Navigation – Plan du site

AccueilNuméros177Pour aller plus loin

Entrées d’index

Mots-clés :

Fab Lab, réseau, CSTI
Haut de page

Texte intégral

Les Tiers Lieux, un flou conceptuel persistant

1La notion de Tiers Lieu a été construite par le sociologue américain Ray Oldenburg, dans un ouvrage paru en 1989, The Great, Good Place. Dans cet ouvrage, Ray Oldenburg s’intéresse à des lieux hybrides en ville qui ne relèvent ni du domicile, ni du travail et se situent entre l’espace public et l’espace privé. La notion de Tiers Lieu connaît aujourd’hui un regain d’intérêt et se développe de manière essentiellement empirique. Le concept actuel reprend l’idée d’un espace ouvert, hybride et qui facilite la rencontre entre des acteurs hétérogènes, et la mutualisation de ressources aux services de projets individuels et collectifs. Il en ressort que les Tiers Lieux sont à la fois des es­paces physiques dédiés au travail et aux activités collec­tives, mais aussi des espaces sociaux d’échanges entre acteurs. À partir de ces fondamentaux, il existe un certain nombre de déclinaisons et de types de Tiers Lieux. Nous en identifions essentiellement cinq (les frontières n’étant pas étan­ches entre ces différentes catégories de Tiers Lieux) :

2Les Tiers Lieux d’activités relèvent de la catégorie des co­working spaces, c’est-à-dire des espaces de travail partagés pour des télétravailleurs ou des indépendants, mais aussi des communautés, des réseaux ouverts de travailleurs encourageant l'échange et la collaboration. Les espaces de coworking se distinguent d’autres lieux de travail partagés (télécentres, bureaux en open space, centres d’af­faires, pépinières d’entreprises) par deux aspects principaux : une collaboration entre les usagers qu’il convient de provoquer par le lieu, son animation ou ses valeurs ; une innovation générée par cette collaboration. La collaboration n’est en général pas ce qui est recherché par ces espaces, elle ne constitue pas un objectif premier. Quant aux incubateurs et autres accélérateurs, s’ils encouragent la collaboration entre structures, ces dispositifs ne sont pas systématiquement associés à un lieu, un espace de travail partagé.

3Les Tiers Lieux d’innovation cherchent à stimuler les pro­cess d’innovation en faisant interagir une diversité d’acteurs (chercheurs, acteurs économiques et usagers), mais aussi en s’appuyant sur le partage, l’expérimentation et le prototypage. Rentrent dans cette catégorie de nombreux Fab Labs ou encore des Living Labs, qui promeuvent des méthodologies d’intelligence collective où les utilisateurs sont placés au cœur des processus d’innovations.

4Les Tiers Lieux culturels comprennent les bibliothè­ques Troisième Lieu, certaines friches culturelles (par ex­emple Le 104 à Paris), les évènements de type "Museomix", les coworking spaces, les Living Labs, Fab Labs ou Learning Labs déployés au sein d’universités ou de centres de cul­ture scientifique. L’enjeu pour ces différents lieux cul­turels, est d’intégrer en leur sein les nouveaux modes de travail collaboratifs et ouverts, dans une quête d’innovation et d’attractivité des publics, et de renouvellement de leurs modes de gestion, de médiation et diffusion des sa­voirs et des cultures. Nous définissions les Tiers Lieux culturels comme "des espaces hybrides et ouverts de partage des savoirs et des cultures, qui placent l’usager (le visiteur, le lecteur, l’étudiant, le spectateur…), au cœur des processus d’apprentissage, de production et de diffusion des cul­tures et des connaissances. Les Tiers Lieux culturels sont encastrés dans leur territoire et se positionnent comme des interfaces entre l’uppergound des Institutions culturelles, et l’underground des habitants, usagers et des sphères culturelles et artistiques émergentes et alternatives. Les Tiers Lieux culturels promeuvent une culture de l’expérimentation, de la mise en scène et de la coproduction des savoirs et des cul­tures" (Besson, R. L’hypothèse des Tiers Lieux culturels, The Conversation, 8 mars 2018).

5Les Tiers Lieux sociaux portent un objectif social af­firmé, autour d’enjeux sociétaux, de participation citoyen­ne, d’encapacitation, d’entrepreneuriat social ou encore de transitions démocratiques. Ils sont fortement structurés autour des acteurs de l’économie collaborative, de l’économie numérique et de l’économie sociale et solidaire.

6Les Tiers Lieux de service et d’innovation publi­que sont souvent déployés à l’initiative de collectivités, afin de régénérer des territoires en déprise. Entrent dans cette catégorie les Maisons de Service Public, les conciergeries solidaires, certains commerces multiservices et les laboratoires d’innovation publique.

7Ces différents types de Tiers Lieux, se sont développés de­puis une dizaine d’années, selon trois grandes phases : de­puis 2006 et l’adaptation des lieux de travail et d’innovation aux mutations de l’économie (cognitive, collaborative, numérique) ; depuis 2012 à travers la réduction des déplacements domicile-travail dans les territoires péri-urbains et ruraux ; depuis 2014 et la réflexion relative aux Tiers Lieux comme outils de régénération des territoires.

8Malgré des tentatives de définition et de conceptualisation, la notion de Tiers Lieu souffre d’un flou conceptuel. On observe une extrême diversité des modes de fonc­tionnement des Tiers Lieux, avec des initiatives mul­tiples (communautaires, associatives ou privées), des acteurs, des fonctions et des intérêts très hétérogènes. Il n’existe donc pas de modèles a priori pour la création de Tiers Lieux. Les acteurs des Tiers Lieux sont d’ailleurs assez réticents vis-à-vis des propositions de définition et de catégorisation des Tiers Lieux.

9Raphaël Besson

10Directeur de Villes Innovations,

11Chercheur associé PACTE-CNRS, Grenoble

12r.besson@villes-innovations.com

Makery, une cartographie des Labs évolutive et open source

13On les appelle Fab Labs, hackerspaces, makerspaces, médialabs ou Tiers Lieux. La multiplication de ces espaces collaboratifs pour la fabrication numérique, le prototypage partagé, le bricodage et la science citoyenne témoigne de la vitalité du mouvement maker – le "faire soi-même" ou Do it Yourself (DiY). Depuis juin 2014, le média Makery pro­pose une carte des Labs qui les identifie, les répertorie et accompagne leur évolution. Elle a été réalisée à partir des bases de données de la Fab Foundation, de la plateforme hackerspaces.org, du site diybio.org, ainsi que d’une enquête menée auprès des Labs français en octobre 2017. Makery revendique la vérification de toutes les informations agrégées et laisse à tous les lieux le souhaitant la possibilité de modifier/actualiser les informations les con­cernant. Cette cartographie open source est évolutive et se décrit comme un observatoire de l'impact sociétal, technologique et culturel de ces fabriques du futur. Les Labs répertoriés sont tous ouverts au public.

14contact@makery.info

15www.makery.info/labs-maps/

16

Fab Lab, une appellation cadrée par le MIT et la Fab Foundation

17Un Fab Lab (contraction de l'anglais fabrication laboratory, laboratoire de fabrication) est un atelier de fabrication numérique participatif et ouvert à tous qui s’appuie sur le principe du "faire soi-même" ou Do it Yourself (DiY). Il dispose de machines à commandes numériques permettant de prototyper rapidement et à moindre coût, et constitue également un espace de rencontre et de création collaborative qui permet, entre autres, de fabriquer des ob­jets uniques. Le Fab Lab encourage le partage des réalisations en open source. Sa devise est Learn, Make, Share ("apprendre, faire, partager"). Sans que ce soit une obliga­tion, certains Fab Labs sont signataires de la charte de la Fab Foundation mise en place par le Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Boston.

18La Fab Foundation définit le Fab Lab comme un "lieu dé­dié à l’innovation et à l’invention dont l’objectif est de stimuler l’entrepreneuriat local. Un Fab Lab est également un lieu d’apprentissage où il est possible de jouer, créer, appren­dre, encadrer et inventer. Être un Fab Lab c’est être connecté à une communauté mondiale d’apprenants, éducateurs, technologues, chercheurs, makers et innovateurs – un réseau de la connaissance réparti dans plus de 30 pays et 24 fuseaux horaires" (www.fabfoundation.org). Pour être iden­tifié par la Fab Foundation, un Fab Lab doit se munir d’un inventaire minimal permettant la création des principaux projets ainsi que d’un ensemble de logiciels et solutions libres et open source, les Fab Modules. Le Fab Lab doit également s’engager à respecter la charte de gouvernance, la Fab Charter dont les grands principes sont les suivants :

19Mission : les Fab Labs sont un réseau mondial de laboratoires locaux, qui rendent possible l’invention en donnant aux individus accès à des outils de fabrication numérique.

20Accès : vous pouvez utiliser le Fab Lab pour fabriquer à peu près n’importe quoi (dès lors que cela ne nuit à personne) ; vous devez apprendre à le fabriquer vous-même, et vous devez partager l’usage du Lab avec d’autres usagers et utilisateurs.

21Éducation : la formation dans le Fab Lab s’appuie sur des projets et l’apprentissage par les pairs ; vous devez prendre part à la capitalisation des connaissances et à l’instruction des autres utilisateurs.

22Responsabilité : vous êtes responsable de la sécurité (savoir travailler sans mettre en danger d’autres personnes ni endommager les machines), la propreté (laisser le Lab plus propre que vous ne l’avez trouvé), la continuité (con­tribuer à entretenir et réparer les outils, à gérer les stocks de fournitures et à rendre compte des incidents).

23Secret : les concepts et les processus développés dans les Fab Labs doivent demeurer disponibles pour un usage individuel, même si la propriété intellectuelle peut être protégée.

24Business : des activités commerciales peuvent être initiées dans les Fab Labs, mais elles ne doivent pas faire obstacle à l’accès ouvert. Elles doivent se développer au-delà du Lab plutôt qu’en son sein et bénéficier à leur tour aux inventeurs, aux Labs et aux réseaux qui ont contribué à leur succès.

25Les 1 253 Fab Labs reconnus par la Fab Foundation sont répertoriés dans la cartographie interactive disponible sur le site www.fablabs.io/labs/map. Les États-Unis sont le pays au monde qui rassemble le plus de Fab Labs (173). suivi de La France (157) et l’Italie (137).

Bibliographie

26Anderson, C. Makers : la nouvelle révolution indus­trielle. Pearson, 2017, 309 p.

27Cet ouvrage expose les caractéristiques d’un mouvement en plein essor : les makers, qui utilisent les outils numériques pour créer de nouveaux produits et réaliser des prototypes. Grâce à l'open source, ils mettent en commun leurs idées et leurs connaissances, acquérant ainsi un immense savoir collectif. Leurs initiatives dépassent le stade du passe-temps et débouchent désormais sur de véritables entreprises, déjà présentes dans le tissu économique. Les makers sont en effet en train d'industrialiser la bidouille et l'esprit Do It Yourself, en un mouvement tout à la fois artisanal et innovant, high-tech et lowcost.

28Bosque, C., Noor, O. et Ricard, L. FabLabs, etc. : les nouveaux lieux de fabrication numérique. Paris : Eyrolles, 2014, 207 p.

29Espaces dédiés à la fabrication, ouverts à tous et "pour tout faire", les Fab Labs sont des lieux collaboratifs équipés de machines de toutes sortes mettant en jeu des valeurs de partage, d'ingéniosité et d'émancipation. Cet ouvrage présente le réseau des Fab Labs et des Tiers Lieux de fabrication numérique en France et dans le monde. À travers des observations et des témoignages, il offre une vision concrète et détaillée d'un phénomène en pleine expansion.

30Bosque, C. La fabrication numérique personnelle, pratiques et discours d'un design diffus - Enquête au cœur des Fablabs, hackerspaces et makerspaces de 2012 à 2015.
Rennes : Université Rennes 2, 2016, 490 p. https://tel.archives-ouvertes.fr/​tel-01292572/​document

31Cette thèse en esthétique et en design s’appuie sur une enquête ethnographique menée de 2012 à 2015 au cœur des communautés du mouvement maker et hacker, en France et à l’étranger. Des entretiens et observations dessinées permettent une description critique des pratiques rencontrées. La première partie retrace les origines des mouvements maker et hacker et des Fab Labs. La deuxième partie traite des valeurs d’ouverture et de partage prônées par les amateurs, bricoleurs, makers. La troisième partie étudie les promesses et contradictions qui entourent la démocratisation de l’innovation et de la production.

32Burret, A. Tiers Lieux… et plus si affinités.

33FYP, 2015, 176 p.

34Cet ouvrage retrace l’origine des Tiers Lieux et analyse leurs racines philosophico-politiques. Il décrit comment, dans une société gouvernée par l’information, ils sont devenus des lieux de vie et de production. Il montre que la manière de travailler et de vivre qu’ils proposent débouche sur des modèles de création entrepreneuriale très éloignés du schéma directeur des start-up. Cet ouvrage apporte un éclairage sur l’avènement d’une économie collaborative où l’individu se retrouve entrepreneur de soi, où les modes de travail et de salariat issus de la révolution industrielle se sont radicalement transformés.

35Burret, A. Étude de la configuration en Tiers-Lieu : la repolitisation par le service.

36Lyon : Université Lumière Lyon 2, 2017, 351 p. https://tel.archives-ouvertes.fr/​tel-01587759/​document.

37Cette thèse se propose de traiter le Tiers Lieu en tant qu'objet, de le saisir dans toute sa complexité pour essayer d’en dégager toute la simplicité. Elle appréhende le Tiers Lieu comme un concept à définir. L’objet est d’abord approché sous l’angle de la terminologie par une étude des usages courants, professionnels et littéraires du terme, suivi de réflexions sur les notions de lieu et de tiers. Des représentations historiques des Tiers Lieux sont ensuite analysées au travers des troisièmes lieux de Ray Oldenburg et de certaines structures sociales, notamment les salons et les cafés de la bourgeoisie au XVIIIe siècle.

38Eychenne, F. Fab Lab : l'avant-garde de la nouvelle révolution industrielle.
Limoges : FYP, 2012, 110 p.

39Les Fab Labs sont des lieux de fabrication numérique ouverts qui regroupent un ensemble de machines à commande numérique permettant à chacun, quel que soit son niveau de connaissance préalable, de produire rapidement et à la demande presque tous les objets, même de haute technologie. L’ouvrage dresse un panorama complet des Fab Labs et autres lieux dédiés à la fabrication personnelle (hackerspaces, techshops) : typologie, fonctionnements, enjeux, usages, organisation, mise en œuvre, modèles économiques émergents et potentiels.

40Ferchaud, F. Fabriques numériques, action publique et territoire : en quête des living labs, fab-labs et hackerspaces (France, Belgique).
Rennes : Université Rennes 2, 2018, 606 p. https://tel.archives-ouvertes.fr/​tel-01743793/​document

41Cette thèse part du constat de l’incorporation d’objets appelés Fab Lab, hackerspace ou living lab dans les politiques publiques. Le déploiement démultiplié de ces nouveaux "lieu" au cœur ou aux marges de l'action publique des collectivités, s’accompagne d'une sémantique associant l'innovation, l'entrepreneuriat, la flexibilité et la créativité. Cette thèse démontre qu'au-delà de ces effets rhétoriques et de la fascination qu'ils exercent, ces objets de politiques publiques constituent une des réalités de l'action métropolitaine, sous différents registres et modalités. En se distançant des discours laudatifs qui accompagnent leur émergence, la thèse fait de l'analyse de leurs rapports au territoire et de leurs prises avec les dynami­ques de l'espace urbain son objet central.

42Gershendfeld, N. FAB : the coming revolution on your Desktop - from personal computers to personal fabrication. Basic Books, 2005, 278 p.

43Que feriez-vous si vous pouviez utiliser la puissance indus­trielle d’une usine dans votre propre bureau ? Neil Gershenfeld, scientifique au MIT, était loin de considérer cette possibilité comme une utopie. Convaincu par les enjeux de la fabrication personnelle (Personal fabrication, précurseur du Do it Yourself), qui offre à tous la possibilité de concevoir et produire ses propres produits avec des machines combinant électronique grand public et outils industriels, il livre ici sa vision d’une révolution technologique majeure, qui aboutira à la création des Fab Labs.

44Lallement, M. L'âge du faire - Hacking, travail, anarchie.
Paris : Points, 2018, 448 p.

45Fruit d'une enquête ethnographique menée dans la région de San Francisco, cet essai revient sur les sources du mouvement des "makers". Ce modèle en construction doit beaucoup à l'esprit qui anime les militants du logiciel libre, autrement dit à la volonté de créer et de partager en se défaisant des contraintes imposées par le marché, la rentabilité, le droit de propriété. Il fait émerger un nouvel âge du travail, bouleverse les pratiques et reconfigure les représentations. L'enquête propose également une plongée dans les "hackerspaces" et autres laboratoires du "faire" où l'auteur a partagé la vie des membres, les a regardé inventer, bidouiller et s'organiser au quotidien dans des communautés frottées, pour certaines d'entre elles, aux principes de l'anarchisme. Aux membres de ces groupes il a demandé de raconter et expliquer leur vie, leurs choix, leurs idées décrivant un monde porteur d'innovations radicales, mais où l'on n'évite pas les questions de l'intégration à la société, des risques de l'extension, des conflits internes.

46Menichinelli, M. Fab Lab :
la révolution est en marche. Pyramid, 2015, 268 p.

47Cet ouvrage, à l’image du réseau Fab Lab, est collectif et donne la parole à plusieurs acteurs. Abordant différentes facettes de ce réseau mondial de laboratoires locaux (histoire, objectifs, dimension économique), il présente des projets réalisés par des Labs.

48Morel, L. et Le Roux S. Fab Labs : l’usager-innovateur. Plymouth : ISTE, 2016, 126 p.

49Cet ouvrage dresse un panorama des avancées de cette nouvelle fabrication personnelle qu’offrent les Fab Labs et des divers enjeux qu’elle enclenche, notamment en termes d’alternative à l’emploi salarié, de propriété intellectuelle, d’ouvertures écologiques ou de structurations inédites des sociétés.

50Walter-Herrmann, J. et Büching C. FabLab - Of Machines, makers and inventors.
Transcript-Verlag, 2014, 262 p.

51Dix ans après l’ouverture du premier Fab Lab au Massachusetts Institute of Technology (MIT), cet ouvrage propose un bilan sur une décennie de développement des Fab Labs à travers le monde entier : quels dispositifs ont été mis en place ? Quelles pratiques s’exercent dans ces espaces spécifiques ? Quels types de publics attirent-ils ? Différents experts internationaux livrent leurs regards théoriques et pratiques sur ces nouveaux lieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Pour aller plus loin »La Lettre de l’OCIM, 177 | 2018, 36-41.

Référence électronique

« Pour aller plus loin »La Lettre de l’OCIM [En ligne], 177 | 2018, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ocim/2575 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ocim.2575

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search