Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11-2Revue des livresComptes rendusHélène Ducourant et Ana Perrin-He...

Revue des livres
Comptes rendus

Hélène Ducourant et Ana Perrin-Heredia, Sociologie de la consommation

Delphine Pouchain
p. 415-421
Référence(s) :

Hélène Ducourant et Ana Perrin-Heredia, Sociologie de la consommation, Paris : Armand Colin, 2019, 224 pages, 978-220061627-4

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Armand Colin

1La publication de Sociologie de la consommation par Hélène Ducourant et Ana Perrin-Heredia est avant toute chose une excellente nouvelle pour tous ceux qui s’intéressent à la consommation, qu’ils soient ou non sociologues. En effet, si la consommation est un objet d’étude familier des économistes, les auteures montrent que la sociologie a eu plus de difficultés à s’en emparer et en faire un objet d’analyse jugé légitime. Pour qui en douterait encore, l’ouvrage de Ducourant et Perrin-Heredia apporte la preuve indubitable de l’intérêt de ces réflexions sociologiques. En vue de présenter ces analyses, les auteures commencent d’abord par un premier chapitre introductif visant à s’interroger sur les modes d’appréhension de la consommation par la sociologie. Dans un second temps, elles reviennent sur les premières analyses sociologiques de la consommation par l’étude des budgets familiaux. Le troisième chapitre propose un dépassement de l’opposition entre consommation et production. Il s’agit ensuite de montrer comment la consommation fabrique et hiérarchise les groupes sociaux. Enfin, le dernier chapitre s’arrête sur les liens ambivalents entre consommation et politique. De manière plus générale, il s’agit dans cet ouvrage de montrer comment la sociologie traite de ce fait social dans lequel « se trouvent imbriquées des considérations économiques, familiales, sociales, politiques, etc. » (7). Comme le font apparaître implicitement les auteures, la sociologie de la consommation s’apparente à un champ d’étude tellement vaste aujourd’hui qu’il en devient difficile de savoir ce que font exactement les sociologues quand ils étudient la consommation. Si ce terme a fait l’objet de définitions multiples (et pas toujours pleinement convaincantes, entre « forme de culture matérielle » et « activité sociale encastrée », 27), les sociologues de la consommation entendent généralement « objectiver, déconstruire et dénaturaliser les catégories employées pour penser la consommation » (27). Il est sans doute « probablement vain de vouloir proposer une définition formalisée » de la consommation (38), mais il est pertinent de se saisir de la consommation avec le regard et les outils du sociologue.

2Les réflexions de Ducourant et Perrin-Heredia invitent à se questionner sur la spécificité d’une approche typiquement sociologique de la consommation au regard des autres analyses, notamment économiques, vis-à-vis desquelles la sociologie entend se distinguer. En quoi cette analyse sociologique peut-elle, voire doit-elle, intéresser également l’économiste ? En effet, une analyse proprement sociologique de la consommation nous en apprend également beaucoup sur la pertinence et les éventuelles lacunes de « l’économie de la consommation », si tant est qu’une telle chose soit identifiable. La même question se pose également concernant l’existence d’une sociologie de la consommation, les réflexions faisant plutôt apparaître selon les auteures « une mosaïque d’analyses » (12 ; 38). Cette mosaïque nous inciterait plutôt à évoquer des sociologies de la consommation.

3A la lecture de l’ouvrage, ce qui frappe d’emblée l’économiste, c’est d’abord la centralité d’une question précautionneusement soulevée par les sociologues mais trop largement négligée par les économistes : la sociologie de la consommation se pose (d’une certaine façon) la question des modalités de l’usage du bien. Les sociologues de la consommation sont ainsi invités « à porter attention moins aux moments de l’acquisition d’un bien qu’aux processus qui amènent à utiliser ce bien » (24, souligné par nous). Les processus et modalités d’utilisation du bien sont importants, au-delà de l’acte d’achat. Pensons par exemple sur ce point aux travaux de Gilles Laferté (2018) qui montre qu’en aucun cas acheter un château ne suffit pour faire de son propriétaire un châtelain : l’analyse sociologique dévoile ce que sont les usages « légitimes » du bien. C’est bien ici le type d’usage uniquement – et non la propriété ou l’acquisition – qui permet de marquer son statut social et son appartenance à un groupe. Il ne s’agit pas ici de distinguer entre bon et mauvais usage, nous y reviendrons, mais entre usage conforme ou non conforme. Les auteures insistent sur le rôle des pratiques de consommation dans « le fonctionnement et la hiérarchisation des groupes sociaux » (10, et chapitre 4). Les économistes, de leur côté, assimilent très souvent la consommation au processus d’acquisition d’un bien sur un marché. La consommation au niveau microéconomique résulte d’un calcul d’optimisation sous contraintes en vue de déterminer son panier optimal, ou, au niveau macroéconomique, la consommation est d’abord une composante de la demande, soutenant la production et donc l’emploi. Le consommateur est avant tout vu comme un acheteur. Les économistes, qu’ils soient mainstream ou hétérodoxes, ne s’intéressent pas à la façon dont les biens sont utilisés. Sont-ils traités avec déférence, avec ménagement ? Sont-ils aussitôt gaspillés, détruits ou gâchés sans aucun égard ? En sera-t-il fait bon usage ? Le bien se transforme-t-il rapidement ou non en déchet ? Autant de questionnements tenus en dehors de l’économie. Ces questions, peu soulevées par la sociologie de la consommation, sont encore plus absentes dans les approches économiques. Pour la sociologie comme pour l’économie, la consommation a longtemps été considérée comme un acte secondaire, un simple acte de destruction des biens. A quoi bon, en quelque sorte, étudier un processus menant à une disparition du bien ?

4Au-delà de ces premières réflexions, Hélène Ducourant et Ana Perrin-Heredia montrent bien à quel point élaborer une sociologie de la consommation suppose d’accepter de penser à nouveaux frais la question des frontières et des périmètres, en dépassant certaines oppositions pensées comme naturelles, telles que celle distinguant traditionnellement consommation et production. Elles expliquent que la distinction initiale entre consommateur et producteur, que l’on trouve aussi bien en économie qu’en sociologie, se brouille de plus en plus. Cette opposition apparente prend ses racines d’ailleurs d’après elles dans la tradition économique, puisqu’elles évoquent « un implicite, proche des théories économiques, qui définit la consommation […] en l’opposant à la production » (81). Elles précisent dès l’introduction que cette opposition est à discuter, dans un contexte où émerge un « consommateur-producteur ». Cette volonté de dépassement de l’opposition entre consommation et production appelle selon nous plusieurs remarques. Nous pouvons rappeler tout d’abord qu’elle est pensée depuis déjà un certain temps par les économistes ayant travaillé sur les mutations entraînées par la tertiarisation de nos économies. Les consommateurs ne consomment pas que des biens mais également des services, qui donnent lieu à une co-production du bien entre le producteur de service et le consommateur. Les auteures ne signalent pas non plus que cette conception d’un consommateur-producteur est visible, dans une toute autre perspective, dans les travaux de Becker (1965) et de Lancaster (1966 ; 1971), et ce dès les années 1960. Il s’agit avec ces auteurs de concevoir un consommateur qui « produit » sa satisfaction (i.e. son output) à partir d’une fonction de production en combinant du temps et des biens achetés sur un marché, qui deviennent ses inputs. La même grille d’analyse s’applique au comportement du consommateur comme du producteur, la consommation n’est en rien une activité spécifique. Bref, en sociologie comme en économie, la tendance semble être identique : le comportement du consommateur s’analyse de plus en plus sur le modèle du comportement du producteur/travailleur/entrepreneur, à tel point que l’on en vient parfois à se demander si la véritable dignité du consommateur pourrait s’exprimer autrement que dans le vocabulaire de la production, une question soulevée déjà par Karpik (2007). Si les auteures insistent beaucoup sur cette idée de frontières poreuses entre consommation et production, il semble néanmoins nécessaire de se poser la question de savoir s’il s’agit forcément d’une évolution positive pour nos deux disciplines.

5Ducourant et Perrin-Heredia soulèvent également la question du rapport ambivalent entre consommation et éthique ou morale. Elles montrent que, depuis au moins les travaux de Villermé, la consommation est pensée comme reflétant des qualités morales, la structure des dépenses de consommation venant objectiver la plus ou moins grande moralité des consommateurs. Les auteures se disent « circonspectes » (96) à l’égard des discours qui abordent la consommation sous l’angle moral. Elles considèrent que trop souvent l’on associe, voire l’on confond, morale et consommation. Il serait dès lors nécessaire de « déconstruire les discours sur la consommation qui se présentent sous le registre de l’éthique » (197). On comprend bien ces arguments à la lumière de ce que nous expliquions précédemment : il y aurait bien selon les auteures des usages conformes ou non des biens, mais sans que cela n’implique pour autant de jugements de valeur ou de jugements moraux. Désireuses d’éviter tout jugement moral, Ducourant et Perrin-Heredia s’en tiennent à une distinction, pourtant loin d’être évidente, entre usage conforme et usage moral. Cependant, elles reconnaissent en même temps l’existence d’un lien intrinsèque entre consommation et morale. En effet, « toute pratique de consommation contient une dimension d’ordre éthique, normative, idéologique » (184). On aimerait que les auteures nous précisent davantage en quoi il serait nécessaire de déconstruire ce lien. Pourquoi en effet refuser l’idée d’un lien consubstantiel entre consommation et morale ?

6Toujours sur la question des brouillages des frontières qu’une sociologie de la consommation ferait apparaître, Ducourant et Perrin-Heredia analysent au chapitre 5 l’émergence d’une consommation politique, en montrant (163) que la consommation devient un moyen de faire pression sur le politique. Les consommateurs, en tant qu’acheteurs, sont bien responsables « des conditions de production des biens acquis » (169) : on évoque ainsi un consumérisme ou une consommation politique (Micheletti, 2003). Les auteures – sans pour autant préciser leurs raisons – écrivent préférer le terme de consommation engagée plutôt que celui de consommation politique. Il nous semble en effet que ce dernier terme pose un certain nombre de problèmes, au sociologue comme à l’économiste, mais ces difficultés sont passées sous silence dans l’ouvrage. En effet, il donne à penser qu’un consommateur se préoccupant d’éthique ou de justice à l’occasion de ses achats ne pourrait plus agir comme agent économique. Il quitterait de facto la sphère économique pour rejoindre la sphère politique. Apparaît ainsi l’idée selon laquelle l’économie ne pourrait être juste que si elle était politique. La solidarité, la responsabilité sont intrinsèquement perçues comme étrangères à l’ordre économique. La valorisation de la dimension politique est ici le corollaire d’une dépréciation concomitante de la dimension économique, reflétant alors l’idée selon laquelle la solidarité, la responsabilité, l’éthique relèveraient uniquement du domaine politique et non de l’économie. Certes, cela peut correspondre à la conception d’une certaine économie, mais devons-nous cautionner et renforcer cette acception de l’économie? Encore faudrait-il bien sûr savoir exactement de quelle « économie » et de quelle « politique » il est question. Néanmoins, la notion floue et polysémique de consommation politique est symptomatique en ce qu’elle révèlerait une forme de confusion entre politique et économie, comme si l’échange économique solidaire ou responsable basculait automatiquement dans la sphère politique sans pouvoir demeurer économique. L’expression de consommation politique ou citoyenne amène à un brouillage des catégories de l’économie et du politique. Certes, il ne s’agit pas de deux domaines imperméables et étanches l’un à l’autre, mais cet amalgame aboutit in fine à deux conceptions très rudimentaires de ces deux champs.

7D’une part, il y a appauvrissement de la dimension politique : l’acte du vote est rabattu sur l’acte d’achat, comme si le vote et la consommation relevaient d’une démarche comparable, d’une même logique, là où économie et politique étaient traditionnellement pensées comme deux ordres distincts. Le passage du niveau individuel au niveau collectif se fait en supposant simplement que l’influence des différents consommateurs se cumulerait progressivement (Newhouse, 2011 ; Rumpala, 2009) : c’est l’agrégation de comportements économiques individuels qui est censée provoquer à terme des changements dans la sphère politique, avec une vision finalement très pauvre du collectif. Le consumérisme politique relèverait par ailleurs d’un principe ploutocratique, réduisant l’influence de chacun à l’importance de son portefeuille, comme les auteures le font bien remarquer : « sur les marchés […] : le suffrage est explicitement censitaire, le revenu limite le pouvoir de décision. » (174). Le consommateur-citoyen révèle une citoyenneté tronquée, accessible uniquement à une minorité. D’autre part, et surtout, il y a parallèlement atrophie ou réduction de l’économie. Cette conception appauvrie réduit l’économie à une accumulation illimitée de richesses, dans une conception inapte à considérer les agents économiques comme désireux de se comporter de manière responsable et bienveillante. La question du bon usage n’est alors plus audible, ni en sociologie ni en économie.

8Comme le notent les auteures à plusieurs reprises, il y a là aussi apparemment un brouillage ou une confusion des catégories (ici, de l’économique et du politique). On peut néanmoins proposer une autre interprétation : la notion de consommation politique fait en réalité apparaître une radicalisation de leur opposition : l’économie est une menace, la (ou le) politique est la réponse nécessaire face à cette menace. Arrivé à ce stade, autorisons-nous donc le bilan suivant. En résumé, pour (re)valoriser l’acte de consommation, il apparaîtrait donc schématiquement que deux voies s’ouvriraient devant nous pour penser aujourd’hui la consommation : 1) on peut d’une part faire du consommateur un producteur, et reconnaître dans le comportement du consommateur les mêmes exigences techniques que celles qui s’appliquent au producteur ; 2) on peut d’autre part faire du consommateur un citoyen, un acteur politique, et analyser alors le comportement du consommateur sur le modèle du citoyen, en mettant en avant sa responsabilité et sa qualité d’acteur. Economie et sociologie donnent à voir ici la même tendance : le consommateur est soit un producteur, mû par une intelligence technique, soit un citoyen, préoccupé d’enjeux politiques. Cela revient à dire qu’un « bon » consommateur ne peut jamais être réellement un consommateur : c’est forcément soit un producteur, soit un citoyen. Dans les deux cas, la possibilité de penser économiquement une « bonne » consommation est perdue et le terme même de consommateur prend une « connotation péjorative » (8). La « bonne » consommation s’apparente soit à une production, soit à un acte politique. Prolongeant la remarque de Karpik, on pourrait donc dire : la véritable dignité du consommateur ne pourrait désormais s’exprimer que dans le vocabulaire de la production ou dans celui de la politique. Quelle place reste-t-il alors pour une sociologie ou une économie de la consommation et du consommateur, qui ne bascule pas vers une sociologie politique ou une économie de la production ?

9Enfin, la lecture de Sociologie de la consommation soulève pour nous une autre question liée à la consommation responsable ou solidaire dans le contexte de ce que l’on a appelé « Les crises jumelles du 21ème siècle » (Eloi, 2020), c'est-à-dire la crise sociale et la crise environnementale. Il existe certes d’une part une sociologie spécifique des inégalités, et d’autre part une sociologie qui s’intéresse à la problématique environnementale. Néanmoins, il nous semble que la sociologie de la consommation présente l’intérêt d’être au croisement et au cœur de ces deux crises. Elle invite donc à se poser les questions suivantes : quid du lien entre consommation et écologie ? Ainsi qu’entre consommation et inégalités ? Que peut dire la sociologie de la consommation sur ces questions, est-ce que cela relève aujourd’hui de son champ, et si non, n’est-ce pas éminemment problématique ? Dans le contexte des crises sociale et environnementale, peut-on encore s’empêcher de réfléchir à ce que serait une bonne consommation ? Les questions de l’usage du bien, de sa durabilité, de la manière d’en prendre soin, ne peuvent plus être simplement effleurées par les sciences sociales. A tout le moins, c’est peut-être un nouveau chantier pour la sociologie de la consommation qui s’ouvre ici.

Haut de page

Bibliographie

Becker, Gary. 1965. A Theory of the Allocation of Time. Economic Journal, 75(299) : 493-517.

Éloi, Laurent. 2020. La transition juste. Un nouvel âge de l’économie et de l’environnement. Revue de l'OFCE, 3(165) : 5-20.

Karpik, Lucien. 2007. L’économie des singularités. Paris : Gallimard.

Laferté, Gilles. 2018. L’embourgeoisement : une enquête chez les céréaliers. Paris : Raisons d’agir.

Lancaster, Kelvin. 1966. A New Approach to Consumer Theory. Journal of Political Economy, 74(2) : 132-157. 

Lancaster, Kelvin. 1971. Consumer Demand, A New Approach. New York : Columbia University Press.

Micheletti, Michele. 2003. Political Virtue and Shopping. Individuals, Consumerism, and Collective Action. New York : Palgrave MacMillan.

Newhouse, Kara. 2011. Anti-politics Movement. The Individualization of Change in Fair Trade Discourse. Dialectical Anthropology, 35(1) : 83-110.

Rumpala, Yannick. 2009. La « consommation durable » comme nouvelle phase d'une gouvernementalisation de la consommation. Revue Française de Science Politique, 59(5) : 967-996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Pouchain, « Hélène Ducourant et Ana Perrin-Heredia, Sociologie de la consommation »Œconomia, 11-2 | 2021, 415-421.

Référence électronique

Delphine Pouchain, « Hélène Ducourant et Ana Perrin-Heredia, Sociologie de la consommation »Œconomia [En ligne], 11-2 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/oeconomia/11160 ; DOI : https://doi.org/10.4000/oeconomia.11160

Haut de page

Auteur

Delphine Pouchain

Sciences Po Lille, CLERSE-CNRS. delphine.pouchain@sciencespo-lille.eu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search