Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11-4Revue des livresComptes rendusArnaud Milanese, Walter Lippmann ...

Revue des livres
Comptes rendus

Arnaud Milanese, Walter Lippmann d’un néolibéralisme à l’autre : changement social et leadership libéral

Francis Clavé
p. 709-714
Référence(s) :

Arnaud Milanese, Walter Lippmann d’un néolibéralisme à l’autre : changement social et leadership libéral, Paris : Classiques Garnier, 2020, 687 pages, 978-40611010-1

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Classiques Garnier

1Arnaud Milanese dans son livre Walter Lippmann d’un néolibéralisme à l’autre : changement social et leadership libéral, propose une « généalogie critique du néolibéralisme » (7) centrée sur ce qu’il appelle l’« échantillon Lippmann » (22). Rappelons ici que l’ouvrage de Lippmann de 1937, An Inquiry into the Principles of the Good Society, a été l’élément déclencheur du Colloque Lippmann de 1938 considéré de nos jours comme un événement marquant des débuts du néolibéralisme. L’ouvrage d’Arnaud Milanese, tout comme l’article de Nathanaël Colin-Jaeger (2021) paru dans cette revue, s’inscrit dans un courant visant à réévaluer l’apport de Lippmann au néolibéralisme et, par corollaire, à prêter une attention plus soutenue à ses ouvrages réflexifs que la célébrité acquise comme journaliste avait un peu rejetés dans l’ombre. Précisons également que dans ce compte rendu, nous suivrons l’exemple d’Arnaud Milanese en ne traduisant pas toutes les expressions de Lippmann. Dans son ouvrage, l’auteur cherche à préciser l’apport de Lippmann dans l’émergence de « l’ethos néolibéral » (22) en procédant à l’analyse des principaux livres de ce penseur et éditorialiste américain publiés entre 1913 et 1937. Le titre même du livre explicite bien les intentions de l’auteur pour qui il existe une certaine continuité entre le néolibéralisme et le New Liberalism anglais ainsi que la Progressive Era américaine, mouvements auxquels Walter Lippmann a été associé. Il explicite bien aussi l’attention portée au changement social et au leadership. Même si Arnaud Milanese déclare dès l’introduction « incliner volontiers » (7) à la critique du néo-libéralisme, il n’en veut pas moins réaliser un travail sérieux « sans caricature » (573). Cette volonté de réaliser un travail universitaire en tenant le militantisme en lisière semble renforcée par la façon dont il questionne le néolibéralisme : « et si le néolibéralisme était vraiment ce qu’il dit qu’il est ? L’enfant – pour le moment du moins – le plus consistant, et même le plus satisfaisant, de notre aspiration à la « liberté ». » (17)

2L’ouvrage comprend une introduction intitulée, « Une généalogie critique du néolibéralisme », une première partie nommée, « Le selfgovernment selon Lippmann : de l’opinion publique aux leaders sociaux », une deuxième appelée, « Critique de l’idéal démocratique hérité, ou la démocratie libérale comme problème dans les années 20 », ainsi qu’une troisième ayant pour titre, « Reconstruction du libéralisme : La nouvelle politique libérale du New Deal au Colloque de 38 ». Il se termine finalement par des « Conclusions sélectives ». L’introduction est peu « classique » dans la mesure où l’auteur présente le sujet tout en affirmant son appartenance au courant critique au néolibéralisme. Si cette approche peut désorienter le lecteur surtout intéressé par la pensée de Lippmann, elle offre l’avantage de situer le sujet dans une problématique néolibéralisme / critiques du néolibéralisme. Les deux premières parties sont consacrées à la pensée de Lippmann avant son tournant néolibéral des années trente, qui est développé dans une troisième partie aussi longue que les deux premières réunies. Dans son livre, Arnaud Milanese insiste sur la continuité de la pensée de Lippmann quand, usuellement ceux qui ont travaillé sur son œuvre, insistent plutôt sur les tournants, voire les contradictions qui la traversent.

3La première partie est consacrée essentiellement à la pensée de Lippmann telle qu’elle s’exprime notamment dans A Preface to Politics (1913), et Drift and Mastery (1914). L’auteur met d’abord l’accent sur l’opposition de Lippmann à « the method of the taboo » (100), de l’« interdit », pour traiter tant les mouvements sociaux que la régulation de la concentration industrielle. À l’instar de Graham Wallas, le penseur et éditorialiste américain oppose les « routiniers » adeptes de la « méthode du tabou », aux « créatifs » qui cherchent à trouver les moyens de sublimer les pulsions en quelque chose de positif. Arnaud Milanese insiste à cette occasion sur l’influence de Freud et Nietzsche sur Lippmann pour qui « les pulsions ne se créent pas, ne se perdent pas, mais se transforment » (106). A ce point clé de son anthropologie, il convient, selon l’auteur, d’en ajouter un autre : l’importance attribuée par Lippmann à l’émergence de multiples leaders représentant les mouvements sociaux. À ces leaders, il est demandé un comportement « statesmanlike » (136), c’est-à-dire d’agir à la façon d’un homme d’État. Pour Arnaud Milanese, la spécificité de Walter Lippmann comparée au mouvement progressif tient justement à ce « qu’il majore d’emblée la dépendance d’une société de ses leaders, tout en étendant le champ des leaders bien au-delà de la sphère politique – loin de l’idée d’une centralisation politique de l’inégalité – pour mieux assurer une égalité relative des gouvernés. » (64) Ces leaders grâce à leur capacité créatrice liée à l’expérimentation bénéficient d’un « self-government individuel » auquel « une société doit son self-government collectif » (66). L’idée d’expérimentation découle pour partie de l’influence de William James dont Lippmann a été proche durant ses études à Harvard. L’analyse précédemment exposée conduit Arnaud Milanese à mettre au jour chez Walter Lippmann un mouvement de décentralisation par l’élargissement du leadership politique aux leaders des mouvements sociaux joint à un mouvement de verticalisation puisque ce sont les leaders qui ont un rôle vraiment actif.

4La deuxième partie traite de l’évolution de la pensée de Walter Lippmann durant les années vingt, à travers deux de ses ouvrages majeurs Public Opinion (1922) et Phantom Public (1925). Ici Arnaud Milanese montre que le double mouvement de décentralisation et de verticalisation (ou centralisation) mis en lumière dans la première partie se poursuit, se modifie et s’enrichit grâce à la façon dont Lippmann intègre à la fois l’expertise très en vogue dans les années vingt et le concept de « Grande société » développée par Graham Wallas, un de ses mentors. Arnaud Milanese souligne que, pour Walter Lippmann, les experts d’un champ donné doivent faire preuve de neutralité politique et se cantonner à l’aspect scientifique. Si maintenant on aborde la notion de « Grande société », il est bon de rappeler qu’elle a conduit Graham Wallas à distinguer l’environnement direct des gens qu’ils connaissent par eux-mêmes, de l’environnement lointain qu’ils ne peuvent connaître qu’indirectement à travers des moyens d’informations. Lippmann modifie assez profondément ce cadre car, pour lui, comme le note Arnaud Milanese, « le caractère indirect du rapport au monde réel n’est pas seulement une caractéristique du monde contemporain, mais relève d’abord d’une condition anthropologique commune » (207-208) et trouve sa source dans le fait que nous percevons le monde extérieur à travers des « pictures in the head » (205) dépendant de stéréotypes qui nous permettent de sélectionner l’information pertinente (211). Ces stéréotypes profondément liés à la culture des gens sont une des causes du « deep pluralism » (263) qui marque la pensée de Lippmann. Il s’ensuit une nécessité d’une coopération entre les individus qu’il conçoit, dans les années vingt, comme évolutive et encadrée par des « rules » (285).

5Si l’on se tourne vers les leaders, selon Arnaud Milanese « l’échelle de la grande société relativise le modèle du statesmanship » (244) et conduit à rapprocher leadership et « catégories sociales dominantes » (244). Ce qui constitue la spécificité des leaders maintenant, c’est surtout leur capacité à remettre en cause leurs propres stéréotypes (229), à ne pas être routiniers ainsi qu’à se mouvoir d’un milieu social à un autre. L’homme politique libéral doit, lui, être un leader capable de coordonner un ensemble d’expertise de façon à élaborer une ligne politique expérimentale sur laquelle se prononceront les électeurs. Pour Lippmann, contrairement à la pensée démocratique classique, les électeurs ne sont pas omni-compétents. En conséquence, leur rôle se limite à dire oui ou non à la ligne expérimentale définie par les leaders. Cela conduit Arnaud Milanese à noter que Walter Lippmann fait « de la production du consentement un moment de la démarche expérimentale du leader. » (301)

6La troisième partie est centrée sur les années trente. Elle se compose d’une introduction intitulée, « Vingt ans après », d’un chapitre appelé, « Le mythe de l’État-providentiel », ainsi que d’un autre chapitre, « La société libérale et sa politique ». Alors que « le premier nouveau libéralisme de Lippmann visait à reconstruire la démocratie » (453), désormais, selon Arnaud Milanese, le penseur et éditorialiste américain vise « à reconstruire le libéralisme à partir de la norme du marché concurrentiel » (453). En revanche, le schéma (décentralisation/verticalisation) déjà développé dans les deux premières parties reste opératoire. Il est même enrichi par l’inclusion des « leaders intellectuels » (571) dans la liste des acteurs décentralisés susceptibles d’agir sur le destin des sociétés.

7Le premier chapitre traite de l’État-Providentiel, qui justement pour Lippmann, ne doit pas l’être, c’est-à-dire qu’il ne doit pas conduire le destin des hommes, mais seulement s’occuper du social. Dans ce chapitre, l’auteur traite surtout de l’ouvrage intitulé The Method of Freedom (1934) dans lequel est développée la notion de « gradual collectivism » (386), à savoir d’un collectivisme qui de manière involontaire succombe à la tentation bureaucratique et centralisatrice. À l’opposé le « free collectivism » (393) et la « compensate economy » (393) offrent une meilleure résistance à cette tentation inhérente à la société libérale. À partir de cette grille de lecture et du modèle (décentralisation/verticalisation), Milanese passe en revue dans une série de sous-chapitres que nous conseillons de lire, les rapports de Lippmann non seulement avec le New Deal, mais aussi avec les pensées d’Eucken et de Keynes. Notons ici que, pour Lippmann, l’État n’est pas le moteur d’un capitalisme de plein-emploi comme cela a pu être déduit de la pensée de Keynes, mais selon Milanese, (440) un « agent économique de poids », « instituteur et arbitre du marché ».

8Dans le chapitre, « La société libérale et sa politique », Milanese insiste sur le fait que pour Lippmann la « révolution industrielle » est une « archi-création » (508). C’est d’elle dont dépend notre « standard of life » (481) aussi longtemps qu’une méthode de production meilleure n’a pas été créée (485). C’est encore elle qui donne une place centrale à l’économie et au marché. Pour Arnaud Milanese, chez Lippmann la « fiction du marché » (472) des économistes classiques est d’abord le fruit d’un rapport authentiquement expérimental au monde (472), expérimentation qui s’étant arrêtée trop tôt, n’a pas permis de « saisir l’industrialisation dans sa dynamique » (475). Cet arrêt de l’expérimentation a creusé un « cultural lag » (491) entre la réalité de la société industrielle et sa perception culturelle, lag (écart) qu’il convient de combler. Aussi Lippmann préconise-t-il de reprendre la démarche expérimentale de Smith qu’il considère comme le plus « créatif » des classiques.

9L’autre point fort de ce chapitre réside dans le lien établi entre la régulation de la société et la « common law » telle que la conçoivent Oliver Holmes, Roscoe Pound et le legal realism. Ce type de loi s’accorde avec la pensée de Walter Lippmann pour au moins deux raisons. Reposant sur l’idée qu’il y a toujours comme un « cultural lag » entre le droit et l’état présent de la société (502) il est en phase avec l’expérimentation. D’autre part, comme une de ses principales sources de sa création réside dans des jugements de cas particuliers, il est à la fois capable de donner une certaine prédictibilité aux jugements et de gérer les conflits et rapports de force dans des sociétés marquées par le « deep pluralism » et le fédéralisme. À partir de ces caractéristiques, l’auteur peut définir ce qu’est la nouvelle politique libérale selon Lippmann. Il peut aussi traiter dans un dernier sous-chapitre, de la société bonne, de l’échelon fédéral, de la mondialisation et du leadership. On notera qu’en lien avec le schéma (décentralisation/verticalisation) « la société bonne est celle où les mouvements sociaux sont cultivés et non laissés à eux-mêmes ou réprimés » (565).

10Dans son ouvrage Arnaud Milanese réalise une généalogie du néolibéralisme qui situe bien l’apport de Lippmann. Son intérêt principal réside, selon nous, dans l’analyse de la pensée de Lippmann qu’il propose. Arnaud Milanese est le premier à vraiment étudier de façon aussi précise les livres de la période 1913-1937, quand les autres auteurs de monographie (Steel, 1980 ; Riccio, 1994 ; Goodwin, 2014) ont tendance à privilégier le Lippmann éditorialiste et homme d’influence au détriment du Lippmann plus profond et réflexif des ouvrages cités précédemment. Ce livre, d’une lecture parfois ardue, constitue un outil indispensable à ceux qui veulent travailler sur la pensée de Lippmann. La richesse des analyses, l’accent mis sur ceux qui ont influencé ce penseur et éditorialiste américain leur faciliteront l’accès à une pensée qui mérite d’être mieux connue. Le point fort de l’ouvrage est certainement la mise lumière par Arnaud Milanese du rôle central du processus de « décentralisation/verticalisation ». C’est elle qui lui permet de soutenir, à l’encontre des études antérieures, la thèse de la continuité de la pensée de Lippmann.

11Que nous apprend le livre sur l’interrogation, peut-être un peu provocatrice, d’Arnaud Milanese en introduction « et si le néolibéralisme était vraiment ce qu’il dit qu’il est ? L’enfant – pour le moment du moins – le plus consistant, et même le plus satisfaisant, de notre aspiration à la liberté. » (17) ? Tout d’abord, il convient de noter que certaines des questions qui agitent les mouvements critiques du néolibéralisme, les mouvements sociaux, les problèmes liés à la bureaucratie sont également des thèmes de Lippmann. Par ailleurs, l’importance centrale accordée dans son œuvre, à la révolution industrielle, importance qui induit la centralité de l’économie et de la science économique, appelle un tel questionnement. Aussi ne faut-il pas s’étonner qu’Arnaud Milanese soutiennent que nous appartenons à une « ère néolibérale » (573) « car nous participons tous à des degrés divers et de diverses manières, de cet ethos néolibéral » (574).

12En introduction et en conclusion, Milanese a parfois tendance à adopter un vocabulaire suggérant une volonté de combattre le néolibéralisme : « plan de bataille » (49), « stratégie généalogique » (574), « cible » (qui n’est pas Lippmann mais la « société néolibérale ») (573). Ce vocabulaire suggestif est aussi présent quand il affirme que son propos a été de contribuer à dessiner « un champ d’adversité à partir des raisons de cette adversité » (573). Aussi n’est-il pas étonnant que dans des développements de la conclusion intitulée « Ressources pour une critique des sociétés néolibérales (I), (II), (III) (IV) », Arnaud Milanese propose de reconfigurer « la problématisation néolibérale » (597) à partir de trois déconstructions : « déconstruire en idées et en pratique l’imaginaire de la multitude désunie » (602), déconstruire « l’imaginaire… de l’élite méritante » (609) ainsi que « le double imaginaire du jeu et de la jungle » (624). On peut ici regretter qu’après une étude aussi fouillée de la pensée de Lippmann, Arnaud Milanese n’explicite pas les proximités et les différences entre déconstruire et changer de « stéréotypes » ou de « pictures in the head ».

13Pour conclure, ce livre mérite d’être lu à plusieurs titres. L’introduction et la conclusion sont de nature à sensibiliser le lecteur aux interactions néolibéralisme/critiques du néolibéralisme tandis que le corps de l’ouvrage constitue l’introduction qui manquait jusqu’à présent, à la pensée de Walter Lippmann telle qu’elle ressort de ses principaux ouvrages parus entre 1913 et 1937, sa période la plus créative en ce domaine.

Haut de page

Bibliographie

Colin-Jaeger, Nathanaël. 2021. Reconstructing Liberalism: Hayek, Lippmann and the Making of Neoliberalism. Œconomia – History / Methodology / Philosophy, 11(2) : 281-313.

Goodwin, Craufurd D. 2014. Walter Lippmann Public Economist, Cambridge : Harvard University Press.

Riccio, Barry D. 1994. Walter Lippmann: Odyssey of a Liberal. New Brunswick : Transaction Publishers.

Steel, Ronald. [1980] 1998. Walter Lippmann and the American Century. London : Transaction Publishers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Clavé, « Arnaud Milanese, Walter Lippmann d’un néolibéralisme à l’autre : changement social et leadership libéral »Œconomia, 11-4 | 2021, 709-714.

Référence électronique

Francis Clavé, « Arnaud Milanese, Walter Lippmann d’un néolibéralisme à l’autre : changement social et leadership libéral »Œconomia [En ligne], 11-4 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/oeconomia/11765 ; DOI : https://doi.org/10.4000/oeconomia.11765

Haut de page

Auteur

Francis Clavé

Université Paris II. Clave_F@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search