Introduction Paysages urbains Sociˇtˇs en mutation La ville transfigurˇe Conclusion
 

Même si les chiffres officiels ne correspondent pas toujours à la réalité, à cause des critères statistiques choisis pour définir les populations urbaines, l’Amérique latine est un continent très fortement urbanisé. Ici comme ailleurs, la ville est présentée comme un creuset où, sous la pression des contraintes sociales et des stratégies économiques, s’accélèrent les mutations d’une société qui a longtemps cherché son chemin vers une « modernité » salvatrice. Les murs sont là pour marquer les avancées et les limites de cette quête, dans des pays qui n’ont pas oublié l’époque des dictatures et qui restent menacés par le chassé-croisé de la croissance et du sous-développement.
ont un décor qui, comme dans une mise en abîme, reflètent le décor
 
     
 

Dans les cités latino-américaines, les murs enregistrent aussi bien les petits changements de la vie quotidienne que les grands traumatismes de la société. Dans le quartier de la Boca, lieu d’accueil des immigrés italiens, célèbre pour son équipe de football et pour son esprit contestataire, une grande fresque rappelle le souvenir des habitants disparus au cours de la dictature militaire, simples silhouettes blanches qui se mêlent aux vivants sans pouvoir leur parler.

 

 

 

 

 

 

Sur le Paseo Colón, près de la Casa Rosada et du quartier neuf de Puerto Madero, le Centro Cultural Recoleta a financé la composition d’un vaste ensemble de peintures destinées à brosser le portrait d’une ville où il fait bon vivre, et où l’esprit communautaire l’emporte sur tout le reste. Dans une rue typique de la ville, où officie un marchand de journaux, une jeune femme et un vieil homme téléphonent. Alors que, dans le Mural de los desaparecidos, la communication est impossible avec les morts, ici, elle est au centre de la scène. Dans les deux œuvres, les éléments du décor urbain (les fenêtres de l’immeuble) sont utilisés et intégrés au tableau, afin de mieux mélanger l’art et la réalité.

 

 

 

Photo 10 : Buenos Aires, calle Garibaldi
(la Boca), Mural de los desaparecidos


Photo 11 : Buenos Aires, Paseo Colón


 

 

Photo 12 : Brésil, São Paulo,
pont sur le Rio Pinheiros


La mère est un thème récurrent dans la peinture de rue, comme dans la littérature ou dans le cinéma. À São Paulo, sur un pilier du pont qui enjambe le Rio Pinheiros à la hauteur de l’avenida Rebouças, un amoureux a fait le portrait de sa petite « preta » (noire), terme ici d’autant plus affectueux que la jeune femme porte trois enfants souriants dans ses bras.

 

 

 

Photo 13 : Mexique, México,
Planta de Asfalto

À Mexico, c’est l’image d’une mère en colère face à la mort de son fils qui orne les murs de la Planta de Asfalto. Loin de la Pietá douloureuse mais résignée de la peinture classique, la femme mexicaine, folle de rage, menace du poing les responsables du meurtre. Pas de pardon, ni de lumière. La mort est nue comme le corps de ce nouveau Christ qui voulait écrire sur un mur, et dont la main gauche serre encore un pinceau trempé dans une peinture rouge comme le sang.

 
 

 

Photo 14 : Brésil, São Paulo,
rua Arcoverde


Dans la vie quotidienne comme sur les murs de la ville, l’image de la mère et de la femme peuvent se confondre, mais aussi se distinguer. Cantonnée dans son rôle traditionnel de mère au foyer (ama de casa), elle passe son temps à servir son mari et sa famille. C’est le cas de cette bonne ménagère qui orne la façade d’une laverie de São Paulo, dans le quartier de Pinheiros , et dont le panier regorge de slips et de chaussettes.

 
 
 

 

Photo 15: Argentine, Buenos Aires,
Paseo Colón



À Buenos Aires, en revanche, le Taller de Estética Urbana a préféré donner l’image d’un femme moderne, active, typique de la nouvelle génération des executive women qui viennent concurrencer les hommes sur le marché du travail, près de Puerto Madero. Avec son tailleur clair et son sac en bandoulière, elle relègue au second plan le cadre en costume-cravate et à l’attaché-case de couleur noire, symbole machiste à qui l’artiste a préféré couper la tête

 

 

Photo 16 : Argentine, Buenos Aires,
Calle Balcarce (San Telmo)

Les murs de la ville sont un support idéal pour dénoncer les tares de la société. Elles offrent un espace de liberté qui n’existe pas toujours dans les médias officiels, surtout pour ceux qui estiment être les victimes d’un système politico-économique corrompu. Ainsi, les violences policières sont fréquemment dénoncées par les artistes de rue, comme ici, à San Telmo, où un diabolique agent des forces de l’ordre, armé de sa matraque, fait régner la terreur sur une ville soumise aux caprices d’un ordre détesté.

 
       
 

Photo 17 : Argentine, Buenos Aires,
Avenida 9 de Julio.


Dans un autre registre, une peinture réalisée sur un mur de l’Avenida 9 de Julio dénonce la politique économique des gouvernements soumis aux directives du FMI. Devant l’entrée d’une confitería dessinée de manière réaliste, avec ses clients et ses serveurs, une figure allégorique rappelle les concerts de casseroles données en l’honneur des députés argentins, accusés de brader le pays et de conduire la population à sa ruine.

 
/iages/Cerma-Musset-9.