Introduction Paysages urbains Sociˇtˇs en mutation La ville transfigurˇe Conclusion
 

De la même manière qu’il existe plusieurs niveaux de langage, on rencontre sur les murs différents niveaux de graphie. Même si la peinture murale officielle se veut populaire, elle correspond à un niveau d’expression soutenu, riche en références savantes. En revanche, le graff aérosol vite bombé sur le pilier d’un pont peut être considéré comme une forme d’argot. Ces différentes formes d’expression graphique font non seulement partie du paysage urbain, mais elles le reproduisent, le déforment, en soulignent les forces et les faiblesses. Que ce soit pour honorer ou dénoncer ce monde qui les entoure — qui les menacent ou qu’ils menacent, graffs, tags et peintures murales permettent donc de brosser le portrait physique de la ville. En ce sens, les murales (officiels ou non) s
ont un décor qui, comme dans une mise en abîme, reflètent le décor
 
     
 

Ces deux peintures ci-contre sont l’image d’une ville en construction. Le petit bourg de San Juan Parangaricutiro (Michoacán), détruit en 1943-1944 par l’éruption du volcan Paricutín, a été reconstruit près de la capitale régionale, Uruapan.

La fresque peinte dans la basilique du Señor de los Milagros met en valeur l’effort communautaire de la population, qui a décidé de reconstruire les maisons englouties par les coulées de basalte.

C’est une ville encore traditionnelle, dominée par l’image du Christ, où le bois joue toujours un rôle essentiel dans l’architecture locale. Dans un télégramme daté du 31 juillet 1944, le général Felix Ireta, gouverneur du Michoacán, signalait qu’il avait dû assurer le transport de grandes quantités de bois de construction destiné aux habitants installés dans le Valle de los Conejos. Quant au maire de la ville abandonnée, il réclamait aux autorités des clous et des planches afin de réparer les toits de lattes (tejamanil) abîmés par les retombées de cendres et menacés de faire eau de toutes parts.

 

 

De manière plus métaphorique, la fresque peinte sur les murs de l’aéroport international de San José met l’accent sur le rôle modernisateur de la ville : les poutrelles d’acier et le béton sont les marques d’une société nouvelle, tournée vers le progrès, où les ouvriers, les ingénieurs et les étudiants occupent une place centrale.

 

 

 

Photo 2 : Mexique, San Juan Nuevo,
basilique du Señor de los Milagros


Photo 3 : Costa Rica, San José,
Aéroport international

 

 

Photo 4 : Équateur, Patate

Dans les peintures officielles, commanditées par les municipalités ou par les institutions publiques, c’est l’image d’une communauté apaisée, rayonnante, qui domine. À Patate, petit bourg des hautes terres andines, plusieurs fois détruit par des séismes, la vie s’organise autour de la place centrale, qui réunit tous les habitants.

 

 

 

Photo 5 : Argentine, Zarate

L’église protège ses fidèles des colères de la nature, représentée par le cône enneigé d’un volcan. Comme à Patate, l’église de Zarate est au cœur de la vie quotidienne. Bâtie sur les rives du Rio Paraná, dont les flots bleus occupent le dernier plan, la petite ville veut donner d’elle l’image d’une cité tranquille et prospère, où les enfants aiment venir jouer sur les toboggans de la place publique. En arrière plan, les toits en dents-de-scie d’une usine rappellent que Zarate a été, à l’échelle nationale, un important centre industriel.

 
 

 

Photo 6 : Argentine,
Buenos Aires, Avenida 9 de Julio


À l’opposé des images consensuelles chargées de brosser le portrait d’une ville idéale, au service des citadins-citoyens, les artistes de rue éclairent la ville moderne d’un jour nouveau. À Buenos Aires, ce sont les encombrements qui caractérisent l’une des plus importantes artères de l’agglomération, l’Avenida 9 de Julio, facilement reconnaissable à son gigantesque obélisque.

 
 
 

 

Photo 7 : Brésil, São Paulo,
rives du Rio Pinheiros


Les acteurs essentiels de la circulation porteña sont présents : le taxi jaune et noir, le bus scolaire et la benne à ordures ménagères. À São Paulo, la ville se résume à quelques éléments clés de la modernité, pour le peintre naïf (peut-être un enfant) qui a profité d’un mur nu pour exprimer sa vision du monde : une voiture, des arbres, quelques passants, un oiseau, mais surtout une boutique où l’on vend des hot-dogs et un grand immeuble baptisé « shopping ». Pour des citadins largement influencés par l’american way of life, les « shopping centers » représentent une nouvelle manière de vivre la ville, dans des espaces privatisés qui contribuent à segmenter la vie sociale et à fragmenter les territoires urbains.

 

 

Photo 8 : Brésil, São Paulo,
Rua Lorena (Jardim paulista)

La ville moderne, caractérisée par ses gratte-ciels, ses tours et ses constructions massives, impose au peintre de nouveaux paysages. À São Paulo, Jean-Paul Zilli a brossé un portrait inquiétant de la mégapole brésilienne.

 
       
 

Photo 9 : Mexique, Mexico,
Planta de Asfalto


Étagée sur trois plans de couleur noire, séparés par de fines lignes blanches, la cité vit sous un ciel rougeoyant, qu’un soleil aveuglant traverse comme une cicatrice. Or, la rua Lorena appartient à un quartier privilégié, Jardim Paulista, où le principe de la verticalisation n’a pas encore complètement triomphé, et où l’on trouve encore d’importants secteurs occupés par des maisons basses, entourés de jardins. À Mexico, sur le mur d’enceinte de la Planta de Asfalto, située au sud de l’agglomération, l’artiste a représenté une vaste cité de tours et de barres écrasée par sa signature, qui s’impose dans le ciel comme un serpent à plumes. Comme chez Zilli, à São Paulo, les immeubles sont anonymes : ils ne dressent pas le portrait d’une ville en particulier, mais font le procès de LA ville en général.