Skip to navigation – Site map

HomeNuméros196Expérimenter le tri. Une nouvelle...

Expérimenter le tri. Une nouvelle dynamique de gestion des collections au musée de Bretagne

Manon Six
p. 26-31

Abstract

Jusqu’ici traditionnellement considérée comme une institution qui accumule des collections dans le cadre de sa politique d’acquisition, le musée de Bretagne a été récemment confronté à une expérience inédite de tri. Porté par un contexte aux enjeux multiples, un vaste chantier a permis à l’équipe de s’interroger et de mettre en œuvre une gestion plus dynamique du statut des collections.

Top of page

Full text

Chantier externalisé des collections arts graphiques au musée de Bretagne (société Grahal), 2017.

Chantier externalisé des collections arts graphiques au musée de Bretagne (société Grahal), 2017.

© A. Amet, CC-BY-SA

  • 1 Ce sujet a fait l'objet en 2020 d'un mémoire de stage au musée de Bretagne, confié à Marie Alegret (...)

1Les chiffres sont souvent vertigineux. Plus de 700 000 items sont aujourd'hui conservés au musée de Bretagne, musée héritier du grand musée de synthèse régional souhaité par Georges Henri Rivière au lendemain de la Seconde Guerre mondiale1. Comme dans de nombreux musées pluridisciplinaires en France, ses premières collections sont constituées de saisies révolutionnaires, tandis que le premier registre d'inventaire est ouvert en 1845. Si elles constituent de nos jours une référence nationale en matière d'ethnologie, de photographie, d'histoire, d'iconographie, privilégiant avant tout l'angle d'approche de l'histoire culturelle, l'inventaire informatisé du musée ne compte aujourd'hui qu'environ 380 000 notices. Ce qui traduit de fait une gestion irrégulière, voire lacunaire, des acquisitions au fil de son histoire.

Un fonds considérable complété par des collectes

2Cet écart entre estimation du nombre total d'items des collections et inventaire est principalement dû à l'entrée parfois massive de fonds, pour partie iconographiques, à partir notamment du milieu des années 1970, qui ont été intégrés dans les collections en termes d'entrées non détaillées et « accueillis » dans les réserves sans être véritablement traités du point de vue de la gestion administrative et matérielle. La fin des années 1970 et surtout les années 1980 sont en effet marquées par la réalisation de collectes con­temporaines d'urgence, menées au gré de l'actualité économique et sociale de la Bretagne, qui s'avèrent au final peu adaptées aux moyens structurels du musée.

3Dès 1978, la tenue d'une exposition intitulée Le musée de Bretagne, pour quoi faire ? traduit ce senti­ment d'adaptation nécessaire de l'institution, touchant notamment à la constitution des collections. L'accumulation, partant néanmoins d'une bonne volonté conservatoire, souvent visionnaire, n'en est pas moins restée prégnante.

4Facteur économique à noter : aujourd'hui encore, l'équipe de conservation du musée composée au total de 10 personnes, absorbe généralement en un an la chaîne opératoire complète des acquisitions réalisées, de l'inventaire au rangement en réserve, en passant par la numérisation ou le conditionnement.

5Pour chaque génération de professionnels de musées, hériter de collections parfois pléthoriques implique régulièrement de clarifier leur histoire et leur fonction, de s'interroger sur leur statut et leur devenir. Et de le faire en fonction de critères administratifs et juridiques, d'aspects de conservation préventive et de possibilité de stockage. Ou même, en fonction d'enjeux plus philosophiques liés à la pertinence d'un objet au regard des évolutions du projet scientifique ou de ses possibilités réelles de valorisation.

6Alors que ces considérations sont souvent peu exprimées par les professionnels (le mot de « tri » est rarement utilisé), en vertu d'un cadre réglementaire connu, celui du Code du patrimoine et notamment du principe d'inaliénabilité des collections des musées de France, un contexte récent a permis d'ouvrir des perspectives peu mises en œuvre jusqu'ici. La progression du récolement et donc de la connaissance des collections en est une des explications.

7Au musée de Bretagne, le récolement décennal, n'était pas, comme dans beaucoup d'institutions comptant des volumes importants, achevé fin 2015. C'est le démarrage d'un vaste chantier des collections externalisé en 2016 (celui de la réserve « arts graphiques », plus de 270 000 documents papier : dessins, gravures, estampes, affiches, cartes postales, tirages photographiques, imprimés…) qui a fourni, via une confrontation inédite à ces problématiques, le prétexte d'une meilleure distinction du statut des fonds.

8De nombreux textes de référence élaborés par le Service des musées de France ont également, ces dernières années, permis aux institutions d'adapter le cadre réglementaire existant à leurs situations concrètes : de la note-circulaire du 19 juillet 2012 relative à la problématique des matériels d'étude, à la note-circulaire de 2016 relative à la méthodologie du récolement des ensembles dits indénombrables et aux opérations de post-récolement2, le musée de Bretagne a pu y puiser une base de réflexion ainsi que des orientations nouvelles.

9Enfin, les échanges professionnels ont permis d'avancer progressivement vers une position moins timorée et la conscience d'une vision davantage partagée. Elle a été initiée par exemple lors de la journée d'étude enrichissante organisée par l'association APrévU en 2020 et dédiée, une fois n'est pas coutume, au tri dans les collections publiques. Des thèmes comme la nécessité d'une conservation sélective, la responsabilité et le développement durable, sont aujourd'hui fréquemment abordés dans la sphère muséale.

10Autre élément déclencheur pour le musée de Bretagne, le souhait récent de relever un nouveau défi, celui de sortir d'une approche purement disciplinaire et fractionnée (collections, documentation, photothèque…), en travaillant à une intercon­nexion de l'ensemble de ses ressources par la mise en place d'un système de gestion informatisée cohérent, ouvert, accessible. En effet, les collections ne constituent pas les ressources uniques dont dispose le musée, qui a mené au cours de son histoire de nombreuses actions de collecte ethnographique aboutissant à la constitution d'un corpus plus vaste, composé de documents écrits, photographies, enquêtes sonores, montages audiovisuels.

11Cet ensemble constitue un volet très important des fonds d’un musée de société, c'est même la « partie immergée de l'iceberg », dont la fonction est d'enrichir de manière essentielle la connaissance et la compréhension des objets de collection. C'est le rôle pivot de toute cette documentation que le musée a décidé de repositionner et de regarder sous un jour nouveau, en tant que garant de la valeur, de l'intérêt scientifique et de la bonne contextualisation des collections patrimoniales. Cette matière participe pleinement des missions de conservation, de production d’expositions, d’événements, et de médiation.

Exemple de bande de coupons d'actions de la Société Anonyme
des Tramways Bretons (années 1920), présents en multiples liasses au sein des collections, destiné à rejoindre la catégorie « Documentation ».

Exemple de bande de coupons d'actions de la Société Anonyme des Tramways Bretons (années 1920), présents en multiples liasses au sein des collections, destiné à rejoindre la catégorie « Documentation ».

Domaine public

Retirage récent d'une photographie dont le négatif original est conservé au musée de Bretagne (vue d'une ferme, Le Pouldu, Clohars-Carnoët, Philippe Tassier, vers 1908-1912), destiné à rejoindre la catégorie Documentation ».

Retirage récent d'une photographie dont le négatif original est conservé au musée de Bretagne (vue d'une ferme, Le Pouldu, Clohars-Carnoët, Philippe Tassier, vers 1908-1912), destiné à rejoindre la catégorie Documentation ».

Domaine public

Retirage d'une photographie (place de la mairie, Rennes, anonyme, vers 1950), destiné à rejoindre la catégorie « Documentation ».

Retirage d'une photographie (place de la mairie, Rennes, anonyme, vers 1950), destiné à rejoindre la catégorie « Documentation ».

Domaine public

12L'ouverture en septembre 2017 d'un portail des collections en ligne3, basé sur un nouveau logiciel de gestion documentaire, a été la première étape déterminante de la mise en place de cette ingénierie documentaire spécifique, qui permet sur une théma­tique donnée de pouvoir croiser l'ensemble des ressources disponibles (plus de 305 000 notices sont aujourd'hui accessibles en ligne). Le lancement par la suite du vaste chantier de la politique documentaire a prolongé la réflexion : identification des ressources documentaires, hiérarchisation, principes de sélection et de classement, mise en place d'une grille de saisie dédiée dans le logiciel de gestion documentaire du musée, alimentation par l'ensemble des agents du musée, possibilités de valorisation4.

13Fort de la définition de ces axes de travail, le musée de Bretagne a pu mettre en œuvre des chantiers répondant aux priorités de recensement des fonds existants, d'assainissement voire de désengorgement de leur gestion, qui n'avaient pu être entrepris depuis de longues années. Le chantier de récolement des collections « arts graphiques » a à ce titre permis de développer une vision dynamique et prospective des fonds à traiter, opérant une réévaluation des contours de la collection. Y ont été détectés au fil de l'eau des items jusqu'ici non identifiés, non inventoriés. Et plus encore des items dont l'inscription à l'inventaire a nécessairement posé la question d'une justification.

Le musée doit-il tout conserver ? Que doit-il conserver ?

14Rapidement l'idée du tri s'est imposée au regard des typologies rencontrées au sein des fonds, selon des principes sans doute plus techniques qu'idéologiques, limitant au maximum le cas par cas. La délimitation récente d'une catégorie « ressources documentaires » a très certainement permis d'accompagner le travail de manière sereine : il s'est avant tout agi de faire changer de statut un volume important de documents. Ils sont passés de « collections patrimoniales » à « documentation », en les préservant donc, et non pas en les éliminant administrativement et physiquement. La contradiction possible avec la mission première du musée, celle de conserver, en a été atténuée. Néan­moins, cette opération, bien que basée sur une décision collégiale des responsables scientifiques, a bien incarné une petite révolution interne au sein de l'institution, en raison des usages précédemment évoqués, qui avaient contribué à engranger globalement des volumes importants d'items sans distinction.

15Les actions de post-récolement, encadrées par la note-circulaire du 4 mai 2016, ont permis de statuer officiellement sur le devenir des collections. Parmi les 273 228 items traités de la réserve « arts graphiques », 218 981 ont été récolés et 54 247 items ont été écartés du récolement, soit près de 20 %. Au sein de ces items non récolés, plus de 46 000 n’étaient pas inventoriés et n'ont pas eu vocation à l'être. Environ 8 000 items ont été proposés à la radiation pour motif d'« inscription indue à l’inventaire », l'un des cinq cas possibles de radiation, décrits par l'article D451-19 du Code du patrimoine. Pour radier ces items, les critères, qui ne peuvent être subjectifs, doivent correspondre à ceux énoncés dans la note-circulaire de 2016 : dans le cas du musée de Bretagne, une grande partie des 8 000 documents concernés (95 %) relevaient de la catégorie des « archives, des fonds de bibliothèque, dont les fonds scientifiques documentaires du musée ». On peut par exemple souligner une forte proportion de contretypes, reproductions et retirages photographiques, réalisés à partir de fonds photographiques ou d'autres documents originaux conservés au musée de Bretagne, provenant d'autres institutions (archives municipales, bibliothèques…) ou de collections particulières. La notion d'authenticité, de document original, a fréquemment été priorisée par rapport à nombre de copies réalisées au cours de l'histoire du musée dans un but de recherche, de documentation, pour la préparation d'une exposition par exemple, et qui avaient été agrégées aux collections. Par ailleurs, pour un nombre minime, il s’agissait d’items en doublon ou en triplon, au sein desquels la meilleure qualité a été sélectionnée, ainsi que de quelques éléments muséographiques.

Chantier externalisé des collections arts graphiques au musée de Bretagne (société Grahal), 2017.

Chantier externalisé des collections arts graphiques au musée de Bretagne (société Grahal), 2017.

© A. Amet, CC-BY-SA

16Ces objets n'ont pas été éliminés mais ont changé de statut administratif. Ils ne sont plus considérés comme des biens patrimoniaux mais des fonds conservés à titre documentaire. Ils continuent à être enregistrés au sein de l'outil de gestion documentaire du musée et conservés physiquement dans un espace dédié. Ainsi, ils font toujours partie du domaine public, mais ne nécessitent plus d’obligation de récolement. Cela ne modifie en rien leur accessibilité et leurs possibilités à terme d'exploitation pour des projets de recherche, pour des projets muséographiques (rotations de collections pour des raisons de conservation préventive par exemple) ou encore pour des prêts éventuels à d’autres institutions.

17Après l'obtention d'un avis favorable de la commission scientifique régionale compétente en matière d'acquisition en 2020, le projet de radiation a été validé par l'adoption d'une délibération de la collectivité, tutelle du musée de Bretagne. Première expérience réelle de tri au sein de l'institution, la démarche a bénéficié, outre l'utilisation d'un cadre réglementaire plus explicite, d'une vision très récente dans le domaine de la conservation patrimoniale. Si le chantier de la politique documentaire est encore en développement et veillera notamment ces prochaines années à optimiser l'expérience utilisateur, tant pour les publics que pour le personnel du musée, grâce à la valorisation adéquate de ces ressources mieux identifiées et délimitées, les incidences sont plus directes sur la politique d'acquisition du musée.

18Chaque projet d'enrichissement des collections fait l'objet d'une analyse plus systématique et d'une répartition entre ce qui peut entrer en collection patrimoniale et ce qui vient nourrir l'étude d'un objet, dans l'intention de ne pas reproduire des situations passées. Ces réflexes sont particulièrement adoptés dans le cadre de collectes contemporaines, fréquemment concernées par l'enregistrement d'une matière foisonnante. Aux penchants naturels qui dictaient encore il y a peu de tout conserver, une expérience récente a créé une conscience nouvelle et déployé une méthodologie pertinente pour ne plus trop y céder…

Top of page

List of illustrations

Title Chantier externalisé des collections arts graphiques au musée de Bretagne (société Grahal), 2017.
Credits © A. Amet, CC-BY-SA
URL http://journals.openedition.org/ocim/docannexe/image/4414/img-1.png
File image/png, 2.6M
Title Exemple de bande de coupons d'actions de la Société Anonyme des Tramways Bretons (années 1920), présents en multiples liasses au sein des collections, destiné à rejoindre la catégorie « Documentation ».
Credits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/ocim/docannexe/image/4414/img-2.jpg
File image/jpeg, 167k
Title Retirage récent d'une photographie dont le négatif original est conservé au musée de Bretagne (vue d'une ferme, Le Pouldu, Clohars-Carnoët, Philippe Tassier, vers 1908-1912), destiné à rejoindre la catégorie Documentation ».
Credits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/ocim/docannexe/image/4414/img-3.jpg
File image/jpeg, 130k
Title Retirage d'une photographie (place de la mairie, Rennes, anonyme, vers 1950), destiné à rejoindre la catégorie « Documentation ».
Credits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/ocim/docannexe/image/4414/img-4.jpg
File image/jpeg, 105k
Title Chantier externalisé des collections arts graphiques au musée de Bretagne (société Grahal), 2017.
Credits © A. Amet, CC-BY-SA
URL http://journals.openedition.org/ocim/docannexe/image/4414/img-5.jpg
File image/jpeg, 204k
Top of page

References

Bibliographical reference

Manon Six, “Expérimenter le tri. Une nouvelle dynamique de gestion des collections au musée de Bretagne”La Lettre de l’OCIM, 196 | 2021, 26-31.

Electronic reference

Manon Six, “Expérimenter le tri. Une nouvelle dynamique de gestion des collections au musée de Bretagne”La Lettre de l’OCIM [Online], 196 | 2021, Online since 01 June 2022, connection on 27 September 2022. URL: http://journals.openedition.org/ocim/4414; DOI: https://doi.org/10.4000/ocim.4414

Top of page

About the author

Manon Six

Conservatrice du patrimoine, responsable du pôle conservation au musée de Bretagne depuis 2017. Elle pilote les grands chantiers de collections externalisés du musée.

m.six@leschampslibres.fr

Top of page

Copyright

All rights reserved

Top of page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search