Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesQuestions du temps présent2024Mobilisations collectives dans le...Introduction. Mobilisations colle...

2024
Mobilisations collectives dans les Amériques : la place du subalterne

Introduction. Mobilisations collectives dans les Amériques : la place du subalterne

Baptiste Lavat et Guillaume Marche

Texte intégral

  • 1 Subaltern Studies: Writings on South Asian History and Society. Les dix premiers volumes ont été p (...)
  • 2 Guha dirigea lui-même neuf des onze volumes de 1982 à 1989. Le premier volume, qui donna naissance (...)
  • 3 Les Cahiers de prison de Gramsci (1947-1951), récupérés par sa belle-sœur Tatiana Shicht après sa (...)
  • 4 Pour une vision d’ensemble de l’importance de ce courant de pensée et du rôle de son fondateur, on (...)

1Nées dans les années 1980 à la suite de la publication d’une série d’ouvrages collectifs consacrés à l’Inde moderne, les subaltern studies1 ont depuis connu une longue et riche évolution, en s’articulant étroitement aux études postcoloniales. Bien qu’elles ne constituent pas une école mais plutôt un courant de pensée, ces études subalternes, lancées par un groupe de travail mené par l’historien indien Ranajit Guha2 et huit doctorants indiens et britanniques, ont profondément contribué à l’essor des études postcoloniales, qui allaient prendre leur essor dans le sillage de la publication du célèbre L’orientalisme d’Edward Said en 1978, en proposant une approche historiographique nouvelle de la notion de subalternité et des formes de domination exercées par les élites britanniques sur les populations indiennes. Publiés entre 1982 et 2000, les onze volumes fondateurs des subaltern studies étaient également consacrés à la relecture critique de l’historiographie postcoloniale indienne et à la remise en question des thèses de l’Ecole de Cambridge élaborées autour des historiens John Gallagher et Anil Seal. Mais en dépit de leur apparition dans le contexte spécifique de la critique du nationalisme indien des années 1960 et 1970 et de la naissance des études postcoloniales, les thèses d’inspiration marxiste et gramscienne3 portées par le groupe de Guha se sont rapidement diffusées dans le monde universitaire nord-américain et australien, avant d’atteindre le continent sudaméricain qui allait voir naitre peu après le courant des études décoloniales, au tournant des années 20004.

2Sans nécessairement prétendre s’inscrire dans la droite ligne des subaltern studies, dont l’essor ces vingt dernières années a ouvert de nombreux débats et discussions qui ne cessent de faire évoluer les approches, méthodologies et objets d’études liés à ce courant de pensée, le présent dossier a pour objectif de proposer une série d’articles issus de travaux présentés lors d’un atelier thématique organisé dans le cadre du Congrès 2021 de l’Institut des Amériques (IdA) et pouvant relever de ce champ, en constante évolution.

  • 5 Merle, Isabelle, op. cit., p. 138.
  • 6 Ibid.

3L’ancrage transaméricain, plurilinguistique et interdisciplinaire cher à l’IdA a également été au cœur de la démarche des coordinateurs de ce dossier et organisateurs de l’atelier « Mobilisations collectives dans les Amériques : la place du subalterne » dont il provient. Les contributions rassemblées ici adoptent un double prisme, qui associe la question de la subalternité aux modalités de mobilisation collective face à cet état, et qui permet de porter un regard croisé sur différents phénomènes et espaces du continent américain, historiquement marqué par la persistance et la mutation, voire la recrudescence des relations de domination. En témoigne la variété des travaux ici présentés par des chercheuses et chercheurs américanistes, spécialistes de différentes aires et employant des approches aussi diverses que complémentaires. Comme le souligne fort justement Isabelle Merle en citant Guha dans un article consacré « aux principes fondateurs » du projet historiographique que furent les subaltern studies, le terme même de subalterne peut être entendu « “comme un nom recouvrant tous les attributs de la subordination dans les sociétés d’Asie du Sud, que ceux-ci s’expriment en termes de classe, caste, âge, genre, emploi ou de tout autre manière5” ». Et de poursuivre en soulignant que « la dichotomie élites/subalternes renvoie […] non pas à des catégories socialement constituées dont on chercherait à définir les frontières et à décrire les particularités mais à une relation de pouvoir qui caractérise […] l’ordre colonial britannique6 ». En appliquant cette définition au continent américain, les auteurs et autrices des articles ici réunis présentent, expliquent ou questionnent les mécanismes de mobilisation et de résistance mis en œuvre par différentes acteurs individuels ou collectifs face aux rapports de domination qui caractérisent nombre de relations sociopolitiques, culturelles et historiques du continent américain. Le présent dossier propose ainsi un regard croisé sur des phénomènes très différents, issus d’époques et de contextes qui pourraient sembler inconciliables, mais dont le lien intrinsèque apparait dans la mise en perspective des formes de réponse et de résistance à la subordination ou à la subalternisation auxquelles sont assignées les populations étudiées, aussi bien à l’époque contemporaine que dans le passé et dans des contextes sociaux, politiques et culturels variés.

4De fait, l’objectif premier de ce dossier thématique est d’interroger la place du subalterne au sein de mobilisations collectives diverses inscrites dans les Amériques, le « subalterne » pouvant ici s’entendre à la fois au sens du statut des individus et des groupes occupant une position subordonnée dans la sphère sociale ou se revendiquant comme tels, et au sens des modes d’action et d’intervention dans l’espace public qui tendent à être déconsidérés ou disqualifiés, en particulier les formes culturelles, non-évidemment politiques, voire infrapolitiques de mobilisation. Le subalterne ne saurait cependant être simplement confondu avec la marginalité ou avec la condition de laissé pour compte, qui se caractérisent par l’exclusion – qu’elle soit ou non volontaire. Le questionnement commun aux articles rassemblés ici est donc multiple : Qui est subalterne ? Qui s'en réclame ? Comment ce statut est-il défini ou remis en question, et par qui ? La subalternité est-elle uniquement un statut ou constitue-t-elle aussi une assignation, une expérience, un mode de participation à l’univers social ? Est-elle immuable ou peut-elle être perturbée, renversée ou encore transcendée ? À quelles stratégies de politisation peut-elle donner lieu ?

5Au fil de sept articles aux ancrages historiques, géographiques, politiques, culturels divers, qui constituent le dossier « Mobilisations collectives dans les Amériques : la place du subalterne », ce dossier permet de s’interroger sur les enjeux épistémologiques, les partis pris théoriques et les éventuels biais méthodologiques qu’induisent ces questions. Le subalterne se définit-il principalement par l’infériorité hiérarchique ? Implique-t-il nécessairement l’absence de privilège ou bien entretient-il des rapports plus complexes, voire paradoxaux, avec le positionnement socioéconomique ? Enfin, dans quelle mesure la stigmatisation des minorités raciales, sexuelles, ethniques et culturelles se croise-t-elle avec la subordination socioéconomique, et avec quelles différences selon les époques, les pays ou les régions des Amériques ?

6Ces articles invitent aussi à garder présent à l’esprit que la perception et l’appréciation de la subalternité peuvent varier selon l’angle sous lequel on la considère. Loin de naturaliser ou de réifier le subalterne, ils s’attachent à explorer le caractère heuristique de cette notion. Par exemple, si les populations autochtones des Amériques sont parmi les plus vulnérables et les plus dominées sur les plans économique ou culturel, elles comptent aussi aujourd’hui parmi les groupes les plus mobilisés, médiatisés et reconnus en ce qui concerne, notamment, les questions d’exploitation des ressources naturelles, de droits économiques, sociaux et culturels, de droits des femmes. Il convient donc de se demander également dans quelle mesure le subalterne influe sur le répertoire d’action collective de ces minorités raciales, ethniques ou sexuelles.

7Toutes ces questions, qui permettent d’envisager la notion de subalternité depuis une grande variété d’espaces et points de vue, sont mobilisées par les présents articles, divers par leurs approches, objets et terrains. Leur complémentarité est bien la preuve que la subalternité constitue un véritable champ encore en construction, qui ne saurait se limiter à des approches uniquement liées à des hiérarchies postcoloniales ou socioéconomiques, qui sont loin de couvrir la polysémie et la subtilité d’une notion en constante évolution.

8L’article de Laura Cahier, « De l’invisibilité à l’émancipation par le droit international ? Penser la subalternité à la lumière des mobilisations des femmes autochtones des Amériques pour leurs droits », se penche sur les mobilisations et sur les usages stratégiques du droit international et régional par les femmes autochtones des Amériques, afin de montrer comment ces dernières se sont constituées en « contre-publics subalternes ». En explorant le processus sociohistorique par lequel les femmes autochtones des Amériques se sont érigées comme actrices au sein des institutions interaméricaines et onusiennes, et en expliquant la façon dont la subalternité constitue un mode de participation à l’univers normatif international par lequel elles rendent audibles leurs demandes de droits et de justice, l’autrice explore la prise en compte de leur discours contre-hégémonique par les instances onusiennes et interaméricaines. Elle aborde également la reconnaissance croissante des revendications venues des marges et étudie la façon dont ces femmes autochtones cherchent à s’émanciper de statuts assignés, à rendre audibles leurs critiques et à affirmer leur droit de faire reconnaitre leur subjectivité comme femmes et comme autochtones.

9Maria Elvira Alvarez Gimenez, dans l’article « “Une ville blanche, moderne et virile”. Politiques d’exclusion des espaces publics des femmes travailleuses urbaines, Bolivie, décennies 1930-1940 », s’inscrit également dans la réflexion autour de mobilisations collectives féminines, dans le contexte plus ancien des ouvrières syndicalistes de la première moitié du XXe siècle en Bolivie. En étudiant les discours et les politiques urbaines des secteurs dominants à l’égard des cholas, femmes subalternes des classes populaires issues du monde rural, elle revient sur l’origine des mobilisations des femmes syndicalistes anarchistes de l’époque. L’autrice présente et analyse la manière dont les élites politiques se sont efforcées de les exclure de l’espace public urbain, par le biais de mesures d’assistance sociale ou de politiques hygiénistes visant à améliorer les conditions de salubrité de la ville et à la rendre plus « moderne ». Elle interroge également les modalités de contrôle ou d’endiguement de ces populations urbaines modestes, associées à la « ruralité », à la « saleté », au monde « indigène » et à l’ « immoralité », avant d’expliquer comment le dynamisme des syndicats de femmes anarchistes en fit une force politique que les gouvernements des années 1940 cherchèrent finalement non plus à contrer mais plutôt à retourner en leur faveur, non sans impact sur l’image et les discours autour des cholas.

10Sandrine Baudry et Céline Planchou, co-autrices de l’article intitulé « Indigeneity, Subalternity and Lakota Territorial Resurgence: Disrupting Urban Settler Colonial Order in a US Bordertown », proposent pour leur part d’interroger la dépossession et l’invisibilisation territoriale dont souffrent les communautés autochtones nord-américaines, en se penchant sur la théorie du colonialisme de peuplement (settler colonialism), née du dialogue entre études postcoloniales et études autochtones. À partir d’une une étude de terrain menée à Rapid City, dans le Dakota du Sud, elles interrogent les stratégies politiques et les « pratiques banales » de résistance au projet colonial d’invisibilisation du fait autochtone. Outre la marginalisation sociale, économique, politique et géographique des communautés autochtones, ici en particulier des Lakotas, elles se penchent sur les discours et pratiques qui remettent en cause l’ordre colonial, par le biais d’un récit historique contre-hégémonique, par l’adoption d’une approche territorialisée de l’éducation sur leur culture et leur histoire, ou encore par la réaffirmation et la revendication, notamment au travers des réseaux artistiques, de la Grande Réserve Sioux sur laquelle la ville de Rapid City fut illégalement établie en 1876. En insistant sur le prisme des résurgences territoriales, particulièrement pertinent dans l’étude des mobilisations autochtones, les autrices mettent l’accent sur l’accaparement des terres comme élément saillant de la domination coloniale, et analysent les modalités de résistance contre cette entreprise d’effacement de la territorialité lakota.

11La question de la territorialité est également au cœur de l’article de Claudia Seldin « (In)Subordinate Planning: A Decolonial Tool for Marginalized Urban Areas », qui a pour objet le parc Sitiê situé dans la favela de Vidigal, l’une des zones socialement et historiquement marginalisées de Rio de Janeiro. Ces zones déclassées, parfois qualifiées de « territoires contestés », sont généralement considérées comme subalternes par l'État brésilien et privées de politiques publiques, de sorte que leurs habitants sont dans l’obligation d’utiliser leurs propres ressources pour concevoir et construire des « espaces socioculturels insubordonnés ». S’appuyant sur une étude ethnographique d’un an réalisée dans cette favela, l’autrice explique comment ces espaces culturels auto-organisés peuvent constituer des formes d’insubordination à l'ordre établi, territoires culturels « contestés » autant que « contestataires », et espaces conflictuels autant que moteurs d’activités alternatives. Elle présente ces espaces socioculturels auto-construits comme une forme de « planification insubordonnée », par laquelle les communautés urbaines marginalisées revendiquent leur droit à la ville dans une forme de résistance décoloniale, menée par les habitants des favelas pour défendre un territoire délaissé par les autorités publiques. Ces espaces, longtemps abordés comme un phénomène homogène biaisé par une vision romantique, sont ici envisagés comme des territoires complexes qui subissent des processus constants de « multi-territorialisation » et de « reterritorialisation ».

12Vinícius Carneiro, dans l’article « Dialogue et hybridisme entre les œuvres de Françoise Ega et Carolina Maria de Jesus », se penche sur l’écrivaine Françoise Ega (1924-1977) et sur sa production littéraire, en premier lieu Lettres à une noire, roman épistolaire écrit au début des années 1960 et fonctionnant comme un journal intime, dans lequel la protagoniste adresse des lettres à l’autrice brésilienne Carolina Maria de Jesus, première écrivaine brésilienne issue de la périphérie à jouir d’une renommée nationale. À la fois femme, immigrée, noire, travailleuse prolétaire et mère, Françoise Ega construit des personnages subalternes intersectionnels, mais sa production, comme celle nombre d’écrivaines noires, est souvent confrontée aux préjugés ethniques et raciaux qui font des autrices noires les porte-paroles de problèmes sociaux des populations afrodescendantes, au détriment des qualités esthétiques de leurs travaux. Lettres à une noire met en mots l’aspiration d’Ega à rencontrer sa jumelle latino-américaine, autrice du best-seller Le Dépotoir (1965), qui a également la structure d’un journal intime décrivant la vie quotidienne d’une ramasseuse de déchets de la favela do Canindé à São Paulo. Françoise Ega joue par son écriture hybride avec les signes et les structures du colonisateur et de son type de discours emblématique, l’étude anthropologique, en restaurant des histoires oubliées, subalternisées, à partir du point de vue de la colonialité, c’est-à-dire du bas vers le haut.

13Dans l’article « Se dire ou ne pas se dire “raizal”. Subalternités indicibles sur l’île de San Andres (Colombie) », Morgane Le Guyader prend pour cadre la communauté afro-anglo-créole de l’île de San Andres, majoritairement constituée de descendant∙es d’esclaves, confrontée à partir du début du XXe siècle, au prolongement du paradigme colonial incarné, cette fois-ci, par la Colombie et son projet d’acculturation par assimilation des insulaires. Ordonné par le gouvernement colombien, ce projet fut le point de départ d’un traumatisme pluri-générationnel, qui succéda à celui de l’époque coloniale. Dans ce contexte de double colonisation, une partie de la communauté insulaire afro-anglo-créole s’organise et crée un mouvement militant politique pour dénoncer les abus du gouvernement colombien et se réclamer « minorité sur son propre territoire » : c’est la naissance de la catégorie raizal, que l’autrice décrit et analyse ici. Si la « raïzalité » est souvent analysée comme étant élitaire, émanant du seul désir d’un petit groupe d’héritiers privilégiés de restaurer un pouvoir anéanti par le processus d’assimilation, le mouvement raizal représente plutôt, selon Le Guyader, un contre-pouvoir face à cette ultime strate coloniale, qu’elle interroge dans sa complexité : alors même que l’ambition centrale de la raïzalité consiste à combattre la domination coloniale du gouvernement colombien, qu’en est-il de l’histoire, de la mémoire et des rémanences des formes de domination inhérentes au passé colonial et esclavagiste des îles ?

14L’article de Louis Bachaud, intitulé « “I’ll always be a subhuman, I just lost the genetic lottery”: Subaltern Identity-building in Online Incel Discourse and Ideology », pose la question de la subalternité depuis l’angle paradoxal d’un groupe occupant une position dominante dans l’ordre sexuel et de genre : les membres du mouvement « incel ». Ce terme apparu en 1993 et issu de la contraction de l’expression « involuntary celibate » désigne une communauté présente sur les réseaux sociaux, essentiellement masculine et hétérosexuelle, dont les forums et publications sont jugés par le Southern Poverty Law Center comme « faisant partie de l’écosystème du suprémacisme masculin en ligne ». Cette communauté, constituée autour d’un sentiment de marginalité et d’exclusion, opère selon l’auteur un renversement des grilles de lectures féministes, déjà initié par divers mouvements masculinistes états-uniens depuis trente ans. Militants et idéologues ont ainsi construit une analyse alternative de la société, dans laquelle ces hommes, loin d’être des oppresseurs, se perçoivent comme subalternes en raison du mal-être causé par leur exclusion de la sphère amoureuse et sexuelle. L’auteur propose une analyse de cette subalternité autoproclamée, perceptible par l’usage d’espaces Internet spécifiques, et de pratiques discursives et lexicales présentes dans des écrits et récits tels que le manifeste laissé par le meurtrier Eliott Rodger avant son attentat-suicide de 2014. Fils de réalisateur hollywoodien appartenant à une catégorie sociale historiquement dominante, Rodger incarne ce mouvement dont le discours et l’idéologie mobilisent et instrumentalisent la notion même de subalternité.

15Ce dossier se conclut par une postface qu’Angélica Montes Montoya nous fait l’honneur de rédiger. Chercheuse internationalement reconnue dans le domaine de la philosophie politique, elle est spécialiste du multiculturalisme, de l’interculturalité et des discours sur les constructions sociales de la race. Elle travaille également sur la créolisation et est l’autrice de La représentation du sujet noir dans l’historiographie colombienne. Le cas de Carthagène des Indes (1811-1815) (L’Harmattan, 2015) et de la première biographie intellectuelle en langue espagnole consacrée à Édouard Glissant : Édouard Glissant. El pensamiento de la creólisation errante (Herder, 2023).

16L’ensemble des articles présentés dans ce dossier, issus des deux sessions organisées à l’occasion du Congrès 2021 de l’Institut des Amériques, ont fait l’objet d’un approfondissement par rapport aux versions orales présentées lors du Congrès, et nous sommes heureux d’en partager ici les conclusions, interrogations et questionnements, dont nous pensons qu’ils apportent une contribution au champ de recherches vaste et en constant mouvement des études sur la subalternité.

Haut de page

Bibliographie

Gramsci, Antonio, Cahiers de prison. Anthologie, éd. Jean-Yves Frétigné, Paris, Gallimard, 2022.

Guha, Ranajit, « On some Aspects of the Historiography of Colonial India », in Ranajit Guha (dir.), Subaltern Studies I, Delhi, Oxford University Press, 1982, p. 1-8.

Merle, Isabelle, « Les Subaltern Studies. Retour sur les principes fondateurs d'un projet historiographique de l'Inde coloniale », Genèses, 2004, vol. 56, n° 3, p. 131-147, https://doi.org/10.3917/gen.056.0131.

Pouchepadass, Jacques, « Les Subaltern Studies ou la critique postcoloniale de la modernité », L’Homme, 2000, n° 156, p. 161-186, http://journals.openedition.org/lhomme/75.

Pouchepadass, Jacques, « Que reste-t-il des Subaltern Studies ? », Critique internationale, 2004, n° 24, p. 67-79, https://doi.org/10.3917/crii.024.0067.

Haut de page

Notes

1 Subaltern Studies: Writings on South Asian History and Society. Les dix premiers volumes ont été publiés à Delhi par Oxford University Press, et le onzième par Permanent Black/Ravi Dayal à New Delhi.

2 Guha dirigea lui-même neuf des onze volumes de 1982 à 1989. Le premier volume, qui donna naissance au courant, comporte notamment le chapitre programmatique de Guha : « On some Aspects of the Historiography of Colonial India », in Ranajit Guha (dir.), Subaltern Studies I, Delhi, Oxford University Press, 1982, p. 1-8.

3 Les Cahiers de prison de Gramsci (1947-1951), récupérés par sa belle-sœur Tatiana Shicht après sa mort et traduits en anglais, attestaient déjà l’engagement de l’auteur pour la défense des classes subalternes.

4 Pour une vision d’ensemble de l’importance de ce courant de pensée et du rôle de son fondateur, on pourra consulter les articles suivants : Merle, Isabelle, « Les Subaltern Studies. Retour sur les principes fondateurs d'un projet historiographique de l'Inde coloniale », Genèses, 2004, vol. 56, n° 3, p. 131-147, https://doi.org/10.3917/gen.056.0131 ; Pouchepadass, Jacques, « Que reste-t-il des Subaltern Studies ? », Critique internationale, 2004, n° 24, p. 67-79, https://doi.org/10.3917/crii.024.0067 ; Pouchepadass, Jacques, « Les Subaltern Studies ou la critique postcoloniale de la modernité », L’Homme, 2000, n° 156, p. 161-186, http://journals.openedition.org/lhomme/75.

5 Merle, Isabelle, op. cit., p. 138.

6 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Baptiste Lavat et Guillaume Marche, « Introduction. Mobilisations collectives dans les Amériques : la place du subalterne »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 12 février 2024, consulté le 25 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/95823 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.95823

Haut de page

Auteurs

Baptiste Lavat

Université Paul Valéry Montpellier 3, IRIEC

Guillaume Marche

Université Paris-Est Créteil, IMAGER

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search