Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12-1VariaDémocratie de la demande versus d...

Varia

Démocratie de la demande versus démocratie de l’offre : reconstruction et interprétation des analogies démocratie-marché

Demand-Side Democracy vs. Supply-Side Democracy. Reconstructing and Interpreting the Analogies between Democracy and the Market
Alexandre Chirat
p. 55-91

Résumés

À partir de la distinction entre les analogies catégorielles et les analogies formelles, cet article propose une reconstruction des analogies entre le marché et la démocratie mobilisées par des économistes du 20e siècle, ainsi qu’une interprétation de leurs usages. Cette reconstruction permet de mettre en évidence deux grandes représentations idéal-typiques des processus économiques et politiques véhiculées par le recours aux analogies démocratie-marché. Des économistes considèrent que les résultats des processus économiques et politiques sont ou doivent être essentiellement déterminés par le côté demande du marché, c’est-à-dire par les préférences des consommateurs et des citoyens. Il s’agit d’une vision du monde politique que nous qualifions de « démocratie de la demande ». D’autres estiment au contraire que le système économique et la démocratie sont des processus plutôt pilotés par le côté offre du marché. Au niveau de l’usage positif de l’analogie, nous défendons la thèse selon laquelle la vision en termes de démocratie de la demande est directement dépendante des hypothèses au fondement de l’économie néoclassique, de telle sorte que plus un économiste les met à distance, plus il propose une vision en termes de « démocratie de l’offre ». Les usages normatifs de l’analogie sont en revanche réfractaires à toute caractérisation simpliste.

Haut de page

Texte intégral

« La littérature dans le champ de l’économie-politique s’est jusqu'à présent concentrée sur ce qui explique la demande en faveur de politiques populistes, mais n’a pas exploré les causes et la durabilité des politiques populistes du côté de l’offre » (Guiso et al., 2017).

  • 1 Outre Guiso et al. (2017), voir Ádám (2020), Müller (2016), Rodrik (2018), Vries et Hobolt (2020).

1Nous assistons, depuis bientôt une décennie, à l’émergence graduelle de l’économie politique du populisme et de la démocratie en tant que sous-champ à part entière de la science économique (Guriev et Papaioannou, 2021). Si ce corpus est encore en cours de construction, on constate la présence régulière d’analogies entre le « marché économique » et le « marché politique »1. Ce recours aux analogies semble aller de soi pour beaucoup d’économistes. Or il n’est pas anodin. Les analogies développées entre les processus de marché et les processus démocratiques renseignent directement sur les visions du fonctionnement des sphères économiques et politiques de ceux qui les mobilisent, en même temps que sur les similitudes et divergences qu’ils souhaitent mettre en exergue. Cette présence d’analogies entre les objets « marché » et « démocratie » dans le discours d’économistes n’est cependant pas nouvelle.

2Au 20e siècle, dans le cadre de l’antagonisme idéologique fondamental entre les sociétés capitalistes et socialistes, des économistes ont suggéré, bâti et remodelé ces analogies. Les implications du recours à ces analogies n’ont à notre connaissance jamais fait l’objet d’une étude systématique. Or, en reconstruisant les analogies entre la démocratie et le marché et les usages qu’en font de grands auteurs de la pensée économique au 20e siècle, cet article établit une distinction entre deux visions idéal-typiques de la démocratie qui permet de structurer la compréhension des travaux théoriques des économistes sur la démocratie, dont les travaux contemporains. Cette étude préalable des analogies démocratie-marché et de leurs usages est une invitation à prendre du recul par rapport à l’objet d’étude en pleine ébullition que représente l’économie politique du populisme et de la démocratie. Mais la distinction idéal-typique proposée est également féconde en tant que prisme de relecture de textes fondamentaux de l’histoire de la pensée économique.

  • 2 Le qualificatif canonique appliqué à l’analogie entre « marché parfait » et « pure démocratie » est (...)

3Notre reconstruction s’est d’abord fondée sur trois constats. Premièrement, nous avons observé la présence d’une analogie récurrente, que nous qualifions de canonique, entre la « pure démocratie » et le « marché parfait »2. Deuxièmement, les économistes ont construit des analogies entre le marché et la démocratie qui sont variées. Elles ne se réduisent pas à l’analogie canonique susmentionnée. Troisièmement, l’usage des analogies démocratie-marché s’est avéré pluriel. Elles ont été mobilisées à des fins positives aussi bien que normatives. Fort de ces constats, nous avons pu dégager deux grandes représentations idéal-typiques des processus économiques et politiques véhiculées par le recours aux analogies démocratie-marché. Des économistes considèrent que les résultats des processus économiques et politiques sont (dimension positive) ou doivent être (dimension normative) essentiellement déterminés par le côté demande du marché, c’est-à-dire par les préférences des consommateurs et des citoyens. Il s’agit d’une représentation du monde politique que nous qualifions de « démocratie de la demande ». D’autres estiment au contraire que le système économique et la démocratie sont des processus plutôt pilotés par le côté offre du marché, c’est-à-dire par les grandes organisations économiques et politiques. Il s’agit d’une représentation du monde politique que nous qualifions de « démocratie de l’offre ».

4Une présentation synthétique de notre reconstruction de l’analogie canonique entre le marché parfait et la pure démocratie s’impose dès à présent. Cette analogie se retrouve essentiellement chez des auteurs s’inscrivant dans le paradigme de l’économie néoclassique. Dans ce dernier, le marché est essentiellement conçu comme un « objet générique » et l’analyse économique est définie par l’étude de « la coordination de choix autonomes d’allocation des ressources », de telle sorte qu’il est « facile de trouver du marché ou de l’individualisme partout et de vanter la portée générale de la théorie néoclassique » (Frydman, 1992, 221). C’est une telle conception du marché comme « formule métaphorique » qui rend possible la construction d’analogie avec la démocratie, mais à la condition qu’elle soit pensée comme processus de coordination de choix individuels autonomes. Quatre hypothèses sont au fondement de l’analogie canonique entre le marché parfait et la pure démocratie. Il s’agit des hypothèses de préférences exogènes, de concurrence parfaite, de rationalité maximisatrice et d’information complète. Combinées, ces hypothèses amènent à conclure que le fonctionnement idéal du marché comme de la démocratie assure la meilleure représentation des préférences individuelles. Or ces dernières apparaissent comme une norme légitime puisqu’étant propres aux individus.

Figure 1 : Reconstruction des hypothèses au fondement de l’analogie canonique démocratie-marché

Figure 1 : Reconstruction des hypothèses au fondement de l’analogie canonique démocratie-marché

5Concernant l’usage positif des analogies démocratie-marché, nous défendons la thèse selon laquelle la vision en termes de démocratie de la demande est directement dépendante des hypothèses de la théorie néoclassique au fondement de l’analogie canonique, de telle sorte que plus un économiste les met à distance, plus il propose une vision en termes de démocratie de l’offre. Les hypothèses retenues, relativement à la nature de la concurrence, de la rationalité, de l’information et des préférences, ont un impact direct sur la compréhension des phénomènes politiques. Les usages normatifs des analogies démocratie-marché sont en revanche réfractaires à toute caractérisation simpliste, une même analogie ayant été mobilisée pour soutenir des systèmes économiques et des politiques publiques différentes voire opposées. Ils nous renseignent néanmoins directement sur les conceptions normatives de la démocratie qu’ont développé des économistes du 20e siècle, et donc indirectement sur les visions du populisme que sont susceptibles de concevoir les économistes contemporains recourant à de telles analogies. Car si le concept de populisme est l’enjeu de débats, il ne peut être étayé que par une théorie de la démocratie (Müller, 2016).

6Afin d’étayer nos trois constats et de défendre notre thèse, nous commençons par détailler la nature de notre démarche et sa spécificité eu égard à la littérature existante (Section 1). Dans la mesure où l’analogie est un objet complexe, nous présentons ensuite les différents types d’analogies démocratie-marché développées par les économistes retenus dans ce travail. Nous distinguons notamment les analogies formelles des analogies catégorielles (Section 2). La vision idéal-typique en termes de démocratie de la demande repose sur l’analogie canonique entre le marché parfait et la pure démocratie. Nous présentons les analogies catégorielles principales qui la fondent, en particulier celle entre souveraineté du citoyen et souveraineté du consommateur (Section 3). Puis nous traitons de la dimension formelle de cette analogie canonique (Section 4). Nous montrons ensuite comment certains économistes ont mobilisé les imperfections de cette analogie canonique afin d’affirmer la supériorité de la coordination par le marché par rapport à la coordination politique (Section 5). Nous présentons enfin les développements d’analogies alternatives entre la démocratie et le marché. Aux hypothèses du modèle canonique se substituent les hypothèses de concurrence monopolistique (plutôt que parfaite), d’incertitude (plutôt que d’information imparfaite), de rationalité stratégique ou d’absence de rationalité (plutôt que de rationalité maximisatrice) et de préférences endogènes (plutôt qu’exogènes) (Section 6). Nous montrons alors comment ces reformulations analogiques conduisent à l’émergence d’une vision en termes de démocratie de l’offre (Section 7).

1. Nature et spécificité de la démarche

  • 3 Klamer et Leonard soulignent que la distinction entre les termes métaphores et analogies n’est pas (...)

7Cette recherche s’inscrit au carrefour de deux types de travaux. Le premier met l’accent sur le rôle discursif de l’analogie dans les discours des économistes. Le travail pionnier de McCloskey (1983) a invité à prendre au sérieux la rhétorique des économistes. Dans cette lignée, Klamer et Leonard (1994, 22), qui définissent l’analogie comme une « métaphore étendue »3, affirment que certaines métaphores présentent une importance telle dans la discipline que leur étude permet « d’expliquer beaucoup de la confusion et de l’incompréhension qui caractérisent le discours au sein de la science économique ». Des travaux se sont focalisés sur différentes métaphores et analogies, telles les métaphores médicales dans les théories des cycles au 19e siècle (Besomi 2011 ; 2019), les analogies entre l’économie et la physique du 19e siècle dans la construction de l’économie néoclassique (Mirowski, 1989) ou l’analogie entre la famille et l’État dans le champ de l’économie publique (Desmarais-Tremblay, 2021). Les analogies entre la démocratie et le marché font selon nous partie des quelques analogies fondamentales de la science économique au 20e siècle. La raison principale est que leur étude est directement révélatrice de la vision de ceux qui les mobilisent en ce qui concerne le fonctionnement des processus économiques et politiques.

  • 4 Voir également le numéro que La Revue Tocqueville a consacré au sujet (Zamora Vargas, 2019).

8Comme nous pensons, suivant Mirowski (1987), que la rhétorique des économistes doit toujours être étudiée en rapport direct à son contenu, notre reconstruction s’inscrit deuxièmement dans le sillage de travaux portant sur la signification du concept de souveraineté du consommateur, construit par analogie avec le concept de souveraineté du citoyen. La littérature sur le sujet est conséquente. Dans son étude des différentes notions d’intérêts et de besoins mobilisées en économie, Penz (1987) a montré qu’il est un concept pivot de l’économie du bien-être. Persky (1993 ; 1997) a retracé la genèse de cette analogie corollaire à l’analogie démocratie-marché. Desmarais-Tremblay (2016) a mis en évidence sa présence dans la théorie des finances publiques. Slobodian (2018) et Olsen (2019) s’y réfèrent dans leurs enquêtes sur les rapports que doivent entretenir les sphères économiques et politiques aux yeux de divers économistes néolibéraux4. Ces travaux permettent tous d’approfondir la connaissance du concept équivoque de souveraineté du consommateur. Cet article complète cette littérature en démontrant que l’analogie entre la souveraineté du consommateur et du citoyen n’est toutefois qu’une analogie parmi l’ensemble de celles qui composent les réseaux d’analogies entre le marché et la démocratie, et que sa signification est étroitement dépendante du réseau construit.

  • 5 Voir par exemple MacPherson (1961), Merle (1990) et Lafay (1997).
  • 6 Nous empruntons l’expression à Plantin (2011, 118).
  • 7 Définissant la conception libérale de la démocratie, Habermas recourt lui-même à la relation d’anal (...)

9L’analogie spécifique entre le citoyen et le consommateur a d’abord constitué un transfert d’un concept politique vers un concept économique. Mais les relations d’analogie entre la démocratie et le marché ont aussi procédé en sens inverse, notamment après la Seconde Guerre mondiale, à la suite de la mobilisation de théories économiques afin d’analyser les phénomènes politiques. Dans une perspective critique, des sociologues et politistes ont interprété ce phénomène comme un réductionnisme relevant de l’impérialisme de la science économique sur les autres sciences sociales5. Une perspective critique alternative a consisté à proposer des « contre-analogies »6. John Elster (1986) considère par exemple que la démocratie est moins à considérer comme un « marché » que comme un « forum ». Parce qu’il propose une conception normative « délibérative » de la démocratie, qu’il oppose à la « conception libérale », Habermas (1994) estime que le processus démocratique n’est pas que la caisse d’enregistrement des préférences des citoyens (conception libérale) – comme le marché le serait pour les préférences des consommateurs – mais également un processus de formation des préférences par la rationalisation des discours (conception délibérative)7. La construction de contre-analogies repose toujours sur une vision alternative de ce qu’est ou de ce que doit être la démocratie.

10Dans ce travail, nous ne cherchons ni à juger la pertinence du recours aux diverses analogies possibles entre la démocratie et le marché ni à proposer des contre-analogies. Pour légitimes que soient les perspectives critiques, de telles postures empêchent de s’interroger systématiquement sur les fonctions jouées par les analogies démocratie-marché dans l’analyse économique. Nous n’avons pas non plus un pur objectif d’historien de la pensée, qui consisterait à retracer la genèse et la diffusion du recours aux analogies démocratie-marché dans la discipline. Notre démarche est descriptive en même temps qu’interprétative. Elle consiste à présenter et reconstruire les analogies démocratie-marché fréquemment mobilisées dans la littérature économique des deux premiers tiers du 20e siècle afin de pouvoir procéder à la reconstruction des visions qu’elles véhiculent. En d’autres termes, nous prenons les analogies démocratie-marché comme une donnée à partir de laquelle nous proposons une interprétation des conceptions du marché et de la démocratie qu’elles expriment. C’est ce travail interprétatif qui nous permet de défendre la thèse selon laquelle deux grandes représentations idéal-typiques de la démocratie s’opposent. Il s’agit des deux visions que nous avons respectivement nommées « démocratie de la demande » et « démocratie de l’offre ». Largement implicites dans les écrits économiques, ces dernières sont révélées par l’étude des analogies que les économistes construisent et du statut qu’ils leur confèrent.

  • 8 La notion de « souveraineté du consommateur » s’inspire de l’expression populaire, existant dans pl (...)

11Pour mener à bien ce projet, nous avons dû procéder à la sélection d’un corpus de textes. Le premier auteur retenu est Arthur Cecil Pigou (1902 ; 1906). Il est à notre connaissance le premier économiste à avoir fait un usage extensif des analogies entre le marché et la démocratie. Par ailleurs, il est le père fondateur de l’économie du bien-être, sous-champ au sein duquel ces analogies sont récurrentes. Notre sélection a ensuite été influencée par trois considérations. Premièrement, nous avons sélectionné des auteurs qui recourent régulièrement à une ou plusieurs analogies entre le marché et la démocratie. Deuxièmement, nous avons sélectionné des auteurs qui nous permettent de rendre compte de la diversité des analogies d’une part et de la diversité de leurs usages d’autre part. Troisièmement, nous avons donné une cohérence historique à ce corpus. C’est au cours de l’entre-deux-guerres que les analogies démocratie-marché se répandent dans la discipline, en particulier au moment du grand débat sur le socialisme. Pour cette raison, nous avons retenu les contributions de représentants des divers camps : Maurice Dobb (1933 ; 1935), Abba Lerner (1934), Ludvig von Mises (1936 ; 1949) ainsi que William Hutt (1934 ; 1936). Ce dernier forge à cette occasion l’expression de « souveraineté du consommateur » (Hutt, 1934, 12)8. Entre ces écrits de l’entre-deux-guerres et les écrits de l’après-guerre mobilisant des analogies démocratie-marché, la publication de Capitalisme, Socialisme et Démocratie constitue un moment clé. Premièrement, Joseph Schumpeter (1942) rejette l’analogie canonique entre pure démocratie et marché parfait. Deuxièmement, sa perspective innovante inspire certains travaux associés au « libéralisme du choix rationnel » (Amadae, 2003). Au sein de ce mouvement, nous considérons les travaux de Kenneth Arrow (1951), d’Anthony Downs (1957a ; 1961) et de Gary Becker (1958). Ils reposent sur un recours extensif aux analogies formelles. Ce sont ces auteurs qui contribuent à importer les outils de la théorie économique dans l’analyse des phénomènes politiques. Mais au même moment, certains de leurs contemporains décident au contraire de traiter des imperfections des analogies entre la démocratie et le marché. Nous considérons à cet égard les écrits d’un représentant de « l’école du Public Choice », à savoir James Buchanan (1954a ; 1954b), et de deux représentants de « l’école de Chicago », Milton Friedman (1962) et Frank Knight (1951 ; 1960). Ces derniers ont en commun de mobiliser ces imperfections afin d’affirmer la supériorité de la coordination marchande sur la coordination démocratique. Nous considérons enfin le travail de John Kenneth Galbraith (1967 ; 1973a). Il produit une critique institutionnaliste historique de la vision véhiculée par l’analogie entre souveraineté du consommateur et souveraineté du citoyen en mobilisant une analogie alternative en termes de souveraineté du producteur.

12Nous avons conscience du caractère en apparence arbitraire de cette sélection. Ces choix sont toutefois en cohérence avec notre objectif de rendre compte, sans prétention à l’exhaustivité, de la diversité des analogies démocratie-marché et de la diversité de leurs usages. Nous avons également conscience des limites d’une reconstruction qui fait largement l’impasse sur les problématiques historiographiques. Notre volonté de traiter simultanément d’auteurs travaillant dans des cadres théoriques et épistémologiques différenciés génère également des difficultés. Il n’est jamais aisé de rendre de compte de ce qui unit les contributions d’auteurs aux perspectives différenciées sans négliger leurs singularités respectives. Nous nous efforçons donc de préciser les nuances que chacun des économistes considérés apportent aux concepts mobilisés dans le cadre des analogies démocratie-marché, en détaillant les hypothèses auxquelles ils recourent. Enfin, nous assumons de proposer un article qui constitue une interprétation qui n’épuise aucunement tous les enjeux, notamment épistémologiques, du recours aux analogies démocratie-marché, objet d’étude qu’il est désormais temps de définir.

2. Les types d’analogie démocratie-marché

13Afin de préciser les diverses formes d’analogies qui existent et sont pertinentes pour notre propos, nous nous fondons sur les récentes clarifications apportées par Plantin (2011). Nous illustrons les distinctions conceptuelles opérées par des exemples d’analogies démocratie-marché. Tout d’abord, la pensée analogique a pour but de « déchiffrer des ressemblances » afin de connaître un objet. Ce mode de pensée comporte donc un risque notoire. « La productivité du procédé peut aller jusqu’au délire » (2011, 111-112). Bertrand Russel (1938, 117) écrivait en ce sens que l’analogie « ne doit pas être poussée trop loin ». Il ajoutait qu’elle doit « servir à suggérer et éclairer mais non à démontrer ». Dans Prodiges et vertiges de l’analogie, Jacques Bouveresse (1999) soulignait également ce « pouvoir de suggestion » de l’analogie pour mieux le contraster avec son absence de valeur démonstrative. Cette première caractéristique de la pensée par analogie explique pourquoi un travail interprétatif, portant sur les visions que les économistes suggèrent, de manière plus ou moins explicite, en recourant aux analogies démocratie marché, est nécessaire.

14Une analogie est donc fondée sur un rapport de ressemblance – voire de proportionnalité dans un sens plus restreint – entre deux objets dont l’identité demeure cependant toujours partielle. En ce sens, une analogie est nécessairement imparfaite. Une originalité de notre démarche est de tenir compte de ces imperfections inhérentes à la construction d’analogies non pas en tant que faiblesses, mais en tant que composantes constitutives du raisonnement par analogie. D’où notre insistance sur les usages que les économistes font des imperfections des analogies démocratie-marché. Les adjectifs employés pour décrire une relation analogique sont traditionnellement ceux de « semblable », « similaire » ou « analogue ». Pour établir un rapport de similitude, faute de verbe associé au substantif analogie, on recourt généralement au verbe « (se) ressembler » voire au verbe « être (comme) » (Plantin, 2011, 115-116). Ainsi, c’est bien une analogie entre la démocratie et le marché que construit l’économiste Frank Fetter lorsqu’il écrit que « le marché est une démocratie où chaque penny donne un droit de vote » avant d’affirmer que le système concurrentiel est semblable à une « démocratie de la valorisation » où l’argent sert à exprimer son opinion tandis que la méthode « autoritaire » d’allocation des ressources est semblable à « une oligarchie ou une monarchie » (Fetter, 1905, 212-220).

15Quels types d’analogies démocratie-marché peut-on distinguer ? Pour notre propos, il convient d’en distinguer deux. Il existe premièrement des analogies formelles – également appelées de forme ou structurelles. Une analogie formelle est « celle qui existe entre deux systèmes complexes partageant une même structure » (Plantin, 2011, 117). Elle réside sur la mise en évidence d’un isomorphisme. Les analogies formelles entre la démocratie et le marché sont établies à partir d’une identité de rapport entre ces deux objets considérés en tant que processus de coordination des préférences individuelles. On y retrouve des demandeurs (consommateurs/citoyens), des offreurs (entreprises/partis), des produits (biens/programmes), des contraintes (pouvoir d’acheter/pouvoir de voter) ainsi que des problématiques informationnelles (publicité/propagande). Établir une analogie structurelle entre la démocratie et le marché permet de modéliser le fonctionnement de la démocratie, pensée comme un « marché politique », à partir des outils théoriques utilisés pour étudier le fonctionnement du marché en économie. Les écrits de Pigou (1902 ; 1906), Arrow (1952), Downs (1957a) et Becker (1958) retenus dans ce travail en fournissent autant d’exemples.

16Il existe deuxièmement des analogies catégorielles. Plantin (2011) explique que de telles analogies visent à recatégoriser un objet. Les argumentations exploitant des analogies catégorielles correspondent à une argumentation par comparaison. En affirmant que « le marché est une démocratie », Fetter recatégorise le marché en démocratie et lui transfère ainsi la légitimité que l’on attache traditionnellement à la démocratie. De la même manière, recourir au concept de souveraineté du consommateur permet, par analogie avec la notion de souveraineté du citoyen, de considérer la situation du consommateur sur un marché comme analogue à celle du citoyen en démocratie. Dans ce cas, le marché et la démocratie ne sont plus uniquement considérés en tant que procédures de coordination. Ils sont aussi conçus en tant qu’ensembles institutionnels garantissant des valeurs telles que la liberté individuelle (concept éminemment polysémique selon les économistes qui l’emploient). Une opération de recatégorisation peut également avoir une finalité didactique. Ainsi Paul Samuelson (1970, 90) écrit-il dans son manuel Economics que « les dollars dépensés » par les consommateurs « sont les bulletins de vote économique des particuliers ». L’analogie est un terme souvent confondu avec la métaphore, et pour de bonnes raisons. La métaphore est précisément un moyen permettant d’exprimer une relation analogique. Plantin (2011, 117) explique que la métaphore simple renvoie généralement au « processus de recatégorisation » quand la métaphore filée permet d’exprimer « une forme d’analogie structurelle ».

17Nous venons de distinguer des analogies formelles et des analogies catégorielles. Quels usages argumentatifs en sont faits ? Lorsque l’on affirme que X est analogue à Y, X acquiert le statut de « domaine cible » et Y le statut de « domaine ressource » (Plantin, 2011, 119). Deux usages principaux peuvent alors être faits de la relation d’analogie. Dans une optique positive, le domaine ressource, censé être le mieux connu, permet d’explorer le domaine cible. Chez les économistes, le marché fait dans ce cadre plutôt office de domaine ressource. Dans An Economic Theory of Democracy, Downs tient le marché comme domaine ressource et la démocratie comme domaine cible. Il analyse le fonctionnement politique à l’aide des outils de la science économique. Dans une optique normative, c’est au contraire la démocratie qui est généralement tenue comme domaine ressource par les économistes et le marché comme domaine cible. Dans ce cas, le domaine ressource permet de légitimer ou de délégitimer le domaine cible. Lorsque Milton Friedman (1962, 44-54) pose l’analogie entre le marché et « un système de représentation proportionnelle », il confère au marché la légitimé d’un système politique fondé sur la représentation proportionnelle. Mais son ouvrage Capitalisme et liberté étant fondé sur une volonté explicite de légitimation de la coordination par les marchés concurrentiels, il délégitime du même coup les régimes démocratiques fondés sur une représentation majoritaire.

  • 9 La distinction entre la démocratie comme régime politique d’une part et ensemble de valeur d’autre (...)
  • 10 Amartya Sen a montré combien, en construisant les conditions du problème qu’il s’attache à résoudre (...)

18Quels rapports ces analogies formelles et catégorielles entretiennent-elles ? Du point de vue du registre de la pensée, les analogies formelles sont plutôt un « mode de raisonnement » au fort pouvoir heuristique tandis que les analogies catégorielles sont plutôt un « mode de pensée métaphorique » au fort pouvoir persuasif (Borel, 2000, 7). Du point de vue du contenu, les analogies formelles entre démocratie et marché se concentrent sur la dimension procédurale de la démocratie – soit ce que Dahl (1998, 48) nomme « le système politique ». On considère dans ce cas que la démocratie tire sa légitimité en tant que procédure permettant aux citoyens d’exprimer librement leurs préférences, de même qu’un marché parfait permet l’expression libre des préférences des consommateurs. Les analogies catégorielles, en particulier l’analogie entre la souveraineté du citoyen et du consommateur, renvoient quant à elles à une vision plus substantielle de la démocratie – ce que Dahl nomme la « culture démocratique »9. La démocratie désigne alors un système de valeurs. Ces deux types d’analogies sont parfois présents chez un seul et même auteur. Dans Social Choice and Individual Values, Arrow (1951, 1) affirme que « le vote » et le « mécanisme de marché » sont deux méthodes fondées sur le « consensus » permettant de parvenir à des « choix sociaux ». La démocratie et le marché sont ainsi posés comme similaires en tant que méthodes pour « amalgamer les goûts de nombreux individus dans la réalisation de choix sociaux » (Arrow, 1951, 2). Arrow (1951, 15) développe alors l’analogie formelle, dans une optique heuristique, entre sa fonction de choix social (domaine cible) pensée comme une généralisation de la fonction de demande de la théorie économique (domaine ressource). Mais il recourt également régulièrement aux analogies catégorielles entre citoyen et consommateur (Arrow, 1951, 28-31)10. Ces deux figures semblent même tout bonnement confondues lorsqu’il énonce son théorème d’impossibilité : « si les valeurs des consommateurs peuvent être représentées par un large éventail d’ordres individuels, alors la doctrine de la souveraineté des votants est incompatible avec celle de la rationalité collective » (Arrow, 1951, 60). Comme Berthonnet et Desreumaux (2014, 103) le soulignent, « la distinction entre la notion de souveraineté du citoyen et celle de souveraineté du consommateur tend à se brouiller ».

3. La dimension catégorielle de l’analogie canonique entre la pure démocratie et le marché parfait

19L’exploration de la littérature économique des années trente à soixante nous a amené à conclure que l’analogie la plus répandue dans la science économique est celle établie entre la pure démocratie et le marché parfait. Elle repose sur la relation d’analogie entre le consommateur et le citoyen. Schumpeter (1942) considère que l’une des racines intellectuelles de cette analogie est la philosophie libérale et utilitariste qui se développe entre le 17e et le 19e siècle. Dans ce cadre, l’économie et la politique sont pensées à partir d’une même préconception, à savoir un individu rationnel et éclairé dont il convient de préserver la liberté de choix en le soustrayant à l’arbitraire de l’État. Schumpeter (1942, 328) ajoute que cette philosophie libérale est « essentiellement rationaliste, hédonistique et individualiste » en tant qu’elle fait du bonheur « le grand but de la vie » et « le grand principe d’action, aussi bien dans la sphère privée que dans la sphère politique ». Le terme d’hédonisme renvoie historiquement à l’utilitarisme benthamien. Les économistes s’en sont progressivement détachés à la suite du recours à une conception ordinale de l’utilité et au refus des comparaisons interpersonnelles d’utilité. Néanmoins, cette philosophie politique est demeurée prégnante dans la discipline, comme l’illustrent les différents exemples présentés dans cette section.

  • 11 Pigou (1906, 379) considère également que, en économie comme en politique, « l’argument est fondame (...)

20Arrow (1951) inscrit par exemple explicitement la construction de sa fonction de choix social dans la continuité de la philosophie benthamienne. Contrairement à ceux qu’il nomme les « idéalistes », la philosophie utilitariste a le mérite de ne pas postuler l’existence d’un « bien social objectif défini indépendamment des désirs individuels » tout en autorisant à penser l’existence d’un « bien social » à partir de l’agrégation des préférences individuelles. Pour Arrow (1951, 22-23), cette philosophie selon laquelle « le bien social est en un sens un certain composite des désirs individuels » a servi « de justification tant à la démocratie politique qu’à l’économie du laissez-faire ». En d’autres termes, cette philosophie serait à l’origine de la légitimité analogue attribuée au marché et à la démocratie11. Ces deux modalités de coordination des actions individuelles garantissent la libre expression des préférences individuelles et conduisent, sous certaines conditions, à leur meilleure représentation.

  • 12 L’incise « cadre donné » est importante. Une critique récurrente est celle selon laquelle le respec (...)

21Cette question de l’efficacité de la représentation des préférences individuelles est au cœur de l’économie du bien-être. Son concept pivot, le critère de Pareto, fournit à l’économiste une norme afin d’évaluer l’efficacité d’un système économique. Il permet de définir des situations où il n’est pas possible d’améliorer la satisfaction d’un ou plusieurs individus sans détériorer celle d’un autre. Ce critère renvoie donc à la capacité d’un système économique à respecter et à satisfaire les préférences individuelles. Mais comme les préférences des individus sont traditionnellement considérées comme propres à l’individu et comme une donnée pour l’économiste du bien-être (hypothèse de préférences exogènes), le critère de Pareto est une norme d’efficacité qui est considérée comme légitime d’un point de vue politique. Érigé en tant que norme politique, le critère de Pareto acquiert le statut de principe. Il permet « d’asseoir l’évaluation normative sur le principe, peu contestable à première vue, du respect de l’unanimité lorsque les souhaits des uns et des autres ne sont pas contradictoires » (Picavet, 1999, 938). Il semble en effet y avoir peu à objecter à un principe de mise en œuvre de changements qui, dans un cadre donné, soit laisse identique la situation des individus composant une population, soit l’améliore12. Philippe Mongin a montré que mobilisé en référence à la sphère politique, comme c’est le cas dans le cadre des analogies démocratie-marché, le principe de Pareto « stipule que des jugements de préférences stricts unanimes doivent être respectés ». Pour cette raison, il a été perçu comme « une restitution particulière du principe de souveraineté démocratique », à savoir que « ce que les citoyens décident à l’unanimité doit être réalisé » (Mongin, 2005, 1-2).

  • 13 À ce sujet, Vincent Desreumaux (2013, 89-90) défend la thèse selon laquelle l’économie néoclassique (...)

22La controverse entre Dobb et Lerner est à cet égard éclairante. Car la relation d’analogie entre la démocratie et le marché et le critère de Pareto sont au cœur de leur échange. Dobb (1933, 591) rejette la légitimité du critère de Pareto dans la mesure où il repose sur « une sacralisation des préférences des consommateurs », laquelle vise à conférer au marché libre les « vertus de la démocratie parlementaire ». Loin de rejeter la recatégorisation analogique dénoncée par Dobb, Lerner (1934, 53-55) défend en dernière instance le recours aux préférences individuelles en tant que norme permettant de juger de l’efficacité et de la légitimité d’un système économique puisqu’il en va précisément de « l’hypothèse démocratique »13. Ici, le domaine ressource de légitimité est la démocratie quand le domaine cible est le marché. L’usage de l’analogie est normatif. Rejeter que les préférences individuelles soient le fondement de la légitimité d’une procédure d’allocation des ressources est analogue à rejeter le fondement même de la légitimité du processus démocratique, à savoir la souveraineté du citoyen. Il est important de souligner que cette posture de Lerner est indissociable de la vision de la science économique défendue par Robbins (1932) et d’une conception de l’économiste en tant qu’ingénieur social. Quatre décennies plus tard, Lerner maintient cette ligne de défense en manifestant son adhésion au principe de souveraineté du consommateur. Il estime que l’économiste ne doit être concerné que par « les mécanismes permettant aux gens d’obtenir ce qu’ils veulent, quelle que soit la manière dont ces besoins sont acquis », ajoutant que l’économie a gagné son titre de « reine des sciences sociales » en choisissant des « problèmes politiques réglés » comme objet d’études (Lerner, 1972, 259).

  • 14 Sur Hutt, voir Persky (1993 ; 1997) et Desmarais-Tremblay (2020). Sur Mises, voir Olsen (2019). Sur (...)
  • 15 Contrairement à Hutt, nous allons voir que c’est précisément la reconnaissance du caractère endogèn (...)

23La manifestation la plus fréquente de l’analogie catégorielle entre citoyen et consommateur, laquelle permet de poser une relation d’analogie entre la démocratie et marché, s’est justement exprimée via le concept polysémique de souveraineté du consommateur. Implicitement présent dans les écrits de Fetter (1905), Pigou (1906), Hayek (1935), Röpke (1935) et Mises (1936), c’est l’économiste William Hutt qui l’a forgé14. Ce concept lui sert à désigner « une norme implicite dans les écrits orthodoxes modernes » (Hutt, 1934, 14). Chez Hutt l’expression souveraineté du consommateur est synonyme de pouvoir de demander, c’est-à-dire de pouvoir de déterminer l’allocation des ressources (1936, 257). Le terme « demander » renvoie ici au pouvoir de déterminer les finalités, tandis que l’offre consiste uniquement à fournir les moyens de servir ces finalités. Autrement dit, le pouvoir des offreurs correspond à leur pouvoir discrétionnaire de répondre au mieux, puisqu’ils sont supposés rationnels, aux préférences des consommateurs. Hutt souligne la dimension positive du concept, puisqu’il explique qu’il a été utilisé afin de décrire le fonctionnement d’un marché libre. Mais il lui confère d’abord et avant tout une valeur normative, quand bien même il reconnaît le caractère endogène des préférences15. C’est à ce moment qu’il met explicitement en exergue la relation d’analogie entre la démocratie et le marché. « Regardée en tant qu’idéal, la souveraineté des consommateurs repose sur les mêmes hypothèses que l’idéal du gouvernement représentatif », à savoir la satisfaction des préférences des demandeurs (Hutt, 1936, 262). Quelques années plus tôt, Mises écrivait déjà que la demande est souveraine en dernière instance dans la mesure où un régime de concurrence libre génère « l’obéissance des producteurs à la volonté des consommateurs ». Pour étayer son propos, il affirmait que le pouvoir d’acheter est analogue au pouvoir de voter : « la société capitaliste est une démocratie où chaque penny donne un bulletin de vote » de telle sorte que « le seigneur de la production est le consommateur » (Mises, 1936, 443).

24En résumé, la souveraineté du consommateur désigne, dans sa dimension positive, l’idée selon laquelle l’allocation des ressources est déterminée par les préférences des citoyens, soit le côté demande du marché. C’est pourquoi, en raison des analogies afférentes au concept, nous soutenons qu’elle véhicule une vision en termes de démocratie de la demande. Dans sa dimension normative, le principe de souveraineté du consommateur pose que l’allocation des ressources doit être déterminée par les préférences des consommateurs (Penz, 1987). Nombreux sont les économistes qui adhèrent à ce critère de valorisation sociale. Il est toutefois crucial de rappeler qu’il ne conduit pas nécessairement ces derniers à des préconisations identiques en termes de politiques publiques. Hildebrand (1951) le met en avant afin d’appeler de ses vœux une intervention minimale de l’État quand Baumol (1952) et Scitovsky (1962) estiment au contraire que cette intervention peut être nécessaire, notamment eu égard à la production de biens collectifs, pour pleinement réaliser le principe de souveraineté du consommateur. Cyril Hédoin (2017) rappelle que l’analogie catégorielle qui a conduit à forger l’expression « souveraineté du consommateur » repose sur trois hypothèses qui font directement écho à la philosophie utilitariste. Premièrement, l’individu est le meilleur juge de ses préférences, considérées comme données, indépendantes et cohérentes. Deuxièmement, le bien-être peut être approché à partir de la satisfaction des préférences. Troisièmement, l’individu est rationnel en ce sens où il cherche à maximiser la satisfaction de ses préférences et – du fait de la deuxième hypothèse – son bien-être. Ce sont bien ces hypothèses que remettent en cause Pigou (1906), Dobb (1933), Schumpeter (1942), Downs (1957a) et Galbraith (1967 ; 1973a) lorsqu’ils remettent en cause l’idée de souveraineté du consommateur et proposent de remodeler le réseau d’analogies entre la démocratie et le marché.

4. La dimension formelle de l’analogie canonique entre la pure démocratie et le marché parfait

25La section précédente a présenté les analogies catégorielles qui fondent la relation d’analogie entre pure démocratie et marché parfait et la manière dont elles aboutissent à les considérer comme deux systèmes à la légitimité à première vue analogue. Il convient maintenant de présenter les analogies formelles qui visent à justifier ce que ne faisait finalement que suggérer le recours à l’analogie catégorielle entre la souveraineté du consommateur et celle du citoyen. Nous allons présenter les tentatives entreprises par Arrow (1951), Downs (1957a) et Becker (1958). Si les intentions et les outils théoriques mobilisés par ces trois auteurs sont différents, ils ont en commun de faire de la démocratie leur domaine cible et du marché leur domaine ressource. Ce faisant, ils concluent que les résultats de la coordination par un marché parfaitement concurrentiel et par une procédure démocratique idéale sont analogues.

  • 16 Arrow refuse en revanche le recours à des courbes d’indifférence dans la mesure où il considère que (...)

26Avec son axiomatisation, Arrow (1951, 28-30) établit une analogie formelle entre la démocratie et le marché en tant que procédure d’agrégation des préférences individuelles. Il présente sa fonction de choix social comme « la généralisation de la fonction de demande telle qu’elle apparaît dans la théorie du choix du consommateur en situation de concurrence parfaite » et présente le panel de toutes les alternatives disponibles comme « la contrainte budgétaire de la théorie du consommateur »16. Souhaitant fonder sa fonction de choix social sur les préférences individuelles, il nomme « souveraineté du consommateur » la quatrième condition qu’il impose à sa fonction, à savoir celle de non-imposition. En combinant cette condition à sa deuxième condition, à savoir le respect du principe de Pareto, il considère avoir reformulé le « concept usuel de souveraineté du consommateur ». Mais puisqu’il affirme se référer « aux valeurs plutôt qu’aux goûts », il décide d’affirmer que ces deux conditions de sa fonction de choix social expriment « l’idée de souveraineté du citoyen » (Arrow, 1951, 28-30). Alors que le concept de souveraineté du citoyen avait été importé de la sphère politique à la sphère économique pour forger l’expression souveraineté du consommateur, la relation d’analogie procède ici en sens inverse.

  • 17 Berthonnet et Desreumaux (2014, 97) affirment en ce sens que « le marché est bel et bien considéré, (...)

27Dans Rationalizing Capitalist Democracy, Amadae (2003, 111) affirme que l’on a retenu du théorème d’impossibilité énoncé par Arrow qu’il « affaiblissait » le modèle de la « démocratie idéalisée », en particulier la rhétorique de la meilleure représentation des préférences individuelles. Mais on aurait oublié qu’il affaiblit de manière analogue le modèle de marché en concurrence parfaite. Comme Arrow (1951, 4) affirme explicitement « que la distinction entre le vote et le mécanisme de marché est ignoré » dans son étude en tant que deux cas spécifiques de « la catégorie plus générale de choix social collectif », on pourrait en effet penser que son théorème s’applique a priori de manière analogue au système de marché en concurrence parfaite17. C’est d’ailleurs en refusant l’analogie établie par Arrow que Buchanan (1954a ; 1954b) rejette l’idée de la mise à mal analogue de la légitimité du système concurrentiel. Arrow ne s’est toutefois pas montré explicite à ce sujet. Car, s’il affirme ignorer la distinction entre la démocratie et le marché, il l’a en réalité réintroduite en distinguant, de manière équivoque toutefois, les valeurs des goûts (Arrow, 1951, 18). Kolm (1980, 251) a mis en évidence la confusion régnant dans l’emploi de ces deux termes dans l’ouvrage d’Arrow. Cette confusion dérive selon nous directement du fait de raisonner à l’aide de l’analogie entre le marché et la démocratie, dans la mesure où Arrow emploie généralement, mais non rigoureusement : (i) le terme goût lorsqu’il se réfère à la sphère économique et la consommation, (ii) le terme valeur lorsqu’il se réfère à la sphère politique et à l'équitable.

  • 18 On trouve une défense similaire de la démocratie chez Knight (1951, 8).

28Dans le dernier chapitre de son ouvrage, Arrow décide finalement de redéfinir la démocratie, en exprimant un point de vue faisant écho à la conception délibérative plutôt que libérale. Il explique qu’un certain degré de consensus sur les fins au sein d’une société, l’unanimité a fortiori, permet de lever l’impossibilité. Si rien ne permet de postuler l’existence d’un tel consensus, cette question le conduit à affirmer que la défense de la démocratie peut reposer « sur l’argument que la libre discussion et libre expression des opinions sont les techniques les plus adéquates pour arriver à un impératif moral implicite commun à tous »18. Mais alors « le vote, de ce point de vue, n’est pas un dispositif où chaque individu exprime son intérêt personnel mais plutôt où chaque individu donne son opinion sur la volonté générale » (Arrow, 1951, 83). Cela permet à Arrow de revêtir la démocratie d’une légitimité nouvelle après que son théorème l’ait dévêtu de celle fondée sur la souveraineté du citoyen-consommateur. La démocratie peut trouver une légitimité autre que l’efficacité de la représentation des préférences individuelles, à savoir la préservation de la discussion sur les fins qu’elle garantit et la possibilité de construire du consensus. Mais ce faisant, Arrow retombe sur l’idée, explicitement rejetée au départ, d’une existence d’un bien commun qui puisse être indépendant des « préférences » ou des « valeurs » individuelles.

  • 19 Hotelling (1929, 54-55) avait dès le départ souligné la possibilité d’appliquer son modèle au champ (...)
  • 20 Downs fait ici implicitement une analogie entre le gouvernement et l’entreprise de la théorie manag (...)

29La construction d’analogies formelles entre la démocratie et le marché de Downs (1957a) ne porte pas, comme chez Arrow, sur les possibilités de réalisation de l’idéal de la démocratie libérale. Downs entend plutôt proposer une théorie positive et convoque pour ce faire la théorie économique comme domaine ressource, en particulier les modèles de concurrence spatiale de Hotelling (1929) et Smithies (1941)19. Downs fait l’hypothèse que le comportement des citoyens et des partis est analogue à celui de « l’homme rationnel » traditionnellement considéré par « la théorie économique » (1957, 7). Suivant Schumpeter (1942), il ajoute que les partis politiques poursuivent un intérêt propre dans le « processus concurrentiel pour le vote des individus » (1957a, 17). Il produit d’abord un premier modèle reposant sur l’hypothèse d’information complète et gratuite. Dans un système bipartisan, analogue à un duopole, le citoyen vote pour le parti préféré tandis que le gouvernement, pour se maintenir au pouvoir, agit afin de « maximiser le nombre de votes qu’il va recevoir ». Il agit donc comme « un entrepreneur qui vend des politiques pour les votes au lieu de produits pour de l’argent » (Downs, 1957b, 137)20. En situation certaine, la stratégie optimale pour le gouvernement est d’adopter les mesures qui sont préférées par une majorité de votant (théorème de l’électeur médian). Les analogies formelles proposées par Downs sont particulièrement intéressantes en ce qu’elles attestent que les hypothèses de rationalité et d’information complète conduisent à une vision en termes de démocratie de la demande, où les partis s’adaptent aux préférences des votants. Nous verrons que l’introduction de l’incertitude dans son modèle change la vision positive de la politique véhiculée.

30Gary Becker est le troisième auteur considéré pour sa mise en évidence d’un isomorphisme entre le marché et la démocratie. Motivé par l’ouvrage de Downs, il développe l’analogie entre « un système idéal de libre entreprise » et une « démocratie idéale » pour mettre en exergue leur légitimité analogue. Becker recatégorise la démocratie comme « un arrangement institutionnel » destiné à produire des « décisions politiques » et où des individus concourent librement pour obtenir des responsabilités. Il ajoute que « le but immédiat de tout parti politique est d’être choisi par l’électorat, de même que le but immédiat de toute firme est d’être choisie par les consommateurs » (Becker, 1956, 106). Pour Becker, trois hypothèses identiques définissent un marché idéal et une démocratie idéale : un grand nombre de « votants », des « élections périodiques » et une « concurrence libre » entre les producteurs, soit l’absence de barrière à l’entrée. Si ces trois conditions sont vérifiées, alors la souveraineté des citoyens et des consommateurs est garantie et c’est bien le côté demande du marché qui détermine le résultat du processus économique comme du processus politique. Dans une « démocratie politique idéale », affirme-t-il en effet, « il n’y a pas de place pour le choix par des officiels politiques parce que les décisions politiques sont complètement déterminées par les préférences de l’électorat » (Becker, 1958, 107). L’idée d’une légitimité analogue du marché parfait et de la pure démocratie présentée dans l’article de Becker (1958) a été détaillée par Frey (1970). Reconstruisant systématiquement l’isomorphisme formel entre le modèle de concurrence parfaite et le modèle de pure démocratie, Frey démontre qu’en politique, par analogie avec le premier théorème de l’économie du bien-être, une pure démocratie permet formellement d’atteindre la situation « où la position d’aucun votant ne peut être améliorée sans nuire à un autre votant » (Frey, 1970, 379).

31Au terme de cette présentation des analogies catégorielles et formelles qui posent la similitude entre la pure démocratie et le marché parfait, deux conclusions émergent. Premièrement, au niveau positif, les consommateurs et les citoyens sont, dans cette représentation, les agents qui déterminent l’allocation des ressources en économie et les finalités poursuivies en politique. Deuxièmement, leurs usages normatifs véhiculent l’idée d’une légitimité analogue, exprimé par l’idée d’une souveraineté analogue du citoyen et du consommateur. Mais comme indiqué en introduction, toute analogie est nécessairement imparfaite. Cette analogie entre la pure démocratie et le marché parfait ne fait pas exception. Nous présentons donc les principales imperfections qu’ont décidé de mettre en exergue les économistes de notre corpus ainsi que leurs motifs.

5. Les imperfections de l’analogie entre la pure démocratie et le marché parfait

  • 21 Dans son livre The Myth of Rational Voter, Caplan rejette l’analogie au nom d’une autre de ses impe (...)

32Les deux imperfections principales de l’analogie entre pure démocratie et marché parfait portent sur la relation d’analogie entre le pouvoir d’acheter et le pouvoir de voter21. Elles ont essentiellement été mises en exergue à des fins normatives. La première imperfection est liée au problème dit du « vote pluriel ». Il existe une contradiction entre le principe démocratique « un homme égal une voix » et les inégalités de pouvoir d’achat. Pigou mentionnait implicitement ce problème lorsqu’il affirmait que des évaluations marchandes ne sont pas nécessairement satisfaisantes pour refléter l’intensité des préférences d’individus inégalement dotés (1906, 390). Dans sa controverse avec Lerner, Dobb (1933) mobilise l’imperfection du vote pluriel afin de rejeter l’idée que la coordination par le marché dispose d’une vertu démocratique. Un individu riche vote plusieurs fois sur le marché. Dans ces deux exemples, l’imperfection de l’analogie vise à remettre en cause un des fondements de la légitimité de la coordination par le marché. Il est toutefois intéressant de constater que le problème du vote pluriel a également été mobilisé par des économistes libéraux et des socialistes de marché afin d’exporter un peu de l’idéal égalitaire démocratique, en tant que domaine ressource, vers la sphère économique, en tant que domaine cible.

  • 22 Nous voulons illustrer ici l’intérêt de notre reconstruction du point de vue de l’histoire de la pe (...)

33Le recours à cette imperfection de l’analogie entre le marché et la démocratie a par exemple conduit l’économiste libéral William Hutt à justifier certaines interventions étatiques. La reconnaissance de la divergence entre les inégalités de revenus et l’égalité de vote le conduit à défendre l’instauration d’un minimum de ressources. Ce revenu minimum est pour lui une condition nécessaire à l’expression de la souveraineté des consommateurs (Persky, 1993, 16). Hutt confère plus généralement à l’État la tâche d’assurer une égalité des opportunités entre les individus, défendant pour ce faire la subvention inconditionnelle du système éducatif et la taxation progressive. Jacob Viner en conclut, dans le cadre du grand débat sur le socialisme, que Hutt offre finalement « aux ennemis de la souveraineté du consommateur [entendre les socialistes] plus de munitions pour l’attaque que d’occasions de battre en retraite » (Viner, 1938, 425). Mais contrairement à ce que suggère Viner, tous les socialistes ne sont pas opposés au principe de souveraineté du consommateur. Hutt (1940b, 419, 430) lui-même soulignait que les socialistes de marché acceptent la « théorie économique orthodoxe » en acceptant ce principe22. L’analogie entre la coordination démocratique et la coordination par le marché a d’ailleurs conduit Dickinson (1933), Lerner (1934) et Lange (1938) à défendre, par transposition de l’idéal démocratique dans la sphère économique, un principe d’égalité des revenus. La démocratie, en tant que régime politique égalitaire considéré comme domaine ressource, leur permet ainsi de légitimer le socialisme, en tant que régime économique égalitaire faisant office de domaine cible. Bien que critique envers le socialisme, Schumpeter (1942, 311) lui-même affirmait qu’il pourrait bien « représenter le véritable idéal démocratique ».

  • 23 Dans Globalists, Slobodian (2018, 108) estime que « la préférence » de Mises « pour la démocratie p (...)
  • 24 Sur le recours de Buchanan à l’analogie et ses imperfections ainsi que sa tentative de redéfinition (...)

34La deuxième imperfection majeure de l’analogie canonique concerne non plus le problème du vote pluriel mais celui dudit « vote en vain ». Mises note que l’on peut établir l’analogie entre une « constitution démocratique » et une « économie de marché » dans la mesure où elles confèrent au citoyen et au consommateur une « suprématie » analogue. Mais cette comparaison est imparfaite car, en démocratie, « seuls les votes émis pour le candidat de la majorité ou le programme de la majorité sont effectifs dans l’élaboration de la situation ». Le but de Mises est, via la mise en exergue de l’imperfection de l’analogie, d’affirmer la plus grande légitimité de la coordination marchande. « Les votes exprimés par la minorité n’influencent pas directement la politique. Alors que sur le marché aucun vote n’est émis en vain. Chaque centime dépensé a le pouvoir d’activer le processus productif » (Mises, 1949, 271). Si une analogie doit avoir lieu entre le marché concurrentiel et la démocratie, Mises estime qu’il convient de se référer à « une démocratie avec un mandat impératif et immédiatement révocable de ses députés » (Mises, 1936, 443)23. Contrairement au problème du vote pluriel, le problème du vote en vain, qui est également par exemple repris par Buchanan (1954b), vise toujours à affirmer la légitimité supérieure du marché libre sur la démocratie, dans la mesure où la démocratie risque toujours de dériver en tyrannie de la majorité24. Dans Capitalisme et liberté, Friedman compare le marché à un « système de représentation proportionnelle » où chacun peut « voter pour la couleur de cravate qui lui plaît », mais sans avoir à « se soumettre s’il est parmi les minoritaires ». Contrairement à la démocratie, le marché permet de générer « l’unanimité sans l’uniformité » (Friedman, 1962, 44, 54).

6. Les reformulations de l’analogie démocratie-marché

  • 25 « La méthode démocratique est le système institutionnel, aboutissant à des décisions politiques, da (...)
  • 26 L’analogie formelle entre le modèle de concurrence spatiale en situation de duopole ou d’oligopole (...)

35Capitalisme, socialisme et démocratie de Joseph Schumpeter constitue une rupture dans l’histoire du recours aux analogies démocratie-marché. Au couple marché parfait et pure démocratie, où cette dernière est considérée comme une procédure permettant la meilleure représentation des préférences individuelles, Schumpeter substitue le couple concurrence monopolistique et démocratie, où cette dernière est définie comme une procédure concurrentielle de sélection des gouvernants25. Schumpeter se concentre sur le côté offre du marché politique. Se référant à la concurrence monopolistique, il indique que « dans la vie économique, la concurrence ne fait jamais complètement défaut, mais elle n’est à peu près jamais parfaite. De même, la vie politique comporte toujours une certaine concurrence, bien que peut-être seulement potentielle, pour l’allégeance du peuple ». Il poursuit l’analogie en soulignant notamment la similitude entre le comportement des partis politiques et celui des grands magasins (1942, 355, 374). Dans la continuité de Schumpeter, Downs affirme que les partis et les entreprises mettent en œuvre des stratégies similaires de différenciation du produit en recourant respectivement à la propagande et la publicité. Dans ce cadre de pensée, ce n’est pas tant le contenu de l’idéologie que sa fonction qui importe : « les partis ne peuvent pas adopter des idéologies identiques, parce qu’ils doivent créer assez de différenciation du produit pour rendre leurs produits distincts de ceux de leurs rivaux afin d’attirer les votants aux urnes » (Downs, 1957a, 142). L’analogie catégorielle entre concurrence économique et concurrence politique est solidaire, chez Downs, du recours à une analogie formelle entre la démocratie et le marché. Il s’agit de son application des modèles de concurrence spatiale d’Hotelling (1929) et Smithies (1941) pour analyser le positionnement stratégique des partis le long d’un axe gauche-droite. Les systèmes bipartisans et multipartis, en tant que domaines cibles, peuvent ainsi être étudiés à partir des théories du duopole et de l’oligopole, en tant que domaines ressources26.

36La mise en exergue de la nature monopolistique (oligopole et différenciation des produits) de la concurrence politique n’est pas le propre de Schumpeter et de Downs. Ce thème a par exemple été mis en exergue par Knight (1951 ; 1960) et Becker (1958). Mais plutôt que de développer l’analogie, ils affirment que la concurrence démocratique est toujours plus imparfaite que la concurrence économique, dans la mesure où le jeu politique requiert des organisations de très grandes tailles. Le thème de la concentration, comme le thème du vote en vain, est régulièrement mobilisé par les économistes qui souhaitent affirmer la légitimité supérieure de la coordination par le marché. Une exception notoire est Tibor Scitovsky (1962). Dans un article consacré à la souveraineté du consommateur, il met en exergue l’importance prise par les rendements d’échelle croissants, phénomène négligé par les économistes établissant l’analogie entre le marché parfait et la pure démocratie. Or l’existence de rendements croissants, lesquels expliquent la concentration de l’activité industrielle dans les mains de quelques grandes entreprises, conduit à négliger les préférences minoritaires que pourraient exprimer les consommateurs. Aussi estime-t-il que cela contribue « à détruire à un certain degré le principal mérite de l’économie de marché », au fondement de sa légitimité, à savoir que les offreurs répondent aux préférences des demandeurs mêmes si ces préférences sont minoritaires (Scitovsky, 1962, 165). Dans un état d’esprit identique, la critique de la souveraineté du consommateur de Galbraith (1958 ; 1967), fondée sur le concept de filière inversée, vise à rappeler que les consommateurs ne peuvent exprimer une demande que pour un produit effectivement offert par les producteurs. Si les consommateurs exercent une liberté de choix dans un panel donné, ils n’exercent aucune souveraineté, en tant que capacité de détermination du panel de choix.

37Une deuxième hypothèse au fondement de l’analogie canonique entre le marché parfait et la pure démocratie est le principe de rationalité maximisatrice. Hutt (1936, 262) rappelait que « la même mesure de validité sociale peut être réclamée pour la souveraineté du consommateur qu’elle peut l’être pour une décision via un scrutin », mais à condition de faire « l’hypothèse d’une rationalité similaire de la part des votants dans une élection et des consommateurs sur une place de marché ». Dès lors que des économistes introduisent dans l’analogie la possibilité d’une rationalité stratégique ou la prise en compte de comportements non rationnels, la vision selon laquelle le marché et la démocratie conduisent à la meilleure représentation des préférences s’effondre. Downs introduit dans son modèle la possibilité d’une rationalité stratégique, à savoir qu’un individu fasse son choix non pas de manière indépendante, mais en fonction des préférences supposées de ses concitoyens. Cela lui permet notamment de rendre compte du phénomène du « vote utile ». Schumpeter estime quant à lui qu’il convient d’introduire dans l’analyse des phénomènes politiques la question des comportements non rationnels. Il écrit que les économistes inspirés par l’utilitarisme ont commis « dans leur théorie politique la même erreur qu’ils avaient commise dans leur théorie économique », à savoir postuler que « ‘les gens’ sont les meilleurs juges de leurs intérêts personnels et que ceux-ci doivent coïncider avec les intérêts du peuple, c’est-à-dire de ‘tous les gens’ pris dans leur ensemble » (Schumpeter, 1942, 334). Pour Schumpeter, les individus sont d’autant plus susceptibles d’être non rationnels en tant que citoyens qu’ils ne sont pas directement responsables de leurs choix et ne bénéficient pas de « l’influence rationalisatrice des expériences favorables et défavorables » dont ils jouissent en tant que consommateurs. Alors que l’échange marchand se déroule en temps continu, l’échange politique relève du temps discret. Cette nouvelle imperfection de l’analogie est, dans une perspective normative, reprise par Knight (1951) et Becker (1958) afin d’affirmer la supériorité de la coordination marchande.

  • 27 Si, en statique, Downs raisonne d’abord en termes de distributions données des votes, il endogénéis (...)

38En sus de reposer sur le modèle de concurrence parfaite et le principe de rationalité maximisatrice qui caractérise l’économie néoclassique, Shubik (1967, 774) a montré que l’idée selon laquelle « le bien-être privé coïncide avec le bien-être général » si l’on recourt aux « mécanismes de marché » ou à « la procédure de vote » repose sur une troisième hypothèse, à savoir celle d’information complète. En introduisant la question de l’incertitude dans son modèle, Downs indique que le gouvernement ne sait en réalité pas exactement ce que veulent les citoyens ; que les citoyens ne savent pas ce que font, feront et doivent faire les gouvernants ; enfin, que l’information est coûteuse (1957a, 81). Ce faisant, il peut penser la problématique du « leadership » en politique ainsi que celle corollaire de l’altération des préférences des votants et des partis au cours du processus concurrentiel27. L’introduction de l’incertitude dans son modèle conduit également Downs à s’attarder sur le thème des « idéologies », au sujet desquelles nous avons vu qu’il mobilisait l’analogie avec la différenciation des produits. Downs (1957b, 142) considère que c’est l’incertitude qui crée « une demande pour des idéologies dans l’électorat ». Elles servent d’heuristique dans un monde où l’information est incomplète et coûteuse. Ces problématiques informationnelles avaient d’ailleurs déjà conduit Pigou (1906), Dobb (1933) et Schumpeter (1942) à établir une analogie catégorielle entre la publicité et la propagande.

39Alors que le terme revêt de nos jours une connotation péjorative, Schumpeter (1942, 335) définit la propagande de manière neutre, à savoir comme un « exposé de faits et d’arguments préparé en vue d’orienter dans une direction définie les actes ou les opinions du public ». L’existence de la propagande pose un problème à la « doctrine classique » de la pure démocratie puisque « des valeurs et des suggestions imposées aux électeurs ne sauraient passer pour la fin du processus démocratique » (Schumpeter, 1942, 335). Il remet en cause la théorique néoclassique de la publicité selon laquelle elle a une dimension essentiellement informative, pour mettre en exergue, dans la sphère économique comme politique, sa dimension persuasive. « S’étant mis à regarder les phénomènes de plus près, les économistes ont fini par découvrir que, même dans les actes de consommation quotidienne, les consommateurs ne répondent pas tout à fait à l’idée flatteuse que s’en faisaient les manuels d’économie politique » (Schumpeter, 1942, 339). Dans sa controverse avec Lerner quant à la pertinence du principe de souveraineté du consommateur, Dobb (1933, 291) affirmait en ce sens que « l’effet de la publicité sur le choix économique peut être considéré comme un bon parallèle de celui du magnat de la presse sur l’opinion publique ». Les préférences des individus sont malléables. Elles ne sont pas nécessairement « dignes de confiance » ou doivent être « éduquées ». Dans une optique normative, Dobb (1933, 592) redonne sur cette base une légitimité à l’intervention de l’État dans la détermination de l’allocation des ressources. Enfin, l’influence de la publicité sur les préférences des consommateurs est au cœur de la critique de la souveraineté du consommateur de Galbraith (1967). Par ce média, affirme-t-il, les producteurs exercent un pouvoir de détermination des finalités sociales poursuivies en participant de la détermination des préférences des consommateurs. C’est cette critique du concept (dimension positive) de souveraineté du consommateur qui le conduit à rejeter le principe (dimension normative) de souveraineté du consommateur (Chirat, 2020).

  • 28 Cette idée est aussi présentée par Gerhard Colm, lequel remet explicitement en cause, à partir de l (...)

40La dernière hypothèse au fondement de l’analogie entre le marché parfait et la pure démocratie est l’hypothèse de préférences exogènes. Déjà mise à mal par l’introduction de l’incertitude et l’absence potentielle de rationalité, le fait de lui substituer une hypothèse en termes de préférences endogènes bouleverse totalement la vision du marché et de la démocratie. Dès le début du 20e siècle, Pigou (1906, 378) rappelait que l’interdépendance des individus avait pour conséquence que « l’opinion d’un assemblage de personnes » pouvait être fort différente de « la somme des opinions des individus assemblés ». Les préférences d’un groupe d’individus ne dérivent pas nécessairement des préférences des individus, considérés isolément, qui composent ce groupe. Le rejet de l’hypothèse de préférences exogènes est plus catégorique chez Dobb. Nous avons signalé qu’il mobilisait l’analogie entre la propagande et la publicité. Il estime que l’on fait « miroiter » aux masses « l’illusion du choix libre » alors que ce sont le « publicitaire », le « commercial » et les « conventions sociales de la classe dominante » qui contribuent à déterminer ce que les individus désirent (Dobb, 1935). Aussi les consommateurs ne lui apparaissent-ils pas comme souverains. La critique du principe de souveraineté du consommateur de Galbraith, qui constitue une critique de l’économie du bien-être, se fonde également sur une conception endogène des préférences. Il développe à cette occasion le concept de « filière inversée » pour désigner l’idée selon laquelle la mise en branle du processus économique ne provient pas des préférences des consommateurs mais des préférences des producteurs28. Les grandes entreprises jouissent de l’initiative en matière d’allocation des ressources, tentent de modeler les préférences des consommateurs et contraignent leur étendue de choix. Nous allons maintenant montrer pourquoi ces quatre amendements des hypothèses au fondement de la vision en termes de démocratie de la demande conduisent à une vision radicalement opposée en termes de démocratie de l’offre.

7. La vision en termes de démocratie de l’offre

  • 29 Cela n’est pas étonnant puisque le paradigme de la concurrence parfaite implique la neutralisation (...)

41Dans le cadre du modèle canonique où le citoyen-consommateur est pensé comme souverain, son comportement est relativement passif, en tant qu’il réagit mécaniquement aux données de l’environnement. Le citoyen et le consommateur élisent le parti et le produit qui maximisent leur utilité. Mais cette vision en termes de démocratie de la demande attribue un caractère tout aussi passif aux producteurs, qu’il s’agisse des partis ou des entreprises, puisque ceux-ci réagissent mécaniquement aux préférences exprimées par les citoyens et les consommateurs29. L’introduction de problématiques en termes de concurrence monopolistique, de rationalité stratégique ou d’absence potentielle de rationalité, d’incomplétude informationnelle et d’endogénéité des préférences des individus conduit à une vision toute autre. En situation certaine, le leadership politique ne porte finalement que sur la question du « comment faire ? » pour satisfaire les préférences des citoyens. Il s’agit d’un problème d’ingénierie, c’est-à-dire de trouver les moyens adéquats pour satisfaire des fins données. En situation incertaine, le leadership porte au contraire sur la question politique par excellence de la détermination des finalités de la vie en société. Downs (1957b, 87) définit à cet égard le leadership comme « la capacité d’influencer les votants à adopter certaines vues comme exprimant leur volonté propre. Les leaders sont des hommes avec de l’influence sur les votants – habituellement non un contrôle total de leur vote mais au moins quelque impact sur leurs vues quant aux valeurs politiques que les partis doivent épouser ».

42C’est sans doute chez Schumpeter que les conséquences de l’amendement des quatre hypothèses au fondement de l’analogie canonique entre le marché parfait et la pure démocratie transparaissent avec le plus d’éclat. Schumpeter affirme que les besoins des individus ne sont « rien moins que définis », que « leurs réactions à ces besoins ne sont rien moins que promptes et rationnelles » et que les « consommateurs se prêtent si docilement aux influences de la publicité et d’autres méthodes de persuasion que les producteurs paraissent fréquemment dicter leurs volontés à leurs clients, plutôt que de se laisser diriger par eux ». Il transpose alors, par analogie, son jugement à la sphère politique (Schumpeter, 1942, 339-347). En amendant conjointement les hypothèses de préférences innées et de comportement rationnel qui fondent la thèse de la souveraineté du consommateur et l’analogie avec la souveraineté du citoyen, Schumpeter opère un renversement total du regard porté sur le marché et la démocratie. Les préférences individuelles des demandeurs – consommateurs et citoyens – sont à considérer comme le résultat, plutôt que l’origine, de l’action des offreurs sur le marché. Les partis politiques « sont capables de modeler et même, dans une très large mesure, de créer la volonté du peuple ». Pour preuve que le renversement est total par rapport à une vision en termes de démocratie de la demande, soit la conception libérale de la démocratie telle que définie par Habermas, Schumpeter écrit que « la volonté du peuple est le produit, et non la force motrice, de l’action politique » (Schumpeter, 1942, 345-346).

  • 30 On touche ici le fameux « paradoxe du vote ». Le comportement de l’individu, voter ou s’abstenir, d (...)

43Outre cette idée selon laquelle la « volonté du peuple » est le « produit » plutôt que la « force motrice » du jeu démocratique, l’amendement des hypothèses de complétude informationnelle et de préférences exogènes conduit à mettre en exergue le pouvoir des producteurs d’information. Downs prend par exemple acte que l’égalité formelle « un homme égal une voix » masque une inégalité de pouvoir politique résultant des imperfections de l’information. En démocratie, du fait de l’incertitude, et poursuivant l’analogie avec l’économie, « les hommes sont beaucoup plus susceptibles d’exercer une influence directe sur la formation de la politique du gouvernement dans leurs rôles de producteurs que dans leurs rôles de consommateurs » (Downs, 1957b, 149). Downs présente ici le citoyen comme un consommateur sans influence notoire. Du fait de l’existence de coûts d’acquisition de l’information et de coûts de vote, sachant que l’influence de son vote risque d’être marginale, il peut être rationnel pour un citoyen d’une part de ne pas s’informer, d’autre part de s’abstenir de voter30. Ce sont les producteurs d’information, c’est-à-dire les partis politiques et plus encore les groupes de pression, qui jouent un rôle fondamental dans l’orientation de l’agenda politique. C’est le fait que l’information soit coûteuse qui permet à des individus de se spécialiser sur ce marché de l’information. Les groupes de pressions n’influencent pas uniquement les citoyens (1957b, 140-148). Ils influencent également le gouvernement, qui ne sait pas exactement ce que veulent les citoyens. Le rôle de ces spécialistes est de sonder l’électorat et de persuader les citoyens et le gouvernement des bienfaits de telle ou telle politique. Ils essayent de « créer une opinion publique réelle soutenant leurs vues et de convaincre le gouvernement qu’une telle opinion publique existe » (Downs, 1957a, 94). Ainsi Downs propose-t-il une analyse positive de la démocratie, dans laquelle celle-ci risque moins de dériver en tyrannie de la majorité que d’être contrôlée par des minorités actives organisées, capables d’altérer les préférences des citoyens et du gouvernement.

  • 31 Cela est particulièrement visible lorsque l’on contraste le modèle sans incertitude et le modèle av (...)

44Revenant sur le problème de la démocratie dans un article de 1983, Gary Becker abandonne l’analogie entre la pure démocratie et la concurrence parfaite. Il étudie cette fois le rôle de « la concurrence entre les groupes de pressions ». Sa perspective est fort différente de celle exprimée en 1958. Dans le cadre de l’analogie entre marché parfait et pure démocratie, il affirmait que les partis n’avaient aucune initiative, obéissant aux vœux des citoyens. Il affirme cette fois que « les politiciens, les partis politiques » mais aussi « les votants ne recevront que peu d’attention », présumant que ces acteurs ne font que transmettre « la pression des groupes actifs » (Becker, 1983, 372). Contrairement à des économistes comme Buchanan, Friedman et Mises qui craignent avant tout la tyrannie de la majorité, Becker estime que « le vote et les majorités ne sont pas les déterminants fondamentaux de l’influence politique en démocratie ». Il remet ici en cause l’idée d’indépendance des préférences des citoyens en se fondant sur une vision en termes d’information imparfaite. « Les préférences du votant ne sont pas fréquemment une force cruciale indépendante du comportement politique. Ces ‘préférences’ peuvent être manipulées et créées via l’information et la mésinformation fournies par les groupes de pression intéressés, qui augmentent leur influence politique en partie en changeant les ‘préférences’ révélées d’assez d’électeurs et de politiciens » (1983, 385, 392). Cette vision de Becker rappelle celle de Schumpeter. Ayant opéré son renversement de perspective entre le fonctionnement d’une démocratie libérale idéale et le fonctionnement concret des régimes démocratiques, ce dernier concluait lui aussi que la démocratie est un régime où les minorités agissantes organisées sont susceptibles d’exercer un fort pouvoir de contrôle du processus politique. Il constatait que « la vie politique a presque entièrement dégénéré en une lutte entre groupements de pression » dont les pratiques sont « incompatibles avec l’esprit de la méthode démocratique » et contribuent à « en fausser les modalités de fonctionnement » (Schumpeter, 1942, 393). La vision en termes de démocratie de la demande est donc balayée par l’introduction de l’hypothèse d’information incomplète31. Il s’y substitue une vision en termes de démocratie pilotée par le côté offre du marché politique où règnent des minorités actives, à savoir les partis, les groupes de pression et les médias, en tant que ces trois types d’organisation produisent de l’information.

45L’insistance sur la nature endogène des préférences génère des modifications identiques quant à la vision de la politique véhiculée par le réseau d’analogies entre la démocratie et le marché. La posture de Dobb le conduit par exemple à souligner l’importance primordiale des offreurs sur le marché économique comme politique. Alors que dans le cadre de la théorie néoclassique, les producteurs répondent passivement aux demandes des consommateurs, les producteurs ont chez Dobb un comportement pro-actif. Trois décennies plus tard, Galbraith a explicité l’opposition entre la vision du monde en termes de « filière classique », vision véhiculée par l’analogie canonique fondée sur l’adhésion au principe de souveraineté du consommateur, et la vision en termes de « filière inversée », fondée sur l’hypothèse de souveraineté des producteurs. Il affirme que la légitimité attribuée à un système économique dépend du « donneur d’ordre ». Or tel que le système économique est pensé par la théorie économique qu’il nomme « conventionnelle », le système économique est toujours placé « sous l’autorité finale de l’individu, c’est-à-dire du consommateur ». Il souligne que cette vision est solidaire de la « théorie politique qui reconnait au citoyen, en tant qu’électeur, l’autorité finale sur la production de biens publics » (Galbraith, 1973b, 31). La souveraineté du consommateur, la souveraineté du citoyen et l’hypothèse de maximisation de l’utilité, garante de l’existence d’une main invisible du marché et de la démocratie, sont la trinité qui fonde une vision du monde où la « société démocratique » est « soumise sur toute la ligne au pouvoir de l’individu ». La société est alors présentée comme un espace où, « puisqu’il est le maître », l’individu « ne saurait être en conflit avec le système économique ou politique » (Galbraith, 1973b, 31).

  • 32 Cette critique de Galbraith à l’encontre du caractère conservateur du principe de souveraineté du c (...)

46Galbraith dénonce quatre défauts majeurs de cette vision en termes de démocratie de la demande. Le premier est l’évacuation des rapports de pouvoir de l’analyse. Puisqu’en servant leurs intérêts, les offreurs servent l’intérêt des demandeurs, la vision du marché et de la démocratie est celle de systèmes produisant nécessairement la convergence des intérêts. Deuxièmement, même si l’on admet que ces systèmes satisfont les préférences des consommateurs, celles-ci ne lui sont ni innées ni propres. En considérant les préférences comme données, les économistes évitent de s’interroger sur les rapports de pouvoir et les processus sociaux qui président à leur formation. Ils tendent dès lors à faire de la publicité et de la propagande des imperfections de la vie économique et politique, alors qu’elles en sont au contraire des phénomènes constitutifs. D’où, troisièmement, l’importance de prendre en compte, dans le cadre d’une théorie positive, le rôle des producteurs, c’est-à-dire des organisations économiques et politiques, qui ont un rôle actif dans le choix des finalités socialement poursuivies. Enfin, et en lien direct avec ce qui précède, la vision du monde véhiculée par la normativité des analogies entre la souveraineté du consommateur et du citoyen empêche d’interroger la valeur du schème culturel produit, puisqu’il est posé, par hypothèse, comme incontestablement légitime32.

47Au terme de cette recherche, le contraste entre la vision de la démocratie et du marché véhiculée par l’analogie canonique (Schéma 1) et la vision de la démocratie et du marché véhiculée par les analogies qui amendent les hypothèses de concurrence parfaite, de rationalité maximisatrice, de complétude informationnel et de préférences exogènes (Schéma 2), est total.

Figure 2 : Conséquences de l’amendement des hypothèses au fondement de l’analogie canonique démocratie-marché

Figure 2 : Conséquences de l’amendement des hypothèses au fondement de l’analogie canonique démocratie-marché

8. Conclusion

48Cet article a permis de mettre en exergue trois constats. L’analogie la plus répandue dans la littérature est l’analogie canonique entre deux idéaux-types, qui sont en même temps des référents normatifs, à savoir le marché parfait et la pure démocratie. Il existe cependant une diversité dans les analogies construites par les économistes entre la démocratie et le marché ainsi qu’une diversité de leurs usages, à savoir positif et normatif. L’étude des analogies catégorielles et formelles entre le marché parfait et la pure démocratie, nous a conduit à conclure que la vision en termes de « démocratie de la demande » est solidaire de quatre hypothèses de la théorie néoclassique : le modèle de concurrence parfaite, le principe de rationalité maximisatrice, la complétude informationnelle et l’exogénéité des préférences. Au regard de l’usage normatif de l’analogie canonique, aucune caractérisation simple n’est en revanche possible. Au regard de sa dimension positive en revanche, on constate que plus un économiste met à distance les hypothèses relatives à la nature de la concurrence, de la rationalité, de l’information et des préférences qui fondent l’analogie entre le marché parfait et la pure démocratie, plus il développe une vision positive en termes de « démocratie de l’offre » où les producteurs, c’est-à-dire les organisations économiques et politiques, déterminent les finalités poursuivies en société. Les travaux de Dobb (1933), Schumpeter (1942), Galbraith (1967) et les modèles avec incertitude de Downs (1957a) et information incomplète de Becker (1983) en fournissent autant d’illustrations. Premièrement, les processus politiques démocratiques ne sont plus perçus comme étant mus par une main invisible pacifiant les intérêts. Ils sont plutôt pensés comme le lieu de rapports agonistiques. Deuxièmement, les doutes émis à l’encontre des préférences individuelles comme fondement ultime de la légitimité du processus démocratique sont solidaires du rejet de la vision rationaliste du bien-être et de la conception ingénieriste de l’action politique. Troisièmement, les organisations politiques, la propagande et les idéologies ne peuvent plus apparaître comme des imperfections de la démocratie.

49L’article permet par ailleurs de constater que l’opposition entre les deux représentations idéal-typiques que sont la vision en termes de démocratie de la demande et la vision en termes de démocratie de l’offre revêt un caractère systémique, voire paradigmatique. Dans le premier cas, la démocratie est perçue comme une procédure permettant de représenter les préférences des citoyens, alors qu’elle est perçue, dans un second cas, comme une procédure où quelques offreurs s’efforcent de persuader les demandeurs de les porter aux responsabilités politiques. Dans une vision en termes de démocratie de la demande, les consommateurs sont souverains. Dans une vision en termes de démocratie de l’offre, ce sont au contraire les producteurs qui sont souverains. La première représentation conduit à considérer que le risque principal de la démocratie réside dans la dictature de la majorité et son anti-pluralisme, soit son potentiel populiste, tandis que dans le second cas, ce risque réside dans la dictature des minorités actives, soit le fait que la démocratie dérive en oligarchie. Enfin, alors que la propagande, les idéologies et les groupes de pressions apparaissent comme des imperfections dans le modèle de la pure démocratie, en tant qu’ils sont susceptibles d’empêcher la meilleure représentation des préférences individuelles, ils apparaissent comme des éléments constitutifs de la démocratie dès lors que l’on confère un rôle actif aux agents agissant sur le côté offre du marché politique. Pour cette raison, une conception en termes de démocratie de l’offre nous semble être un meilleur outil pour procéder à une analyse positive des phénomènes populistes. Car, comme l’affirme Rosanvallon (2020, 23), « la faiblesse des appréhensions du populisme comme une ‘pathologie’ de la démocratie » implique que « les démocraties existantes constitueraient une référence aboutie du projet démocratique, une norme de référence dont les populistes constitueraient une déviation ». Or de telles appréhensions négligent « le caractère structurel de l’indétermination démocratique ».

Des versions antérieures de cet article ont été présentées au séminaire du laboratoire REGARDS de Reims, à l’atelier du pôle Économie du Laboratoire TRIANGLE de Lyon et au séminaire du CRESE de Besançon. Je remercie l’ensemble des participants. Je remercie également Nicolas Brisset, Nathanaël Colin-Jaeger, Maxime Desmarais-Tremblay, Florence Gallois, Cyril Hédoin, Herrade Igersheim et Ivan Mitroutchev. Enfin, je remercie les rapporteurs pour leurs conseils avisés. Je suis bien entendu seul responsable des interprétations proposées dans cet article.

Haut de page

Bibliographie

Ádám, Zoltán. 2020. Re-Feudalizing Democracy: An Approach to Authoritarian Populism Taken from Institutional Economics. Journal of Institutional Economics, 16(1) : 105-118.

Amadae, Sonja. M. 2003. Rationalizing Capitalist Democracy: The Cold War Origins of Rational Choice Liberalism. Chicago : University of Chicago Press.

Arrow, Kenneth J. [1951] 1970. Social Choice and Individual Values. New York : John Wiley (second edition).

Becker, Gary S. 1958. Competition and Democracy. The Journal of Law and Economics, : 105-109.

Becker, Gary S. 1983. A Theory of Competition among Pressure Groups for Political Influence. The Quarterly Journal of Economics, 98(3) : 371-400.

Bergson, Abram. 1948. Socialist Economics. In Howard Ellis (ed.), A Survey of Contemporary Economics (Volume I). Homewood, IL : Richard D. Irwin Inc, 412-448.

Berta, Nathalie., Ludovic A. Juline et Fabrice Tricou. 2012. On Perfect Competition: Definitions, Usages and Foundations. Cahiers d’économie politique, 63(2) : 7-24.

Berthoonet, Irène et Vincent Desreumaux. 2014. La coordination par le marché dans Social Choice and Individual Values : mérites normatifs ou mérites techniques ? Cahiers d'économie politique, 66(1) : 95-126.

Besomi, Daniele. 2011. Crises as a Disease of the Body Politick. A Metaphor in the History of Nineteenth-Century Economics. Journal of the History of Economic Thought, 33(1) : 67-118.

Besomi, Daniele. 2019. The Metaphors of Crises. Journal of Cultural Economy, 12(5) : 361-381.

Borel, Marie-Jeanne. 2000. Métaphores et analogies dans le discours des sciences de l’homme et de la société. Une introduction. Revue européenne des sciences sociales. European Journal of Social Sciences, XXXVIII : 5-11.

Bouveresse, Jacques. 1999. Prodiges et vertiges de l'analogie. Paris : Agone.

Buchanan, James M. 1954a. Social Choice, Democracy, and Free Markets. Journal of Political Economy, 62(2) : 114-123.

Buchanan, James M. 1954b. Individual Choice in Voting and the Market. Journal of Political Economy, 62(4) : 334-343.

Buchanan, James M. 1962. The Relevance of Pareto Optimality. Journal of Conflict Resolution, 6(4) : 341-354.

Buchanan, James M. 1968. Democracy and Duopoly: A Comparison of Analytical Models. American Economic Review, 58(2) : 322-331.

Buchanan, James. M. et Warren J. Samuels. 1975. On Some Fundamental Issues in Political Economy: An Exchange of Correspondence. Journal of Economic Issues, 9(1) : 15-38.

Caplan, Bryan. 2011. The Myth of the Rational Voter. Princeton : Princeton University Press.

Chirat, Alexandre. 2020. A Reappraisal of Galbraith’s Challenge to Consumer Sovereignty: Preferences, Welfare and the Non-Neutrality Thesis. The European Journal of the History of Economic Thought, 27(2) : 248-275.

Colin-Jaeger, Nathanaël. 2020. L’idéal démocratique contre la démocratie : Buchanan et l’économie politique constitutionnelle. Consecutio Rerum, 5(9) : 97-131.

Colm, Gerhard. 1960. In Defense of the Public Interest. Social Research, 27(3): 295-307.

Dahl, Robert. A. 1998. On Democracy. New Heaven : Yale University Press.

De Vries, Catherine. E. et Sara Hobolt. 2020. Challenger Parties and Populism. LSE Public Policy Review, 1(1) : 1-8.

Desmarais-Tremblay, Maxime. 2016. La théorisation des dépenses publiques de Richard A. Musgrave: essai d’histoire de la pensée et d’épistémologie économiques. Thèse, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/Université de Lausanne.

Desmarais-Tremblay, Maxime. 2020. W.H. Hutt and the Conceptualization of Consumers’ Sovereignty. Oxford Economic Papers, 72(4) : 1050-1071.

Desmarais-Tremblay, Maxime. 2021. Paternalism and the Public Household: On the Domestic Origins of Public Economics. History of Political Economy, 53(2) : 179-211.

Desreumaux, Vincent. 2013. Équilibre général et justice sociale : la théorie néoclassique comme philosophie politique ? Cahiers d’économie politique, 64(1) : 75-110.

Dickinson, Henry. D. 1933. Price Formation in a Socialist Community. The Economic Journal, 43(170): 237-250.

Dobb, Maurice. 1933. Economic Theory and the Problems of a Socialist Economy. The Economic Journal, 43(172) : 588-598.

Dobb, Maurice. 1935. Economic Theory and Socialist Economy: A Reply. The Review of Economic Studies, 2(2) : 144-151.

Downs, Anthony. 1957a. An Economic Theory of Democracy, New York : Harper.

Downs, Anthony. 1957b. An Economic Theory of Political Action in a Democracy. Journal of Political Economy, 65(2) : 135-150.

Downs, Anthony. 1961. Théorie économique et théorie politique. Revue française de science politique, 11(2) : 380-412.

Elster, Jon. 1986. The Market and the Forum: Three Varieties of Democratic Theory. Foundations of Social Choice Theory. Cambridge : Cambridge University Press

Fetter, Frank. 1905. The Principles of Economics with Applications to Practical Problems. New York : The Century.

Fèvre, Raphaël. 2017. L'ordolibéralisme (1932-1950) : une économie politique du pouvoir. Thèse de doctorat, Université de Lausanne.

Frey, Bruno. S. 1970. Models of Perfect Competition and Pure Democracy. Kyklos, 23(4) : 736-755.

Friedman, Milton. 1962. Capitalism and Freedom. Chicago : University of Chicago Press. Traduction : Capitalisme et Liberté. Paris : Flammarion, 2016.

Galbraith, John K. 1958. The Affluent Society. Boston : Houghton Mifflin. Traduction : L’ère de l’opulence. Paris : Calmann-Levy, 1961.

Galbraith, John K. 1967. The New Industrial State, Boston : Houghton Mifflin. Traduction : Le Nouvel État industriel. Paris : Gallimard, 1968.

Galbraith, John K. 1973a. Power and the Useful Economist. American Economic Review, 63(1) : 1-11.

Galbraith, John K. 1973b. Economics and the Public Purpose. Boston : Houghton Mifflin. Traduction : La science économique et l'intérêt général. Paris : Gallimard, 1974.

Grandjean, Julien. 2021. James M. Buchanan and Gordon Tullock on the Weaknesses of Majority Voting: A Triptych. Œconomia, 11(1) : 49-76.

Guerrien, Bernard. 1989. L’économie néo-classique. Paris : La Découverte.

Guiso, Luigi, Herrera, Helios, Morelli, Massimo, et Tommaso Sonno. 2017. Demand and Supply of Populism. London : Centre for Economic Policy Research.

Guriev, Sergei et Elias Papaioannou. 2021. The Political Economy of Populism. Journal of Economic Literature, Forthcoming.

Habermas, Jürgen. 1994. Three Normative Models of Democracy. Constellations, 1(1) : 1-10.

Hayek, Friedrich. A. 1935. The Present State of the Debate. In Collectivist Economic Planning. London : Routledge, 201-243.

Hédoin, Cyril. 2017. Normative Economics and Paternalism: The Problem with the Preference-satisfaction Account of Welfare. Constitutional Political Economy, 28(3) : 286-310.

Hildebrand, George. H. 1951. Consumer Sovereignty in Modern Times. American Economic Review, 41(2) : 19-33.

Hotelling, Harold. 1929. Stability in Competition. Economic Journal, 39(153) : 41-57.

Hutt, William. H. 1934. Economic Method and the Concept of Competition. South African Journal of Economics, 2(1) : 2-23.

Hutt, William. H. 1936. Economist and the Public. A Study of Competition and Opinion. London : Jonathan Cape.

Hutt, William. H. 1940a. The Concept of Consumers' Sovereignty. The Economic Journal, 50(197) : 66-77.

Hutt, William. H. 1940b. Economic Institutions and the New Socialism. Economica, 7(28) : 419-434.

Igersheim, Herrade. 2019. The Death of Welfare Economics: History of a Controversy. History of Political Economy, 51(5) : 827-865.

Klamer, Arjo et Thomas C. Leonard. 1994. So What’s an Economic Metaphor. In Phillip Mirowski (ed.), Natural Images in Economic Thought: Markets Read in Tooth and Claw. Cambridge: Cambridge University Press, 20-51.

Knight, Frank. H. 1951. The Role of Principles in Economics and Politics. American Economic Review, 41(1) : 1-29.

Knight, Frank. H. 1960. Social Economic Policy. Canadian Journal of Economics and Political Science/Revue canadienne de économiques et science politique, 26(1) : 19-34.

Kolm, Serge-Christophe. 1980. Choix social, choix collectif, optimum social. Revue d'économie politique, 90(3) : 246-254.

Lafay, Jean-Dominique. 1997. L’analyse économique de la politique : raisons d’être, vrais problèmes et fausses critiques. Revue française de sociologie, 38(2) : 229-243.

Lakomski-Laguerre, Odile et Stéphane Longuet. 2004. Une approche subjectiviste de la démocratie : l’analyse de J. A. Schumpeter. Cahiers d’économie politique, 47(2) : 29-52.

Lange, Oskar. 1938. On the Economic Theory of Socialism. In Oskar Lange et Charles Taylor (eds), On the Economic Theory of Socialism. Minneapolis : University of Minnesota Press, 57-129.

Lavoie, Don. 1981. A Critique of the Standard Account of the Socialist Calculation Debate. Journal of Libertarian Studies, 5(1) : 41-87.

Lerner, Abba P. 1934. Economic Theory and Socialist Economy. The Review of Economic Studies, 2(1) : 51-61.

Lerner, Abba P. 1972. The Economics and Politics of Consumer Sovereignty. American Economic Review, 62(1) : 258-266.

Macpherson, Crawford. B. 1961. Market Concepts in Political Theory. Canadian Journal of Economics and Political Science/Revue canadienne de économiques et science politique, 27(4) : 490-497.

McCloskey, Deidre N. 1983. The Rhetoric of Economics. Journal of Economic Literature, 21(2) : 481-517.

Merle, Pierre. 1990. L’homo politicus est-il un homo œconomicus ? L'analyse économique du choix politique : approche critique. Revue française de science politique, 40(40) : 64-80.

Mirowski, Philip. 1989. More Heat than Light: Economics as Social Physics, Physics as Nature’s Economics. Cambridge : Cambridge University Press.

Mises, Ludwig V. 1936. Socialism. London : Jonathan Cape.

Mises, Ludwig V. 1949. Human Action: A Treatise on Economics. New Haven : Yale University Press.

Mongin, Philippe. 2005. Spurious Unanimity and the Pareto Principle. CPNSS Working Paper, 1(5). London : The Centre for Philosophy of Natural and Social Science, London School of Economics.

Müller, Jan-Werner. 2016. Qu’est-ce que le populisme ? Paris : Gallimard.

Mukand, Sharun W. et Dani Rodrik. 2020. The Political Economy of Liberal Democracy. The Economic Journal, 130(627) : 765-792.

Olsen, Niklas. 2019. The Emergence of the Sovereign Consumer in Post-war Economics. In Niklas Olsen (ed.), The Sovereign Consumer. Cheltenham : Palgrave Macmillan, 141-184.

Penz, G. Peter. 1987. Consumer Sovereignty and Human Interests. Cambridge : Cambridge University Press.

Persky, Joseph. 1993. Consumer Sovereignty and the Discipline of the Market. Revue européenne des sciences sociales, 31(96) : 13-28.

Persky, Joseph. 1997. Retrospectives: Consumer Sovereignty. Journal of Economic Perspectives, 7(1) : 183-191.

Picavet, Emmanuel. 1999. De l'efficacité à la normativité. Revue économique, 50(4) : 833-858.

Pigou, Arthur C. 1902. A Parallel between Economic and Political Theory. The Economic Journal, 12(46) : 274-277.

Pigou, Arthur. C. 1906. The Unity of Political and Economic Science. The Economic Journal, 16(63) : 372-380.

Plantin, Christian. 2011. Analogie et métaphore argumentatives. A contrario, 16(2) : 110-130.

Robbins, Lionel. 1932. An Essay on the Nature and Significance of Economic Science. London : Macmillan.

Rodrik, Dani. 2018. Populism and the Economics of Globalization. Journal of International Business Policy, 1(1-2) : 12-33.

Röpke, Wilhelm. 1935. Fascist Economics. Economica, 2(5) : 85-100.

Rosanvallon, Pierre. 2020. Le Siècle du populisme. Histoire, théorie, critique. Paris : Le Seuil.

Russel, Bertrand. 1938. Power: A New Social Analysis. London : George Allen and Unwin. Traduction : Le pouvoir. Québec et Paris : Presses Universitaire de Laval et Éditions Syllepse, 2003.

Samuelson, Paul. 1970. Economics. 8th Edition. New York : McGraw-Hill.

Schumpeter, Joseph. A. 1942. Capitalism, Socialism and Democracy. New York : Harper.

Scitovsky, Tibor. 1962. On the Principle of Consumers’ Sovereignty. American Economic Review, 52(2) : 262-268.

Sen, Amartya. 2014. Arrow and the Impossibility Theorem. In Eric Maskin et Amartya Sen (eds), The Arrow Impossibility Theorem. New York : Columbia University Press, 29-41.

Shubik, Martin. 1967. Information, Rationality, and Free Choice in a Future Democratic Society. Daedalus, 96(3) : 771-778.

Smithies, Arthur. 1941. Optimum Location in Spatial Competition. Journal of Political Economy, 49(3) : 423-439.

Stigler, George J. 1957. Perfect Competition, Historically Contemplated. Journal of Political Economy, 65(1) : 1-17.

Stigler, George J. 1972. Economic Competition and Political Competition. Public Choice, 13(sept) : 91-106.

Tourneux, Odile. 2020. Deux conceptions néolibérales de la souveraineté et de la démocratie : aux origines de la gouvernance européenne. Consecutio Rerum, 5(9) : 25-45.

Viner, Jacob. 1938. W.H. Hutt, Economists and the Public: A Study of Competition and Opinion. Journal of Political Economy, 46(4) : 571-575.

Zamora Vargas, Daniel. 2020. How Neoliberalism Reinvented Democracy: Introduction. The Tocqueville Review, 41(2) : 7-17.

Haut de page

Notes

1 Outre Guiso et al. (2017), voir Ádám (2020), Müller (2016), Rodrik (2018), Vries et Hobolt (2020).

2 Le qualificatif canonique appliqué à l’analogie entre « marché parfait » et « pure démocratie » est fondé sur notre exploration de la littérature sur le sujet. Elle est celle que nous avons le plus souvent rencontrée. Concernant le terme de « pure démocratie », nous l’empruntons à Pigou (1906, 379), lequel est le premier économiste à avoir développé de manière systématique l’analogie entre démocratie et marché. Un terme générique permettant de confronter les pensées des auteurs traités dans cette article était nécessaire. Mais il est entendu, et nous le constaterons, que tous ces auteurs ne confèrent pas le même sens au terme de démocratie, même dans le cadre de l’analogie avec le « marché parfait ». Concernant ce second terme, nous l’employons en référence au modèle de « concurrence parfaite » qui constitue, avec le principe de rationalité, le modèle de référence de l’économie néoclassique (Guerrien, 1989). Montrant que le concept de concurrence parfaite est fondamental dans la pensée néoclassique, George Stigler (n’en a pas moins souligné que sa signification et les hypothèses qui le fondent ont évolué. Il estime qu’on peut toutefois circonscrire son usage à la volonté de désigner des situations marquées par « l’absence de pouvoir de monopole sur un marché » (Stigler, 1957, 14). Cette signification du terme « concurrence parfaite » est au fondement de l’analogie canonique entre la « pure démocratie » et le « marché parfait », dont nous proposons une reconstruction.

3 Klamer et Leonard soulignent que la distinction entre les termes métaphores et analogies n’est pas toujours effectuée dans cette littérature (1994, 35). Sur cette distinction, voir également Besomi (2011, 72 ; 2019, 367).

4 Voir également le numéro que La Revue Tocqueville a consacré au sujet (Zamora Vargas, 2019).

5 Voir par exemple MacPherson (1961), Merle (1990) et Lafay (1997).

6 Nous empruntons l’expression à Plantin (2011, 118).

7 Définissant la conception libérale de la démocratie, Habermas recourt lui-même à la relation d’analogie entre démocratie et marché. « Dans la vision libérale, le processus politique de formation de l’opinion et de la volonté dans la sphère publique et dans le parlement est déterminé par la concurrence de collectivités agissant de manière stratégique et tentant de maintenir ou d’acquérir des positions de pouvoir. Dans leur choix au scrutin, les votants donnent expression à leurs préférences. Leurs décisions de vote ont la même structure que les actes de choix effectués par les participants sur un marché » (1994, 3).

8 La notion de « souveraineté du consommateur » s’inspire de l’expression populaire, existant dans plusieurs langues, selon laquelle « le consommateur est roi ». Lorsqu’il forge l’expression, Hutt souligne qu’il emploie le terme de souveraineté au sens de John Dewey, comme « complexe de forces sociales » qui « se font obéir » (Hutt, 1936, 257).

9 La distinction entre la démocratie comme régime politique d’une part et ensemble de valeur d’autre part se manifeste dans la distinction contemporaine entre les « démocraties libérales » et les « démocraties illibérales ». Ces dernières sont perçues comme des régimes démocratiques ne respectant en revanche pas la culture et les valeurs démocratiques – notions dont le contenu est l’objet de débats sur lesquels nous nous permettons de faire l’impasse. À ce sujet, voir Müller (2016) et Mukand et Rodrik (2020).

10 Amartya Sen a montré combien, en construisant les conditions du problème qu’il s’attache à résoudre, Arrow ne met pas uniquement en exergue un isomorphisme, mais témoigne d’une adhésion aux « valeurs démocratiques » (Sen, 2014, 31).

11 Pigou (1906, 379) considère également que, en économie comme en politique, « l’argument est fondamentalement le même », à savoir la thèse selon laquelle « parce que chaque homme, s’il est laissé libre, va poursuivre au mieux ses intérêts propres, alors tous les hommes, si laissés libres, vont poursuivre au mieux les intérêts de tous ».

12 L’incise « cadre donné » est importante. Une critique récurrente est celle selon laquelle le respect du principe de Pareto favorise le statu quo, la situation de départ ne pouvait être remise en cause sans unanimité. Pour une défense du principe d’unanimité, voir Buchanan (1962). Pour sa remise en cause, voir le débat entre Buchanan et Samuels (1975).

13 À ce sujet, Vincent Desreumaux (2013, 89-90) défend la thèse selon laquelle l’économie néoclassique de l’équilibre général n’est pas seulement une « élaboration analytique » mais aussi « un ambitieux projet de philosophie politique », précisant que les écrits des socialistes de marché tels Lange (1938) et Lerner (1934) sont imprégnés de l’idée de « démocratie économique ».

14 Sur Hutt, voir Persky (1993 ; 1997) et Desmarais-Tremblay (2020). Sur Mises, voir Olsen (2019). Sur la notion de souveraineté du consommateur et de « démocratie économique » chez Röpke et l’école ordolibérale allemande, voir Fèvre (2017) et Tourneux (2019).

15 Contrairement à Hutt, nous allons voir que c’est précisément la reconnaissance du caractère endogène des préférences qui conduit des auteurs comme Dobb et Galbraith à rejeter la souveraineté du consommateur en tant que principe normatif. Plus généralement, nombreux sont ceux qui estiment que « l’instabilité avérée des valeurs individuelles rend problématique (à un certain degré au moins) toute entreprise visant à définir l’optimalité sociale sur la base des préférences individuelles exclusivement » (Picavet, 1999, 842).

16 Arrow refuse en revanche le recours à des courbes d’indifférence dans la mesure où il considère que les alternatives ne sont pas nécessairement divisibles.

17 Berthonnet et Desreumaux (2014, 97) affirment en ce sens que « le marché est bel et bien considéré, à part entière, comme modalité de production d’un choix collectif visé par le théorème d’impossibilité. Dans la mesure où son résultat consiste à affirmer qu’il n’existe pas de fonction de choix social satisfaisante, cette sentence vaut aussi pour le marché pris comme fonction de choix social potentielle ». Sur les équivoques du théorème d’impossibilité et les débats autour de sa réception, voir Igersheim (2019).

18 On trouve une défense similaire de la démocratie chez Knight (1951, 8).

19 Hotelling (1929, 54-55) avait dès le départ souligné la possibilité d’appliquer son modèle au champ politique.

20 Downs fait ici implicitement une analogie entre le gouvernement et l’entreprise de la théorie managériale, qui maximise le volume de ses ventes, plutôt que l’entreprise de la théorie néoclassique, qui maximise son profit.

21 Dans son livre The Myth of Rational Voter, Caplan rejette l’analogie au nom d’une autre de ses imperfections, à savoir la problématique de l’imputation indirecte des coûts en démocratie. « Lorsqu'un consommateur a des croyances erronées sur ce qu'il doit acheter, c'est lui qui paie la facture. Lorsqu'un électeur a des croyances erronées sur la politique gouvernementale, c'est toute la population qui paie la note » (Caplan, 2006, 14).

22 Nous voulons illustrer ici l’intérêt de notre reconstruction du point de vue de l’histoire de la pensée économique. Par rapport à la lecture standard de Schumpeter (1942) et Bergson (1948), Lavoie (1981) a proposé une lecture alternative des arguments des protagonistes du débat sur le socialisme, en particulier de Mises. Se concentrer sur le rôle des analogies dans ce débat montre que la vision proposée par Lavoie, à savoir une opposition des « autrichiens » et des « néoclassiques », n’est pas pleinement convaincante. Contrairement à Dobb, les camps dits « néoclassiques » et « autrichiens » ont en commun leur adhésion au principe de souveraineté du consommateur, bien qu’ils n’en tirent pas les mêmes préconisations normatives. Par ailleurs, en négligeant l’importance de l’analogie, Lavoie omet totalement de sa reconstruction la dimension politique, pourtant omniprésente, de la rhétorique des participants.

23 Dans Globalists, Slobodian (2018, 108) estime que « la préférence » de Mises « pour la démocratie par rapport à la dictature » est en réalité « purement fonctionnelle ». Plus généralement, il émet des doutes sur l’authenticité de la défense des valeurs démocratiques de la part des néolibéraux de « l’école de Genève ».

24 Sur le recours de Buchanan à l’analogie et ses imperfections ainsi que sa tentative de redéfinition de la démocratie libérale comme « Démocratie Constitutionnelle », voir Colin-Jaeger (2020).

25 « La méthode démocratique est le système institutionnel, aboutissant à des décisions politiques, dans lequel des individus acquièrent le pouvoir de statuer sur ces décisions à l’issue d’une lutte concurrentielle portant sur les votes du peuple » (Schumpeter, 1942, 355). Sur la théorie de la démocratie de Schumpeter, voir Lakomski-Laguerre et Longuet (2004).

26 L’analogie formelle entre le modèle de concurrence spatiale en situation de duopole ou d’oligopole et les systèmes bipartis ou multipartis a été reprise par Buchanan (1968). Il insiste cependant sur l’une des imperfections centrales de l’analogie. Tandis que les entreprises en situation de duopole sur un marché se répartissent les consommateurs, le jeu politique correspond à la situation où « les entreprises en situation de duopole se concurrencent pour le droit mutuellement exclusif de vendre à l’ensemble du marché » (Buchanan, 1968, 329). Cet argument s’inscrit dans la continuité de ses critiques antérieures à l’encontre de la procédure de vote majoritaire (Grandjean, 2021).

27 Si, en statique, Downs raisonne d’abord en termes de distributions données des votes, il endogénéise pour partie ces dernières au fil de son ouvrage. Premièrement, ces distributions peuvent être influencées par l’arrivée de nouveaux partis sur le marché politique. Deuxièmement, elles sont influencées par la structure politique passée d’une société. Un modèle bipartis a par exemple tendance à favoriser une distribution normal-centrée des votants.

28 Cette idée est aussi présentée par Gerhard Colm, lequel remet explicitement en cause, à partir de l’analogie entre la publicité et la propagande, la vision en termes de démocratie de la demande (Colm, 1960, 302).

29 Cela n’est pas étonnant puisque le paradigme de la concurrence parfaite implique la neutralisation des comportements stratégiques (Berta et al., 2012, 7).

30 On touche ici le fameux « paradoxe du vote ». Le comportement de l’individu, voter ou s’abstenir, dépend pour Downs de quatre grandes variables : la force de sa préférence pour la démocratie, sa volonté de voir un parti l’emporter, le caractère ou non serré de l’élection et, enfin, des hypothèses qu’il émet sur le comportement de vote de ses concitoyens. Pour une critique de la perspective de Downs fondée sur une reformulation de l’analogie, voir Stigler (1972, 104).

31 Cela est particulièrement visible lorsque l’on contraste le modèle sans incertitude et le modèle avec incertitude de Downs (1957a) ou lorsque l’on contraste les hypothèses respectives des articles de Becker (1958 ; 1983).

32 Cette critique de Galbraith à l’encontre du caractère conservateur du principe de souveraineté du consommateur, lequel est fondé sur le critère de Pareto, fait écho au débat susmentionné entre Buchanan et Samuels (1975).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Reconstruction des hypothèses au fondement de l’analogie canonique démocratie-marché
URL http://journals.openedition.org/oeconomia/docannexe/image/12394/img-1.png
Fichier image/png, 197k
Titre Figure 2 : Conséquences de l’amendement des hypothèses au fondement de l’analogie canonique démocratie-marché
URL http://journals.openedition.org/oeconomia/docannexe/image/12394/img-2.png
Fichier image/png, 225k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Chirat, « Démocratie de la demande versus démocratie de l’offre : reconstruction et interprétation des analogies démocratie-marché »Œconomia, 12-1 | 2022, 55-91.

Référence électronique

Alexandre Chirat, « Démocratie de la demande versus démocratie de l’offre : reconstruction et interprétation des analogies démocratie-marché »Œconomia [En ligne], 12-1 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/oeconomia/12394 ; DOI : https://doi.org/10.4000/oeconomia.12394

Haut de page

Auteur

Alexandre Chirat

Université Paris-Nanterre, Economix, chirat.alexandre@parisnanterre.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search