Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesDébats2022Récits de voyage entre l’Europe e...Le voyage d’Al-Mawsilî : le premi...

2022
Récits de voyage entre l’Europe et l’Amérique à l’époque moderne et contemporaine : perspectives de recherche

Le voyage d’Al-Mawsilî : le premier Arabe à se rendre sur le continent Américain (1675-1683)

The travel of Al-Mawsilî: the first Arab to visit the American continent (1675-1683)
Abdel Rahman Alnatsheh

Résumés

Le voyageur Elias Al-Mawsilî, un ecclésiastique chaldéeen de Baghdâd, se rend sur le continent américain et y séjourne de 1675 à 1683. L’intérêt que suscite son périple s’explique par la pénurie de récits de voyages non-occidentaux sur le continent américain et par le fait que son texte représente le plus ancien récit arabe connu sur les Amériques. Cette recherche tente de découvrir : comment le récit du voyageur arabe se démarque-t-il des représentations occidentales ? Quel regard porte Al-Mawsilî sur l’Amérindien et sur le Colon espagnol ? L’article suit les déplacements d’Al-Mawsilî depuis son départ de Baghdâd, en passant par l’Europe, jusqu’à son arrivée en Amériques et jusqu’à sa découverte de la majeure partie du continent. Il aborde ensuite les thèmes récurrents dans ce récit, notamment la recherche de l’or, la cupidité des Espagnols et les périls auxquels sont exposés les voyageurs qui s’aventurent jusqu’en Amériques. En outre, le travail examine la véracité des observations d’Al-Mawsilî par l’étude des moyens qu’il a déployés pour mettre en valeur son propre témoignage : les fonctions informatives, descriptives et anecdotiques. Enfin, cette recherche pose un fil conducteur visant à comprendre les raisons pour lesquelles son récit de voyage est tombé dans l’oubli pendant de longues années.

Haut de page

Texte intégral

Un livre oublié

  • 1 Al-Mawsilî, Elias, « Rihlat Awal Sa’eh Charqi Ila Amerca », Al-Machriq, Antoine Rabat (éd.), 15 se (...)
  • 2 ar-Râdi, Ibtihâj, « Rihlat Al-Mwatan Al-Iraqi Elias Al-Mawsilî », Al-Mawrid, avril 1975, no 4.
  • 3 Al-Mawsilî, Elias, Al-Dhahab wa al-âsifa, Rihlat Ilyâs al-Mawsilî ilâ Amîrkâ, édité et présenté pa (...)

1En 1905, le savant jésuite Antoine Rabbat publie dans la revue Al-Mashriq1 un manuscrit arabe qu'il avait trouvé à Alep en Syrie. L’œuvre relate les voyages d'Elias Al-Mawsilî, un ecclésiastique chaldéen de Baghdâd appartenant à l’église nestorienne de tradition syriaque, sur le continent américain entre 1675 et 1683. Ce manuscrit, trouvé fortuitement par le père Rabbat, ne sera republié que soixante-dix ans plus tard par la chercheuse Ibtihâj ar-Râdi dans la revue irakienne Al-Mawrid2. Sans susciter le moindre enthousiasme, le texte retombe encore une fois dans l’oubli et ne sera réédité et présenté qu’en 2001 par Nûri Al-Jarrâh3 qui avoue s’être mis à l’œuvre après avoir découvert, non sans étonnement, l’existence d’un récit de voyage arabe aux Amériques effectué environ quatre siècles plus tôt.

  • 4 Krachkovski, Ignati, Ta'rīh̲ al-adab al-ğugrāfī al-ʻarabī. Istoria Arabskoi Geograficheskoi Litera (...)
  • 5 Ibid.

2Le peu d’intérêt suscité par le texte d’Al-Mawsilî depuis sa première publication nous incite à méditer sur les raisons de cette désinvolture. S’agit-il du manque d’intérêt des Arabes pour un tel périple et pour une telle destination ou plutôt du contenu même du récit de voyage qui serait peu ou prou insignifiant ? D’ailleurs, Ignatius Kratchkovski qui commente le récit du voyageur arabe, tout en l’inscrivant à l’apogée du contexte colonial espagnol, trouve qu’Al-Mawsilî « fait état des réalités de cette colonisation avec un certain détachement et sans que l’émotion occupe une grande place dans son récit4 ». Ce qui nous offre une « précieuse source historique et géographique pour toute époque5 ». L’importance qu’accorde Kratchkovski au voyageur arabe se résume par son caractère objectif, en tant que témoin oculaire, et par la fidélité de la restitution des informations.

  • 6 « C'est une expression relativement récente que celle d'« Amérique espagnole » pour désigner les d (...)

3Sans chercher davantage de fondements pour justifier notre choix, l’intérêt que nous portons au périple d’Al-Mawsilî réside dans la pénurie des récits de voyageurs non-occidentaux vers le Nouveau Monde à cette période. Étant le plus ancien récit de voyage arabe sur les Amériques qui nous soit jamais parvenu à ce jour, nous souhaitons trouver dans son texte des réponses aux questions suivantes : comment le voyageur non-occidental perçoit-il l’Amérique espagnole6, les indigènes, les colons et les autres groupes présents sur son sol ? Est-il influencé par les idées reçues qui circulent en Europe ? Enfin, le récit du voyageur arabe se démarque-t-il singulièrement des représentations occidentales ?

L’itinéraire européen

4Le voyageur arabe décrit en détail les étapes de son voyage au départ de Baghdâd en 1668, son séjour en Europe (1668-1675) jusqu’à son arrivée en Amérique espagnole. Nous regrettons que l’auteur – qui pourtant indique bien les noms des villes européens qu’il visite, les raisons de ses déplacements, les personnes rencontrées et ses observations – ne définit pas une chronologie plus précise de ses séjours européens. Cependant, d’après les dates de ses départs respectifs de Baghdâd en direction d’Europe (en 1668) et de Cadix à destination de l’Amérique espagnole (le 12 février 1675), nous parvenons à estimer que le voyageur arabe séjourne approximativement un peu moins de sept ans en Europe.

  • 7 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), récit de voyage édité et pr (...)
  • 8 Ibid., p. 31.
  • 9 Paul Lunde affirme qu’Al-Mawsilî parlait couramment le turc, le kurde et qu’il connaissait probabl (...)

5Dès son arrivée en Europe, le voyageur est mis en quarantaine dans la maison de décontamination de Lazaret à Venise, à la suite des mesures des autorités locales prises pour lutter contre la peste7. De Venise, le narrateur se rend à Rome, puis à Marseille, Avignon, Lyon avant de séjourner quelque temps à Paris où il rencontrera Louis XIV. Le roi le « reç[oit] par tous les honneurs8 » et auprès de qui il fait également office d’interprète en turc9 lors d’un accueil officiel d’une délégation ottomane. Al-Mawsilî se place en bon observateur et décrit en détail, non pas la faune et la flore du Vieux Continent, mais des détails qui ont pu l’étonner comme les travaux qu’il observe en traversant le sud de la France pour se rendre en Espagne, qui sont réalisés sur ordre du Roi-Soleil. Il s’agit de creuser un canal visant à faciliter la navigation sur la Gironde, notamment par la création d’une voie navigable entre les deux bras du fleuve. Le voyageur arabe sera aussi étonné par la charité dont il a été témoin dans la ville d’Orléans où il sera accueilli chez Philippe d’Orléans, frère de Louis XIV :

  • 10 « Il s’agit de la Société des sœurs de la charité, fondée par saint Vincent de Paul ». Voir « Note (...)
  • 11 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 31-32.

J’y fus le témoin d’une chose qui mérite autant d’être mentionnée que louée. Il s’agit des actes de charité et de bienfaisance de quelques dames de la noblesse […]. Certaines étaient des vierges, d’autres des veuves. Les vierges s’étaient retirées du monde et avaient laissé tout leur argent à un organisme appelé en français « Société de la charité »10 […]. Ces saintes femmes se réunissaient tous les vendredis et distribuaient cet argent aux pauvres et aux nécessiteux, aux églises et aux couvents, sans oublier les malades et les étrangers ainsi que ceux qui prêchent en Orient la foi du Christ.11

6La description du Vieux Continent par Al-Mawsilî, le point de départ vers l’Amérique espagnole, met en relief son haut degré de connaissance en architecture et met en valeur sa sensibilité au regard de la charité chrétienne. En outre, l’auteur évite de livrer ses impressions personnelles et ne donne pas d’information préalable sur le Nouveau Continent, en tout cas, pas avant d’y avoir posé le pied.

Le départ en Amérique, un privilège ?

  • 12 Ibid. p. 39.
  • 13 Ibid.
  • 14 « Le XVIIIe siècle connaît en Amérique espagnole une période de mouvement et de transformations, q (...)

7Al-Mawsilî découvre la majeure partie de l’Amérique espagnole ; du Venezuela au Mexique en passant par le Pérou, le Guatemala, la Colombie, le Chili et la Bolivie actuels. D’ailleurs, se rendre dans les colonies espagnoles au Nouveau Monde n’était pas une démarche aisée, d’après Al-Mawsilî, car l’expédition espagnole vers le continent américain « n’avait lieu qu’une seule fois tous les trois ans12 ». Plus dur encore, les Espagnols « ne laissaient personne d’une nationalité autre qu’espagnole les accompagner, qu’il fût commerçant ou prêtre, à moins qu’il ne fût porteur d’un ordre du roi13 ». L’éloignement du nouveau monde et l’isolement des colonies espagnoles au XVIIe siècle14 atteste de l’importance du voyage d’Al-Mawsilî, en sa qualité d’Arabe et de non espagnol, et nous promet un récit authentique où le narrateur entretiendra avec les populations locales. Il s’agit d’une relation qui, loin de subir les pressions coloniales, sera basée, comme le présupposent ses fonctions de prêtre, sur la charité chrétienne et sur l’agapè. Ainsi, au cours d’un épisode où le voyageur se rend dans le village de « Bariquiluacan » au Pérou, il raconte :

  • 15 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 77.

[…] le prêtre des Indiens vint me voir et me raconta que, dans la prison de ce gouverneur, croupissaient sept Indiens emprisonnés pour des peccadilles. Je me rendais alors à la prison avec à la main, une feuille où étaient inscrits leurs noms. J’appelai le geôlier et lui demandai d’ouvrir la porte. Ce qu’il fit. Je les appelai, alors, l’un après l’autre et les fis sortir de la prison. Le gouverneur, ayant eu vent de ce qui s’était passé, me dit : « Vous les avez rachetés au prix de votre tête. Votre venue ici nous a honorés »15.

  • 16 Ibid. p. 83.
  • 17 « This effect is an image of Elias as the ideal missionary: curing the sick, reconiling people to (...)

8Sa relation avec les populations locales lui vaut le respect et une grande estime. Si bien qu’ils lui demandent de vivre chez eux, notamment pour ses connaissances médicales et ses aptitudes thérapeutiques, là où il se pose comme « médecin » qui soigne les malades16. En effet, ses interventions dans les affaires locales en faveur des groupes précarisés : « reflètent l’image du missionnaire idéal : celui qui guérit les malades, qui réconcilie les gens les uns avec les autres, qui intervient dans la politique locale et qui représente un exemple à suivre pour son entourage »17.

  • 18 Pour une copie du laissez-passer accordé à Al-Mawsilî : « Real Cédula dando licencia a Don Elias, (...)
  • 19 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 61.
  • 20 Ibid. p. 49-50.

9D’ailleurs, l’importance au niveau social du voyageur arabe se mesure à travers la considération que les gouverneurs et les représentants des hautes autorités lui réservent dès qu’il se rend dans leurs territoires. Or, il a été béni par le Pape et est soutenu par la reine d’Espagne, qui lui a accordé un laissez-passer18 lui permettant de circuler librement, de visiter des endroits réservés habituellement aux Espagnols sur le continent américain et de converser avec les populations locales. Ce qui l’autorise à exposer dans son ouvrage des observations ethnographiques, comme la confection de « balsa » ou le radeau comme le désignent les autochtones qui « réunissaient des calebasses vides rattachées les uns aux autres puis les recouvraient de bois, d’herbes et de racines 19». Ou encore comme la préparation du chocolat, qui fait déjà partie de l’économie mondiale à cette époque, mais qui reste pour le voyageur arabe une substance exotique dont les grains ressemblaient au « café par la couleur, le goût et le parfum, mais ils étaient très gras20 ».

Entre merveilles et dangers

  • 21 Ibid. p. 39.
  • 22 Ibid. p. 44.

10En plus des difficultés d’ordre administratif, le voyage en lui-même est dangereux. Dès son départ d’Espagne, le voyageur arabe est à bord du navire qui subit les assauts d’une mer houleuse. Au cours de ce périple, le représentant du roi, « eut tellement peur qu’il en mourût, on attacha à ses pieds des jarres pleines d’eau et on le jeta à la mer21 » pour se débarrasser du corps. Arrivé au port de Porto Bello au Panama où le climat est très chaud et malsain, le voyageur signale que « cette année-là un millier de personnes étaient mortes, de part et d’autre. Les autres tombèrent malades. Ce fut aussi mon cas mais le Seigneur me guérit par l’intercession de la reine des saints, la Vierge Marie, et de Saint Elie le vivant22 ». Le Nouveau Monde prend une dimension utopique, accentuée par son accès périlleux. Ce procédé de dramatisation et d’intensification qui participe à valoriser le récit qu’il nous rapporte, à lui donner une dimension extraordinaire, est doublé par le privilège exceptionnel accordé au prêtre arabe de circuler librement, n’étant pas seulement estimé par ses hôtes, comme nous l’avons vu plus haut, mais aussi pour être placé sous la protection bienveillante de Dieu qui est supposé tout mettre en œuvre pour lui permettre de poursuivre sa mission. Dans son contenu discursif, le récit d’Al-Mawsilî s’éloigne de sa fonction descriptive, basée sur l’observation, et penche plutôt du côté de la rhétorique et de la fiction. Ainsi, au départ de Panama à destination du Pérou, al-Mawsilî nous raconte une anecdote surprenante :

  • 23 Ibid. p. 44-45.

Le gouverneur [de Panama] n’avait pas voulu me laisser partir seul à cause des montagnes où poussait une sorte de plante semblable à un long bambou. Quand un homme blanc la foulait au pied, elle se redressait du sol et, comme des flèches, le transperçait. Celui qu’elle atteignait n’en réchappait pas. En revanche, elle ne frappait pas les esclaves indiens et ne leur faisait aucun mal23.

  • 24 Ibid. p.45.
  • 25 Ibid.
  • 26 Rabbat, Antoine, « Notes du père Antoine Rabbat » in Ibid., p. 119-120.
  • 27 Chinard, Gilbert, l’Amérique et le rêve exotique dans la littérature française au XVIIe et au XVII (...)

11Au début, Al-Mawsilî ne croyait pas à cette histoire et a déclaré qu’il « ne le croir[a] que quand [il] l’aur[a] vu de [s]es yeux24 ». Mais dès qu’il s’est rendu à l’endroit exact pour vérifier son existence, il a confirmé : « cette chose, je l’ai vue de mes yeux25 ». Sauf si l’auteur confond ce qu’il a vu avec la plante Hura crepitans dont le fruit explose dès qu’il mûrit, l’existence de cette plante n’a pas été rapportée par les voyageurs contemporains d’Al-Mawsilî et n’a pas été reconnue dans les ouvrages scientifiques. Le père Antoine Rabbat, le premier éditeur du récit de voyage, croit qu’il s’agit d’une fable inventée par le gouverneur afin de dissuader le voyageur arabe de partir à l’aventure26. Mais nous y voyons plutôt une affirmation de l’appartenance naturelle des Indiens à ces territoires où la nature qui les accueille rejette la présence invasive des occidentaux. Cette idée fait partie des lieux communs de la littérature exotique qui se développent à la Renaissance et qui font toujours écho aux récits des voyageurs occidentaux en Amériques, au XVIIe siècle 27. Il est vrai que le voyageur arabe n’évoque pas le mode de vie des populations locales et ne parle pas non plus, dans son récit des lois de la nature. Mais nous croyons qu’Al-Mawsilî, nous le verrons plus loin, se sert des représentations occidentales à des fins d’éducation morale.

12Peu importe qu’il affabule ou qu’il dise la vérité, le voyageur respecte la crédulité de ses lecteurs et se montre sceptique face aux histoires invraisemblables qu’il entend, si bien qu’il favorise l’expérience sensible et cherche à constater les choses par lui-même afin de certifier l’existence des merveilles décrites dans son récit :

  • 28 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 47.

[…] ayant entendu parler de tout ce qui s’était passé dans ce pays et de l’existence des géants enterrés là, j’eus envie d’aller constater cela de mes yeux. […] enfin, arrivé à l’endroit où se trouvaient des ossements, je constatai qu’ils étaient énormes. Les crânes aussi. Je descellai de l’un d’eux une dent qui devait peser cent mithqal. J’examinai aussi l’os de la jambe et le mesurai. Il était d’une taille de vingt-cinq empans. Puis nous sortîmes de la caverne, très impressionnés par ce que nous avions vu. Quant à moi, j’emportai la dent en question28.

13La présence de squelettes de géants a été attestée au Pérou par quelques voyageurs contemporains d’Al-Mawsilî comme dans les Voyages de François Coreal aux Indes occidentales où l’auteur nous transmet une légende indienne :

  • 29 Coreal, Francisco, Voyages de François Coreal aux Indes Occidentales, Amsterdam, J. Frédéric Berna (...)

Les Indiens disent qu’autrefois, il y a eu des géants dans ce Païs, qu’ils vivoient de poisson, mais qu’ils ne laissoient pas de manger les gens. […] Ils disent qu’un jeune homme descendit du ciel tout raionnant de lumière comme le Soleil, qu’il les combattait avec des flammes de feu […]29.

  • 30 « Ces femmes ne s’adonnent à aucun exercice féminin, mais bien à ceux de l'arc et des flèches fabr (...)
  • 31 Le texte n’a pas été publié avant le XXe siècle et quand le père Rabbat l’a retrouvé, c’était l’un (...)

14Cette tendance à fabuler a été constatée chez un grand nombre de voyageurs, à leur tête Christophe Colomb, notamment lors de l’épisode décrivant les monstres à queue et les Amazones30, et Amérigo Vespucci, quant à sa description de la taille énorme des Indiens. Il est vrai que la période des Grandes découvertes et l’engouement pour l’exotisme qui s’en suivent ne correspondent pas à la période du voyage d’Al-Mawsilî où, en Europe, on est à la mode des turqueries et des chinoiseries avec une perception plus globalisée et moins magique que pendant la Renaissance. Cependant, notons qu’un potentiel31 lecteur arabe de l’époque, bercé par les fables des Mille et une Nuit depuis son plus jeune âge, aurait été déçu par un récit de voyage monotone et parfaitement réaliste.

De l’Eldorado et de la morale

  • 32 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 43.
  • 33 Ibid. p. 94.

15Si la traversée de l’Europe se résume à la charité de ses habitants et aux travaux d’ordre public d’une ampleur colossale, celle de l’Amérique nous décrit une dystopie où l’abondance de trésors et la facilité à les accumuler se heurtent aux dangers naturels (naufrage, éruption volcanique, tempête, attaque d’animaux dangereux comme l’alligator) et humains (le cannibalisme, la férocité des Indiens, la cupidité des colons). Aussi, désirant partir à Santa Fe de Bogotá en Colombie, extraire des émeraudes de cette contrée riche en mines et en minerais, le voyageur s’en est dissuadé en prétextant « qu’il y avait dans cette région des serpents venimeux mortels et que la distance à parcourir était très grande32 ». Une autre anecdote des plus extraordinaires nous est racontée lors de son passage aux îles Ladrones, au Panama, où le voyageur ayant « aperçu du sable mêlé à de l’or » et où il découvre « une perle de la grosseur d’un pois chiche » dans l’une des huîtres qu’il était en train de manger, il en fait part au capitaine du bateau : « N’en soyez pas étonné, me dit-il. Il y a de l’or dans toutes ces terres et dans tous ces fleuves. Mais les Espagnols n’osent pas venir les récupérer à cause des innombrables Indiens impies qui vivent dans cette contrée, sur les cimes des montagnes33 ». Néanmoins, cette déclaration du capitaine est déjà réfutée dans une autre anecdote recueillie par ouï-dire qu’Al-Mawsilî nous rapporte, lors de son passage à la ville de Cuenca en Équateur :

  • 34 Ibid. p. 54

On nous dit qu’il y avait plusieurs années de cela, [d]es Indiens s’étaient confectionné cinq petites pirogues, s’y étaient embarqués et étaient descendus jusqu’au bord de la route qu’empruntaient les commerçants espagnols. Un jour, tandis qu’ils étaient passés par là, chargés de marchandises, les Indiens avaient surgi brusquement. Les Espagnols avaient abandonné leurs marchandises et, craignant pour leur vie, s’étaient enfuis. Les Indiens avaient alors ouvert les paquets en avaient sorti toutes les marchandises parmi lesquelles ils avaient fait leur choix. À la place, ils avaient laissé des disques d’or. Les marchands, une fois revenus, avaient pris l’or laissé à la place de leurs marchandises34.

16Au lieu de s’emparer de toutes les marchandises espagnoles, les Indiens pratiquent le troc et échangent de l’or contre quelques objets sans valeur, mais qu’ils choisissent soigneusement et qui répondent à leur besoin. Le fait qu’ils négligent le métal précieux indiquerait que leur culture priorise la valeur de ce qui est rare par rapport à ce qui abonde. Bien que l’auteur appelle les Amérindiens des « Impies », une qualification péjorative qui était courante à l’époque, son récit exalte à plusieurs reprises leur honnêteté et leur mépris de l’or. En guise d’exemple, le voyageur arabe, grâce à la fidélité de son serviteur indien, réchappe d’un meurtre prémédité par deux muletiers mulâtres qui convoitent son argent. En effet, Al-Mawsilî nous suggère que le vrai danger ne vient pas des Indiens, mais de la cupidité des Espagnols. Pays d’Eldorado, l’Amérique représente par excellence une utopie de trésors. Mais cette richesse et cette quête de fortune sont décrites pour nous donner des leçons de morale sur la cupidité. Ainsi à l’île de Margarita (au Venezuela actuel) le narrateur rapporte une histoire édifiante sur les pêcheurs de perles espagnols qui s’était déroulée vingt ans auparavant :

  • 35 Ibid. p. 40.

Un jour, tandis qu’ils les extrayaient, ils firent le serment que la première perle qu’ils pêcheraient ce même jour, ils l’offriraient à l’église de la Vierge. Ayant constaté qu’ils avaient extrait une grosse perle de grand prix, ils regrettèrent leur serment et dirent : « Demain ce sera pour la Vierge ». Ils plongèrent le lendemain et sortirent une perle plus belle et plus chère que la première. Toujours habités par leur cupidité, ils dirent : « Demain nous tiendrons notre promesse faite à la Vierge. » Le quatrième jour, les plongeurs descendirent sous l’eau, comme à leur habitude pour en sortir des perles mais ils ne trouvèrent plus rien. Depuis ce jour on ne trouve plus de perles dans cette mer35.

  • 36 Selon Nûri Al-Jarrâh, Al-Mawsilî jouait le rôle de médiateur entre les autorités politiques et rel (...)

17Ce genre de récit sur la cupidité, déjà en quantité abondante, dans l’univers catholique-hispanique aurait pu influencer le voyageur arabe. En effet, il écarte toute description d’ordre lubrique et porte son attention sur la distinction parfois ténue entre le bien et le mal. Nous croyons que ceci serait dû à son éducation catholique et à son rôle de médiateur entre les autorités politiques et religieuses sans cesse en conflit dans les colonies espagnoles36.

18D’ailleurs, le thème de la recherche de l’or permet à Al-Mawsilî d'illustrer les ravages que subissent les populations locales. Par exemple, il rapporte une histoire qu’il a entendue dans la ville de Chucuito au Pérou à propos d’une guerre à proximité de cette localité entre les Espagnols, qui convoitaient l’or, et les Amérindiens qui défendaient leurs territoires :

  • 37 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 76.

Arrivés sur l’île, les cavaliers [espagnols] enfourchèrent leurs montures et fondirent tous ensemble sur les Indiens qu’ils taillèrent en pièces. Ils en tuèrent beaucoup. Les survivants furent faits prisonniers. Ils étaient au nombre de trois cents, sans compter les femmes et les enfants. Au cours de ce combat, ils avaient perdu six cents hommes. Puis les Espagnols les emmenèrent, depuis cette île jusqu’à Cuzco. Le ministre demanda à l’évêque de la ville de s’occuper d’eux et de leur inculquer les règles de la foi du Christ, de les baptiser et de les répartir un peu partout à travers le pays37.

  • 38 Ibid. p. 59.
  • 39 Ibid. p. 80.
  • 40 Entre autres : l’installation de nouvelles techniques dans le Nouveau Monde (la roue, la fonte des (...)

19L’auteur pointe du doigt la colonisation et dénonce l’exploitation économique de l’Amérique. Les Indiens dont « quelques-uns étaient de vrais chrétiens par conviction, d’autres l’étaient par peur38 », sont assimilés à leurs colonisateurs espagnols. En effet, les chefs des Indiens qui refusaient de réduire leurs sujets à l’esclavage et aux travaux forcés, étaient traités comme « des criminels et [les colons] les destituai[en]t39 ». Le fait de séparer les membres d’une même communauté et de les répartir dans des régions éloignées les unes des autres facilite l’appropriation de leurs territoires et l’effacement de leur identité culturelle. L’assimilation rapide de la civilisation occidentale par le Nouveau Monde, étant un processus complexe aux facettes multiples40, se traduit, dans le récit du voyageur arabe, par l’absence des scènes traditionnelles des premières rencontres entre Autochtones et Européens. En effet, le peu de contact officiel entre les Amérindiens et les nouveaux arrivants (en principe, un bateau y débarque une fois tous les trois ans) n’a pas vraiment aiguisé la curiosité des autochtones. Ceux-ci gardent leur sang-froid et affichent une froide indifférence, ils ne cherchent pas vraiment à faire connaissance avec Al-Mawsilî, et cette scène s’est reproduite dans tous les villages où il s’est rendu.

Un récit arabe d’influence occidentale ?

  • 41 Voir Kilpatrick, Hilary, « Between Ibn Baṭṭūṭa and al-Ṭahṭāwī: Arabic Travel Accounts of the Early (...)

20Bien que son récit, plein de dangers, de maladies, de tempêtes, de plantes carnivores et d’animaux sauvages, rappelle le rihla41 (voyage), – un genre littéraire arabe – l’objectivité de l’auteur qui consiste à décrire ses observations sans les commenter demeure influencée par ses propres lectures dans lesquelles il puise ses informations :

  • 42 Traduction personnelle : « Clearly Elias has poached an anecdote from a book that he had read, and (...)

Il est clair qu’Elias [Al-Mawsilî] a pioché une anecdote dans un livre qu’il avait lu, et l’a faite sienne. De ses rencontres avec des chauves-souris-vampires et des insectes mortels, en passant par la découverte du corps d’un garçon dans l’estomac d’un crocodile, jusqu’aux plantes grimpantes qui rampaient sur le sol pour le capturer, il errait sauvagement dans un jardin d’histoires, dont beaucoup avaient déjà été racontées par des écrivains espagnols42.

  • 43 « What they [his readers] could not have known was that, when Elias narrated the story of his jour (...)

21Ghobrial assimile Al-Mawsili à un « Don Quichotte43 » qui revit des histoires qu’il a découvertes dans les livres espagnols. Son raisonnement se base sur la relation d’Al-Mawsilî avec Juan de La Cantera avec qui il a voyagé à bord du navire en partance pour l’Amérique. Ce dernier avait en tête de reprendre ses fonctions pour devenir le nouveau chef de l’Inquisition au Pérou. Il a accueilli Al-Mawsilî pendant un an à Lima. Ghobrial pense que Juan de La Cantera avait probablement à sa disposition une bibliothèque qui aurait pu être très utile au voyageur arabe :

  • 44 Traduction personnelle : « The association with La Cantera goes some way towards explaining why an (...)

Son lien avec Juan de La Cantera explique en partie pourquoi un texte arabe destiné à un public chrétien oriental est écrit sur le modèle d’une autobiographie européenne et se rapproche de la littérature de voyage de cette période. Les deux hommes auraient même pu travailler ensemble dans un processus de « traduction collaborative » par lequel La Cantera aurait guidé Elias dans ses lectures de sources espagnoles44.

  • 45 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 71.

22Si Al-Mawsilî s’était associé à La Cantera, cela aurait pu expliquer l’influence des récits de voyages occidentaux sur son texte. Ceci pourrait aussi expliquer pourquoi l’image de l’Amérindien dans son récit est plutôt positive. Même quand le voyageur arabe s’acharne sur ce dernier, ce qui est rare, il se sert des clichés occidentaux comme lorsqu’il décrit le cannibalisme que subissent les Espagnols à proximité de la ville de Paucartambo45. Mais on ignore l’origine de cette anecdote, ni même si elle a été recueillie oralement ou s’il s’agit d’un témoignage oculaire. Malgré ses lectures des textes occidentaux et le fait que l’auteur soit sous l’égide des inquisiteurs, il est resté objectif dans sa narration :

  • 46 Al-Jarrâh, Nûri, « Introduction », in Elias Al-Mawsilî, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (16 (...)

Dans un tel contexte, on ne peut que reconnaître à Al-Mawsilî le mérite d’avoir décrit les choses sans passion et de s’être exprimé avec une certaine objectivité. Dans des cas bien précis, il expose les faits d’une manière équilibrée, sans laisser percer ses propres sentiments et sans donner, non plus, son point de vue ni son interprétation personnelle qui pourrait influencer le lecteur et fausser son analyse d’un fait, d’une anecdote ou d’un phénomène46.

23Al-Mawsilî ne nous a pas transmis beaucoup de descriptions des usages et des coutumes des autochtones, de leur religion ou de leur structure sociale. Mais nous croyons que cette lacune serait liée, entre autres, aux transformations culturelles et au métissage qui touchent les populations locales et qui les englobent dans une économie mondiale. Cependant, l’image que dessine Al-Mawsilî des Amérindiens en tant que personnes vertueuses ne convoitant pas l’or et qui méconnaissent son prix et sa valeur marchande, nous invite à méditer sur la colonisation et à nous lamenter sur leur sort tragique. De plus, cette représentation idéaliste des indigènes démontre que le regard du voyageur arabe est peu ou prou modelé par une pensée occidentale.

Récit anecdotique

24Le récit d’Al-Mawsilî est un récit anecdotique. Son rôle purement informatif est lié au fait que le narrateur se contente d’énumérer les noms des lieux visités et des personnes rencontrées plutôt que de s’attarder sur la description d’une nature exotique ou des scènes ethnographiques :

  • 47 L’auteur ne précise pas le nom du détroit. Mais d’après sa description, on comprend bien qu’Al-Maw (...)
  • 48 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 96.

Nous mîmes dix heures à traverser ce détroit47. Je descendis dans un hameau appelé Amapala qui comptait quatre maisons d’Indiens. Là, je rencontrai un Espagnol qui venait de Yeni Dünya et partait pour le Pérou. Il me raconta qu’il avait vendu son cheval à un Indien avec sa selle et sa bride deux piastres et demie pour payer sa traversée du détroit. De là, nous partîmes et parcourûmes quarante parasanges en huit jours. Nous arrivâmes à un village d’Indiens appelé Amushayu. De là, nous repartîmes et fîmes huit parasanges, avant d’atteindre un village du nom de San Miguel. De là, nous parcourûmes huit parasanges et arrivâmes à un village appelé Zuruaqun. Six parasanges plus loin, nous arrivâmes au village d’Istipeque. De là, nous fîmes sept parasanges et arrivâmes au village de Cuquinbit. De là, nous partîmes pour le village de San Martin, distant de huit parasanges. De là, nous allâmes à San Salvador48.

25Cela serait dû à la vitesse à laquelle le narrateur se déplace pour visiter le plus grand nombre d’endroits possible en écourtant la durée de ses séjours afin de réaliser cet objectif au mieux. Si bien que la plupart des anecdotes racontées dans le texte représentent des histoires rapportées par ouï-dire :

  • 49 Ibid. p. 40, 47, 54, 76, 94.

On nous raconta à son propos que, vingt ans auparavant, les pêcheurs qui plongeaient près de l’île ressortaient de l’eau avec des huîtres de perles de grande taille et de la plus belle couleur.
[…] ayant entendu parler de tout ce qui s’était passé dans ce pays et de l’existence des géants enterrés là […].
On nous dit qu’il y avait plusieurs années de cela, [des] Indiens s’étaient confectionné cinq pirogues, s’y étaient embarqués et étaient descendu jusqu’au bord de la route qu’empruntaient les commerçants espagnols.
Là, on me raconta le cas d’un Indien qui possédait une riche mine dont il n’avait pas déclaré l’existence aux Espagnols.
Ayant aperçu du sable mêlé à de l’or, je le fis remarquer au capitaine du bateau qui était né dans ce pays. « N’en soyez pas étonné, me dit-il. Il y a de l’or dans toutes ces terres et dans tous ces fleuves49 ».

  • 50 Ouellet, Réal, La relation de voyage en Amérique, XVIe-XVIIIe siècles : au carrefour des genres, Q (...)
  • 51 Todorov, Tzvetan, « Fictions et vérités » L'Homme, vol. 29 n° 111-112, 1989, p. 10.

26Ce qui prouve que le narrateur n’a pas eu le temps de se placer en bon observateur et qu’il s’est limité à restituer ce qu’il avait entendu des personnes rencontrées lors de ses déplacements ou de ceux qui l’avaient accompagné pendant ses voyages. Tandis que la chronologie thématique d’un récit de voyage situe l’aventure dans un contexte historique, « l’anecdotique vient ré-écrire l’événementiel historique et cautionner, par sa seule présence, le savoir nouveau50 ». Or, l’anecdote solidifie le texte et dissimule les lacunes imposées par la fonction informative du récit qui oscille entre la chronologie des déplacements et l’enchaînement thématique. Les effets d’attente instaurés grâce à la fiction révèlent l’originalité du texte et lui confèrent une dimension réaliste, ce qui lui donne une plus grande valeur que celle d’un simple répertoire monotone. Constatons que l’Amérique, comme le montre Tzvetan Todorov, a été nommée en référence à Amerigo Vespucci plutôt qu’à celle de Christophe Colomb, le premier à se rendre compte de l’existence d’un Nouveau Continent. Ce qui permet à Todorov d’en déduire que les qualités littéraires de Vespucci prévalaient sur celles de Colomb et d’en arriver à la conclusion suivante : « la fiction est plus vraie que l’histoire51 ».

Un récit écrit en Arabe

  • 52 John-Paul A. Ghobrial, op. cit. p. 89-93.
  • 53 Ibid., p. 90.
  • 54 Ibid. p. 92.
  • 55 Ibid. p. 91-92.
  • 56 Voir Gruzinski, Serge, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, Éditions (...)
  • 57 Abraham Ecchellensis (en latin) a écrit la plupart de ses textes en latin. Voir Heyberger, Bernard (...)
  • 58 Les manuscrits sont conservés à Londres et à Rome : le plus ancien, daté de 1751, est conservé à l (...)

27De retour en Europe à l’issue de son périple vers le Nouveau Monde, Al-Mawsilî n’est jamais revenu à Mosul, sa ville natale, et a passé les dernières années de sa vie en Espagne52. Qu’est devenu son texte ? L’historien John-Paul Ghobrial, qui s’est attaché à retrouver les traces d’Al-Mawsilî dans les archives arabes et occidentales, affirme, en se basant sur les colophons des manuscrits existants, que le manuscrit original du voyageur arabe a été achevé à Puerto de Santa Maria en 1699, peu avant sa mort dans cette même ville53. Ghobrial se pose alors la question : pourquoi Al-Mawsilî a-t-il écrit ce récit en arabe alors qu’il vivait en Espagne à la fin de sa vie ? En d’autres termes, si Al-Mawsilî destinait son œuvre à de potentiels bienfaiteurs, pourquoi alors l’écrire dans une langue qu’ils ne sont pas a priori censés comprendre, et, en leur exposant des récits qu’ils connaissaient déjà, grâce aux livres imprimés en espagnol54 ? Ghobrial croit qu’Al-Mawsili a peut-être eu l’intention de publier le livre pour le diffuser dans l’Empire ottoman55. Cette hypothèse paraîtrait tout à fait logique, notamment quand on sait qu’Al-Mawsilî parlait couramment turc et que les Ottomans avaient des ambitions56 sur le continent américain. Toutefois, nos recherches n’ont pas abouti à la découverte de traces qui prouveraient que le récit de voyage était destiné à être publié dans l’Empire ottoman. En outre, il apparaît difficile d’imaginer qu’un texte écrit en arabe pourrait intéresser un public européen. En principe, les chrétiens d’Orient qui cherchaient à s’attirer les faveurs des Occidentaux ont écrit en langues européennes, tel fut le cas du savant maronite Ibrahim Al-Haqilani57. Ainsi, on ne peut pas parler véritablement de réception critique avant le XXe siècle puisque, de ce récit de voyage, il n’a été conservé que deux copies seulement, enfouies dans les archives de Rome et de Londres58 jusqu’à ce que le Père Rabbat en retrouve un exemplaire dans les archives de l’Archéparchie d'Alep et la publie en 1905.

Un point de vue oriental ?

  • 59 Febure, Michele, Relation des capucins de Baghdad et Mossoul, 1664, Bibliothèque Franciscaine de P (...)
  • 60 Ibid., p. 74,79-80.
  • 61 Parmi ces titres « Protonotarios apostolios », Staurophoros, « Porteur de la croix de Saint-Pierre (...)

28Le lecteur arabe ou occidental, séduit par les origines orientales de ce voyageur, espère que celles-ci influenceront son récit au point de nous apporter une nouvelle vision de l’Amérique. Mais à la lecture de son récit, nous restons frustrés face à l’absence de points de repères et d’analogies reliant ou opposant le Nouveau Monde à l’Orient. Cela pourrait s’expliquer par le fait qu’ayant renoncé à la doctrine nestorienne, hérétique aux yeux du Pape, Al-Mawsilî se soit dressé contre son oncle le patriarche Eliya Shimûn qui lui interdisait, notamment « de dire la Messe, de baptiser, et de marier59 » dans les églises locales. Al-Mawsilî s’est alors converti au catholicisme et s’est rangé du côté de Rome60 qui le soutient financièrement et lui attribue des titres honorifiques61. On comprend mieux maintenant l’allusion que fait Al-Mawsilî dans le préambule de son récit de voyage :

  • 62 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 26-27.

[…] quelques communautés ont refusé d’obéir à l’Église romaine et à son chef le Saint Père, le Pasteur suprême. Elles se sont donné d’autres chefs, opposés les uns aux autres, jusqu’à ce que le Très-Haut excite contre eux leurs ennemis, […]. Ces communautés étaient sorties du giron de la Sainte-Église. Le Seigneur Christ a voulu qu’elles fussent remplacées par d’autres gens de races et de natures différentes, aux langues étrangères, habitant dans les steppes et les montagnes, menant une vie sauvage proche de celle des animaux […] beaucoup de ces hommes après leur entrée dans la foi en Jésus-Christ, ont été comptés au nombre des saints62.

  • 63 Ghobrial pense que le récit d’Al-Mawsilî sur le Nouveau Monde sous le règne catholique représente (...)

29Al-Mawsilî aurait fait allusion à la découverte du Nouveau Monde en tant que signe de désapprobation de Dieu à l’égard de l’Église orientale63 dont « les communautés [qui] ont refusé d’obéir à l’Église romaine » seront « remplacées par d’autres gens de races et de natures différentes ». Pourtant, nous croyons que l’allusion faite aux chrétiens d’Orient dans son préambule n’aurait pas vraiment influencé l’ensemble de son récit. Car vouloir à tout prix reprocher à ses compatriotes leur égarement et leur éloignement du bon chemin (le Catholicisme) impliquerait non seulement qu’il y décrive la diffusion et le triomphe du Christianisme dans les colonies espagnoles d’Amérique. Mais aussi, qu’il y expose – ce qu’il n’a pas fait – un va-et-vient d’idées et d’arguments entre le Nouveau-Monde et l’Orient. Nous croyons plutôt que l’absence de comparaison entre les deux est due à l’éducation catholique du prêtre. Celle-ci prédomine sur sa matrice culturelle ; et sa tendance naturelle à prêcher la bonne parole, qui l’inciterait à ne pas mettre sur un piédestal son pays natal, où prédominent l’Islam et le Nestorianisme hérétique, et aussi à tenir un discours abstrait où le bien et le mal seraient les seules références communes. C’est là que nous rejoignons le discours de Kratchkovski (voir supra) par rapport à la restitution fidèle du témoignage d’Al-Mawsilî et que nous trouvons son attitude objective par rapport au fait que le voyageur ne laisse percer que rarement ses origines culturelles dans ses écrits, et qu’il ne se compare pas à l’Autre. En effet, on ne peut pas porter notre jugement de valeur sur l’Autre sans s’identifier à lui ou au contraire se distancier par rapport à lui.

30Mais si Al-Mawsilî était musulman ou juif, aurait-il vu et décrit le Nouveau Monde autrement ? Notre méconnaissance de la nature exacte de sa mission rend cette question épineuse. Cependant, rappelons qu’à l’époque de notre voyageur, on ne pouvait se déplacer que sous l’égide de la couronne espagnole, notamment dans les régions visitées par Al-Mawsilî. Nous constatons aussi qu’à cette période de l’histoire, le Nouveau Monde est synonyme dans l’imaginaire collectif, de paradis terrestre, en raison notamment des images véhiculées par les récits de voyages portant sur ses merveilles, ses dangers et sur l’abondance d’or. Cela dit, la foi de notre voyageur importerait peu et nous croyons que si Al-Mawsilî avait été musulman ou juif, il n’aurait pas pu voir les choses sous un autre angle. En effet, dans la mesure où il ne se risquait pas en dehors des colonies espagnoles et dans la mesure où la plupart des anecdotes transmises ne sont que des ouï-dire. De fait, la pénurie des rapports qu’entretient Al-Mawsilî avec les indigènes explique la place tout à fait marginale qu’ils occupent dans son récit de voyage, comme s’ils étaient à l’arrière-plan de son tableau, au même titre que celui d’un paysage exotique.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrage analysé :

Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), récit de voyage édité et présenté par Nûri al-Jarrâh, traduit de l’arabe par Jean-Jacques Schmidt, Paris, Actes Sud, « Sindbad », 2011. Texte en langue originale : Nûri Al-Jarrâh à Elias Al-Mawsilî, Al-Dhahab wa al-âsifa, Rihlat Ilyâs al-Mawsilî ilâ Amîrkâ, Abu Dhabi, Dâr al-Suwaydîn-, en coédition avec Al-Mu’assasa al-‘arabiyya lil-dirâsât wa al-nashr, Beyrouth, 2001.

Autres textes cités :

Al-Mawsilî, Elias, Al-Dhahab wa al-âsifa, Rihlat Ilyâs al-Mawsilî ilâ Amîrkâ, Abu Dhabi, Dâr al-Suwaydîn-, en coédition avec Al-Mu’assasa al-‘arabiyya lil-dirâsât wa al-nashr, Beyrouth, 2001.

Ar-Râdi, Ibtihâj, « Rihlat Al-Mwatan Al-Iraqi Elias Al-Mawsilî », Al-Mawrid, avril 1975, 4°.

Berthe, Jean-Pierre, « AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole », in Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : http://www.universalis-edu.com.janus.bis-sorbonne.fr/encyclopedie/amerique-histoire-amerique-espagnole/

Chinard, Gilbert, l’Amérique et le rêve exotique dans la littérature française au XVIIe et au XVIIIe siècle, Paris, Libraire Hachette et Cie, 1913

Coreal, Francisco, Voyages de François Coreal aux Indes Occidentales, traduit de l’Espagnol par John Narborough, Amsterdam, J. Frédéric Bernard,1722.

Krachkovski, Ignati, Ta'rīh̲ al-adab al-ğugrāfī al-ʻarabī. Istoria Arabskoi Geograficheskoi Literatury, Igor' Beliaev (éd.), Ṣalāḥ ad-Dīn ʻUt̲mān. Hāšim (trad.), Le Caire, Laǧna at-taʻlīf wa-l-tarǧama wa-l-našr, 1963.

Lunde, Paul, « The New World Through Arab Eyes », Aramco World: Arab and Islamic cultures and connections, mai-juin 1992, V. 34, 3°, p. 56-65.

Ouellet, Réal, La relation de voyage en Amérique : XVIe-XVIIIe siècles : au carrefour des genres, Québec, Les Presses de l'Université Laval, 2010.

Al-Mawsilî, Elias, « Rihlat Awal Sa’eh Charqi Ila Amerca », Al-Machriq, Rabat Antoine (éd.), 15 septembre 1905, 18°.

Todorov, Tzvetan, La Conquête de l'Amérique - La question de l'autre. Paris, Seuil, 1982.

Todorov, Tzvetan, « Fictions et vérités », L'Homme, 1989, tome 29, n° 111-112, col. « Littérature et anthropologie », p. 7-33.

Haut de page

Notes

1 Al-Mawsilî, Elias, « Rihlat Awal Sa’eh Charqi Ila Amerca », Al-Machriq, Antoine Rabat (éd.), 15 septembre 1905, 18°.

2 ar-Râdi, Ibtihâj, « Rihlat Al-Mwatan Al-Iraqi Elias Al-Mawsilî », Al-Mawrid, avril 1975, no 4.

3 Al-Mawsilî, Elias, Al-Dhahab wa al-âsifa, Rihlat Ilyâs al-Mawsilî ilâ Amîrkâ, édité et présenté par Nûri Al-Jarrâh, Abu Dhabi, Dâr al-Suwaydîn-, en coédition avec Al-Mu’assasa al-‘arabiyya lil-dirâsât wa al-nashr, Beyrouth, 2001.

4 Krachkovski, Ignati, Ta'rīh̲ al-adab al-ğugrāfī al-ʻarabī. Istoria Arabskoi Geograficheskoi Literatury, Igor' Beliaev (éd.), Ṣalāḥ ad-Dīn ʻUt̲mān. Hāšim (trad.), Le Caire, Laǧna at-taʻlīf wa-l-tarǧama wa-l-našr, 1963. Traduit en annexe dans Elias Al-Mawsilî, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 130.

5 Ibid.

6 « C'est une expression relativement récente que celle d'« Amérique espagnole » pour désigner les domaines de la couronne de Castille dans le Nouveau Monde. Les Espagnols eux-mêmes n'ont longtemps parlé, officiellement, que des “Indes, îles et terres fermes de la mer Océane" (Indiasislas y tierra firme del mar Oceano), plus simplement des “Indes occidentales“, ou des “Indes“ tout court. […] L'usage de plus en plus fréquent des termes « Amérique » et « américain » à partir du milieu du XVIIIe siècle coïncide avec un changement de perspectives. Pour l'administration de plus en plus centraliste des Bourbons d'Espagne, influencée sans doute par les conceptions anglaises et françaises, l'Amérique devient avant tout une colonie dont les intérêts sont subordonnés à ceux de la métropole. ». Berthe, Jean-Pierre, « AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : http://www.universalis-edu.com.janus.bis-sorbonne.fr/encyclopedie/amerique-histoire-amerique-espagnole/

7 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), récit de voyage édité et présenté par Nûri al-Jarrâh, traduit de l’arabe par Jean-Jacques, Paris, Schmidt, Actes Sud, « Sindbad », 2011, p. 30.

8 Ibid., p. 31.

9 Paul Lunde affirme qu’Al-Mawsilî parlait couramment le turc, le kurde et qu’il connaissait probablement le français grâce à ses relations avec les frères mineurs capucins. Il a aussi appris l’italien et l’espagnol pendant ses voyages en Europe et en Amérique. Lunde, Paul, « The New World Through Arab Eyes », Aramco World: Arab and Islamic cultures and connections, vol. 34, no 3, 05-06/1992, p. 57.

10 « Il s’agit de la Société des sœurs de la charité, fondée par saint Vincent de Paul ». Voir « Notes du père Antoine Rabbat » in Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 115-125, p. 117.

11 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 31-32.

12 Ibid. p. 39.

13 Ibid.

14 « Le XVIIIe siècle connaît en Amérique espagnole une période de mouvement et de transformations, qui contraste avec le climat général des époques antérieures et, surtout avec l'isolement des Indes et du monde hispanique au XVIIe siècle. L'avènement au trône d'Espagne de Philippe V et de la dynastie des Bourbons s'accompagne, par la force même des choses, d'une certaine ouverture de l'Amérique au monde extérieur : l'alliance franco-espagnole entraîne la présence d'escadres françaises dans les ports des Indes ; les armateurs de Saint-Malo en profitent pour se livrer à la contrebande à grande échelle dans la mer du Sud jusque vers 1720. Au traité d'Utrecht (1713), l'Angleterre, par la concession de l'asiento des esclaves et du « vaisseau de permission », se fait entrouvrir le marché des Indes. Ce sont autant de brèches sérieuses au monopole commercial espagnol ; avec les marchandises étrangères pénètrent en Amérique des hommes, des livres, des idées. ». Berthe, Jean-Pierre, « AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole », op. cit.

15 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 77.

16 Ibid. p. 83.

17 « This effect is an image of Elias as the ideal missionary: curing the sick, reconiling people to one other, intervening in local politics and setting an example to all those around him ». Ghobrial, John-Paul A., « The Secret Life of Elias of Babylon and The Uses of Global “Microhistory” », Past & Present, 2014, no 222, p. 66.

18 Pour une copie du laissez-passer accordé à Al-Mawsilî : « Real Cédula dando licencia a Don Elias, de nacionalidad Caldea, Canonigo de la iglesia de Babilonia, para pasar a Indias a pedir limosna por tiempo de 4 anos », Archivo General de Indias, Indiferente General, 430, vol. 41, fos. 361-362. Cité par Ghobrial, John-Paul A., op. cit., p. 62.

19 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 61.

20 Ibid. p. 49-50.

21 Ibid. p. 39.

22 Ibid. p. 44.

23 Ibid. p. 44-45.

24 Ibid. p.45.

25 Ibid.

26 Rabbat, Antoine, « Notes du père Antoine Rabbat » in Ibid., p. 119-120.

27 Chinard, Gilbert, l’Amérique et le rêve exotique dans la littérature française au XVIIe et au XVIIIe siècle, Paris, Libraire Hachette et Cie, 1913, p. v-vi.

28 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 47.

29 Coreal, Francisco, Voyages de François Coreal aux Indes Occidentales, Amsterdam, J. Frédéric Bernard, 1722, p. 309-310.

30 « Ces femmes ne s’adonnent à aucun exercice féminin, mais bien à ceux de l'arc et des flèches fabriquées comme ci-dessus dit de roseaux, et elles s’arment et se couvrent de lames de cuivre qu’elles ont en abondance » (« Lettre de Colomb à Santangel », février-mars 1493). « Restent vers le ponant deux provinces que je n’ai point parcourues, dont l'une, qu’ils appellent Avan, où les gens naissent avec une queue. » (Ibid.) Cité par Todorov, Tzvetan, La Conquête de l'Amérique. La question de l'autre. Paris, Seuil, 1982, p. 25.

31 Le texte n’a pas été publié avant le XXe siècle et quand le père Rabbat l’a retrouvé, c’était l’une des deux copies connues aujourd’hui, enfouies dans les archives du Vatican et d’Alep. Voir note n° 56.

32 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 43.

33 Ibid. p. 94.

34 Ibid. p. 54

35 Ibid. p. 40.

36 Selon Nûri Al-Jarrâh, Al-Mawsilî jouait le rôle de médiateur entre les autorités politiques et religieuses dans les colonies espagnoles. Al-Jarrâh, Nûri, « Introduction » in Elias Al-Mawsilî, Al-Dhahab wa al-âsifa, Rihlat Ilyâs al-Mawsilî ilâ Amîrkâ, op. cit., traduit en annexe dans Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 8.

37 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 76.

38 Ibid. p. 59.

39 Ibid. p. 80.

40 Entre autres : l’installation de nouvelles techniques dans le Nouveau Monde (la roue, la fonte des métaux etc.), l’introduction des animaux comme le cheval, l’Évangélisation des populations locales, la propagation des maladies comme la grippe, qui ont pris des proportions de pandémie.

41 Voir Kilpatrick, Hilary, « Between Ibn Baṭṭūṭa and al-Ṭahṭāwī: Arabic Travel Accounts of the Early Ottoman Period », Middle Eastern Literatures, vol. 11, n° 2, 2008. Voir aussi Muhanna, Elias, « Ilyâs al-Mawsilî », Essays in Arabic Literary Biography, 1350-1850, Joseph E. Lowry and Devin J. Stewart (dir.), 2009.

42 Traduction personnelle : « Clearly Elias has poached an anecdote from a book that he had read, and has made it his own. From his encounters with vampire bats and deadly insects, to his discovery of a dead boy in the stomach of a crocodile, to vines that stretched out from the ground to capture him, he roamed wildly in a garden of stories, many of which had first been told by Spanish writers », Ghobrial, John-Paul A., ), op. cit., p. 70.

43 « What they [his readers] could not have known was that, when Elias narrated the story of his journey, he lived like Don Quixote as much through the stories he encountered in the pages of books as through the real world encountered he in the Americas. », ibid. p. 70-71.

44 Traduction personnelle : « The association with La Cantera goes some way towards explaining why an Arabic text aimed at an Eastern Christian audience reads much like many other specimens of European autobiography or travel literature from this period. The two men might even have worked together in a process of ‘collaborative translation’ whereby La Cantera guided Elias through the Spanish sources », ibid. p. 69.

45 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 71.

46 Al-Jarrâh, Nûri, « Introduction », in Elias Al-Mawsilî, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit. p. 16.

47 L’auteur ne précise pas le nom du détroit. Mais d’après sa description, on comprend bien qu’Al-Mawsilî se trouvait à proximité de la ville d’El Viejo au Nicaragua et qu’il souhaitait rejoindre San Salvador par la mer.

48 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 96.

49 Ibid. p. 40, 47, 54, 76, 94.

50 Ouellet, Réal, La relation de voyage en Amérique, XVIe-XVIIIe siècles : au carrefour des genres, Québec, Presses de l’Université Laval, 2010, p. 5.

51 Todorov, Tzvetan, « Fictions et vérités » L'Homme, vol. 29 n° 111-112, 1989, p. 10.

52 John-Paul A. Ghobrial, op. cit. p. 89-93.

53 Ibid., p. 90.

54 Ibid. p. 92.

55 Ibid. p. 91-92.

56 Voir Gruzinski, Serge, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, Éditions de La Martinière, 2004.

57 Abraham Ecchellensis (en latin) a écrit la plupart de ses textes en latin. Voir Heyberger, Bernard (dir.), Orientalisme, science et controverse : Abraham Ecchellensis, 1605-1664, Brepols, Turnhout, 2010.

58 Les manuscrits sont conservés à Londres et à Rome : le plus ancien, daté de 1751, est conservé à la British Library, IO Islamic MS 3537. La copie à Rome est la même que celle découverte par Rabbat à Alep, maintenant conservée à la Bibliothèque du Vatican sous référence Sbath MS108. Un colophon indique que cette copie a été réalisée en 1817. Voir Ghobrial, John-Paul A., op. cit. p. 54.

59 Febure, Michele, Relation des capucins de Baghdad et Mossoul, 1664, Bibliothèque Franciscaine de Paris, MS 191, p. 163-166. Cité par Ghobrial, John-Paul A., op. cit. p. 81.

60 Ibid., p. 74,79-80.

61 Parmi ces titres « Protonotarios apostolios », Staurophoros, « Porteur de la croix de Saint-Pierre », comte palatin et chapelin du roi d’Espagne, ainsi que « Superviseur de l’Église chatolique de Bagdad », lui est décerné par la reine d’Espagne. Voir Al-Jarrâh, Nûri, « Introduction », in Elias Al-Mawsilî, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit. p. 11.

62 Al-Mawsilî, Elias, Un Irakien en Amérique au XVIIe siècle (1668-1683), op. cit., p. 26-27.

63 Ghobrial pense que le récit d’Al-Mawsilî sur le Nouveau Monde sous le règne catholique représente une puissante forme de propagande : « his stories about the New World under Catholic rule represented a powerful form of propaganda, and this is how the Book of Travels would have been read by his contemporaries ». John-Paul A. Ghobrial, op. cit. p. 72, 89.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdel Rahman Alnatsheh, « Le voyage d’Al-Mawsilî : le premier Arabe à se rendre sur le continent Américain (1675-1683) »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/90708 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.90708

Haut de page

Auteur

Abdel Rahman Alnatsheh

Professeur assistant de littérature française à l’Université de Petra-Jordanie.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search