Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesQuestions du temps présent2024Mobilisations collectives dans le...« Une ville blanche, moderne et v...

2024
Mobilisations collectives dans les Amériques : la place du subalterne

« Une ville blanche, moderne et virile ». Politiques d’exclusion des espaces publics des femmes travailleuses urbaines, Bolivie, décennies 1930-1940

“A White, Modern, and Manly City”. Urban Working Women’s Exclusion from Public Spaces in Bolivian Municipal Policies, 1930s-1940s
“Una ciudad blanca, moderna y viril”. Políticas de exclusión de los espacios públicos de las mujeres trabajadoras urbanas, Bolivia, décadas de 1930-1940
Maria Elvira Alvarez Gimenez

Résumés

Ce travail vise à analyser les discours des secteurs dominants et les politiques municipales qui se sont instaurés en Bolivie dans les années 1930 et 1940, et qui visaient à exclure de l’espace public les femmes travailleuses des secteurs populaires urbains avec des justifications hygiénistes. Ces discours et politiques discriminatoires à l’égard de celles-ci ont été à l’origine de leur organisation en syndicats féminins anarchistes très actifs et mobilisés dans la sphère publique pendant les décennies des années 1930 et 1940, une période d’effervescence politique durant laquelle les secteurs ouvriers sont devenus des acteurs politiques cruciaux, jusqu’à l’éclatement de la révolution de 1952. À travers ces discours et politiques municipales, les secteurs dominants remis en question après la guerre du Chaco (1932-1935), vont tenter d’endiguer l’ascension sociale des secteurs subalternes de plus en plus mobilisés dans la sphère publique, dont les femmes des classes travailleuses urbaines.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’un des principaux ouvrages sur l’histoire du mouvement ouvrier dans le pays mentionne les activi (...)
  • 2 Taller de Historia Oral Andina (THOA). L’Atelier d’Histoire Orale Andine fut fondé en 1983 autour (...)
  • 3 Lehm, Zulema A. et Silvia C. Rivera, Los artesanos libertarios y la ética del trabajo, La Paz, Edi (...)

1L’histoire des femmes ouvrières et syndicalistes en Bolivie a été peu étudiée1. Dans les années 1980, l’Atelier d’Histoire Orale Andine2 découvre l’existence d’un syndicalisme féminin très important et actif depuis la fin des années 1920 jusqu’aux années 1960, au sein du mouvement anarchiste. Les chercheurs et chercheuses de cet atelier réalisent des entretiens oraux avec les anciens membres (hommes et femmes) de ces syndicats, toujours vivants à l’époque. En résultent plusieurs ouvrages3 qui dévoilent et font revivre l’histoire de l’anarchisme, mais aussi et surtout celle des femmes syndicalistes anarchistes. Celles-ci ont été très actives dans la sphère publique en Bolivie depuis les années 1930 jusqu’aux années 1960 (notamment dans les deux premières décennies), réalisant des grèves, des manifestations, des irruptions dans le Parlement, sollicitant des entretiens avec les autorités en vue de défendre leurs droits de femmes travailleuses. Elles ont été des actrices de premier plan au sein du mouvement ouvrier.

  • 4 Cette guerre oppose la Bolivie au Paraguay de 1932 à 1935 pour le contrôle du territoire du Chaco. (...)
  • 5 Pour les idéologies, il s’agit du marxisme sous toutes ses formes (stalinisme et trotskisme en par (...)
  • 6 Des gouvernements réformistes portant des législations sociales favorables aux secteurs travailleu (...)

2La période des années 1930 et 1940 est particulière, étant donné que la guerre du Chaco4 contre le Paraguay (1932-1935) et la défaite qui s’ensuivit inaugurèrent une période de grande effervescence politique dans le pays, où l’ordre oligarchique fut remis en question et des idéologies et acteurs politiques5 marginalisés dans les années 1920 devinrent centraux dans le bouillonnement politique de la période, jusqu’à l’éclatement d’une révolution en 19526. Le secteur ouvrier et, au sein de celui-ci, les femmes syndicalistes anarchistes vont se constituer en acteurs politiques d’importance pendant cette période.

  • 7 Le pouvoir politique, économique et social était entre les mains d’une toute petite minorité dans (...)

3Les entretiens réalisés avec ces femmes dans les années 1980 permettent de connaître leurs actions et surtout la dimension subjective de leur militantisme. Cependant, jusqu’à aujourd’hui, très peu d’études se sont penchées sur les discours et les politiques des secteurs dominants7 des autorités et des hommes politiques à l’égard de ces femmes subalternes des classes populaires urbaines. Quels furent-ils et comment expliquent-ils les mobilisations des femmes syndicalistes anarchistes de l’époque ? Comment, en les associant à la « ruralité », à la « saleté », au monde « autochtone » et à l’ « immoralité », visaient-ils à contrôler et à endiguer l’ascension sociale d’un secteur urbain de plus en plus nombreux et actif dans la sphère publique et politique ? Comment, en présentant ces femmes comme des êtres « violents » et « irrationnels », les secteurs dominants ont-ils tenté d’enlever toute légitimité politique à leurs mobilisations ? Ce sont quelques-unes des questions auxquelles on tentera de répondre dans ce travail.

Une approche de la catégorie de cholo/a

4Ces femmes syndicalistes, issues des classes populaires urbaines, étaient des cuisinières ou des domestiques travaillant chez des familles de l’élite, des vendeuses des marchés, des vendeuses ambulantes, des femmes qui transportaient des produits alimentaires des campagnes vers la ville, etc. La nature de leur travail les obligeait à être présentes ou à circuler souvent dans l’espace public. Les classes auxquelles elles appartenaient étaient composées dans leur grande majorité par une population que l’on qualifiait de métisse ou chola. Ainsi, leur appartenance sociale subalterne se doublait d’une catégorisation ethnique (également subalterne), sur laquelle il convient de s’attarder.

  • 8 Seligmann, J. Linda, « To Be In Between: The Cholas as Market Women », Comparative Studies in Soci (...)
  • 9 Bien que la traduction littérale de « indígena » en espagnol soit « indigène » en français, nous a (...)
  • 10 Peredo Beltrán, Elizabeth, Recoveras de los Andes. Una aproximación a la identidad de la chola del (...)
  • 11 Rodríguez García, Huáscar, La choledad antiestatal. El anarcosindicalismo en el movimiento obrero (...)
  • 12 Ibid. Les métis étaient exonérés du paiement du tribut, qui était l’impôt payé par les autochtones (...)
  • 13 La República de españoles et la República de indios étaient les deux formes d’organisation sociopo (...)
  • 14 De La Cadena, Marisol, «¿Son los mestizos híbridos? Las políticas conceptuales de las identidades (...)
  • 15 Rodríguez García, Huáscar, op. cit.
  • 16  Morner, Magnus, La mezcla de razas en la historia de América Latina, Buenos Aires, Paídon, 1969, c (...)
  • 17 Rodríguez García, Huáscar, op. cit.
  • 18 Ibid.

5Le terme cholo apparaît sur le continent américain au XVIe siècle8 pour désigner un secteur social qui a émergé de l’entrelacement de ce qui est espagnol et de ce qui est autochtone9, mais il a aussi été utilisé pour exprimer un jugement de valeur généralement péjoratif et méprisant10. Depuis le début de la colonisation espagnole, on utilisait le mot « métis » pour se référer aux personnes nées des relations entre Espagnols et autochtones. Si les métis pouvaient initialement représenter les liens et les alliances forgées entre les mondes espagnol et autochtone, ils furent très rapidement perçus comme une menace par la Couronne espagnole11. En effet, ils représentaient un processus de mobilité sociale : des autochtones apprenaient la langue, les coutumes et les métiers des Espagnols et migraient vers les villes en se faisant passer pour des métis afin d’échapper au système fiscal12. Ils représentaient aussi une catégorie intermédiaire niée dans un système colonial qui séparait la República de españoles et la República de indios13. Ils représentaient une transgression de l’ordre politique14 et suscitaient de la méfiance car ils maîtrisaient deux codes sociaux et systèmes de valeur différents15. En ce qui concerne le terme cholo, il semblerait qu’il désignait initialement les enfants des métis et des autochtones, mais il fut très rapidement utilisé pour se référer aux métis16. Plusieurs origines ont été attribuées à ce terme, mais il existe un relatif consensus autour du fait qu’il proviendrait du mot espagnol chulo désignant un individu du « bas peuple » de Madrid dont le métier principal était d’être l’assistant du torero. Les vêtements caractéristiques de la chula, sa femme, seraient à l’origine de la chola des Andes17 qui, avec quelques variantes, porte encore aujourd’hui des vêtements très similaires (jupe longue plissée, pollera, chemisier décoré, châle brodé, chapeau)18.

  • 19 Seligmann, J. Linda, op. cit.
  • 20 Stefanoni, Pablo, « Qué hacer con los indios… » y otros traumas irresueltos de la colonialidad, La (...)
  • 21 Seligmann J., op. cit.

6Or l’utilisation des catégories cholo ou « métis » peut être problématique pour se référer aux populations des classes populaires urbaines, principalement pour deux raisons. La première est qu’il s’agit d’utiliser, pour parler d’une classe sociale, un mot qui fait en principe référence à une condition ethnique, dont les contours sont vagues et changeants19. Depuis l’époque coloniale, les contours des catégories ethniques ont toujours été flous, et ils ont évolué avec le temps et avec la manière dont les recensements étaient menés. Ainsi, les catégories ethniques ont souvent été liées à des métiers et à des conditions économiques20. De cette manière, les cholos ou « métis » ont longtemps été associés aux métiers du secteur de services urbains et les femmes « métisses » ou cholas au secteur informel de l’économie (vendeuses de rue, sur les marchés ou encore employées domestiques)21.

  • 22 Lehm, Zulema A. et Silvia C. Rivera, op.cit.; Wadsworth, Ana Cecilia et Ineke Dibbits, op. cit.; Wa (...)
  • 23 Soruco Sologuren, Ximena, La ciudad de los cholos. Mestizaje y colonialidad en Bolivia, siglos XIX (...)
  • 24 Soruco Sologuren, Ximena, op. cit.; Barragán, Rossana et Carmen Soliz, « Identidades urbanas: el c (...)
  • 25 Irurozqui, Marta,“A bala, piedra y palo”. La construcción de la ciudadanía política en Bolivia, 18 (...)
  • 26 De La Cadena, Marisol, « The Political Tensions of Representations and Misrepresentations: Intelle (...)
  • 27 Barragán, Rossana, «Entre polleras, lliqllas y ñañacas» op. cit.

7La deuxième raison qui rend problématique l’utilisation des termes cholo ou « métis » pour se référer aux membres des classes populaires urbaines est que ces termes présupposent l’existence d’une certaine homogénéité et même d’une identité chola ou métisse au sein de ces secteurs de la population. Or l’existence de cette identité fait l’objet d’innombrables et très vifs débats historiographiques. Si certains postulent l’existence d’une telle identité22, d’autres ont cherché à démontrer que l’existence de celle-ci ou d’une homogénéité au sein des secteurs cholos est loin d’être évidente et qu’il est nécessaire de problématiser cette catégorie23. Tant la sociologue Ximena Soruco, pour la première moitié du XXe siècle, que l’historienne Rossana Barragán, pour le temps présent24, estiment que ceux qui sont considérés comme cholos occupent une position subalterne par rapport aux secteurs dominants de la société, mais une position dominante à l’égard des autochtones en provenance des secteurs ruraux. L’historienne Marta Irurozqui va dans le même sens : selon elle, il n’y avait pas de véritable conscience de classe artisanale dans les secteurs cholos de la première moitié du XXe siècle, mais plutôt des stratégies de survivance sociale pour accéder à une mobilité ascendante25. De même, plusieurs études montrent que les populations qui sont catégorisées comme cholas ne s’identifient pas toujours elles-mêmes en tant que telles26. Il s’agit donc d’un concept d’identification extérieure, plutôt que d’auto-identification27, ce qui rend encore plus problématique de postuler une identité chola.

  • 28 Pour en savoir plus sur l’origine du port de ces vêtements, voir : Barragán, Rossana, «Entre polle (...)
  • 29 Barragán, Rossana, «Entre polleras, lliqllas y ñañacas», op. cit.
  • 30 Soruco Sologuren, Ximena, op. cit

8Cependant, si les limites de la catégorie cholo sont très vagues et s’il n’y a pas vraiment d’homogénéité ni d’identité chola parmi les secteurs identifiés comme tels, il existe tout de même un identificateur visuel clair qui concerne exclusivement les femmes cholas : leur manière de s’habiller, similaire à celle de la chula espagnole, déjà mentionnée. Les cholas ne s’habillent pas comme les femmes autochtones, ni comme les femmes des classes moyennes et élevées qui se considèrent blanches ou métisses28. Ainsi, certaines chercheuses pensent que le patrimoine de l’identité chola est exclusivement « féminin29 », d’autant plus que le terme est souvent moins connoté péjorativement au féminin30.

  • 31 Entretien avec Petronila Infantes du 4 octobre 1985 et avec María Mejía du 18 mars 1986, Wadsworth (...)
  • 32 Wadsworth, Ana Cecilia et Ineke Dibbits, op. cit., p. 21.

9En ce qui concerne les femmes syndicalistes des années 1930 et 1940 que nous étudions, outre le fait que les photos incluses dans les livres publiés suite aux entretiens réalisés avec elles nous permettent d’observer qu’elles portent presque toutes les vêtements caractéristiques des cholas, on peut aussi remarquer qu’elles s’auto-désignent fréquemment par ce terme31. D’ailleurs, elles associent très souvent cette identité à leur métier et à la possibilité de travailler, même si le retour à l’utilisation de polleras a parfois été perçu par leurs familles comme une chute sociale32. En effet, si pour les autochtones les cholos sont plus proches des blancs et le fait de devenir cholo/a est un signe d’ascension sociale, pour les secteurs qui visent à s’éloigner du « monde autochtone » et à s’approcher le plus possible du « monde blanc » en s’habillant à la manière « occidentale », revenir au statut de cholo/a est un clair signe de chute sociale, car les cholos sont considérés comme plus proches du monde rural et autochtone. Le qualificatif de cholo a, en effet, servi aux secteurs dominants à contenir l’ascension sociale des classes populaires urbaines.

  • 33 Stefanoni, Pablo, op. cit.
  • 34 Irurozqui, Marta, op. cit.
  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.
  • 41 Stefanoni, Pablo, op. cit.
  • 42 Irurozqui, Marta, op. cit.

10Les catégories ethniques se transformèrent en une condition « biologique » à partir de la fin du XIXe siècle environ, au moment où les secteurs dominants et les intellectuels commençaient à être influencés par le darwinisme social33. Irurozqui analyse la façon dont les discours sur le métissage évoluèrent entre le XIXe et le XXe siècles. Suite à une « guerre fédérale » qui opposa les libéraux de La Paz aux conservateurs de Sucre en 1899, les alliés autochtones des libéraux furent tenus pour responsables des massacres des soldats conservateurs et accusés de cannibalisme34. Surgit alors dans l’imaginaire de la population l’idée que les « indigènes » étaient des « sauvages » et qu’ils tramaient depuis longtemps une « guerre de races35 ». Cette image coexistait avec celle « du natif victime », incapable de devenir un citoyen libre et autonome car il avait subi l’oppression pendant trop longtemps36. Ces deux images visaient à enlever aux autochtones la capacité de devenir des citoyens intégrés à la nation car ils seraient « inaptes » à exercer leurs droits et devoirs37. De plus, sous l’influence du darwinisme social et de l’idée de « supériorité » de la « race blanche », les secteurs dominants étaient hantés par la peur d’être situés au bas de l’échelle internationale des hiérarchies raciales. Intégrer les autochtones à la nation à travers la citoyenneté aurait signifié doter la nation d’une identité « indigène », ce qui aurait pour conséquence l’exclusion automatique de la Bolivie du concert des « nations civilisées blanches38 ». En même temps, le fait de criminaliser ou d’infantiliser les autochtones servait de mesure disciplinaire car ceux-ci avaient commencé à s’organiser politiquement en exigeant l’éducation et la restitution de leurs terres39. Que la composition « raciale » du pays fasse obstacle à son développement rendait problématique non seulement la figure de l’autochtone, mais aussi celle du « métis ». Les secteurs oligarchiques considéraient, en effet, que le mélange de races avait provoqué une « dégénérescence » de la population. Dans la plupart des écrits politiques et littéraires de l’époque, on remarque une stigmatisation de ce qui est « métis », qualifié automatiquement dans sa variante péjorative : cholo40. L’écrivain et homme politique Alcides Arguedas publia en 1909 un ouvrage intitulé Peuple Malade, où il affirmait que le retard du pays était dû à sa composition raciale. Franz Tamayo, qui contrairement à Arguedas revendiquait la « race indigène » comme la véritable force du pays, partageait le même avis que celui-ci par rapport aux cholos : ils avaient hérité les pires défauts des blancs et des autochtones et ils étaient un secteur « parasitaire41 ». Dans les romans et essais politiques de l’époque, le cholo était présenté comme une figure arriviste, sans scrupule, capable de tout : il était abusif, corrompu, alcoolique, agitateur, immoral, etc. La question « que faire avec les indigènes ? » était devenue « que faire avec les métis42 ? ».

  • 43 Les chicherías étaient des tavernes où l’on vendait la « chicha », une boisson alcoolisée fermenté (...)
  • 44 Irurozqui, Marta, op. cit.
  • 45 Irurozqui, Marta, op. cit., p. 119-120.

11Pour analyser la façon dont on passa du « problème indien » au « problème cholo », Irurozqui explique que, depuis le XIXe siècle, les élites se servaient des clientèles électorales qu’elles recrutaient dans les chicherías43 auprès des secteurs artisans urbains, c’est-à-dire les secteurs qualifiés comme cholos, qui souvent ne remplissaient pas les conditions pour voter. Il y eut une énorme croissance urbaine liée à la migration de paysans vers les villes, en raison de l’expansion des latifundios au détriment des terres autochtones, qui impliqua une forte augmentation de la population métisse artisanale. L’augmentation de cette population causait de gros problèmes concernant l’élargissement des réseaux clientélistes. Les secteurs dominants ne se sentaient plus capables d’endiguer socialement et de contrôler politiquement une population urbaine en constante augmentation qui, à travers la fraude, avait pu participer aux élections politiques44. Ainsi, dénigrer tout ce qui était cholo servait non seulement à condamner moralement la fraude électorale des adversaires politiques, mais était aussi un mécanisme de contrôle de la mobilité sociale45. Qualifier les secteurs populaires de cholos servait donc aux secteurs dominants pour les disqualifier et enlever toute légitimité à leur participation à la vie politique ou à leur éventuelle ascension sociale. On assimilait donc le terme cholo à tous les autres qualificatifs qui permettaient de disqualifier de manière péjorative les secteurs populaires urbains et de les associer à une « masse » inquiétante car dangereuse et atteinte de tous les vices : les cholos étaient la « plèbe », le « bas peuple », la « racaille », etc.

12L’objectif de la deuxième partie est donc d’étudier la manière dont les secteurs dominants et les autorités essayèrent de gérer au niveau municipal la présence et les activités des secteurs populaires urbains, notamment des activités tenues par des femmes métisses urbaines. Même si après la guerre apparurent, sans grand succès, des tentatives de mise en place de politiques d’assistance sociale, la plupart du temps, des visions racistes et d’exclusion défendues par les secteurs dominants de la société se conjuguaient à des politiques hygiénistes de gestion de la ville.

Politiques hygiénistes et tentatives d’exclusion des cholas de l’espace public

  • 46 Il existe un seul ouvrage sur la santé publique en Bolivie qui traite de la manière dont l’État et (...)
  • 47 Ces politiques visaient surtout à éloigner les chicherías du centre-ville. Rodríguez, Gustavo et H (...)
  • 48 Zulawski, Ann, op. cit.
  • 49 La vision « lamarckienne » de l’eugénisme est considérée comme une version « douce » de celui-ci, (...)
  • 50 Stepan, Nancy, op. cit.
  • 51 Zulawski, Ann, op. cit.
  • 52 Alvarez Gimenez, Maria Elvira, « Les femmes dans la sphère publique en Bolivie de la fin de la gue (...)

13Un sujet qui n’a pas du tout été traité concernant la Bolivie est la mise en place de politiques hygiénistes par l’État, thématique sur laquelle il n’existe presque aucun ouvrage46. Il ne s’agira pas de traiter cette question dans cet article, mais simplement de signaler que les autorités commencent à mettre en place des politiques hygiénistes à partir de la fin du XIXe siècle dans le pays47. Celles-ci se réactivent avec et après la guerre du Chaco, en raison du fait qu’on voyait les soldats comme des vecteurs de contamination d’un nombre important de maladies48. C’est la raison pour laquelle les gouvernements d’après-guerre insistèrent beaucoup sur l’hygiène publique en se focalisant surtout sur les classes urbaines travailleuses et les femmes cholas. Selon Nancy Stepan, depuis les années 1920 une vision « douce » de l’eugénisme, qualifiée de « lamarckienne49 », était en vogue en Amérique Latine. Selon cette vision, les changements dans l’environnement pouvaient provoquer des altérations génétiques chez les individus. Les politiques hygiénistes s’appuyaient très souvent sur cette vision eugéniste et avaient pour objectif « l’amélioration de la race50 ». En Bolivie cette vision « douce » de l’eugénisme fut surtout mise en œuvre à travers la législation sociale, particulièrement celle visant à protéger les mères et les enfants51 après la guerre par les gouvernements de David Toro (1936-1937) et de Germán Busch (1937-1939). L’eugénisme « lamarckien » pouvait être vu comme une doctrine permettant de confirmer « scientifiquement » leur projet de retrouver une « Nation grande et forte » après la défaite catastrophique de la guerre. Des tentatives pour instaurer des politiques hygiénistes furent ainsi déployées, notamment avec la création d’écoles d’infirmières assistantes sociales chargées de transmettre aux classes travailleuses les connaissances relatives à la salubrité. Cependant, au niveau national, ces politiques hygiénistes échouèrent complètement par manque d’argent et d’infrastructures52.

14L’introduction de politiques hygiénistes se fit donc plutôt au niveau municipal avec des politiques de gestion de la ville qui ciblaient surtout les femmes des classes populaires. Elles concernaient surtout les transports publics, les marchés et les chicherías. En analysant la presse, on peut se rendre compte que ces politiques visaient souvent à répondre à des demandes provenant des secteurs dominants de la société qui, en utilisant des arguments hygiénistes, avaient pour objectif d’exclure les femmes des classes populaires de l’espace public. Les premières mesures concernaient les transports publics.

Exclure les cholas des transports publics…

  • 53 Le terme utilisé en espagnol est « retraso », ce qui sous-entend l’idée de « sous-développement », (...)
  • 54 Weismantel, Mary, Cholas and Pishtacos: Stories of Race and Sex in the Andes, Chicago, Chicago Uni (...)
  • 55 Idem, p. 19-20.
  • 56 Idem, p. xxxv.

15En août 1935, sous prétexte que les paniers portés par les cholas déchiraient les bas des dames et salissaient leurs robes, l’accès aux tramways de La Paz leur fut interdit. Cette disposition fut l’événement déclencheur de la création du Syndicat de Cuisinières (affilié aux syndicats anarchistes) qui réussit à faire abroger la mesure par la municipalité vers la fin du mois. Cependant, l’interdiction pour les cholas de monter dans les tramways de cette ville fut décrétée à plusieurs reprises. En effet, en s’appuyant sur des justifications hygiénistes, les secteurs dominants cherchaient à exclure de la ville tout ce qui était « autochtone » ou proche du « monde autochtone » et rural, et qui, prétendait-on, donnait un aspect de « retard53 » et de saleté à la ville. Comme l’explique l’anthropologue Mary Weismantel, qui analyse l’image des cholas dans les pays andins54, on lie les villes à la modernité, alors que la campagne représente l’archaïsme et l’ignorance. Les villes et la civilité sont associées à l’Europe, tandis que les autochtones, représentant le monde rural, sont considérés comme « adverses au monde urbain55 » et associés à la saleté et à la maladie56. La ville représente ainsi le bastion de la « blancheur », de la modernité, et de la civilité pour les secteurs dominants, et il s’agit donc de bannir tout ce qui peut nuire à cette image. Les cholas étant considérées par les élites comme plus proches du « monde autochtone » et par conséquent du monde rural, il s’agissait de les exclure, dans la mesure du possible, de l’espace public.

16La volonté de faire de La Paz une ville « blanche » et « moderne », préservée de tout ce qui pouvait nuire à cette image, est très visible dans cet article du journal de l’oligarchie La Razón, qui demande le retour au système de séparation de tramways en deux classes distinctes :

Los indígenas por ejemplo, tienen su manera propia de conducirse y ciertas costumbres que serían tolerables solamente entre ellos, pero que se convierten en molestas para los demás. Las mujeres del pueblo se aferran también a sus costumbres de antaño y transitan provistas de enormes bultos, sin cuidarse de si dificultan la circulación […].

  • 57 La Razón, «Necesidad de suprimir los carros mixtos de tranvías y volver al sistema anterior», La P (...)

En una ciudad donde los pobladores tienen cierto carácter homogéneo esta división que exigimos sería injustificada; pero en la nuestra se hace no sólo indispensable sino urgente. Si el aseo es la norma más fácil para establecer categorías entre las personas, comprendamos que los indígenas no han de poder circular libremente en esos carros, confundiéndose con personas que tienen de esos deberes un concepto más civilizado57.

  • 58 El Diario, «Dificultades para el gremio de cocineras», La Paz, 5 juillet 1939, Hemer. UMSA.
  • 59 La Calle, «Se prohíbe el ingreso de lecheras a los tranvías de obrajes», La Paz, 1er juin 1941, He (...)
  • 60 La Calle, «Una rotura de media Nylon dio lugar a una protesta culinaria. La Unión Sindical de Culi (...)

17L’auteur de cet article prône une véritable ségrégation dans les tramways entre les « blancs », qu’il ne nomme pas explicitement, mais qu’il associe aux personnes « civilisées », et les autochtones et les cholas, qu’il associe au manque d’hygiène, aux mauvaises odeurs et à des coutumes « déplorables » qui « dérangent ». Les raisons qu’il invoque pour justifier cette ségrégation ne sont pas raciales, mais liées à l’hygiène, dont l’invocation servit aux secteurs dominants de la société pour justifier leur volonté d’exclure les autochtones et les cholas des espaces publics, afin de préserver l’image d’une ville « moderne » et « civilisée ». Il semblerait que cet article ait eu des répercussions importantes car les interdictions de monter dans les tramways, destinées aux cholas, furent rétablies en juillet 193958, en juin 194159 et en mai 194460, provoquant à chaque fois une mobilisation importante des syndicats féminins anarchistes. L’exclusion des cholas de l’espace public ne concernait pas uniquement les transports publics, mais aussi les voies publiques : en effet, la municipalité se lança dans la construction de marchés pour essayer de déloger les vendeuses ambulantes des trottoirs et des rues.

… ainsi que des voies publiques

  • 61 Wadsworth, Ana Cecilia et al., op. cit.
  • 62 Ibid.
  • 63 Lehm, Zulema et Silvia C. Rivera, op. cit.
  • 64 Des politiques hygiénistes existèrent dans d’autres villes d’Amérique Latine dans la première moit (...)
  • 65 La Razón, «Los Mercados han de ser sitios limpios y decentes. El pueblo humilde debe esmerarse en (...)
  • 66 Weismantel affirme que les marchés étaient perçus comme un espace féminin par excellence, une exte (...)
  • 67 De La Cadena, « The political tensions…» p. 112-147.
  • 68 Idem.
  • 69 Idem.
  • 70 La Razón, “El Alcalde fue derrotado por las vendedoras de fruta en la ciudad”, La Paz, 20 octobre (...)
  • 71 Alvarez Gimenez, op. cit.

18Les premiers bâtiments destinés à être des marchés permanents furent inaugurés à La Paz entre 1938 et 194361. Selon les autrices de l’ouvrage Polleras libertarias62, les syndicats des femmes vendeuses demandaient la construction de nouveaux marchés depuis la fin des années 1920. Cependant, lorsque ceux-ci furent construits à la fin des années 1930, plusieurs problèmes surgirent. La municipalité décida l’expulsion de toutes les vendeuses de rue, alors qu’il n’y avait pas suffisamment d’emplacements dans les marchés et que leur prix était souvent assez élevé63. Ainsi, on constate que la construction des marchés et la volonté d’y déplacer les vendeuses de rue provenait principalement de la municipalité et pas des vendeuses, qui résistaient fortement à leur déplacement64. Les articles mentionnant les affrontements entre les vendeuses et la police à ce sujet sont extrêmement nombreux et démontrent que la construction des marchés répondait surtout aux politiques hygiénistes mises en place par la municipalité, à la demande des secteurs dominants de la société. Dans tous les articles de journaux de l’oligarchie qui évoquent le sujet, la vente de rue est présentée comme le spectacle le plus détestable, le plus antihygiénique et le plus anti-esthétique qui soit65. Dans les arguments de ces innombrables articles, on retrouve la volonté de préserver l’image de la ville comme l’espace de la modernité et de la civilité par excellence. On constate qu’il était urgent de faire disparaître tout ce qui pouvait nuire à cette image et donner à la ville un aspect « rural » ou de « hameau66 ». Les autochtones sont présentés comme les principaux responsables de toute la saleté de la ville et de tout ce qui lui donne un « aspect rural », en raison de leurs coutumes « rétrogrades ». Les autochtones ainsi que les cholas sont clairement présentés dans ces articles en contraste avec la gente decente (« les gens décents »), qu’on associe implicitement aux blancs. L’anthropologue Marisol De la Cadena explique à quel point le concept de gente decente était important pour les secteurs dominants des pays andins. En étudiant le cas du Pérou, elle montre que le nouveau concept biologique de race, apparu avec le darwinisme social, posait problème aux élites de ces pays car elles craignaient de ne pas correspondre aux critères de pureté raciale établis en Europe67. Par conséquent, elles inventèrent le concept de gente decente qui, dans les recensements, correspondait à la catégorie de « blancs ». Elle explique que le concept de decencia (« décence ») était, et est encore aujourd’hui, très important, car il leur permettait d’élargir le concept biologique de race, en se focalisant moins sur le phénotype et en insistant sur un mélange de moralité raffinée, d’éducation et de culture. Cela leur ouvrait la possibilité de se considérer comme des « blancs » dans un contexte où les membres de l’élite pouvaient avoir des traits autochtones sans être considérés comme tels68. Le manque d’éducation ainsi que le manque de morale et la transgression sociale étaient associés aux classes populaires de la société. Comme l’explique De la Cadena, les métis ou cholos ne pouvaient pas être gente decente car l’éducation ne les avait pas encore « purifiés69 ». Ainsi, comme le laissent entendre les articles de journaux cités précédemment, dans les imaginaires des secteurs dominants, les autochtones et les métis appartiennent aux catégories des « impurs » et sont par conséquent des personnes ne connaissant pas les normes élémentaires d’hygiène, de propreté et de « décence ». C’est ce qu’essaient de démontrer plusieurs autres articles, qui font référence aux résistances des cholas contre leur relocalisation dans les marchés. Ils les présentent comme des figures irrationnelles, violentes et contraires presque par nature à l’ « hygiène », à la « civilité » et à la « décence70 ». Les journaux décrivant le comportement violent de la part des vendeuses du marché mentionnent clairement le fait qu’elles étaient liées à des syndicats, afin de délégitimer également leur action politique71.

Contrôler le corps des cholas

19Les politiques hygiénistes concernaient non seulement l’espace public, mais aussi le corps des membres des classes populaires et particulièrement celui des cholas. Comme l’explique Weismantel, le corps des cholas est perçu dans les imaginaires comme sale :

  • 72 Weismantel, Mary, op. cit., Introduction p. XXVII et p. 45.

because the imaginary chola body is unclean, the unsanitary conditions of the produce markets seem perfectly natural. […] To the elites, the insalubrious conditions in which market women labor appear as the ostensible signs of a dirtiness – a grosería – that originates in the women themselves, whose existence violates “the ideal order of society72”.

20C’est par exemple ce que l’on constate avec l’article suivant :

  • 73 El Diario, « No debe permitirse que las vendedoras se sienten sobre los mostradores », La Paz, 24 (...)

No debe permitirse que las vendedoras se sienten sobre los mostradores. […] Las vendedoras de productos en los mercados, en vez de utilizar una silla, han empezado a sentarse sobre los mostradores. Hay que evitar tan deplorable aspecto, que es también peligroso por su falta de higiene. No resulta nada agradable comprar alimentos extraídos de las polleras73.

  • 74 Ibid.
  • 75 La Calle, « Las cocineras se huelguizarían », La Paz, 16 octobre 1936, Hemer. UMSA.
  • 76 La Calle, « Heroicamente resisten las recoveras. No ha nacido el médico que las examine para el ca (...)
  • 77 La Calle, « Vendedoras de mercados se quejan contra un agente de la Pol. Sanitaria », La Paz, 22 j (...)
  • 78 La Calle, « Heroicamente resisten las recoveras. No ha nacido el médico que las examine para el ca (...)
  • 79 La Calle, « Obligatoriamente han de usar mesas las vendedoras con puestos en las calles », La Paz, (...)

21L’article dénote une certaine répugnance à l’idée que les produits vendus soient extraits des polleras des vendeuses. Invoquant des raisons hygiéniques, il sous-entend clairement que le corps de ces femmes serait sale. Dès lors, contrôler le corps des cholas était devenu nécessaire et faisait partie des politiques hygiénistes. Ainsi, en 1935, il était devenu obligatoire pour les femmes cuisinières d’avoir un certificat de santé74. Le syndicat de cuisinières s’opposa à cette mesure, surtout parce que pour l’obtenir, elles devaient se rendre au Bureau d’Hygiène de la Municipalité, qui se chargeait des contrôles médicaux des prostituées, et elles considéraient que cela portait atteinte à leur dignité75. Ce certificat de santé fut rendu obligatoire en 1943 pour les vendeuses de marché76, lesquelles protestèrent contre cette mesure pour les mêmes raisons que les cuisinières en 1935 : elles s’opposaient au fait d’être contrôlées médicalement dans le même endroit que les prostituées77. Dans la presse, les vendeuses des marchés étaient montrées, une fois encore, comme réfractaires aux normes les plus élémentaires d’hygiène, et par conséquent comme hostiles à la modernité et à la « civilisation ». D’autres articles de presse présentent les vendeuses des marchés comme opposées, presque par nature et de manière irrationnelle, à la médecine, à l’hygiène et donc au progrès78. En outre, des mesures concrètes furent mises en place afin d’établir des normes d’hygiène dans les marchés, et à partir de décembre 1939 il était obligatoire pour les vendeuses de porter un tablier et d’exposer les produits à vendre sur des tables en bois qui devaient être « parfaitement propres79 ».

Interdire les chicherías

  • 80 Elles l’avaient déjà été depuis la fin du XIXe siècle avec l’objectif de les éloigner le plus poss (...)
  • 81 El Diario, « Las chicheras se establecen otra vez en el centro de Oruro », La Paz, 17 avril 1938, (...)
  • 82 El Diario, « Se pide la clausura de algunas chicherías en Cochabamba », La Paz, 31 janvier 1938, H (...)
  • 83 Rodríguez, Gustavo et Humberto Solares Serrano, op. cit., p. 152-153.
  • 84 El Diario, « Por los barrios apartados del centro de la ciudad. La degeneración y la miseria es lo (...)
  • 85 Ces images des cholas comme prostituées sont présentées dans les romans suivants : La Candidatura (...)

22Enfin, les chicherías furent également la cible des politiques hygiénistes pendant presque toute la période qui nous concerne80. Des mesures pour les interdire, ainsi que la vente de boissons alcoolisées, furent promulguées pendant la première moitié du XXe siècle dans plusieurs villes du pays. Ces dispositions furent soutenues par les secteurs dominants81, mais aussi les secteurs ouvriers, qui les percevaient comme des endroits de « perte du sens de la discipline et de la conscience politique82 ». Cependant, ces mesures ne furent jamais véritablement respectées83. Des chicherías clandestines subsistaient en périphérie des villes, comme on le voit dans des articles de journaux qui évoquent l’existence de ces endroits et les décrivent comme des lieux de perversion, de vice et d’immoralité84. L’auteur d’un de ces articles mentionne que les quartiers où elles se trouvent sont ceux de la « pègre », de la « racaille », de la « vermine » de la société. Il décrit une chichería qu’il visite comme un endroit sale, empreint de corruption et de perversion. Les personnages qui le fréquentent, dont sa propriétaire la chichera (clairement désignée comme une chola), sont aussi présentés comme sales, laids et dangereux. La présence de prostituées est clairement suggérée et les chicheras étaient d’ailleurs presque systématiquement perçues comme des prostituées, surtout celles qui détenaient des chicherías ou y travaillaient. Cette image de la chola à la vie dissolue est très répandue dans la littérature bolivienne du début du XXe siècle aux années 1930. La chola et son corps sont toujours présentés comme un objet à la fois érotique et répugnant, porteur de maladies, à la sexualité exacerbée, insatiable, déviée et donc dangereuse85. Les chicherías apparaissent ainsi, dans la littérature et dans cet article, comme des sites de dégénérescence sociale et de maladie, dans lesquels évoluent les pires secteurs de la société.

  • 86 Irurozqui, Marta, op. cit.
  • 87 Ibid.
  • 88 Ibid.
  • 89 Zulawski, Ann, op. cit.

23Cependant, contrairement à ce que les journaux laissent entendre, les chicherías n’étaient pas fréquentées uniquement par les classes populaires, mais aussi par des membres de l’élite. Elles constituaient des espaces de sociabilité, de discussion politique et de création de réseaux de clientèle très importants qui permettaient la réunion de classes sociales diverses86. La figure de la chichera, qui était le plus souvent une chola, jouait un rôle fondamental car elle permettait de faire le lien entre l’élite et les classes populaires en jouant le rôle de promotrice des liaisons entre les politiciens et leurs futurs clients87. Souvent, les hommes de l’élite avaient des enfants avec elles, qui devenaient les protégés de leurs pères et recevaient une éducation qui pouvait les projeter socialement en dehors de l’univers cholo, ce qui explique la figure de la chola comme prostituée dans la littérature et l’hostilité à l’égard de la figure du « cholo arriviste », comme dans le roman El Cholo Portales (1926) d’Enrique Finot88. En ce sens, les attaques contre les chicherías allaient au-delà des raisons hygiénistes. Comme on l’a vu, il s’agissait pour les secteurs dominants d’essayer de contenir l’ascension sociale des secteurs populaires, qualifiés péjorativement de cholos. Ann Zulawski va également dans ce sens lorsqu’elle explique que la volonté de contrôler les prostituées et les attaques contre les chicherías relevaient d’une volonté de surveiller et de contenir des secteurs sociaux qui étaient hors du contrôle des élites89.

  • 90 Ibid, p. 38.

24Présenter les chicherías comme des lieux d’avilissement permettait d’avertir sur les risques de « dégénérescence », tant sociale que physique, de l’élite au contact des secteurs cholos. La présence de prostituées dans les chicherías était présentée comme un vrai danger de contagion par les maladies vénériennes qui « dégénéreraient » la « race ». Selon Zulawski la crainte de la contamination et de la « dégénérescence » exprime la peur de la perte de contrôle par les élites des secteurs populaires de la société. Ainsi, prévenir les contaminations en provenance des secteurs subalternes était en fait une manière de prévenir le désordre et de maintenir la hiérarchie sociale90.

  • 91 Soruco Sologuren considère même que les élites se sentaient menacées dans leur pouvoir économique (...)
  • 92 Zulawski, Ann, op. cit., p. 149.

25La lutte contre les vendeuses de marché et les chicherías doit donc être comprise comme un effort de la part des secteurs dominants de contenir l’ascension sociale à travers la surveillance et le contrôle des secteurs cholos, qui, en raison de leur présence grandissante dans la ville (à cause de l’exode rural massif, commencé au début du XXe siècle et accentué après la guerre) et de leurs activités politiques de plus en plus importantes, surtout après la crise économique de 1930 et la guerre du Chaco, inquiétaient les classes dominantes qui les voyaient comme des secteurs subversifs et dangereux91. Zulawski explique qu’il faut comprendre la fermeture des chicherías en 1930 à La Paz comme une réaction de l’élite au mécontentement social et à la mobilisation grandissante des secteurs ouvriers92.

  • 93 Pour plus de détails sur cette question, voir : Alvarez Gimenez, Maria Elvira, op. cit., chapitre  (...)
  • 94 La Calle, « Un mensaje para el Alcalde, enviado por una dama veraz y concluyente », La Paz, 8 janv (...)
  • 95 Comme l’explique Weismantel, dans les pays andins, il existe l’idée que la vente dans les marchés (...)
  • 96 Zulawski, Ann, op. cit., p. 149.

26Les images employées pour disqualifier et stéréotyper les secteurs cholos servaient des objectifs de contention et de contrôle sociaux, mais également à délégitimer leur politisation et leur mobilisation, surtout celles des femmes cholas. Sans prétendre analyser tous les articles de presse qui présentaient une image négative des cholas vendeuses du marché dans les années 193093, on soulignera que les articles et les caricatures les présentant comme des êtres irrationnels, violents, insolents, masculinisés, dirigeant des foules violentes et fanatiques, sont extrêmement nombreux dans les journaux de l’époque94. Ces derniers visaient, d’une part, à rejeter la responsabilité sur elles des échecs des politiques économiques95, dans un contexte d’inflation galopante96, et, d’autre part, à délégitimer toute activité et action politique de ces femmes, alors que leurs mobilisations politiques étaient très nombreuses.

  • 97 Soruco Sologuren, Ximena, op. cit.
  • 98 Voir note de bas de page numéro 4.
  • 99 Gotkowitz, Laura, op. cit.
  • 100 L’intellectuel mexicain José Vasconcelos avait soutenu en 1925 que le mélange de races favoriserai (...)
  • 101 Ibid.
  • 102 Ibid.

27Pourtant, après la guerre du Chaco, une image plus positive des cholas allait voir le jour, selon laquelle elles sont censées représenter la nation. Sans nous attarder ici sur l’évolution de cette image, il est important de signaler que ce changement eut lieu dans la littérature97 et dans la sphère politique, notamment à partir du gouvernement de Gualberto Villarroel à la tête du pays avec le MNR, entre 1943 et 194698. Inspirés par les tendances continentales de défense du métissage en Amérique Latine, les idéologues de ce parti tentèrent de forger l’image d’une nation métisse99. Selon cette nouvelle vision, le mélange racial n’était plus le signe de la dégénérescence, mais l’expression de la force nationale100. Le gouvernement de Villarroel étant assez isolé politiquement, le MNR, tout comme les autres partis de gauche, tenta à tout prix de rallier les femmes syndicalistes anarchistes, qui représentaient le secteur ouvrier le plus autonome. Pour cela, des festivités nationales furent organisées, où les cholas vendeuses de marché étaient les principales protagonistes et représentaient symboliquement les mères de la nation101. De même, une législation favorable aux femmes des classes travailleuses fut mise en place sous Villarroel, avec l’objectif de rallier ces secteurs au MNR102. Il faut toutefois garder à l’esprit que ce discours apparu dans les années 1940 et promu par le MNR et le gouvernement de Villarroel, valorisant le métissage et élevant les cholas au statut de mères de la nation, provenait des intellectuels, des idéologues du parti et du gouvernement de Villarroel. Il ne représentait absolument pas la pensée du reste de la société, encore moins celle des secteurs dominants, et les cholas étaient toujours victimes d’une forte discrimination. De même, les politiques de contrôle hygiéniste mises en place par la municipalité furent tout aussi strictes et répressives envers les cholas dans les années 1940 sous Villarroel que dans les années 1930.

28Les cholas sont, comme on l’a vu, des femmes provenant de secteurs subalternes non seulement en termes de classe, mais aussi en termes ethniques. Les discours racistes et les politiques municipales hygiénistes discriminatoires à leur égard pendant la période étudiée et qui visent à les exclure des espaces publics ont été à l’origine de leur organisation et de leur mobilisation en syndicats anarchistes féminins très combatifs, qui, jusqu’aux années 1960, ont constamment remis en question les discours que les secteurs dominants véhiculaient sur elles. Ceux-ci visaient à réactualiser un système de représentation dominant depuis la fin du XIXe siècle, où les autochtones et les métis étaient considérés comme en partie responsables du « retard de la Nation ». À travers ces syndicats et leurs luttes, les cholas ont combattu ces politiques et discours et ont fait partie des acteurs politiques et sociaux subalternes qui ont pris de l’importance à partir de la fin de la guerre du Chaco, au début de l’ébranlement du système de gouvernement oligarchique. Même si leurs voix sont rarement écoutées dans la presse oligarchique de l’époque et sont déformées dans le seul journal censé défendre les intérêts des classes populaires (La Calle), elles réalisent tout de même des actions spectaculaires où elles font souvent irruption dans le Palais Présidentiel et le Parlement pour faire entendre leurs revendications. À travers leurs syndicats, elles acquièrent une culture politique anarchiste et cherchent à se doter d’une identité politique qui donne une dignité et une capacité d’action aux secteurs subalternes opprimés du pays. Elles allaient ainsi devenir des actrices politiques de premier plan dans la sphère publique du pays.

Haut de page

Bibliographie

Alvarez Gimenez, Maria Elvira, « Les femmes dans la sphère publique en Bolivie de la fin de la guerre du Chaco à la Révolution Nationale (1935-1952) », thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2018.

Barragán, Rossana, « Entre polleras, lliqllas y ñañacas. Los mestizos y la emergencia de la tercera república », in Silvia Arze, Rossana Barragán, Laura Escobari et Ximena Medinaceli (dir.), Etnicidad, economía y simbolismo en los Andes, La Paz, HISBOL-IFEA, 1992, p. 85-127.

Barragán, Rossana, « Categorías e identidades en permanente definición », in Denise Y. Arnold (dir.) ¿Indígenas u obreros? La construcción política de identidades en el Altiplano boliviano, La Paz, Fundación Unir, 2009, p. 206-243.

Barragán, Rossana et Carmen Soliz, « Identidades urbanas: el caso de los indígenas en las ciudades de La Paz y El Alto (Altiplano Norte) », in Denise Y. Arnold (dir.) ¿Indígenas u obreros? La construcción política de identidades en el Altiplano boliviano, La Paz, Fundación Unir, 2009, p. 471-509.

De La Cadena, Marisol, « The Political Tensions of Representations and Misrepresentations: Intellectuals and Mestizos in Cuzco (1919-1990) », Journal of Latin American Anthropology, no 2, 1996, p. 112-147.

De La Cadena, Marisol, «¿Son los mestizos híbridos? Las políticas conceptuales de las identidades andinas», in Marisol De La Cadena (dir.), Formaciones de indianidad. Articulaciones raciales, mestizaje y nación en América Latina, Envión, Popayán, 2008, p. 83-116.

Gotkowitz, Laura, La revolución antes de la Revolución. Luchas indígenas por tierra y justicia en Bolivia, 1880-1952, La Paz, Plural Editores, 2001.

Irurozqui, Marta, “A bala, piedra y palo”. La construcción de la ciudadanía política en Bolivia, 1826-1952, Séville, Diputación de Sevilla, 2000.

Klein, Herbert S., Orígenes de la revolución nacional boliviana. La crisis de la generación del Chaco. La Paz: GUM Editores, 2009 [1968].

Lehm, Zulema A. et Silvia C. Rivera, Los artesanos libertarios y la ética del trabajo, La Paz, Ediciones del THOA, 1988.

Lora, Guillermo, Historia del movimiento obrero en Bolivia, La Paz, Los Amigos del Libro, 6 tomes, 1967-1980.

Morner, Magnus, La mezcla de razas en la historia de América Latina, Buenos Aires, Paídon, 1969.

Peredo Beltrán, Elizabeth, Recoveras de los Andes. Una aproximación a la identidad de la chola del mercado, La Paz, Fundación Solón, 2001.

Rodríguez, Gustavo et Humberto Solares Serrano, Sociedad oligárquica, chicha y cultura popular: ensayo histórico sobre la identidad regional, Cochabamba, Editorial Serrano, 1990.

Rodríguez García, Huáscar, La choledad antiestatal. El anarcosindicalismo en el movimiento obrero boliviano (1912-1995), La Paz, La Muela del Diablo Editores, 2012.

Seligmann, J. Linda, « To Be In Between: The Cholas as Market Women », Comparative Studies in Society and History, 1989, vol. 31, no 4, p. 694-721.

Soruco Sologuren, Ximena, La ciudad de los cholos. Mestizaje y colonialidad en Bolivia, siglos XIX y XX, La Paz, IFEA-PIEB, 2012.

Stefanoni, Pablo, « Qué hacer con los indios… » y otros traumas irresueltos de la colonialidad, La Paz, Plural Editores, 2010.

Stepan, Nancy, The Hour of Eugenics: Race, Gender and Nation in Latin America, Ithaca, Cornell University Press, 1991.

Wadsworth, Ana Cecilia et Ineke Dibbits, Agitadoras de buen gusto. Historia del Sindicato de Culinarias (1935-1958), La Paz, Tahipamu-Hisbol, 1989.

Wadsworth, Ana Cecilia, Ineke Dibbits, Elizabeth Peredo et Ruth Volgger, Polleras libertarias. Federación Obrera Femenina, 1927-1965, La Paz, Tahipamu-Hisbol, 1989.

Weismantel, Mary, Cholas and Pishtacos: Stories of Race and Sex in the Andes, Chicago, Chicago University Press, 2001.

Zulawski, Ann, Unequal Cures: Public Health and Political Change in Bolivia, 1900-1950, Durham, Duke University Press, 2007.

Haut de page

Notes

1 L’un des principaux ouvrages sur l’histoire du mouvement ouvrier dans le pays mentionne les activités des femmes ouvrières de manière extrêmement succincte : Lora, Guillermo, Historia del movimiento obrero en Bolivia, La Paz, Los Amigos del Libro, 6 tomes publiés entre 1967 et 1980.

2 Taller de Historia Oral Andina (THOA). L’Atelier d’Histoire Orale Andine fut fondé en 1983 autour de la faculté de Sociologie de l’Université Mayor de San Andrés de La Paz et des étudiants de Silvia Rivera Cusicanqui, fondatrice de l’organisation. Il s’agissait d’un groupe de recherche qui privilégiait la méthodologie de l’histoire orale pour réaliser des recherches sur l’histoire des autochtones et de leurs luttes pour la récupération de leurs terres depuis le début du XXe siècle en Bolivie.

3 Lehm, Zulema A. et Silvia C. Rivera, Los artesanos libertarios y la ética del trabajo, La Paz, Ediciones del THOA, 1988 ; Wadsworth, Ana Cecilia et Ineke Dibbits, Agitadoras de buen gusto. Historia del Sindicato de Culinarias (1935-1958), La Paz, Tahipamu-Hisbol, 1989; Wadsworth, Ana Cecilia et al., Polleras libertarias. Federación Obrera Femenina, 1927-1965, La Paz, Tahipamu-Hisbol, 1989.

4 Cette guerre oppose la Bolivie au Paraguay de 1932 à 1935 pour le contrôle du territoire du Chaco. Ce fut une guerre dévastatrice pour le pays, tant au niveau des pertes humaines que des pertes économiques. Elle signifia un bouleversement majeur pour le pays sur le plan culturel, social et politique. Elle fut l’élément déclencheur de l’écroulement progressif du régime de gouvernement oligarchique qui fut finalement détruit avec la Révolution Nationale de 1952. Klein, Herbert S., Orígenes de la revolución nacional boliviana. La crisis de la generación del Chaco. La Paz: GUM Editores, 2009 (1re éd. 1968).

5 Pour les idéologies, il s’agit du marxisme sous toutes ses formes (stalinisme et trotskisme en particulier), la pensée indigéniste sous l’influence de José Carlos Mariátegui, le fascisme en pleine application en Italie et en gestation en Espagne, le national-socialisme allemand, et le nationalisme en tant que courant éclectique et encore peu défini en Amérique Latine. Pour les acteurs politiques, il s’agit notamment des autochtones, des ouvriers et des femmes (de toutes les positions sociales, notamment les femmes urbaines).

6 Des gouvernements réformistes portant des législations sociales favorables aux secteurs travailleurs se sont succédé après la guerre : d’abord les gouvernements militaires de David Toro (1936-1937) et de Germán Busch (1937-1939), sensibles aux courants idéologiques qui prennent de l’importance après la guerre (dont le socialisme et le nationalisme). Par la suite, le gouvernement de Gualberto Villarroel (1943-1946) gouverne avec un des nouveaux partis surgis pendant la période, issu des classes moyennes qui remettent en question l’ordre oligarchique après la guerre : le Mouvement Nationaliste Révolutionnaire (MNR), qui mène à bien la révolution de 1952. Cette révolution est l’une des plus importantes du XXe siècle en Amérique Latine en raison de l’ampleur de ces réformes : la nationalisation des mines, le suffrage universel, la réforme agraire. Les secteurs de l’oligarchie vont, pour leur part, reprendre le pouvoir politique et gouverner entre 1939 et 1943 et entre 1946 et 1952. Voir Klein, Herbert, op. cit.

7 Le pouvoir politique, économique et social était entre les mains d’une toute petite minorité dans le pays, celle qui était considérée et se considérait elle-même comme « blanche ». Il s’agissait d’une oligarchie composée surtout des propriétaires miniers et terriens, qui souvent exerçaient aussi des professions libérales. Ce groupe minoritaire occupait une position dominante dans tous les domaines et se trouvait au sommet de la hiérarchie en termes de prestige, d’autorité et de propriété. Les classes moyennes élevées, souvent composées de personnes instruites ayant une profession libérale, gravitaient dans les cercles de l’oligarchie, c’est la raison pour laquelle nous les incluons dans les secteurs dominants.

8 Seligmann, J. Linda, « To Be In Between: The Cholas as Market Women », Comparative Studies in Society and History, 1989, vol. 31, no 4, p. 694-721.

9 Bien que la traduction littérale de « indígena » en espagnol soit « indigène » en français, nous avons fait le choix d’utiliser le terme « autochtone », qui est plus neutre et moins connoté péjorativement dans la langue française. Les seules occasions où on utilise un autre terme, c’est lorsque le souci de non-répétition s’impose. Dans ces cas, nous avons utilisé les termes « indigène » ou « natif » uniquement au moment de décrire les visions péjoratives des secteurs oligarchiques vis-à-vis de ces populations.

10 Peredo Beltrán, Elizabeth, Recoveras de los Andes. Una aproximación a la identidad de la chola del mercado, La Paz, Fundación Solón, 2001.

11 Rodríguez García, Huáscar, La choledad antiestatal. El anarcosindicalismo en el movimiento obrero boliviano (1912-1995), La Paz, La Muela del Diablo Editores, 2012.

12 Ibid. Les métis étaient exonérés du paiement du tribut, qui était l’impôt payé par les autochtones.

13 La República de españoles et la República de indios étaient les deux formes d’organisation sociopolitique de l’Amérique espagnole dans les régions densément peuplées d’autochtones.

14 De La Cadena, Marisol, «¿Son los mestizos híbridos? Las políticas conceptuales de las identidades andinas», in Marisol De La Cadena (dir.), Formaciones de indianidad. Articulaciones raciales, mestizaje y nación en América Latina, Envión, Popayán, 2008, citée dans Rodríguez García, Huáscar, op. cit., p. 265.

15 Rodríguez García, Huáscar, op. cit.

16  Morner, Magnus, La mezcla de razas en la historia de América Latina, Buenos Aires, Paídon, 1969, cité dans Rodríguez García, Huáscar, op. cit., p. 263.

17 Rodríguez García, Huáscar, op. cit.

18 Ibid.

19 Seligmann, J. Linda, op. cit.

20 Stefanoni, Pablo, « Qué hacer con los indios… » y otros traumas irresueltos de la colonialidad, La Paz, Plural Editores, 2010; Pour en savoir plus sur la manière dont les recensements étaient menés en Bolivie et contribuaient à l’évolution des définitions des conditions ethniques, voir : Barragán, Rossana, « Categorías e identidades en permanente definición », in Denise Y. Arnold (comp.) ¿Indígenas u obreros ? La construcción política de identidades en el Altiplano boliviano, La Paz, Fundación Unir, 2009, p. 206-243.

21 Seligmann J., op. cit.

22 Lehm, Zulema A. et Silvia C. Rivera, op.cit.; Wadsworth, Ana Cecilia et Ineke Dibbits, op. cit.; Wadsworth, Ana Cecilia et al., op.cit. Huáscar Rodríguez García postule même l’émergence, pendant la première moitié du XXe siècle, d’une identité chola étroitement liée au mouvement anarchiste (op. cit.).

23 Soruco Sologuren, Ximena, La ciudad de los cholos. Mestizaje y colonialidad en Bolivia, siglos XIX y XX, La Paz, IFEA-PIEB, 2012.

24 Soruco Sologuren, Ximena, op. cit.; Barragán, Rossana et Carmen Soliz, « Identidades urbanas: el caso de los indígenas en las ciudades de La Paz y El Alto (Altiplano Norte) », in Denise Y. Arnold (dir.), op. cit., p. 471-509.

25 Irurozqui, Marta,“A bala, piedra y palo”. La construcción de la ciudadanía política en Bolivia, 1826-1952, Séville, Diputación de Sevilla, 2000.

26 De La Cadena, Marisol, « The Political Tensions of Representations and Misrepresentations: Intellectuals and Mestizos in Cuzco (1919-1990) », Journal of Latin American Anthropology, no 2, 1996, p. 112-147 ; Barragán, Rossana, «Entre polleras, lliqllas y ñañacas. Los mestizos y la emergencia de la tercera república», in Silvia Arze, Rossana Barragán, Laura Escobari et Ximena Medinaceli (dir.), Etnicidad, economía y simbolismo en los Andes, La Paz, HISBOL-IFEA, 1992, p. 85-127.

27 Barragán, Rossana, «Entre polleras, lliqllas y ñañacas» op. cit.

28 Pour en savoir plus sur l’origine du port de ces vêtements, voir : Barragán, Rossana, «Entre polleras, lliqllas y ñañacas» op. cit. Pour Barragán et Peredo Beltrán, les cholas continuent à utiliser ces vêtements pour se maintenir à l’échelon le plus élevé dans lequel elles sont reconnues parmi leurs pairs (une position intermédiaire entre les secteurs dominants et les secteurs autochtones). Peredo Beltrán, Elizabeth, op. cit.

29 Barragán, Rossana, «Entre polleras, lliqllas y ñañacas», op. cit.

30 Soruco Sologuren, Ximena, op. cit

31 Entretien avec Petronila Infantes du 4 octobre 1985 et avec María Mejía du 18 mars 1986, Wadsworth, Ana Cecilia et al., op. cit., p. 53.

32 Wadsworth, Ana Cecilia et Ineke Dibbits, op. cit., p. 21.

33 Stefanoni, Pablo, op. cit.

34 Irurozqui, Marta, op. cit.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Stefanoni, Pablo, op. cit.

42 Irurozqui, Marta, op. cit.

43 Les chicherías étaient des tavernes où l’on vendait la « chicha », une boisson alcoolisée fermentée avec des graines de maïs existant dans les Andes depuis la période préhispanique.

44 Irurozqui, Marta, op. cit.

45 Irurozqui, Marta, op. cit., p. 119-120.

46 Il existe un seul ouvrage sur la santé publique en Bolivie qui traite de la manière dont l’État et les médecins la concevaient. Il aborde aussi brièvement l’influence des politiques eugénistes « lamarckiennes » en Bolivie. Cependant, il n’aborde presque pas, ou très peu, la façon concrète dont des politiques hygiénistes furent mises en place par les municipalités : Zulawski, Ann, Unequal Cures: Public Health and Political Change in Bolivia, 1900-1950, Durham, Duke University Press, 2007. Sur l’influence de l’eugénisme en Amérique Latine, voir : Stepan, Nancy, The Hour of Eugenics: Race, Gender and Nation in Latin America, Ithaca, Cornell University Press, 1991.

47 Ces politiques visaient surtout à éloigner les chicherías du centre-ville. Rodríguez, Gustavo et Humberto Solares Serrano, Sociedad oligárquica, chicha y cultura popular: ensayo histórico sobre la identidad regional, Cochabamba, Editorial Serrano, 1990.

48 Zulawski, Ann, op. cit.

49 La vision « lamarckienne » de l’eugénisme est considérée comme une version « douce » de celui-ci, c’est-à-dire qui ne cherchait pas tant à éviter la reproduction de populations considérées comme « inaptes », mais à améliorer l’environnement social et culturel afin d’obtenir une population de « meilleure qualité ».

50 Stepan, Nancy, op. cit.

51 Zulawski, Ann, op. cit.

52 Alvarez Gimenez, Maria Elvira, « Les femmes dans la sphère publique en Bolivie de la fin de la guerre du Chaco à la Révolution Nationale (1935-1952) », thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2018.

53 Le terme utilisé en espagnol est « retraso », ce qui sous-entend l’idée de « sous-développement », même si cette dernière notion est anachronique pour la période.

54 Weismantel, Mary, Cholas and Pishtacos: Stories of Race and Sex in the Andes, Chicago, Chicago University Press, 2001, p. 19-20.

55 Idem, p. 19-20.

56 Idem, p. xxxv.

57 La Razón, «Necesidad de suprimir los carros mixtos de tranvías y volver al sistema anterior», La Paz, 8 février 1939, Hemeroteca de la Universidad Mayor de San Andrés, La Paz, Bolivie (désormais citée comme : Hemer. UMSA).

58 El Diario, «Dificultades para el gremio de cocineras», La Paz, 5 juillet 1939, Hemer. UMSA.

59 La Calle, «Se prohíbe el ingreso de lecheras a los tranvías de obrajes», La Paz, 1er juin 1941, Hemer. UMSA.

60 La Calle, «Una rotura de media Nylon dio lugar a una protesta culinaria. La Unión Sindical de Culinarias ha adoptado enérgica resolución», La Paz, 30 mai 1944, Hemer. UMSA.

61 Wadsworth, Ana Cecilia et al., op. cit.

62 Ibid.

63 Lehm, Zulema et Silvia C. Rivera, op. cit.

64 Des politiques hygiénistes existèrent dans d’autres villes d’Amérique Latine dans la première moitié du XXe siècle, mais celles qui ciblaient particulièrement les autochtones et les cholas vendeuses dans les marchés eurent lieu notamment dans les pays andins. Pour en savoir plus, voir : De La Cadena, Marisol, « The Political Tensions », op. cit.

65 La Razón, «Los Mercados han de ser sitios limpios y decentes. El pueblo humilde debe esmerarse en la limpieza», La Paz, 21 décembre 1938, Hemer. UMSA ; La Razón, « Las fruteras se niegan a trasladarse a mercados seccionales », La Paz, 17 août 1938, Hemer. UMSA ; La Razón, « El Alcalde fue derrotado por las vendedoras de fruta en la ciudad », La Paz, 20 octobre 1938, Hemer. UMSA.

66 Weismantel affirme que les marchés étaient perçus comme un espace féminin par excellence, une extension de la sphère domestique dans l’espace public, perçu comme masculin. C’est la raison pour laquelle les marchés qui se tenaient dans les places ou les voies publiques dérangeaient autant, ils perturbaient l’ordre symbolique genré de la ville. Weismantel, Mary, op. cit.

67 De La Cadena, « The political tensions…» p. 112-147.

68 Idem.

69 Idem.

70 La Razón, “El Alcalde fue derrotado por las vendedoras de fruta en la ciudad”, La Paz, 20 octobre 1938, Hemer. UMSA.

La Razón, “Resistiendo una orden municipal las vendedoras realizaron ayer un mitín”, La Paz, 11 décembre 1938, Hemer. UMSA.

71 Alvarez Gimenez, op. cit.

72 Weismantel, Mary, op. cit., Introduction p. XXVII et p. 45.

73 El Diario, « No debe permitirse que las vendedoras se sienten sobre los mostradores », La Paz, 24 août 1938, Hemer. UMSA.

74 Ibid.

75 La Calle, « Las cocineras se huelguizarían », La Paz, 16 octobre 1936, Hemer. UMSA.

76 La Calle, « Heroicamente resisten las recoveras. No ha nacido el médico que las examine para el carnet sanitario », La Paz, 1er mars 1943, Hemer. UMSA.

77 La Calle, « Vendedoras de mercados se quejan contra un agente de la Pol. Sanitaria », La Paz, 22 juillet 1944, Hemer. UMSA.

78 La Calle, « Heroicamente resisten las recoveras. No ha nacido el médico que las examine para el carnet sanitario », La Paz, 1er mars 1943, Hemer. UMSA.

79 La Calle, « Obligatoriamente han de usar mesas las vendedoras con puestos en las calles », La Paz, 16 décembre 1939, Hemer. UMSA.

80 Elles l’avaient déjà été depuis la fin du XIXe siècle avec l’objectif de les éloigner le plus possible du centre-ville.

81 El Diario, « Las chicheras se establecen otra vez en el centro de Oruro », La Paz, 17 avril 1938, Hemer. UMSA ; El Diario, « Inspección de las chicherías de Oruro », 24 avril 1938, Hemer. UMSA ; El Diario, « En Oruro se multiplican las chicherías », 22 décembre 1938, Hemer. UMSA ; El Diario, « Damas de beneficiencia declararán guerra a las fábricas de chicha », La Paz, 6 novembre 1941, Hemer. UMSA.

82 El Diario, « Se pide la clausura de algunas chicherías en Cochabamba », La Paz, 31 janvier 1938, Hemer. UMSA.

83 Rodríguez, Gustavo et Humberto Solares Serrano, op. cit., p. 152-153.

84 El Diario, « Por los barrios apartados del centro de la ciudad. La degeneración y la miseria es lo que se ve en las chicherías », La Paz, 22 novembre 1935, Hemer. UMSA. 

85 Ces images des cholas comme prostituées sont présentées dans les romans suivants : La Candidatura de Rojas (1909) et La Casa Solariega (1916) d’Armando Chirveches, et El Cholo Portales (1926) d’Enrique Finot. Pour en savoir plus sur le sujet, voir : Soruco Sologuren, Ximena, op. cit., Chapitre 2 « La chola como “prostituta” en la narrativa criolla (1909-1930) ».

86 Irurozqui, Marta, op. cit.

87 Ibid.

88 Ibid.

89 Zulawski, Ann, op. cit.

90 Ibid, p. 38.

91 Soruco Sologuren considère même que les élites se sentaient menacées dans leur pouvoir économique par les secteurs cholos car ceux-ci auraient commencé un processus d’accumulation de capital assez important, surtout à travers le commerce. Soruco Sologuren, Ximena, op. cit.

92 Zulawski, Ann, op. cit., p. 149.

93 Pour plus de détails sur cette question, voir : Alvarez Gimenez, Maria Elvira, op. cit., chapitre 4.

94 La Calle, « Un mensaje para el Alcalde, enviado por una dama veraz y concluyente », La Paz, 8 janvier 1939, Hemer. UMSA ; El Diario, « Insolencia e incultura de las verduleras de los mercados », La Paz, 4 février 1948, Hemer. UMSA ; El Diario, « Control de precios » (caricature), La Paz, 22 avril 1949, Hemer. UMSA ; El Diario, « Espacio vital » (caricature), La Paz, 8 avril 1949, Hemer. UMSA ; La Calle, « Lío mayúsculo entre culinarias. Comenzó la ofensiva verbal, siguió la de golpes y concluyó con la de piedras », La Paz, 21 décembre 1941, Hemer. UMSA ; La Calle, « A “lapo” limpio trató a un comisario una mujer más brava que gaznapiro. El comisario Ampuero fue abofeteado por una verdulera del mercado Camacho », La Paz, 22 mars 1943, Hemer. UMSA ; La Calle, « Grandiosa sesión parlamentaria en el mercado de las cholitas recoveras », La Paz, 27 mars 1941, Hemer. UMSA ; El Diario, « Visión panorámica de los mercados ocupados por las “gateras” ». La Paz, 4 octobre 1944, Hemer. UMSA.

95 Comme l’explique Weismantel, dans les pays andins, il existe l’idée que la vente dans les marchés relève souvent de l’illégalité et du secteur informel de l’économie, quand en réalité la vente dans les marchés est l’une des activités les plus contrôlées et régulées par l’État, les vendeuses de marché ayant toujours été tenues responsables des échecs des politiques économiques. Weismantel, Mary, op. cit., C’est ce qu’affirme aussi Laura Gotkowitz concernant la Bolivie des années 1930 et 1940. Gotkowitz, Laura, La revolución antes de la Revolución. Luchas indígenas por tierra y justicia en Bolivia, 1880-1952, Bolivia, Plural Editores, 2001.

96 Zulawski, Ann, op. cit., p. 149.

97 Soruco Sologuren, Ximena, op. cit.

98 Voir note de bas de page numéro 4.

99 Gotkowitz, Laura, op. cit.

100 L’intellectuel mexicain José Vasconcelos avait soutenu en 1925 que le mélange de races favoriserait l’apparition d’une « race cosmique » à travers le processus d’une « évolution spirituelle ». Ibid.

101 Ibid.

102 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Elvira Alvarez Gimenez, « « Une ville blanche, moderne et virile ». Politiques d’exclusion des espaces publics des femmes travailleuses urbaines, Bolivie, décennies 1930-1940 »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 12 janvier 2024, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/95121 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.95121

Haut de page

Auteur

Maria Elvira Alvarez Gimenez

CY Cergy Paris Université

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search