Un panthéon métis

La pléiade des saints

La contre-réforme a souvent dicté les choix iconographiques en exaltant les thèmes attaqués par les réformés, comme la vierge de l'Immaculée Conception, ainsi que toute la pléiade des saints de la Contre-Réforme comme les fondateurs des ordres religieux.

Saint François

Détail d’un socle de Bon Pasteur, avec
la figure de saint François d’Assise,
XVIIe siècle

Si les fondateurs des ordres religieux présents en Inde sont bien représentés, paradoxalement ils ne le sont pas pareillement. Ainsi saint Ignace de Loyola, fondateur de l’ordre des jésuites, qui fut l’ordre privilégié pour la propagation de la foi, a relativement peu d’images. Quant à saint François-Xavier le nombre de ses figurations est loin de correspondre à la profonde dévotion dont il fut l’objet en Asie et particulièrement à Goa. Par ailleurs, ses figurations sont relativement tardives (XVIIIe-XIXe siècles)  et ce sont souvent des modèles décadents inspirés du modèle de celui conservé en l’église du Bom Jésus à Velha Goa. Y avait-il là une réticence à représenter un saint encore trop proche d’eux – saint François Xavier est mort en 1552 ?

En revanche, saint François d’Assise, fondateur de l’ordre des franciscains, est largement représenté tout comme son compagnon saint Antoine de Padoue qui bénéficie lui aussi d’une iconographie prolifique. En ronde bosse, mais aussi sculpté sur le socle du Bon Pasteur, comme nous le montre cet exemple.
Saint François d’Assise porte toujours la robe de bure des franciscains, serrée à la taille par une cordelière à trois nœuds, qui évoquent les trois vœux de pauvreté, chasteté et obéissance. Si l’Italie de la première Renaissance le montrait imberbe, la Contre-Réforme le préfère barbu.

Saint Antoine En pendant à saint François d’Assise, saint Antoine de Padoue dans la partie inférieure du socle du Bon pasteur, tenant dans une main son attribut privilégié, l'enfant Jésus debout sur un livre et dans l'autre main la croix.

Saint Sébastien, XVIIIe siècle

Présent dans presque toutes les églises à Goa, celui-ci présente un traitement plastique particulièrement raffiné, notamment par l’indication des traces de sang autour des trous laissés par les flèches (qui ont disparu) et le travail très soigné du corps, sur lequel les détails anatomiques sont bien soulignés.

 

  Saint Sébastien

Détails

Même décor pour le manteau de la vierge et le périzénium de Saint-sébastien.

Deux saints pélerins, XVIIIe siècle


Tous deux sont vêtus de leur long manteau de bure, l’un porte le chapeau à large bord, le bourdon et la panetière sur le dos. Le traitement de l’ensemble est soigné, les visages au type asiatique sont expressifs et les vêtements fluides et souples.
 

saints

Saint, XVIIIe siècle

Beau traitement du visage et du manteau.

 

Petit couple (XVIIIe siècle)

Petit couple (XVIIIe siècle) qui devait probablement faire partie d’une composition – peut-être un calvaire.  Belles traces de polychromie qui animent les visages et soulignent la souplesse des vêtements.