].

32 Judt, Tony, Passado imperfeito. Um olhar crítico sobre a intelectualidade francesa no pós-guerra, Rio de Janeiro, Nova Fronteira, 2007.

33 Müller, Jan-Werner, Carl Schmitt : un esprit dangereux, Paris, Armand Colin, 2007.

34 Sur Francisco Campos lecteur de Carl Schmitt, voir notamment Santos, Rogério Dultra, “Francisco Campos e os Fundamentos do Constitucionalismo Antiliberal no Brasil”. Dados, Revista de Ciências Sociais, Rio de Janeiro, vol. 50, n. 2, 2007, p. 281-323. Consulté le 1er octobre 2022. URL: https://www.scielo.br/j/dados/a/Vqdd8pp6LvxYZsjKgRgt7rb/?lang=pt; Santos, Rogério Dultra, Teoria Constitucional Antiliberal no Brasil. Positivismo, corporativismo e cesarismo na formação do Estado Novo, Tese de Doutorado em Ciência Política, Rio de Janeiro, IESP-UERJ, 2009.

35 Rodrigues, Cândido Moreira, “Apontamentos Sobre o Pensamento de Carl Schmitt: um intelectual nazista”, SAECULUM – Revista de História, João Pessoa, jan-jun, 2005, p. 77-86.

36 Corval, Paulo, “Carl Schmitt e o Estado de Exceção”, Revista Acadêmica de Direito da Unigranrio, v. 3, n. 2, 2010, p. 18.

37 Pietro, Evaristo. Poder, “Soberania e Exceção: uma leitura de Carl Schmitt”, Revista Brasileira de Estudos Políticos, Belo Horizonte, n° 105, jul/dez, 2012, p. 107.

38 Brito, Miguel Nogueira de, A Exceção no Pensamento Político e Jurídico de Carl Schmitt, In: Morais, Carlos Blanco de & Coutinho, Luís Pereira, Carl Schmitt Revisitado. Lisboa, Instituto de Ciências Jurídico-Políticas, 2014, p. 158.

39 Schmitt, Carl, La Dictadura, Madrid: Revista de Ocidente, 1968 [1921].

40 Schmitt, Carl, Teología Política, Madrid: Trotta, 2009 [1922].

41 Schmitt, Carl, La notion de politique. Théorie du partisan, Paris, Flammarion, 1992 [1927].

42 Schmitt, Carl, Théorie de la Constitution, Paris, PUF, 1993 [1931].

43 Philosophe et homme politique espagnol de mouvance catholique et ultraréactionnaire, il plaidait pour un gouvernement fort contre la révolution de la modernité.

44 Rodrigues, Cândido Moreira, “Apontamentos Sobre o Pensamento de Carl Schmitt: um intelectual nazista”, op. cit., p. 76.

45 Goupy, Marie, L’Essor de la théorie juridico-politique sur l’état d’exception dans l’entre-deux guerres en France et en Allemagne : une genèse de l’état d’exception comme enjeu pour la démocratie, Thèse de doctorat (Philosophie), École normale supérieure de Lyon, Lyon, 2011.

46 Vieira, Luiz Vicente, “A Produtividade do Pensamento de Carl Schmitt na Crítica às Instituições Políticas Liberais”, Perspectiva Filosófica, v. II, n° 22, julho-dezembro, p. 43.

47 Schmitt, Carl, La Dictadura, op. cit., p. 173-183.

48 Ibid., p. 194-195.

49 Ibid., p. 225.

50 Vieira, Luiz Vicente, “A Produtividade do Pensamento de Carl Schmitt na Crítica às Instituições Políticas Liberais”, op. cit., p. 50-52.

51 Schmitt, Carl, Teología Política, op. cit., p. 13-20.

52 Rodrigues, Cândido Moreira, “Apontamentos Sobre o Pensamento de Carl Schmitt: um intelectual nazista”, op. cit., p. 80-81.

53 Corval, Paulo, “Carl Schmitt e o Estado de Exceção”, Revista Acadêmica de Direito da Unigranrio, v. 3, n° 2, 2010, p. 10-15.

54 Schmitt, Carl, La notion de politique. Théorie du partisan, op. cit., p. 64-65.

55 Ibid., p. 84-85.

56 Bercovici, Gilberto, “Carl Schmitt, o Estado Total e o Guardião da Constituição”, Revista Brasileira de Direito Constitucional, n° 1, jan./jun, 2003, p. 195-196.

57 “Carl Schmitt x Hans Kelsen: defensor ou senhor da Constituição”, Revista da Faculdade de Direito – UFPR, Curitiba, v. 60, n° 3, set-dez, 2015, p. 104-108.

58 Ibid., p. 108-109.

59 “Carl Schmitt e o Estado de Exceção”, op. cit., p. 10.

60 Müller, Jan-Werner, Carl Schmitt : un esprit dangereux, op. cit., 2007.

61 Müller, Jan-Werner, Carl Schmitt : un esprit dangereux, op. cit., 2007.

62 Schmitt, Carl, Le gardien de la Constitution, Paris, Dalloz, 2015.

63 Tavares, Marcelo Leonardo, Estado de Emergência: o controle do poder em situações de crise, Rio de Janeiro: Editora Lumen Juris, 2008, p. 9.

64 Une étude approfondie sur les continuités de la pensée autoritaire-conservatrice au Brésil entre les années 1930 et les années 1960 a déjà été publiée par l’un des auteurs, cf : CUNHA, Diogo. “Os conceitos de democracia e revolução no pensamento autoritário de direita entre a ditadura do Estado Novo e o fim do regime militar”. Revista Política Hoje, volume 27, Edição Especial. https://periodicos.ufpe.br/revistas/politicahoje/article/view/234856

65 Reale, Miguel, Memórias, volume 2, op. cit. p. 123-134.

66 Ibid., p. 124.

67 Ibid., p. 126.

68 Reale, Miguel, Imperativos da Revolução de Março, op. cit., p. 9-10.

69 Ibid., p. 96.

70 Ibid.

71 Campos, Francisco apud Fico, Carlos, O golpe de 1964. Momentos decisivos, Rio de Janeiro, FGV, 2014, p. 99.

72 Reale, Miguel, Imperativos da Revolução de Março, op. cit., p. 101.

73 Müller, Jan-Werner, Carl Schmitt : un esprit dangereux, op. cit., 2007.

74 Reale, Miguel, Imperativos da Revolução de Março, op. cit., p. 102.

75 Ibid., p. 103.

76 Ibid., p. 106-107.

77 Schmitt, Carl, Parlementarisme et démocratie, Paris : Seuil, 1988.

78 Müller, Jan-Werner, Carl Schmitt : un esprit dangereux, op. cit., 2007.

79 La Semaine d’Art Moderne est une manifestation artistique qui a eu lieu entre le 13 et le 17 avril 1922 à São Paulo. Cet événement est considéré comme fondateur du modernisme brésilien à partir des années 1920.

80 Mouvement politico-militaire des lieutenants brésiliens des années 1920. Très flous en termes d’idéologie, les rebelles réclamaient plus de transparence dans la vie politique.

81 Reale, Miguel, Imperativos da Revolução de Março, op. cit., p. 112.

82 Napolitano, Marcos, 1964, História do regime militar brasileiro, São Paulo, Contexto, 2014, p. 237.

83 Reale, Miguel, Memórias, volume 2, op. cit. p. 303.

84 Huntington, Samuel P, A Terceira Onda. A democratização no final do século XX, São Paulo, Editora Ática, 1994.

85 Sirinelli, Jean-François, “Os intelectuais”, op. cit., p. 241.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diogo Cunha et Antonio Gasparetto, « Circulation et appropriation d’idées : l’utilisation de Carl Schmitt par Miguel Reale dans la légitimation du coup d’État civil-militaire de 1964 »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/90416 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.90416

Haut de page

Auteurs

Diogo Cunha

Université Fédérale de Pernambuco, Brésil

Articles du même auteur

Antonio Gasparetto

Université Fédérale de Juiz de Fora, Brésil

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search