Navigation – Plan du site
Revue des livres
Comptes rendus

Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise

Julien Gradoz
p. 179-187
Référence(s) :

Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise. Paris : Gallimard, 2017, 663 pages, ISBN 978-207014787-8

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Gallimard

1Enrichissement est le fruit d’une collaboration débutée en 2012 entre Luc Boltanski (EHESS) et Arnaud Esquerre (EHESS) et synthétise plusieurs travaux précédemment publiés (2014 ; 2016). L’ouvrage porte sur la création de richesses au sein des sociétés désindustrialisées, avec de nombreuses illustrations empruntées au cas français. Il propose un éclairage original sur les mutations économiques contemporaines et se structure en quatre parties : I/ Destruction et création de richesses II/ Prix et formes de mise en valeur III/ Les structures de la marchandise IV/A qui profite le passé ?

2Les auteurs partent tout d’abord du constat qu’un certain nombre de secteurs, jusque-là en périphérie de l’analyse économique, voire de la comptabilité nationale – ce qui empêche d’ailleurs les auteurs de quantifier l’importance de ces secteurs dans l’activité marchande –, occupent une place grandissante dans la création de richesses : tourisme, gastronomie, biens de luxe, artisanat, mode…

3Le dénominateur commun à ces secteurs est la mise en avant du passé. Il constitue alors la principale source de valorisation des marchandises produites ou remises en circulation sur les marchés (comme les objets de collections). L’intégration du passé, sous la forme d’un récit (le « storytelling » du marketing), permet d’associer ces marchandises à une authenticité, une histoire prestigieuse ou une singularité. C’est à partir de cette association le vendeur tire l’essentiel de la valeur marchande, rompant ainsi avec les formes traditionnelles de promotion des produits standardisés de l’industrie.

4En particulier, elle s’oppose à la « forme standard » de la marchandise (selon les termes des auteurs), caractéristique des sociétés industrielles. Elle correspond à des marchandises dont le prix tend à décroitre à mesure qu’elles circulent et sont échangées (jusqu’à ce que le produit devienne un déchet). De son côté, l’économie de l’enrichissement tend à valoriser et générer de nouvelles richesses à partir de caractéristiques liées à l’histoire et à l’ancienneté des objets : 

L’économie de l’enrichissement prend appui non pas, principalement, sur la production d’objets neufs, mais surtout sur la mise en valeur d’objets déjà-là, extraits de gisement de choses passées, souvent oubliées ou réduites à l’état de déchets, ainsi que sur la fabrication de choses dont la valeur est indexée au passé. (107)

5Le développement d’une économie de l’enrichissement recouvre plusieurs dimensions.

6Tout d’abord, le terme « d’enrichissement » choisi par Boltanski et Esquerre renvoie à son équivalent minéralurgique, puisqu’il s’agit d’habiller la marchandise d’un récit pour en accroître la valeur. Ce processus d’enrichissement suppose un travail sans relâche de valorisation du passé, source d’activité pour un grand nombre de personnes. Ce constat devrait donc amener les économistes à s’interroger sur les mécanismes qui sous-tendent ces activités. En effet, la perspective néoclassique est en difficulté pour rendre compte de la valorisation des marchandises appartenant à l’économie de l’enrichissement. Plusieurs explications peuvent permettre de rendre compte de cette observation. Tout d’abord, le prix de ces marchandises tend à être déconnecté des coûts de production. De plus, l’économie de l’enrichissement porte principalement sur des biens ou services valorisés au travers d’une histoire que sur des propriétés tangibles. Dans cette perspective, et du point de vue analytique, des approches comme celles de Lancaster (1963), mettant une emphase sur les caractéristiques objectivables de la marchandise, ne sont pas les plus adéquates pour analyser ces secteurs.

7L’économie de l’enrichissement renvoie ensuite à ses effets sur les territoires et leur identité. En parallèle des marchandises qui circulent, l’économie de l’enrichissement transforme en profondeur la représentation des territoires et de ceux qui y travaillent. Cet effet est particulièrement visible dans les régions rurales ou qui ont été marquées par la désindustrialisation massive. La dynamique de l’économie de l’enrichissement tend ainsi à rompre avec une injonction de modernisation de ces territoires. Elle invite plutôt à les regarder comme habités d’un passé qui témoigne d’un mode de vie qu’il s’agit de vendre comme une marchandise.

8Dans ces territoires caractérisés par un développement de l’économie de l’enrichissement, les métiers se transforment et se mettent au service de l’image qu’il s’agit de vendre. C’est ainsi par exemple que dans les zones rurales, « les paysans deviennent des paysagistes ». Ce glissement dans la qualification d’un certain nombre de professionnels constitue, selon Boltanski et Esquerre, une des caractéristiques les plus notables de l’économie de l’enrichissement. De plus, certains lieux emblématiques reliés à cet héritage deviennent fréquemment des centres culturels, d’artisanat, de luxe ou encore des lieux associés à des marques ou des événements de prestige. Une logique d’interaction forte entre les différents secteurs de l’économie de l’enrichissement se met alors en place.

9C’est d’ailleurs l’une de ses propriétés principale : l’ensemble des secteurs qui la constitue contribuent à l’entreprise de valorisation de toutes les marchandises en son sein. De nombreux exemples sont donnés dans l’ouvrage de ces interactions entre les différents secteurs, comme par exemple les promenades le long des anciens quais industriels nantais parsemés d’œuvres d’art contemporain ou encore l’ancienne usine historique de Fiat devenue un centre commercial ainsi qu’un musée.

10En définitive, c’est la multiplication des liens entre ces secteurs qui fonde la dynamique de l’économie de l’enrichissement. Dans cette perspective, elle ne désigne pas tant le regroupement de secteurs partageant des caractéristiques communes que l’ensemble des liens toujours plus étroits tissés par ces secteurs pour créer les conditions de l’enrichissement à grande échelle

11Mais pour que l’enrichissement soit effectif, il faut que le passé soit perçu dans les faits comme une source de richesse aux yeux du plus grand nombre. Aussi, les produits de l’économie de l’enrichissement se donnent-ils à voir : pour asseoir leur prestige et donc leur valeur, les produits sont mis en relation permanente, rapprochés, confrontés, comparés. Un bon exemple de cela s’observe dans les magazines « lifestyle », tels qu’on peut les trouver dans les suppléments de la presse écrite ou dans les magazines des compagnies aériennes (30). S’y côtoient des articles sur la mode, la gastronomie, la culture du vin avec des interviews de spécialistes et d’artisans, souvent dans des lieux chargés d’histoire, témoignant de leur savoir-faire unique hérité d’une longue tradition. Cet entrelacs est typique de l’entreprise de valorisation à l’œuvre dans l’économie de l’enrichissement. Mais nous voyons en même temps que cette logique de dévoilement de nouvelles richesses donne à voir au plus grand nombre des biens qui leurs sont par ailleurs inaccessibles.

12Car en effet l’économie de l’enrichissement tient également son nom du fait qu’elle s’adresse essentiellement à des individus fortunés. Ces derniers interagissent alors le plus souvent avec des producteurs-vendeurs eux-mêmes fortunés, ou en tout cas en possession d’un patrimoine. Dans ce cadre, le but recherché est l’accroissement de leur richesse par la mise en circulation de ce qu’ils possèdent. Cette capacité des individus fortunés à développer des activités commerciales réservées à des clients fortunés est un phénomène relativement unique. Selon Boltanski et Esquerre, il ne trouve guère d’équivalent en dehors de l’économie de l’enrichissement. Mais cela n’est pas sans conséquences. Par exemple, dès lors que l’on s’intéresse à la transformation des territoires par l’émergence d’une création de richesse par les plus fortunés à destination des plus fortunés, il faut se poser la question du partage des fruits de la circulation de ces marchandises.

13En effet, la ressource principale de l’économie de l’enrichissement étant le passé, les richesses qu’elle génère tendent de fait à se concentrer dans les mains des fortunes patrimoniales. Celles-ci sont caractéristiques des systèmes d’héritiers. Aussi, l’ouvrage de Boltanski et Esquerre peut être lu en complément des travaux de Thomas Piketty (2013) sur l’accroissement des inégalités de patrimoine, ce qui apporte un éclairage essentiel, bien que l’ouvrage y fasse plusieurs fois référence.

14Toute cette analyse des caractéristiques de l’économie de l’enrichissement est appuyée par de nombreuses mises à l’épreuve empiriques. De plus, elle se déploie dans le cadre d’une réflexion plus générale sur la théorie de la marchandise, dont l’économie de l’enrichissement constitue un cas particulier. La deuxième et troisième partie de l’ouvrage visent alors à expliciter les fondements de cette théorie de la marchandise.

15De manière fondamentale, les auteurs rappellent que la marchandise correspond à toute chose échangeable à un certain prix. Cette définition est indissociable d’un ensemble de structures intériorisées par les individus et qui leur permettent de s’insérer dans la circulation marchande. Pour le dire autrement, afin de participer à l’échange, les individus doivent acquérir des « compétences commerciales » (109) qui sont en fait un ensemble de repères partagés par les agents. Un exemple de ces repères partagés concerne le minimum de propriétés nécessaires à l’identification des biens, leur détermination. Ces propriétés permettront une classification des biens, ainsi qu’un découpage des marchés en fonction de « classes de biens » dont les individus doivent prendre connaissance pour échanger. Toutefois, les auteurs se concentrent sur l’étude des biens tangibles, ce qui met de côté l’analyse des services et des biens immatériels.

16Cette notion de structure de la marchandise est déterminante, puisqu’en tant qu’ensemble de repères partagés par les individus, ces structures évoluent en fonction du contexte historique. C’est donc une façon pour Boltanski et Esquerre de re-historiciser la marchandise, en s’inscrivant dans l’héritage conceptuel de Marx. C’est une conception en opposition avec la tendance des économistes à naturaliser les biens économiques, qui tend à être de plus en plus critiquée (Orléan, 2004). L’ouvrage propose alors une analyse historique de l’évolution de ces structures, mobilisant en plusieurs endroits des réflexions que l’on pouvait déjà trouver dans Le nouvel esprit du capitalisme (Boltanski et Chiapello, 1999). Dans cet ouvrage, les auteurs s’intéressaient au processus historique par lequel le capitalisme renouvelle les richesses qu’il met en exploitation pour se développer, étudiant par-là les moments historiques de cette transformation. Ici, la réflexion sur l’économie de l’enrichissement s’inscrit finalement comme une nouvelle étape du capitalisme, qui mettrait en valeur des objets « déjà-là ».

17Cette réflexion sur le renouveau du capitalisme a entraîné une importante controverse en 2017 entre Nathalie Heinich (EHESS) et les deux auteurs. Celle-ci débute par un article de Heinich publié dans Le Débat (2017/5) et intitulé « Misères de la sociologie critique », qui étrille l’ouvrage des deux auteurs sans pour autant le citer directement. S’en suivent alors plusieurs articles interposés dans Le Monde où les réponses alternent entre critiques méthodologiques et attaques ad hominem. Ce qu’il faut retenir de cette controverse, c’est la dénonciation par Heinich de l’« anthropomorphisme conceptuel » couplé à un raisonnement fonctionnaliste lorsqu’il s’agit de décrire les mutations du capitalisme. Ces postures méthodologiques permettent aux auteurs d’écrire des phrases comme « […] les stratégies mises en œuvre par le capitalisme occidental pour conserver une position centrale… » (Heinich, 2017, 124). Et Heinich de poursuivre :

C’est ainsi qu’un concept – le capitalisme ou, sous sa forme modernisée, le « néolibéralisme » – se trouve doté des propriétés d’une personne, en l’occurrence une intentionnalité […] L’on a donc là ces deux avatars sociologiques typiques de la métaphysique que sont, d’une part, le fonctionnalisme (postuler l’existence a priori d’une « fonction » inhérente à une entité abstraite, qu’il s’agisse de « la société » ou du « capitalisme ») et, d’autre part, l’anthropomorphisme conceptuel (imputer à cette entité les intentions et les capacités d’action d’une personne) (Heinich, 2017, 124).

18La conséquence principale de cette méthodologie est de mettre au second plan « les acteurs » (Heinich, 2017, 122), ce qui prive l’analyse d’une partie de sa profondeur. Une telle remarque avait également été faite au sujet de l’ouvrage de Lucien Karpik, L’économie des singularités (2007). En effet, leur approche a été comparée à celles de L’économie des conventions, dont l’une des caractéristiques est précisément l’ambiguïté sur le rôle accordé aux acteurs (Gautié, 2008). Au-delà de rejoindre Nathalie Heinich sur ce point, nous pouvons également regretter que l’ouvrage ne fasse pas plus référence aux travaux d’Olivier Favereau ou François Eymard-Duvernay. Ce rapprochement aurait permis de mettre en perspective leur analyse du processus de valorisation des marchandises avec une étude plus générale des régimes de coordination des agents.

19Au-delà de ces considérations sur l’évolution du capitalisme, les auteurs sont ensuite amenés à prendre une position sur la valeur des marchandises à contrepied de la théorie classique (valeur travail) et néoclassique (valeur de marché). En effet, ils ne considèrent pas que les marchandises ont une valeur que le prix refléterait plus ou moins correctement. Au contraire, les auteurs partent du principe que la valeur n’est pas attachée à la marchandise, mais est propre à chaque individu. Elle permet de fonder son évaluation personnelle de la marchandise : c’est le « méta-prix », qui correspond à l’évaluation idéale de son point de vue. L’ensemble des participants à l’échange disposent d’un méta-prix sur chaque marchandise en circulation.

20Ainsi, le vendeur, du point de vue de son méta-prix, va proposer un prix pour la marchandise qu’il soumet à l’échange. L’acheteur va observer le prix, mais disposera de son propre méta-prix qui ne coïncide pas nécessairement avec le prix proposé pour l’échange ou le méta-prix du vendeur.

21La confrontation entre le prix et le méta-prix fait alors apparaître des négociations et des compromis. Dans ce cas, la valeur est utilisée comme une « justification » (138) opposée au prix proposé par l’autre partie à l’échange. La valeur comme source de justification s’inscrit alors dans la continuité des travaux que Luc Boltanski avait initié avec Laurent Thévenot (1991) au sujet de la justice.

22La valeur de la marchandise, et le méta-prix qui en résulte, dépendent donc de la manière dont les acheteurs et les vendeurs conçoivent la mise en valeur de la marchandise présentée dans l’échange. Un exemple mobilisé à plusieurs reprises dans l’ouvrage concerne une montre de collection. Un individu ayant besoin d’un outil commode pour regarder l’heure aura tendance à estimer qu’une montre ancienne se rapproche plus d’un déchet qu’une montre neuve fabriquée en série. De son point de vue, elle devrait donc afficher un prix plus faible. A l’inverse, le vendeur « justifiera » son prix du fait qu’il valorise la montre à partir de sa « fonction mémorielle » (269).

23Cette opposition des points de vue souligne le fait qu’il existe différentes mises en forme de la marchandise, qui sont autant de sources de justification ou de contestation des prix. De manière schématique, Boltanski et Esquerre distinguent quatre formes « idéales » de mise en valeur. Ces quatre formes se différencient selon deux axes, qui sont des façons de constituer le méta-prix des marchandises : la présentation de la marchandise et la puissance marchande du bien.

24La présentation d’une marchandise concerne la manière dont sera décrit l’objet dans l’échange. Elle est partagée entre d’une part le pôle « de l’analyse (propriétés distinctes éventuellement mesurables et codées) », et d’autre part « celui de la narration (mettant en scène alors des évènements et/ou personnes) » (155). La puissance marchande pose, quant à elle, la question de la capacité de la marchandise à gagner de la valeur au cours du temps et de sa circulation. Chacune des quatre formes correspond à la combinaison de ces deux critères.

  • La forme standard (puissance marchande négative et présentation analytique) : elle correspond typiquement à des « objets industriels comportant une forte composante technique » (165). Le puissance marchande est négative dans la mesure où la marchandise industrielle standardisée tend à voir son prix diminuer à mesure de sa circulation (jusqu’à être considérée comme un déchet). Sa présentation est analytique puisqu’il s’agit de biens qui reposent essentiellement sur des prototypes associés à des brevets visant à standardiser les marchandises, c’est-à-dire leur conférer une liste de propriétés quantifiables dont elles doivent dévier le moins possible.

  • La forme collection (puissance marchande positive et présentation narrative) : les marchandises associées à la forme collection ont pour première particularité que leur méta-prix est associé à un « manque ». En effet, le méta-prix de l’objet de collection ne peut se saisir que dans son rapport aux autres objets de la collection détenue par l’individu. « Le collectionneur a une raison impérative d’acquérir telle chose qu’il ne possède pas encore parce que celle-ci manque pour compléter l’ensemble » (187). Par ailleurs, la présentation est narrative dans la mesure où l’objet de collection repose essentiellement sur son passé ou son association à des événements ou des personnages, et non sur des propriétés analytiques. La puissance marchande est positive dans la mesure où le bien de collection, du fait qu’il tire sa valeur du passé, tend à voir sa valeur s’accroître à mesure qu’il circule.

  • La forme tendance (puissance marchande négative et présentation narrative) : la forme tendance est typiquement associée aux objets de mode. La puissance marchande est négative dans la mesure où la mode est éphémère et où l’on s’attend à ce que le prix de la marchandise perçue sous la forme tendance décroisse au cours du temps. La présentation est narrative puisque la mode, surtout au travers de la publicité, ne cesse de tirer sa valeur de l’association d’un produit à des figures de prestige, et non de propriétés analytiques.

  • La forme actif (puissance marchande positive et présentation analytique) : la dernière mise en forme correspond typiquement à des produits achetés dans le but d’être revendus plus tard. Cela concerne aussi bien des œuvres d’art que des objets rarissimes. Dans la mesure où l’on s’intéresse à leur plus ou moins grande liquidité et où l’on doit s’assurer de leur capacité à être échangés dans le futur, ils sont décrits au travers de leurs propriétés tangibles (attestation qu’il s’agit de tel ou tel peintre, caractéristiques d’un timbre unique avec un défaut d’impression). Cette présentation analytique est aussi liée au fait que le moyen privilégié de vente de la forme actif est la salle d’enchère, contexte qui se prête à une description des marchandises sur la base de leurs propriétés. Dans la mesure où l’on attend d’eux qu’ils prennent de la valeur au cours du temps, l’argument principal de leur circulation étant une volonté d’enrichissement, la puissance marchande est positive.

25Pour conclure, la principale force de cet ouvrage est qu’il propose de construire un modèle général visant à décrire les structures de la marchandise. Celui-ci cherche à inclure l’ensemble des situations que les individus sont susceptibles de rencontrer. De plus, l’ouvrage éprouve la validité de cette théorie au travers des nombreux exemples appliqués au cas français.

26Cependant, une critique de l’ouvrage est l’ambiguïté qui existe au final dans la délimitation de l’économie de l’enrichissement. En effet, celle-ci peut reposer sur deux approches :

  • Elle serait fondée sur un découpage dans le monde des biens. Dans cette perspective, il y aurait alors un critère d’appartenance à l’économie de l’enrichissement, et une classification des marchandises serait envisageable à partir de ce critère.

  • Elle reposerait sur une attitude des agents dans leur entreprise de valorisation. Dans ce cas, toute marchandise est susceptible d’être intégrée à l’économie de l’enrichissement, pour peu que le point de vue des agents sur les objets change.

27Ces deux visions s’entrechoquent tout au long de l’ouvrage, sans qu’il y ait une distinction claire permettant de définir le contour exact de l’économie de l’enrichissement. De manière schématique, nous avons montré qu’elle reposait sur deux piliers : la mise en avant du passé et les fortes interactions entre les secteurs la constituant et qui contribuent à l’entreprise de valorisation de l’ensemble. Ces deux critères relèvent d’une combinaison des deux approches. Or, pour des travaux ultérieurs, savoir si un secteur spécifique relève ou non de l’économie de l’enrichissement semble ouvrir la voie à des controverses importantes dans la mesure où il n’y a pas de délimitation explicite. Aussi, malgré la réussite et l’importance de l’ouvrage, on pourra regretter que celui-ci ne soit pas davantage mis en perspective avec les travaux soulevant la problématique de la délimitation au sein de l’économie des conventions (Orléan, 2004) ou avec l’approche socio-technique (Callon, Méadel et Rabeharisoa, 2000). De même, l’absence de questionnement sur les régimes de coordination susceptibles de soutenir le processus de valorisation des marchandises (Eymard-Duvernay, 1989) rend la théorie de la marchandise incomplète.

Haut de page

Bibliographie

Boltanski, Luc et Laurent Thévenot. 1991. De la justification. Les économies de la grandeur. Paris, Gallimard.

Boltanski, Luc et Eve Chiapello. 1999. Le nouvel esprit du capitalisme. Paris, Gallimard.

Boltanski, Luc et Arnaud Esquerre. 2014. La « collection », une forme neuve du capitalisme la mise en valeur économique du passé et ses effets. Les temps modernes, : 5-72.

Boltanski, Luc et Arnaud Esquerre. 2016. L’énigmatique réalité des prix. Sociologie7(1) : 41-58.

Callon, Michel, Cécile Méadel, et Vololona Rabeharisoa. 2000. L’économie des qualités. Politix. Revue des sciences sociales du politique13(52) : 211-239.

Eymard-Duvernay, François. 1989. Conventions de qualité et formes de coordination. Revue économique, 40(2) : 329-359.

Gautié, Jérôme. 2008. Peut-on faire l’économie des singularités? Revue française de sociologie49(2) : 391-406.

Heinich, Nathalie. 2017. Misères de la sociologie critique. Le Débat, 197(5) : 119-126.

Lancaster, Kevin. 1966. A New Approach to Consumer Theory. Journal of Political Economy74(2) : 132-157.

Orléan, André. 2004. Analyse économique des conventions. Paris, Presses Universitaires de France.

Piketty, Thomas. 2013. Le capital au XXIe siècle. Paris : Le Seuil.

Salais, Robert et Michael Storper. 1993. Les mondes de production (enquête sur l’identité économique de la France). Paris : Editions de l’EHESS.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Gradoz, « Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise », Œconomia, 9-1 | 2019, 179-187.

Référence électronique

Julien Gradoz, « Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise », Œconomia [En ligne], 9-1 | 2019, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/oeconomia/5346

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals