Introduction Paysages urbains Sociˇtˇs en mutation La ville transfigurˇe Conclusion
 

Les images de la ville n’ont pas toujours besoin d’être réalistes pour exprimer les inquiétudes ou les désirs d’une société. Figures allégoriques, symboles, métaphores et paraboles ornent donc les murs de la cité, pour inciter le passant à s’interroger sur le sens qu’il doit donner au monde qui l’entoure. S’il existe différents niveaux de graphie dans les murales, on peut aussi considérer que plusieurs modes d’écriture permettent de donner aux représentations de la ville des degrés croissants d’abstraction. L’identification de plus en plus étroite entre le peintre, sa peinture, le mur et la ville apparaît alors comme un aboutissement.
ont un décor qui, comme dans une mise en abîme, reflètent le décor
 
     
 

Photo 18 : Mexique,
Mexico, Colonia Popotla

Chez les taggers, les représentations de la ville préhispanique sont rares, tout comme les pictogrammes d’inspiration indigène. Même au Mexique, l’exaltation de la grandeur aztèque est réservée aux grandes fresques officielles, comme celles de Diego Rivera peintes sur les murs du Palais présidentiel. En ce sens, le mural est destiné à ancrer la mémoire collective de la Nation dans un passé idéalisé. En ville, ce sont toujours les vieux symboles qui l’emportent, comme dans cette œuvre de Bardo, peinte contre un mur de la Colonia Popotla, où est représentée la fondation mythique de Tenochtitlán : au milieu des marais, un aigle sur un nopal dévore un serpent.

 

 
   


Photo 19 : Mexique, Jalapa

À Jalapa, c’est la fondation de la ciudad de la Veracruz qui est évoquée, en mélangeant les techniques de représentation indienne et espagnole. Le fleuve et la mer, figurés sous la forme de volutes bleues, ornées de cercles et de coquillages, suivent les canons esthétiques de l’écriture précolombienne. En revanche, le conquérant, armé d’une lance et d’une épée, s’inspire de la peinture européenne, tout comme le vaisseau à voiles et le canon qui sont la marque de sa puissance. Quant à la ville de Veracruz, elle est représentée sous la forme d’un tepetl indigène, surmonté d’une croix. De cette manière, le peintre a pu jouer sur les deux formes d’expression - le dessin et l’écriture, pour évoquer le nom de la cité fondée par Cortés.

 

 


Photo 20 : Mexique, Mexico, Alameda


C’est en utilisant la sémiologie graphique des écrivains préhispaniques que les membres du Taller de Pintura Mural Comunitaria ont voulu donner une autre image de Mexico (mural daté de 1998). Les symboles sacrés du monde aztèque (le serpent à plumes, le brasero, les corps des défunts) sont appelés à témoigner des difficultés de la vie quotidienne dans la ciudad de humo — cette « ville de la fumée » qui n’a plus rien à voir avec « la région la plus transparente de l’air ».

 

       
 

 

Photo 21 : Mexique, Mexico,
Planta de Asfalto

Dans un style diamétralement opposé, mais de manière tout aussi forte, l’un des peintres de la Planta de Asfalto de Mexico évoque l’entassement des êtres humains dans la ville. Dans un cas comme dans l’autre, les visages s’effacent, anonymes dans la vie comme dans la mort, signe d’une inquiétante perte d’identité : ici, la tête est couverte d’un voile ; là, elle est réduite à sa plus simple expression (un crâne rasé, l’esquisse du nez, deux trous sombres à la place des yeux). Comme le souligne de manière prophétique l’auteur du mural de la Alameda : «todos los rostros son iguales».

 
 

 

 

Photo 22 : Brésil, São Paulo,
Avenida Rebouças


Les attentats du 11 septembre 2001 ont sans doute changé la face du monde : ils ont aussi fortement influencé les peintres de la rue. Avec l’effondrement des Twin-Towers du World Trade Center, New-York, archétype de la cité globale, modèle architectural, économique et culturel de la ville « post-moderne » était frappée en plein cœur. Quand les symboles les plus éclatants du pouvoir planétaire s’écroulent sur eux-mêmes, c’est le sens même de la ville qui est remis en question. C’est ainsi que, sur l’avenue Rebouças, un petit dessin a été ajouté sur l’immense drapeau américain ornant l’entrée d’une école de langues : on y voit l’ombre d’un avion qui va percuter l’une des tours, alors que la première est déjà en feu.

 
       
 
 

 

Photo 23: Brésil,
São Paulo, quai du Rio Pinheiros



Sur le quai du Rio Pinheiros, la représentation est encore plus explicite : figurés en contre-plongée, les deux gigantesques buildings qui dominent la planète et dont le sommet touche les étoiles, sont déchirés par une immense flamme.

       
 

 

Photo 24 : Brésil,
São Paulo, Avenida Rebouças

Eduardo est le principal animateur du studio Kobra, spécialisé dans les peintures aérosols. Il officie depuis 1987 dans les rues de São Paulo, parfois pour honorer une commande, mais le plus souvent pour son propre compte. Ici, il décore le mur d’enceinte d’une petit groupe scolaire privé.

 
       
 

 

 

Photo 25 : Brésil,
Adamantina (État de São Paulo


Afin d’exprimer son refus de la mondialisation néo-libérale et de l’impérialisme yanquee, il a choisi de représenter les grands chefs de guerre indiens qui, en Amérique du Nord, ont résisté à la colonisation européenne. Comme son assistant l’a badigeonné de rouge, le peintre fait désormais partie de sa peinture. À l’inverse, sur un mur d’Adamantina (interior de l’État de São Paulo), l’artiste a représenté une jeune fille en train de tagger la paroi pour exprimer sa colère et ses revendications politiques : « tout le pouvoir au peuple noir ». Parfois, le mur est un miroir qui se reflète lui-même…