Navigation – Plan du site
Revue des livres
Essais critiques

Les modernités de Karl Polanyi

A propos de Karl Polanyi, Conrad M. Arensberg, et Harry W. Pearson (eds), Commerce et marché dans les premiers empires. Sur la diversité des économies
Jean-Michel Servet
p. 245-256
Référence(s) :

Polanyi Karl, Conrad M. Arensberg, et Harry W. Pearson (eds), Commerce et marché dans les premiers empires. Sur la diversité des économies. Avec un avant-propos d’Alain Caillé, une introduction de Michele Cangiani et de Jérôme Maucourant, et une postface d’Alain Guéry, Lormont : Editions Le bord de l’eau, 460 pages, [1957] 2017, ISBN 978-235687549-5

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Éditions Le Bord de l'Eau
  • 1 Dans son Avant-Propos (5), Caillé l’attribue au seul Claude Rivière alors qu’Anne Rivière est aussi (...)
  • 2 Il a frappé Polanyi puisque son épouse n’a pu le rejoindre aux Etats-Unis et qu’elle était contrain (...)
  • 3 Traduction de 1975, page 33, un passage du livre omis dans l’édition 2017.

1La reparution en français de Trade and Market in Early Empires est une bonne nouvelle. Il avait été publié en 1957 avec pour sous-titre Economies in History and Theory. Depuis longtemps, la traduction1 initialement publiée en 1975 (avec une présentation de Maurice Godelier) devait être lue en bibliothèque ou recherchée chez un bouquiniste. Elle invite à mieux connaître Polanyi. Éditer un ouvrage paru il y a plus de soixante ans avec un avant-propos, une introduction et une postface pourrait s’apparenter à un travail d’historien de la pensée. Cette approche suppose d’indiquer les éventuelles sources, les conditions et les raisons de la parution du livre lui-même et de sa première traduction française ainsi que leur réception immédiate et leur diffusion plus lointaine, scientifique voire politique, et si besoin de revoir la traduction et d’indiquer les choix conceptuels opérés. L’objet de l’édition est ici autre. Dans les 88 pages ajoutées à Commerce et marché, ses actuels co-directeurs, Caillé, Cangiani, Maucourant et Guéry, ont privilégié la présentation de leurs propres interprétations. Or, le contexte de sa publication doit être remarqué. L’environnement des réunions de recherches à la Columbia University dans la première moitié des années 1950 pour produire l’ouvrage était l’hystérie maccarthyste (1950-1954), un antimarxisme primaire2 et la guerre de Corée (Dale, 2016b, 139-160 ; Dale, 2016a, 210-211, 242, 257-258). Cela éclaire la deuxième phrase de la préface de Trade and Market : « un climat de totale liberté [nous soulignons] a permis au présent ouvrage de prendre forme et de s’élaborer progressivement »3. Au-delà, l’époque de l’écriture est celle d’une opposition frontale entre État et marché alors que certains pays développent des interventions de type keynésien avec un esprit de coexistence des systèmes et dans une sorte de compromis historique, grâce à ce qu’ont été notamment la planification indicative du partage du surplus et de grands investissements, le développement d’une protection sociale publique et l’essor d’entreprises au capital appartenant en totalité ou en majorité aux États.

1. A propos du titre et du sous-titre de l’ouvrage dans les éditions françaises

2Des spécialistes de l’œuvre de Polanyi s’étonneront peut-être de l’actuel sous-titre : Sur la diversité des économies. Dans des publicités pour cette publication, les nouveaux co-directeurs français ont critiqué le titre de 1975, Les systèmes dans la théorie et dans l’histoire. Avait alors été évincé le titre Trade and Market in the Early Empires de 1957, au profit d’une interprétation de son sous-titre, Economies in History and Theory. Le principal problème posé par le titre de la première édition française est qu’il déformait la substance de l’ouvrage tenant pour les deux tiers de son contenu à critiquer la focale marché et à penser les diverses modalités de transfert et leurs rapports aux principes d’intégration économique. Avec ce titre français, l’ouvrage aurait pu prétendre couvrir toute l’organisation économique des sociétés. Ce qui aurait supposé d’analyser l’ensemble des rapports des humains entre eux et avec leur environnement. L’objet central de l’ouvrage se limite à la complexité des modalités marchandes et non marchandes des transferts des biens économiques. D’où la critique qui a pu lui être faite (notamment d’un point de vue marxiste) de négliger les déterminants productifs. Une hypothèse pour comprendre sa problématique est d’intégrer ce qui y apparaît comme un refus d’un déterminisme matérialiste. Dans ce cadre, le surplus n’est plus considéré comme le déterminant de ce qui formerait des superstructures. Il ne constitue pas une base de l’organisation sociale et économique mais se révèle comme une des conséquences. L’activation de tel ou tel principe d’intégration économique et leur articulation dans un milieu particulier engendrent à la fois le système de besoins et les conditions de le satisfaire ; et dans certaines situations une contradiction entre les deux.

  • 4 Voir notamment la contribution de Arensberg intitulée « l’anthropologie en tant qu’histoire » (163 (...)
  • 5 Guéry, dans la postface qui clôt l’ouvrage indique (439) que « marché » viendrait du mot « marge ». (...)

3Mais, pourquoi critiquer le choix du titre de la précédente édition française, si pour des raisons vraisemblablement identiques de marketing, le nouveau sous-titre choisi s’éloigne lui-aussi de l’original ? Alain Caillé affirme que le titre donné en 1975 était « doublement malencontreux » : du fait de l’inversion du titre et du sous-titre, critique judicieuse ; mais aussi parce que « le propos central de l’ouvrage vise à montrer que les économies archaïques ou traditionnelles n’étaient pas ‘économiques’ au sens moderne du terme » (5). Or le sous-titre en anglais, que je viens de rappeler, comporte bien une référence à l’économie dans son inscription historique et théorique. Pour ce qui a été de la référence à des « systèmes économiques », le terme « system » est fréquemment utilisé dans l’ouvrage en anglais. L’expression « système économique » peut être comprise dans le contexte des années 1960 et de la première moitié des années 1970 en France comme une référence non pas à des théories, mais d’abord à des organisations économiques concrètes et à leurs structures qui font système. On rencontre ce terme « système » dans des ouvrages inspirés par le dualisme économique, une approche alors à la mode principalement chez les spécialistes d’un domaine en expansion en ce temps : l’économie du développement et du sous-développement. Leurs auteurs sont bien souvent antimarxistes et se déclarent souvent empiristes. On trouve aussi ce terme chez François Perroux qui oppose ainsi dans L’économie du XXème siècle (1964, 288 sq.) les deux systèmes que sont le capitalisme et le socialisme, ayant défini un « système » comme « ensemble d’institutions qui, en leurs rapports réciproques, conditionnent l’accomplissement des fonctions économiques fondamentales » (487, n1). La suppression de la référence à l’histoire dans le sous-titre de l’actuelle édition française (référence se trouvant dans le sous-titre originel) masque un apport de l’ouvrage. À plusieurs reprises, les co-auteurs font référence à l’usage de l’anthropologie comme élément de l’histoire4. Il serait erroné de penser qu’il s’agit d’une conversion évolutionniste ou néo évolutionniste de Polanyi et de ses proches. La dynamique des sociétés est bien reconnue. Toutefois, les multiples modes de transferts et de répartition des activités abordés sont analysés pour ce qu’ils sont : non une succession de stades s’emboitant temporellement pour constituer globalement un progrès. Ils le sont pour la manière dont ils fonctionnent et pour leurs différences et similitudes. L’expression « diversité des économies » rend partiellement compte d’un des objectifs des co-auteurs. Remarquons aussi la difficulté en français de signifier pleinement l’opposition qu’exprime le titre original. Car l’anglais possède deux racines : l’une latine (Market) et l’autre germanique (Trade) que l’on peut ainsi utiliser pour désigner des formes d’échange différentes. En français, le contraste est moindre car commerce et marché ont une même racine latine : merx (d’où marché et commerce)5.

2. L’actualité et la pertinence de la glose et de l’exégèse d’une (re)publication

  • 6 La question de l’inactualité et de l’actualité de l’œuvre de Polanyi a été posée notamment par Cang (...)

4Le choix des titre et sous-titre illustre à quel point une republication et une traduction appartiennent moins à l’espace intellectuel et politique du temps de leur écriture qu’à celui de leur nouvelle parution. L’accent mis sur ce qui serait une diversité des économies renvoie à la manière dont l’universel est représenté comme se réalisant à travers une pluralité. Cela invite à (re)penser ce que sont les modernités de Polanyi6.

5Pour toute recherche telle que Commerce et marché mobilisant des données historiques (mais aussi ethnographiques) et les interprétant, le principal danger d’une republication est que les lecteurs la lisent comme l’exposé de faits incontestables qu’ils citent aujourd’hui comme définitivement avérés. Or, au fil de pages Polanyi et ses co-auteurs sont très prudents dans leur présentation. Ils font référence à un travail de construction d’outils et d’hypothèses pour interpréter les contributions des spécialistes cités. Dans la préface de Polanyi et Arensberb, on lit : « the main task of this book is conceptual » (Polanyi et al., 1957, XVII). Or, en six décennies l’information a été considérablement enrichie par des débats et des découvertes.

  • 7 Auquel s’ajoutent une critique de la société capitaliste contemporaine et des éléments sur le parco (...)
  • 8 Vu le foisonnement des idées et des exemples, on peut regretter que la présente réédition soit dépo (...)

6Des travaux sont venus infirmer et d’autres confirmer, pour un temps, telle ou telle affirmation et interprétation. Certaines polémiques ne s’éteignent pas ; par exemple autour du primitivisme ou du modernisme des activités d’échanges et de production dans l’Antiquité. Dans leur avant-propos, introduction et postface, les coéditeurs de l’actuelle réédition en français ont actualisé des informations sur une partie des éléments constitutifs de l’ouvrage. Cela a été fait en ce qui concerne la nature des échanges : par Cangiani et Maucourant surtout pour les sociétés du Proche Orient antique7 ; et par Guéry pour celles qui précèdent l’essor du capitalisme en Europe occidentale (des sociétés occidentales médiévales très peu présentes dans l’ouvrage). Et, n’aurait-il pas été pertinent aujourd’hui dans l’esprit de Polanyi et de ses co-auteurs d’étendre les comparaisons et ces analyses aux sociétés de l’Inde, de la Chine ? Ce que suggère Caillé dans son Avant-Propos (7) mais sans aller au-delà d’un vœu. Cela aurait pu être fait pour d’autres pays, car de nombreux documents sur leur histoire économique et sociale et sur leur fonctionnement économique sont parus depuis les années 1950. Ces textes posent aussi la question des formes anciennes des échanges locaux et internationaux connus par ces sociétés et des rapports entre États et marchés. Ils permettent de suivre le projet de Commerce et marché en en nuançant de nombreuses interprétations pour affirmer que les économies antiques (et pas seulement elles) se sont développées avec commerce, monnaie, lieux d’échange et même spécialisation internationale ; mais sans les structures d’une économie modelée par la concurrence8.

3. Quelques raisons d’une relecture aujourd’hui de Commerce et marché

  • 9 Sur la présentation de cette opposition, voir : Godelier (1966) et surtout sa préface à Les système (...)
  • 10 Sur ce thème de la rareté voir dans l’ouvrage plus particulièrement : Polanyi (310-311), Terence Ho (...)

7Les modernités potentielles de la contribution de Polanyi, à l’écriture collective de Commerce et marché apparaissent multiples. Au cours des six dernières décennies, les références à cet ouvrage ont très souvent renvoyé à la distinction entre « économie formelle » et « économie substantive »9. C’est en lisant Maurice Godelier et en participant à ses séminaires à l’EHESS qu’un grand nombre de spécialistes ont découvert Polanyi et sa définition substantive de l’économie opposée à une approche formaliste des logiques d’action. Selon la première, que Polanyi et ses co-auteurs développent dans Commerce et marché, les activités appréhendées comme « économiques » et visant à la satisfaction des besoins humains, matériels et immatériels, sont immergées [embedded] dans l’ensemble des pratiques sociales. La traduction recourt de façon occasionnelle à l’expression « position insérée » et « position non insérée » (134-135) pour saisir ce concept traduit généralement aujourd’hui par celle d’encastré et de désencastré. Cela implique une pluralité de rapports de production et d’échange, pluralité qu’expriment l’interdépendance des activités des humains, leurs interactions et leurs liens avec la nature, dont ces rapports sont partie prenante. La compréhension dite « substantive » de l’économie s’oppose ainsi à celle dite « formaliste ». Celle-ci réduit l’économique à une rationalité optimisatrice. Elle ajuste fins et moyens dans un monde en perpétuelle lutte contre la rareté10. Les individus, vus comme désocialisés ou plutôt comme reliés par la seule logique de la coordination de leurs intérêts par les marchés organisés selon un principe de concurrence et guidés par les mouvements de prix, y sont dépourvus d’identités sociales et sont essentiellement porteurs de fonctions économiques dans un monde où les antagonismes sont fortement gommés au bénéfice d’une recherche d’harmonie sociale. On peut reconnaître qu’en certaines circonstances, les humains ajustent fins-moyens selon la rationalité privilégiée par les économistes orthodoxes. Toutefois il est erroné de réduire ainsi toute activité humaine y compris sur les marchés. Voilà une distinction largement reconnue comme un apport essentiel de l’ouvrage et plus généralement de l’œuvre de Polanyi.

8Présentons d’autres raisons de (re)lire Commerce et marché que cette distinction entre économie substantive et économie formaliste. Cet inventaire ne prétend pas être exhaustif. Notons que ces motifs peuvent constituer, pour les intégristes de la pensée économique notamment, des raisons de… ne pas le lire (Adelman, 2017). En quoi, les écrits de Polanyi et d’un ouvrage comme Commerce et marché peuvent-ils encore passer comme modernes ? Ils apparaissent comme :

92. Une critique de la société de marché et du principe d’autorégulation par la concurrence des intérêts privés.

103. Une contribution à l’émergence d’une anthropologie économique, une discipline qui connaîtra ses heures de gloire ensuite.

114. La compréhension de l’immersion ou encastrement de l’économique et de son émergence ou désencastrement par rapport à d’autres dimensions de la société (politique, religieux, parenté, etc.) et du rôle de celle(s)-ci dans le fonctionnement de l’économique, avec l’apparition d’une discipline prétendue autonome des autres savoirs sur l’humain et sur la société : l’économie.

125. L’invention du concept de « marchandises fictives » et son application au travail (et à l’humain en général), à la terre (et à plus largement à l’environnement) et à la monnaie (que Polanyi considère comme une institution universelle).

136. Une reconnaissance de « principes » (désignés aussi comme « formes » ou des « modes ») d’intégration économique, économique étant ici compris dans son sens substantif tel que défini plus haut.

147. Un renouvellement de la compréhension du fonctionnement de la dimension économique de sociétés « non occidentales », notamment antiques proches orientales et égyptienne, mais aussi médiévales, orientalistes, américanistes, africanistes, etc. par des historiens, archéologues ou lexicographes ; et en reposant la question des déterminants des évolutions et transformations, voire du rôle des « instances ».

158. Les prémices d’une socioéconomie qui a prolongé brillamment les travaux de sociologie économique parus simultanément à l’écriture et à la publication de Commerce et marché ; on pourrait en poursuivant cette piste critiquer une hypothèse résumée à la fin de l’ouvrage selon laquelle : « les marchés autorégulateurs […] sont uniquement le propre des XIXème et XXème siècles » (Neale, 432). S’y opposent les travaux contemporains de la socioéconomie des marchés qui analyse leur « construction sociale ».

169. Le fondement d’une analyse des pratiques solidaires de l’économie, qui s’appuie beaucoup théoriquement sur la socioéconomie.

1710. L’intégration d’une critique chrétienne de l’économie comme « chrématistique ».

1811. Une contribution à une approche en termes de « systèmes et structures », parmi lesquels un certain nombre de néo-marxistes des années 1960 et 1970.

  • 11 Cangiani et Maucourant rapprochent les deux Karl (60).
  • 12 Par exemple dans l’article de Terence K. Hopkins (271 sq. de l’édition de 1957, 333 sq. de la prése (...)
  • 13 La confrontation de la traduction avec l’édition originale permet d’en donner quelques exemples : o (...)

19Ces onze raisons se recoupent. Les deuxième, troisième et onzième sont bien présentes dans la Présentation donnée par Godelier à l’édition de 1975. Les sept premières raisons le sont dans les textes signés et ajoutés par les co-directeurs à la présente publication. La huitième (comme fondement de la socioéconomie et de l’économie sociale et solidaire) et la neuvième sont traitées de façon beaucoup plus allusive et critique dans le corps du texte que sur la quatrième de couverture où elles peuvent paraître un argument de vente. La dixième en est absente. Quant à la onzième, elle est énoncée mais sa pertinence est contestée, avec notamment les raisons données à ne pas reprendre la Présentation de Godelier. Suppression par manque de place est-il indiqué par Caillé (dans son Avant-Propos, 5) et parce qu’elle est considérée comme « trop imprégnée de marxisme »11. A noter que les éditeurs de la présente édition n’ont pas jugé utile de revoir la traduction. Or n’est-elle pas marquée, elle-aussi, par le style des années fin 1960 – début 1970 stigmatisée comme systémo-structuraliste ou marxiste, par exemple avec les occurrences du mot « argent » au lieu de « monnaie » ou d’une expression comme « procès » au lieu de « processus » (mais pas toujours…) pour traduire « process »12 ? On y relève aussi parfois des termes approximatifs13.

20On regrette surtout que l’Introductory Note (XVII-XVIII de l’édition de 1957) ainsi que la préface par Polanyi et Arensberg (V-XI de l’édition de 1957) soient absentes. L’édition française de 1975 les incluaient (33-40). Ces pages narrent de façon très détaillée l’historique du séminaire et des travaux ayant permis l’écriture quasi collective de l’ouvrage, en particulier à travers des collaborations disciplinaires multiples ainsi que les découvertes conceptuelles progressivement faites grâce à leur interdisciplinarité.

21À ces onze raisons, ajoutons-en une douzième, contemporaine : celle de la reconnaissance d’une économie de partage à travers ce que l’on appelle aujourd’hui l’économie des communs. De nombreux éléments de l’analyse menée par les co-auteurs de Commerce et marché font référence à un fonctionnement de rapports économiques (mais immergés dans d’autres dimensions du social) où des intérêts individuels sont reconnus mais sont soumis/intégrés à l’intérêt supérieur de la reproduction d’une société pensée comme « totalité » (145). Le thème revient en particulier à de multiples reprises dans la contribution de Polanyi intitulée « Aristote découvre l’économie » (137-159) où partage et réciprocité se trouvent articulés (voir aussi sur Benet, 278). La propriété en particulier apparaît fractionnée car elle s’applique, non pas à l’intégralité d’un objet, mais seulement à certaines utilisations possibles (141). On a bien là les fondements d’une approche développée aujourd’hui comme celle du (ou des) « commun(s) ».

4. Mauss, Marx, Polanyi et au-delà

  • 14 Mauss est cité en note dans The Livelihood of man (1977, 70 ; trad. La subsistance de l’homme, 123n (...)

22Cette ré-édition de Commerce et marché est faite dans la collection du MAUSS. Dans son Avant-Propos (5 sq.) Caillé souligne avec raison le rôle joué dans la diffusion de la connaissance de certains éléments de l’œuvre de Polanyi par le Mouvement Anti Utilitariste dans les Sciences Sociales qu’il a initié en 1982. Il affirme que Polanyi n’avait pas lu Mauss (voir page 6, critique reprise en page 4 de la couverture du livre). Or le séminaire l’avait abordé : on trouve Mauss cité dans l’article de Arensberg (166) et dans celui de Fusfield (408) avec référence précise à l’Essai sur le don. Remarquons qu’avant sa première traduction en 1954 l’Essai était inaccessible à un anglophone. Toutefois, cela ne signifie pas que Polanyi ignora totalement l’œuvre du sociologue français14. De façon incidente, dans The Livelihood of man, il accuse Mauss d’avoir été « victime du sophisme catallactique » (1977, 104 ; trad. fr. La Subsistance de l’Homme, 2011, 173).

  • 15 Au début de l’Essai sur le don, Marcel Mauss lui-même avait ouvert la possibilité d’une lecture de (...)
  • 16 Voir l’ensemble des références données dans Servet (2013).
  • 17 C’est ainsi aussi que peuvent être compris les analyses par Benet du travail en commun (278) et les (...)
  • 18 Sur la lecture de Marx par Polanyi, voir Dale (2016, 33-54).

23Une clef de la critique de Mauss par Polanyi15 se trouve dans l’interprétation que ce dernier a donnée au concept de « réciprocité », tel qu’il l’a emprunté à Thurnwald. Il ne peut pas être réduit au « don contre don » de l’Essai. Le don est, chez Polanyi mais encore pour Lévi-Strauss dans le sixième chapitre des Structures élémentaires de la parenté consacré aux organisations dualistes (80-97), une conséquence du principe de réciprocité. Ils ne sont pas confondus. Les contributions de Polanyi à Commerce et marché, peuvent appuyer cette interprétation. On y lit par exemple à propos de la réciprocité et de la redistribution : « Les éléments de l’économie sont ici insérés dans des institutions économiques, le processus économique lui-même se développe à travers la parenté, le mariage, les groupes d’âges, les sociétés secrètes, les associations totémiques et les rites de la vie collective. » (137). Il illustre (139) cette interdépendance/réciprocité avec une longue citation de Margaret Mead donnant l’exemple de la séparation de la production et de la consommation chez les Arapesh de Nouvelle-Guinée et surtout il l’argumente théoriquement dans un autre chapitre de l’ouvrage (314 sq.) tout comme il l’avait fait dans The Great Transformation16. Ce sens donné à la réciprocité17 permet aussi d’invalider la critique faite dans les années 1970 par des auteurs, se réclamant alors du marxisme, comme Godelier, selon laquelle à la différence de Marx et de son concept de mode de production, les principes polanyiens d’intégration économique (dont la réciprocité) ignoreraient la production (voir Godelier, 1975, 25 sq., « Présentation », critiques bien souvent reprises depuis). Ses « principes » doivent être compris non pas sur la base de la seule circulation des biens et services mais comme des modes d’interdépendance des activités humaines. La production en est partie intégrante. Il est indéniable que Polanyi a été beaucoup plus convaincu par la lecture des Manuscrits de 1844 de Marx que par celle du Capital18. Toutefois, dans le contexte de la lutte contre le fascisme puis de la Guerre froide, son rapport au « socialisme réel » des années 1930 aux années 1960 apparaît beaucoup moins critique que certains ont pu le penser ; ce que Dale a montré de façon argumentée.

  • 19 Cangiani et Maucourant affirment (30) que Commerce et Marché a abandonné ce principe de householdin (...)

24Cela nous invite, enfin, comme treizième raison de cette lecture, à revisiter un principe d’auto satisfaction ou autosuffisance dont le householding (principe domestique)19 apparaît comme un élément ; mais auquel il est possible de donner un sens plus large comme élément d’une construction théorique et pratique d’alternatives. Il est possible de le lier à la proposition de Polanyi dans les années 1920 d’un « socialisme de guilde » s’opposant donc à la bureaucratie soviétique en train de se construire (Polanyi, 2008, 283 sq.), qu’une lecture attentive de Commerce et marché permet de voir en filigrane. On le trouve notamment dans les commentaires sur les guildes de commerçants mésopotamiens en charge d’un approvisionnement et dont le système de prix n’est pas celui d’un marché concurrentiel. Ce sont des pistes pour repenser aujourd’hui les échanges internationaux à travers un principe d’autosatisfaction. Il est essentiel d’admettre que Commerce et marché n’est pas contre les échanges mais seulement contre la prétention de les résoudre par l’autorégulation supposée de la concurrence.

25Les raisons de lire ou de relire Commerce et marché sont variées. Il peut aujourd’hui aider, parmi d’autres, à penser ce qu’est ou pourrait être un après-capitalisme.

Je remercie Pierre Dockès et André Tiran pour leurs réactions à une première mouture de ce texte et pour leurs suggestions stimulantes. Dans la présente note, les références à l’ouvrage sont indiquées sans mention de date ni d’éditeur.

Haut de page

Bibliographie

Adelman, Jeremy. 2017. Polanyi, the Failed Prophet of Moral Economics. Boston Review, 30 mai 2017. Consultable à l’adresse : http://bostonreview.net/class-inequality/jeremy-adelman-polanyi-failed-prophet-moral-economics. Accédé le 3 juillet 2018.

Cangiani, Michele. 2002. L’inattualità di Polanyi. Contemporanea, 5(4) : 751-757.

Dale, Gareth. 2010. Karl Polanyi. The Limits of the Market. Cambridge : Polity Press.

Dale, Gareth. 2016a. Karl Polanyi. A life on the Left. New York : Columbia University Press.

Dale, Gareth. 2016b. Reconstructing Karl Polanyi. Excavation and Critique. London : Pluto Press.

Godelier, Maurice. 1966. Rationalité et irrationalité en économie. Paris : Maspero.

Godelier, Maurice. 1975. Préface. In Karl Polanyi et Conrad M. Arensberg (dir.), Les systèmes économiques dans la théorie et dans l’histoire. Paris : Larousse.

Hann, Chris. 2011. Polanyi and Mauss: Commonalities and Contrasts in Their Economic Anthropology. New Directions in Polanyian Scholarship. Sarum College Seminar, March 12-13, 2011.

Hillenkamp, Isabelle et Jean-Louis Laville (dir.). 2013. Socioéconomie et démocratie. L'actualité de Karl Polanyi. Toulouse : Eres.

Klein, Steven. 2017. How (Not) to Criticize Karl Polanyi. Democracy. A Journal of Idea, 5 juin 2017. Consultable à l’adresse : http://democracyjournal.org/alcove/how-not-to-criticize-karl-polanyi/. Accédé le 3 juillet 2018.

Luben, Daniel. 2017. The Elusive Karl Polanyi. Dissent Magazine, Printemps 2017. Consultable à l’adresse : https://www.dissentmagazine.org/article/elusive-karl-polanyi-great-transformation-gareth-dale-biography. Accédé le 3 juillet 2018.

Mauss, Marcel. [1923-1924] 2007. Essai sur le don. Paris : PUF.

Mauss, Marcel. [1931] 1969. La cohésion sociale dans les sociétés polysegmentaires, In Œuvres, tome 3, 11-27. Paris : Editions de Minuit.

Perroux, François. [1961] 1964. L’économie du XXème siècle (2ème édition). Paris : PUF.

Polanyi, Karl. [1944] 2001. The Great Transformation. Boston : Beacon Press.

Polanyi, Karl. 1977. The Livelihood of Man. New York : Academic Press.

Polanyi, Karl. 1983. La Grande Transformation. Traduction de Maurice Angeno et Catherine Malamoud. Paris : Gallimard.

Polanyi, Karl. 2008. Essais. Introduction et traduction sous la direction de Michele Cangiani et Jérôme Maucourant avec une postface d’Alain Caillé et de Jean-Louis Laville. Paris : Seuil.

Polanyi, Karl. 2011. La subsistance de l’homme. La place de l’économie dans l’histoire et la société. Edité par Bernard Chavance. Paris : Flammarion.

Polanyi Karl, Conrad M. Arensberg, et Harry W. Pearson (eds). 1957. Trade and Market. Economies in History and Theory. Glencoe, Illinois : The Free Press.

Polanyi Karl, Conrad M. Arensberg, et Harry W. Pearson (eds). [1957] 1975. Les systèmes économiques dans l’histoire et dans la théorie. Traduction de Claude Rivière et Anne Rivière, préface de Maurice Godelier. Paris : Larousse.

Polanyi Karl, Conrad M. Arensberg, et Harry W. Pearson (eds). [1957] 2017. Commerce et Marché dans les premiers empires. Sur la diversité des économies. Avant-propos d’Alain Caillé, introduction de Michele Cangiani et de Jérôme Maucourant et postface d’Alain Guéry. Lormont : Editions Le bord de l’eau.

Rey, Alain (dir.). 1992. Dictionnaire historique de la langue française. Paris : Le Robert.

Servet, Jean-Michel. 2013. Le principe de réciprocité aujourd’hui. Un concept pour comprendre et construire l’économie solidaire. In Isabelle Hillenkamp et Jean-Louis Laville (eds), Socioéconomie et démocratie. L’actualité de Karl Polanyi, 187-213. Collection « Sociologie économique ». Toulouse : ERES.

Haut de page

Notes

1 Dans son Avant-Propos (5), Caillé l’attribue au seul Claude Rivière alors qu’Anne Rivière est aussi traductrice.

2 Il a frappé Polanyi puisque son épouse n’a pu le rejoindre aux Etats-Unis et qu’elle était contrainte de rester au Canada pendant qu’il intervenait à la Columbia alors qu’elle jouait un rôle d’assistante dans la préparation de l’édition de Trade and Market (indiquée page X de l’édition de 1957).

3 Traduction de 1975, page 33, un passage du livre omis dans l’édition 2017.

4 Voir notamment la contribution de Arensberg intitulée « l’anthropologie en tant qu’histoire » (163 sq.).

5 Guéry, dans la postface qui clôt l’ouvrage indique (439) que « marché » viendrait du mot « marge ». Si les lieux d’échange ont pu être dans de nombreuses sociétés en marge, le mot désignant en ancien français ces lieux d’échange (« marched ») est généralement considéré comme venant du « mercatus » latin, dérivé de merx (marchandise) selon le Dictionnaire historique de la langue française (Rey, 1992, vol. 2, 1189).

6 La question de l’inactualité et de l’actualité de l’œuvre de Polanyi a été posée notamment par Cangiani (2002) mais aussi dans la revue Contemporanea par Gian Primo Cella, Carl Levy et Franco Ramella ainsi que dans leur postface à Polanyi (2008) par Caillé et Laville. La plupart des comptes rendus des récents ouvrages de Dale mettent en avant ce succès tardif et montrent comment Polanyi est aujourd’hui mobilisé dans la critique « du capitalisme ». Par exemple Luben (2017). D’où des critiques des anti anti-capitalistes, comme Adelman (2017). Voir la pertinente réponse de Klein (2017).

7 Auquel s’ajoutent une critique de la société capitaliste contemporaine et des éléments sur le parcours intellectuel de Polanyi des années 1920 aux années 1960.

8 Vu le foisonnement des idées et des exemples, on peut regretter que la présente réédition soit dépourvue d’index, à la différence de l’édition de 1957 et de la traduction de 1975.

9 Sur la présentation de cette opposition, voir : Godelier (1966) et surtout sa préface à Les systèmes économiques dans la théorie et dans l’histoire ainsi que son interview dans Socio-Anthropologie en 2000.

10 Sur ce thème de la rareté voir dans l’ouvrage plus particulièrement : Polanyi (310-311), Terence Hopkins (351-355) et Pearson (381 sq.).

11 Cangiani et Maucourant rapprochent les deux Karl (60).

12 Par exemple dans l’article de Terence K. Hopkins (271 sq. de l’édition de 1957, 333 sq. de la présente traduction) où le terme process et son pluriel processes abondent. On lit aussi en français « processus économique » et « processus qui économise les moyens » (307) là où le terme processus n’apparaît pas puisqu’il est simplement indiqué : « economical » et « economizing » (243). On trouve aussi de nombreux usages alternatifs de « procès » et « processus » dans la traduction du chapitre de Polanyi, « The Economy as Instituted Process » / « L’économie en tant que procès institutionnalisé » (1957, 243 ; 1975, 307).

13 La confrontation de la traduction avec l’édition originale permet d’en donner quelques exemples : on lit (71) « commerce national » là où Pearson a écrit « national business » ; pour « social function of money » (73) on lit « fonction sociale de l’argent », le terme argent ayant une pleine signification pour Marx notamment. Si « natural economy » mis entre guillemets est bien traduit par « économie naturelle » avec guillemets, quelques lignes plus loin la même expression sans guillemets traduit « economy in kind » (économie en nature), expression que l’on retrouve quelques lignes après traduite aussi par « économie naturelle ». On trouve aussi « trading economy » traduit par « l’emploi de l’argent ».

14 Mauss est cité en note dans The Livelihood of man (1977, 70 ; trad. La subsistance de l’homme, 123n1), en même temps que Thurnwald.

15 Au début de l’Essai sur le don, Marcel Mauss lui-même avait ouvert la possibilité d’une lecture de la réciprocité sur la base des divisions des sociétés. Il fait explicitement référence au « système des prestations économiques entre les diverses sections ou sous-groupes dont se composent les sociétés dites primitives » (réed. 1989, 147). Une dizaine d’années plus tard (Mauss, 1931 ; 1969) cette approche apparaît de manière plus explicite encore dans une communication présentée à l’Institut français de sociologie. À noter que le terme « réciprocité » est plusieurs fois employé dans ce texte. Il traite de « système d’échange, de communauté, conditionné par des séparations » (20). Il souligne que « tous les groupes s’imbriquent les uns dans les autres, s’organisent les uns en fonction des autres par des prestations réciproques, par des enchevêtrements de générations, de sexes, par des enchevêtrements de clans et par des stratifications d’âges » (ibid., 20). Dans cette communication, Mauss cite comme type de divisions rendues ainsi interdépendantes non seulement les confréries mais aussi les castes. D’autres aspects de la comparaison entre Mauss et Polanyi ont été abordés par Hann (2011).

16 Voir l’ensemble des références données dans Servet (2013).

17 C’est ainsi aussi que peuvent être compris les analyses par Benet du travail en commun (278) et les distributions aux pauvres (262) dans les montagnes berbères ; un chapitre aussi où, comme relevé ci-dessous en note 19, apparaît « l’économie familiale » comme « principe d’intégration ».

18 Sur la lecture de Marx par Polanyi, voir Dale (2016, 33-54).

19 Cangiani et Maucourant affirment (30) que Commerce et Marché a abandonné ce principe de householding. Pourtant, Benet y fait référence à propos des sociétés des montagnes berbères (1957, 215n58). Mais householding est traduit par économie familiale (278, note 1). Là où Fusfield écrit : « the principle of householding [nous soulignons] is the dominant feature of economic life » (352) on lit dans la traduction de l’ouvrage : « une économie dans laquelle le principe de foyer domestique [nous soulignons] est le caractère dominant de la vie économique » (414).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Servet, « Les modernités de Karl Polanyi », Œconomia, 8-2 | 2018, 245-256.

Référence électronique

Jean-Michel Servet, « Les modernités de Karl Polanyi », Œconomia [En ligne], 8-2 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/oeconomia/3296

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals