Un panthéon métis

Matière et couleur

Les statuettes indo-portugaises sont la plupart du temps en ivoire ; sur certaines pièces néanmoins l’ivoire pouvait se combiner avec le bois ; il était alors réservé pour la tête et les mains – sûrement pour des raisons économiques, l’ivoire restant un matériau précieux et coûteux. On trouve également des pièces entièrement en bois. L'argent et l'or étaient destinés aux accessoires comme les couronnes que portaient les vierges ou certains saints. Souvent peints, on peut encore observer sur bon nombre de ces objets des traces de polychromie ou de dorure.

Vierge à l'enfant en majesté, XVIIIe siècle

Le matériau

S’il existe plusieurs types d’ivoires (hippopotame, cachalot, morse, etc.), l’ivoire le plus noble reste néanmoins celui de l’éléphant. Et si ce matériau existe en Inde, celui utilisé pour les sculptures à Goa est importé d'Afrique, de la côte orientale dans la région de Sofala et autour de l'île de Zanzibar, zone importante de commerce de l'ivoire. Au tournant du XV/XVIe siècle, le Dominicain Frei João dos Santos dans son œuvre Etiopia oriental e varia historia de cousas notaveis do Oriente nous renseigne sur la production et l’exportation de l’ivoire « comme la principale marchandise de la côte de Sofala, d’où chaque année l’on envoie en
Inde de très grandes quantités ». Les éléphants d’Afrique ayant des défenses plus grandes et de meilleure qualité que ceux d’Asie, leur ivoire était plus recherché. Il n’est pas interdit de penser également que d’autres facteurs soient en cause dans ce choix. En effet, en Inde non seulement l’éléphant est utilisé pour le travail (notamment pour le transport des bois), mais c’est aussi un animal sacré. L’un des dieux les plus populaires en Inde n’est autre que Ganesha, le dieu à tête d’éléphant, avatar de Visnou,  ce qui expliquerait la répugnance des Indiens à le massacrer.
 
Vierge à l'enfant, détail, XVIIIe siècle

Petite vierge, XVIIIe siècle

Polychromie et dorure

De par sa blancheur, l’ivoire a toujours été symbole de pureté, de sacré. Néanmoins depuis l’antiquité les ivoires ont souvent subi différents traitements. S’ils se couvrent avec le temps d’une belle patine miel clair, qui peut être accentuée avec des pigments végétaux, sur certaines pièces on trouve des rehauts de polychromie et de dorure. Il est difficile de savoir si, à l’origine, toutes les statuettes étaient peintes et dorées, le temps ayant fait son travail d’effacement, quand il ne s’agissait pas du travail de l’homme qui pratiquait soit des décapages systématiques pour retrouver la blancheur immaculée du matériau, soit inversement qui abusait de repeints pour satisfaire aux goûts d’une époque.
La couleur et la dorure servaient à souligner les volumes et à exhalter le matériau. Elles couvraient rarement toute la statuette ; la dorure était réservée à la chevelure et aux vêtements – bordures extérieures, revers –, et la couleur aux détails du visage.

Deux bon pasteurs, XVIIe siècle

Deux Bons Pasteurs, XVIIe siècle
Sur ces deux pièces l’une présente une belle patine miel foncé sans traces de couleurs ; l’autre en revanche montre des traces de polychromie rouge, le rouge pouvant être obtenu en plongeant l’ivoire dans un bain de garance.