Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2024Cristian Vidal Barría. Matanzas f...

2024

Cristian Vidal Barría. Matanzas fundacionales. Huelgas y masacres de obreras en la Novela Histórica Contemporánea

Noémi Fablet
Référence(s) :

Cristian Vidal Barría. Matanzas fundacionales. Huelgas y masacres de obreras en la Novela Histórica Contemporánea, Ed. Universitaria, Santiago, 2022, 221 p.

Texte intégral

  • 1 Voir Sergio Grez Toso et Jorge Elías Caro (comp), Masacres obreras y populares en América latina d (...)
  • 2 Artaza Barrios, Pablo. “El impacto de la matanza de Santa María de Iquique. Conciencia de clase, p (...)

1Durant la première moitié du XXe siècle, le sous-continent américain fut le théâtre de plusieurs massacres de travailleurs perpétrés par les forces armées à la suite de mouvements de grève : le Mexique fut pionnier avec le massacre de Río Blanco en 1907, suivi, au mois de décembre de la même année, par le massacre de l’école Santa María de Iquique au Chili. Leur succédèrent la Semaine Tragique de Buenos Aires (1919), le massacre de Guayaquil (1922), puis celui des bananeraies, perpétré dans les Caraïbes colombiennes en décembre 19281. La plupart de ces massacres entraînèrent la radicalisation des travailleurs2, mais leur impact ne fut pas non plus négligeable dans le champ culturel. Tout au long du XXe siècle et jusqu’à aujourd’hui, des créations littéraires diverses ont été élaborées, faisant de ces événements tragiques leur matière première. Ces romans qui, malgré leur grande diversité, s’inscrivent tous dans le courant du roman historique latino-américain, suscitèrent l’intérêt de Cristian Vidal Barría qui décida d’y consacrer sa thèse, soutenue à la Universidad Complutense de Madrid en 2019.

2Comment sont représentés ces massacres dans la littérature hispano-américaine ? Quelles stratégies développent les écrivains pour représenter l’irreprésentable ? Le réalisme est-il une esthétique adéquate pour représenter la violence de masse ? Et quel rôle détient la littérature dans la transmission et reconfiguration de faits d’extrême violence ? Voici quelques-unes des interrogations auxquelles tâche de répondre Cristian Vidal Barría dans l’ouvrage Matanzas fundacionales. Huelga y masacres de obreros en la Novela Histórica Hispanoamericana, issu de sa thèse et publié récemment par la maison d’édition Universitaria de la Universidad de Chile.

  • 3 Archila, Mauricio, “Primeras representaciones de la masacre de las bananeras” in Torres, Leidy et (...)
  • 4 D’autres romans sont évoqués de manière plus anecdotique, comme Cent ans de solitude (1967) du col (...)

3La liste macabre esquissée en ouverture de cette recension n’est pas exhaustive. Conscient de l’ampleur de la tâche, compte tenu de la fréquence des massacres ouvriers au XXe siècle (“una práctica que no puede ser vista de modo aislado o al sesgo de la historia” (p. 17), à un moment où la question sociale heurtait dans le sang la question nationale3, Cristian Vidal Barria délimite d’emblée son approche : son étude est circonscrite à un corpus de six romans4. Pour le massacre argentin de 1919, il examine : En la semana trágica (1966) de David Viñas et El profundo Sur (1999) de Andrés Rivera. En ce qui concerne le massacre de l’école Santa María, il inclut les romans Hijo del Salitre (1956) de Volodia Teitelboim, Santa María de las Flores negras, de Hernan Rivera Letelier et Santa María de Iquique. La muerte de la República (2017), de Carlos Tromben. Puis, un roman de l’écrivain équatorien Joaquin Gallegos Lara, Las cruces sobres el agua (1946) permet de compléter ce corpus pour le moins composite.

4Cet ensemble varié permet à Cristian Vidal Barría d’interroger depuis une perspective non historiographique la façon dont les romans dialoguent avec la réalité d’un drame national de répression étatique. En parcourant différentes esthétiques nourrissant un rapport singulier avec l’événement de référence, du (néo-)réalisme social (dont l’auteur réhabilite la valeur littéraire), au réalisme magique, en passant par le roman-feuilleton, et la chronique journalistique, le docteur en littérature met en évidence différentes stratégies narratives et stylistiques à même de dévoiler et reconstruire une mémoire de l’événement longtemps étouffée par l’histoire officielle.

  • 5 Une perspective que l’auteur nuance dans son développement, car la consolidation du mouvement ouvr (...)
  • 6 Le progrès social ne fut pas systématiquement précédé de massacres ouvriers, d’autres voies étaien (...)
  • 7 La notion de catalyseur historique est évoquée par Pablo Artaza (op. cit).

5Afin d’étayer ses analyses, l’auteur se nourrit des travaux de Michel Foucault, Antonio Gramsci, Georges Sorel et Walter Benjamin, entre autres penseurs. Le principal apport de cet ouvrage, outre le caractère minutieux des analyses littéraires proposées et mises en dialogue, est d’insister sur le caractère fondateur du massacre depuis l’espace fictionnel. Certes, la vision téléologique selon laquelle chaque massacre aurait permis la consolidation d’une législation sociale peut s’avérer contestable5 : était-il nécessaire que le sang coule pour garantir des avancées sociales6 ? Toutefois, les romans analysés ici dévoilent chacun à leur manière la façon dont la littérature renforce, attise, et problématise la dimension fondatrice des massacres, en en faisant un authentique catalyseur dans la trajectoire des personnages romanesques, une fonction qui permet d’accentuer précisément le rôle de « catalyseur historique7 » du massacre depuis l’espace fictionnel.

6La littérature représente la catastrophe et révèle les potentialités qui émergent après la tragédie ; pour ce faire, elle établit ses propres lois et élabore un discours singulier. L’esthétique se plie alors à des impératifs variés qui ne sont pas tout à fait ceux de l’historien : celui de comprendre (En la semana trágica), de transformer en reprenant le flambeau de la lutte (Hijo del salitre), celui de réfléchir aux silences et au pouvoir thérapeutique de la littérature (El profundo sur), ou encore l’impératif de ne jamais oublier (Santa María de las flores negras). Différents chemins sont exploités par les écrivains, l’auteur de cet ouvrage en restitue la diversité, reflet, selon lui, de l’hétérogénéité et de la richesse du roman historique latino-américain.

Haut de page

Notes

1 Voir Sergio Grez Toso et Jorge Elías Caro (comp), Masacres obreras y populares en América latina durante el siglo XX. Éd Imago Mundi, Buenos Aires, 2021, 469 p.

2 Artaza Barrios, Pablo. “El impacto de la matanza de Santa María de Iquique. Conciencia de clase, política popular y movimiento social en Tarapacá”, Cuadernos de Historia. [en ligne]. 1998. n° 18, p. 169‑227.

3 Archila, Mauricio, “Primeras representaciones de la masacre de las bananeras” in Torres, Leidy et Archila Mauricio (dir). Bananeras: Huelga y Masacre 80 años. Bogotá, Universidad nacional de Colombia, 2009.

4 D’autres romans sont évoqués de manière plus anecdotique, comme Cent ans de solitude (1967) du colombien García Márquez (chapitre VI), et une série de trois romans boliviens dont la fiction se déroule durant le massacre de Catavi (1942) (chapitre V). Par ailleurs, l’auteur s’efforce de restituer la tradition littéraire dans laquelle le roman s’inscrit, rappelant en amont la diversité des vecteurs littéraires des massacres : dans le cas de la Semaine tragique, il évoque le conte humoristique d’Arturo Cancela publié l’année de la répression, ou le roman Pesadilla de Pinie Wald, publié dix ans plus tard. 

5 Une perspective que l’auteur nuance dans son développement, car la consolidation du mouvement ouvrier et l’approfondissement de la conscience de classe sont antérieurs au massacre ouvrier, notamment dans le cas du massacre de Santa Maria de Iquique, comme il le précise page 88.

6 Le progrès social ne fut pas systématiquement précédé de massacres ouvriers, d’autres voies étaient possibles. L’historien Peter Winn le rappelle à partir du cas uruguayen. Winn, Peter. “Huelga y respuesta en "las minas de carne y cuero": la cuestión obrera en el Uruguay del novecientos” in González Miranda, Sergio et. al. A 90 años de los sucesos de Santa María de Iquique, Santiago, Lom, 1998, p. 337-347.

7 La notion de catalyseur historique est évoquée par Pablo Artaza (op. cit).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noémi Fablet, « Cristian Vidal Barría. Matanzas fundacionales. Huelgas y masacres de obreras en la Novela Histórica Contemporánea »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 12 février 2024, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/95710 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.95710

Haut de page

Auteur

Noémi Fablet

Doctorante en histoire à l’Université Rennes 2 et ATER, Département d’espagnol. Ses travaux de recherche portent sur les mémoires de deux massacres de travailleurs au Chili et en Colombie et s’inscrivent dans une approche comparative.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search