Navigation – Plan du site
Varia

Les Nouvelles Ecclésiastiques (1728-1750) face à leurs opposants : quelques polémiques autour du prêt à intérêt

The Nouvelles Ecclésiastiques (1728-1750) against their opponents : some controversies about the interest-bearing loans
Maxime Menuet
p. 29-44

Résumés

Cet article s’attache à souligner la démarche d’opposition du plus important journal clandestin du XVIIIe siècle, les Nouvelles Ecclésiastiques (1728-1750), concernant la diffusion des nouvelles idées « libérales », et ce notamment à propos des débats touchant au prêt d’argent à intérêt. La clandestinité du processus de publication offre deux avantages : une liberté de ton pour les auteurs, et une large diffusion assurée par les imprimeries de province. L’article montre deux éléments importants. D’une part, le périodique développe une argumentation fondée sur l’incidence sociale du crédit, influençant quelques premiers économistes autour du cercle de Gournay. D’autre part, en dénonçant les thèses des « premiers philosophes », l’organe de presse va favoriser l’essor d’une pensée philosophique irréligieuse et permettre une plus large diffusion de l’Encyclopédie.

Haut de page

Texte intégral

1L’émergence du libéralisme au XVIIIe siècle ne peut s’expliquer en totalité par un simple esprit « philosophique ». Contrairement à la vieille tradition qui considère la France prérévolutionnaire comme sécularisée, des travaux majeurs – tels que ceux de Van Kley (1986, 2006) ; Chartier (1990) ; Cottret (1998) ; Maire (1998) – ont montré combien les débats philosophiques et politiques des années 1730-1750 étaient traversés en profondeur par des problématiques chrétiennes. On doit en grande partie cette influence des courants religieux dans l’autonomisation des sciences sociales (en particulier de la pensée économique) à la presse religieuse de l’époque (Sgard, 1984, 1990 ; Benhamou, 1988).

  • 1 Pour une description complète des Nouvelles Ecclésiastiques, on se réfèrera notamment à Sgard (1991 (...)

2Le présent article entend comprendre comment un journal clandestin religieux a pu avoir, au cours du XVIIIe siècle, un rôle de diffuseur des nouvelles idées libérales, de vecteur de nouveaux débats, participant, in fine, à l’indépendance de la pensée économique et philosophique vis-à-vis de la réflexion théologique. Nous centrons notre analyse sur le seul et unique journal clandestin d'opposition religieuse et politique existant en France : Les Nouvelles Ecclésiastiques, ou Mémoires pour servir à l'histoire de la Constitution qui parut de façon hebdomadaire et continue de Février 1728 à Juin 18031. Il fut le vecteur de communication du courant chrétien le plus puissant et le plus riche intellectuellement des XVIIe et XVIIIe siècles qui se développa en France, en Hollande et dans l’Empire Austro-Hongrois, le Jansénisme. Presque éteint au début du XVIIIe siècle, le mouvement dut son salut à la fameuse bulle Unigenitus (1713) qui devait relancer les persécutions contre les jansénistes, les plonger dans la clandestinité, et finalement faire d’un mouvement théologique post-tridentin en voie d’extinction l’une des franges de l’opinion les plus en pointe contre le despotisme et l’oppression monarchique jusqu’à la Révolution.

3C’est dans ce contexte que l’abbé Alexis Désessarts (1687-1774) fit paraître le premier numéro des Nouvelles Ecclésiastiques (N.E.) en 1728, dans le but de relater les persécutions. Le périodique devint rapidement un vecteur puissant des thèses les plus rigoristes du courant janséniste : opposition systématique aux jésuites, dénonciation de toute tentative de légalisation du prêt à intérêt, et attachement à une vision gallicane sont les lignes éditoriales des premiers numéros. Ce journal constitue une expérience unique dans l’histoire de la presse, et représente pour certains historiens « la seule presse libre de l’Ancien Régime » (Sgard, 1990 ; Foisil et al., 1991 ; Cottret, 2003). Le périodique est à la fois journal d'information, d'opinion, de propagande, et devient l'avant-garde du grand décollage et de l'explosion de la presse entre 1770 et 1790. Les rédacteurs des Nouvelles Ecclésiastiques ont la particularité d'être particulièrement bien informés, et insérés dans de vastes milieux d’influence : ceux de la Robe, de la politique, ou du haut clergé.

4C’est ainsi que les rédacteurs du périodique allaient, d’un point de vue intellectuel, marquer la naissance de l’économie politique d’une empreinte indélébile. Les travaux pionniers de Perrot (1984) et de Faccarello (1986) ont montré combien le jansénisme allait peser dans l’avènement d’une proto-« main invisible » chez Pierre de Boisguilbert (1646-1714). À la suite de Taveneaux (1977), des études récentes (Vanhoorne, 1996 ; Cottret, 2002 ; Van Kley, 2008 ; Orain, 2014 ; Lavialle et Menuet, 2015 ; Menuet et Orain, 2017) ont tenté de montrer que les jansénistes du XVIIIe siècle avaient préparé, par bien des aspects, les idées économiques de Melon, du Cercle de Gournay ou des physiocrates. À la lumière de ces travaux récents, il apparaît que c’est autour des questions touchant à l’intérêt de l’argent et au crédit que l’impact du jansénisme sur la pensée économique a sans aucun doute été le plus fort, notamment dans les décennies 1730-1750. C’est cette période que nous analysons.

5Nous souhaitons ici souligner la démarche d’opposition de la frange la plus « anti-libérale » du jansénisme à travers l’étude du périodique clandestin du parti. Notre objectif n’est pas d’inventorier l’ensemble des éléments traitant du prêt à intérêt dans le périodique, mais de mettre succinctement en évidence trois grands types d’influence liés à la liberté qu’offre le caractère clandestin du journal. Par son acharnement à dénoncer toute tentative de justification de la pratique du prêt à intérêt, la chronique re-place la querelle sur l’usure au cœur des débats religieux. En développant de nouveaux arguments fondés sur des raisonnements économiques, les Nouvelles Ecclésiastiques annoncent ce que sera la position sur le crédit du cercle de Gournay, de certains physiocrates, bref, de quelques premiers économistes. Mais c’est bien lors de la querelle qui les oppose à Montesquieu et à son Esprit des Lois (1748) que l’influence du journal trouve son paroxysme. En provoquant une réponse de Montesquieu – dans sa célèbre Défense de L’Esprit des Lois (1750) – le journal contribue à la radicalisation d’une position purement juridique du philosophe, « jusqu’à ce que […] la théologie soit elle-même congédiée et l’autonomie des ‘sciences humaines’ proclamée » (Rétat, 2013).

  • 2 Jean Sgard décrit une série de perquisitions et d’arrestations dans les années 1730 qui n’ont toute (...)

6À travers les querelles sur l’usure, nous rejoignons la position de Dominique Cottret et Valérie Guittienne-Mürger pour qui cet hebdomadaire « a eu un rôle déterminant dans la construction de l’opinion publique au temps des Lumières » (Cottret et Guittienne-Mürger, 2016). Le périodique est même aujourd’hui considéré comme l’un des modèles d'organisation de presse clandestine les plus aboutis. Le ton employé y est à la fois purement descriptif, dans l’exposé des persécutions, et polémique, dans la dénonciation des jésuites, unanimement accusés de tous les maux. On n’y trouve aucune référence d’adresses ou nom d’imprimeurs. Afin de diminuer le risque de descentes de police, fréquentes à l’époque2, les Nouvelles Ecclésiastiques étaient imprimées en petites quantités chez de nombreux imprimeurs. L'organigramme de diffusion a été schématisé vers 1731, et peut être décrit comme suit : le responsable de la publication de Paris – il s’agissait notamment de Fontaine de La Roche (1688-1761), puis de Louis Guidi (1710-1780), célèbres jansénistes – n’était connu que d’une poignée de personnes qui étaient chargées de distribuer les premiers numéros aux imprimeurs de province (comme, par exemple, à Auxerre, Bordeaux, ou Grenoble). À la suite, seules neuf personnes étaient invitées à diffuser les journaux dans le reste du Royaume. Ainsi, une arrestation isolée ne pouvait provoquer le démantèlement du réseau.

7Grâce à cette méthode clandestine de publication, le périodique fut rapidement tiré à près de 6000 exemplaires (Sgard, 1990). Ce chiffre est tout à fait exceptionnel pour l’époque. Son rôle purement ecclésiastique fut vite dépassé pour embrasser des causes plus larges : les libertés économiques, la construction de l’État, l’indépendance de l’Église de France, et même la constitution civile du clergé sous la Révolution (voir, par exemple, Favre, 1989). Au total, l’étude du journal est aujourd’hui perçue comme un outil précieux dans la compréhension des changements idéologiques et sociaux du XVIIIe siècle, comme le relève le récent recueil de contributions de Monique Cottret et Valérie Guittienne-Mürger (2016). Nous montrerons, dans ce contexte, que la dialétique qui s’instaure entre le périodique et les « nouveaux philosophes » (tels que Montesquieu, Diderot ou d’Alambert) permet une autonomisation de la pensée philosophique, se détachant toujours un peu plus des réflexions exclusivement religieuses.

1. La propagation des débats sur le prêt à intérêt

  • 3 L’idée selon laquelle les travaux des jansénistes ont conduit le dogme à accepter le monde (et non (...)

8Au siècle des Lumières, le jansénisme change d’assise sociale (Taveneaux, 1977, 77). D’un écho puissant au sein du bas clergé au XVIIe siècle, le mouvement s’enracine chez les artisans, les commerçants et les négociants au XVIIIe siècle. Or, on sait que, chez ces derniers, le « crédit marchand » (Gervais, 2012) devient la règle dans les décennies qui précèdent la Révolution, et que par conséquent le prêt à intérêt y est une pratique non pas fréquente, mais presque quotidienne3. Dans ce contexte, les arguments « anti-usuraires » des Nouvelles Ecclésiastiques ne sont pas simplement de nature dogmatique. Les auteurs y ajoutent une réflexion nouvelle, portant sur l’incidence sociale du crédit.

9Afin de comprendre le rôle des N.E. dans la diffusion et cette argumentation nouvelle, il nous faut évoquer le conflit latent qui opposait, depuis le début du XVIIIe siècle, les exilés et les évêques jansénistes de France d’un côté, aux fidèles et au clergé hollandais de l’autre, dans la région d’Utrecht. L’interprétation de René Taveneaux (1977) est de type sociologique et politique : au contact de l’esprit de commerce de la République, l’immense majorité des fidèles et du bas clergé serait devenue favorable au prêt à intérêt. Au contraire, l’évêque dUtrecht, Barchman, « créature » des jansénistes français et entouré de quelques exilés de renom, aurait été opposé au prêt à intérêt, et en particulier aux contrats de rentes dits « rachetables des deux côtés » (c’est-à-dire sans aliénation du capital ; le prêteur pouvait obliger l’emprunteur à rembourser le capital à une date fixe). Cette crise interne constituait ainsi du pain béni pour les jansénistes les plus rigoristes qui n’allaient pas hésiter à publiciser le conflit en question à travers leurs N.E.

  • 4 Lettre d’Opstraët à un chanoine d’Utrecht (Taveneaux, 1977, 143-145). La position de Thierry de Via (...)
  • 5 Les N.E. ne s’arrêtent pas là et dénoncent à de nombreuses reprises la position de Dom Thierry de V (...)

10Dès 1728, la chronique fait référence à ces débats en dénonçant une lettre du janséniste libéral Dom Thierry de Viaixnes qui « roule presque tout entier sur un différend qui s’est élevé entre M. l’Arch. d’Utrecht & une partie de son Clergé au sujet des contrats usuraires […] dont la pratique est presqu’universelle dans toute la Hollande » (N.E., 1728, 3). Dans cette lettre4, l’auteur parle de politique interne en défendant le prêt à intérêt par deux types d’arguments. Le premier est de nature herméneutique. Le second est lié à une vision pragmatique, en affirmant que « tout le commerce de la République est appuyé sur les prêts d’argent à intérêt » (ibid.). Par une analyse fine de l’aliénation du capital dans les rentes, il exige la soumission du pouvoir temporel en matière de commerce. Les N.E. vont s’émouvoir d’une telle conception, créer une polémique, et répondre aux deux arguments. La première réponse s’organise en un discours dogmatique qui utilise l’ironie comme principal procédé rhétorique : « Suivons Don Thierry dans son enthousiasme et voyons jusqu’où IL SE SENT POUSSÉ PAR LES MOUVEMENTS DE DIEU » (N.E., 1728, 4)5. La seconde réponse est plus intéressante pour notre objet. En effet, les auteurs des N.E. avancent un argument quasi keynésien :

On peut dire au contraire que le retranchement de ces sortes de prêt serait très utile au commerce de la République. En effet cette voye étant fermée à toutes les personnes qui ont la conscience timorée et qui ne veulent faire profiter leur argent que par des moyens légitimes, elles seraient forcées de prendre part au commerce, ce qui contribuerait à l’étendre et le rendrait plus florissant. (ibid.)

11Cette vision de l’incidence économique du crédit est étroitement liée à celle de J.-J. Duguet (1649-1733). Dans l’Institution d’un Prince (Duguet, 1739), l’abbé affirme que le capital, qui est censé s’allouer à l’agriculture, serait détourné par le crédit au profit d’autres industries. En effet, pour Duguet, comme pour le futur mouvement physiocrate, l'agriculture est la seule activité économique productrice de richesse, de sorte que le commerce et même d'autres formes d'activité industrielle sont finalement parasitaire sur la production agricole.

12Duguet est sans conteste un personnage central dans la publication et la rédaction des N.E. En effet, comme l’indique Sgard (1990), plusieurs réunions secrètes rassemblèrent chez l'abbé Duguet à la fin de l’année 1728, les principaux théologiens jansénistes. Ils y affinèrent le « plan » et les « règles » du journal, et mirent en avant des arguments économiques et sociaux contre la pratique de l’usure (N.E., 1770, 95 ; N.E., 1771, 49-50).

13On a montré ailleurs la confluence de ce changement de discours des N.E. – passant d’une argumentation dogmatique à des raisonnements économiques ou sociaux – et des réflexions du cercle de Gournay sur le prêt à intérêt (Orain, 2014, 477-480). Les Traités sur le commerce et sur les avantages qui résultent de la réduction de l’intérêt de l’argent de J. Child et le Petit traité contre l’usure de Th. Culpeper (Child et Culpeper, 1754), traduits et publiés en 1754 par Gournay et Butel-Dumont, fustigent le haut prix de l’argent dans des termes qui ne sont pas très différents de ceux de Duguet et des Nouvelles Ecclésiastiques sur la question. Deux membres éminents du cercle de Gournay, Forbonnais et Clicquot-Blervache, abondent également dans ce sens. Dans une formule que Duguet n’aurait pas reniée, Clicquot-Blervache affirme que « tout intérêt est une taxe que la paresse lève sur l’industrie » (Clicquot-Blervache, 1755, 5). On peut également relever que l’influence « rigoriste » des N.E. n’est pas sans trouver d’autres échos dans la seconde moitié du siècle chez des personnes qui s’intéressent à « l’économie ». Ainsi le Journal Œconomique chronique-t-il longuement, en mai et juin 1769, les écrits de Duguet. Mais n’oublions pas que l’éditeur du Journal Œconomique, Antoine Boudet, a été arrêté et emprisonné en 1747 pour avoir imprimé et diffusé des ouvrages interdits, et en particulier, les Nouvelles ecclésiastiques. On sait par ailleurs que le Journal Œconomique a une ligne éditoriale, au milieu des années 1750, proche du cercle de Gournay, le directeur n’étant autre que Butel-Dumont (Orain, 2013).

2. Une influence doctrinale

14Comme on le voit, les Nouvelles Ecclésiastiques sont donc devenues un outil de diffusion puissant pour une réflexion nouvelle : l’incidence sociale du crédit. Par la largue diffusion du périodique et par son ton polémique, les N.E. ont également été un moyen de pression constante pour les autorités ecclésiastiques par l’influence qu’elles avaient sur l’opinion publique et le bas clergé. Par leur acharnement à dénoncer toute tentative de légalisation du prêt à intérêt sous toutes ses formes, les auteurs des N.E. ont forcé une réaffirmation permanente du dogme anti-usuraire. Prenons l’exemple de deux types de contrats.

  • 6 Il s’agit de trois contrats (un de société, un d’assurance, et un de vente) entre le prêteur et l’e (...)

15Le premier est le triple contrat6. Les N.E. relèvent que plusieurs thèses jésuites cherchent à le légaliser : c’est le cas par exemple de l’Instruction Pastorale de l’archevêque de Vienne, Jean Yse de Saléon (1669-1751), ou de la thèse du Père Donau (soutenue le 24 Juillet 1748 à Grenoble). Ce Père jésuite y établit la notion de « risque » pour la justification de l’intérêt : « le péril extrinsèque de la somme prêtée, s’il vient du vice de l’emprunteur, peut être une cause légitime de l’intérêt qu’on retire » (N.E., 1749, 10).Ce précepte lui permet d’affirmer que « le triple contrat de société, fait dans le même temps, et avec le même Marchand, s’il se fait d’une manière convenable, paraît être licite » (ibid.). La réaction violente des N.E. se cristallise autour du principe selon lequel les trois contrats se feraient en « même temps » : « Il faut être bien aveugle pour ne pas voir que les deux derniers contrats d’assurance (l’un du capital et l’autre des intérêts) détruisent absolument l’essence du premier contrat de société de perte et de gain » (ibid.). Ils révèlent également que ce débat se propage à l’ensemble des villes marchandes. Ainsi,

deux jours après, c’est-à-dire le 26 du même mois (26 Juillet 1748), les Jésuites de Marseille firent soutenir […] une Thèse, où l’on retrouve les deux propositions du P. Doneau sur l’usure. Le triple Contrat, fait avec la même personne et dans le même temps, y est également donné pour licite. (N.E., 1749, 11)

  • 7 Le catéchisme de Sens suscita de très violentes réactions de la part des N.E. au sujet de l’usure ( (...)

16L’argumentation est étonnante. Elle ne se base plus sur une simple réaffirmation du dogme (Droit Révélé), mais également sur la raison (Droit Naturel). Cette démarche s’inscrit plus largement dans le renouveau pastoral du siècle, sur fond de conflit entre séminaires jésuites et petites écoles de Port-Royal. Le journal dénonce, par exemple, les dérives libérales dans les catéchismes jésuites, et notamment celle de l’archevêque de Sens, Languet de Gergy (1677-1753)7, pour qui il existe des « causes légitimes de prêter de l’argent pour en tirer du profit » (ibid.). La réponse du journal se réfère au Droit naturel pour condamner la distinction que fait l’archevêque : « on fait valoir les preuves tirées de la raison, pour montrer que l’usure est injuste et condamnable par elle-même, c’est-à-dire par sa nature, par la nature du prêt et par la nature de l’argent » (ibid.).

  • 8 L’œuvre de N. Broedersen reprend les thèses formulées précédemment dans son Tractatus brevis de red (...)
  • 9 Cette affaire fit grand bruit, comme le montre l’extrait du Mercure histoire et politique de Septem (...)

17Le second exemple, qui concerne plus particulièrement notre objet d’étude, se réfère aux contrats rachetables, et en particulier à la publication de deux ouvrages : De usures licitis et illicitis de M. Broedersen (Broedersen, 1743), et Dellimpiego del denaro du Marquis Scipion Maffei (Maffei, 1744)8. Le prêt à intérêt y est, pour la première fois, distingué de l’usure. L’ouvrage du Marquis semble avoir eu, dans un premier temps, un écho limité en Italie, se contentant d’une notoriété locale autour de son lieu d’émission à Vérone. Pour autant, les N.E. vont faire des deux livres une affaire d’État. Ils les dénoncent tout d’abord à « la congrégation de L’index » (N.E., 1745, 106-107) qui ne semble guère encline à prendre une quelconque décision9. Ce mutisme renforce à son tour la polémique et les pressions jansénistes :

On croyait que l’opinion de M. Broedersen sur l’usure allait être condamnée. La Congrégation particulière […] pour juger cette question, avait déjà tenu plusieurs séances & tout disposait à une censure, lorsque l’affaire a été tout d’un coup surcise […] On ne sait par quelle fatalité on voit avorter […] presque tous les projets qui seraient utile à l’Eglise ? (N.E., 1746, 13)

18Comme l’ont montré Menuet et Orain (2017), les pressions jansénistes et dominicaines ont favorisé la propagation de la querelle de Vérone jusqu’à Rome. Les tentatives de légalisation des rentes rachetables de Broedersen et de Maffei ne regardent plus désormais la simple République de Venise, mais l’Église toute entière. Finalement, pour mettre un terme à ces violentes disputes, le Pape Benoît XIV fait publier une lettre encyclique (Vix Pervendit, Novembre 1745). Sur le fond, elle rappelle la vieille tradition scolastique. Le Pape y réaffirme qu’il n’est pas permis de tirer des intérêts d’un prêt, tout en reconnaissant deux cas d’exception : le dammum emergem et le lucrum cessans. Sur la forme, elle est plus surprenante. Elle vient manifestement répondre aux débats qui ont agité l’époque autour du contrat rachetable. La lettre encyclique commence avec ces mots :

Nous avions appris qu’à l’occasion d’une nouvelle controverse (dont l’objet consiste à savoir si un certain contrat [rachetable] doit être jugé valide), il se répandait en Italie quelques opinions qui sembleraient ne pas être conformes à la sainte doctrine.

  • 10 Les N.E. maintiennent ainsi une pression constante sur le pontife : « si le Pape a penché davantage (...)

19Ainsi, la publication de l’encyclique n’est pas étrangère aux pressions jansénistes et aux polémiques incessantes lancées dans les N.E. (Taveneaux, 1977, 155). Pour autant, alors que l’on s’attendait à un concert de louanges, les jansénistes restent prudents après la publication de l’encyclique :10

avec un peu de bonne foi on ne saurait disconvenir que le Pape ne se soit effectivement déclaré pour la sainte doctrine […] Il est cependant fâcheux qu’après avoir tenu tant de Congrégations sur une question déjà éclaircie par plusieurs excellents Ecrits […], on ait encore besoin de Commentaires pour expliquer un Oracle. (N.E., 1747, 92)

20Les N.E. ont donc constitué un élément puissant de pression politique, en contribuant à la dernière production doctrinaire (Vix Pervendit) sur la question du prêt à intérêt, qui prévaut toujours aujourd’hui. Mais au-delà de leur influence sur les idées économiques, ou sur les décisions du droit canon, les N.E. ont surtout été un organe de presse contribuant, de façon involontaire, à l’autonomisation d’un esprit philosophique profane, d’une vision libérale du prêt à intérêt, et à la diffusion des idées encyclopédistes.

3. Les querelles sur l’Esprit des Lois et l’Encyclopédie

21L’influence des N.E. dans la diffusion des débats du siècle sur le prêt à intérêt est clairement démontrée dans la querelle qui les oppose à Montesquieu dans les années 1750. Alors que le retour dogmatique à l’interdit usuraire est présent dans la réaction au mouvement libéral au sein de l’Église, la contestation doit s’adapter quand elle fait face à des arguments d’auteurs profanes, tenant des arguments juridiques et philosophiques ; « un livre comme l’Esprit des Lois, eut, de ce point de vue, une influence considérable » écrit René Taveneaux (Taveneaux, 1977, 179). Montesquieu y affirme en effet :

qu’il est clair que celui qui a besoin d’argent, doit le louer, comme il fait toutes les choses dont il peut avoir besoin... C’est bien une action très bonne de prêter à un autre son argent sans intérêt : mais on sent que ce ne peut être qu’un conseil de Religion, et non une Loi Civile. (Montesquieu, 1749, XXII, 19)

  • 11 De nombreux auteurs jansénistes ont tenté de ridiculiser l’Esprit des Lois ; on relève par exemple, (...)

22Dès la publication de cet ouvrage, les N.E. entrent en guerre ouverte contre le philosophe. Dans le numéro d’Octobre 1749, elles l’accusent d’être un « secateur de la religion naturelle », un « spinoziste », ou un « adversaire du christianisme » (N.E., 9 octobre 1749, 162). Les N.E. ne sont pas le seul journal à dénoncer la position libérale du philosophe : l’organe jésuite, le Journal de Trévoux, estime en Avril 1749 que l’Esprit des Lois « porte tort à la religion, directement ou indirectement, et demande poliment des éclaircissements à l’auteur » (Lauriol, 2013)11. Pour autant, le périodique janséniste est le seul à crier au scandale par une méthode originale. Il cherche à démonter de façon méthodique l’ensemble des arguments du philosophe en reprenant ses arguments fondés sur le droit romain. Montesquieu fait par exemple référence à Ulpien, juriste du IIIe siècle, pour affirmer qu’il est permis à un créancier de vendre du temps : « Celui-là paie moins, dit Ulpien, qui paie plus tard. Cela décide de la question si l’intérêt est légitime, c’est-à-dire si le créancier peut vendre le temps, et le débiteur l’acheter » (N.E., 1749, 164). Les N.E. affirment au contraire que

l’Auteur [Montesquieu] le prend tout de travers. Ulpien parle d’un débiteur qui ne paie pas au terme convenu, et qui par là cause du dommage à son créancier ; il mérite alors d’être condamnée à payer des intérêts ; sur ce principe que celui là paie moins qui paie plus tard. (ibid.)

23À travers Montesquieu, c’est comme si les N.E. « prenaient conscience, pour la première fois, de l’accélération de l’esprit irréligieux de la philosophie » (Maire, 2013). Et de façon tout à fait exceptionnelle, alors que les critiques pleuvent de la part de l’ensemble des courants de l’Église, c’est bien aux N.E. que le philosophe décide de répondre :

Il a ressenti très vivement les critiques que les Nouvelles ecclésiastiques […] ont adressées à L’Esprit des Lois, au point d’éprouver le besoin de se défendre publiquement. C’est à eux principalement qu’il répond dans sa Défense de L’Esprit des Lois. (Maire, 2013)

  • 12 La virulence de l'attaque de Esprit des Lois est d'autant plus remarquable qu'à Rome, en 1749, deux (...)

24Dans la même perspective, Pierre Rétat remarque qu’il est « unique, qu’un auteur reconnu comme Montesquieu réponde à un article de presse, surtout lorsqu’il vient d’une gazette clandestine et inspirée totalement par l’esprit de parti. Aussi Montesquieu ne la désigne-t-il jamais par son nom » (Rétat, 2013). Le philosophe craint en effet l’influence des N.E. auprès de l’opinion, et surtout auprès du Vatican, notamment après les querelles qui ont ciblé le Marquis Maffei. Il redoute en particulier une mise à l’Index de son ouvrage. Dans ses Défenses de l’Esprit des lois (Montesquieu, 1750), Montesquieu consacre un livre entier (le XXIIe) à la question de l’usure. Il y recopie mot pour mot les accusations des N.E., sans toutefois les nommer12. Conscient de l’importance de l’attaque sur les exemples juridiques romains, il préfère s’élever au-dessus du débat et se livrer à des « réflexions générales sur la critique, ses mobiles et ses excès, et sur le sens méthodique et philosophique qu’il donne à L’Esprit des lois » » (Rétat, 2013). Il y affirme en outre raisonner en jurisconsulte et non en historien ou en théologien. De cette façon, il participe à l’autonomie de l’esprit philosophique par rapport aux débats religieux. Il se montre même prêt à effectuer les corrections demandées, qui ne seront, en fait, effectives que dans les éditions publiées post-mortem, celles de 1757-1758.

25Cependant, les N.E. ne se satisfont pas des Défenses proposées par Montesquieu. En Avril et Mai 1750, ses auteurs accusent le philosophe d’avoir aggravé son cas par des « vomis de blasphèmes » (Lauriol, 2013). Ils reprennent leur attaque sur la base du droit romain : « Quand il le souhaite, celui-ci se réfère à la logique naturelle, nous formerons son argument et nous essaierons de lui répondre » (N.E., 1750, 71). Dans ses Défenses, Montesquieu se pose en juriste et fait référence à la fameuse Table des XII Lois, dans laquelle l’intérêt est fixé à un pour-cent selon l’historien antique Tacite, ce qui semble faible et donc constituer une erreur pour le philosophe : « il est visible qu’il s’est trompé » (Montesquieu, 1748, XXII, 22). Aussi, les N.E. s’engouffrent-elles habilement dans cette contradiction : « Tacite ne s’est point trompé. Il parle de l’intérêt à un pour-cent par mois, et l’Auteur (Montesquieu) s’est imaginé qu’il parle d’un pour-cent par an […] Un homme qui écrit […] sur les Lois, devrait-il l’ignorer ? » (N.E., 1749, 164). De cette différence d’interprétation, le périodique fait une erreur logique :

Si l’usure autorisée par la Loi des XII Tables n’eût été que d’un pour cent par an […] il aurait fallu cent ans, pour que l’intérêt eût égalé le capital. Où aurait-on trouvé des Usuriers qui eussent voulu prêter à un dernier si bas ? Par les Lois Romaines l’intérêt pouvait courir jusqu’à égaler le capital et jamais au-delà. (N.E., 1750, 72)

26Ce « jeu » d’attaques et de réponses entre Montesquieu et les auteurs des N.E. s’inscrit dans une opposition plus générale contre « les nouveaux philosophes » qui se sont libérés du christianisme (Cottret, 1998 ; 2016), tels Rousseau, Voltaire (qui fait du jansénisme le plus grand de ses adversaires), ou les encyclopédistes Diderot et d’Alembert. Pour Jean Sgard, l’affrontement idéologique entre le matérialisme encyclopédiste et la religion a tenu essentiellement « à la pugnacité des Nouvelles Ecclésiastiques sous la direction de Fontaine de La Roche » (Sgard, 1998). D’Alembert fait pour sa part une large place (trente-huit lignes) aux Nouvelles Ecclésiastiques dans son Encyclopédie. Il définit le journal janséniste comme « un titre très-impropre d'une feuille, ou plutôt d'un libelle périodique, sans esprit, sans vérité, sans charité, et sans aveu, qui s'imprime clandestinement depuis 1728, et qui paraît régulièrement toutes les semaines » (Diderot et d’Alembert, 1755, t. 5, 223a). Foisil et al. s’interrogent sur une telle recension :

fallait-il que les N.E. fussent importantes, tracassantes, pour mériter dans le prestigieux et monumental ouvrage des philosophes, une place à part avec un long article propre, tandis que les autres Journaux du temps, sont tous regroupés brièvement en une seule rubrique. (Foisil et al., 1991, 403)

27Concernant Diderot, le combat est identique. Grâce à une lecture minutieuse du périodique, Jean Sgard a pu analyser la manière dont les réflexions de Diderot sont perçues par les N.E. (Sgard, 1998). D’après lui, l’influence du périodique s’essouffle dans les années 1760, du fait de l’avènement de nombreux autres organes de presse, et de la disparition du « rédacteur en chef » Fontaine de la Roche en 1761. En effet, les débats d’idées laissent place à des luttes tenaces, souvent stériles, contre des « ex-jésuites ou des ex-philosophes ». Il faut attendre la période révolutionnaire et la question de la constitution civile du Clergé pour voir réapparaître l’influence du périodique dans l’opinion (Favre, 1989 ; Cottret, 2003). Finalement, comme le conclut Jean Sgard, l’interaction entre les N.E. et les « nouveaux philosophes » (Montesquieu et les encyclopédistes notamment) a participé à l’émergence d’une conception irréligieuse de la société :

Aussi peut-on croire que [les N.E. ont eu] la chance de rencontrer sur [leur] chemin des adversaires de la taille de Montesquieu et de Diderot, adversaires [qu’ils ont su] élire et qui lui ont permis quelquefois de sortir d’une argumentation surannée ; et Diderot a eu la chance de rencontrer la `gazette infernale’ qui l’a mené droit à La Religieuse. (Sgard, 1998, 19)

4. Conclusion

28Nous avons souligné ici le rôle des acteurs du journal clandestin le plus important du XVIIIe siècle, les Nouvelles Ecclésiastiques, dans les débats touchant au prêt d’argent à intérêt. Le caractère clandestin du périodique offre un double avantage : une liberté de ton, et une large diffusion assurée par de nombreuses imprimeries de province. L’influence acquise par là sur l’opinion est décisive. Le jansénisme, à travers son périodique, entend lever une polémique sur la moindre tentative de légalisation, ou même de justification, de la pratique du prêt à intérêt, telle que les contrats rachetables en Hollande, les triples contrats dans les thèses jésuites, ou des thèses libérales de certains docteurs en Italie. De manière plus large, nous cherchons à montrer en quoi les débats philosophiques et politiques de la période prérévolutionnaire étaient profondément marqués par des problématiques chrétiennes.

29Nous faisons deux constatations importantes. Premièrement, l’argumentation proposée dans les Nouvelles Ecclésiastiques se distingue des discours purement dogmatiques des premières réactions jansénistes. Les auteurs y ajoutent un élément nouveau : celui de l’incidence sociale du crédit. C’est ainsi que s’est formée leur influence sur quelques premiers économistes du siècle autour du cercle de Gournay (Orain, 2014). Deuxièmement, en tentant de dénoncer avec force les thèses des « premiers philosophes », l’organe de presse favorise l’essor d’une pensée irréligieuse (notamment par le biais de la querelle avec Montesquieu) et, de manière contre-productive, permet une plus large diffusion de l’Encyclopédie en s’opposant de manière systématique à Diderot et d’Alembert.

Je tiens à remercier les deux rapporteurs anonymes ainsi que l’éditeur, dont les critiques et remarques m’ont permis d’améliorer ce texte. Je remercie profondément Arnaud Orain, sans qui cet article n’aurait jamais vu le jour. Je remercie également Patrick Villieu pour sa relecture et ses remarques avisées. Je reste seul responsable des lacunes qui pourraient subsister.

Haut de page

Bibliographie

Benhamou, Paul. 1988. Le journalisme dans l’Encyclopédie. Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 5(1) : 45-54.

Boidot, Philippe et Aubret, Balthazar. 1738. Traité des prêts de commerce, ou l’on compare la doctrine des Scolastiques sur ces Prêts, avec celle de l’Ecriture sainte & des saints Pères. Lille : Pierre Mathon.

Broedersen, Nicolas. 1743. De usuris licitis et illicitis. s.n.

Broedersen, Nicolas. 1729. Tractatus brevis de reditibus utrimque redimilibus, etc. Delphis : Bernardi van Holzen.

Chartier, Roger. 1990. Les origines culturelles de la Révolution française. Paris : Seuil.

Child, Josias et Thomas Culpeper (traduit par Gournay et Butel-Dumont). 1754. Traités sur le commerce et sur les avantages qui résultent de la réduction de l’interest de l’argent ; par Josias Child, Chevalier Baronet : avec un petit traité contre l’usure ; Par le Chevalier Thomas Culpeper. Amsterdam et Berlin : Jean Neaulme et Paris : Guérin & Delatour.

Clicquot-Blervache, Simon. 1755. Dissertations sur l'effet que produit le prix de l'intérêt sur le commerce & sur l’agriculture. Amiens : Vve Godart.

Cottret, Monique. 1998. Jansénisme et Lumières. Pour un autre XVIIIe siècle. Paris : Albin Michel.

Cottret, Monique. 2002. Du jansénisme au libéralisme : itinéraire de quelques abbés du siècle. Dix-huitième Siècle, 34 : 53-66.

Cottret, Monique. 2003. 1789-1791 : triomphe ou échec de la minorité janséniste ? Rives nord-méditerranéennes, 14 : 49-61.

Cottret, Monique. 2016. Histoire du jansénisme. Paris : Perrin.

Cottret, Monique et Guittienne-Mürger, Valérie. 2016. Les Nouvelles Ecclésiastiques. Une aventure de presse clandestine au siècle des Lumières (1713-1803). Paris : Beauchesne.

Diderot, Denis et d’Alembert, Jean le Rond (dir.). 1755. Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Paris, 17 vols.

Duguet, Jacques-Joseph. 1739. Institution d’un Prince, ou Traité des Qualitez, des vertus et des devoirs d’un Souverain. Leide: Jean & Herman Verbeek, 4 vols.

Faccarello, Gilbert. [1986] 1999. The Foundations of Laissez-Faire: The Economics of Pierre de Boisguilbert. Londres : Routledge.

Favre, Robert. 1989. Les Nouvelles ecclésiastiques au seuil de la Révolution (1788-1790). Dix-huitième Siècle, 21(1) : 277-284.

Foisil, Madeleine, de Noirfontaine, Françoise et Flandrois, Isabelle. 1991. Un journal de polémique et de propagande. Les Nouvelles Ecclésiastiques. Histoire, économie et société, 10(3) : 399-420.

Forbonnais, François Véron Duverger de. 1753. Extrait du livre L’Esprit des lois, chapitre par chapitre. Amsterdam : Arkeste & Merks.

Gervais, Pierre. 2012. Crédit et filières marchandes au XVIIIe siècle, Annales. Histoire, Sciences Sociales, 67(4) : 1011-1048.

La Porte, abbé Jean-Baptiste-Barthélémy de. 1751. Observations sur l'esprit des lois, ou l'art de lire ce livre, de l'entendre et d'en juger. Amsterdam : s.n.

Lauriol, Claude. 2013. Querelle de L’Esprit des lois. In Catherine Volpilhac-Auger (dir.), A Montesquieu Dictionary, ENS de Lyon. Consultable à l'adresse : http://dictionnaire-montesquieu.ens-lyon.fr/fr/article/1377637845/fr/

Lavialle, Christophe et Menuet, Maxime. 2015. Du rigorisme à la modernité : la vision du travail des premiers Jansénistes. Economie et Société, série PE, 53 : 629-652.

Lyon-Caen, Nicolas. 2010. La boîte à Perette : Le jansénisme parisien au XVIIIe siècle. Paris : Albin Michel.

Maire, Catherine. 2013. Jansénisme. In Catherine Volpilhac-Auger (dir.), A Montesquieu Dictionary, ENS de Lyon. Consultable à l'adresse : http://dictionnaire-montesquieu.ens-lyon.fr/en/article/1377638918/fr/

Maire, Catherine 1998. De la cause de Dieu à la cause de la Nation. Le Jansénisme au XVIIIe siècle. Paris : Gallimard.

Maffei, Scipione. 1744. Dell’impiego del denaro. Vérone : Giannalberto Tumermani.

Menuet, Maxime et Orain, Arnaud. 2017, Liberal Jansenists and Interest-Bearing Loan in France During the Eighteenth Century: A Reappraisal. The European Journal of the History of Economic Thought, 24(4): 708-741.

Montesquieu, Charles-Louis de Secondat de. [1748] 2010, De l’Esprit des lois. In Oeuvres complètes de Montesquieu. Paris : Classique Garnier, 7 vols.

Montesquieu, Charles-Louis de Secondat de. [1750] 2010, Défense de l'Esprit des lois. In Oeuvres complètes de Montesquieu. Paris : Classique Garnier, 7 vols.

Nouvelles Ecclésiastiques ou Mémoires pour servir à l’histoire ecclésiastique de la Constitution Unigenitus. 1713-1803. 15 vols, Paris.

Orain, Arnaud. 2013. Le Journal Œconomique, le cercle de Gournay et le pouvoir monarchique : quelques preuves matérielles d’un lien organique. Dix-huitième siècle, 45 : 565-583.

Orain, Arnaud. 2014, The Second Jansenism and the Rise of French Eighteenth-Century Political Economy. History of Political Economy, 46(3) : 463-490.

Perrot, Jean-Claude. [1984] 1992. La Main invisible et le Dieu caché. In Une histoire intellectuelle de l’économie politique (XVIe-XVIIIe siècle). Paris : EHESS.

Rétat, Pierre. 2013. Défense de l’Esprit des Lois. In Catherine Volpilhac-Auger (dir.), A Montesquieu Dictionary, ENS de Lyon. Consultable à l'adresse : http://dictionnaire-montesquieu.ens-lyon.fr/fr/article/1376471782/fr/

Sgard, Jean. 1984. La multiplication des périodiques. In Roger Chartier et Henri-Jean Martin (éds). Histoire de l’édition française, tome II, 198-205.

Sgard, Jean. 1990. La presse militante au XVIIIe siècle : les gazettes ecclésiastiques. In Pierre Rétat (éd.), Cahiers de textologie n° 3 : Textologie du journal. Paris : Lettres modernes Minard, 7-34.

Sgard, Jean. 1991. Nouvelles Ecclésiastiques (1728-1803). In Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux 1600-1789, notice 1027, Paris : Universitas. Consultable à l'adresse : http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/journal/1027-nouvelles-ecclesiastiques

Sgard, Jean. 1998. Diderot vu par les Nouvelles Ecclésiastiques. Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 25 : 9-19.

Taveneaux, René. 1977. Jansénisme et prêt à intérêt. Introduction, choix de textes et commentaires. Paris: Vrin.

Van Kley, Dale. 2008. Religion and the Age of ‘Patriot’ Reform, Journal of Modern History, 80: 1-44.

Van Kley, Dale. 2006. The Religious Origins of the French Revolution. New Haven et Londres: Yale University Press.

Van Kley, Dale. 1986. The Jansenist Constitutional Legacy in the French Prerevolution. 1750- 1789. Historical Reflections/Réflexions historiques, 13: 393-453.

Vanhoorne, Frederick. 1996. Du jansénisme au mercantilisme : la politique de l’abbé Du Guet. Revue d’histoire ecclésiastique, 91 : 41-65.

Haut de page

Notes

1 Pour une description complète des Nouvelles Ecclésiastiques, on se réfèrera notamment à Sgard (1991) ; Foisil et al. (1991) ; Cottret (2016) ; Cottret et Guittienne-Mürger (2016). Les numéros sont réunis en tomes annuels pourvus d’une page de frontispice et d’un discours introductif. La collection complète comprend 76 tomes annuels de pagination continue. Il existe deux éditions : celle de Paris, la plus ancienne, diffusée par les imprimeries de province, et une plus récente, celle d’Utrecht, qui parut dès 1735. Dans cet article nous utilisons l’édition de Paris, disponible dans Gallica en version numérisée (entre 1728 et 1760), ou sur le site du Gazetier universel : http://gazetier-universel.gazettes18e.fr/periodique/nouvelles-ecclesiastiques-1728-1803. Il faut noter qu’il existe trois tables raisonnées qui en facilitent l'accès. Le lecteur peut alors chercher dans cet index des mots comme « prêt », « intérêt », « usure », qui lui permettront de compléter les informations contenues dans l’article. La version complète est disponible à la Bibliothèque Nationale de France. L’édition d’Utrecht est conservée à la Bibliothèque municipale de Bordeaux.

2 Jean Sgard décrit une série de perquisitions et d’arrestations dans les années 1730 qui n’ont toutefois pas permis le démantèlement du réseau (Sgard, 1991).

3 L’idée selon laquelle les travaux des jansénistes ont conduit le dogme à accepter le monde (et non l’inverse), qu’ils ont contribué de manière décisive à faire coïncider le « droit naturel » et la foi, qu’ils ont donné des arguments ecclésiastiques aux économistes « libéraux » de la période, se trouve esquissée dans le recueil de textes de Taveneaux (1977). Cette idée va à l’encontre de l’hypothèse de Lyon-Caen (2010) selon laquelle les marchands jansénistes ne pensaient tout simplement pas aux interdictions des théologiens de leur mouvement sur la question.

4 Lettre d’Opstraët à un chanoine d’Utrecht (Taveneaux, 1977, 143-145). La position de Thierry de Viaixnes a influencé la vision des jansénistes « libéraux » sur le prêt à intérêt, notamment à travers le fameux Traité des prêts de commerce publié pour la première fois en 1738 (Boidot et Aubert, 1738) ; la lettre de Dom Thierry est placée au début de l’ouvrage. Comme l’ont montré Menuet et Orain (2017), l’œuvre a influencé les auteurs de l’Encyclopédie qui ont traité la question de l’usure, comme Joachim Faiguet de Villeneuve (1703-1781), ou le Chevalier de Jaucourt (1704-1779).

5 Les N.E. ne s’arrêtent pas là et dénoncent à de nombreuses reprises la position de Dom Thierry de Viaixnes. Par exemple, la chronique prend la défense de N. Petitpied (le janséniste rigoriste le plus influent de son temps, et proche de l’évêque d’Utrecht Barchman), accusé d’être au « centre des correspondances » de Thierry de Viaixnes (N.E., 1729, 4-5). D’un point de vue juridique, le périodique exigera l’interdiction ferme de la publication de la lettre de Dom Thierry par M. Broedersen (1729), et en demandera la mise à l’Index (N.E., 1745, 105-108).

6 Il s’agit de trois contrats (un de société, un d’assurance, et un de vente) entre le prêteur et l’emprunteur dans le but de couvrir les différents risques. Pour plus de détails, voir (N.E., 1757, 205).

7 Le catéchisme de Sens suscita de très violentes réactions de la part des N.E. au sujet de l’usure (Taveneaux, 1977, 78 ; N.E., 1758, 93-94).

8 L’œuvre de N. Broedersen reprend les thèses formulées précédemment dans son Tractatus brevis de reditibus utrimque redimibilibus (1729) en faveur du prêt à intérêt ; ce traité fut précédé de la célèbre lettre de Dom Thierry de Viaixnes.

9 Cette affaire fit grand bruit, comme le montre l’extrait du Mercure histoire et politique de Septembre 1745 (p. 249), repris dans les N.E. du même mois : « Tout Rome est attentif à la décision d’une affaire qui fait beaucoup de bruit, et qui paraît intriguer toute la Cour. Le Marquis Maffei, connu et très estimé dans la République […] s’est avisé de publier à Venise un Traité de morale sur l’usure » (N.E., 1745, 105).

10 Les N.E. maintiennent ainsi une pression constante sur le pontife : « si le Pape a penché davantage pour la Vérité dans le texte de sa Lettre, sa conduite semble aujourd’hui rendre au parti contraire qu’il avait paru lui ôter » (N.E., 1747, 92).

11 De nombreux auteurs jansénistes ont tenté de ridiculiser l’Esprit des Lois ; on relève par exemple, J.-B. de la Porte avec son Esprit des Lois, ou l’art de lire ce livre, de l’entendre et d’en juger (La Porte, 1751) ; ou encore l’économiste et encyclopédiste F. D. de Forbonnais – fortement influencé par le courant janséniste rigoriste ; voir sur ce point Menuet et Orain (2017) – avec son Extrait du livre L’Esprit des lois, chapitre par chapitre, … (Forbonnais, 1753).

12 La virulence de l'attaque de Esprit des Lois est d'autant plus remarquable qu'à Rome, en 1749, deux des futurs alliés et lecteurs du Nouvelles Ecclésiastiques, à savoir Giovanni Bottari et le Cardinal Domenico Passionei, ont travaillé avec Montesquieu pour repousser un condamnation papale possible par Benoît XIV.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Menuet, « Les Nouvelles Ecclésiastiques (1728-1750) face à leurs opposants : quelques polémiques autour du prêt à intérêt », Œconomia, 8-1 | 2018, 29-44.

Référence électronique

Maxime Menuet, « Les Nouvelles Ecclésiastiques (1728-1750) face à leurs opposants : quelques polémiques autour du prêt à intérêt », Œconomia [En ligne], 8-1 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/oeconomia/2883 ; DOI : 10.4000/oeconomia.2883

Haut de page

Auteur

Maxime Menuet

Université d'Orléans, LEO, maxime.menuet@univ-orleans.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals