Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13-3Revue des livresComptes rendusArnaud Orain, Les savoirs perdus ...

Revue des livres
Comptes rendus

Arnaud Orain, Les savoirs perdus de l’économie. Contribution à l’équilibre du vivant

Baptiste Parent
p. 981-988
Référence(s) :

Arnaud Orain, Les savoirs perdus de l’économie. Contribution à l’équilibre du vivant, 2023, Paris : Gallimard, 384 pages, 978-207292510-8

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Gallimard

1Si la naissance de la discipline économique à partir du XVIIIème siècle a fait l’objet de nombreuses recherches historiques (Larrère, 1992 ; Perrot, 1992 ; Schabas, 2005), celles-ci ont peut-être trop restreint la focale sur certains courants, négligeant ainsi des approches économiques alternatives. C’est en tout cas l’argument qu’Arnaud Orain développe dans cet ouvrage. Il y étudie des pratiques de production et de circulation de connaissances contemporaines de la physiocratie et des débuts de l’économie politique, dans la deuxième moitié du XVIIIème siècle, qu’il regroupe sous les noms de « science du commerce » et « physique œconomique » (reprenant ainsi une classification tripartite élaborée par Philippe Steiner pour les périodiques économiques français  : voir Orain, 2013). Il entend développer une histoire des « savoirs », dans le sens où il ne se limite pas à une histoire des sciences en tant que disciplines institutionnalisées. Si ces savoirs ont été « perdus », c’est qu’ils n’ont pas survécu face à leurs concurrents qui ont donné naissance à l’économie moderne. Orain entend alors nous faire redécouvrir la science du commerce et la physique œconomique, en les considérant pour elles-mêmes, comme des entités propres dont il veut restituer toute la richesse et les spécificités. Il s’oppose ainsi à une vision téléologique de l’histoire de la pensée économique, qui tend à présenter ces deux approches comme des ancêtres de l’économie politique, au même titre que la physiocratie. Son parti pris est exposé de la sorte : « Sans recourir à la fiction des origines, une telle approche permet de faire l’histoire de sciences et de savoirs qui furent autrefois jugés comme autant de développements « possibles », de chemins sur lesquels certains individus et certaines sociétés se sont engagés, puis qui ont disparu » (11).

2Après une brève introduction qui expose le projet de l’ouvrage, celui-ci se compose de sept chapitres, qu’on peut regrouper en trois parties. Les trois premiers chapitres sont consacrés à la science du commerce, les trois suivants à la physique œconomique et le dernier aux perspectives contemporaine qu’ouvrent ces approches.

3La science du commerce est introduite dans le premier chapitre avec ses débuts en Angleterre, dès la fin du XVIIème siècle, comme une héritière de la géographie économique et de l’Ars Mercatoria, la science pratique des négociants. Les premiers travaux se réclamant de la science du commerce sont en effet des recueils d’observations territorialisés et comparatifs, essentiellement destinés à l’usage des marchands. Fondée sur des études de cas, cette approche a, dès ses débuts en Angleterre, un recours très limité à l’induction et à la généralisation. Orain bascule rapidement sur la transposition de cette approche dans la France des Lumières, facilitée par la haute estime dont jouissent à l’époque les sciences descriptives. Plus précisément, il présente « le triptyque histoire/description/comparaison » comme « la méthode générique au moment où l’observation devient une catégorie analytique et la description historico-naturelle un genre épistémique » (39). La figure de Jacques Vincent de Gournay (1712-1759), ancien négociant et intendant du commerce à partir de 1751, est centrale dans le développement de la science du commerce en France. C’est au sein de son cercle, qui comptait notamment parmi ses membres l’économiste François Véron de Forbonnais (1722-1800), que ce sont développés au milieu du siècle des travaux visant à proposer pour la première fois en France une « science monographique du commerce qui proposerait une analyse territoriale et comparative » (42). Ces travaux, dont le livre de Forbonnais, Elémens du Commerce (1754) est un exemple caractéristique, visaient avant tout à rassembler des faits, des descriptions, à accumuler des « détails » (51), sur les spécificités des différentes régions du monde en termes de commerce. En ce sens Orain identifie dans la méthode de la science du commerce une « homologie avec l’histoire naturelle de Buffon » (53).

4Les deux chapitres suivants permettent d’aller plus avant dans l’explicitation de l’épistémologie de la science du commerce et d’illustrer les oppositions de méthodes avec la physiocratie, lorsqu’elle se développe à partir de la fin des années 1750, puis avec l’économie politique dans les années 1760-1770. Le chapitre II se focalise sur la place de l’induction dans la science du commerce. L’auteur s’attarde en particulier sur l’opposition répétée des membres du cercle de Gournay à la mise en évidence de lois, au contraire des physiocrates. S’ils acceptent une généralisation limitée, consistant à prolonger le triptyque « histoire/description/comparaison » par l’élaboration de « principes », ceux-ci consistent en des objectifs concrets, ne sont pas des abstractions et sont toujours à adapter aux circonstances particulières (70). Cette opposition de méthode est illustrée par la présentation d’une controverse agronomique des années 1760, qui oppose Forbonnais aux physiocrates. Celui-ci remet en question la réduction de la diversité des exploitations agricoles à deux catégories (« grandes » et « petites cultures », 82) et dénie la « qualité heuristique » d’avoir recours à l’abstraction du marché parfait pour expliquer les prix comme le font les physiocrates (83). Le chapitre III se tourne vers un autre aspect remarquable de la science du commerce : la forme que prennent les publications du cercle de Gournay, que Orain qualifie de genre « dialogique » (89). Cela se matérialise par la publication de « contes économiques » (92) ou de traductions libres et commentées avec des notes contradictoires, qui font tous les deux apparaitre plusieurs voix dans le texte (107). Une fois livrés au public, ces formes de textes laissent ainsi une certaine liberté au lecteur de se former son opinion. Orain met en avant l’ancrage de cette approche dans la tradition encyclopédique, qui prône la diffusion des savoirs dans une langue accessible à tous les hommes de lettres, sans le brouiller avec un vocabulaire scientifique. Cela lui permet de faire apparaitre une nouvelle divergence avec la physiocratie. Caractérisée par le recours à des abstractions et un vocabulaire spécifique, celle-ci serait avant tout une science de gouvernement, non-démocratique puisqu’elle vise principalement à conseiller le prince, sans que les gens de lettre ne soient en mesure de la comprendre et la discuter. Au contraire, les tenants de la science du commerce proposent selon l’auteur un idéal démocratique, où la décision en matière de politiques commerciale ne doit pas découler de réflexions menées par les conseillers du prince en autonomie mais résulter d’un « vaste mouvement dialogique autour des matières économiques » (105).

5La deuxième partie de l’ouvrage a pour ambition de présenter la physique œconomique comme un savoir à part entière, doté d’une cohérence ontologique et méthodologique. En ce sens Orain s’inscrit contre les idées parfois avancées dans la littérature en histoire de la pensée économique, consistant à nier la cohérence du concept d’œconomie, qui recouvrirait un ensemble de pratiques disparates (131). Il entend ainsi prouver qu’« il existe bel et bien en cette seconde moitié du XVIIIème siècle une science ‘œconomique’ fondée théoriquement » (132). Dans le chapitre IV, Orain recherche ces fondements théoriques en retraçant l’origine du concept d’œconomie, depuis l’antiquité, en passant par la philosophie naturelle végétale des XVIème et XVIIème siècles. C’est finalement chez le naturaliste suédois Carl Linnæus (1707-1778) qu’Orain trouve cette cohérence théorique. De celui-ci, on connaît généralement l’« œconomie de la nature », concept qui vise à rendre compte de de l’ordre et de l’équilibre qu’il constate entre les êtres naturels. Orain montre comment cette perspective est articulée chez Linnæus à une « science œconomique » qui a pour objet à la fois la connaissance de l’utilité des êtres naturels pour l’humain et l’action sur leurs milieux via l’utilisation des éléments physiques pour modifier leurs rythmes ou les acclimater (180). La nécessité de ce deuxième volet, moins connu, du programme linnéen, se justifie par la position spécifique de l’homme en tant que « régulateur absolu de l’œconomie de la nature » (173) qui lui impose de bien connaitre la nature pour remplir sa mission efficacement et préserver l’équilibre du vivant.

6Le chapitre V est consacré au développement de la physique œconomique en France, avec une étude détaillée des publications d’un périodique, le Journal Œconomique, publié de 1751 à 1772. Cette analyse, à la fois quantitative, en termes de sujets traités par périodes, et qualitative avec une analyse des textes publiés, permet de montrer la cohérence de la physique œconomique française avec le programme de science œconomique de Linnæus. Elle, consiste elle aussi en un savoir utilitaire, préconisant une action fondée sur la physique pour « assurer la prospérité des sociétés » (200) et considère « la science [de l’œconome humain] comme supplétive de l’action de [l’œconome nature] » (192). Il donne également à voir la défiance des auteurs de la revue envers les méthodes de la physiocratie, puis de l’économie politique naissante, qu’ils jugent « spéculatives », « ensevelies dans les calculs algébriques » (196) et non ancrées dans la matérialité des processus économiques (197).

7Le chapitre VI réaffirme la cohérence, l’importance et la spécificité de la physique œconomique dans la deuxième moitié du XVIIIème siècle. Orain souligne la résonnance qu’auraient pu avoir ce type de savoirs, démocratiques, situés, avec les « débats révolutionnaires autour de l’avènement d’une science démocratique » (222), au moment de la remise en cause de l’académisme et des institutions savantes. L’auteur met en lumière quelques travaux de praticiens, héritiers de la physique œconomique, qui ont contribué dans la période à une utilisation plus efficace des ressources naturelles par la compréhension des dynamiques du vivant à l’œuvre et une action raisonnée sur les caractéristiques physiques des milieux – par exemple en contribuant au rééquilibrage des climats par la limitation du déboisement (242). Pourtant, Orain montre que les années 1790 ont paradoxalement constitué « à la fois l’apogée et la fin du projet de science œconomique linnéenne en France » (226). La création de la Société d’Histoire Naturelle en 1790, a constitué l’épitome du projet de science œconomique démocratique et utilitaire d’une part, mais, d’autre part, la renaissance des académies en 1795, a relancé le mouvement d’institutionnalisation et de séparation des disciplines, conduisant à l’éloignement des non-biologistes de la Société d’Histoire Naturelle et in fine, au grand partage entre sciences naturelles et sociales et à l’éloignement entre production scientifique et société.

8Un dernier chapitre conclusif est consacré aux enseignements de l’histoire de ces « savoirs perdus » pour la science économique au XXIème siècle. Il dresse rapidement le constat que l’économie contemporaine fait face, comme les autres disciplines, à la « crise des sciences modernes » (263), caractérisée par deux phénomènes : le rejet par la société de l’expertise scientifique surplombante d’une part ; la remise en cause de l’ontologie naturaliste d’autre part. De ce constat, il tire la conclusion, qu’on peut juger audacieuse, qu’il « fait peu de doute que nous sommes à un moment de l’histoire qui précède une rupture épistémique dans les sciences » (268), et que l’histoire des alternatives à l’économie politique au XVIIIème siècle peut venir enrichir nos réflexions sur la nécessaire évolution de l’économie contemporaine. En premier lieu, il affirme que la science du commerce, et plus précisément sa méfiance à l’égard des notions de « régularités » ou de « causalité » (281), peut nous inspirer pour aiguiser notre regard critique à l’égard du tournant empirique qu’on observe en économie. Cela devrait selon lui conduire à donner toute sa légitimité à l’économie historique, dont il prend pour exemple l’économie régulationniste, en tant qu’approche essentiellement descriptive et non causale. Il voit par ailleurs dans la physique œconomique un contrepoint nécessaire aux approches en économie de l’environnement, aussi bien qu’en économie écologique, qui n’ont pas réussi à dépasser l’ontologie naturaliste et continuent donc de conceptualiser la nature comme un extérieur qui fournit des ressources aux humains. Cela constitue selon Orain une « impasse théorique » (292), qui empêche de poser clairement le problème des crises environnementales. Il pointe en particulier la focalisation de l’économie sur la « rareté » des ressources, concept ancré dans cette ontologie et inadapté pour théoriser le problème du réchauffement climatique : les ressources fossiles sont au contraire trop abondantes par rapport à la quantité de gaz à effet de serre que nous pouvons nous permettre d’émettre (291). Il s’appuie donc sur le programme linnéen pour plaider en faveur d’un dépassement de la distinction entre science écologique et science économique qui permettrait de théoriser différemment les crises environnementales en se fondant sur les interdépendances entre vivants (294).

9L’ouvrage est aussi dense que passionnant et sa plus grande qualité réside sans doute dans sa richesse en termes d’historiographie des savoirs. Orain s’appuie sur un matériau primaire conséquent, les textes publiés par les différents contributeurs de la science du commerce et de la physique œconomique, mais mobilise également des archives, ainsi que des matériaux secondaires qui lui permettent de contextualiser les positions des auteurs, le mode de diffusion des savoirs produits, ainsi que d’enrichir sa lecture critique des textes à l’aide de précisions sur la signification des termes par exemple. À cet égard, son utilisation de dictionnaires d’époque pour préciser la définition du concept de « détail », central dans l’épistémologie de la science du commerce (52), ou du style « apocalyptique » (c’est-à-dire volontairement obscur), que dénoncent les tenants de cette approche chez les des physiocrates, (102) est particulièrement convaincante. Orain multiplie par ailleurs les moyens lui permettant d’affiner sa description de ces savoirs, en ayant recours par exemple ponctuellement à des analyses quantitatives pour rendre compte de l’évolution des thèmes d’intérêts du Journal Œconomique (190-199) ou en s’appuyant sur la littérature en théorie littéraire pour caractériser le genre « dialogique » qu’il identifie dans la science du commerce (89).

10La multiplication des méthodes d’analyse auxquelles Orain a recours lui permet de retranscrire avec richesse et précision à la fois la portée, la visée et la cohérence épistémologique des savoirs qu’il étudie. Les matériaux primaires dans lesquels il s’est plongé sont par ailleurs bien mis en valeur, avec notamment des citations directes qui permettent au lecteur de se construire une image riche et illustrée de ces autres manières de faire de l’économie. En ce sens, le livre remplit donc avec brio son objectif premier : il convainc le lecteur de l’originalité de ces deux approches par rapport à la physiocratie au XVIIIème siècle. Le recours à des exemples précis de controverses dans lesquelles les tenants de la science du commerce ou de la physique œconomique se sont opposés aux physiocrates, comme la critique de l’abstraction que représente le Tableau économique de François Quesnay par Forbonnais, permet à Orain d’illustrer efficacement cette originalité. Le livre constitue donc une réponse réussie au biais téléologique de l’historiographie de l’économie politique qu’il identifie, tendant à présenter ces ensembles de savoirs dits « œconomiques » ou de la science du commerce comme des ancêtres de l’économie politique, au même titre que la physiocratie, plutôt que comme des alternatives. Il contribue ainsi, de façon semblable à ce qu’ont proposé Vianna Franco et Missemer (2022) pour la « pensée économique-écologique », à une histoire des chemins possibles mais non empruntés par la discipline pour faire de l’économie différemment.

11L’ouvrage a cependant une ambition plus grande encore, puisque son auteur souhaite tirer de ces exemples du passé des pistes pour réinventer la science économique face aux défis posés aux sciences contemporaines, héritières des sciences modernes – ce qu’il tente dans le dernier chapitre. Il faut saluer la tentative de l’auteur de dresser un diagnostic des difficultés épistémologiques de la science économique contemporaine en reconnaissant sa diversité et en considérant différents courants avec leurs problématiques épistémologiques spécifiques, qu’il s’agisse d’inférences causales (avec l’économie expérimentale et l’économétrie) ou des relations économie-nature (avec l’économie des externalités, la modélisation intégrée et la valorisation monétaire de la nature). Cependant, cette discussion pourra paraître un peu trop ramassée pour un lecteur intéressé par les questions de méthodologie économique. En particulier, le balayage rapide des trois approches dominantes pour traiter des questions environnementales ne s’appuie pas suffisamment sur la littérature en philosophie économique (ou philosophie des sciences en général) pour identifier précisément les apories qu’il entend dénoncer. La modélisation intégrée en économie du climat est par exemple repoussée d’un bloc, sur la base de l’irréalisme des hypothèses des premiers modèles de William Nordhaus qui sous-estimaient l’impact des dommages du réchauffement climatique sur le PIB (289). Dès lors, l’identification de solutions correspondant à ce diagnostic à partir d’exemples du passé peine à convaincre. Cette impression est renforcée par une légère ambiguïté qu’on peut percevoir à la lecture, entre la retranscription par Orain des positions méthodologiques des auteurs qu’il étudie, et les positions qu’il veut reprendre à son compte. Son ambition de contribuer à des débats méthodologiques contemporains explique sans doute cette superposition, mais, dès lors, elle peut l’exposer à une critique sur la cohérence ou la validité des postulats épistémologiques des auteurs du passé – ce qui ne serait pas le cas pour un projet purement historique. Le scepticisme à l’égard de la valeur heuristique de l’abstraction ou de l’induction affiché par les tenants de la science du commerce ou de la physique œconomique, est, par exemple, loin de faire l’unanimité en philosophie des sciences. En l’absence d’une élaboration épistémologique parfaitement complète dans l’ouvrage sur la pertinence de cette position, la transposition de ce scepticisme vis-à-vis de l’inférence causale en économétrie ou en économie comportementale pourra sembler un peu rapide (281). De même, si le constat d’un échec de l’économie écologique (pour le moment) à inventer une économie du vivant semble relativement partagé (voir par exemple Spash, 2012), l’évocation du modèle de la physique œconomique comme « science des interdépendances » ne parait pas suffisante pour faire progresser concrètement ce courant de recherche (295).

12Ce serait un procès injuste que de reprocher à Arnaud Orain de n’avoir pas résolu tous les maux de la discipline économique. Son livre est une formidable contribution à l’histoire des idées et, malgré les quelques bémols pointés sur la transposition un peu rapide de débats épistémologiques passés à une discipline contemporaine, on ne peut que louer l’effort de l’historien pour s’adresser aux économistes et méthodologistes contemporains.

Haut de page

Bibliographie

Larrère, Catherine. 1992. L’invention de l’économie au XVIIIe siècle : du droit naturel à la physiocratie. Paris : Presses universitaires de France.

Orain, Arnaud. 2013. Le Journal Œconomique, le cercle de Gournay et le pouvoir monarchique : quelques preuves matérielles d’un lien organique. Dix-huitième siècle, 45(1): 565-583.

Perrot, Jean-Claude. 1992. Une histoire intellectuelle de l’économie politique : XVIIe-XVIIIe siècle. Paris : Editions de l’Ecole des hautes études en sciences sociales.

Schabas, Margaret. 2005. The Natural Origins of Economics. Chicago : University of Chicago Press.

Spash, Clive L. 2012. New Foundations for Ecological Economics. Ecological Economics, 77: 36-47.

Vianna Franco, Marco P. Vianna et Antoine Missemer. 2022. A History of Ecological Economic Thought. Londres : Routledge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Baptiste Parent, « Arnaud Orain, Les savoirs perdus de l’économie. Contribution à l’équilibre du vivant »Œconomia, 13-3 | 2023, 981-988.

Référence électronique

Baptiste Parent, « Arnaud Orain, Les savoirs perdus de l’économie. Contribution à l’équilibre du vivant »Œconomia [En ligne], 13-3 | 2023, mis en ligne le 01 septembre 2023, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/oeconomia/15988 ; DOI : https://doi.org/10.4000/oeconomia.15988

Haut de page

Auteur

Baptiste Parent

AgroParisTech, CIRED. baptiste.parent@agroparistech.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search