Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12-1Revue des livresComptes rendusFrancis Bismans et Maria do Rosar...

Revue des livres
Comptes rendus

Francis Bismans et Maria do Rosario Grossinho, Mathématiques et économie – une approche historique

Thomas Michael Mueller
p. 177-180
Référence(s) :

Francis Bismans et Maria do Rosario Grossinho, Mathématiques et économie – une approche historique, Paris: Classiques Garnier, 2021, 336 pages, 978-240612357-6

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Classiques Garnier

1L’histoire de la mathématisation de l’économie a été discutée en profondeur et a fait depuis au moins 25 ans l’objet d’un intérêt historique remarquable (Ingrao and Israel, 1999; Weintraub, 2002; Weintraub and Düppe, 2014; Morgan, 2012; Boumans, 2004). Le livre de Bismans et Grossinho souhaite s’inscrire dans ce mouvement puisqu’au dire des auteurs il « a pour objet de retracer les liens entre les mathématiques et l’analyse économique tout en adoptant un mode d’approche historique de la question […] en montrant comment les mathématiques ont irrigué progressivement l’ensemble du corpus économique » (quatrième de couverture). L’ouvrage suit donc une démarche chronologique en partant de Petty et Quesnay puis s’intéresse à plusieurs économistes-mathématiciens-statisticiens (ci-après « économistes ») : Canard, Cournot, Dupuis, Quetelet. Il poursuit sa marche à travers les classiques, la révolution marginaliste, jusqu’au travaux récents en théorie financière, en concluant avec le modèle Black-Scholes. Au dire des auteurs, le choix des économistes retenus dépend de leur contribution à l’application des mathématiques en économie. Cette contribution est souvent explicite ; lorsqu’elle ne l’est pas, comme c’est le cas de Marx ou Ricardo, Bismans et Grossinho s’évertuent à reformuler leurs théories sous une forme mathématique.

2Cette reformulation est proposée du point de vue des mathématiques contemporaines. Cette approche n’est pas rare dans les travaux de philosophie des sciences d’influence analytique (voir par exemple Friedman, 1983) mais Bismans et Grossinho ne souhaitent pas entrer dans des débats d’épistémologie ni, de manière plus générale, de philosophie analytique (12).

3La sélection des savants retenus par Bismans et Grossinho ne surprendra pas les historiens, à l’exception de quelques noms moins souvent étudiés et qui retiennent ici davantage l’attention des auteurs (tels von Thünen et Quetelet). On notera également une prédilection pour les économistes francophones. Dans la deuxième partie du livre on abandonne progressivement l’exposition par auteurs et on privilégie de plus en plus une exposition par approches conceptuelles, un choix fort pratique pour quiconque voudrait se servir de cet ouvrage à de fins pédagogiques.

4L’ouvrage est somme toute assez exhaustif pour ce qui en est des économistes traités : ce ne sont pas les absents mais plutôt les présents qui prêteront à critique. En effet, Bismans et Grossinho dédient un chapitre tout entier à Ricardo et Marx ; ils reformulent les idées de ces auteurs dans un moule mathématique qui apparaît forcé.

5L’approche proposée est avant tout rétrospective : les contenus techniques priment sur les questions méthodologiques, les éléments biographiques et le contexte de la découverte. Le livre célèbre le triomphe de la mathématisation de l’économie comme une marche inéluctable vers le progrès intellectuel, et ne se gêne aucunement pour reformuler dans des termes contemporains des théories du passé. La bibliographie primaire est en revanche impressionnante et saura aider les chargés de cours d’histoire de la pensée en quête de lectures pour les étudiants, notamment francophones.

6Le niveau technique est peut-être l’aspect le plus intéressant de ce livre : l’exposition mathématique est rigoureuse, mais reste accessible à un lecteur qui aurait une formation de base en économie, sans pour autant être féru de mathématiques. Des tentatives de ce genre existent en philosophie des sciences, mais sont rares et souvent bornées à la physique (Albert, 1994). C’est donc un bon compromis entre l’excès de sophistication mathématique de certains manuels de microéconomie et l’absence pure et simple d’équations.

7Ce livre tient donc sa parole pour ce qui en est de la première partie de son titre, mathématiques et économie. Chaque modèle économique présenté est soigneusement expliqué, et les auteurs s’attardent souvent sur les éléments mathématiques essentiels pour les appréhender.

8C’est sur sa deuxième promesse – l’approche historique – qu’il nous a moins convaincu.

9Il y a de quoi s’interroger dès l’entrée en matière : en ce qui concerne les travaux qui les ont précédés les auteurs considèrent le terrain comme « mal défriché […] surtout dans une perspective longue » (7). Ce ne sont pourtant ni les ouvrages, ni les articles qui manquent, sur l’histoire de la mathématisation de l’économie. Ces cinq dernières années seulement, on compte plusieurs numéros spéciaux de revues dédiés notamment aux mathématiques et ingénierie (Duarte and Giraud, 2020), à la modélisation macroéconomique (Boumans and Duarte, 2019), aux statistiques inférentielles (Biddle and Boumans, 2021), ainsi qu’une monographie sur la mesure de l’utilité (Moscati, 2019) sans oublier des articles plus ponctuels, bien trop nombreux pour tous les citer ici.

10Dans une bibliographie de près de 400 références, les travaux proprement historiques sont rares et datés. L’ouvrage contient certes quelques anecdotes historiques qui ne servent malheureusement qu’à embellir le propos. Bismans et Grossinho affirment vouloir se soustraire au débat philosophique, mais ils ne prennent jamais position sur des débats qui seraient proprement historiques. Les théories exposées se suivent sans qu’on comprenne l’enchainement logique qui les relie, leur raison d’être dans le contexte historique ou leur contribution dans l’invention scientifique qui suit.

11L’élément principal d’originalité consiste dans le fait d’inclure dans la notion de mathématisation l’essor de la microéconomie (l’emploi des outils du calcul différentiel puis de la topologie) mais aussi celui des statistiques sociales (qui deviendront plus tard l’économétrie). Mettre côte à côte Quetelet et Walras, les bourbakistes et la naissance de l’économétrie, et en faire un seul objet historique, voilà quelque chose d’original et qui aurait mérité d’être défendu sur un plan historique. S’il est vrai qu’il n’est en effet pas inusuel de trouver des grands économistes ayant contribué sur les deux fronts, statistique et microéconomique, il aurait été intéressant de comprendre si – et dans quelle mesure – ces deux « quantifications » de l’économie ont contribué au succès l’une de l’autre.

12Si l’ouvrage s’adresse à des historiens de la pensée économique, il n’apporte donc rien de nouveau, n’avance aucune thèse historique nouvelle ni n’essaie d’en soutenir une existante par des éléments nouveaux. En clair, en refusant de s’inscrire dans le débat intellectuel existant, il s’avère incapable de contribuer à une quelconque analyse de l’histoire. S’il s’adresse aux économistes non-historiens, si c’est en somme une revue de littérature longue, très longue, qu’apporte-elle de pertinent ? Et pourquoi insister dans le titre sur cette approche historique, qui n’en est pas une ?

13L’intérêt principal de ce travail me semble somme toute pédagogique : mais si la richesse des sources primaires a de quoi satisfaire le lecteur, l’absence de littérature secondaire est regrettable et se fait sentir cruellement tout au long de l’ouvrage.

Haut de page

Bibliographie

Albert, David Z. 1994. Quantum Mechanics and Experience. Harvard: Harvard University Press.

Biddle, Jeff, and Marcel Boumans. 2021. Exploring the History of Statistical Inference in Economics: Introduction. History of Political Economy, 53(S1): 1-24.

Boumans, Marcel. 2004. How Economists Model the World into Numbers. London: Routledge.

Boumans, Marcel, and Pedro Duarte. 2019. The History of Macroeconometric Modeling: An Introduction. History of Political Economy, 51(3): 391-400.

Duarte, Pedro, and Yann Giraud. 2020. Introduction: From ‘Economics as Engineering’ to ‘Economics and Engineering’. History of Political Economy, 52(Annual Suppl.): 10-27.

Friedman, Michael. 1983. Foundations of Space-Time Theories: Relativistic Physics and Philosophy of Science. Princeton: Princeton legacy library.

Ingrao, Bruna, and Giorgio Israel. 1999. La Mano Invisibile. L’equilibrio Economico Nella Storia Della Scienza. Bari: Laterza.

Morgan, Mary. 2012. The World in the Model: How Economists Work and Think. Cambridge: Cambridge University Press.

Moscati, Ivan. 2019. Measuring Utility. New York: Oxford University Press.

Weintraub, Roy. 2002. How Economics Became a Mathematical Science. Durham and London: Duke University Press.

Weintraub, Roy, and Till Düppe. 2014. Finding Equlibrium: Arrrow, Debreu, McKenzie and the Problem of Scientific Credit. Princeton: Princeton University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Michael Mueller, « Francis Bismans et Maria do Rosario Grossinho, Mathématiques et économie – une approche historique »Œconomia, 12-1 | 2022, 177-180.

Référence électronique

Thomas Michael Mueller, « Francis Bismans et Maria do Rosario Grossinho, Mathématiques et économie – une approche historique »Œconomia [En ligne], 12-1 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/oeconomia/12204 ; DOI : https://doi.org/10.4000/oeconomia.12204

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search