Navigation – Plan du site
Revues des livres
Essais critiques

Walras est-il moderne ?

A propos de Claire Pignol, La théorie de l’équilibre général
Jean-Sébastien Lenfant
p. 107-117
Référence(s) :

Claire Pignol, La théorie de l’équilibre général, Lille : Presses Universitaires du Septentrion, 130 pages, 2017, ISBN 978-275741583-2

Texte intégral

La théorie de l'équilibre généralAfficher l’image
Crédits : Presses Universitaires du Septentrion

1En un peu plus de cent pages d’un texte dense et didactique, Claire Pignol nous propose une plongée dans ce qu’il est convenu d’appeler la théorie de l’équilibre général (TEG). Le titre de l’ouvrage, La théorie de l’équilibre général, sans sous-titre, suppose un objet bien délimité et ne suscite pas d’autres attentes qu’un exposé plus ou moins technique des résultats et de la courbe historique d’un ensemble de recherches menées sous la bannière de cette appellation, “équilibre général”, reliées entre elles par un programme consistant à examiner les propriétés d’un système de marchés interdépendants mis en relation à travers les décisions d’agents individuels, consommateurs et producteurs.

2L’intérêt principal de cet ouvrage est double. D’un point de vue pédagogique, le parti-pris est une approche aussi peu mathématisée que possible, afin de transmettre les idées et les résultats dans un langage accessible à des chercheurs et étudiants non spécialistes. On aura l’occasion d’évaluer les bienfaits et les limites de cette approche, mais notons d’emblée que Pignol relève avec adresse ce défi. D’un point de vue épistémologique, l’auteure s’accorde une marge de liberté dans l’interprétation des enjeux et des questionnements inhérents à l’équilibre général. Avec sa méthode et ses outils, la TEG ne devrait-elle pas nous aider à « concevoir une organisation des activités économiques qui soit cohérente, efficace, juste ? » (11) Le lecteur qui s’attendrait à un exposé décharné des principaux thèmes de recherche de la théorie de l’équilibre général – l’existence de l’équilibre, ses propriétés d’optimalité, son unicité, sa stabilité, voire quelques implications de statique comparative – découvrira que ces thèmes prennent sens dans un projet plus fondamental, celui d’une théorie de la coordination d’individus autonomes, dont les résultats sont susceptibles de guider nos choix collectifs. Quant aux lecteurs au fait des multiples ramifications de la théorie de l’équilibre général, ils pourront confronter leur représentation propre de ce qui fait la raison d’être d’un tel projet analytique avec celle qui est défendue ou transparaît dans l’ouvrage.

3Pour Pignol, en effet, la théorie de l’équilibre général est d’abord un outil d’investigation de ses propres limites, celles qui sont liées inévitablement à la radicalité de ses hypothèses et de son projet : penser la coordination économique, ses institutions indispensables (le marché, la monnaie), et ses critères normatifs d’évaluation des états sociaux (l’équité, l’efficacité) à partir d’un ensemble d’hypothèses minimales sur les agents (leurs dotations, leurs préférences, – leurs valeurs ?). Pignol ne perd jamais de vue cet objectif, qui transparaît clairement dans l’intitulé des chapitres. Après deux chapitres consacrés aux thèmes incontournables de l’existence de l’équilibre (chapitre 1) puis du bien-être (chapitre 2), elle expose les « difficultés » et « résultats négatifs » de la théorie s’agissant de la stabilité du système et de l’introduction de la monnaie comme moyen d’échange (chapitre 3). Ce tour d’horizon attendu des résultats obtenus par la TEG est complété par deux chapitres qui questionnent plus radicalement le projet de la TEG. Le chapitre 4 examine en détail les hypothèses comportementales de la théorie de la concurrence (sous différentes acceptions) dans un cadre d’équilibre général. Le chapitre 5, enfin, illustre comment peuvent être appréhendées les questions normatives d’équité dans ce cadre théorique.

4Quelle que soit sa familiarité avec ces différentes thématiques et son adhésion à la grille de lecture proposée par Pignol, le lecteur sera retenu par la vision d’ensemble qui suscite la réflexion. De ce point de vue, le texte sera sans doute d’un abord ardu pour des lecteurs peu au fait des débats suscités par la TEG, mais gageons que plusieurs niveaux de lecture sont possibles. On tentera d’abord de reconstruire la démarche et le positionnement épistémologique de Pignol, avant de revenir sur le contenu des chapitres puis de proposer quelques réflexions critiques et choix interprétatifs alternatifs.

D’une théorie l’autre : Walras, Arrow et les mutations de la TEG.

5Les deux grands économistes qui alimentent le dialogue de Pignol avec la TEG, qui nourrissent sa réflexion, sont Walras et Arrow (un choix incontestable de notre point de vue). Au second, Claire Pignol emprunte la reconstruction méthodique de la théorie de l’équilibre général autour d’un ensemble de questions autonomes (l’optimalité, l’existence, la stabilité, la monnaie) et la capacité à concevoir la TEG comme un outil d’investigation (réflexif) autant que comme le support d’une modélisation positive de l’économie. Ainsi, Arrow fonde une conception de l’équilibre général comme camp de base analytique de la coordination marchande, à partir duquel on étudiera des systèmes d’hypothèses différents. Au premier, Pignol emprunte la vision de l’équilibre général comme une théorie dérivée d’un questionnement fondamental sur la propriété et la justice dans l’échange (Rebeyrol, 1999) Pour Pignol, la référence principale, voire quasi exclusive, à l’équilibre général dans la théorie économique contemporaine s’exprime au travers du critère d’optimalité parétienne. Malgré les critiques adressées à l’équilibre général, malgré le déclin du modèle dans les travaux des chercheurs, cette référence à l’optimalité de l’équilibre concurrentiel fonctionne toujours comme norme analytique et méthodologique, qui s’exprime implicitement dans l’idée que « les possibles inefficiences des équilibres ont pour origine l’écart aux hypothèses concurrentielles » (10). Ce constat est le point de départ du positionnement méthodologique et épistémologique de Pignol, qu’il nous faudra discuter. Premièrement, d’un point de vue méthodologique, toute théorie qui s’appuie implicitement sur le couple existence-optimalité de l’équilibre concurrentiel est « tributaire » des conditions de validité des résultats. Deuxièmement, et plus fondamentalement, les résultats « négatifs » de la TEG remettraient en question la légitimité même d’une référence diffuse à l’équilibre (et à l’optimalité) à partir du moment où cet équilibre ne peut être pensé comme l’aboutissement d’un processus marchand, prenant corps dans des institutions (l’ajustement des marchés, les échanges monétaires), aussi stylisés fussent-elles (11). Ce double positionnement renvoie à une dualité d’interprétation bien identifiée par l’histoire de la théorie.

6À l’origine, on le sait, la construction du cadre analytique de l’équilibre général par Walras dans les Éléments d’économie politique pure (1874-77) s’inscrivait dans un questionnement normatif sur le marché, la concurrence et la justice dans l’échange. Walras voyait dans le marché concurrentiel un simple moyen d’augmentation des utilités individuelles par l’échange, qui ne devrait pas interférer avec d’autres normes de répartition des richesses sociale (établies en amont de l’échange). Un système de prix juste est un système de prix tel que les échanges réalisés à ces prix servent strictement à la réalisation de tels échanges mutuellement avantageux. La pertinence d’une telle représentation, instrument d’une réforme sociale, supposait de fait que la coordination marchande soit en même temps le moyen opérationnel d’établissement des prix conforme à la justice, et Walras pensait que le tâtonnement remplissait ce double objectif (être une norme procédurale juste et un moyen de découverte des prix d’équilibre).

7De fait, la théorie de l’équilibre général, après Walras, va se développer à la fois par un approfondissement de la représentation analytique des agents économiques rationnels (conçus comme des individus autonomes) et des états sociaux, et par une réflexion sur la coordination des agents par un système de prix. Un peu vite, peut-être, Pignol focalise son interprétation de la TEG sur sa prétention à être une théorie des prix normative, et c’est avec cette grille de lecture qu’elle déploie son propos :

La théorie des prix que propose la théorie de l’équilibre général […] a pour ambition de comprendre comment des individus dont les désirs sont définis séparément les uns des autres, qui ne sont soumis à aucune instance politique de coordination, peuvent trouver une cohérence dans leurs choix. Dans ce cadre, les analyses de l’optimalité et de la justice veulent déduire des désirs des agents les critères du jugement collectif. Ces analyses trouvent ici leur place non seulement comme aide à la décision publique, mais aussi comme expression d’une conception des rapports entre individu et société, conception dans laquelle la société doit se comprendre à partir des individus qui la composent (13)

8Cette manière de poser les choses est problématique. En effet, toute règle de coordination permettant d’aboutir aux prix d’équilibre – décentralisée ou non – sera toujours une règle collective qui suppose que les agents se conforment à quelques principes (par exemple l’interdiction du vol, du don, des échanges hors équilibre, la qualité de l’information sur les prix pour eux et pour les autres, etc). C’est peut-être demander beaucoup d’emblée à la TEG que d’engendrer sa propre règle de coordination à partir des seules hypothèses d’agents désirants autonomes, et il n’est pas certain qu’aucun théoricien ait eu cette ambition. Cette position initiale sous-tend un certain nombre des analyses de l’ouvrage, mais pas de manière systématique. Plus précisément, elle sert à opposer le projet normatif de Walras à celui des modernes. Le premier offrirait, par sa conception de la justice, l’élément de rationalisation collective qui permet de boucler le modèle, en quelque sorte, là où les modernes s’épuiseraient dans son indétermination. Cette vision radicale de l’auteure a des avantages et des inconvénients.

9Pignol, en projetant sur la TEG le point de vue normatif originel de Walras, se donne un critère d’évaluation de ses résultats. Ce faisant, elle justifie d’intégrer à son exposé des éléments qui sont le plus souvent tenus à l’écart des ouvrages de microéconomie, notamment les parties relatives à la justice distributive, aux processus de coordination ou dans une moindre mesure à la monnaie et à la stabilité du tâtonnement. Cette vision panoptique de l’équilibre général oblige d’ailleurs à repenser notre rapport à cet objet, et c’est ce qui fait toute la valeur de l’ouvrage. Ce point de vue globalisant, d’ailleurs, est conçu comme source de nouvelles questions, qui nous renvoient en définitive à la problématique fondamentale de l’ouvrage, celle des critères de rationalité attribués aux agents.

10Le chapitre 1 discute du thème de l’existence de l’équilibre dans la TEG. Il présente le modèle d’Arrow et Debreu (1954) et discute ses hypothèses dans une économie d’échange ou de production. Il introduit également à une discussion sur le rôle des prix et la décentralisation des décisions avant de conclure sur la portée des résultats comme réponse à l’interrogation originelle de Smith sur la cohérence des activités économiques individuelles décentralisées. Ces prix d’équilibre n’ont pas de portée descriptive ou normative tant que nous ne sommes pas en mesure de proposer un processus d’ajustement qui conduise aux prix d’équilibre. Ils doivent également être complétés par une description de la technologie qui permettra aux agents d’échanger. Avant d’en venir à ces questions délicates, le chapitre 2 présente l’autre grand résultat de la TEG : la propriété d’optimalité de l’équilibre concurrentiel, propriété démontrée par Arrow dès 1951, avant même que ne soit établi un théorème d’existence. Ce résultat, pour Pignol, « fonde théoriquement l’intuition libérale, celle de la ‘main invisible’ » (39) et fait du premier théorème du bien-être un « plaidoyer pour la concurrence » (39). Ce chapitre est l’occasion d’un retour sur le critère d’optimalité de Pareto et d’amélioration parétienne. Pignol présente et discute le second théorème du bien-être et la sous-optimalité de l’équilibre en cas d’externalités ou de biens publics. Finalement, même dans les meilleures hypothèses, l’existence d’un équilibre optimal ne peut fonctionner comme référence que si la TEG est également capable de démontrer la capacité du système de prix à coordonner efficacement les décisions des agents économiques. Cela nous conduit naturellement au chapitre 3, qui porte sur les « difficultés » de la théorie de l’équilibre général s’agissant de la stabilité et de la réalisation des échanges. Ce chapitre 3 discute les fameux résultats de Sonnenschein, Mantel et Debreu et dresse un bilan des travaux sur l’intégration de la monnaie ou d’une institution permettant la réalisation des échanges à l’équilibre (Ostroy et Starr). Pignol nous rappelle en quoi le tâtonnement walrassien doit mimer le marché (par l’application de loi de l’offre et de la demande à tous les marchés), et que les seuls résultats positifs obtenus sont des conditions suffisantes qui sont toutes très exigeantes d’un point de vue descriptif (substituabilité brute, axiome faible de la préférence révélée au niveau agrégé, dominance diagonale), résultats qui contrastent avec le peu d’implications de l’hypothèse de rationalité, ainsi que le montre SMD) (voir Kirman, 1989). Le texte passe très vite, voire est muet, sur l’examen des alternatives au tâtonnement walrassien, sur les équilibres à prix fixes, sur le sens à donner au tâtonnement (processus centralisé vs décentralisé ; débat dit du « calcul socialiste »). La réalisation des échanges et la monnaie sont traitées également rapidement mais retiendront l’attention. En effet, même dans l’hypothèse où des modèles alternatifs au tâtonnement viendraient redonner du sens à l’équilibre concurrentiel, la réalisation des échanges resterait un problème entier, sauf si le processus intègre la réalisation des échanges (hors équilibre) au processus de révision des prix. La conclusion de Pignol nous ramène dans l’arène théorique, celle qui voit cohabiter et s’ignorer deux attitudes ; l’une du déni et l’autre de l’anathème, ne laissant finalement pas de place au développement d’une attitude réflexive (nous y reviendrons) :

S’il est regrettable que les économistes qui raisonnent à partir de l’équilibre général fassent aujourd’hui l’impasse sur ses apories, il l’est tout autant que d’autres s’emparent de ces résultats négatifs comme d’armes qui disqualifient la théorie de l’équilibre général, sans toujours faire preuve de la même exigence à l’égard des approches qui ont leur préférence. Car ces résultats négatifs nous apprennent tout au moins à poser des questions dont les réponses ne sont pas évidentes (78)

11Le chapitre 4 propose une digression intéressante sur l’hypothèse de concurrence parfaite dans la TEG. On peut s’interroger sur les raisons d’accorder une telle place à une critique interne de l’hypothèse de concurrence parfaite ou de price-taking de la part de Pignol (qui y consacra une part importante de sa thèse). Après tout, cette hypothèse n’est pas spécifique au modèle d’équilibre général. Pourtant, l’auteure défend l’idée que d’autres modèles de coordination ont été avancés dans un cadre d’équilibre général (Cournot, Edgeworth) justifiant ainsi un examen critique de cette hypothèse et des alternatives. Pignol passe en revue l’hypothèse d’absence d’échanges hors équilibre puis étudie les modèles alternatifs issus de l’étude du duopole (Cournot, Edgeworth, Bertrand). C’est le point de départ d’une réflexion sur la rationalité dynamique des agents (leur sensibilité ou non aux erreurs passées sur leurs conjectures). À ce stade, la problématique d’une théorie de la rationalité des agents s’impose comme centrale pour apprécier les positions de l’auteure, et l’on se dit qu’une réflexion générale sur la rationalité des agents fait défaut. Quoi qu’il en soit, c’est l’occasion d’une discussion sur les fondements de l’hypothèse de price-taking, qui est donnée telle quelle par Walras ou Arrow, tandis que d’autres auteurs la justifient par une rationalité stratégique des agents. Le chapitre 5, sur la justice dans la TEG, part du constat que la focalisation des théoriciens sur l’optimum de Pareto a appauvri considérablement les réflexions sur la justice ou l’équité. Pignol passe (rapidement) en revue les origines des questions de justice dans la TEG. Walras est à nouveau une référence incontournable, puisque toute sa théorie des prix s’interprète comme une contribution à une théorie plus large de la justice distributive. La révolution ordinaliste vient ensuite balayer les critères utilitaristes traditionnels, avant que la théorie du choix social à son tour ne se heurte aux limites inhérentes au refus des comparaisons interpersonnelles. Malgré tout, des réflexions relatives à l’équité peuvent trouver leur place dans le cadre strict de l’équilibre général concurrentiel. Ici, les deux auteurs mobilisés par Pignol sont Duncan Foley et Hal Varian, dont elle discute certains travaux qui prennent pour point de départ le second théorème de l’économie du bien-être. L’idée générale qui sous-tend ces réflexions est d’introduire des principes de rationalité interindividuelle, comme l’absence d’envie, qui permettent de réduire l’ensemble pertinent des allocations optimales de l’économie (par comparaison de paniers et non d’utilités). Dans ce domaine, les résultats « positifs » sont limités à une économie d’échange. Dans une économie de production, les choses deviennent plus complexes, et conduisent à des résultats désagréables, une forme de travail forcé pour les plus productifs. On touche quoi qu’il en soit aux limites d’une conception statique de la TEG, non abordées dans cet ouvrage.

Endogénéiser la rationalité ou les institutions ?

12Le travail de Pignol est remarquable d’abord par ce qu’il donne une vision relativement détaillée sur tous les thèmes indiqués ci-dessus, ce qui est en soi un tour de force en si peu de pages. La contrepartie est que le texte sera sans doute d’une lecture assez aride pour des lecteurs non avertis. Mais l’ouvrage intéressera davantage par l’effort de Pignol de tisser un fil rouge pour interpréter les résultats obtenus par les théoriciens. Ce qui ressort notamment des derniers chapitres, c’est la question de la justification des comportements prêtés aux agents, qu’il s’agisse de comprendre les règles de coordination ou les critères d’équité. Ce n’est sans doute pas la seule clé de lecture, mais il nous semble qu’elle occupe une place essentielle. Le texte aurait sans doute gagné à faire ressortir cette problématique. Faute de quoi, certaines positions nous semblent insuffisamment argumentées.

13Par exemple, dans le chapitre 4, Pignol remarque justement que Walras et Arrow adoptent l’hypothèse de price-taking en faisant des conjectures concurrentielles : les prix sont d’équilibre. Pignol note que malgré l’infirmation de ces conjectures en cours de processus, ils ne cherchent pas à les modifier, et contredisent donc la rationalité. Une telle affirmation suppose déjà d’avoir défini ce que contient l’hypothèse de rationalité individuelle, notamment en ce qui concerne la rationalité des croyances et leurs révisions. On défendrait volontiers Walras ou Arrow en affirmant que si les agents ne modifient pas leurs conjectures (qui restent concurrentielles), c’est parce qu’ils admettent qu’ils n’ont aucune raison de savoir comment les modifier et qu’après tout prendre comme nouvelle conjecture les prix annoncés par le commissaire-priseur pourrait être le meilleur moyen d’arriver à l’équilibre. Il n’y a donc aucune raison de s’étonner du fait que les agents « recommencent à calculer leurs offres et demandes en faisant les mêmes conjectures [concurrentielles], que l’expérience a pourtant démenties. Ils ne conservent pas la mémoire de leurs erreurs passées pour éviter de les reproduire » (84). Pour pouvoir critiquer la rationalité sous-jacente des agents, il faudrait une théorie de la rationalité (bayésienne en ce cas) que Pignol ne nous livre pas. Même, s’il faut chercher une justification rationnelle (ou non) au comportement des agents, ce n’est peut-être pas dans leur rapport aux prix au cours du processus qu’il faut la chercher, mais dans leur rapport à la procédure de révision des prix : tant que les agents pensent que celle-ci les conduira bon an mal an à l’équilibre, ils ne sont pas disqualifiés à la suivre. Cela n’exonère pas d’une théorie de la rationalité, mais cela suggère au moins que plusieurs théories pourraient conduire à plusieurs représentations de la TEG.

14La question des justifications des comportements se pose également dans le traitement de Walras par opposition aux modernes. Pignol discute d’ailleurs de la rationalité des agents chez Walras, dont la conception de la concurrence exclut les comportement stratégiques (les agents interviennent sur les marchés par des intermédiaires dépassionnés, qui ne font que transmettre leurs ordres) tout en permettant à ceux qui sont du côté long de modifier les prix lorsqu’il n’y a pas équilibre, donc d’être price-makers. On ne comprend pas alors comment Pignol justifie ce comportement. S’il laisse entrevoir une incohérence de la part de Walras, il est immédiatement justifié par une norme d’action supérieure (la recherche du prix unique qui garantit la justice de l’échange). Or cette norme de justice n’est pas présente dans la théorie moderne, et elle invaliderait de fait le recours à une hypothèse de price-taking non justifiée. C’est aller un peu vite avec Walras et avec les modernes. Dire que les agents walrasiens acceptent d’être price-makers par souci de réaliser ce pour quoi le marché a été conçu (permettre des échanges conformes à la justice) revient à supposer que les agents mis en scène dans les Eléments adhèrent à son contenu éthique, et qu’ils contribuent ainsi à le réaliser.

15Remarquons d’abord que chez Walras, l’implication des agents du côté long correspond à un moment d’illustration « concret », bien qu’idéalisé, d’un marché « bien organisé ». Cette capacité de modification des prix disparaît dans la description du tâtonnement. Il est donc difficile de l’invoquer comme une norme éthique suivie par les agents, qui peuvent tout aussi bien se laisser porter par un « on » qui fait les choses pour eux. En cela, la procédure walrasienne est centralisée, elle aussi, et Walras ne nous décrit pas la rationalité sous-jacente des agents. Quant aux modernes, leur conception du tâtonnement correspond à une hypothèse simplificatrice sur la modélisation minimaliste d’un marché, conforme aux capacités de traitement mathématiques. Si donc l’on se place d’un point de vue de la description des processus, le modèle walrasien ne nous semble pas moins centralisé que celui des modernes. Si l’on se place du point de vue de la rationalité des agents, il nous manque également une théorie de la rationalité chez Walras et chez Arrow justifiant la fiction d’une autorité suspendant les échanges et modifiant les prix. Si l’on veut la trouver, alors il suffit de supposer le sens de la justice chez les agents walrasiens, fidèles lecteurs des Eléments, projet de réforme sociale ; quant aux agents arroviens, il ne serait pas difficile de supposer qu’il est de leur intérêt de minimiser la quantité d’information à traiter et d’arriver au plus vite à l’équilibre. Dans les deux cas, on peut trouver de bonnes justifications du tâtonnement, la version moderne étant en quelque sorte désengagée du contenu éthique de la procédure walrasienne. Dans les deux cas, les agents seraient également coupables de croire que le tâtonnement les mènera à l’équilibre.

16Finalement, en supposant les agents rationnels et autonomes et en prenant cette hypothèse comme donnée constitutive de la théorie, Pignol écarte une discussion méthodologique importante sur le statut de cette hypothèse. Tandis que Walras la laisse volontiers dans l’ombre, adoptant de fait le point de vue de l’expert dont les principes de réforme sociale viendront sauver l’humanité (rappelons que Walras a candidaté au prix Nobel de la paix), les réflexions d’Arrow sur l’équilibre général et la rationalité montrent que son individualisme méthodologique ne repose en rien sur une hypothèse ontologique. À plusieurs reprises, Arrow a discuté l’hypothèse de rationalité microéconomique comme un moment de construction théorique visant à identifier des régularités empiriques, des « uniformités dans une certaine partie de la réalité » (Arrow, 1951, 21, notre traduction) et par cette raison même, elle est suceptible d’être amendée : « Nous pourrions tout aussi bien construire notre théorie économique sur d’autres hypothèses concernant la structure des fonctions de choix [individuelles] si les faits nous y appelaient. Les travaux de l’école institutionnaliste peuvent être considérés en partie comme une telle tentative. » (ibid.) (voir également Arrow, 1986).

17Le positionnement de Pignol sur le tâtonnement soulève d’autres questions en chaine. Par exemple, faut-il donner au processus d’ajustement la même valeur théorique qu’à l’existence ou à l’optimalité. Nous pensons que cette question n’a pas été suffisamment débattue dans la littérature. Toujours sur le tâtonnement, on doit regretter que Pignol nous laisse au seuil des réflexions sur l’après Sonnenschein-Mantel-Debreu, se contentant de renvoyer dos à dos les zélateurs et pourfendeurs de l’équilibre général d’une manière quelque peu énigmatique. Car ces évolutions sont de fait très contrastées et auraient permis d’affiner la critique adressée par Pignol à la TEG. Elle aurait conduit à interroger plus largement l’unicité et la stabilité de l’objet TEG, à considérer les nouvelles approches implicites de Scarf et des modèles d’équilibre général calculable par exemple ou encore à commenter les démarches qui proposent d’introduire des hypothèses socio-économiques (Hildenbrand, Grandmont). La discussion du second théorème du bien-être pose également des questions. Pignol, interprétant Koopmans, y voit une démarche constructiviste anti-individualiste. Une telle interprétation devrait être beaucoup plus solidement argumentée, car elle suppose la possibilité de construire arbitrairement un ensemble d’agents rationnels à partir de l’observation d’une situation optimale. L’arbitraire, ici, aura ses limites, imposées par la définition même des conditions d’optimalité (qui suppose le recours aux prix et aux TMS des agents). Quant à une autre interprétation tirée du second théorème, elle consiste à séparer les questions d’efficacité et de justice, en faisant de la redistribution, au nom de l’équité, une activité qui doit être étanche à la coordination marchande. Pignol souligne que cette vision, même si elle remet en cause des droits de propriété, reste conforme à la logique d’utilisation de l’équilibre général pour penser les formes d’intervention de l’Etat. Ne faudrait-il pas ajouter que Walras ne proposait pas autre chose ?

18Ce qui ressort de tous ces points insuffisamment discutés, à notre avis, c’est la nécessité d’une étude plus systématique des hypothèses de rationalité et de valeurs prêtées aux agents. Le mouvement général de l’ouvrage, qui apparaît au détour de certaines pages, consiste à identifier dans la TEG les points aveugles de la théorie et à la rattacher à un manque de détermination de la rationalité individuelle. Que ce soit pour l’hypothèse de price-taking ou pour les critères de justice, Pignol aborde ces sujets sous l’angle de la rationalité. La question sous-jacente est bien celle de la capacité d’un système d’agents autonomes à engendrer toutes ces dimensions de l’analyse (mode de coordination, critères de justice). Comme témoignage de ce fil rouge lié à la rationalité, mais qui n’est jamais explicité, Pignol conclut le chapitre sur la justice par une remarque sur l’envie dans la théorie économique : « Quelle est cette injustice dont personne ne souffre ? ». Nous pensons justement que c’est parce que nous pouvons la concevoir sans l’éprouver qu’elle est une condition essentielle pour servir de point de départ d’une réflexion plus profonde sur les hypothèses normatives qui permettraient de structurer la TEG. Reste à savoir comment formuler une théorie étendue de la rationalité qui rende possible une théorie endogène des relations entre les préférences individuelles et des critères opérationnels d’absence d’envie ?

19Il nous semble également que cette méthode d’approche mériterait d’être complétée par une autre, qui consiste à faire de la TEG un outil d’investigation en s’appuyant sur des hypothèses plus spécifiques. En effet, à partir du moment où des résultats comme ceux de SMD indiquent en creux l’incapacité du modèle à produire des résultats « positifs », c’est-à-dire des résultats qui dessinent un programme de recherche, des extensions et variations, alors l’introduction d’hypothèses socio-économiques ou institutionnelles se justifie comme source de connaissances additionnelles et comme méthode d’investigation. Il ne s’agit pas de faire l’économie d’une réflexion sur la rationalité, mais au contraire de lui donner des pistes. Cela conduirait sans doute à atténuer l’accent mis sur la rationalité des procédures de coordination et à réfléchir davantage sur les effets structurels de certaines distributions des préférences ou des revenus. Cela conduirait également à renoncer à la conclusion de Pignol, comme quoi « l’hétérogénéité des agents […] est à l’origine de l’impossibilité de déduire de leurs préférences individuelles des résultats agrégés cohérents » (122) conclusion qui ignore les perspectives ouvertes par Grandmont (1987 et 1992). Ainsi, une reconstruction du programme de l’équilibre général autour d’une articulation entre préférences et rationalité serait sans doute plus riche, au risque d’être plus complexe.

Haut de page

Bibliographie

Arrow, Kenneth J. 1951. Social Choice and Individual Values. Cowles Commission for Research in Economics, Monograph, n 12. London: John Wiley & Sons, Inc and New York: Chapman & Hall, Limited.

Arrow, Kenneth J. 1986. Rationality of Self and Others in an Economic System. Part 2: The Behavioral Foundations of Economic Theory. The Journal of Business, 59(4): S385-S399.

Grandmont, Jean-Michel. 1987. Distributions of Preferences and the ‘Law of Demand’. Econometrica, 55(1): 155-161.

Grandmont, Jean-Michel. 1992. Transformations of the Commodity Space, Behavioral Heterogeneity, and the Aggregation Problem. Journal of Economic Theory, 57(1): 1-35.

Rebeyrol, Antoine. 1999. La pensée économique de Walras. Paris : Dunod.

Walras, Léon. [1874-1877] 1988. Éléments d’économie politique pure. Œuvres économiques complètes d’Auguste et Léon Walras, vol. VIII. Paris : Economica.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Sébastien Lenfant, « Walras est-il moderne ? », Œconomia, 8-1 | 2018, 107-117.

Référence électronique

Jean-Sébastien Lenfant, « Walras est-il moderne ? », Œconomia [En ligne], 8-1 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/oeconomia/2904

Haut de page

Auteur

Jean-Sébastien Lenfant

Université de Lille

Jean-sebastien.lenfant@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals