Navigation – Plan du site

AccueilNuméros196La mémoire matérielle à l'époque ...

La mémoire matérielle à l'époque de son aliénation numérique. Un parcours européen

Vittorio Marchis
p. 44-49

Résumé

L'aliénation des biens historiques matériels devient importante. La surproduction d'objets induite par la culture industrielle n'a épargné ni les objets d'art, ni le patrimoine historique. Face à des phénomènes de collecte compulsive, le problème de l'aliénation du patrimoine matériel a fait l'objet de débats intenses au cours des deux dernières décennies. Une révision des questions éthiques et juridiques de la culture de la mémoire matérielle est donc nécessaire.

Haut de page

Texte intégral

Digitalis Mnemonica Mapensis : une sculpture de Vittorio Marchis sur l'oubli des souvenirs numériques (acier et bandes magnétiques, 2011).

Digitalis Mnemonica Mapensis : une sculpture de Vittorio Marchis sur l'oubli des souvenirs numériques (acier et bandes magnétiques, 2011).

© V. Marchis

Prologue

1La mémoire matérielle et surtout le patrimoine culturel, qui était central dans la définition de l'essence des collections et des musées, est aujourd'hui en crise à bien des points de vue. La collection s'est développée jusqu'à présent, depuis la vie domestique et quotidienne jusqu'à la structure des grandes institutions publiques, en passant par les processus de mutation des Wunderkammers (les Cabinets de curiosités) pour en venir aux musées. Les collections se sont enrichies au fil du temps de nombreuses valeurs qui se sont empilées sur elles. Mais dans tous les cas, c’est la matérialité de la collection qui en est la partie centrale et essentielle.

2La soi-disant révolution numérique a transféré les valeurs des choses vers l'immatérialité, qui, à partir d'Internet, semble assumer leur essence non seulement culturellement, mais aussi économiquement, en termes de data. Et pour cette raison la mémoire peut être dématérialisée : elle peut occuper moins d'espace et consommer moins d’argent. Mais la mémoire est substantiellement liée à la consistance de la matière, et la détruire risque non seulement de la faire perdre, mais aussi de rendre possible une falsification des valeurs qui jusqu'à présent ont été les fondements de notre culture. Le mythe de l'original, jusqu'ici central dans la culture occidentale, évolue rapidement face aux nouvelles productions numériques, dans lesquelles la matérialité des supports est soumise à l'évolution des mêmes technologies. Par conséquent, l'unicité (et l'objectivité) non seulement de l'œuvre d'art, mais de la mémoire elle-même, disparaît de plus en plus.

De l'oubli à l’aliénation : entre science, histoire et psychologie

3Beaucoup ont écrit sur l'art de l'oubli, d'Ugo Foscolo (I sepolcri), jusqu'à Marc Augé (Les formes de l’oubli). Ou encore dans le numéro spécial de Images Revues intitulé « Arts de l'oubli », et édité par Giuliana Ravviso et Sara Shroukh. Mais il s'agit avant tout de la manière dont la matérialité des choses (et des monuments) parvient à synthétiser l'univers des souvenirs. Or, dans cette série de considérations éparpillées autour de l'aliénation des mémoires matérielles, nous avons affaire au processus inverse : comment idéaliser et synthétiser dans les souvenirs le vertige des choses, qui doivent inévitablement disparaître pour faire place à de nouvelles choses ? Comme toujours, dirait le scientifique, il s'agit de concilier le principe de conservation de la masse et celui de l'entropie, dans une dimension qui conduit inévitablement à l'oubli, contre laquelle nous persistons à nous battre.

4Dans l'identification numérique du modèle dynamique d'un système, les performances du modèle, qui autrement tendraient à l'instabilité, sont régies par le facteur d'oubli (forgetting factor). Cette caractéristique conduit à un équilibre entre les capacités de suivi et la stabilité du modèle, qui serait autrement compromise par les effets des interférences indésirables du bruit du système dans la sortie du filtre adaptatif. Le phénomène, bien connu de ceux qui traitent des systèmes dynamiques, a des implications beaucoup plus larges qui se retrouvent dans la philosophie de la mémoire. Penser à se souvenir de tout, au point que le passé le plus lointain puisse avoir sur le présent la même influence que ce qui appartient au passé le plus proche, est un fait souvent oublié, mais qui est à la base de tous les phénomènes. Si, d'une part, on peut dire que dans les phénomènes chaotiques « même le battement des ailes d'un papillon peut provoquer un ouragan », il n’en est pas moins vrai que d'autre part, même l'ouragan a des effets qui sont vite absorbés par le temps.

5Le même phénomène, qui régit le principe de causalité, s'applique évidemment aussi aux processus cognitifs qui se produisent dans notre cerveau. Dans la psychologie, la courbe de l'oubli est une hypothèse sur le déclin de rétention de la mémoire dans le temps. Cette courbe montre comment l'information est perdue au fil du temps quand le cerveau ne cherche pas à la conserver. Plus la mémoire a été renouvelée, plus est forte la possibilité de se souvenir longtemps. « Les souvenirs sont comme les plantes » (Augé, 1998 : p. 24) et le travail de se souvenir, ou oublier, c’est comme un travail de jardinier, car il faut éliminer les feuilles mortes et les branches qui ne poussent pas, pour ne pas étouffer celles qui doivent grandir. Et à la conclusion de son livre, Marc Augé écrit qu’il est absolument nécessaire d’oublier « au présent, pour vivre l’instant » (Augé, 1998 : p.122).

Entrée des locaux du MAP, fermé en 2015.

Entrée des locaux du MAP, fermé en 2015.

© DR

La poubelle et le grenier

6Si la collection d'objets est commune à la nature humaine, la collection moderne est née au XVIIIe siècle et Wolfgang Goethe nous la présente dans son court essai épistolaire Der Sammler und die Seinigen :

  • 1 « Certes, cela dépend beaucoup du caractère, de l'inclination d'un amateur, où l'amour de l'instrui (...)

7« Freilich kommt es viel auf den Charakter, auf die Neigung eines Liebha-bers an, wohin die Liebe zum Gebildete, wohin der Sammlungs-Geist, zwey Neigungen, die sich oft im Menschen finden, ihre Nichtung nehmen sollen, und eben so viel, möchte ich behaupten, hängt der Liebhaber von der Zeit ab, in die er kommit, von den Umständen, unter denen er sich befindet, von gleichzeitigen Künstlern und Kunsthåndlern, von den Län-dern die er zuerst besucht, von den Nationen mit denen er in irgend ei-nem Verhältniß steht ».1

8(Goethe, 1999)

9Mais à côté de chaque collection, l’aliénation de ce qui est jugé superflu est encore nécessaire. Poubelle et grenier sont la double métaphore du destin de chaque collection. Comme l'a souligné Perle Abbrugiati dans son essai intitulé La Poubelle agréée, elle n'est pas le seul lieu où Calvino parle du rebut, mais ici l'éloge de la poubelle devient une métaphore de l'aliénation de choses inutiles. Les choses que nous jetons dans la poubelle sont les effets d'un choix qui nous permet de survivre, pour ne pas tomber dans la dystopie de la ville de Leonia, l'un des chapitres les plus emblématiques de Les villes invisibles d'Italo Calvino (Abbrugiati, 2001).

10Par ailleurs, l'accumulation de choses peut prendre une forme pathologique, non seulement dans le comportement d'un individu, mais aussi envers ceux qui pensent que la conservation totale des biens peut être à la base de leur persistance dans le temps. Mémoire et conservation voyagent en parallèle, car il n'y a pas de mémoire sans support matériel, qu'il soit inerte, comme le marbre ou le papier, biologique, comme le cerveau, ou encore numérique.

11En essayant de formuler une théorie de la persistance de la mémoire, qui est toujours matérielle, on pourrait donc postuler qu’elle est directement proportionnelle à l'énergie disponible (compte tenu également de la quantité de matière impliquée), mais aussi qu’elle est inversement proportionnelle à la quantité d'information. Dans un système dynamique (nous vivons tous dans l'histoire), puisque nous avons le besoin existentiel de gérer la mémoire, c'est la technique qui rend son essence durable (Marchis, 2020 : p. 15).

12Un chapitre spécial devrait être dédié à Luis J. Prieto et a son essai sur Le mythe de l'original (Prieto, 1990) qui ramène l'attention sur le dualisme objet d'art / objet de collection. Mais en passant par le concept d'aura, tel que postulé par Walter Benjamin, le discours prendrait une autre direction. L'aliénation est un paradigme qui va au-delà du concept d'objet d'art.

L'auteur montre un profil aérodynamique d'une voiture conçue par Alberto Morelli.

L'auteur montre un profil aérodynamique d'une voiture conçue par Alberto Morelli.

© DR

Musées, réserves et stockage : les paradoxes de la mémoire matérielle

13La description fondée sur une liste hétéroclite d’objets qui n’ont en commun que leur juxtaposition spatiale, emprunte au modèle du bric-à-brac. Si le terme est employé par Balzac pour désigner la pratique du Cousin Pons, expert en « Bricabraquologie » (chap. III), il trouve une illustration plus adéquate dans la personne du collectionneur, avec son costume disparate, que dans sa collection, où règne une parfaite harmonie. Le bric-à-brac est une forme de collection d'objets qui conduit à la collection typique d'un antiquaire et n'a pas encore la structure organisée qu'il obtiendra dans l'idée du musée moderne régi par une taxonomie (Pety, 2010). Comme c'était le cas pour les sciences naturelles, avec la taxonomie, on arrive à la structure scientifique du musée qui se dépouille des histoires personnelles du chercheur-collectionneur.

14Sur le blog intitulé The Manchester Hermit, de Ansuman Biswas, le 29 juin 2009, l’artiste écrit avoir choisi durant quarante jours un objet de sa collection qu'il a offert à la destruction dans un esprit de sacrifice. « L'objet sera annoncé à travers une variété de médias, y compris ce blog. Je vais alors le détruire. » L'aliénation devient ainsi un événement artistique qui met en scène sa valeur culturelle. Et Jennifer Walden ajoute que « nous pourrions peut-être stimuler ce débat sur conservation, élimination et extinction sans se comporter de manière imprudente ou contraire à l'éthique » (Walden, 2013, p. 42).

15Mais ce point de vue ne concerne que des objets dits « d'art » ; la gestion de (multiples) produits de masse est tout autre chose (Chin Davidson, 2018). L'anthropologue Pietro Clemente évoque ainsi les contradictions des musées paysans dans son essai, en disant que la gestion de la mémoire est dans ce cas tout autre chose (cité in Fritsch, 2011 : p. 137). Les musées de la culture matérielle que l'on trouve dans de nombreux villages souffrent encore du syndrome du bric-à-brac et leur survie doit prendre en compte la métaphore du jardinier.

16Nina Robbins, de l'Université d'Helsinki, soutient que l’aliénation (c’est-à-dire l’élimination matérielle des biens muséaux) comprend des questions juridiques, éthiques et très concrètes qui n'ont pas encore été complètement résolues. L'évaluation de la valeur muséologique est une tâche qui nécessite une approche multidisciplinaire, comme cela est ressorti de l'enquête sur l'objet d'art, car « les difficultés apparaissent quand il faut déterminer entre le bon et le mauvais art. Dans le processus d’évaluation de la valeur, il faut reconnaître sa propre subjectivité et sa propre historicité » (Robbins, 2017).

17Et donc le paradoxe d'un musée consiste en l'impossibilité de gérer la mémoire, car le musée reste avec toutes ses contradictions nécessaires pour faire vivre le passé (mort) dans le temps présent (vivant).

Conteneurs : un nouveau destin pour les matériaux de la mémoire polytechnique.

Conteneurs : un nouveau destin pour les matériaux de la mémoire polytechnique.

© DR

Un monde submergé par les choses : stratégies pour l'avenir

18Tristram Besterman a déjà vu en 1992 les principaux problèmes liés à « l'éthique des aliénations ». En fait, les collections restent toujours liées « en tant que médium au message que le musée communique à la société » (Besterman, 1992). Il est encore courant de considérer les musées comme lieux consacrés à l'acquisition et à la conservation du matériel à perpétuité et non à son élimination. D’un autre point de vue, Helen Wilkinson déclare dans son rapport sur les collections pour l'avenir que « l'élimination doit être considérée comme faisant partie intégrante du développement des collections […] L'élimination n'est pas sans risque, mais la rétention irréfléchie non plus » (Wilkinson, 2005).

19La British Museums Association a récemment publié (2015) une Checklist for All Disposals en collaboration avec Arts Council England, CyMAL, Museums Galleries Scotland et le Northern Ireland Museums Council2. À la fin de ce document, une liste de contrôle pour toutes les éliminations synthétise les cinq étapes à suivre pour une aliénation consciente et légale des biens de musée : Étape initiale - Prendre la décision de disposer – Choses à considérer - Exécuter une fois la décision prise – et Que faire si la tentative de mise au rebut échoue.

20Dans leur article paru dans le Journal of Cultural Heritage, les auteurs passent en revue les arguments généra-le-ment avancés en faveur et contre l’aliénation (deaccessioning) et soutiennent que, si des dommages considérables peuvent résulter de son abus, les avantages sont convaincants et les réglementations peuvent être utilisées efficacement pour éviter les écueils. Les raisons pour lesquelles celle-ci est jugée nécessaire peuvent être résumées dans :

21• des considérations pratiques, car la thésaurisation sans fin des articles en dépôt n'est pas viable pour des institutions de longue durée, telles que les musées ; • des considérations éthiques, car la cession contribue substantiellement au bien-être des consommateurs ; • et enfin, dernière considération, parce que le produit de la cession peut être utilisé pour améliorer les collections et, de façon marginale, aider les musées à traverser une période économique difficile (Vecco et Piazzai, 2015).

22D’autres opinions sont différentes, mais l’aliénation reste un point focal. Paolo Mazzarello affirme que les musées sont confrontés à une sorte de contrainte malthusienne, à une augmentation fulgurante du volume de leurs collections, couplée à une forte réduction des financements, alimentée en partie par la conjoncture économique actuelle. « Les collections ne peuvent pas être augmentées indéfiniment et pérennisées » (Mazzarello, 2011).

23Le gigantisme, maladie des musées contemporains, doit être combattu, pour leur permettre de survivre. En 2018, Dieuwertje Wijsmuller a mené une recherche sur les possibilités et les attitudes des États membres européens concernant la désinscription et l'élimination des collections en Europe pour la période 2008-2017. Le résultat formidable de l'enquête est qu'il existe deux traditions européennes de gestion des collections muséales : l'anglo-saxonne et la latine. En conséquence des politiques très différentes sont utilisées dans les différents pays de l'UE. Des cartes illustrent de manière synthétique la situation en 2017 (Wijsmuller, 2017).

24Sans encore avoir atteint la solution définitive, Active Collections représente la dernière étape d'un vaste processus de base lancé par Rainey Tisdale et Trevor Jones en 2012. Le projet a été bientôt rejoint par leur collègue rédactrice Elizabeth Wood (Wood 2018) et dix-sept auteurs et collaborateurs. Cette collection de contributions veut repenser et reconsidérer des pratiques allant de l'acquisition et de la conservation à l'interprétation et à l’aliénation. Le temps présent est un moment critique où de plus en plus d'institutions travaillent activement pour servir leurs communautés, engager de nouveaux publics et adopter de nouveaux modèles pour leur travail, alors que l'impact de leurs efforts est souvent limité par le maintien continu des pratiques traditionnelles de collecte.

Un épilogue ouvert

25En retraçant les étapes de la préservation de la mémoire matérielle, de Goethe à aujourd'hui, on peut dire que la maladie de la collecte compulsive n'a pas encore trouvé de solution thérapeutique. La révolution industrielle, et surtout la révolution numérique que nous traversons, ont produit l'illusion d’une « mémoire totale ». Pourtant, la mémoire universelle totale n’est qu’une utopie. Les paradigmes juridiques et éthiques des sociétés les plus industrialisées ne se sont pas encore adaptés aux conflits liés aux limites auxquelles nous sommes confrontés au quotidien. La nature essentielle du message que l'objet matériel est susceptible de communiquer doit nous obliger à procéder à une révision complète de la culture, comprise comme un ensemble de connaissances que nous voulons transmettre pour le futur.

Haut de page

Bibliographie

Abbrugiati P. Le Paris des éboueurs et le pari du rebut selon Italo Calvino in Cahiers d’études romanes, Revue du CAER, 6/2001 : Paris au miroir, pp. 331-348.

Augé M. Les formes de l’oubli. Paris : Payot, 1998.

Benjamin W. L'œuvre d'art à l'époque de sa reproductibilité technique. Paris : Payot, 2013.

Besterman T. Disposals from Museum Collections. Ethics and Practicalities, Museum Management and Curatorship, 1992, 11, pp. 29-44.

Chin Davidson J., Esslinger S. et eds. Global and World Art in the Practice of the University Museum. New York and Londres : Routledge, 2018.

Clemente P. La pattumiera e la memoria. La civiltà contadina come epoca, in Clemente P. et Rossi E. (éd.) Il terzo principio della museografia. Antropologia, contadini, musei. Rome : Carocci, 1999, pp. 23–39.

Fritsch J. Museum Gallery. Interpretation and Material Culture. New York and Londres : Routledge, 2011.

Goethe J.-W. Der Sammler und die Seinigen [1799]. trad.it a cura di Gabriella Catalano. Il collezionista e la sua cerchia. Naples : Liguori, 2000. Traduction française par Asman C. Le collectionneur et les siens. Paris : Maison des Sciences de l’Homme, 1999.

Marchis V. Dall’Arte… allo Zero. Piccolo dizionario filosofico dell’ingegneria. Florence : Mondadori Università, 2020.

Mazzarello P. Stripped Assets, Nature, vol. 480, 2011.

Pety D. Poétique de la collection au XIXe siècle. Du document de l'historien au bibelot de l'esthète. Nanterre : Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010.

Prieto L. J. Il Mito dell’originale, in Museo dei Musei, catalogo della mostra omonima. Firenze,1988. Traduction française par l’auteur, Poétique 81, février 1990.

Ravviso G. (éd.) Arts de l’oubli, Images Revues, 12, 2014 [mis en ligne le 14 décembre 2014 et consulté le 31 janvier 2021] http://journals.openedition.org/imagesrevues/3441

Robbins N. Museum collection disposal: the role of museological value discussions in collection management, The Museum Review, vol. 2, number 1, 2017.

Vecco M. et Piazzai M. Deaccessioning of museum collections: What do we know and where do we stand in Europe?, Journal of Cultural Heritage, vol. 16, issue 2, March–April 2015, pp. 221-227.

Walden J. (éd.) Art and Destruction. Newcastle : Cambridge Scholars Publishing, 2013.

Wilkinson H. Collections for the Future. Report of a Museums Association Inquiry. London : Museums Association, 2005.

Wijsmuller D. Deaccessioning & disposal in Europe 2008-2017. Amsterdam : Mondriaan Fund, 2017.

Wood E., Tisdale R. et Jones T. (éd.) Active Collections. New York and London : Routledge, 2018.

Haut de page

Notes

1 « Certes, cela dépend beaucoup du caractère, de l'inclination d'un amateur, où l'amour de l'instruit, où l'esprit de collection, deux inclinations qui se retrouvent souvent chez l'homme, prendront leur direction, et tout autant, je voudrais le prétendre, l'amateur dépend de l'époque à laquelle il arrive, des circonstances dans lesquelles il se trouve, des artistes et des marchands d'art contemporains, des pays qu'il visite en premier, des nations avec lesquelles il se trouve en relation quelconque ». [Traduit avec www.DeepL.com]

2 Liste disponible sur : www.museumsassociation.org/campaigns/collections/disposal-toolkit/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Digitalis Mnemonica Mapensis : une sculpture de Vittorio Marchis sur l'oubli des souvenirs numériques (acier et bandes magnétiques, 2011).
Crédits © V. Marchis
URL http://journals.openedition.org/ocim/docannexe/image/4450/img-1.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Entrée des locaux du MAP, fermé en 2015.
Crédits © DR
URL http://journals.openedition.org/ocim/docannexe/image/4450/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre L'auteur montre un profil aérodynamique d'une voiture conçue par Alberto Morelli.
Crédits © DR
URL http://journals.openedition.org/ocim/docannexe/image/4450/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Conteneurs : un nouveau destin pour les matériaux de la mémoire polytechnique.
Crédits © DR
URL http://journals.openedition.org/ocim/docannexe/image/4450/img-4.png
Fichier image/png, 674k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vittorio Marchis, « La mémoire matérielle à l'époque de son aliénation numérique. Un parcours européen »La Lettre de l’OCIM, 196 | 2021, 44-49.

Référence électronique

Vittorio Marchis, « La mémoire matérielle à l'époque de son aliénation numérique. Un parcours européen »La Lettre de l’OCIM [En ligne], 196 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ocim/4450 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ocim.4450

Haut de page

Auteur

Vittorio Marchis

Professeur d'histoire des sciences et techniques au Politecnico de Turin.

marchis.vittorio@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search