Un panthéon métis

L'image mariale

Parmi les différents groupes iconographiques, celui de la Vierge est certainement celui qui fut le plus représenté. En effet, nous trouvons de très nombreuses et très variées représentations de la Vierge : Vierges à l’enfant, vierges en majesté, Vierge de l’Immaculée Conception.

Vierge de l'immaculée conception, XVIIe siècle

Vierge de l’Immaculée conception, XVIIe siècle.

La frontalité du corps est atténuée par l’ample mouvement du vêtement noué sur le devant. La finesse du décor qui court sur le manteau, le détail très précis des bijoux font de cette sculpture un bel exemple du raffinement de cet art goanais


Néanmoins certains types semblent avoir été privilégiés, comme celui de l’Immaculée Conception. Ce thème qui apparaît à la fin du XVe siècle est mis à l’honneur par la Contre-Réforme au Concile de Trente (1545-1563). Attaquée par les réformés qui brisaient ses statues, les représentations artistiques se multiplient au XVIIe siècle et fixent son type définitif. La Vierge de l’Immaculée Conception y apparaît généralement descendant du ciel, les yeux baissés, les mains jointes, debout sur un croissant de lune et entourée d’une multitude d’angelots.

Détail montrant le serpent que la vierge voule de ses pieds

Pour rappeler sa victoire sur le péché originel, ses pieds écrasent la tête d’un serpent, symbole du démon. Elle tient quelquefois le rosaire, symbole de la prière.

Détail montrant le serpent que la vierge foule de ses pieds.

Deux caractéristiques types de la sculpture à Goa

Deux caractéristiques typiques de la sculpture à Goa : la mante, portée par certaines vierges, qui forme une grande boucle sur le devant et qui retombe en pointe sur les côtés, et le traitement de la chevelure en zigzags.

N’ayant pas de dates précises pour ces œuvres, les datations se font souvent par camparaison stylistique. Les vierges présumées les plus anciennes (fin XVIe, début XVIIe siècle) sont marquées par un grand hiératisme et un traitement sobre : faible saillie du vêtement, corps cylindriques. En règle générale, on ne peut que remarquer l’éloignement de ces sculptures d’avec leurs probables prototypes métropolitains. En effet, elles sont beaucoup plus rigides dans leurs formes et moins expressives dans leurs visages que les modèles contemporains de la Renaissance.

Vierge en majesté, fin XVIe siècle

 

Vierge en majesté, fin XVIe siècle

Assise sur son trône de manière très frontale, la vierge retient de la main gauche l’enfant debout sur son genou, qui tient le globe dans la main gauche.

 

 

 

 

Vierge de l’immaculée Conception, fin XVIIe siècle

Volumes ronds et souples pour cette Immaculée Conception. Le genou, fléchi en avant, évoque le mouvement en « tribangha » (triple flexion) des yakshinîs (femmes-génies) qui ornent les piliers des temples hindous. Le vêtement, d’une belle fluidité, est savamment drapé avec un mouvement qui repasse sur le bras et qui rappelle le sari des indiennes. Même chevelure en zigzags et même raffinement des bijoux.

vierge en majesté

Sainte en prière

Sainte en prière, les mains jointes, assise sur un rocher.

On retrouve ici la même façon de traiter le rocher ou la montagne qui figure au dos des socles du Bon Pasteur – à savoir une sorte de quadrillage incisé.