Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12-1Revue des livresComptes rendusAlban Mathieu, Monnaie, pouvoir e...

Revue des livres
Comptes rendus

Alban Mathieu, Monnaie, pouvoir et États – Une étude de la monnaie européenne

Jean Cartelier
p. 163-165
Référence(s) :

Alban Mathieu, Monnaie, pouvoir et États - Une étude de la monnaie européenne, Paris : Classiques Garnier, 2021, 326 pages, 978-240611058-3

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Classiques Garnier

1Cet ouvrage est issu d’une thèse pour le doctorat de sciences économiques. Le plan de sa construction en a la rigueur mais son contenu ne tient pas complètement la promesse de ses annonces. Deux lectures de ce livre, au moins, sont possibles. Soit on y voit une étude de deux cas historiques de constitution d’unions monétaires – le cas européen des années 1990 et l’instauration de la confédération canadienne de 1867 – assortie de commentaires relevant de l’analyse politique et d’allusions à la théorie économique des zones monétaires optimales ; soit on souscrit à l’ambition de l’auteur qui est d’élaborer un concept important qui serait celui de « régime politique de la monnaie » que les deux études historiques seraient chargées simplement d’illustrer. Les deux lectures laissent le commentateur sur sa faim, la première bien moins que la seconde, même s’il sympathise avec l’orientation générale de la pensée de l’auteur qui est, au moins, de faire apparaître les enjeux politiques des discussions portant sur la monnaie et les régimes monétaires.

2En tant qu’étude historique de deux exemples d’instauration d’union monétaire, le livre d’Alban Mathieu est particulièrement utile s’agissant de la Confédération canadienne moins familière aux lecteurs français que la formation de l’union monétaire européenne. Fondamentalement l’unification monétaire canadienne a été une solution « par le haut » aux blocages multiples auxquels se heurtait le fonctionnement des paiements dans deux colonies (Haut- et Bas-Canada) de l’Empire britannique. Ce n’est qu’au terme d’un long processus politique et économique (1841-1867) que l’opposition de Londres et les intérêts divergents des deux entités canadiennes ont pu être dépassés. Les deux étalons distincts et le refus de Londres d’émettre une monnaie coloniale appelaient une solution politique dont les étapes sont soigneusement détaillées par l’auteur. Le rôle de la Couronne britannique est bien mis en valeur qui a finalement permis au Canada d’accéder à la souveraineté monétaire.

3Le lecteur français est moins intéressé à la description que donne l’auteur de la longue marche vers l’union monétaire européenne. Il est surtout moins surpris de voir soulignée l’importance extrême des stratégies politiques divergentes des deux nations hégémoniques que furent à cette occasion la France et l’Allemagne. Le compte rendu des affrontements répétés entre la position allemande dont la justification économique résidait dans le choix fait en faveur d’une croissance tirée de l’exportation est bienvenu quoiqu’entaché de nombreuses redites et répétitions. Le lecteur est néanmoins reconnaissant à l’auteur d’avoir évoqué assez longuement l’ordo-libéralisme allemand qui fournit une justification philosophique et idéologique aux exigences allemandes. Il l’est d’autant plus que l’ordo-libéralisme nous emmène assez loin – et fort heureusement – des arguments assez confus issus de l’examen des théories des zones monétaires optimales.

4Bref, l’auteur nous convainc assez facilement que toute cette affaire d’unification monétaire est à la fois économique et politique, ce qui n’est évidemment pas une proposition contre-intuitive. La relative insatisfaction du présent commentateur ne concerne pas le fond de cette thèse mais plutôt la façon dont elle est présentée. Cela apparaît dans les longs développements consacrés aux deux versions de la théorie des zones monétaires optimales. Plus soucieux de les critiquer, sans doute à juste titre, que de les relier à son idée de « régime politique de la monnaie », l’auteur reste un peu en-deçà de l’objectif annoncé.

5Il reprend, de façon un peu ampoulée, les arguments courants des économistes sur les incompatibilités qui sapent la monnaie unique européenne. La perte de souveraineté des États sur les taux de change interdit les ajustements nominaux (par le taux de change) rendant nécessaire les ajustements par les salaires réels dont on sait depuis Keynes qu’ils sont injustes, inefficaces et coûteux socialement. L’imposition de règles budgétaires communes aggravée par le contrôle exercé par les marchés financiers sur les dettes publiques rend difficilement praticables les politiques budgétaires adaptées aux situations particulières des pays membres, etc. La soutenabilité de l’euro a été mise en doute depuis longtemps et a fait l’objet de nombreux modèles macroéconomiques. Dès lors, le lecteur se demande quel est l’apport original de l’auteur qui justifierait sa mise en exergue du concept de « régime politique de la monnaie ».

6Que l’objectif affiché de la Banque centrale soit la stabilité des prix n’est évidemment pas neutre ni que les institutions chargées de le mettre en œuvre à différents niveaux ne soient pas démocratiques fait évidemment partie de l’ordre monétaire institué au sein de la zone euro. Et l’auteur a bien raison d’insister sur tous ces aspects et plus encore de les relier aux divers travaux des économistes institutionnalistes français. Est-ce cependant suffisant pour se prévaloir d’un concept « régime politique de la monnaie » qui serait clairement constitué et susceptible de fonder un discours logiquement cohérent sur la monnaie ? On aimerait le penser mais l’argumentation développée par Alban Mathieu, quoique raisonnable et plausible, est insuffisamment précise et serrée pour être totalement convaincante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Cartelier, « Alban Mathieu, Monnaie, pouvoir et États – Une étude de la monnaie européenne »Œconomia, 12-1 | 2022, 163-165.

Référence électronique

Jean Cartelier, « Alban Mathieu, Monnaie, pouvoir et États – Une étude de la monnaie européenne »Œconomia [En ligne], 12-1 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/oeconomia/12134 ; DOI : https://doi.org/10.4000/oeconomia.12134

Haut de page

Auteur

Jean Cartelier

Université Paris Nanterre, Economix. jean.cartelier@parisnanterre.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search