Un panthéon métis

Images indo-portugaises

Contrairement aux productions afro-portugaises de Sierra-Leone ou du Bénin, à Goa nous sommes en présence d’images à thème essentiellement religieux.
L'histoire chrétienne de Goa commence en 1510 avec les premiers Portugais. Très vite les ordres religieux vont s’établir : dès 1517 les Franciscains s’installent, suivis des Dominicains en 1547 et des Augustins en 1572. Les jésuites arrivés en 1542 joueront un rôle de premier ordre, dominé par la figure emblématique de saint François-Xavier (1506-1552), « l’Apôtre des Indes ». Les structures ecclésiastiques se mettent en place : en 1534, Goa est érigé en diocèse, en 1557 en archevêché. Le territoire se couvre d’églises, Goa devient au XVIe siècle la « Rome de l’Orient » et c’est sur cette terre indienne que va se développer une production d’images religieuses en ivoire, qui allie à la fois originalité et grande qualité esthétique.

Bon Pasteur indo-portugais, XVIIe siècle

Bon Pasteur indo-portugais, XVIIe siècle

Bernardo Ferrão de Tavares e Tavora, l’un des premiers à avoir étudier ces images dans son ouvrage, Imaginaria Luso-Oriental, paru en 1983 nous en donne la définition suivante : « Il s'agit de sculptures faites en Asie par des artisans indigènes, initialement sous l'égide des missions portugaises, copiant des motifs occidentaux, s'en inspirant ou les recréant avec des variantes propres ».

Christ en croix, XVIIe siècle

Christ en croix, XVIIe siècle

Ce qui frappe aujourd’hui c’est la profusion de ces objets « indo-portugais » que l’on trouve aussi bien dans les musées que dans les collections particulières et qui s’échangent toujours dans les salles de vente ou chez les antiquaires. Ce qui laisse supposer qu’il existait à Goa dès le XVIe une proto-industrie très dynamique, qui a perduré sur plusieurs siècles et qui a essaimé partout dans le monde. Profusion, variété, richesse de ces images qui racontent des histoires d’autant plus complexes qu’elles nous renvoient à un niveau planétaire. En effet, ces objets ont circulé au Portugal bien sûr, mais aussi en Europe et de l’autre côté de l’Atlantique. Il suffit pour s’en convaincre de visiter les musées au Brésil ou par exemple au Mexique, la riche collection de Madame Lydia Sada de Gonzalez.
Pourtant, malgré leur abondance, ces objets soulèvent de nombreuses questions – datations incertaines, silence sur les ateliers de production ou sur les artistes qui les ont produits – que les différentes études sur le sujet ont peu élucidées à ce jour. L'emploi de la main-d'œuvre locale est évidente. Les voyageurs d'ailleurs le confirment dans leurs récits et le roi João III du Portugal n’avait-il pas promulgué un décret pour interdire aux hindous de peindre les sculptures, ce qui indique bien leur degré implication dans cette production.
Ce silence est d’autant plus curieux que pour d’autres productions – c’est le cas de l’orfèvrerie – nous sommes mieux renseignés. Nous savons que certains sculpteurs orfèvres sont venus à Lisbonne sous le règne du roi D. Manuel pour y travailler. C’est le cas de l’orfèvre Rauluchantim qui vint à Lisbonne pour faire des objets « à la façon de l’Inde » et y séjourna de 1518 à 1520. Peut-on imaginer que ce fut le cas également pour les ivoiriers ?


Ensemble d'images mariages, XVIIe-XVIIIe siècles

Ensemble d’images mariales, XVIIe-XVIIIe siècles