Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11-2VariaWalras, Musgrave et l’hétérogénéi...

Varia

Walras, Musgrave et l’hétérogénéité entre les biens publics et les biens privés

Walras, Musgrave, and the Heterogeneity Between Public and Private Goods
Maxime Desmarais-Tremblay
p. 315-346

Résumés

Bien qu’ils appartiennent à des traditions intellectuelles différentes, Léon Walras et Richard A. Musgrave ont proposé des conceptualisations du rôle de l’État qui ont beaucoup en commun. Walras affirme que les services d'intérêt public comme le Musée du Louvre ne peuvent se justifier sur la base de demandes individuelles, contrairement aux produits échangés sur les marchés. Le jeune Musgrave rejette également l'assimilation conceptuelle entre les besoins privés qui sont satisfaits par des marchandises et les besoins collectifs qui sont satisfaits par des biens de nature collective. On peut dire que ces deux catégories de besoins – tout comme les biens qui les satisfont – sont hétérogènes. Le présent article cherche à comprendre pourquoi la conception walrasienne des services publics n'a pas eu de postérité en économie publique. Nous montrerons que la position de Walras a été mal reçue par les économistes, notamment à cause de l'hétérogénéité entre les biens collectifs et les biens privés. Cette posture méthodologique devint inacceptable à une époque où l'individualisme s'imposa comme norme au sein de l'économie du bien-être. Nous montrons en quoi Musgrave a connu plus de succès avec sa conception parce qu'il a su l'adapter aux transformations méthodologiques. En effet, Musgrave défendit dans un premier temps la thèse de l'hétérogénéité proche de celle de Walras, mais changea d'avis dans les années 1950. Malgré tout, l'impopularité de son concept de bien méritoire illustre justement la difficulté d'un besoin collectif qui n'est pas parfaitement rattaché à l'individualisme méthodologique.

Haut de page

Texte intégral

« Qui demande, par exemple, à quoi sert le Musée du Louvre à un paysan des Basses-Alpes qui n’y met jamais les pieds [?] » (Walras, 1896b, 399).

« The basic assumption of individual evaluation of collective wants, considering the latter as homogeneous with individual wants proper, appears unrealistic » (Musgrave, 1937).

1Tout semble séparer le français Léon Walras de l’américain Richard A. Musgrave. En effet, ils n’ont pu se connaître, car Léon Walras décéda à Clarens en janvier 1910, avant la naissance de Richard Musgrave (né Abel) à Königstein en décembre de la même année. Or, comme le suggèrent les citations ci-dessus, il y a une certaine proximité entre les vues des deux auteurs au sujet des biens publics. Walras affirme que les services d’intérêt public comme le Musée du Louvre ne peuvent se justifier sur la base de demandes individuelles, contrairement aux produits échangés sur les marchés. Le jeune Musgrave rejette également l’assimilation conceptuelle entre les besoins privés qui sont satisfaits par des marchandises et les besoins collectifs qui sont satisfaits par des biens de nature collective. Les deux catégories de besoins – tout comme les biens qui les satisfont – sont hétérogènes.

2Alain Béraud (2012) souligne que l’exemple du Louvre donné par Walras pourrait être traité comme un bien méritoire (merit good, ou bien sous tutelle), un concept inventé par Richard Musgrave en 1957. L’intérêt de la conception walrasienne est de suggérer que la notion contemporaine de bien public « n’épuise pas la question » (Béraud, 2012, 19). Il existe des biens qui ne sont que très indirectement, voire pas du tout, liés à des consommations strictement individuelles. Walras laisse entendre qu’il y a une dimension de la vie économique qui revêt un caractère collectif, social, ou politique irréductible et dont l’État serait le garant. Cette dimension se manifeste par des services d’intérêts collectifs qui ne peuvent être rendus homogènes aux services producteurs ou aux produits, qu’ils soient finaux ou intermédiaires.

  • 1 Plus récemment, Béraud et Numa (2019, 555) affirment que « les positions de Walras sur le rôle de l (...)

3Or, Béraud (2012, 19) semble se désoler que « les successeurs de Walras n’ont ni adopté, ni discuté sa notion de bien public. Ils auraient pu, cependant, en tirer des éléments intéressants. »1 Le présent article est motivé par ce constat et cherche à comprendre pourquoi la conception walrasienne des services publics n’a pas eu de postérité en économie publique. Nous montrons en quoi la position de Walras a été mal reçue par ses contemporains. Les idées de Walras sur le rôle de l’État furent considérées comme peu originales et inapplicables à l’époque où elles auraient pu se diffuser. Nous défendons en particulier la thèse que ce rejet tient notamment à l’hétérogénéité entre les biens collectifs et les biens privés. Cette posture méthodologique devint inacceptable à une époque où l’individualisme s’imposait comme norme au sein de l’économie du bien-être. Nous affirmons que Musgrave a connu plus de succès avec sa conception parce qu’il a su l’adapter aux transformations méthodologiques. En effet, Musgrave défendit dans un premier temps la thèse de l’hétérogénéité proche de celle de Walras, mais changea d’avis dans les années 1950. A contrario, l’impopularité de son concept de bien méritoire illustre justement la difficulté d’un besoin collectif qui n’est pas parfaitement rattaché à l’individualisme méthodologique.

4Le premier objectif de l’article est donc d’expliquer le succès respectif des conceptions walrasiennes et musgraviennes des biens publics. L’article permet également de mieux saisir les bases épistémologiques de la conception contemporaine des biens collectifs en la contrastant avec des conceptualisations alternatives, celle de Walras, et celle des biens méritoires de Musgrave.

5Dans la première partie de cet article, nous situons la position de Walras sur les biens publics au sein de son économie appliquée et de son économie sociale. Puis, nous nous penchons sur les sources des idées walrasiennes pour mieux comprendre l’originalité de ses positions, ce qui nous permettra, dans la deuxième partie, d’en comprendre la réception. Cette section montre en quoi l’absence de postérité de la conception walrasienne est due à un rejet par ses contemporains pour des raisons méthodologiques, et parce que le projet social de Walras était considéré comme daté à l’époque où il aurait pu se diffuser largement. Dans la troisième partie, nous présentons la position de Musgrave. Dans un premier temps, nous expliquons l’approche des finances publiques adoptée par Musgrave dans sa thèse de doctorat en 1937. Dans un deuxième temps, nous détaillons sa nouvelle position méthodologique dans Theory of Public Finance publiée en 1959. À compter de cet ouvrage, Musgrave admit que les besoins sociaux (collectifs) étaient homogènes aux besoins privés, se conformant ainsi à l’individualisme méthodologique. Avec Samuelson il contribua ainsi à forger la définition standard des biens collectifs que nous rappellerons à cette occasion. Toutefois, Musgrave reconnut également la présence de besoins importants dont la satisfaction ne pouvait être laissée aux choix des individus dans un contexte marchand. Il affirma que ces besoins méritoires échappaient à la théorie de l’action publique basée sur la souveraineté du consommateur. Une brève conclusion synthétise l’évolution des conceptions des biens publics et rappelle la thèse de l’article.

1. Les services d’intérêt public

1.1 Ce qu’en dit Léon Walras

6Dans son texte sur « L’État et les chemins de fer » rédigé en 1875, Léon Walras (1897) fustige le dogmatisme des libéraux qui, comme Michel Chevalier, prétendent que nationaliser les chemins de fer constituerait une atteinte très sérieuse à l’esprit d’association (Walras, 1897, 183). Dans le camp opposé, en Allemagne, les socialistes de la chaire défendent l’intervention de l’État dans les chemins de fer. Mais Walras rejette ces deux discours : ni les uns ni les autres ne démontrent rien ; leurs conclusions sont basées sur des systèmes, alors qu’il faut impérativement apporter une réponse scientifique à la question : « À quel titre l’État peut-il et doit-il intervenir dans l’industrie des chemins de fer ? » (ibid., 185), ou de manière plus générale « À quel titre l’État peut-il ou doit-il intervenir dans l’industrie ? » (Walras, 1881, 483) Il incombe à l’économie politique appliquée de déterminer les situations où la concurrence permet d’assurer la plus grande satisfaction possible des besoins (ibid., 186). C’est le cas des « services et produits d’intérêt privé » étant donné l’existence d’un mécanisme naturel d’ajustement de l’offre et de la demande. Or, pour les « services et produits d’intérêt public, » qui intéressent les hommes comme membres de la communauté ou de l’État, il revient à l’État de les mettre à disposition de tous, participant ainsi à l’établissement des conditions sociales (ibid., 187). Walras rejette la tentative des économistes d’assimiler les services ou produits d’intérêt public à ceux d’intérêt privé (ibid.) :

Le besoin des services ou produits d’intérêt privé est senti par les individus ; le besoin des services ou produits d’intérêt public n’est senti dans toute son étendue que par la communauté ou l’État (ibid.).

7De plus, pour les produits et services privés, l’individu peut établir une courbe de besoin décroissante avec la quantité possédée ou consommée (Walras, 1881, 485), alors que cette évaluation échappe à l’individu pour les services publics. Walras admet que les représentants politiques peuvent se tromper dans l’estimation des besoins (en services) publics, mais cela n’implique guère que les hommes pris individuellement feraient mieux. S’ils étaient laissés au hasard de la demande individuelle, les services publics ne seraient le plus souvent ni demandés ni offerts, ni produits ni consommés (ibid., 187-188). L’État, par son autorité, doit s’en réserver le monopole. L’auteur distingue deux types de monopoles : les monopoles économiques – ceux qu’on appelle couramment monopoles naturels – et les monopoles moraux (les services publics) fondés sur le droit naturel (ibid., 188-189). Pour les premiers, comme les voies de chemin de fer, l’État doit s’assurer que le service soit vendu au prix de revient. Pour les seconds, l’État doit en offrir le service gratuitement à tous. Le cas des chemins de fer est intéressant parce que les deux registres d’arguments en faveur de l’intervention peuvent s'y combiner.

  • 2 La discussion de Walras sur les chemins de fer constitue le cœur d’une section de son cours sur les (...)
  • 3 Pour une reconstruction de la filiation, voir Béraud (2012). Numa (2010) montre que J.S. Mill emplo (...)

8Dans son traitement des monopoles économiques au sein de son Économie appliquée, Walras suit la logique millienne des échecs de marché (Béraud, 2011, 354). Pour John Stuart Mill (1848), le laissez-faire devait être la règle de base par rapport à laquelle les interventions publiques devaient être justifiées à la pièce, structurant ainsi l’approche des responsabilités publiques en termes d’échecs de marché.2 En définitive, sur les monopoles naturels (économiques), Walras apporte peu de nouveauté par rapport à ce qu’avaient expliqué J.S. Mill et Jules Dupuit.3

  • 4 Autrement dit, un même bien ou service peut satisfaire deux besoins différents, ce qui n’est pas sa (...)

9Or, Walras présente par ailleurs des arguments républicains en faveur de la gratuité de transport pour certaines catégories de voyageurs. D’un point de vue stratégique, les voies de communication servent à déplacer les armées et à permettre aux policiers de poursuivre les malfaiteurs (ibid., 196). De plus, certains hommes voyagent dans l’intérêt de la société en se rendant à des congrès scientifiques, ou à des expositions industrielles et de beaux-arts (ibid.). Walras mentionne aussi le cas des journaux qui apportent les nouvelles politiques d’un bout à l’autre du pays. De manière générale, c’est « l’unité nationale, » la « civilisation » et le « progrès » qui sont favorisés par la circulation des habitants sur le territoire, entre les pôles urbains et les campagnes (ibid., 196-197). Autrement dit, puisque les trains fournissent des services essentiels à l’exécution de services publics, ils deviennent du même coup des biens d’intérêt public (ibid., 196).4Cet argument en faveur de l’intervention de l’État se rajoute à celui de la régulation du monopole naturel pour le transport de produits d’intérêts privés (ibid., 208).

10Entre le texte sur les chemins de fer reproduit dans les Études d’économie politique appliquées et son Cours d’économie politique appliqué, Walras ne mentionne que quelques exemples de biens publics : des voies de communication, l’instruction, la sécurité intérieure (police) et extérieure (armée), ainsi que la justice. En ce qui concerne ce dernier, il est clair que le jugement du tribunal profite à tous les membres de la société en même temps qu’à l’individu jugé, contrairement aux soins médicaux : l’opération chirurgicale ne profite qu’à l’individu opéré ; il en a un besoin défini, il est à même de comparer son utilité avec l’utilité des choses diverses qu’il peut se procurer au même prix, et, cette comparaison faite, la demander ou non (Walras, 1881, 484). Or, l’auteur admet dans la première version de ce cours (1874-1875) que certains biens satisfont des intérêts mixtes, par exemple en matière de travaux publics, ou d’enseignement. La ville ou la route est d’intérêt social, alors que la voiture qui y circule est d’intérêt individuel (ibid., 516). De même, les écoles primaires contribuent à la formation de tous les citoyens électeurs, mais les écoles professionnelles transmettent des connaissances spécifiques qui ne bénéficient qu’à la carrière des hommes qui suivent ces formations (ibid.).

  • 5 Walras exploite aussi l’analogie paternelle, mais en échangeant les termes. L’État serait un père d (...)
  • 6 « Soient deux frères à la table de leur père, celui-ci leur distribuerait la nourriture de telle so (...)

11Comment l’État financera-t-il ses dépenses ? La solution proposée par Walras est simple : les besoins publics doivent être financés par les rentes foncières que l’État percevrait en tant que propriétaire des terres. À terme, l’impôt ne saurait être une solution. L’État est irréductible à l’individu et chacun a ses droits naturels : « de même que la communauté ou l’État a ses droits sur lesquels l’individu ne doit pas empiéter, de même aussi l’individu a ses droits que l’État ne doit pas méconnaître. » (Walras, 1897, 190). Tout comme « les facultés personnelles sont, de droit naturel, la propriété de l’individu » (Walras, 1896a, 185), les terres « sont, de droit naturel, la propriété de l’État » (ibid., 189). Ainsi, les revenus que l’individu tire de l’usage de ses facultés personnelles doivent lui revenir en propre (Lallement, 1993, 461). L’État ne doit pas « vivre aux dépens de l’individu » et n’a pas même le droit de « savoir ce que possède l’individu » (Walras, 1896b, 405). Le caractère libéral de la position de Walras prend forme dans un anti-paternalisme résolu. En nationalisant les terres, l’État pourra s’émanciper de sa dépendance envers les individus. Or, pour l’instant, « l’État, dépouillé de son capital foncier et subsistant entièrement aux dépens de l’individu, se trouve dans la position d’un fils de famille qui dépense beaucoup, soutire de temps en temps quelque argent à son père, fait des dettes et se ruine » (ibid., 402).5 Autrement dit, l’État doit s’émanciper de sa tutelle parce que les règles qui gouvernent la sphère domestique ne sont pas celles qui président dans l’idéal social de Walras. La justice veut que l’État assure l’égalité des chances, les conditions sociales générales, mais il ne doit pas tenter de corriger l’inégalité des positions particulières atteintes grâce au travail et à l’épargne des individus (Dockès, 1996, 103 sq.). La solidarité et la fraternité sont des vertus propres aux familles et aux groupements communistes, mais elles ne peuvent gouverner à l’organisation d’une société rationnelle, car elles sont contraires à la justice et à l’intérêt. L’affectation des ressources visant à égaliser l’utilité marginale des individus passe par une redistribution, que Walras nomme « troc gossenien, » et qui viole la justice commutative. Une telle pratique est certes acceptable – et même souhaitable – au sein d’une famille, mais « la société n’est pas un pique-nique » (Walras, 1896a, 181).6 On comprend donc a fortiori le rejet par Walras de la conception de l’impôt-échange (ou principe de l’avantage, ou encore benefit principle), qui est défendue par les libéraux, tout comme de celle de l’impôt progressif défendue par des contemporains plus socialistes. La relation entre l’État et les individus ne peut reposer sur les règles de l’échange marchand ni sur le principe d’une solidarité entre riches et pauvres ou entre un père et ses fils.

1.2 Sources des idées walrasiennes

12Vue d'aujourd'hui, la position walrasienne sur le rôle de l’État en matière de services d’intérêt public nous apparaît assez originale. Cependant, on doit noter que les exemples de services d’intérêt public donnés par Walras recoupent en grande partie ceux donnés par Adam Smith, soit l’administration, la justice, la police, la défense contre les attaques externes, certaines infrastructures de transport et l’instruction. En effet, Walras (1897) cite de longs passages de Smith et sa copie de la Richesse des Nations conservée au Centre Walras-Pareto contient des traces d’annotations au premier chapitre du livre V où Smith discute des ouvrages publics tels que le profit de leur exploitation par un entrepreneur privé « ne saurait jamais leur en rembourser la dépense » (Smith, 1776, v. I.3).

1.2.1 « L’école allemande »

  • 7 Lettre à Vito Cusumano, 20 octobre 1874 (Jaffé, 1965, 444). Selon Durkheim (1887, 39), ce reproche (...)

13Walras rejette l’approche de ses contemporains socialistes de la chaire. Il partage volontiers leur réaction négative aux excès de l’individualisme de l’École de Manchester, mais semble animé d’une aversion profonde envers la méthode historique inductive (Walras, 1881, 515). Dans un compte rendu d’une étude d’Albert Errara qui s’inspire des méthodes de l’école historique, Walras est très direct : « Peut-être l’économie politique de l’école de Manchester est-elle médiocre ; mais c’est de l’économie politique, au lieu que le socialisme de la chaire n’en est pas. » (Walras, 1874, 487) Pour Walras, les socialistes de la chaire ne font pas œuvre de science, car ils ne démontrent rien (Walras, 1874-1875, 185). Dans une lettre à un autre collègue italien, Léon Walras s’exclame : « À toutes ces questions, l’école allemande ne nous répond que par son éternelle statistique et son éternelle histoire. Ce n’est vraiment pas suffisant, que diable ! »7

14Cette position tranchée est quelque peu surprenante, à tout le moins pour qui ne connaitrait pas le tempérament polémiste de Walras. En effet, Schmoller et Wagner, pour ne nommer que les plus éminents, partagent un intérêt pour la question sociale qui est également centrale pour Walras. De plus, ils tentent également de construire une troisième voie pour l’économie politique en synthétisant l’individualisme libéral et le holisme des socialistes sur des bases de droit naturel. Pour ce faire, ils insistent tous sur le rôle central de la morale dans l’économie sociale normative et attribuent ainsi un rôle civilisationnel important à l’État pour assurer le progrès social (Corado et Solari, 2010, 875). Bien que la diffusion de ces idées allemandes en France se soit faite surtout tardivement au cours de la troisième république, il semble que Walras ait eu accès à des traductions de quelques textes de Schmoller dès le début des années 1870 (Potier, 2016).

  • 8 À l’exception peut-être de législations particulières qui ne relèvent pas de la science, mais de la (...)

15Or, visiblement, cette proximité n’était pas suffisante pour ouvrir Walras aux travaux des Allemands. Le fossé méthodologique était sans doute trop grand. Walras cherche à apporter une solution universelle et définitive à la question sociale (Lallement, 2013). Traiter les symptômes ne peut suffire, il faut un régime sévère (Walras, 1896b, 402). Il ne semble pas supporter les solutions incrémentales et contextualisées en fonction du niveau de développement et de l’histoire propre à chaque communauté.8 Pour Walras, la réponse scientifique à la question du rôle de l’État doit être trouvée une fois pour toutes et s’insérer comme une pièce de puzzle dans un ordre social qui revêt la forme d’une machine cartésienne (Berthoud, 1988).

  • 9 Dans une formulation qui évoque – ou plutôt anticipe – la loi de Wagner, Levasseur affirme que pour (...)

16Or, Walras a pu être influencé indirectement par les historicistes allemands. Par exemple, on trouve dans sa bibliothèque un petit manuel d’enseignement secondaire rédigé par Émile Levasseur. Le court texte contient une section sur « les contributions publiques » en marge de laquelle Walras a laissé des marques de lecture. Levasseur qui étudia auprès de Wilhelm Roscher à Leipzig dans les années 1850 fut aussi influencé par les idées des socialistes de la chaire (Potier, 2016 ; Silvant, 2010, 104). Ainsi, on n’est pas surpris de lire sous sa plume que « dans tous les pays et surtout dans les pays civilisés, l’État a des devoirs moraux, tels que le soulagement de la misère, la propagation de la science, le développement des idées élevées et des sentiments honnêtes » (Levasseur, 1867, 65).9 Walras respectait le travail de Levasseur et certaines formulations de ce dernier semblent anticiper les mots de Walras sur la question. En effet, Levasseur insiste sur la particularité des « services publics » qui « procèdent du principe d’autorité [et] ne tombent pas sous les lois ordinaires de l’échange » (ibid.). Cela découle du fait que « comme toute communauté, l’État a des intérêts qui lui sont propres » (ibid.). Arrivant à la même conclusion que Jean-Baptiste Say (1814, 921), Levasseur en déduit qu’il existe des « consommations publiques » à côté des « consommations individuelles » (Levasseur, 1867, 65).

1.2.2 La tradition du droit naturel et les influences paternelles

  • 10 Sur Dupuit, voir les travaux récents de Silvant (2010, 94 sq.), Poinsot (2011 ; 2016), Béraud (2011 (...)

17Walras est certes influencé par ses contemporains, mais il rejette la plupart de leurs positions – autant celles des socialistes que des libéraux. Sur la question technique de la règlementation des chemins de fer, l’analyse de Walras se rapproche de celle de l’ingénieur Jules Dupuit qui, elle, sera retenue par l’économie publique après la Seconde Guerre mondiale.10 Or, pour Walras, l’analyse de Dupuit ne relève pas d’une théorie (« cénonique ») générale qui permettrait d’établir scientifiquement les attributions de l’État. En effet, Dupuit se contente de recommander l’intervention de l’État lorsque l’utilité publique le justifie, ne constituant ainsi qu’une économie politique pratique, voire pragmatique. Pour Léon Walras, partisan du « bon vieux droit naturel, » la frontière entre la sphère de l’autorité publique et celle de la liberté individuelle ne saurait être laissée à la contingence d’un calcul (voir L. Walras, 1867-1868, 129 sq.). C’est pour cela qu’il rejette l’utilitarisme.

  • 11 L. Walras (1897, 212) louange les institutions publiques républicaines. Voir Lallement (1990) et Bo (...)

18Bien que la conceptualisation walrasienne du rôle de l’État doive aux écrits de Smith, Mill, Dupuit, et peut-être aussi de Levasseur, son inspiration la plus directe reste les écrits de son père, Auguste Walras. Inspecteur d’Académie, Auguste Walras s’est intéressé à diverses questions d’économie politique, notamment celle de la frontière entre ce qui relève de la propriété individuelle et le domaine de la communauté, dont l’État serait le garant (Diemer, 2012). Les positions d’Auguste Walras s’inscrivent dans le foisonnement d’idées sur la société qui émergent dans le contexte politique instable de la première moitié du XIXe siècle en France. Elles reflètent un attachement pour le projet républicain que partagera son fils alors qu’il tentera de développer et de faire connaitre les idées de son père qui étaient restées non publiées.11

  • 12 Une idée qu’on retrouve sous diverses formes dans la pensée chrétienne (Van Parijs et Vanderborght, (...)
  • 13 Pour une analyse détaillée du statut des lois morales chez Léon Walras, voir Baranzini (2006).

19Dans un mémoire rédigé en 1834, Auguste Walras propose une réfutation de la doctrine de Hobbes sur le droit naturel qui va beaucoup plus loin que les arguments qu’utilisera son fils quelques années plus tard. En effet, rappelons que le rôle central de l’État pour les économistes libéraux est d’assurer la protection, une fonction qui lui est impartie par le contrat social. De là découle l’idée que les taxes sont des paiements en échange du service de protection. Or, Auguste Walras cherche à la fois à rejeter cette conception de l’État et à justifier la nationalisation de terres. Tout d’abord, il rejette l’interprétation hobbesienne selon laquelle Dieu aurait donné la terre aux hommes pour leur permettre de se l’approprier. Pour Walras père, la terre est donnée aux hommes en commun. Elle appartient à toutes les générations d’hommes et ne peut donc pas être appropriée par certains d’entre eux sous forme de propriété privée (A. Walras, 1835). Ainsi le Droit naturel fonde la propriété commune des terres.12 Mais la société est un fait naturel et nécessaire – une idée que le fils fera également sienne (Lallement, 2014 ; Dockès, 1996, 100-101). Auguste Walras rejette le passage d’un état de nature à un état civilisé : « La société est naturelle à l’homme. Notre état naturel c’est la société » (ibid., 293). La société représente la communauté des hommes qui possède les terres de droit. Dans un deuxième temps, l’aspirant philosophe tente de naturaliser la morale. Tout comme les lois de la physique, la loi morale est naturelle et s’impose aux hommes de par leur liberté.13 Mais de cette loi découlent aussi des obligations. Le droit individuel est donc naturellement limité (ibid., 321). Ainsi, il n’y aurait pas besoin d’instituer un Léviathan, d’octroyer un monopole de la violence à l’État. Autrement dit, sans la propriété privée des terres, il n’y aurait pas de guerre de tous contre tous, donc pas besoin d’un État protecteur. Qui plus est, comme les droits des individus sont naturellement limités, il y a encore moins besoin de cet État pour instituer des lois (ibid., 317). En résumé, l’État, ne peut être fondé sur une demande de protection de la part des individus et la terre doit être propriété commune des hommes.

20Sur la question des services publics, Auguste Walras inspirera également la position de son fils. Il affirme que tout comme l’individu ou la famille, « la nation a des besoins » qui se traduisent par des dépenses publiques dans l’intérêt commun (creuser des canaux, construire des ponts, payer des magistrats, des administrateurs, des militaires, des maîtres d’école, etc.) (A. Walras, 1848, 51). Mais l’enseignant français ne semble que peu préoccupé par les besoins collectifs, son attention se concentre davantage sur les services publics. De l’égalité devant Dieu, on arrive à l’idée d’une égalité devant l’État puis à celle d’égalité d’accès au service public, bien indépendamment des besoins réels qui pourraient être exprimés par les individus (ibid., 67). Comme l’État procure le même accès aux services pour tous, chaque citoyen devrait contribuer également à leur financement. Or, Auguste Walras est convaincu que l’impôt est injuste, car il est toujours payé, en dernière instance, par les classes laborieuses (ibid., 52). Cet argument diffère de l’opposition libérale que son fils donnera à l’impôt, mais l’alternative proposée est sensiblement la même : les fermages doivent constituer le revenu public (ibid., 53). Comme nous l’avons vu, il semble dans la nature des choses que « la nation comme la famille doit avoir son patrimoine » (A. Walras, 1849, 186). Walras père propose donc une acquisition progressive des biens fonds par l’État (A. Walras, 1848, 92 ; 1849, 188). Cette idée sera reprise par son fils qui proposera, en outre, un plan mathématique détaillé pour le rachat des terres (voir Baranzini, 2016, 255).

2. La réception de la conception walrasienne

21Léon Walras n’ayant pas obtenu de diplôme d’une école d’ingénieur ni d’une faculté de Droit, il n’a pu obtenir de poste dans une institution d’enseignement supérieur en France, à son grand désarroi. À Lausanne, malgré toutes ses années d’enseignement, Walras n’a pas formé d’élève qui ait continué son projet intellectuel (voir Baranzini et Allisson, 2016). L’opinion de Vilfredo Pareto sur les travaux d’économie sociale de son prédécesseur à la Chaire d’économie politique de Lausanne est bien connue. L’économiste italien appréciait la contribution de Walras à la découverte de l’équilibre général, mais n’avait que peu d’estime pour ses « déductions métaphysiques » : « Je suis en désaccord complet avec lui sur ce qu’il dit dans ses Études d’économie sociale » (Pareto, 1897, 491 ; voir aussi Steiner, 1994).

22À l’étranger, la réception n’était guère plus enthousiaste. Wicksell publie deux comptes rendus dans le Jahrbülcher für Nationalökonomie und Statistik, après la parution des Études d’économie sociale, puis après celle des Études d’économie politique appliquée. Wicksell qui admirait le travail de Walras était loin d’être convaincu par la faisabilité du projet de rachat des terres. Il souligne que cette politique repose sur de nombreuses hypothèses très fortes qui pourraient toutes être facilement invalidées et qui, dès lors qu’une d’entre elles ne serait pas satisfaite, remettraient en question la désirabilité du projet (Wicksell, 1898-1899, 173).

23Aux Études d’économie appliquée, Wicksell reproche le recours à la concurrence comme mode d’affectation des ressources. Si on permettait une redistribution des dotations initiales – ce que Walras considérait comme injuste – on pourrait atteindre un plus haut degré de satisfaction des besoins individuels (pourvu qu’on admette la comparaison interpersonnelle des fonctions d’utilité) (Wicksell, 1898-1899, 178). En d’autres termes, la concurrence pure n’est un mécanisme optimal que si on rejette le troc gossenien. Cette critique pointe vers un désaccord important sur la conception de la justice entre Walras et de nombreux économistes réformistes. De manière plus générale, Wicksell reproche au projet social walrasien de ne pas inclure la participation de ceux qui sont susceptibles d’en bénéficier (ibid., 174).

24D’aucuns ont jugé la proposition de nationalisation des terres peu originale à la fin du XIXe siècle, ce qui n’est guère surprenant quand on sait que l’apport de Léon Walras est surtout d’avoir formalisé les positions que son père avait prises entre les années 1830 et 1850, à l’époque où Marx répondait à Proudhon (Tribe, 2015, 261). En France, le socialisme libéral des Walras s’inscrit dans un courant de répliques aux économistes libéraux. Dès 1852, le réformateur chrétien-républicain François Huet avait proposé de garantir l’égalité des chances par un projet de droit au patrimoine (Audier, 2006, 28). Son disciple, l’économiste belge Emile de Laveleye reconnut la proximité entre sa position socialiste libérale et celle de Walras fils, même s’ils ne s’entendaient pas sur la méthode de l’économie politique (Mueller, 2020). Dans le foisonnement des doctrines qui caractérise l’espace public français au XIXe siècle, le socialisme libéral connait peut-être son apogée dans les années 1890 au moment où Walras publie ses Études d’économie sociale (Audier, 2006, 25). Or, malgré ses efforts répétés, depuis la Suisse, Walras ne parviendra pas à marquer de ses idées l’espace public français comme le fera Jean Jaurès avec son socialisme individualiste, ou encore Léon Bourgeois avec le solidarisme.

25Malgré la proposition de nationalisation des terres, la doctrine sociale de Walras nous apparait plus libérale que socialiste de par sa conception de l’individu qui apparaitrait simpliste même à un lecteur du tournant du siècle qui connaitrait les travaux de la sociologie naissante. Qui plus est, au fur et à mesure que le suffrage s’étend dans les pays occidentaux à la fin du XIXe siècle, les conceptions économiques de l’État ont dû s’adapter pour intégrer le rôle des assemblées dans la détermination des choix publics. Or, pour Léon Walras (1867-1868, 135, 139), l’État n’est pas au service des individus. Le caractère technocratique, voir antidémocratique du socialisme libéral walrasien n’a pas pu « enflammer les foules » (Dockès, 1996, 18), ni même convaincre les économistes du début du XXe siècle. La position de Walras contre l’impôt ne pouvait pas non plus faire de lui une référence utile pour les économistes qui cherchaient à défendre l’impôt progressif pour redistribuer les revenus.

  • 14 Sur la réception de Walras en France, voir Dockès (1996, 233 sq.) et Laffont (1993).

26Étant donné l’importance de l’espace académique américain pour la discipline dans la deuxième moitié du XXe siècle, la réception des travaux de Walras outre-Atlantique sera déterminante pour sa postérité.14 Pour l’économiste américain Edwin Seligman (1897, 526), la doctrine sociale de Walras n’apporte rien de nouveau par rapport à celles d’Auguste Walras et de Henry George. En doyen de la finance publique aux États-Unis, Seligman connaissait très bien les travaux européens. Il fut le plus important canal de diffusion de la finance publique européenne vers l’Amérique au sein de la génération qui précéda Musgrave. Sur la taxation, Seligman affirme que Walras ne fait que reproduire des travaux antérieurs « sans être apparemment au courant que la science des finances a fait des progrès depuis » (Seligman, 1897, 527). Dans ses travaux du début du XXe siècle, par ailleurs d’une grande érudition, Seligman ne citera pas Walras, probablement parce qu’il considérait sa doctrine comme peu originale et datée. Dès 1897, son jugement sur Walras apparait clairvoyant : « Dans l’ensemble, il est plus que vraisemblable que la notoriété de l’auteur reposera sur son travail sur la théorie pure des prix » (ibid.). C’est en effet ce qui se produisit longtemps après la mort de Walras quand la théorie de l’équilibre général prit son envol.

  • 15 Pour une présentation exhaustive de la réception de l’Économie pure walrasienne, voir Bridel (1996)

27La deuxième édition des Études d’économie politique appliquée et des Études d’économie sociale a donné lieu à des recensions polies dans l’American Economic Review (Howey, 1937) et le Journal of Political Economy (Schultz, 1937), mais n’a guère soulevé plus d’enthousiasme que la première édition. Les économistes qui cherchent de nouveaux fondements scientifiques à la théorie de la valeur ne porteront pas attention aux écrits d’économie appliquée et d’économie sociale de Walras, jusqu’à faire de lui – à tort – un défenseur de l’individualisme méthodologique (Arena, 2006, 1657 ; Lallement, 2014). Ainsi, John Hicks louange « l’unité de la vie économique qui émerge avec force de ses pages », et du même coup « son ‘individualisme méthodologique’ rigoureux » (Hicks, 1934, 347).15 On ne s’étonnera donc pas que Buchanan (1960, 66), dans sa revue de la tradition italienne en finance publique, mentionne au passage que « Walras construisit son modèle [d’équilibre général] en faisant abstraction de l’État. » Ainsi, le désintérêt, voire le mépris, des idées de Walras en économie sociale et en économie appliquée a renforcé une lecture réductrice de son œuvre.

  • 16 Pourtant Musgrave avait probablement une maitrise minimale de la langue française étant donné que c (...)
  • 17 Lors de sa formation à Heidelberg, Musgrave avait étudié le Theoretische Sozialökonomie (1919) de G (...)

28Walras aurait-il pu influencer Musgrave ? Ce dernier ne semble pas avoir été au courant des idées de Walras sur les services publics.16 Dans sa Theory (1959, 399), il consacre quelques lignes au traitement de l’incidence de la taxation proposé par Walras dans la dernière leçon des Éléments, mais on ne trouve aucune référence aux Études dans toute son œuvre, y compris dans ses travaux tardifs d’histoire de la théorie des finances publiques.17

29Durant ses études supérieures à Harvard, Musgrave a suivi le cours d’histoire de la pensée économique de Joseph Schumpeter (Musgrave, 1986 ; Colander and Landreth, 1996). L’économiste autrichien a également servi d’examinateur pour sa thèse de doctorat en 1937. Or, la position de Schumpeter sur Walras est bien connue. Il admirait l’économie pure, mais ne tenait pas l’économie sociale et l’économie appliquée de Walras en haute estime :

  • 18 Un point de vue qui est partagé par certains de nos jours. Voir, par exemple, Bridel (1987, 21).

Unfortunately, Walras himself attached as much importance to his questionable philosophies about social justice, his land-nationalization scheme, his projects of monetary management, and other things that have nothing to do with his superb achievement in pure theory. They have cost him the goodwill of many a competent critic, and must, I imagine, try the patience of many of his readers. In any case, the tribute above must be understood to refer to his pure theory alone (Schumpeter, 1954, 795).18

30En somme, l’absence de traductions des Études de Walras reflète plutôt un manque d’intérêt pour ces travaux, que l’inverse. Walras était connu aux États-Unis pendant la période où s’est forgée la conception contemporaine des biens collectifs (Backhouse et Medema, 2014). L’absence de postérité de la conception walrasienne n’est donc pas le fruit du hasard ou d’une malchance.

3. Les besoins collectifs chez Musgrave : de l’hétérogénéité à l’individualisme méthodologique

3.1 Le jeune Musgrave

31La thèse de doctorat que Richard Abel-Musgrave soutenue à l’Université Harvard en 1937 reflète une préoccupation pour la conduite rationnelle des processus de revenus et de dépenses qui l’animera tout au long de sa vie. D’abord fortement influencé par la Finanzwissenschaft en 1937, il s’en écartera progressivement dans les années 1950 afin de se conformer à la nouvelle économie du bien-être (Desmarais-Tremblay, 2021a).

32L’établissement progressif d’un État social en Allemagne dès la fin du XIXe siècle, puis le New Deal aux États-Unis dans les années 1930 attirèrent l’attention de certains économistes dont Musgrave. Dans le premier chapitre de sa thèse, Musgrave passe en revue les principales traditions en finances publiques. Outre la tradition britannique, il présente également les positions des auteurs classiques allemands (Von Stein, Schäffle, et Wagner), ainsi que des auteurs plus récents qui adoptent ce que Musgrave appelle l’approche économique de l’échange (pour impôt-échange, ou conceptualisation des dépenses publiques comme un échange marchand). Il s’attarde en particulier sur les représentants germanophones : E. Sax, K. Wicksell et E. Lindahl. L’Autrichien Emil Sax (1887) est un précurseur de cette approche de l’économie publique, mais les textes plus récents des Suédois Wicksell (1896) et Lindahl (1919) ont également été influencés par les contributions originales de Maffeo Pantaleoni, Ugo Mazzola et Antonio De Viti de Marco (voir Mosca, 2016). Même si Musgrave leur fait référence, il ne discute pas directement les travaux de ces derniers, probablement parce qu’il ne lisait pas l’italien (Desmarais-Tremblay, 2016, 92).

33Influencés par la théorie marginaliste de la valeur, Pantaleoni (1883, 16), Sax (1887), Mazzola (1890, 44) et De Viti de Marco (1934, 36) conceptualisent l’économie publique comme un échange libre de services entre les individus et l’État. Tout comme Jevons admettait la commensurabilité des plaisirs et des peines, De Viti de Marco (1888) propose de relier dans un calcul hédoniste les sacrifices que l’individu encourt par le paiement des impôts aux bénéfices qu’il tire des services publics. Sous l’influence de Sax (1887), Mazzola (1890) fait du besoin collectif un concept central de la Science des finances italienne. Contrairement à certains auteurs allemands qui postulaient l’existence d’une totalité organique qui ressentirait les besoins collectifs, De Viti de Marco affirmera plus tard que « seuls les individus peuvent ressentir la douleur ou le plaisir » (De Viti de Marco, 1934, 35). Ainsi, puisque les besoins collectifs sont ressentis par les individus, leur contrepartie – les biens et services qui les satisfont – est homogène aux autres biens privés. On suppose que les individus maximisent leur utilité en choisissant plus ou moins de biens collectifs et de marchandises.

  • 19 On ne fait pas de distinction ici entre l’existence du besoin et la capacité des individus à ressen (...)
  • 20 Béraud et Numa (2019) caractérisent la position walrasienne d’organique, comme celle du juriste sui (...)
  • 21 La première hypothèse est ontologique, car elle concerne l’existence et la nature de certaines enti (...)

34En plus de cette hypothèse ontologique, les Italiens prennent également les individus comme sujet de la finance publique. En d’autres termes, du point de vue épistémologique, la science des finances prend les individus comme point de départ de l’analyse des bénéfices des services publics et des effets des taxes. Dans sa thèse, Musgrave rejette ces deux hypothèses subjectivistes. Sa posture méthodologique nous permet de comprendre la position qu’il adopte à l’égard des biens collectifs. Au sujet de l’hypothèse ontologique sur la capacité des individus à évaluer les bénéfices des services publics, Musgrave affirme : « l’hypothèse de base d’une évaluation individuelle des besoins collectifs, considérant ceux-ci comme homogènes aux besoins proprement individuels, nous apparaît irréaliste » (Musgrave, 1937, 38).19 Or, Musgrave rejette également l’hypothèse opposée qui voudrait que l’État ou la communauté ressente directement les besoins, comme le défendait Ritschl (1931) : « L’hypothèse que la communauté en tant que telle est le sujet des besoins introduit un biais idéologique non moins irréaliste que l’autre [hypothèse] extrême qui considère les individus comme sujets des besoins collectifs » (ibid., 49).20 Par ailleurs, il rejette également l’hypothèse épistémologique par manque de réalisme : « Les décisions politiques sont formulées de manière si complexe que toute tentative de les rationaliser en termes d’évaluation individuelle ne saurait être réalisée sans une analyse sociologique approfondie de la structure institutionnelle existante » (ibid., 40).21

35Musgrave choisit plutôt d’emprunter la perspective allemande du Public household (foyer public) (Desmarais-Tremblay, 2021b). Le sujet de la finance publique, ou sujet du processus de revenus-dépenses est l’État, ou plus spécifiquement, le planificateur budgétaire. Il considère une économie nationale comme un système comprenant deux sphères : l’économie de marché et l’économie publique. Chaque sphère d’activité possède sa propre logique, mais elles sont interreliées, notamment parce qu’elles se partagent les mêmes ressources. Cette approche, qui était déjà celle de Wagner (1892), se caractérise d’emblée comme une troisième voie entre le laissez-faire et la planification socialiste de l’ensemble de l’économie. L’idée d’une troisième voie n’est pas nouvelle – on connait la tentative de synthèse entre socialisme et libéralisme qui animait les Walras, mais aussi Wagner et d’autres membres de la Verein für Socialpolitik – mais elle se répand sous différentes formes dans les années 1930. La planification centrale est normalement limitée à certaines actions, le marché se charge de satisfaire la plupart des besoins humains. Et cela, même si l’État dispose de l’autorité nécessaire pour intervenir dans la satisfaction de certains besoins qui pourraient techniquement être laissés au marché. Ce pouvoir de coercition propre à l’action publique permet un décalage entre les désirs immédiats des individus et les résultats de l’action publique qu’ils subiront. Cette possibilité théorique n’est pas envisageable dans un modèle de l’État complètement réductible aux demandes individuelles. Musgrave défend son approche au nom du réalisme (realisticness) : « L’interprétation de l’économie publique [Public Economy] comme économie planifiée ou économie du ménage public [public household] s’accorde davantage avec les institutions réelles que l’explication alternative en termes d’échange marchand ; conséquemment, cette première approche offre un meilleur outil pour la comparaison du modèle théorique avec les conditions présentes » (ibid., 37). Du reste, adopter le point de vue du planificateur a l’avantage d’éviter de se prononcer sur la question ontologique de savoir qui de l’État ou de l’individu ressent réellement les besoins : « La question philosophique du sujet des besoins collectifs (soit l’individu, soit un ensemble d’individus, ou bien la communauté en tant que telle) perd de l’importance dès qu’on introduit la distinction entre le sujet des besoins collectifs et le sujet de l’économie publique [Public economy], c’est-à-dire, le groupe qui gouverne » (ibid., 50, n. 2).

36L’objectif de Musgrave est d’étudier ce qu’il appelle l’effet net de l’économie publique sur le bien-être de la communauté. La théorie des finances publiques traditionnelle s’était préoccupée du fardeau fiscal (burden of taxation), mais Musgrave croit que cette approche est trop réductrice, car elle néglige les bénéfices de l’action publique. La nature des besoins sociaux est soulevée comme un problème rencontré par Musgrave dans la comptabilisation des bénéfices des biens publics (ibid., 121). En effet, dans la mesure où certains besoins sont satisfaits par des biens indivisibles qui profitent à tous également, il devient difficile d’en évaluer l’effet sur le bien-être des individus qui composent la communauté. À la suite de Sax (1924), Musgrave nomme ces besoins des « besoins proprement sociaux » (social wants proper) : « dans certains cas, il n’est pas possible de diviser [ou répartir] les bénéfices totaux des biens et services fournis par l’économie publique entre les contribuables individuels » (Musgrave, 1937, 120). Musgrave suppose qu’il existe des besoins individuels et des besoins proprement sociaux. La plupart des premiers sont satisfaits par le marché, mais l’économie publique peut satisfaire soit des besoins sociaux, soit des besoins individuels (ibid., 335).

37Comment cette comparaison des bénéfices est-elle possible ? Musgrave répond que le gouvernement peut homogénéiser les besoins a priori hétérogènes en les ramenant à un dénominateur commun, l’importance sociale :

  • 22 Voir également Musgrave (1941, 322, n.5).

The comparison is rendered possible by reducing both types of wants to a common denominator, thus rendering the aggregate body of wants homogeneous. The government, if deciding to satisfy ‘individual wants’ looks at the latter from the point of view of social necessity, i.e., they are satisfied qua social’ – not qua individual’ wants. While, therefore, from the point of view of the individual household, the total system of wants appears non-homogeneous (consisting of individual and social wants), from the point of view of Public Economy the total system of wants is homogeneous (consisting of social wants proper and socially interpreted individual wants) (Musgrave, 1937, 336).22

  • 23 Schäffle affirmait que le travail de classification des besoins était du ressort de l’homme d’État, (...)
  • 24 La liste de besoins sociaux est au décideur public ce que l’ordre de préférences est à l’individu. (...)

38Ainsi, l’économiste peut supposer qu’une échelle sociale des besoins (schedule of social wants) a préalablement été établie par le décideur public. C’est donc une hypothèse analogue à celles des préférences individuelles données, mais pour l’agent de l’économie publique (337).23 Dans les années 1950s, à la suite des travaux de Bergson (1938) et de Samuelson (1947), Musgrave substituera à son concept de schedule of social wants celui de social welfare function, qui appréhende, selon nous, la même idée.24 En ce qui concerne les dépenses de transfert qui se font en nature, Musgrave affirme qu’il y a plusieurs cas où l’évaluation individuelle du besoin sous-estime leur valeur sociale :

[There exists] a large number of public expenditure items, aiming at the satisfaction of individual wants, but proceeding on the basis of social, rather than individual, evaluation of such wants. Instead of housing, a free supply of educational, medical or sanitary services could have been chosen as examples. Not only may in certain instances the individual evaluation of such services be below the social one, but it may actually be zero or negative. [...] The sociological process in back of the formulation of social value scales is far more intricate than that of the simple arithmetical addition of items of individual evaluation. (ibid., 348-349)

  • 25 L’idée que certains biens collectifs procurent des bénéfices qui ne peuvent pas être attribués dire (...)

39Ces problèmes conceptuels n’occupent pas le cœur de la thèse de Richard Musgrave et la définition des besoins sociaux qu’il donne n’est pas très originale non plus.25 Néanmoins, on voit en quoi elle anticipe la fonction du département d’affectation (Allocation branch) dans sa Theory of Public Finance (1959), soit de fournir des biens et services pour satisfaire les besoins sociaux (ici les social wants proper), ainsi que les besoins méritoires (ici les socially interpreted individual wants, 335). Or, contrairement à ce qu’il adviendra des besoins méritoires, l’interprétation sociale de certains besoins individuels ne pose pas de problème méthodologique pour Musgrave en 1937. En adoptant le point de vue du planificateur de l’économie publique, Musgrave n’est pas contraint de réduire toute forme d’évaluation sociale à des évaluations individuelles subjectives.

3.2. La transformation dans les années 1950

40L’économie du bien-être subit des transformations majeures dans la première moitié du XXe siècle. Pareto ouvre le bal en imposant à l’économie pure une « norme unique, soit la satisfaction de l’individu, » mais surtout en adoptant la perspective subjectiviste qui fait de cet individu « l’unique juge de cette satisfaction » (Pareto, 1916, 1330). Cette norme méthodologique pour l’économie pure prit avec Robbins (1932) la forme d’une règle de conduite interdisant à l’économiste en tant qu’économiste de se prononcer sur les questions éthiques, autrement dit de porter des jugements de valeur qui ne seraient pas formulés par les individus eux-mêmes. Ainsi, les comparaisons interpersonnelles qui étaient explicitement ou implicitement faites lors d’un jugement social, ou global, sur un état de fait, devaient être proscrites.

  • 26 Sur les origines du concept, voir Desmarais-Tremblay (2020) et Chirat (2020).

41Dans son article séminal sur la fonction économique de bien-être, Bergson (1938) cherche à expliciter et à formaliser les jugements de valeur qui ont cours en économie du bien-être. Dans ses Foundations (1947), Samuelson reprend l’idée de fonction de bien-être social sans pour autant discuter en détail tous les jugements de valeur qu’elle pourrait potentiellement formaliser. Samuelson ne cherche pas d’emblée à interdire toutes les comparaisons interpersonnelles, mais la caractérisation de sa fonction de bien-être social est suffisamment générale pour permettre, au besoin, que certaines fonctions particulières soient exemptes de telles comparaisons. Néanmoins, Samuelson suppose que la fonction de bien-être social est une fonction croissante des fonctions d’utilité individuelles. Il reconnait qu’il s’agit là d’un jugement de valeur, mais affirme que c’est un jugement largement partagé par les économistes. Que les préférences des individus « doivent compter » dans le jugement social est le cœur normatif du principe de souveraineté du consommateur.26

42Dans son article sur « La théorie pure des dépenses publiques, » Samuelson (1954) donne un sens précis au concept de bien collectif indivisible et dérive du même coup les conditions nécessaires pour atteindre l’optimum de Pareto en leur présence. Il intègre ainsi le concept de bien collectif à la nouvelle économie du bien-être qui juge les états sociaux à l’aune des préférences individuelles, perçues par les agents eux-mêmes, selon le critère de Pareto. Le contraste avec le modèle que Musgrave développa pour sa thèse moins de vingt ans auparavant est saisissant. Dans sa Theory of public finance, Musgrave (1959) tenta de se conformer à l’individualisme méthodologique. Il admettra désormais que les biens qui satisfont les besoins collectifs (sociaux) sont évalués par les individus eux-mêmes :

The basic precept of our analysis has been that public wants, the satisfaction of which is provided through the budget, are an inherent part of the preference patterns of the individual members of the community. In this respect they do not differ from private wants, the satisfaction of which is provided through the mechanism of the market. As a conceptual matter, individual demand schedules for services supplied in the satisfaction of public wants may be derived from the indifference pattern of individual preferences–as demand schedules for services supplied in the satisfaction of private wants are derived. The basic problem in the theory of public economy, therefore, is not that social wants are generated in some different and mysterious fashion; rather it is that the same amounts of services are consumed by all. (Musgrave, 1959, 133-134)

43Ainsi, Musgrave admet que les besoins sociaux sont homogènes aux besoins privés ; ils font tous deux partie de la même échelle (subjective) de préférences (Musgrave, 1957a, 334). En d’autres termes, l’utilité d’un agent A peut être représentée par une fonction qui reçoit comme argument un n-uplet composé des différents biens de l’économie, qu’ils soient privés, ou collectifs. Ceux-ci sont commensurables et ne diffèrent qu’en fonction de caractéristiques intrinsèques techniques. Dans le cas de deux biens, X étant un bien privé, divisible, valorisé par l’agent A et Y étant le bien collectif qui entre dans la fonction d’utilité de tous les agents, on obtient tout simplement : U = UA X, Y ) (Samuelson, 1954 ; Musgrave, 1969).

44Au cours des années 1950 et 1960, l’argument en faveur de la fourniture de certains biens par l’État prend forme et se précise peu à peu, notamment grâce à la contribution de Musgrave (Desmarais-Tremblay, 2017b). L’idée étant que ces biens doivent être financés par l’État parce que le marché ne peut les affecter efficacement. La non-exclusion permettrait à des individus égoïstes et calculateurs de resquiller (free ride). Par ailleurs, si la consommation est non-rivale, il serait sous-optimal de restreindre l’accès à ces biens, il faut donc qu’ils soient offerts à tous les intéressés.

3.3 Besoins méritoires

45Or, cet argument, dont les contours ne sont que partiellement tracés en 1959, ne justifie qu’une partie des responsabilités financières qui incombent à l’État selon Musgrave (1959). Même en se limitant aux fonctions d’affection (allocation branch), Musgrave soutient que l’État doit également fournir certains biens pour satisfaire des besoins méritoires, c’est-à-dire des besoins qui méritent d’être encouragés. Comme pour les services publics chez Walras, l’idée est que les biens méritoires pourraient être techniquement affectés par le marché, mais le cas échéant, ils risquent de ne pas être demandés en quantité suffisante par les individus – même si ceux-ci disposaient des moyens financiers. Les transferts en nature constituent les premiers exemples de biens méritoires donnés par Musgrave. Il suggère qu’on juge essentiel que tous les citoyens disposent d’un logement décent, d’un minimum d’éducation et d’un accès à des soins de santé, indépendamment des décisions budgétaires faites par les ménages. Puisqu’il pense que la théorie normative doit être utile pour l’élaboration des politiques, celle-ci doit donc comporter des catégories qui permettent d’appréhender la réalité des dépenses publiques. Ce souci d’exhaustivité est également un héritage de la tradition allemande. Elle se reflète par exemple dans les multiples typologies que construit A. Wagner (Corado et Solari, 2010).

46Or, les biens méritoires constituent un bastion de résistance à l’application de l’individualisme méthodologique aux questions d’intérêt collectif. Même si Musgrave admettait dans les années 1950 l’hypothèse subjectiviste au niveau ontologique, la présence de biens méritoires constitue donc une exception à l’hypothèse subjectiviste au niveau épistémologique. La théorie normative de Musgrave est écrite pour conseiller le gouvernement ou l’administration publique, à l’opposé de la perspective subjective radicale de James M. Buchanan qui fait de l’individu (ou d’un groupe d’individus) le sujet-décideur du processus budgétaire (Desmarais-Tremblay, 2014). Musgrave ne pouvait admettre que tous les biens collectifs soient fournis en réponse directe aux demandes individuelles :

Not all public services are supplied in response to the individual preferences of the consumers. There may be instances when the majority decides that certain wants of individuals should be satisfied, even though these individuals would prefer to be given the cash and use it for other purposes. Free education or hospital services may be cited to illustrate this case. This type of public service requires a different explanation. (Musgrave, 1957b)

  • 27 Voir Sturn (2010) et Desmarais-Tremblay (2016, 175-180).

47Cette violation du principe de souveraineté du consommateur est précisément la raison pour laquelle le concept a été rejeté par plusieurs économistes (McLure, 1968). Musgrave lui-même est longtemps resté ambivalent par rapport au statut du concept au sein de sa théorie. Dans la version préliminaire de la théorie, Musgrave (1957a) affirme que les biens méritoires sont fournis par un département (branch) différent des autres biens sociaux. Puis, il tentera d’en minimiser l’importance et ira même jusqu’à affirmer qu’ils restent « extérieurs au modèle normatif » (Musgrave, 1959, 89 ; 1969). Ces hésitations reflètent sans doute la prégnance de l’individualisme méthodologique dans la théorie des finances publiques. En fidèle héritier de la tradition allemande, Gerhard Colm (1936 ; 1956) rejeta ce principe méthodologique pour la finance publique. Or, Colm appartient à une génération précédente. À partir de la Seconde Guerre mondiale, il se dévouera entièrement à l’analyse de la conjoncture, aux prévisions, et à la politique économique, laissant complètement de côté les réflexions théoriques en finances publiques de sa jeunesse (Colm, 1927).27 Musgrave, lui, quitta le travail de politique économique à la Federal Reserve à la fin des années 1940 justement pour retourner dans le monde académique. Sa Théorie des finances publiques constituera son œuvre majeure qui le placera au centre de la sous-discipline et lui permettra d’espérer un retour au département d’économie à Cambridge, MA. Dans ces conditions, il n’est peut-être pas surprenant qu’il ait épousé les préceptes méthodologiques qui structuraient la recherche en théorie économique à l’époque. Ce n’est que vingt ans plus tard, après avoir pris sa retraite de l’Université de Harvard, qu’il admettra que les biens méritoires « ne doivent pas être exclus du modèle normatif » (Musgrave et Musgrave, 1984, 52), qu’ils ne peuvent être « négligés » (Musgrave, 1996).

48La carrière académique de Musgrave n’aurait peut-être pas connu le même succès s’il n’avait pas adapté sa vision des biens sociaux au principe de l’individualisme méthodologique. En effet, étant donné la prévalence de ce principe méthodologique dans l’économie néoclassique contemporaine, il n’est pas surprenant que la définition de Musgrave (non-rivalité et non-exclusion) soit toujours utilisée de nos jours, alors que la conceptualisation en termes « d’intérêt public » défendue par Colm (1960) n’a d’écho qu’en droit ou en sciences politiques. Qui plus est, l’échec relatif du concept de bien méritoire à s'imposer en économie publique mainstream illustre aussi la difficulté d’une conception qui échappe à l’individualisme méthodologique et à la souveraineté du consommateur.

Conclusion

49Nous avons vu que les conceptions respectives de Walras et de Musgrave s’inscrivent chacune dans une théorie normative rationnelle de l’État. Ces dernières constituent des visions positives de l’action publique au sens où elles ne se réduisent pas simplement à une théorie des échecs de marché. Le rapprochement est facilité par leur opposition commune aux conceptions de l’État minimal.

Figure 1. Grille de lecture de l’évolution conceptuelle

Figure 1. Grille de lecture de l’évolution conceptuelle

Source : Desmarais-Tremblay (2016, 71)

50La figure 1 ci-dessus synthétise les points centraux de la littérature sur la spécificité des biens publics de la fin du XIXe jusqu’au milieu du XXe siècle. Cette typologie permet de situer les positions respectives de Walras et de Musgrave quant à la façon de conceptualiser les responsabilités de l’État en matière de dépenses publiques. Trois dimensions se dégagent de la littérature : (1) l’hypothèse hédoniste d’évaluation subjective des besoins publics (2) la distinction entre une sphère de besoins privés et une sphère de besoins publics (ou biens privés et biens publics), et (3) l’explication des biens publics comme phénomène historique et politique.

51Dans sa conception des services d’intérêt public, Walras adopte la dimension (2), mais rejette explicitement (1) et (3). En revanche, les auteurs italiens contemporains comme Mazzola (1890, 39) et De Viti de Marco (1934) supposent (1) et (2), mais n’accordent pas d’importance à (3). Les Allemands, comme Wagner (1892), mettent plus d’accent sur (2) et (3).

52La position de Walras apparait comme un cas particulier parmi différentes positions qu’on trouve dans la littérature au tournant du siècle. Sans avoir été influencé directement par Walras, Musgrave connaissait bien l’ensemble des configurations possibles. Dans sa Theory of Public Finance (1959), il identifie deux types de besoins publics : les besoins sociaux et les besoins méritoires. Il affirme que les besoins sociaux sont satisfaits par des biens sociaux. Au fil des années 1950 et 1960 se précisera la définition de ces biens sociaux (autrement appelés biens collectifs, ou biens publics) comme répondant au double critère de non-rivalité et de non-exclusion. Ce concept doit davantage aux dimensions (1) et (2), alors que le concept résiduel de bien méritoire capture davantage les dimensions (2) et (3).

  • 28 En économie, on doit à Arrow (1951) d’avoir problématisé le passage des préférences individuelles a (...)

53Divers facteurs permettent d’expliquer l’absence de postérité de la conception walrasienne. Certes, la position de Walras était datée pour son époque et l’opposition de Walras à presque tous ses contemporains – socialistes comme libéraux – ne l’a sans doute pas aidé. Paradoxalement, les idées de Walras sur les services publics, comme composantes de son économie appliquée et de son économie sociale ont souffert du succès de son économie pure, ou à tout le moins d’une lecture réductrice de cette dernière. Les « déductions métaphysiques » fondées sur le Droit naturel pour construire une « utopie irréaliste » semblent en décalage complet avec une certaine version du paradigme néo-classique. Nous avons ici mis l’accent sur la dimension méthodologique en suggérant que l’échec de la conception walrasienne tient en partie à son opposition à l’individualisme. Par individualisme méthodologique dans un sens large, on peut entendre à la fois une ontologie peuplée uniquement d’individus, ou bien un postulat épistémologique qui part des individus et de leurs besoins pour construire une théorie de l’action publique. Walras rejette ces deux idées. Plus généralement, les théories économiques de l’État qui innervent l’économie publique contemporaine sont démocratiques. En d’autres termes, les dépenses publiques et les impôts doivent ultimement reposer sur les valeurs, ou les préférences des individus qui composent le corps politique, ce que ne permet pas la conceptualisation walrasienne.28

54Le jeune Musgrave, comme beaucoup d’économistes, refusa de se prononcer sur la question ontologique, mais rejeta le postulat individualiste au niveau épistémologique. Il affirma alors que les besoins individuels étaient hétérogènes aux besoins collectifs et que seule une entité politique ou administrative pouvait les homogénéiser dans une échelle de priorité sociale. Or, Musgrave changea d’idée au fil des ans. Dans sa Theory (1959), il postula désormais que les besoins individuels étaient homogènes aux besoins collectifs et composaient une même fonction d’utilité dans laquelle des biens commensurables entraient comme arguments. Toutefois, même en 1959, Musgrave refusa d’admettre que les préférences des individus constituaient la seule source légitime d’information pour juger du bien-être de la communauté et de ses membres. Mais le concept de biens méritoires sera rejeté par plusieurs économistes et Musgrave restera lui-même longtemps ambivalent quant à leur statut au sein de sa théorie. Par rapport à la question qui nous intéresse, l’histoire de ces conceptions musgraviennes constitue en quelque sorte une expérience naturelle pour tester des fondements méthodologiques différents et appuyer l’idée que l’échec de la conception walrasienne est dû en partie à une opposition épistémologique.

Je remercie Jérôme Lallement, Roberto Baranzini et les membres du Centre Walras-Pareto pour leur précieuse aide dans l’élaboration de cet article. La première version a été rédigée lors d’un séjour de recherche à la LSE financé par une bourse Doc.Mobility du Fonds national Suisse de la recherche scientifique (P1LAP1_161887). Elle a été présentée au colloque de l’Association internationale Walras à Paris le 26 septembre 2015. Je suis redevable envers Alain Béraud pour ses commentaires constructifs. Je tiens également à remercier Jean-Sébastien Lenfant et deux rapporteurs anonymes dont les suggestions ont permis d’améliorer l’article. Sauf indication contraire, les citations courtes qui étaient originalement en anglais ont été librement traduites.

Haut de page

Bibliographie

Arena, Richard. 2006. The Role of Walras in and for Schumpeter’s Work: An Intellectual Link Revisited. Économies et Sociétés, Série Œconomia, Histoire de la pensée économique, PE, 38 : 1641-1669.

Arrow, Kenneth J. [1951] 1963. Social Choice and Individual Values. New Haven : Yale University Press.

Audier, Serge. 2006. Le socialisme libéral. Paris : La Découverte.

Backhouse, Roger E. et Steven G. Medema. 2014. Walras in the Age of Marshall: An Analysis of English-Language Journals, 1890-1939. In Roberto Baranzini et François Allisson (eds), Economics and Other Branches – In the Shade of the Oak Tree. London : Pickering & Chatto, 69-86.

Baranzini, Roberto. 2006. Nature et statut épistémologique des lois économiques dans l’œuvre de Léon Walras. Économies et Sociétés, Série Œconomia, Histoire de la pensée économique, PE, 38 : 1671-1691.

Baranzini, Roberto. 2016. Marie-Esprit-Léon Walras (1834–1910). In Gilbert Faccarello et Heinz D. Kurz (eds), Handbook on the History of Economic Analysis Volume I. Great Economists Since Petty and Boisguilbert. Cheltenham : Edward Elgar, 245-261.

Baranzini, Roberto et François Allisson. 2016. Lausanne School. In Gilbert Faccarello et Heinz D. Kurz (eds), Handbook on the History of Economic Analysis Volume II. Schools of Thought in Economics. Cheltenham: Edward Elgar, 281-294.

Béraud, Alain. 2011. Walras et l’économie publique. Œconomia, 1(3): 351-392.

Béraud, Alain. 2012. Walras et la notion de bien d’intérêt public. Article présenté lors du 8e Congrès de l'Association internationale Walras à Toulouse en septembre 2012.

Béraud, Alain, et Guy Numa. 2019. Léon Walras’s Theory of Public Interest Goods: Toward an Organic View of the State. Journal of the History of Economic Thought, 41(4) : 553-572.

Bergson, Abram. 1938. A Reformulation of Certain Aspects of Welfare Economics. The Quarterly Journal of Economics, 52(2) : 310-334.

Berthoud, Arnaud. 1988. Économie politique et morale chez Walras. Économies et Sociétés, Série Œconomia, Histoire de la pensée économique, PE, 9 : 65-93.

Bourdeau, Vincent. 2006. Les républicains du 19e siècle étaient-ils des libertariens de gauche ? L’exemple d’Auguste et Léon Walras. Raisons Politiques, 23(3) : 93-108.

Bridel, Pascal. 1987. Léon Walras : Théorie et politique économiques. In Pascal Bridel et Giovanni Busino (eds), L’école de Lausanne de Léon Walras à Pasquale Boninsegni. Lausanne : Université de Lausanne, 11-28.

Bridel, Pascal (ed.) 1996. Le chêne et l’architecte. Un siècle de comptes rendus bibliographiques des Éléments d’économie politique pure de Léon Walras. Genève : Droz.

Buchanan, James M. [1960] 2001. ‘La scienza delle finanze’ The Italian Tradition in Fiscal Theory. Réédité in The Collected Works of James M. Buchanan. Volume 15: Externalities and Public Expenditure Theory. Indianapolis : Liberty Fund, 59-105.

Carlson, Benny. 2003. Wagner’s Swedish Students : Precursors of the Middle Way? Journal of the History of Economic Thought, 25(4) : 437-459.

Cassel, Gustav. 1919. The Theory of Social Economy. London : T. Fisher Unwin.

Chirat, Alexandre. 2020. A Reappraisal of Galbraith’s Challenge to Consumer Sovereignty: Preferences, Welfare and the Non-Neutrality Thesis. The European Journal of the History of Economic Thought, 27(2) : 248-275.

Cirillo, Renato. 1981. The Influence of Auguste Walras on Léon Walras. The American Journal of Economics and Sociology, 40(3) : 309-316.

Colander, David C. et Harry Landreth (eds). 1996. Richard A. Musgrave (b. 1910). In The Coming of Keynesianism to America. Cheltenham : Edward Elgar, 192-202.

Collier, Irwin. 2015. Harvard University. Department of economics. Information regarding Graduate Degrees. 1935-1936. In Economics in the Rear-View Mirror Blog. http://www.irwincollier.com/harvard-economics-requirements-for-graduate-degrees-1934-35/.

Colm, Gerhard. 1927. Volkswirtschaftliche Theorie Der Staatsausgaben. Ein Beitrag Zur Finanztheorie. Tübingen : Mohr.

Colm, Gerhard. 1936. Theory of Public Expenditures. Annals of the American Academy of Political and Social Science, 183(1) : 1‑11.

Colm, Gerhard. 1956. Comments on Samuelson’s Theory of Public Finance. The Review of Economics and Statistics, 38(4) : 408-412.

Colm, Gerhard. 1960. In Defense of the Public Interest. Social Research, 27(1) : 295-307.

Corado, Daniele et Stefano Solari. 2010. Natural Law as Inspiration to Adolph Wagner’s Theory of Public Intervention. The European Journal of the History of Economic Thought, 17(4) : 865-879.

De Viti de Marco, Antonio. 1888. Il Carattere Theorico Dell’ Economia Finanziaria. Roma : Loreto Pasqualucci.

De Viti de Marco, Antonio. [1934] 1936. First Principles of Public Finance. London : Jonathan Cape.

Desmarais-Tremblay, Maxime. 2014. Normative and Positive Theories of Public Finance: Contrasting Musgrave and Buchanan. Journal of Economic Methodology, 21(3) : 273-289.

Desmarais-Tremblay, Maxime. 2016. La théorisation des dépenses publiques de Richard A. Musgrave : Essai d’histoire de la pensée et d’épistémologie économiques. Thèse de doctorat. Université de Lausanne et Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Desmarais-Tremblay, Maxime. 2017a. A Genealogy of the Concept of Merit Wants. The European Journal of the History of Economic Thought, 24(3) : 409-440.

Desmarais-Tremblay, Maxime. 2017b. Musgrave, Samuelson, and the Crystallization of the Standard Rationale for Public Goods. History of Political Economy, 49(1) : 59-92.

Desmarais-Tremblay, Maxime. 2020. W.H. Hutt and the Conceptualization of Consumers’ Sovereignty. Oxford Economic Papers, 72(4) : 1050-1071.

Desmarais-Tremblay, Maxime. 2021a. Musgrave and the Idea of Community. In Roger E. Backhouse, Antoinette Baujard et Tamotsu Nishizawa (eds), Welfare Theory, Public Action, and Ethical Values: Revisiting the History of Welfare Economics. Cambridge : Cambridge University Press, 232-255.

Desmarais-Tremblay, Maxime. 2021b. Paternalism and the Public Household: On the Domestic Origins of Public Economics. History of Political Economy, 53(2) : 179-211.

Diemer, Arnaud. 2012. Comment concilier les droits de l’individu et les droits de la communauté ? Les apports d’Auguste Walras. Revue d’économie politique, 122(3) : 437-465.

Dockès, Pierre. 1996. La Société n’est pas un pique-nique. Léon Walras et l’économie sociale. Paris : Economica.

Durkheim, Émile. 1887. La science positive de la morale en Allemagne. Revue Philosophique, 24 : 33-58, 133-142, 275-284.

Etner, François. 2011. Walras avait-il raison de critiquer Dupuit ? Œconomia, 4(1) : 525-556.

Fausto, Domenicantonio. 2006. The Italian Approach to the Theory of Public Goods. The European Journal of the History of Economic Thought, 13(1) : 69-98.

Fausto, Domenicantonio. 2010. Public Expenditure in Italian Public Finance Theory. The European Journal of the History of Economic Thought, 17(4) : 909-931.

Fossati, Amedeo. 2003. Public Goods in the Italian Tradition. Il Pensiero Economico Italiano, 11(1) : 99-122.

Hicks, John R. 1934. Léon Walras. Econometrica, 2(4): 338-348.

Howey, R. S. 1937. Études d’Economie Politique Appliquée. Etudes d’Économie Sociale. The American Economic Review, 27(3) : 536-538.

Jaffé, William (ed.) 1965. Correspondence of Léon Walras and Related Papers. Vol. I, 1857-1883. Amsterdam : North-Holland.

Jaffé, William. 1975. Léon Walras, an Economic Adviser Manqué. The Economic Journal, 85(340) : 810-823.

Laffont, Jean-Jacques. 1993. Walras et le service public. Le Monde, 21 décembre 1993.

Lallement, Jérôme. 1990. Léon Walras et les idéaux de 1789. Économies et Sociétés, Série Œconomia, Histoire de la pensée économique, PE, 13 : 609-618.

Lallement, Jérôme. 1993. Prix et équilibre selon Léon Walras. In Alain Béraud et Gilbert Faccarello (eds), Nouvelle histoire de la pensée économique, Tome 2. Paris : La Découverte, 449-497.

Lallement, Jérôme. 2013. Entre morale et charité, la science économique et les pauvres, de Smith à Walras. In Arnaud Diemer et Hervé Guillemin (eds), Inégalités et pauvreté dans les pays riches. Clermont Ferrand : Ed. Oeconomia, 15-38.

Lallement, Jérôme. 2014. Walras Between Holism and Individualism. In Roberto Baranzini et François Allisson (eds), Economics and Other Branches – In the Shade of the Oak Tree. London : Pickering & Chatto, 15-30.

Leroy-Beaulieu, Paul. 1906. Traité de la science des finances. Paris : Guillaumin et Cie.

Levasseur, Emile. 1867. Cours d’économie rurale industrielle et commerciale précédé des notions fondamentales de l’économie politique. Paris : L. Hachette et Cie.

Lindahl, Erik. [1919] 1958. Just Taxation – A Positive Solution. In Richard A. Musgrave et Alan T. Peacock (eds), Classics in the Theory of Public Finance. London : Macmillan, 168-176.

Marciano, Alain et Steven G. Medema. 2015. Market Failure in Context: Introduction. History of Political Economy, 47(Supplement) : 1-19.

Mazzola, Ugo. [1890] 1958. The Formation of the Prices of Public Goods. In Richard A. Musgrave et Alan T. Peacock (eds), Classics in the Theory of Public Finance. London : Macmillan, 37-47.

McLure, Charles E. Jr. 1968. Merit Wants: A Normatively Empty Box. Finanzarchiv, 27(3) : 474-483.

Medema, Steven G. 2009. The Hesitant Hand: Taming Self-Interest in the History of Economic Ideas. Princeton : Princeton University Press.

Mill, John Stuart. [1848] 2006. Principles of Political Economy. In The Collected Works of John Stuart Mill. Volume III. Indianapolis : Liberty Fund.

Mosca, Manuela (ed.) 2016. Antonio de Viti de Marco: A Story Worth Remembering. New York : Springer Palgrave.

Mueller, Thomas M. 2020. Against the Orthodox: Walras and Laveleye’s Reluctant Alliance. The European Journal of the History of Economic Thought, 27(5) : 712-734.

Musgrave, Richard A. 1937. The Theory of Public Finance and the Concept of ‘Burden of Taxation’. PhD Thesis. Harvard University.

Musgrave, Richard A. 1941. The Planning Approach in Public Economy: A Reply. The Quarterly Journal of Economics, 55(2) : 319-324.

Musgrave, Richard A. 1957a. A Multiple Theory of Budget Determination. Finanzarchiv, 17(3) : 333-343.

Musgrave, Richard A. 1957b. Principles of Budget Determination. In Federal Expenditure Policy for Economic Growth and Stability. Papers Submitted by Panelists Appearing Before the Subcommittee on Fiscal Policy. Washington DC : U.S. Congress, 108-115.

Musgrave, Richard A. 1959. The Theory of Public Finance: A Study in Public Economy. New York : McGraw Hill.

Musgrave, Richard A. 1969. Provision for Social Goods. In Julius Margolis et Henri Guitton (eds), Public Economics: An Analysis of Public Production and Consumption and their Relations to the Private Sectors. London : Macmillan, 124-144.

Musgrave, Richard A. 1986. In Retrospect. In Public Finance in a Democratic Society. Volume I: Social Goods, Taxation, and Fiscal Policy. New York : New York University Press, vii-xiii.

Musgrave, Richard A. [1996] 2000. The Role of the State in Fiscal Theory. In Public Finance in a Democratic Society. Volume III: The Foundations of Taxation and Expenditure. Cheltenham : Edward Elgar, 247-258.

Musgrave, Richard A. et Peggy B. Musgrave. 1984. Public Finance in Theory and Practice. 4e édition. New York : McGraw Hill.

Musgrave, Richard A. et Alan T. Peacock (eds). 1958. Classics in the Theory of Public Finance. London : Macmillan.

Numa, Guy. 2010. Note sur le monopole naturel et le monopole pratique chez J. S. Mill. Revue Économique, 61(2) : 341-352.

Numa, Guy. 2012. Dupuit and Walras on the Natural Monopoly in Transport Industries: What they Really Wrote and Meant. History of Political Economy, 44(1) : 69-95.

Pantaleoni, Maffeo. [1883] 1958. Contribution to the Theory of the Distribution of Public Expenditure. In Richard A. Musgrave et Alan T. Peacock (eds), Classics in the Theory of Public Finance. London : Macmillan, 16-27.

Pareto, Vilfredo. 1897. The New Theories of Economics. Journal of Political Economy, 5(4) : 485-502.

Pareto, Vilfredo. [1916] 1968. Traité de sociologie générale. In Œuvres complètes, tome XIII. Genève : Droz.

Pickhardt, Michael. 2005. Some Remarks on Self-Interest, the Historical Schools and the Evolution of the Theory of Public Goods. Journal of Economic Studies, 32(3) : 275-293.

Pickhardt, Michael. 2006. Fifty Years After Samuelson’s ‘Pure Theory of Public Expenditure’ What Are We Left With? Journal of the History of Economic Thought, 28(4) : 439-460.

Poinsot, Philippe. 2011. La relecture de l’œuvre de Jules Dupuit à l’aune de la notion de bien-être : intérêt général, bien-être et utilité publique. Thèse de doctorat. Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Poinsot, Philippe. 2016. Jules Dupuit and the Railroads: What is the Role of the State? Journal of the History of Economic Thought, 38(2) : 189-209.

Potier, Jean-Pierre. 1999. L’‘économie politique appliquée’ walrasienne : Principe de la libre concurrence et intervention de l’Etat. Revue européenne des sciences sociales, 37(116) : 51-72.

Potier, Jean-Pierre. 2016. The Reception of the German Historical Schools Among French Economists (1857-1900). In José Luis Cardoso et Michalis Psalidopoulos (eds), The German Historical School and European Economic Thought. Abingdon : Routledge, 22-41.

Ritschl, Hans. [1931] 1958. Communal Economy and Market Economy. In Richard A. Musgrave et Alan T. Peacock (eds), Classics in the Theory of Public Finance. London : Macmillan, 233-242.

Robbins, Lionel. 1932. An Essay on the Nature & Significance of Economic Science. London : Macmillan.

Samuelson, Paul A. 1947. Foundations of Economic Analysis. Cambridge, MA : Harvard University Press.

Samuelson, Paul A. 1954. The Pure Theory of Public Expenditure. The Review of Economics and Statistics, 36(4) : 387-389.

Sax, Emil. 1887. Grundlegung der theoretischen Staatswirthschaft. Wien : Alfred Hölder.

Sax, Emil. [1924] 1958. The Valuation Theory of Taxation. In Richard A. Musgrave et Alan T. Peacock (eds), Classics in the Theory of Public Finance. London : Macmillan, 177-189.

Say, Jean-Baptiste. [1814] 2006. Traité d’économie politique. In Claude Mouchot (ed.) Œuvres complètes, vol. I. Paris : Economica.

Schultz, Henry. 1937. Etudes d’économie sociale et Etudes d’économie politique appliquée. Journal of Political Economy, 45(5) : 701-702.

Schumpeter, Joseph A. [1954] 1986. History of Economic Analysis. London : Routledge.

Seligman, Edwin R. A. 1897. Éléments d’économie politique pure. Études d’économie sociale. Political Science Quarterly, 12(3) : 525-527.

Seligman, Edwin R. A. 1908. Progressive Taxation in Theory and Practice. Publications of the American Economic Association. Princeton : Princeton University Press.

Silvant, Claire. 2010. L’école libérale française et l’intervention publique dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Thèse de doctorat. Université Paris Ouest Nanterre.

Smith, Adam. [1776] 1976. An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations. The Glasgow Edition of the Works and Correspondence of Adam Smith. Indianapolis : Liberty Fund.

Steiner, Philippe. 1994. Pareto contre Walras : Le problème de l’économie sociale. Économies et Sociétés, Série Œconomia, Histoire de la pensée économique, PE, 28 : 53-73.

Sturn, Richard. 2006. Subjectivism, Joint Consumption and the State: Public Goods in Staatswirtschaftslehre. The European Journal of the History of Economic Thought, 13(1) : 39-67.

Sturn, Richard. 2010. ‘Public Goods’ Before Samuelson: Interwar Finanzwissenschaft and Musgrave’s Synthesis. The European Journal of the History of Economic Thought, 17(2) : 279-312.

Tribe, Keith. 2015. The Economy of the Word. Language, History, and Economics. Oxford : Oxford University Press.

Van Parijs, Phillipe et Yannick Vanderborght. 2017. Basic Income. A Radical Proposal for a Free Society and a Sane Economy. Cambridge, MA : Harvard University Press.

Wagner, Adolf. [1892] 1904. Les fondements de l’économie politique. Paris : V. Giard et E. Brière.

Walras, Auguste. [1835] 1990. Réfutation de la doctrine de Hobbes sur le droit naturel de l’individu. In Pierre-Henri Goutte et Jean-Michel Servet (eds), Œuvres économiques complètes de Auguste et Léon Walras. Vol. I : Richesse, Liberté et Société. Paris : Economica, 283-329.

Walras, Auguste. [1848] 1997. La vérité sociale par un travailleur. In Jean-Michel Servet et Pierre-Henri Goutte (eds), Œuvres Économiques Complètes de Auguste et Léon Walras. Vol. II : La vérité sociale. Paris : Economica, 35-105.

Walras, Auguste. [1849] 1997. Théorie de la propriété. In Jean-Michel Servet et Pierre-Henri Goutte (eds), Œuvres économiques complètes de Auguste et Léon Walras. Vol. II : La vérité sociale. Paris : Economica, 177-189.

Walras, Léon. [1867-1868] 1990. Théorie générale de la société. In Pierre Dockès (ed.), Œuvres économiques complètes de Auguste et Léon Walras. Vol. IX : Études d’économie sociale. Paris : Economica, 27-173.

Walras, Léon. [1874] 1998. Alberto Errera. L’Italia industriale et le Nuove istituzioni economiche nel secolo XIX (compte rendu). In Pierre Dockès, Claude Mouchot et Jean-Pierre Potier (eds), Œuvres économiques complètes de Auguste et Léon Walras. Vol. XIII : Œuvres diverses. Paris : Economica, 483-488.

Walras, Léon. [1874-1875] 1996. Ancienne leçon ‘Exception au principe de la libre concurrence’. In Cours d’économie politique appliquée. In Jean-Pierre Potier (ed.), Œuvres économiques complètes de Auguste et Léon Walras. Vol. XII : Cours. Paris : Economica, 514-518.

Walras, Léon. [1876] 1987. La loi fédérale sur le travail dans les fabriques. In Claude Hébert et Jean-Pierre Potier (eds), Œuvres économiques complètes de Auguste et Léon Walras. Vol. VII : Mélanges d’économie politique et sociale. Paris : Economica, 219-229.

Walras, Léon. [1881] 1996. Exceptions au principe de la libre concurrence in Cours d’économie politique appliqué. In Jean-Pierre Potier (ed.), Œuvres économiques complètes de Auguste et Léon Walras. Vol. XII : Cours. Paris : Economica, 481-518.

Walras, Léon. [1896a] 1990. Théorie de la propriété. In Pierre Dockès (ed.), Œuvres économiques complètes de Auguste et Léon Walras. Vol. IX : Études d’économie sociale. Paris : Economica, 177-206.

Walras, Léon. [1896b] 1990. Le problème fiscal. In Pierre Dockès (ed.), Œuvres économiques complètes de Auguste et Léon Walras. Vol. IX : Études d’économie sociale. Paris : Economica, 391-424.

Walras, Léon. [1897] 1996. L’Etat et les chemins de fer. In Jean-Pierre Potier (ed.), Œuvres économiques complètes de Auguste et Léon Walras. Vol. X : Études d’économie politique appliquée. Paris : Economica, 183-218.

Wicksell, Knut. [1896] 1958. A New Principle of Just Taxation. In Richard A. Musgrave et Alan T. Peacock (eds), Classics in the Theory of Public Finance. London : Macmillan, 72-118.

Wicksell, Knut. [1898, 1899] 1999. Léon Walras, Études d’économie sociale et Études d’économie politique appliquée. In Bo Sandelin (ed.), Knut Wicksell. Selected Essays in Economics. Volume II. London : Routledge, 171-180.

Haut de page

Notes

1 Plus récemment, Béraud et Numa (2019, 555) affirment que « les positions de Walras sur le rôle de l’État devraient (should) être considérées comme fondatrices pour l’économie publique. »

2 La discussion de Walras sur les chemins de fer constitue le cœur d’une section de son cours sur les « Exceptions au principe de la libre concurrence » et qui aurait fait partie de ses Éléments d’économie politique appliquée s’il avait eu le temps de les rédiger (Potier, 1999, 64). Sur l’histoire de la tradition des échecs de marché, voir Medema (2009) et Marciano et Medema (2015). Béraud et Numa (2019, 568) admettent en définitive que la conception de l’intervention publique de Walras dépasse la logique de l’échec de marché.

3 Pour une reconstruction de la filiation, voir Béraud (2012). Numa (2010) montre que J.S. Mill emploie l’expression de monopole pratique pour désigner ce qu’on entend aujourd’hui par monopole naturel.

4 Autrement dit, un même bien ou service peut satisfaire deux besoins différents, ce qui n’est pas sans poser problème pour l’étanchéité de la sphère publique et de la sphère privée souhaitée par Walras. De même, il est légitime de penser que certains besoins publics sont complémentaires à des besoins privés, posant problème pour la séparabilité des fonctions d’utilité. Or, Walras ne se pose pas ces problèmes parce qu’il ne cherche pas à relier les services publics à des besoins individuels (publics). En revanche, Musgrave reconnut ces problèmes au sujet des biens méritoires. D’ailleurs, c’est justement parce qu’un même bien (par exemple, l’éducation) peut satisfaire un besoin individuel et un besoin méritoire qu’il est plus exact de parler de besoins méritoires que de biens méritoires. De plus, comme certains besoins méritoires sont liés à l’état d’avancement de la culture matérielle, il est plausible qu’ils soient complémentaires à plusieurs besoins privés. Ces considérations handicapent toute tentative de séparation conceptuelle entre biens publics et biens privés, mais leur pleine considération dépasse le cadre du présent article.

5 Walras exploite aussi l’analogie paternelle, mais en échangeant les termes. L’État serait un père dépouillé de sa fortune et le bon sens voudrait qu’elle lui soit restituée (Walras, 1896b, 407).

6 « Soient deux frères à la table de leur père, celui-ci leur distribuerait la nourriture de telle sorte que tous deux s’en allassent également rassasiés » (Walras, 1896a, 181).

7 Lettre à Vito Cusumano, 20 octobre 1874 (Jaffé, 1965, 444). Selon Durkheim (1887, 39), ce reproche est également adressé par d’autres économistes libéraux aux Allemands.

8 À l’exception peut-être de législations particulières qui ne relèvent pas de la science, mais de la politique. Voir par exemple son analyse nuancée de la Loi fédérale sur le travail dans les fabriques en Suisse (Walras, 1876, 221 sq.).

9 Dans une formulation qui évoque – ou plutôt anticipe – la loi de Wagner, Levasseur affirme que pour les dépenses afférentes aux « devoirs de tutelle morale » de l’État, « la limite ne saurait être déterminée, parce qu’elle varie selon les mœurs de la nation, et s’étend en général avec la richesse sociale » (ibid.).

10 Sur Dupuit, voir les travaux récents de Silvant (2010, 94 sq.), Poinsot (2011 ; 2016), Béraud (2011), Etner (2011) et Numa (2012).

11 L. Walras (1897, 212) louange les institutions publiques républicaines. Voir Lallement (1990) et Bourdeau (2006). Sur la filiation intellectuelle entre le père et le fils, voir Jaffé (1975), Cirillo (1981), Dockès (1996, 5, n.17) et Tribe (2015, chapitre 7).

12 Une idée qu’on retrouve sous diverses formes dans la pensée chrétienne (Van Parijs et Vanderborght, 2017, 71).

13 Pour une analyse détaillée du statut des lois morales chez Léon Walras, voir Baranzini (2006).

14 Sur la réception de Walras en France, voir Dockès (1996, 233 sq.) et Laffont (1993).

15 Pour une présentation exhaustive de la réception de l’Économie pure walrasienne, voir Bridel (1996).

16 Pourtant Musgrave avait probablement une maitrise minimale de la langue française étant donné que cela faisait partie des exigences du doctorat en économie à Harvard dans les années 1930. Voir Collier (2015).

17 Lors de sa formation à Heidelberg, Musgrave avait étudié le Theoretische Sozialökonomie (1919) de Gustav Cassel. Cassel admirait l’économie pure de Walras (Carlson, 2003) mais il ne le cite pas dans son manuel de 1919.

18 Un point de vue qui est partagé par certains de nos jours. Voir, par exemple, Bridel (1987, 21).

19 On ne fait pas de distinction ici entre l’existence du besoin et la capacité des individus à ressentir un tel besoin. Si on pense qu’aucun individu, aussi bien informé soit-il, ne puisse ressentir un besoin public, alors il n’y a pas de sens à postuler l’existence d’un tel besoin.

20 Béraud et Numa (2019) caractérisent la position walrasienne d’organique, comme celle du juriste suisse J. K. Bluntschli. Si un tel qualificatif pourrait être attribué à Walras, il est important de préciser que contrairement à Hegel, la vision organique de Walras est dénuée de référence biologique et n’a pas non plus un caractère spiritualiste.

21 La première hypothèse est ontologique, car elle concerne l’existence et la nature de certaines entités. La seconde est qualifiée d’épistémologique puisqu’elle concerne la construction de la théorie. Le choix des agents et les actions qu’ils peuvent entreprendre relèvent de la construction théorique.

22 Voir également Musgrave (1941, 322, n.5).

23 Schäffle affirmait que le travail de classification des besoins était du ressort de l’homme d’État, alors que Ritschl défendait l’idée que c’est la communauté qui doit décider des besoins à satisfaire. Musgrave, quant à lui, se contente de dire que la construction de ce classement est le fruit d’une analyse sociologique (Musgrave, 1937, 53, 61, 337).

24 La liste de besoins sociaux est au décideur public ce que l’ordre de préférences est à l’individu. Si le second peut être représenté par une fonction d’utilité, le premier peut être représenté par une fonction de bien-être social. Celle-ci pourrait servir à identifier le meilleur programme politique parmi un ensemble donné. Une fonction de type « prioritariste », par exemple, favorise le bien-être des individus – autrement dit la satisfaction de leurs besoins – tout en accordant un poids au bien-être des plus démunis.

25 L’idée que certains biens collectifs procurent des bénéfices qui ne peuvent pas être attribués directement aux individus est assez répandue en finances publiques, dès le XIXe siècle. Voir, par exemple, Wagner (1892, 275), Mazzola (1890, 42), Leroy-Beaulieu (1906, 175), Seligman (1908, 155), Sax (1924), De Viti de Marco (1934, 80). Tous ces écrits sont référencés par Musgrave (1937). Pour une analyse historique, voir Sturn (2006) ; Pickhardt (2005 ; 2006), Fossati (2003) et Fausto (2006 ; 2010).

26 Sur les origines du concept, voir Desmarais-Tremblay (2020) et Chirat (2020).

27 Voir Sturn (2010) et Desmarais-Tremblay (2016, 175-180).

28 En économie, on doit à Arrow (1951) d’avoir problématisé le passage des préférences individuelles aux choix collectifs de sorte que le marché et le vote apparaissent comme des mécanismes alternatifs d’affectation des ressources.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Grille de lecture de l’évolution conceptuelle
Crédits Source : Desmarais-Tremblay (2016, 71)
URL http://journals.openedition.org/oeconomia/docannexe/image/11218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Desmarais-Tremblay, « Walras, Musgrave et l’hétérogénéité entre les biens publics et les biens privés »Œconomia, 11-2 | 2021, 315-346.

Référence électronique

Maxime Desmarais-Tremblay, « Walras, Musgrave et l’hétérogénéité entre les biens publics et les biens privés »Œconomia [En ligne], 11-2 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/oeconomia/11218 ; DOI : https://doi.org/10.4000/oeconomia.11218

Haut de page

Auteur

Maxime Desmarais-Tremblay

Institute of Management Studies, Goldsmiths, University of London et Centre Walras-Pareto, Université de Lausanne. M.Desmarais-Tremblay@gold.ac.uk

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search