Navigation – Plan du site
Boris Jeanne

Caravelle. Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, numéro 83, « La France et les cinémas d’Amérique latine », Presses Universitaires du Mirail, Toulouse 2004

[08/09/2005]

Entrées d’index

Palabras claves :

Solás
Haut de page

Texte intégral

1Il semble donc que Nuevo Mundo, Mundos Nuevos ne soit pas la seule revue scientifique à s’ouvrir très explicitement aux images en mouvement venues d’Amérique. Caravelle leur consacre un numéro entier, dans l’axe très particulier de la relation que la France entretient avec ce cinéma latino qui peut ici faire recette critique – Amores perros, Japón sont cités dès l’introduction de Carla Fernandes, on pourrait rajouter Whisky et Los Muertos plus récemment, et l’incontournable Cité de Dieu. Mais la liste serait bien longue et cette introduction fait plus le point sur les manques de ce dossier que sur ces réussites : un aveu d’impuissance à traiter l’ensemble du matériau, et le choix d’une thématique assez étroite pour parvenir à produire quelque homogénéité.

2Cinémathèques, revues, festivals, commandes ministérielles : il est au final plus question d’institutions que de cinéma dans ce numéro, les articles privilégient nettement les structures de production et de diffusion que les images elles-mêmes. Ce n’est donc pas le grand numéro de synthèse sur les cinémas d’Amérique Latine : il s’agit surtout de prendre acte de la vitalité de ces cinémas, et surtout en France – où le poids des institutions sur le secteur est d’ailleurs l’un des plus lourds au monde, avec la Corée. On peut donc y lire des articles qui comptent et qui décrivent, mais qui se trouvent à distance de l’objet dont on parle – Caravelle n’est pas une revue de critique de cinéma, et ne prétend pas le devenir malgré le bel article d’Emmanuel Arraz sur Arturo Ripstein, et l’entretien avec le cinéaste Humberto Solás qui se charge de faire le point sur l’évolution de ces cinémas à l’échelle du second XX° siècle.

3Emmanuel Vincenot se tire très bien de cette figure imposée institutionnelle et franco-américaine pour livrer une analyse politique des tentatives de création d’une cinémathèque à La Havane, avec bien en vue la figure tutélaire d’Henri Langlois – mais aussi de Batista, et d’un autre Guevara. Sylvie Debs attaque le versant brésilien de la thématique avec des outils économiques, pour expliquer clairement le déséquilibre des échanges cinématographiques entre les deux pays, à l’avantage de la France. L’Argentine parvient quant à elle à placer de nombreux films sur les écrans français, grâce à une active politique de coproduction, mais peut-être surtout en raison d’une faim de filmer sans égale : Joaquín Manzi se penche sur ce « dernier cinéma argentin » si présent sur nos écrans, et décrit cette situation argentine très particulière où il faut « filmer pour survivre ». L’influence sur les cinémas latino-américains de cette autre institution que sont Les Cahiers du Cinéma occupe Julie Amiot-Guillouet, tandis qu’Amanda Rueda analyse la présence de ces films dans les nombreux festivals français – le meilleur endroit pour voir du cinéma qui sort des sentiers battus de distribution commerciale. Monique Roumette dégage un objet d’étude beaucoup plus resserré, la série Claves de quatre documentaires réalisée par Atahualpa Lichy entre 1980 et 1984 pour les Centres Culturels Français, qu’elle décrit comme des espaces de liberté où l’on pouvait montrer aux latinos un aspect de leur propre cinéma alors brimé par les États.

4Soient 140 pages consacrées aux cinémas d’Amérique Latine, et surtout à leurs structures et/où à leurs liens avec la France. Les pages suivantes proposent un mélange de trois articles bien divers : patriotisme et science en Nouvelle-Grenade au début du XIX° (Lucía Duque Muñoz), deux personnages de opas chez l’écrivain péruvien José María Arguedas (Renaud Richard), et la poésie guaraní (Susy Delgado). Mais avant les comptes-rendus, la rédaction a inséré un cahier de picturales, avec des articles mais surtout des planches hors-texte d’œuvres de Fabio Amaya.

5Le cinéphile reste donc un peu sur sa faim, mais reconnaît que personne n’est tombé dans le piège de parler plus de la France que de du monde hispanique et luso-brésilien. Le dossier analysant avec précision les différences d’approche entre ces cinémas latino-américains si divers et si dynamiques, de plus en plus présents sur nos écrans, reste cependant à écrire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Jeanne, « Caravelle. Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, numéro 83, « La France et les cinémas d’Amérique latine », Presses Universitaires du Mirail, Toulouse 2004 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 08 septembre 2005, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/994

Haut de page

Auteur

Boris Jeanne

Cerma / Ehess
borisjeanne@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page