La mort au Mexique
Illustrations de
José Guadalupe Posada
(1851-1913)
Texte de Nathalie Ragot
Las calaveras à Paris
Texte de Raúl Velasco et
Kristin Meller
Contributions artistiques et
scientifiques,

adresses utiles et
informations pratiques.
El Día de Muertos en París

        La prolifération des calaveras dans l’art populaire mexicain est un fardeau hilarant arrivé de la vieille Europe depuis belle lurette. Tout le monde meurt au Mexique. Bien avant même leur décès véritable on annonce, avec tambours et trompettes la disparition inéluctable des humbles et des puissants. En France de nos jours, beauté, jeunesse, bonne mine, fesses luisantes et seins rebondis ont remplacé les squelettes partout où l’œil se pose ; personne ne meurt plus.

Artistes graveurs, voilà ce qui nous motive : nous nous déclarons héritiers de Posada et avons la délirante ambition de faire revenir la mort parmi vous ! La tâche est énorme, nos moyens sont modestes et nous avançons à petits pas.

2001, nous organisons le premier « jour des morts » rue des Cascades avec des gravures de calaveras contemporaines et un autel d'offrandes aux défunts à la manière mexicaine.
2002, des artistes parisiens nous rejoignent.
2003 et depuis lors, l’artiste mexicain nahua, Nicolás de Jesús y apporte sa contribution.
2004, notre installation se déplace au centre d’arts plastiques de la Ferme du Couvent à Torcy.
2006, nous trouvons des renforts dans la communauté mexicaine de Chicago grâce à René Hugo Arcéo.
2009 enfin, nos calaveras envahissent la toile.
Lentement, la mort fait son chemin jusqu'à vous et finira par... vous faire rire.        

La recette des calaveras est très simple mais doit être suivie à la lettre pour obtenir un résultat savoureux :

  1. Choisissez un personnage à trucider. Curieusement, votre choix peut être déterminé par la haine ou par l’amour, car c'est fatal, nous allons tous mourir.
  2. Votre décision arrêtée, distinguez dans le personnage ciblé une expression ou un trait de comportement qui le caractérise et qui sera immanquablement la cause de sa mort.
  3. Puis, représentez-le sous forme de squelette, seul ou en société, dans l’attitude choisie pour le faire mourir.
  4. Cette vignette doit s’accompagner d’un poème bien rythmé et parfois provocateur qui viendra renforcer, à traits grossis voire grossiers le propos outrancier de l'image. Quoi de plus outrancier que la mort ?
N.B. : chassez de votre esprit toute morbidité et un quelconque apitoiement. La pourriture de la chair est bannie. La seule chose qui vaille dans notre recette, c’est l'os.

Raúl Velasco
Kristin Meller
octobre 2009

Revue
Toutes les images
Les artistes