Navigation – Plan du site
Revues des livres
Comptes rendus

Pierre Dockès, Le Capitalisme et ses rythmes, quatre siècles en perspective. Tome 1. Sous le regard des géants

Rima Hawi
p. 413-418
Référence(s) :

Pierre Dockès, Le Capitalisme et ses rythmes, quatre siècles en perspective. Tome 1. Sous le regard des géants, Paris : Classiques Garnier, 2017, 965 pages, ISBN 978-240606391-9

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Classiques Garnier

1« Ce livre est un voyage au long cours ! », écrit Pierre Dockès dans l’introduction à son dernier ouvrage : Le Capitalisme et ses rythmes. Quatre siècles en perspective. Encore n’avons-nous là que le premier tome, intitulé Sous le regard des géants. Pour Dockès, la nécessité de mêler histoire des faits économiques et histoire des idées s’impose, afin de comprendre les crises et les mutations qui ont rythmé l’économie mondiale depuis les premières observations des crises (avant la première révolution industrielle) jusqu’à la Grande crise des années trente. Dockès plaide ainsi pour une économie historique par opposition à une économie standardisée, anhistorique, morcelant les savoirs. Ainsi, l'auteur se pose d’emblée contre la théorie mainstream, apologique de l’économie de marché et des libres activités des capitalistes, avec leurs lots sans cesse justifiés d’injustices sociales (de Ricardo aux Néoclassiques) ; puis apologique, depuis Robert Lucas et les nouveaux classiques, du capitalisme de libre marché formalisé dans des modèles incapables de penser les lourdes pathologies du système. Or, pour comprendre les crises économiques et surtout leur récurrence, même si l’histoire ne se répète jamais de la même manière, rien ne peut remplacer la confrontation des idées, des théories mainstream et des théories enfouies sous l’épaisseur du temps ou des intérêts dominants. Dockès revendique ainsi une position pluraliste et une méthode dialectique pour aller de l’avant, tout en analysant, en comparant les crises passées – en les situant dans leurs temps, leurs particularités et leurs lieux – pour en tirer des enseignements, voire pour tenter de construire un « idéal-type » en vue de penser l’avenir. Telles sont les prises de position et le projet de Pierre Dockès dans cet ouvrage composé de 14 chapitres qui présentent à la fois les faits majeurs des crises qui jalonnent l’histoire du capitalisme – ancrage historique, mécanismes de transmission – et les théories qui, au cours des siècles se sont efforcées de les expliquer, parfois de les anticiper et d’en déduire des politiques. Il est donc possible de lire les chapitres de manière indépendante les uns des autres mais la lecture d’ensemble permet de montrer à la fois la cohérence historique et la permanence de certains phénomènes, indispensables pour une meilleure compréhension du présent, « notre actualité chaotique » : la montée du populisme, du nationalisme et du risque protectionniste (147).

2Les parties et les chapitres se suivent au grès de la lecture de ce premier volet que l’introduction n’annonce pas, mais qu’il faut accepter de suivre à travers cet imposant ouvrage bien construit sur les causes et conséquences des crises depuis les crises de subsistances de l’Ancien Régime, les crises de surproduction du capitalisme industriel (appelé ‘Haut capitalisme’ par Dockès) jusqu’aux crises du capitalisme mondialisé et financiarisé. Depuis Juglar, qui ne fut pas le premier à observer et analyser le cycle des crises, mais le premier à y consacrer un ouvrage : Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux Etats-Unis (1862), jusqu’aux théoriciens de la fin du capitalisme (des années 1930 et 40). Ces derniers, pour des raisons souvent opposées que présente Dockès dans sa conclusion d'étape, croient que les jours de ce système sont comptés, que la stagnation est à l’horizon (Sweezy, Hansen), que l’esprit du capitalisme et les innovations qu’il engendre à force d’interventions de l’Etat se meurent (Schumpeter), qu’avec l’accroissement continue du stock de capital, s’il n’y a pas de guerre ou de grande catastrophe, les besoins seront assouvis, et l’homme, confronté au temps libre (le travail devenant surabondant) et à l’ennui (telle que la dépression des femmes oisives des « well-to-do-class »), devra réapprendre à vivre dans le bonheur des lys des champs (Keynes). Ils croient venu le temps du dépassement du royaume de la nécessité vers celui de la liberté, déjà développé par Marx, où tout le monde pourra faire une chose un jour et une autre le lendemain : chasser le matin, pêcher l’après-midi, pratiquer l’élevage le soir et faire de la critique littéraire après le repas selon son bon plaisir.

3Les deux premiers chapitres sont une entrée en matière indispensable, une grille de lecture qui aboutit à partir des analyses de Schumpeter (1939) et de ­Kondratiev (1926) (dont les cycles éponymes décrivent l’évolution économique des pays capitalistes) à une nouvelle interprétation des rythmes économiques (142-151), qui doit à son tour être discutée et complétée ; Pierre Dockès ouvre des pistes.

4Au terme consacré de « cycles », Dockès préfère celui de « rythmes » pour décrire l’histoire longue du capitalisme. Les cycles renvoient à l’idée de retours périodiques, de régularité, tandis que l’économie, selon Dockès, est davantage soumise à des rythmes, des « vagues longues », mêlant causalités internes et perturbations exogènes, avec des amplitudes variables (28). Les diverses méthodes statistiques d’observation des crises, quand elles sont déconnectées de toute référence théorique ou cadre d’analyse, donnent des résultats forts différents, la durée des périodes d’expansion et de récession sont alors très variables, et se traduisent la plupart du temps par une incapacité d’anticipation des crises alors même que les données sont symptomatiques d’une situation de crise (84 et 558, sur le célèbre baromètre de Harvard et la crise de 1929).

5Comment se fait alors le passage d’un état à l’autre en relation aux « vagues longues » ? Dockès cite Labrousse (1944) : « Chaque économie a la conjoncture de sa structure » (94). Les crises économiques se modifient en fonction de critères démographiques, technologiques, économiques, politiques et sociétaux. En d’autres termes, en fonction des transformations du capitalisme et des modalités de formation du profit et de son accumulation. Le capitalisme, Dockès le conçoit – en référence à Fernand Braudel (1979) – comme le capital dominant la production et l’échange, surplombant l’économie, la contrôlant, l’orientant vers tel ou tel secteur, maîtrisant son développement et captant l’essentiel de ses surplus (36). Par conséquent, même s’il convient de parler non pas d’un capitalisme mais de plusieurs capitalismes (du capitalisme commercial du XVIème siècle au capitalisme mondialisé et financiarisé du XXIème siècle), la diversité du capitalisme n’exclut pas son unité : l’unité que confère le pouvoir du capital sur les décisions économiques, les innovations, les choses et, en définitive, sur les hommes (39) avec des formes de domination directe (salariat) et indirecte (automatisation, plateformes numériques, opérations de fusions-acquisitions …). Dans ce tableau, le propre du capitalisme d’aujourd’hui est d’imposer sa domination sans même salarier, sans même avoir besoin d’évaluer les rendements à long terme puisque – tel que cela apparait dans la partie sur Keynes – vendre et acquérir une entreprise peut se faire sur un marché financier (suivant l’état de confiance spéculative et l’état de confiance des banquiers) où il est possible d’évaluer et de réévaluer à chaque instant et ainsi de faire une plus-value rapide (718-719) sans détour par la sphère de production.

6Mais les crises résultent aussi, selon l’auteur, de la percolation d’évolutions lentes et profondes, les changements à la marge peuvent à la longue faire basculer d’un état du monde à un autre, de même que l’eau qui se refroidit régulièrement finie par basculer vers un état de glace (96). En grec krisis signifie justement le moment décisif dans l’évolution d’une maladie, le moment de bascule où le retour à l’équilibre peut se faire, ou pas ! (23).

7Par la suite, l’ouvrage de Pierre Dockès complète celui écrit avec Bernard Rosier (1983), dans lequel les deux auteurs tentent de comprendre les transformations du capitalisme aux XIXème et XXème siècle par des rythmes multiples (16), sans pour autant faire une histoire des théories des crises (42). En effet, dans ce nouveau livre, que Dockès dédie à la mémoire de Rosier, les chapitres sur les crises et leur contexte sont suivis de chapitres sur les théories économiques à travers la mise en avant des débats qui occupent les économistes (le bon prix du blé, le bimétallisme ou l’étalon or, la loi des débouchés, la querelle du luxe, la déflation ou la dévaluation, les chocs exogènes ou endogènes, le rôle du crédit, des innovations, etc.). Certains chapitres sont consacrés à un auteur ou groupe d’auteurs. Dockès s’attarde en particulier sur la théorie de Marx et celle de Keynes. Le premier développe deux causes principales de crises. Du côté de l’offre, les crises proviennent de la suraccumulation (350), tendance à la transformation de la structure productive en faveur du capital constant (qui achète les équipements, machines, matières premières, produits semi-finis) au détriment relatif du capital variable (qui achète la force de travail). Du côté de la demande, les crises s’expliquent par les rapports antagoniques de répartition du mode de production bourgeois qui réduisent la consommation de la grande masse de la société (360). Comment la bourgeoisie surmonte-t-elle donc ces crises ? Par la destruction des forces productives (qui vient gonfler l’« armée de réserve » et permet de réguler les salaires autour du minimum socialement nécessaire), l’extension du marché mondial, la préparation de crises plus générales et plus profondes et l’élimination en parallèle des moyens de les prévenir (348).

8Comme Marx, Keynes ne croit pas à l’efficience du marché, c’est-à-dire à la réussite de la coordination spontanée (667): les investissements sont décidés par un grand nombre d’entreprises en concurrence, chacune ignorant ce que les autres vont faire. Dans un monde d’incertitude, les entrepreneurs forment des anticipations sur l’état de l’économie (demande effective) et décident, en fonction, du niveau de l’emploi : le travail n’est pas une marchandise comme une autre, le marché du travail n’existe pas, il s’agit d’un pseudo-marché, et le chômage peut être « involontaire » (en opposition à la pensée néoclassique). Ainsi la nouveauté de Keynes est de considérer que l’économie peut être en situation d’équilibre mais de sous-emploi. Qu’en est-il du cycle ? « Il y avait, nous dit Dockès, une théorie du cycle au centre du Treatise on money (1930). Ce n’est plus le cas dans la Théorie générale (1936), ce qui peut se comprendre puisque, entre les deux ouvrages, la dépression ne s’est pas retournée en une phase d’expansion. Le cycle reste présent dans  ‘Notes sur le cycle des affaires’ » (715). Dans ce chapitre 22 de la Théorie Générale, Keynes explique, en effet, que le cycle est rythmé essentiellement par les variations de l’investissement (usure, obsolescence, coût du stockage, gaspillage des ressources …) et la crise est la brutale révélation du surinvestissement (730). Pour Keynes, l’Etat doit intervenir pour relancer la demande, lutter contre le chômage (quitte à socialiser l’investissement), euthanasier les rentiers (taxation des revenus du capital) et réduire les inégalités. Chez Keynes, Dockès le souligne bien, il ne s’agit pas comme pour Marx de changer de système, mais au contraire, de sauver l’économie libérale et l’individualisme (733). Entre Marx et Keynes, Dockès propose un interlude de diverses théories construites sur le thème des crises (405-520). Certaines reprennent la problématique marxienne de la suraccumulation mais en refusant tout rôle à la demande et à la monnaie (Tugan-Baranovsky, Spiethoff, Schumpeter, Aftalion, J.M Clark), d’autres intègrent la monnaie (Wicksell, Hayek), ou lui font jouer le rôle principal avec le crédit (Hawtrey, Fisher). Enfin une quatrième catégorie met au contraire l’accent sur la demande, la faiblesse de la consommation et le trop plein d’épargne (Hobson, Foster, Catchings).

9 Quand on étudie les causes factuelles des crises (générales), ainsi que le fait Dockès, on remarque qu’il est rare de leur attribuer une cause unique. Souvent, plusieurs éléments s’entrecroisent et convergent. Ainsi, à mesure que la crise progresse en partant de l’économie dominante, elle se généralise et s’intensifie : c’est l’Angleterre pour la plupart des crises du XIXème siècle, les Etats-Unis pour celles du XXème siècle (80). Les crises sont aussi marquées, d’après l’auteur, par le passage de la modération périodique à l’hubris, la démesure inhérente à la finance autour d’innovations techniques, d’industries motrices (industries textiles, sidérurgiques, ferroviaires, automobiles … jusqu’aux nouvelles technologies de l’information et de la communication). Ainsi, depuis la South Sea Bubble (1720) jusqu’à la crise des subprimes (2007), toutes les bulles financières reposent sur des innovations financières, l’argent facile, l’endettement excessif, l’effet de levier, l’art de dissimuler les risques, la croyance à la hausse indéfinie, le gonflement artificiel des cours et des profits, des escroqueries (Ponzi, Madoff) dans une ambiance d’ivresse de la spéculation et d’avidité qui se répandent et s’amplifient par mimétisme (563) (selon le schéma du concours de beauté de Keynes dans la Théorie générale).

10La crise de 1929 est une parfaite illustration de l’enchevêtrement de ce ces éléments auxquels il faut adjoindre le contexte particulier de l’entre-deux guerres, tel que le développe longuement et précisément Dockès (521-642). Car, dans l’histoire des crises, il y a ce que l’auteur appelle, des « vagues scélérates » deux fois ou trois fois plus hautes que les vagues les plus hautes : la crise de 1929 est une catastrophe unique qui conduira à l’émergence d’un nouveau régime économique qui s’impose jusqu’au début des années 70, celui des Trente glorieuses, auquel une partie du deuxième tome devrait être consacrée. Ce n’est donc pas la fin de l’histoire.

11Après la domination des théories keynésiennes, Dockès annonce les développements à suivre : à nouveau le basculement vers les thèses néoclassiques, un nouveau régime dans les années 80, le triomphe du néolibéralisme, Hayek mis en pratique avec Thatcher, Reagan. Mais aussi des résistances (les hétérodoxes), des aménagements (la synthèse néo-keynésienne). Puis une nouvelle crise financière et une Grande récession (2008), de nouvelle(s) mutation(s) de ce premier quart de siècle, l’espace mondial se reconfigurant, le Pacifique surclassant désormais l’Atlantique, l’Asie du Sud-Est puis la Chine par leur extraordinaire développement modifiant la donne géopolitique et géoéconomique (833). Devra-t-on de ce fait intégrer ces nouveaux développements du capitalisme dans les théories des rythmes économiques ? Cela enrichira-t-il notre compréhension des mouvements du système dans lequel nous vivons ? Le lecteur devra attendre la parution du second tome du Capitalisme et ses rythmes pour répondre à ces questions.

Haut de page

Bibliographie

Braudel, Fernand. 1979. Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, 4 tomes. Paris : Armand Collin.

Dockès, Pierre et Bernard Rosier. 1983. Rythmes économiques. Crises et changement social une perspective historique. Paris : Maspero, Economie Critique.

Juglar, Clément. 1862. Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux Etats-Unis. Paris : Guillaumin et Cie.

Keynes, John Maynard. 1930. A Treatise on Money. 2 vols. In The Collected Writings of John Maynard Keynes, 2013, Cambridge : Cambridge University Press.

Keynes, John Maynard. 1936. The General Theory of Employment, Interest and Money. London : Palgrave MacMillan.

Kondratiev, Nikolaï. D. 1926. Die langen Wellen der Konjunktur, Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik. Traduction française, Les grands cycles de la conjoncture. 1993. Paris : Economica.

Labrousse, Ernest. 1944. La Crise de l’économie française à la fin de l’Ancien Régime et au début de la Révolution. Paris : PUF.

Schumpeter, Joseph A. 1939. History of Economic Analysis. London: Allen & Unwin. Traduction française, Histoire de l’analyse économique. 1983. Paris : Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rima Hawi, « Pierre Dockès, Le Capitalisme et ses rythmes, quatre siècles en perspective. Tome 1. Sous le regard des géants », Œconomia, 8-3 | 2018, 413-418.

Référence électronique

Rima Hawi, « Pierre Dockès, Le Capitalisme et ses rythmes, quatre siècles en perspective. Tome 1. Sous le regard des géants », Œconomia [En ligne], 8-3 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/oeconomia/3398

Haut de page

Auteur

Rima Hawi

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals