Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2023Marta Craveri & Anne Marie ...

2023

Marta Craveri & Anne Marie Losonczy, Enfants du Goulag

Carmen Bernand
Référence(s) :

Marta Craveri & Anne Marie Losonczy, Enfants du Goulag, Paris, Belin, 2017, 275 p.

Texte intégral

1Pourquoi recenser ce livre qui porte sur la mémoire du Goulag dans Nuevo Mundo, Mundos nuevos ? Selon les critères « présentistes » – qui ne sont pas les miens – qui condamnent l’obsolescence d’un texte de 2017 sur des événements vécus entre la guerre mondiale, la mort de Staline et les années qui s’ensuivirent, il ne devrait pas apparaître en 2023. L’ouvrage en question ne porte pas non plus sur l’Amérique latine même si A.M. Losonczy est une américaniste connue. Il a pourtant sa place dans cette revue pour deux raisons principales : les faits qui s’y déroulent renvoient à une actualité évidente et la problématique de la guerre et des déportations n’est pas étrangère au continent qui intéresse cette revue. À ces deux considérations s’ajoute le regard ethnographique que les deux autrices posent sur ces événements, les Goulag soviétiques, à partir des souvenirs d’enfance des survivants adultes. Le retard de cette recension, dont je suis en partie responsable, est dû à la confusion temporelle qu’ont provoqué les années covid. Il m’a semblé qu’il était temps de revenir sur cet ouvrage qui prend aujourd’hui une intensité accrue.

2Il existe des témoignages importants sur les déportations soviétiques. Comme les autrices le signalent, les personnes condamnées aux travaux forcés relèvent de deux catégories administratives : les prisonniers des camps et les « déplacés » spéciaux dans des villages de peuplement, visés en tant que groupe social ou ethnique. Dans cet ouvrage, ce sont les enfants qui constituent l’essentiel de ce texte, à travers leur histoire, leur expérience, leur formation.

3Cette ethnographie nous concerne, aussi bien pour réinterpréter le passé à travers les souvenirs des enfants. Il peut d’ailleurs servir de guide, même si les situations sont différentes, et s’interroger sur les effets des migrations des familles de l’Amérique centrale et du Mexique vers les États-Unis, ou encore celles des Vénézuéliens en Amérique du Sud. Comment sont-elles vécues par les plus jeunes ? Enfin, la guerre actuelle qui ravage l’Ukraine, les migrations diverses d’Asiatiques et d’Africains vers l’Europe, entraînent aussi des enfants de tous âges.

4Cette enquête sur la mémoire des enfants a été effectuée à une époque « tardive » comme les autrices le signalent, c’est-à-dire, après les déchirements subis et réinterprétés forcément à l’âge adulte. Les récits sont donc contextualisés, les silences des témoignages, respectés.

5Il y a d’abord les faits bruts : des enfants arrachés à leur famille, les déportations massives, l’impuissance des parents et leur humiliation publique, l’interminable voyage vers la fin du monde. Certes, beaucoup de ces enfants ont survécu, contrairement à ce qui s’est passé dans les camps nazis. Le douloureux paradoxe, pour les juifs du Goulag, est d’après Juliana Zarchi, née en 1938, juive interviewée par les autrices, « d’avoir survécu à l’extermination grâce à la déportation ». « Toute ma vie je me suis sentie différente, j’ai toujours été entre deux-mondes ». Cet « entre-deux » était souvent présent dans des témoignages indigènes concernant leur lointaine enfance, comme je pus le constater aussi bien chez les Chiriguano d’Argentine (1964) que chez les paysans andins de Pindilig (1973-1978).

6Le problème posé par cet ouvrage n’est pas de hiérarchiser des systèmes totalitaires qui ont provoqué des millions de morts. Ce que ce livre nous apporte aussi et qui est précieux pour nous tous, ethnologues et historiens, est le renversement provoqué par la débrouille infantile qui, dans la plupart des cas, transforme les adultes en dépendants. Comme les personnes interviewées le rappellent, la population de la Sibérie est constituée par d’anciens déportés, d’abord sous l’Empire tsariste, puis par les victimes du pouvoir communiste lesquels, dès le début, doivent négocier avec les populations locales.

7Comme beaucoup d’anthropologues, je dois à des enfants, que j’ai toujours traités en adultes sans bêtifier comme le font souvent les « grandes personnes », des récits mythiques et des expériences personnelles curieuses dont ils ne pouvaient pas parler à l’école. C’est pourquoi ce livre nous apporte beaucoup et complète l’ethnographie classique dite « de rescate » menée sur les plus la population plus vieille. Prenons quelques exemples. Dans les récits réunis dans ce livre, l’émergence de quelques lumières de joie, typiques de l’enfance, prend une place importante, ainsi que la « conscience de la vulnérabilité des parents et des frère ou sœurs aînées ». Ce renversement générationnel est un des aspects les plus importants de cette étude. Pour nous, anthropologues, habitués aux récits initiatiques, ce mouvement inverse est saisissant. Le livre développe aussi le contexte naturel et climatique dans lequel ces enfants évoluent. La débrouille des enfants sur les glaces sibériennes relève d’une « initiation » commandée par la survie, très dure et très importante dans leur vie. Le froid, la neige et les loups ont forgé une endurance que nous voyons aujourd’hui à l’œuvre chez leurs descendants ukrainiens. Il y a aussi l’émerveillement provoqué par la nature nourricière. Il y a aussi l’explosion de joie du printemps, que l’on retrouve dans d’autres temps et sous d’autres cieux, dans le calendrier festif des amérindiens. Une ivresse que seule la musique, dont celle de Vivaldi, a su rendre

8L’enfance passée dans un orphelinat, en cas de mort des parents, est bien plus terrible que le froid des steppes. On note encore l’ambivalence émotionnelle des évocations de l’environnement naturel, si difficile ainsi que la fascination (millénaire) suscitée par des ours.

« Je ne sais pas pourquoi la Sibérie est devenue le lieu de la souffrance des exilés. C’est le plus bel endroit du monde ! Tout y pousse, des fleurs merveilleuses, des baies de toutes sortes. Ils en ont fait un lieu d’exil, de souffrance des peuples, alors qu’ils auraient dû en faire un centre international de vacances » (p. 108).

9Après l’éclatement de la famille, vient le temps du retour dans le monde des parents, souvent décevant. On constate que les témoignages deviennent plus ternes, même si la mémoire est diverse. La vérité reste toujours subjective mais la nostalgie de la débrouille et des espaces (paradoxalement celle de la liberté) est une marque identitaire embellie probablement par le temps.

10En fait ce livre nous apprend beaucoup de choses sur le lien des générations et à ce titre il nous fait réfléchir sur le regard, si important, porté par l’enfant sur le monde. Il nous oblige à regarder autrement les témoignages de ce type qui jalonnent ceux, plus familiers pour nous, des mondes américains. Cette étude nous force à sortir des sentiers battus actuels et à considérer que « les enfants sont bons à penser ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Bernand, « Marta Craveri & Anne Marie Losonczy, Enfants du Goulag »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 23 février 2023, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/91654 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.91654

Haut de page

Auteur

Carmen Bernand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search