Navigation – Plan du site
Varia

L’ingénieur économiste Jacques Rueff : rationalité et expérience. De l’application d’une méthode scientifique aux implications de la statistique en économie politique

Jacques Rueff, an ingénieur économiste between Rationality and Experience. From Applying the Scientific Method to the Implications of Statistics for Political Economy
Marie Daou
p. 627-653

Résumés

Cet article vise à reconstruire le discours de la méthode de Rueff. Après avoir démontré que « toutes les sciences [y compris morales] sont des sciences rationnelles » (Rueff, 1922, 4), Rueff défend l’idée que la méthode « scientifique » des sciences physiques trouve un écho dans les « sciences morales ». Il soutient ainsi l’unité méthodologique entre les sciences et s’oppose aux conceptions traditionnelles qui différencient les logiques et les méthodes d’analyse suivant le type de sciences.
Cependant, ce que Rueff entend par « scientifique » doit être précisé. De même, l’idée d’une méthodologie unique entre les sciences physiques et les sciences morales ne peut être envisagée qu’en révélant les points communs que ces dernières entretiennent.
Pour illustrer ses propos, Rueff retient comme exemple de sciences morales l’économie politique. Appliquée à l’économie, sa méthode implique le développement des statistiques qui permettent, à la fois de remplir les prérogatives assignées à cette méthode, tout en renforçant tant le caractère rationnel qu’empirique de la science économique. En effet, alors que la querelle des méthodes opposait rationalisme et empirisme, Rueff tente de concilier les deux. Il souhaite avant tout mettre sur un pied d’égalité les dimensions théoriques et empiriques de ces sciences. L’argument est fondamental puisqu’il considère que les « sciences morales ne peuvent progresser qu’en restant en contact avec le réel » (Rueff, 1969, 66).

Haut de page

Texte intégral

1Des sciences physiques aux sciences morales (1922) est un ouvrage de jeunesse de Jacques Rueff (1898-1976), écrit lors de sa dernière année de formation à l’Ecole polytechnique, lorsqu’il n’était âgé que de vingt-quatre ans. Il ne s’agit pas d’un ouvrage de sciences économiques mais d’épistémologie des sciences, qui défend l’idée que les sciences morales, ayant les caractéristiques des sciences physiques (Rueff, 1922, 90), peuvent être présentées sous une forme scientifique (ibid., 4). À travers cette thèse, c’est l’unité méthodologique entre sciences physiques et morales que Rueff soutient, s’opposant ainsi à la conception traditionnelle qui différencie les logiques et les méthodes d’analyse des sciences morales et des sciences physiques (Schutz, 1954).

  • 1 Dans son ouvrage de 1922, Rueff illustre sa thèse à partir de deux sciences morales : la morale et (...)
  • 2 Il ne s’agit pas ici du sens qu’on assigne généralement en économie à ce terme. En effet, Rueff ne (...)
  • 3 Comme le souligne Pierre Dagnelie (1982, 87), il s'agit d'une statistique qualifiée d'« administrat (...)

2L’enjeu de cet article est, d’une part de préciser l’originalité de la méthodologie présentée par Rueff – à la fois scientifique et unique à toutes les sciences (quelles soient physiques ou morales)1 – et d’autre part d’expliquer comment sa méthodologie est appliquée à l’étude des phénomènes économiques. En effet, à partir de sa méthode, Rueff cherche à réconcilier théories et faits pour renforcer tant le caractère rationnel2 qu’empirique de la science économique. Ce projet s’incarne dans un double mouvement méthodologique. D’une part, une place importante est accordée au développement des statistiques en économie. Rueff fait ici référence à la statistique en tant qu’ensemble de données numériques produites généralement par les instituts nationaux et internationaux de statistique3. Elle permet selon lui une étude scientifique des faits observés. D’autre part, Rueff souhaite démontrer que « toutes les sciences [y compris morales] sont des sciences rationnelles » (Rueff, 1922, 4) – conséquence de sa thèse de l’unité méthodologique.

  • 4 Tinbergen obtient le premier prix Nobel d’économie en 1969. Après un doctorat de physique en 1929, (...)
  • 5 Samuelson reçoit le prix Nobel d’économie en 1970. Son approche s’inspire de la physique, il a reco (...)
  • 6 Stiglitz rejoint l’université d’Amherst (Massachusetts) en 1960 avec comme spécialité la physique.  (...)

3Cette référence aux sciences physiques pour étudier les sciences morales n’est pas propre à Rueff, bien sûr, et elle est déjà ancienne quand Rueff publie son ouvrage. Dans le champ de l’économie et des sciences morales, elle remonte aux physiciens et mathématiciens qui témoignèrent d’un intérêt pour ces domaines. Daniel Bernouilli, par exemple, appliqua les statistiques aux comportements humains et fut à l’origine de l’une des premières formalisations de l’utilité. Plus récemment, à la fin du XXe siècle, des physiciens insatisfaits par les approches économiques traditionnelles ont eu recours à la physique pour expliquer les phénomènes économiques. Tel est le cas d’Emmanuel Farjoun et Moshe Machover (1983) qui mettent en évidence que les sciences physiques sont capables de faire des prévisions sur les comportements macroscopiques d’ensembles alors que, vus localement, ils apparaissent aléatoires et chaotiques. Par ailleurs, des économistes renommés tels que Jan Tinbergen4, Paul Samuelson5 ou Joseph Stiglitz6 – tous trois Prix Nobel d'économie – ont étudié la physique avant de compléter leur formation par de l'économie. À une échelle historique plus large, Philip Mirowski ([1989] 2001, 427) a montré comment les économistes marginalistes puis « néo-classiques » ont importé des éléments de la physique – concepts, calculs mathématiques et lois – en sciences économiques, soulignant ainsi « le rôle et l’influence des sciences de la nature sur le contenu et la structure de la tradition orthodoxe en économie » (ibid., xii).

  • 7 Voir note 2.

4Cependant, le projet de Rueff ne s’intègre pas bien au mouvement historique décrit par Mirowski (ibid.). En effet, Rueff ne cherche pas tant à introduire de la physique dans les sciences morales qu’à placer les sciences physiques et morales sur un pied d’égalité (notamment à partir d’une méthodologie unique). Ainsi, tandis que l’histoire proposée par Mirowski présente la théorie économique néoclassique comme un « simulacre de la physique du milieu du XIXe siècle » (ibid., xxii-xxiii), Rueff, pour sa part, prétendait établir « que la construction d’une [...] théorie [rationnelle7 et complète de l’économie politique] est possible » (Rueff, 1922, 143) et que pour cela, il est nécessaire d’appliquer les méthodes des sciences physiques aux sciences économiques.

  • 8 Ce terme est mentionné pour la première fois par Eugène Stanley en 1995, lors d’une conférence de p (...)

5Les enjeux liés à l’interconnexion entre les sciences physiques et les sciences économiques sont de nouveau d’actualité comme l’illustre le développement récent de l’éconophysique8. Cette discipline se propose de résoudre des problèmes économiques à partir des méthodes, outils et théories développées pour expliquer les phénomènes physiques complexes (principalement ceux relevant de la physique statistique). Les banques centrales et les sociétés d’investissement ont particulièrement tiré profit du développement de cette discipline (Mantegna et Stanley, 1999 ; McCauley, 2004 ; Kleinert, 2004 ; Chakrabarti et al., 2006 ; Garibaldi et Scalas, 2010). De même, le projet européen Complexity Research Initiative for Systemic Instabilities (2011) a mobilisé les compétences d'économistes, de physiciens et d’informaticiens pour mieux modéliser et prévenir les crises. Un tel projet montre que la mise en commun des méthodes et concepts de plusieurs disciplines permet de faire progresser la science économique. En ce sens, Rueff fait figure de précurseur en saisissant les enjeux relatifs à la confrontation et à l’alliance de ces disciplines. Dès 1922, il cherche à montrer que les systèmes économiques ne sont pas fondamentalement différents des systèmes physiques et que, par conséquent, les outils et les méthodes de la physique peuvent être appliqués en économie.

  • 9 Le texte de Neurath a fait débat au sein du Cercle de Vienne. En effet, le Cercle ne constituait pa (...)

6La thèse de l’unité méthodologique, qui constitue l’objet de cet article, a été peu discutée par la littérature secondaire. Claassen (1967) voit en elle un écho à la thèse du Cercle de Vienne. Pour notre part, la thèse rueffienne s’en distingue, à la fois par sa précocité et sa singularité. En effet, contrairement à Neurath qui, dans « Unified Science and Psychology » (1932), prévoit une science unitaire « physicaliste », reposant sur un langage unique entre les sciences et purifié de tout terme métaphysique9, Rueff inscrit son projet à une toute autre échelle. Il ne s’intéresse pas tant à un langage commun mais à une méthodologie unique, qui permettrait une étude plus scientifique des phénomènes.

7Ce que Rueff entend par « scientifique » doit être précisé, mais avant il faut étayer la perspective, le contexte et les enjeux dans lesquels cette thèse de l’unité méthodologique émerge dans l’esprit de Rueff (Section 1). Puis, c’est en étudiant les points communs entre les sciences physiques et les sciences morales que nous comprendrons mieux ce que Rueff entend par « scientifique » et que l’application d’une méthodologie unique à ces deux sciences sera envisageable (Section 2). Plus précisément, il s’agit de montrer que la méthode des sciences physiques, à laquelle Rueff se réfère, a pour modèle la géométrie et la physique, et que son application à l’économie impose l’utilisation de l’outil statistique avec précaution (Section 3) comme cela est le cas dans son étude du phénomène du chômage (Section 4).

1. Contexte et mise en perspective de l’œuvre de jeunesse de Rueff

8Avant même de détailler ce que Rueff conçoit, d’une part par unité entre les sciences physiques et les sciences morales et, d’autre part, par méthodologie « scientifique » en économie, il est nécessaire de préciser les événements biographiques, intellectuels et contextuels qui l’ont amené à développer ces idées, mais aussi les enjeux qui y sont liés.

  • 10 Cette dimension sociale apparaît dans les réflexions saint-simoniennes (puis fouriéristes) qui ont (...)
  • 11 L’économie en tant que discipline à part entière est enseignée à l’Ecole Polytechnique à partir de (...)
  • 12 Au sens entendu en économie avec notamment la mise en place de processus de rationalisation visant (...)

9 Ingénieur et polytechnicien de formation, Rueff ne se destine pas à une carrière d’économiste. Cependant, la formation qu’il acquière à l’Ecole polytechnique est singulière : à la fois tournée vers les sciences physiques mais aussi complétée et mise en perspective par des enseignements de sciences morales. Cela n’est pas surprenant, puisque, comme le met en évidence Antoine Picon (2007), depuis les Lumières, un lien a été établi entre progrès matériel et moral. C’est en ce sens que l’Ecole polytechnique a « reconnu depuis longtemps que le métier d’ingénieur nécessitait une familiarité avec les idées économiques » (Porter, 1995, 57-58). Certains ingénieurs, issus de l’Ecole polytechnique, ont notamment été producteurs d’idéologie et ont approfondi des réflexions sur le « rôle social de l’ingénieur » (Chatzis, 2009)10. Et même si, pendant la Restauration, l’Ecole polytechnique opère une refonte de son programme scolaire avec un enseignement plus généralisé et plus théorique « l’impératif pratique est resté puissant » (Porter, 1995, 67). Cela se traduit notamment par l’introduction de nouveaux cours tels que l’arithmétique sociale qui « témoigne [...] de la préoccupation de longue date des ingénieurs français pour les questions économiques » (ibid.)11. Par ailleurs, le lien entre ingénierie et économie est tel que l’Ecole polytechnique est l’institution par excellence qui forme les ingénieurs au service de l’Etat et de ses administrations. Ces ingénieurs ont acquis une légitimité d’action mais aussi un pouvoir social et administratif importants (Picon, 2007 ; Shinn, 1980). Ainsi, dans les structures politiques de la Troisième République (1871-1940), la politique traditionnelle a été remplacée par une gestion rationnelle12 reposant sur la science et la technologie (ibid.). Michel Armatte précise d’ailleurs que les ingénieurs ont appliqué

à l’économie, cette « performativité » des sciences modernes [qui] oblige à considérer simultanément les aspects académiques de cette science (objets, outils cognitifs, principes, lois), les aspects technologiques et sociaux qui en font une ingénierie (dispositifs de mesure et d’évaluation, dispositifs de régulation par incitation ou règlements, institutions), ainsi que les aspects politiques qui sont sous-tendus par le jeu entre compétition et coopération, ou encore par le mode de partage social de l’expertise technique, plus ou moins démocratique, qui caractérise l’articulation entre science et société. (Armatte, 2011, 105)

  • 13 Contrairement à la plupart des élèves de l’Ecole Polytechnique, Rueff ne poursuit pas ses études pa (...)
  • 14 Ses attributions ne sont pas sans lien avec la sensibilité particulière qu’il éprouve pour l’économ (...)

10 Rueff s’inscrit dans cette tradition de l’ingénierie au service de l’Etat et des politiques, puisqu’à sa sortie de l’Ecole de polytechnique, il intègre la fonction publique et commence sa carrière de haut fonctionnaire13 dans l’inspection des finances. Il est également chargé par la suite de missions au cabinet du Ministre des Finances Raymond Poincaré dans les années 1920, puis sous-gouverneur de la Banque de France dans les années 193014.

  • 15 Le programme d’économie de l’Ecole Polytechnique est radicalement différent de celui enseigné à l’u (...)

11 En outre, en tant qu’ingénieur de formation, son approche est différente de celle des économistes issus du système universitaire15. En effet, Rueff traite les phénomènes économiques comme s’il s’agissait de phénomènes physiques. Comme le souligne Theodore Porter (1995, 55), la frontière entre l’économie et la physique n’a pas toujours été très nette ; le fossé entre les deux a notamment été réduit au cours du 19e siècle suite à l’importance qu’occupait la physique dans les moteurs thermodynamiques, puis électriques. Porter insiste notamment sur le fait qu’au :

début du siècle, les relations entre les idées thermodynamiques et économiques pouvaient être très étroites. Chacun utilisait les concepts de l’autre. L’économie n’était en aucun cas simplement parasite de la physique ; les idées économiques et physiques ont grandi ensemble, partageant un contexte commun. (ibid.)

  • 16 La thermodynamique est considérée comme la science de l’équilibre des grands systèmes et où, d’un « (...)
  • 17 Cette idée sera illustrée prochainement (Section 4).
  • 18 Avant Colson, les cours d’économie à l’Ecole Polytechnique étaient enseignés par des non-ingénieurs (...)
  • 19 On retrouve cette tradition statistique en économie, dès 1830 en Angleterre, avec des auteurs tels (...)

12Cette tradition apparaît également chez Rueff, notamment dans son article de 1925, « L’économie science statistique », où il opère, par de fréquentes analogies à la thermodynamique16 et à la physique statistique (qui mobilise la loi des grands nombres), à des rapprochements entre l’économie et la physique. Cela est particulièrement le cas lorsque Rueff souligne la régularité et le caractère macroscopique et statistique des phénomènes économiques17. Ce caractère statistique des phénomènes économiques est déjà présent dans la pensée économique de Clément Colson, ancien polytechnicien et professeur d’économie politique de Rueff à l’Ecole polytechnique18. Ce dernier insiste sur le recours aux faits statistiques permettant, selon lui, de rester proche des faits réels19.

  • 20 Ancien élève de l’Ecole Polytechnique, il ne rejetait pas le travail de Léon Walras et de Vilfredo (...)

13 Comme le souligne Porter (1995, 135) Colson dénonce l’approche mathématique en économie : les auteurs qui se sont contentés de raisonner de manière déductive et mathématique « se sont souvent complètement écartés des faits réels dans leurs théories les plus ingénieuses » (Colson, 1907-1910, 39). Cette thèse est déjà présente bien plus tôt chez le mathématicien Hermann Laurent20. Porter (1995) précise ainsi que

les mathématiques ne pourraient élever l’économie à une véritable science que si elle était étroitement liée à l’étude de la réalité empirique. Cela impliquait pour [Herman Laurent] une attention particulière aux statistiques : une économie sans statistiques est comme une physique sans expériences. (ibid., 70).

  • 21 Newcomb a notamment écrit un traité d’introduction à l’économie politique qui, comme dans l’article (...)
  • 22 Le calcul économique occupe une place centrale dans les travaux des ingénieurs français de cette pé (...)

14Il en est de même pour l’astronome et mathématicien Simon Newcomb qui « était un admirateur de l’économie politique » et, à l’image de Rueff, était « favorable à ce qu’on la rende plus scientifique » (ibid., 71)21. Newcomb « n’a pas utilisé le calcul de base mathématique indispensable à l’économie marginaliste [en insistant] sur le fait qu’une économie fructueuse devait être étroitement liée aux statistiques » (ibid.). Plus généralement, selon Porter, les ingénieurs de cette période étaient finalement peu réceptifs à l’économie mathématique, non par manque de compréhension des mathématiques, mais parce qu’ils « étaient incapables de voir l’intérêt d’une économie purement théorique » (ibid.). Notamment, les ingénieurs français considéraient que l’économie classique était « trop impraticable, trop qualitative, trop dogmatique. … Ils cultivaient leur propre tradition économique pratique » (ibid. 58). Ils avaient recours à l’économie, non pas par pur intérêt de recherche mais, au contraire, pour faciliter les décisions économiques et administratives (ibid., 72)22.

  • 23 Cet élément sera précisé prochainement (Section 2).

15 Toutefois, Rueff va plus loin que Colson dans cette approche à la fois rationnelle et empirique de l’économie. En effet, la thèse de l’unité méthodologique dans les sciences n’était en rien évidente en 1922, comme en témoigne le scepticisme de Colson (1922, xx) : « je me suis laissé aller à douter que la complexité des faits sociaux permette cette application. Heureux de rencontrer plus de foi chez un de ceux à qui j’ai tenté de donner un trop rapide aperçu de notre science ». Les doutes quant à l’applicabilité d’une méthode unique aux sciences physiques et morales résident principalement dans leur nature distincte23. Cependant, Rueff veut dépasser cette limite en présentant non pas ce qui les distingue mais, au contraire, ce qui les rapproche (autrement dit, leurs points communs).

  • 24 Rueff a souvent dénoncé le socialisme et le communisme dans ses écrits (Rueff, 1922, 187-188 ; [194 (...)
  • 25 Hayek place l’Ecole Polytechnique à la « source de l’orgueil scientiste » (Hayek, 1941, [1952] 1955 (...)
  • 26 Comme le souligne Porter (1995,142) « une discussion informelle dans un contexte d'expérience parta (...)
  • 27 Voir note 2.

16 Les enjeux sous-jacents à cette thèse de l’unité méthodologique d’une part, et à cette vision « scientifique » des sciences morales d’autre part, sont importants. Rueff écrit son discours épistémologique pendant l’entre-deux guerres ; il s’agit d’une période où l’Europe connaît des désordres économiques et des renversements idéologiques (tels que la montée du fascisme et du communisme24). Dès lors, sa thèse de l’unité méthodologique semble s’inscrire dans une volonté de lutter contre des régimes et des idéologies représentant, pour lui, une menace pour la liberté. Ainsi, bien que critiquable et n’étant pas sans limite (Hayek, 1941 ; [1952] 1955, 105-11125), le renforcement du caractère scientifique des sciences morales et notamment de l’économie apparaîtrait comme une nécessité et surtout un moindre mal. De même, il s’agit aussi d’une période où l’autorité des institutions traditionnelles est mise en cause. Tel est le cas du Conseil Général des Ponts et Chaussées26 qui, initialement chargé d’informer, de sensibiliser et d’éclairer les pouvoirs publics, a vu son autorité être balayée depuis la fin de la première guerre mondiale. Ainsi, on peut penser que Rueff, en cherchant à bâtir une économie plus scientifique, réhabiliterait cette légitimité et autorité perdues. Construite à l’image de la physique, l’économie serait alors considérée comme une « science rationnelle27 », répondant à la « logique formelle » et utilisant la méthode « scientifique » (Rueff, 1922, 4). Ce faisant, elle apparaîtrait non seulement plus objective, mais surtout, engendrerait des décisions économiques qui relèveraient de la science et non plus de l’idéologie et de la tradition (synonyme pour Rueff d’arbitraire).

2. Sciences physiques et sciences morales, des natures différentes mais soumises à une même « machine à raisonner » et à une « méthode scientifique »

17Rueff est parfaitement conscient des différences de nature et d’objet entre les sciences physiques et les sciences morales. Selon lui, les sciences physiques étudient les faits se trouvant dans la nature, donc extérieurs à l’individu, alors que les sciences morales s’intéressent aux réactions psychologiques des agents et ont donc un caractère fondamentalement humain. Cette distinction faite par Rueff est illustrée par Schultz :

  • 28 Cette idée est également soulignée par Sombart (1930) et Albert (1964, 40) qui opposent, à la métho (...)

On a toujours affirmé que les sciences sociales avaient leur propre langage caractérisé par une conceptualisation individualisante qui recherche des propositions singulières et affirmatives, tandis que les sciences naturelles sont nomothétiques, caractérisées par une conception généralisante qui recherche des propositions apodictiques. [...] Il reste établi en général que le domaine des sciences naturelles est celui des objets et processus matériels, tandis que les sciences sociales s’étendent aux domaines psychologiques et intellectuels : pour cette raison, il s’agit dans le premier cas d’expliquer et dans le second de comprendre. (Schutz, 1954, 257)28

Cette différence est à l’origine d’une difficulté propre aux sciences morales : « Les faits moraux ou économiques sont mêlés à tous nos intérêts, à toutes nos passions, et ce sont là des conditions peu favorables à leur étude scientifique » (Rueff, 1922, 92). Cette difficulté s’applique tout particulièrement à l’économie :

Pour suivre dans son enchaînement la succession des phénomènes [ceux issus des réactions psychologiques], il faudrait à l’économiste toute la subtilité d’un psychologue ; il lui faudrait saisir dans ses nuances fugitives, dans ses associations incertaines, la vie consciente des individus et renoncer à enfermer, en de rigides formules impersonnelles et générales, des réactions qui participent à l’infinie diversité de la pensée humaine. (Rueff, 1925a, 475)

Pour autant, Rueff refuse toute distinction de logique suivant le type de science et s’inscrit comme précurseur de l’unité méthodologique.

  • 29 La « logique formelle » est qualifiée par Rueff de « machine à raisonner sur des propositions » (ib (...)

18 Au-delà de leurs différences, les sciences morales « présentent tous les caractères des sciences dites physiques » (Rueff, 1922, 90). Rueff considère en effet que l’étude des phénomènes, quel que soit le domaine étudié, mobilise une seule et même « machine à raisonner » (ibid., 12). L’objet est alors de produire des théories répondant à la logique formelle : « il n’y a pas une science, mais des sciences, qui toutes emploient le même outil sous l’une de ses deux formes, logique formelle ou analyse29 » (ibid., 90).

  • 30 « Rationnelle » s’oppose ici à empiriste. Il ne s’agit pas tant de trouver la connaissance dans l’e (...)
  • 31 Pour Rueff, la science n’est que la création des causes. Les explications scientifiques sont « créé (...)

19 L’objectif de Rueff n’est ni de « modifier les sciences morales pour les plier à la forme scientifique » (ibid.), ni d’« exposer une théorie rationnelle et complète de l’économie politique », mais de « montrer que la construction d’une telle théorie est possible » (ibid., 143). Cette démonstration repose sur deux éléments : le premier (qui vient d’être cité) fait référence à la place centrale donnée à la logique formelle dans chacune de ces sciences ; le second est le rôle particulier donné à l’expérience qui permet à la fois de vérifier la théorie mais aussi de la construire. De ces deux éléments, Rueff distingue deux branches. La première branche est celle rationnelle30, qui s’intéresse à l’explication des phénomènes et consiste en la création des causes31. La seconde branche est celle empirique, consacrée à l’observation et à la vérification empirique via la statistique.

20 En tant qu’ingénieur, cette distinction entre branche rationnelle et branche empirique faite par Rueff peut paraître surprenante. En effet, on associe l’ingénieur à l'action, autrement dit à la construction d’œuvres concrètes : des ponts, des barrages, etc. et ensuite seulement, lorsque cela est nécessaire, à la production d’un savoir. Par conséquent, bâtir des lois générales et les vérifier par des tests empiriques, importent peu à l’ingénieur, puisque son savoir est avant tout conditionné par l’action. Or, en distinguant la branche rationnelle de celle empirique et en considérant que ces deux branches jouent pleinement dans la construction d’un savoir économique, Rueff prend le contre-pied de cette tradition des ingénieurs qui font de la mécanique industrielle et/ou ont fait une école d’application.

  • 32 Sur la formation dispensée dans ces établissements au XVIIIe siècle, voir Chatzis (2010).

21 En effet, la démarche de Rueff apparaît singulière et c’est en ce point que s’explique l’originalité des thèses méthodologiques qu’il défend. En ce sens, Rueff s’inscrit seulement dans l’ « esprit polytechnicien » décrit par François Vatin (2008, 132). L’ « esprit polytechnicien » voit dans « cette école prestigieuse, conçue à la fin du XVIIIe siècle alors que triomphait la science newtonienne », l’ « ombre de Lagrange et de son élégante « mécanique analytique », [...] celle de Laplace et de son si complet « système du monde », qui permettaient de concevoir dans l’équilibre cosmique la figure idéale d’un ordre mathématique applicable aux hommes comme aux choses » et a ainsi « assurément durablement marqué des générations d’ingénieurs » (ibid.). L’Ecole polytechnique constitue une « antichambre théorique » où finalement, comme le souligne Konstantinos Chatzis (2009), le polytechnicien est exposé « à de hautes doses de mathématiques et de mécanique théorique ». Il est enseigné « aux futurs ingénieurs des connaissances scientifiques, donc universelles, ainsi que des outils et des méthodes généraux, les seuls capables, grâce justement à leur degré de généralité la plus élevée possible, de pouvoir être mobilisés dans une pluralité (infinie) de contextes pratiques » (ibid.). Néanmoins, cette mobilisation pratique n’est assurée que par les écoles d’application qui permettent la spécialisation32. Or Rueff, n’a pas fait d’école d’application. Ainsi, à l’opposé des ingénieurs issus des Ponts ou des Mines, Rueff n’a ni « les pieds dans la glaise », ni « les mains au charbon » (pour reprendre les termes de Vatin, 2008). Pour autant, bien que l’action ne conditionne pas nécessairement le savoir chez Rueff, son approche de l’économie n’est pas purement théorique, elle accorde au contraire une place centrale à l’expérience et à l’observation.

  • 33 Pour Rueff, cela ne vaut que pour les lois et théories qui ont été testées empiriquement et sont vé (...)

22 En effet, Rueff veut faire place à la fois à une science théorique, formelle et déductive mais aussi empirique, c’est-à-dire ne négligeant pas les faits et dont les enjeux sont avant tout pratiques. Ainsi, pour Rueff, les théories économiques ont un aspect à la fois informatif mais aussi pratique comme cela est le cas en sciences physiques. Toutefois, à la différence des sciences physiques – qui ont la capacité de prévoir de manière quasi-certaine –, la science économique est moins certaine, mais sa visée pratique n’en reste, pour Rueff, pas moins effective. Ainsi, les lois et théories en économie constituent une aide à la décision et servent de support à l’élaboration de politiques économiques et à la réalisation d’objectifs administratifs33.

23 Dans ce domaine, l’articulation entre les deux branches est la suivante. D’un côté, la branche empirique permet la validation par les faits des théories élaborées par la branche rationnelle ; c’est pour Rueff, un élément essentiel pour garantir l’efficacité de la politique établie. De l’autre, la branche empirique peut intervenir dans la découverte des phénomènes, puisqu’avant même d’arriver à la vérification empirique des lois et théories, encore faut-il les élaborer en dégageant des rapports constants issus de l’observation et qui serviront, ensuite, de support à l’élaboration des théories et donc à la branche rationnelle.

  • 34 On entend ici par rationalité l’idée d’une théorie logiquement cohérente.
  • 35 Carnap (1934) reprend dans une certaine mesure la distinction rueffienne mais sous une autre dénomi (...)

24 Cet équilibre complexe, entre rationalité34 et expérience, donne lieu à la distinction entre l’euclidien et le non-euclidien35 (Frobert, 2010 ; Daou, 2017a) – des notions issues de la géométrie que Rueff transpose en sciences morales :

[T]outes [les sciences] utilisent une méthode rigoureusement unique, la méthode scientifique, dont la géométrie nous fournit le type. Toutes les sciences sont des sciences rationnelles – comme la géométrie – et puisqu’il y a analogie profonde entre les sciences morales et les autres sciences, rien n’empêche qu’on expose la morale et l’économie politique sous une forme rigoureusement scientifique. (Rueff, 1922, 4)

Pour Rueff, les théories non euclidiennes constituent des édifices parfaitement logiques mais dont les conclusions sont invalidées par les faits. Quant aux théories euclidiennes, ce sont également des édifices parfaitement logiques, mais qui sont vérifiées par les faits. Cette distinction, centrale pour Rueff, est précisée de la manière suivante :

[C]e n’est pas entre vues théoriques et solutions pratiques qu’il y a lieu de distinguer, mais entre théories vraies, qui rendent compte avec précision des apparences sensibles et, nous renseignant sur les lois de leur enchaînement, permettent d’en modifier le cours – et doctrines fausses ou incertaines, parce qu’infirmées par les faits ou exprimées en termes trop vagues pour être utilement soumises à leur épreuve. (Rueff, 1927, 25)

Pour Rueff, ceci est également fondé en économie où :

Le politique et le praticien resteront impuissants s’ils n’ont acquis, dans le contact des faits, la théorie vraie qui permet de les comprendre … pour qu’une théorie puisse être pour l’action le guide efficace et sûr que nous venons d’évoquer, il faut qu’elle soit « vraie », au sens où peut l’être une théorie physique, autrement dit que ses conséquences se trouvent confirmées par toutes les propriétés du réel. (ibid., 24)

25 Pour résumer, selon Rueff, il est nécessaire en économie d’avoir une théorie vraie / euclidienne (si on reprend ses termes) car la théorie sert de fondement à l’action : « Si l’on veut appuyer une politique concrète sur une théorie économique, il faut au préalable s’assurer que, dans les conditions où l’on envisage de l’appliquer, la théorie est « euclidienne », c’est-à-dire valable et efficace » (Rueff, 1969, 33). Cette distinction entre théorie et action renforce la complémentarité qui existe, selon Rueff, entre la branche rationnelle de l’économie (qui renvoie à la théorie) et la branche empirique (qui se réfère à l’expérience).

26 Cependant, le discours de Rueff de 1922 est encore très théorique ; il ne précise pas comment concrètement la liaison s’opère entre d’une part ces deux branches et d’autre part les deux types de théories (euclidiennes et non euclidiennes). Son article de 1925, « L’économie, science statistique », dépasse cette limite.

3. La « statistisation » de l’économie ou le renforcement de son caractère rationnel ?

  • 36 La nécessité pour Rueff d’introduire la statistique en économie n’apparaît pas dans la première édi (...)
  • 37 Ceci est notamment le cas dans ses écrits sur le chômage (Rueff, 1925b ; 1931) et dans son ouvrage (...)

27Rueff (1922, 92) souligne que si les « lois [en sciences morales] nous paraissent incertaines, c’est qu’on les considère trop souvent d’un point de vue purement subjectif ». Dès lors, il faut réintroduire une certaine objectivité dans leur traitement. C’est le rôle qu’il assigne à la statistique dans son article de 192536. Il voit en elle, à la fois l’élément permettant à l’économie de se rapprocher du caractère empirique de la physique, et le moyen d’intégrer la rationalité et l’objectivité qui caractérisent les sciences de la nature. La statistique permet à Rueff de faire le pont entre la branche empirique et la branche rationnelle ; elle vérifie ainsi le caractère euclidien ou non d’une théorie. La statistique sert également de support à la découverte de nouvelles lois en économie tout en testant les hypothèses et théories qui expliquent les phénomènes observés37.

  • 38 Rueff ne se réfère pas ici à Marshall (1890) où le comportement moyen est celui d’un agent représen (...)

28 Pour Rueff, la statistique permet d’exprimer en des lois économiques relativement rigoureuses le comportement économique des individus. Elle peut en effet établir de nouveaux faits, qui sont eux-mêmes aux fondements de nouvelles lois et théories. Ainsi, malgré l’imprévisibilité des comportements individuels, l’économiste mettrait en évidence, au moyen de la statistique – c’est-à-dire de l’utilisation d’une « approche globale » (ou « globalisante ») des phénomènes économiques – des relations de corrélation et des comportements économiques moyens, pouvant alors être traduits en des lois générales38. Rueff précise d’ailleurs que « les faits économiques ne sont jamais le produit de réactions individuelles considérées isolément. Il n’y a pas plus d’économie politique de l’individu que de thermodynamique de la molécule. » (Rueff, 1977, 40). Effectivement, même si l’on ne sait pas comment réagit chacune des molécules prises isolément, on sait que, parmi toutes ces molécules, une proportion bien déterminée se comportera de telle ou telle manière. Pour Rueff, ce constat est applicable à l’étude des comportements humains et principalement économiques. Ainsi, même si nous ne savons pas comment réagit un individu pris isolément, nous pouvons quand même déduire des lois générales : « C’est le phénomène global, et lui seulement, qui semble obéir à des lois constantes, alors que reste imprévisible la multitude des actions élémentaires qui concourent à le former » (Rueff, 1925a, 476). Ces lois générales issues de la statistique répondent au principe des grands nombres : « [c]’est en ce sens que l’on doit considérer les phénomènes statistiques c’est-à-dire comme la résultante d’un grand nombre de phénomènes inconnus dont nous observons seulement les manifestations moyennes » (ibid., 479). Par ce raisonnement, nous assistons chez Rueff à une nouvelle distinction s’opérant, non plus au niveau des théories ou des branches de l’économie, mais au niveau des phénomènes eux-mêmes. Ainsi, les comportements individuels (pris à part) ne seraient pas pertinents pour constituer la science économique, tandis que les comportements moyens, révélés par la statistique, le seraient.

  • 39 Rueff précise dans la réédition de son ouvrage de 1922 que : « C’est en 1929 que [[...]le] projet f (...)

29 Ce rôle particulier donné à la statistique en économie connaît un prolongement avec la création d’une société d’économétrie dans les années 1930, à laquelle Rueff prend part à la demande de Ragnar Frisch, son initiateur39. L’objectif de cette société était de réunir dans une même association les tenants d’une économie, dont les principes seraient mis à l’épreuve des faits, et donc confrontés voire sanctionnés par eux. Ce projet se concrétisa par la naissance de la Société Internationale d’Econométrie dont le manifeste paru dans le premier numéro de son bulletin (Econometrica) en janvier 1933, et qui donne, selon Rueff, « une sanction décisive et une confirmation éclatante aux vues méthodologiques exprimées dans ‘Des sciences physiques aux Sciences morales’ » (Rueff, 1969, 16) comme l’illustre l’extrait suivant de la réédition de son ouvrage de 1922 (ibid.) :

[Le] principal objet [de la Société Internationale d’Econométrie] est de promouvoir les études tendant à l’unification des recherches quantitatives, théoriques et empiriques, sur les problèmes économiques, à la condition qu’elles soient inspirées d’une pensée constructive rigoureuse analogue à celle qui domine dans les sciences de la nature. (cité dans Econometrica, 1933)

30 Cette approche de l’économie que Rueff soutient, où les statistiques auraient un rôle central, n’est pas sans limite : « aucune dose d’information statistique, si complète et exacte soit-elle, ne peut par elle-même expliquer les phénomènes économiques » (Rueff, 1933). Rueff est parfaitement conscient de cette limite ce qui le conduit à mettre en garde contre une utilisation des statistiques sans précaution. Il développe trois arguments pour expliquer cette limite.

  • 40 La littérature contemporaine utilise plus communément le terme de « théories ad hoc » (König, 1973) (...)
  • 41 Nous renvoyons le lecteur au rôle donné par Rueff aux conventions dans l’élaboration de la connaiss (...)

31 Le premier réside dans le fait que les lois qui émergent de la statistique en économie sont « par essence des lois limites40 » (Rueff, 1925a, 483), en ce sens où elles sont « d’autant plus vraies que les conditions auxquelles elles ont été établies sont mieux réalisées » (ibid., 482). Cela s’explique, d’une part par le caractère humain des faits économiques qui rend les conditions constamment changeantes41 et, d’autre part, par le fait qu’il est nécessaire que toutes les hypothèses qu’exige l’emploi du calcul des probabilités se trouvent réalisées (ibid., 483). Pour illustrer son propos, Rueff cite un exemple issu de la physique, la loi de Mariotte. Cette dernière s’énonce comme suit : à une même température, le produit du volume d’une certaine masse de gaz par sa pression est constant. Cette loi n’exprime en réalité qu’imparfaitement les phénomènes observés, mais elle est d’autant mieux vérifiée pour un gaz donné si la température est élevée et la pression faible car, dans une telle situation, les molécules sont éloignées le plus possible les unes des autres. En d’autres termes, pour des gaz constitués de molécules très éloignées les unes des autres et n’exerçant entre elles aucune action réciproque (excepté dans le cas de chocs), autrement dit pour des gaz dit « parfaits », la loi de Mariotte est vérifiée – en termes rueffien, nous dirions qu’elle est parfaitement « vraie » : elle est donc euclidienne. Néanmoins, dans la réalité, de tels gaz n’existent pas mais les caractéristiques des gaz les approchent de cette loi ; ainsi, la loi de Mariotte « ne donne des phénomènes qu’une idée imparfaite, [mais] en exprime toujours le sens et rend ainsi de grands services pratiques » (ibid. 483).

32 La même chose existe en économie où la présence de lois limites ne diminue pas leur pertinence. Là encore, la référence à la physique est directe, Rueff faisant appel « au démon de Maxwell », soit une expérience imaginée par le physicien James Clerk Maxwell en 1871 afin de montrer que la seconde loi de la thermodynamique (aussi appelée principe de Carnot, synonyme d’une irréversibilité des échanges thermiques) n’est vraie que dans le cadre d’un raisonnement statique. Le démon, en jouant le rôle de régisseur des phénomènes, introduit de la dynamique et rend la loi de la thermodynamique invalidée :

  • 42 Maxwell réalise l’expérience suivante : il imagine une boîte contenant un gaz avec deux compartimen (...)

[S]i le démon de Maxwell est plus facilement réalisable en économie politique qu’en physique les exceptions apparentes auxquelles il donne lieu ne diminuent en rien la portée des lois statistiques que l’on a pu découvrir ; elles sont et restent vraies toutes les fois que se trouvent réalisées les conditions dans lesquelles elles ont été établies. (ibid., 485)42

  • 43 Cette problématique des limites de la statistique abordée par Rueff fait écho à la Methodenstreit q (...)

33 Le second argument de Rueff à propos des limites de l’utilisation des statistiques repose sur l’idée que le recours à la statistique n’est pas suffisant en soi pour « faire science », Rueff (1927, 22) cite Poincaré : « une statistique, quelle que soit sa valeur, n’est que l’image d’un fait et une accumulation de faits n’est pas plus la science qu’un tas de pierres n’est une maison » (Poincaré, 1902, chap. 9). Pour Rueff, le danger est de considérer la statistique comme une fin en soi ; au contraire, il est important pour lui d’avoir recours, en plus de l’outil statistique, à l’analyse économique43. Son étude du chômage illustre cette idée. Rueff ne se contente pas seulement de la mise en évidence de l’existence d’une relation statistique entre plusieurs variables mais, au contraire, pénètre au cœur du phénomène et cherche à l’expliquer et à en donner les causes.

34 Et enfin, le troisième argument réside dans le fait que le progrès de la science économique est, selon Rueff, dépendant de l’amélioration de la science statistique. Il considère en effet, qu’à l’heure actuelle, « ce qui caractérise toujours les statistiques existantes, même les meilleures d’entre elles, c’est d’avoir été établies pour elles-mêmes, non en vue d’une certaine fin » (Rueff, 1927, 23). Ainsi, « [l]orsqu’elles auront été adaptées à leur objet, lorsqu’on se sera rendu compte qu’ici comme dans les autres sciences c’est avec un objectif bien déterminé qu’il faut observer, non pour décrire un fait mais pour découvrir un phénomène, elles seront grandement améliorées et à coup sûr plus fécondes » (ibid.).

4. Application et illustration de la méthodologie de Rueff à travers l’étude du phénomène du chômage

35Malgré les limites de l’utilisation des statistiques, Rueff considère que l’outil statistique reste une variable clé de l’économie. C’est précisément en rapprochant des séries statistiques (en les liant et en les comparant) que l’économiste fait émerger des principes généraux. Cependant, il ne suffit pas pour Rueff de mettre en évidence les liaisons. Il faut aussi pénétrer à l’intérieur du mécanisme, voir ce qui le rend inévitable et constant. C’est de là que la théorie émergera : « pour comprendre il ne faut plus se borner à la liaison observée entre le premier et le dernier rouage de la machine, mais rechercher le mécanisme interne qui la rend inévitable et faire ainsi la « théorie » du phénomène » (Rueff, 1927, 24). Là est précisément, selon Rueff, le rôle de la branche rationnelle.

  • 44 Cet énoncé n’est pas sans rappeler celui de la courbe de Phillips (Phillips, 1958). Cependant, les (...)

36 Les écrits ultérieurs de Rueff (1923, 1925b, 1927), tous portant sur des phénomènes économiques, illustrent l’utilisation et l’application de cette méthodologie. Cela le conduit notamment en 1925, à mettre en évidence l’existence d’une relation constante et significative entre les variations de la proportion de chômeurs et les variations du rapport de l’indice des salaires sur l’indice des prix de gros, autrement dit la relation entre taux de chômage et salaire réel (Rueff, 1925b, 1931)44. Sa théorie du chômage a déjà été étudiée par la littérature secondaire (Prat, 2013 ; 2015 ; Lutz, 2015) et notamment sous le prisme de sa méthodologie scientifique de 1922 (Daou, 2018). Il s’agit ici seulement d’en présenter les principaux aspects afin d’illustrer le poids de cette méthodologie dans l’étude des phénomènes économiques et dans l’élaboration des théories chez Rueff.

37 Le point de départ de l’analyse du chômage de Rueff est la forte augmentation, en Angleterre, du nombre de chômeur entre 1919 et 1921. Pour Rueff, il est évident qu’: « il est impossible d’admettre qu’un phénomène aussi caractérisé que celui-ci ait pu prendre brusquement naissance, en un même instant, dans toutes les branches de l’activité industrielle et en toutes les parties du Royaume-Uni, sans avoir été provoqué par une cause générale, elle-même bien caractérisée » (Rueff, [1925b] 1979, 220). Pour établir cette « cause générale » du chômage, Rueff a recours aux statistiques. Il étudie deux variables : les variations de l’indice du chômage et celles du niveau des salaires réels. Il constate alors « sans que le doute soit possible, l’entier synchronisme [des] mouvements respectifs » de ces deux indices (Rueff, [1925b] 1979, 224) et ajoute que cette relation

est restée si parfaite que, depuis 1928, on a pu prévoir en Angleterre les variations du chômage [...], les faits venant toujours confirmer l’exactitude de ces prévisions. Ainsi donc l’expérience a vérifié avec une parfaite rigueur la loi énoncée en 1925. Or on admet en physique qu’une loi peut être tenue pour vraie lorsqu’elle a permis de prévoir un phénomène en fonction d’un autre. Les faits conduisent à affirmer que [cette] loi [...] satisfait indiscutablement à ce critérium de vérité, et avec une précision peu commune, même dans le domaine des sciences physiques. (Rueff, [1931] 1979, 239)

Pour Rueff, cette étude du chômage et la mise en évidence de l’existence d’un lien de corrélation entre ces différentes variables confirment le bien-fondé de sa méthode :

Ce qui nous étonne donc, ce n’est pas que cette relation soit vraie, c’est que, dans le chaos des réactions individuelles dont la résultante constitue le phénomène économique, elle le soit à un tel point. Il y a là, croyons-nous, un enseignement précieux, autant sur la nature des lois économiques que sur les méthodes à l’aide desquelles on peut tenter de les mettre en lumière. En particulier la possibilité de trouver une liaison aussi nette que celle qui vient d’être énoncée [...] constitue, croyons-nous, l’un des meilleurs arguments en faveur de l’emploi, dans l’étude des phénomènes, de la méthode représentative, méthode qui conduit à rechercher dans le calcul de moyennes, [...] la connaissance de phénomènes « statistiques » dont on ne peut embrasser l’étendue tout entière (Rueff, [1925b] 1979, 227-228).

  • 45 Le système d’assurance chômage anglais.

38Toutefois, conformément à son discours méthodologique, Rueff n’en reste pas à ce stade, il cherche ensuite la (ou les) cause(s) du phénomène : « pour comprendre il ne faut plus se borner à la liaison observée entre le premier et le dernier rouage de la machine, mais rechercher le mécanisme interne qui la rend inévitable et faire ainsi la « théorie » du phénomène. » (Rueff, 1927, 24) Pour Rueff, la cause « immédiate » serait le défaut d’adaptation des salaires au niveau général des prix (Rueff, [1925] 1979, 227) ; quant à la cause « profonde », elle résiderait dans le défaut d’ajustement des salaires qui trouve, selon Rueff, son origine dans la « dole »45 (Rueff, 1925 ; 1931).

  • 46 La raison semble résider dans le fait que peu de pays ont adopté le système de la « dole », ce qui (...)

39 Toutefois, comme le montre Daou (2018), l’explication du chômage donnée par Rueff présente une limite : elle n’est pas empiriquement vérifiée. Rueff commet un écart à sa méthodologie qui prévoit de tester empiriquement les théories établies pour en établir le caractère euclidien46. De même, la méthode pour étudier le chômage ne fait pas non plus consensus. Dans son ouvrage de 1949, Parisiadès réalise une extension de l’analyse statistique menée par Rueff avec des données allant jusqu’en 1938. Pour l’Angleterre, il obtient des résultats satisfaisants (avec un coefficient de corrélation de 0,92 ; ibid., 64). Toutefois, le prolongement de l’étude à d’autres pays européens révèle des résultats moins significatifs (avec des coefficients entre +0,42 et +0,85) :

[L]es affirmations de M. Rueff ne sont pas appuyées par les faits autant qu’il eût été désirable. [...] Il reste pourtant que tous ces milieux obéissent aux mêmes lois, les lois du système capitaliste [...] on devrait donc légitimement s’attendre à des approximations plus proches de la parfaite régularité que celles constatées plus haut. (ibid., 67)

40Or Rueff réfute cette conclusion de Parisiadès : « c’est surtout pour des raisons de principe que je me refuse à suivre M. Parisiadès, lorsqu’il tire de ses calculs [...] la conclusion que l’existence d’une relation entre le rapport salaires/prix et le chômage n’est pas appuyée par les faits autant qu’il serait désirable » (Rueff, [1951] 1979, 306). En effet, Rueff considère que le coefficient de corrélation ne donne que la mesure d’une relation linéaire entre les variables, autrement dit une relation de proportionnalité simple entre les variables ; or, il se peut que cette relation soit d’un autre ordre : « rien ne permet d’affirmer qu’une relation entre le rapport salaires/prix et le chômage ne puisse être que linéaire », il ajoute qu’« à la vérité, les relations de dépendance, dans le monde réel, sont rarement linéaires. [...] L’observation précédente marque les limites du coefficient de corrélation de M. Parisiadès en tant qu’instrument de recherche » (ibid., 307).

  • 47 Rueff a recours à un indice du chômage dont les composantes ne correspondent pas vraiment à la défi (...)

41 L’autre limite présentée par Parisadès (1949, 76) à l’analyse de Rueff réside dans le recours qu’il fait de l’indice du chômage de Bowley47. Or, pour Rueff, même si l’indice de Bowley est imparfait, il ne semble pas réduire la pertinence du résultat puisque comme précisé par Rueff, « si l’on compare l’indice du professeur Bowley à celui du ministère du Travail [...], on constate que les deux indices sont à peu près les mêmes et que leurs courbes se superposent » (Rueff, [1951] 1979, 312), ce qui vient donc affirmer que : « l’expérience prouve souvent, à l’étonnement des profanes, que des indices calculés par des méthodes relativement grossières fournissent des représentations acceptables » (ibid.). Ainsi, pour Rueff, ce qui importe ce n’est pas tant la manière dont est calculé l’indice, mais bien le caractère statistique et général que celui-ci représente qui importe :

  • 48 L’analogie de la loi des gaz qu’il énonçait dans son article de 1925 et de nouveau reprise ici. La (...)

Il y a là un aspect important du caractère « statistique » des indices utilisés (au sens où les lois des gaz sont dites statistiques). Ce caractère statistique permet de comprendre que des phénomènes globaux puissent être mis en lumière par la confrontation d’indices très imparfaits, sous la seule condition que ces indices groupent un nombre suffisant de caractéristiques élémentaires, indépendantes les unes des autres48. (ibid.)

5. Conclusion

42Finalement dans son ouvrage de 1922, Rueff évoque peu ou pas (si l’on ne retient que la première édition) l’outil statistique, pourtant central dans la suite de ses travaux de l’entre-deux guerres (Rueff, 1923 ; 1925b ; 1927 ; 1931). L’explication réside dans le fait que la thèse de l’unité méthodologique qu’il cherche à démontrer s’inscrit à une échelle plus générale : celle des sciences morales – et non à celle de la seule science économique. Partant de l’idée que « telles qu’elles sont actuellement, [les sciences morales] présentent tous les caractères des sciences dites physiques » (1922, 89-90) et étant donné qu’« il y a analogie profonde entre les sciences morales et les autres sciences, rien n’empêche qu’on expose la morale et l’économie politique sous une forme rigoureusement scientifique » (ibid., 5).

43 Par la suite, ses travaux s’inscrivent dans un autre registre : celui de l’application de sa méthode aux sciences économiques. Cela implique l’outil statistique, à la fois en tant que support à la découverte de nouvelles lois, mais aussi, pour tester les hypothèses et théories établies dans la discipline.

  • 49 La disparité du franc est donnée par le solde entre la valeur des créances et des dettes extérieure (...)

44 Cela est le cas de son étude du chômage (Rueff, 1925b ; 1931) qui représente l’application la plus significative et représentative de sa méthodologie scientifique et de son recours aux statistiques pour étudier les phénomènes économiques. Cela lui vaut d’ailleurs une controverse avec John Maynard Keynes (Rueff, 1947a ; 1947b), puis avec James Tobin sur les causes du chômage en Angleterre (Rueff, 1948 ; Tobin, 1948). Comme autre application de sa méthodologie scientifique, on cite généralement son premier article économique, « Le change, phénomène naturel » (Rueff, 1923). Bien qu’il s’agisse d’une étude plus succincte que celle du chômage, elle illustre tout autant l’application de sa méthodologie et son recours aux statistiques pour l’étude des phénomènes économiques. C’est en mobilisant les faits par une étude statistique de la balance commerciale et des disparités moyennes du franc vis-à-vis de l’étranger49 que Rueff établit un lien de causalité entre la balance commerciale et la balance des comptes de la France. Cette étude a été une aide précieuse à la fin des années 1920, lorsqu’il était chargé, auprès du Ministre des Finances, Poincaré, d’établir le nouveau cours du franc, une fois la dévaluation réalisée. Son étude sur le change lui servit également de support dans sa controverse avec Keynes et Berthil Ohlin sur les transferts (Keynes, 1929 ; Ohlin, 1929 ; Rueff, 1928 ; 1929).

  • 50 Rueff a intégré le Secrétariat du Comité financier de la Société des Nations, puis la délégation de (...)
  • 51 Cette mission débouche sur l’écriture d’un autre ouvrage L’ordre social. Initialement considéré com (...)

45 Par ailleurs, dans son ouvrage de 1927, Théorie des phénomène monétaires : statique, qui a forgé sa pensée économique et monétaire, sa méthodologie apparaît de nouveau en toile de fond. Cela est le cas d’abord lorsqu’il mobilise la statistique pour développer un appareil analytique (très poussé pour l’époque) avec l’élaboration d’indices (index numbers). Son objectif est alors de fonder une analyse théorique compatible avec les observations empiriques. C’est ensuite le cas quand il cherche à tester la théorie quantitative de la monnaie à partir de l’équation des échanges de Fisher (1911), dont il analyse l’évolution des différentes variables (à partir de séries statistiques). Cette étude de l’équilibre monétaire interne des économies, faites dans son ouvrage de 1927, n’a pas été sans suite. Rueff la met en pratique au cours de trois principales missions. La première est lorsqu’il est chargé par la Société des Nations, à la fin des années 1920, d’établir des plans d’assainissement financier pour des pays d’Europe en difficultés financières50. Quant à la seconde mission, elle se produit au cours des années 1930. Rueff est alors attaché financier à l’Ambassade de France à Londres (1930-1933) ; en plus de s’occuper des réserves de la banque de France à la bourse de Londres, il est aussi missionné pour résoudre des problématiques d’ordre économique et politique portant sur les réparations de guerre et les dettes interalliées. Et enfin, la troisième mission date de 1934. Rueff est nommé directeur adjoint du Mouvement général des Fonds ; il occupe ce poste jusqu’à l’arrivée du gouvernement du Front Populaire en 1936 où il est promu directeur. Cependant, la menace d’une entrée en guerre de l’Allemagne lui impose de soutenir la relance de l’industrie d’armement française au dépend de l’équilibre budgétaire de la France. Il est alors en charge de réprimer l’inflation et intègre la Banque de France, dès le début des années 194051. Ainsi, à travers ses travaux de l’entre-deux guerres et ses différentes missions, Rueff offre la figure d’un ingénieur économiste singulier qui conçoit l’économie avant tout comme un mariage de connaissances techniques et d’applications pratiques (Porter, 1995, 115).

  • 52 Rueff donna une série de leçons intitulées : « Eléments d'économie politique mathématique : théorie (...)

46 Pour finir, au-delà de sa méthodologie scientifique, Rueff a contribué, sur cette période, à une approche statistique des phénomènes économiques. Il fut notamment professeur à l’Institut de la statistique de l’Université de Paris en 192352, où il encouragea fortement l’introduction des statistiques dans la science économique et dans son enseignement.

Haut de page

Bibliographie

Albert, Hunold. 1964. Problem der Theoriebildung [Problème de la theorisation]. In Albert Hunold, Theorie und Realität : ausgewählte Aufsätzezur Wissenschaftslehre der Sozialwissenschaften [Théorie et réalité : essais sélectionnés sur la science des sciences sociales]. Tübingen : J. C. B. Mohr, 3-70.

Armatte, Michel. 2011. L’économiste dans la cité : ingénierie et expertise. Nouvelles perspectives en sciences sociales, 6(2) : 97-131.

Belhoste Brunon et al. 1994. La Formation polytechnicienne 1794-1994, Paris : Dunod.

Bernouilli, Daniel. 1738. Specimen theoriae novae de mensura sortis. St. Petersburg : Papers Imperial Academy of Science, 5(5) : 175-192.

Carnap, Rudolf. 1934. Logische Syntax der Sprache. Wien : Julius Springer.

Chakrabarti, Bikas et al. 2006. Econophysics and Sociophysics: Trends and Perspectives, Berlin: Wiley-VCH.

Chatzis, Konstantinos. 2009. Les ingénieurs français au XIXème siècle (1789-1914). Émergence et construction d'une spécificité nationale. Bulletin de la Sabix, Société des amis de la Bibliothèque et de l'Histoire de l'École polytechnique, 44 : 53-63.

Chatzis, Konstantinos, 2010. Theory and Practice in the Education of French Engineers from the Middle of the 18th Century to the Present. Archives in­ternationales d’histoire des sciences, 60(164) : 43-78.

Claassen, Emil Maria. 1967. Jacques Rueff comme philosophe des sciences. In Emil Maria Claassen, Les fondements philosophiques des systèmes économiques. Paris : Payot, 37-62.

Clerc, Denis. 2006. L'enseignement de l'économie en France. Nouvelles Fondations, 2(2) : 76-82.

Colson, Clément. 1907-1910. Théorie générale des phénomènes économiques, vol. 1 / Cours d’économie politique professé à l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées. Paris : Gauthier-Villars et Félix Alcan.

Colson, Clément. 1922. Préface. In Jacques Rueff, Des sciences physiques aux sciences morales : Introduction à l’étude de la morale et de l’économie politique rationnelles. Paris : Librairie Félix Alcan, vii-xx.

Dagnelie, Pierre. 1982. Diversité et unité de la statistique. Journal de la société statistique de Paris, 123(2) : 86-92.

Daniel, Jean-Marc. 2010. La synthèse selon Samuelson. In Jean-Marc Daniel, Histoire vivante de la pensée économique. Londres : Pearson.

Daou, Marie. 2017a. Aux sources conventionnalistes du discours épistémologique de l’ingénieur économiste Jacques Rueff. Working Paper. Contribution à la 4ème Conférence internationale de philosophie économique, ENS de Lyon, 27-29 juin 2018.

Daou, Marie. 2017b. Jacques Rueff and the Liberal Social Order: A Liberal Interventionist. Working Paper. Contribution à la 19ème Conférence Annuelle de l’ESHET, Rome, 14-16 mai 2015.

Daou, Marie. 2018. La théorie du chômage de Jacques Rueff. Traitement statistique et méthodologie scientifique. Working Paper. Congrès annuel de l’AFEP, Université de Reims, 3-6 juillet 2018.

Etner, François. 1987. Histoire du calcul économique. Paris : Economica.

Farjoun, Emmanuel et Moshe Machover. 1983. Laws of Chaos : A Probabilistic Approach to Political Economy. London : Verso.

Fisher, Irving. 1911. The Purchasing Power of Money : Its Determination and Relation to Credit, Interest and Crises. New-York : Macmillan.

Frobert, Ludovic. 2010. Conventionalism and Liberalism in Jacques Rueff’s Early Works (1922 to 1929). European Journal History of Economic Thought, 17(3) : 439-470.

Garibaldi, Ubaldo et Enrico Scalas. 2010. Finitary Probabilistic Methods in Econophysics. Cambridge : Cambridge University Press.

Granger, Gilles Gaston. 2000. Rationalité et raisonnement. In Yves Michaud (dir.), Université de tous les savoirs. Paris : Odile Jacob, 215-222.

Hayek, Friedrich. 1941. The Source of the Scientific Hubris : L’Ecole Polytechnique. Economica, 8 : 9-23.

Hayek, Friedrich. 1953. Scientisme et sciences sociales : essai sur le mauvais usage de la raison. Paris : Plon.

Hayek, Friedrich. [1952] 1955. The Counter-Revolution of Science. London : The Free Press of Glencoe Collier-Macmillan Limited. First Published 1952.

Henry, Michel et Elie Volf. 2018. Rationalité en philosophie des sciences : Une démarche zététique en épistémologie, logique et mathématiques. Paris : L’Harmattan.

Keynes, John Maynard. 1929. The German Transfer Problem. The Economic Journal, 39(153) : 1-7.

Kleinert, Hagen. 2004. Path Integrals in Quantum Mechanics, Statistics, Polymer Physics, and Financial Markets (3rd edition). Singapore : World Scientific.

König, René. 1973. Handbuch der empirischen Sozialforschung. Stuttgart : Enke.

Koopmans, Tjalling. 1947. Measurement Without Theory. The Review of Economics and Statistics, 29(3) : 161-172.

Lutz, Adrien. 2015. Non-Euclidean Geometry and Political Economy. How Jacques Rueff Explained Unemployment in England (1919-1931). Working paper, GATE-LSE.

Mantegna, Rosario et Eugène Stanley. 1999. An Introduction to Econophysics: Correlations and Complexity in Finance. Cambridge : Cambridge University Press.

Marshall, Alfred. 1890. Principles of Economics. London : Macmillan.

McCauley, Joseph. 2004. Dynamics of Markets, Econophysics and Finance. Cambridge : Cambridge University Press. 

Mirowski, Philip. [1989] 2001. Plus de chaleur que de lumière. Paris : Economica. First published 1989, More Heat than Light : Economics as Social Physics, Physics as Nature’s Economics. Cambridge : Cambridge University Press.

Mongin, Philippe. 2002. Le principe de rationalité et l'unité des sciences sociales. Revue économique, 2(53) : 301-323.

Neurath, Otto. 1932 [1987]. Unified Science and Psychology. In Brian McGuiness (ed.), Unifed Science. Dordrecht : Reidel, 1-23.

Ohlin, Berthil. 1929. The Reparation Problem: A Discussion. The Economic Journal, 39(154) : 172-182.

Parisiadès, Nicolas. 1949. Essai sur les relations entre le chômage, le salaire, les prix et le profit : étude critique de la loi de M. Rueff. Paris : Presses Universitaires de France.

Pétré-Grenouilleau, Olivier. 2001. Saint-Simon, L’utopie ou la raison en actes. Paris : Payot.

Phillips, Alban William. 1958. The Relationship between Unemployment and the Rate of Change of Money Wages in the UK, 1861-1957. Economica, 25(100) : 283-299.

Picon, Antoine. 2007. French Engineers and Social Thought, 18th-20th Centuries : An Archeology of Technocratic Ideals. History and Technology, 2(3) : 197-208.

Poincaré, Henri. 1902. La science et l’Hypothèse. Paris : Flammarion.

Porter, Theodore. 1995. Trust in Numbers. Princeton : Princeton University Press.

Prat, Georges. 2013. Rueff et l’analyse du chômage : Quels héritages ? Contribution au Colloque sur Jacques Rueff, l’IPAG Business School, Paris, 23 mai 2013.

Prat, Georges. 2015. Rueff, Allais, et le chômage d’équilibre. Working paper. Présenté au Colloque sur Jacques Rueff organisé par l’IPAG Business School, Paris.

Rosenfeld, Félix. 1997. Histoire des sociétés de statistique en France Journal de la société statistique de Paris. Journal de la société française de statistique, 138(3) : 3-18.

Rueff, Jacques. 1922. Des sciences physies aux sciences morales. Introduction à l’étude de la morale et de l’économie politique rationnelles. Paris : Librairie Félix Alcan.

Rueff, Jacques. 1923. Le change, phénomène naturel. Journal de la société française de statistique, 64 : 155-164.

Rueff, Jacques. 1925a. L’Economie politique, science statistique. Revue de Métaphysique et de Morale, 32(4) : 475-487.

Rueff, Jacques. 1925b. Les variations du chômage en Angleterre. Revue politique et parlementaire, 125 : 425-436.

Rueff, Jacques. 1927. Théorie des phénomènes monétaires statiques. Paris : Payot.

Rueff, Jacques. 1928. Une erreur économique : l’organisation des transferts. Paris : Doin.

Rueff, Jacques. 1929. A propos de la question des transferts. L'information, 138 : 415‑424.

Rueff, Jacques. 1931. L’assurance-chômage : cause du chômage permanent. Revue d’économie politique, 45(2) : 211-251.

Rueff, Jacques. 1947a. Les erreurs de la Théorie Générale de Lord Keynes. Revue d’économie politique, 57(1) : 5-33.

Rueff, Jacques. 1947b. The Fallacies of Lord Keynes General Theory. The Quarterly Journal of Economics, 61(3) : 343-367.

Rueff, Jacques. 1951. Nouvelles discussions sur le chômage, les salaires et les prix. Revue d’économie politique, 61(5) : 761-791.

Rueff, Jacques. 1969. Des sciences physiques aux sciences morales : un essai de 1922 reconsidéré́ en 1969. Paris : Payot.

Rueff, Jacques. 1977. De l’aube au crépuscule : autobiographie de l’auteur. Édité par Lehrman Institute. Paris : Plon.

Rueff, Jacques. 1979. Théorie monétaire. Édité par Lehrman Institute. Paris : Plon.

Rueff, Jacques. [1945] 1981. L’ordre social. Édité par Lehrman Institute. Paris : Plon. First published 1945. Paris : Librairie du Recueil Sirey.

Rueff, Jacques, et Emile Maria Claassen. 1967. Les fondements philosophiques des systèmes économiques. Paris : Payot.

Samuelson, Paul Anthony. 1947. Foundations of Economic Analysis. Cambridge : Harvard University Press.

Schutz, Alfred. 1954. Concept and Theory Formation in the Social Sciences. Journal of Philosophy, 51(9) : 257-273.

Shinn, Terry. 1980. Savoir scientifique et pouvoir social. L'Ecole polytechnique : 1794- 1914. Paris : Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

Sombart, Werner. 1930. Die drei Nationalökonomien ; Geschichte und System der Lehre von der Wirtschaft [Les trois économis nationales ; Histoire et système d’enseignement de l’économie]. München-Leipzig : Duncker et Humblot.

Soulez, Antonia et Jan Sebestik. 2001. Le Cercle de Vienne : doctrines et controverses. Paris : L'Harmattan.

Tobin, James. 1948. The Fallacies of Lord Keynes’ General Theory : Comment. Quaterly Journal of Economics, 62(5) : 763-770.

Vatin, François. 2008. L’esprit d’ingénieur : pensée calculatoire et éthique économique. Revue française de socio-économie, 1(1) : 131-152.

Haut de page

Notes

1 Dans son ouvrage de 1922, Rueff illustre sa thèse à partir de deux sciences morales : la morale et l’économie politique. Toutefois, nous ne retiendrons que la seconde, puisqu’elle seule fait l’objet des recherches futures de Rueff.

2 Il ne s’agit pas ici du sens qu’on assigne généralement en économie à ce terme. En effet, Rueff ne s’intéresse pas tant au principe de rationalité (Mongin, 2002) et au comportement dit « rationnel » (le « comportement optimisateur ») des agents (Granger, 2000) dont la figure illustrative est l’homo oeconomicus (Mongin, 2002, 304). Au contraire, Rueff se réfère ici à une interprétation philosophique et épistémologique du terme, où par « rationnel » l’on entend l’intention de procéder à une démarche intellectuelle rigoureuse supposant le recours à la logique pour établir les lois et théories (Granger, 2000 ; Volf et Henry, 2018).

3 Comme le souligne Pierre Dagnelie (1982, 87), il s'agit d'une statistique qualifiée d'« administrative » ou « gouvernementale » et qui est « relative généralement à de grands ensembles de données, réunies le plus souvent par enquêtes, et dans une large mesure aussi, d'une statistique relativement traditionnelle, quant aux méthodes utilisées, et cela en raison précisément de la continuité du travail qui doit être réalisé dans ces instituts ». Evidemment, l’utilisation de telles données est elle-même conditionnée au développement de la science statistique (c’est-à-dire de l'ensemble des méthodes qui permettent de réunir et d'analyser les statistiques) (ibid.).

4 Tinbergen obtient le premier prix Nobel d’économie en 1969. Après un doctorat de physique en 1929, il se réoriente en économie, ce qui lui permet de valoriser sa formation scientifique, tout en satisfaisant son militantisme politique (Daniel, 2010, 326).

5 Samuelson reçoit le prix Nobel d’économie en 1970. Son approche s’inspire de la physique, il a recours à une méthode qui accorde une place centrale aux mathématiques, seul moyen selon lui d’éviter la confusion des idées (Samuelson, 1947). Comme le souligne Daniel en se référant à Samuelson (ibid., 305) : « La thermodynamique le fascine et il répétera que son maître à penser fut Josiah Willard Gibbs, un physicien américain de la fin du XIXe siècle ».

6 Stiglitz rejoint l’université d’Amherst (Massachusetts) en 1960 avec comme spécialité la physique. Ce n’est que plus tard qu’il s’intéresse à l’économie et décroche le prix Nobel en 2001.

7 Voir note 2.

8 Ce terme est mentionné pour la première fois par Eugène Stanley en 1995, lors d’une conférence de physique statistique à Calcutta, où il faisait référence à des articles de physiciens ayant pour objet d’analyse l’économie ou la finance.

9 Le texte de Neurath a fait débat au sein du Cercle de Vienne. En effet, le Cercle ne constituait pas une entité homogène, deux camps s’opposaient : celui qui se réclamait de Mach (dont Neurath faisait partie) et celui qui se revendiquait de Wittgenstein et qui rejetait l’idée de science « physicaliste » (Soulez, 2001).

10 Cette dimension sociale apparaît dans les réflexions saint-simoniennes (puis fouriéristes) qui ont émergé à la veille de l’industrialisation et qui ont pénétré des institutions telle que l’Ecole Polytechnique (vers 1830) – suite notamment à une série de conférences données par un ancien polytechnicien, Barthélemy Prosper Enfantin (Pétré-Grenouilleau, 2001, 394-395). Des discussions du même type et aux enjeux similaires apparaissent aussi au lendemain de la crise de 1929 (au sein du groupe de réflexion X-Crises, formé d’anciens élèves de l’Ecole Polytechnique, dont Rueff). Selon Picon (2007), ces réflexions qui ont traversé le temps ont façonné la sensibilité des ingénieurs aux problèmes sociaux.

11 L’économie en tant que discipline à part entière est enseignée à l’Ecole Polytechnique à partir de 1904. Auparavant, elle était étudiée seulement en école d’application (voir Belhoste et al., 1994).

12 Au sens entendu en économie avec notamment la mise en place de processus de rationalisation visant à optimiser les résultats et améliorer l’efficacité.

13 Contrairement à la plupart des élèves de l’Ecole Polytechnique, Rueff ne poursuit pas ses études par l’une des écoles d’application qui assurent la mise en pratique et la spécialisation des polytechniciens (Etner, 1987, 89).

14 Ses attributions ne sont pas sans lien avec la sensibilité particulière qu’il éprouve pour l’économie depuis son passage à l’Ecole Polytechnique.

15 Le programme d’économie de l’Ecole Polytechnique est radicalement différent de celui enseigné à l’université où seuls les classiques sont évoqués et où l’économie apparaît seulement comme spécialité pour les étudiants de droit (Clerc, 2006, 76).

16 La thermodynamique est considérée comme la science de l’équilibre des grands systèmes et où, d’un « point de vue économique, l’idée d’équilibrer les comptes d’énergie à travers transformations et échanges constitue la métaphore centrale de la thermodynamique » (Porter, 1955, 55).

17 Cette idée sera illustrée prochainement (Section 4).

18 Avant Colson, les cours d’économie à l’Ecole Polytechnique étaient enseignés par des non-ingénieurs (Porter, 1955, 248). Colson fut en effet le premier polytechnicien professeur d’économie politique et sociale à l’Ecole Polytechnique (de 1914 à 1929) et forma ainsi toute une série d’ingénieur à l’économie.

19 On retrouve cette tradition statistique en économie, dès 1830 en Angleterre, avec des auteurs tels que Richard Jones – qui a été « le principal avocat d’une économie statistique et historique en Angleterre au cours des années 1830 et 1840 » (Porter, 1995, 51) –, et William Whewell – qui envisageait « les statistiques comme une alternative ou du moins un complément indispensable à la théorie abstraite en économie » et qui insiste sur le fait que l’économie politique avait beaucoup à apprendre des sciences naturelles (ibid., 52)

20 Ancien élève de l’Ecole Polytechnique, il ne rejetait pas le travail de Léon Walras et de Vilfredo Pareto. En revanche, il voulait sortir des contraintes de l’analyse de l’équilibre général où le raisonnement se fait à partir de modèles très abstraits, qui ne peuvent finalement être utilisés qu’à des fins scientifiques et non pratiques et administratives (Porter, 1995, 71).

21 Newcomb a notamment écrit un traité d’introduction à l’économie politique qui, comme dans l’article de Rueff de 1925, « regorge d’analogies mécaniques aux processus économiques ».

22 Le calcul économique occupe une place centrale dans les travaux des ingénieurs français de cette période. C’est lui qui permettait de définir qui et comment financer les infrastructures de transports, tels que les canaux et les chemins de fer (Etner, 1987).

23 Cet élément sera précisé prochainement (Section 2).

24 Rueff a souvent dénoncé le socialisme et le communisme dans ses écrits (Rueff, 1922, 187-188 ; [1945] 1981, 557).

25 Hayek place l’Ecole Polytechnique à la « source de l’orgueil scientiste » (Hayek, 1941, [1952] 1955, 105-111). Selon lui, le scientisme est caractérisé par le monisme méthodologique, éliminant ainsi toute pluralité et conduisant inévitablement à un certain totalisme méthodologique : « bien que le totalisme méthodologique et le totalisme politique soient logiquement distincts, il n’est pas difficile de voir comment le premier mène au second » (Hayek, [1953] 1997, 147). Précisons que Rueff défend précisément le monisme méthodologique avec son discours de 1922 – s’inscrivant ainsi dans le totalisme méthodologique dénoncé par Hayek – ; toutefois, il s’oppose, dans L’ordre social (1945) (son principal ouvrage d’après-guerre), au totalitarisme qu’Hayek condamnait déjà lorsqu’il évoquait le totalisme politique (Daou, 2017b).

26 Comme le souligne Porter (1995,142) « une discussion informelle dans un contexte d'expérience partagée et de confiance personnelle était souvent suffisante pour parvenir à un accord. Ils [les ingénieurs] ne ressentaient pas le besoin de s’engager dans le rituel de justification complexe [...] à moins d’être menacés de l’extérieur par des controverses et des pressions politiques ».

27 Voir note 2.

28 Cette idée est également soulignée par Sombart (1930) et Albert (1964, 40) qui opposent, à la méthode « ordonnatrice » des sciences naturelles, la méthode « compréhensive » des sciences morales (Claassen, 1967, 44-45). La première consiste en l’élaboration de lois exactes exclusivement associées à des phénomènes quantitatifs – l’appréhension des phénomènes se fait de manière externe (l’individu n’est qu’un observateur extérieur, dont le rôle est de transformer ce qu’il observe en pensée abstraite). Quant à celle « compréhensive », elle est symétriquement opposée à la méthode « ordonnatrice » et consiste dans l’étude des processus psychologiques et intellectuels – donc de nature qualitative et appréhendée de l’intérieur (l’objet étudié faisant directement référence à une réalité vécue par l’individu).

29 La « logique formelle » est qualifiée par Rueff de « machine à raisonner sur des propositions » (ibid., 12) ; tandis que « l’analyse », appelée aussi par Rueff « analyse mathématique », renvoie à une « machine à raisonner » mais cette fois sur des grandeurs (ibid.).

30 « Rationnelle » s’oppose ici à empiriste. Il ne s’agit pas tant de trouver la connaissance dans l’expérience mais, au contraire, l’exercice de la logique formelle et des opérations déductives pour établir les mécanismes et les lois.

31 Pour Rueff, la science n’est que la création des causes. Les explications scientifiques sont « créés et choisis par le savant, à seule fin de lui permettre de retrouver, par voie déductive des propositions coïncidant avec l’expression des apparences sensibles » (Rueff, 1977, 26). Toutefois, cette activité de création des causes est soumise à une limite : la science « ne [peut] nous livrer, relativement aux apparences sensibles, que des causes créées par nous, pour apaiser une soif d’explication, qui est le propre de la nature humaine, non pour éteindre des réalités dont l’essence, si elle existe, nous est à jamais dissimulée » (Rueff, 1977, 32). Pour en savoir plus sur le discours épistémologique de Rueff et son interprétation des sciences, voir Daou (2017a).

32 Sur la formation dispensée dans ces établissements au XVIIIe siècle, voir Chatzis (2010).

33 Pour Rueff, cela ne vaut que pour les lois et théories qui ont été testées empiriquement et sont vérifiées par les faits. Cet élément sera précisé dans le paragraphe suivant.

34 On entend ici par rationalité l’idée d’une théorie logiquement cohérente.

35 Carnap (1934) reprend dans une certaine mesure la distinction rueffienne mais sous une autre dénomination et à une autre échelle. Il ne cherche pas tant à élaborer une typologie des théories mais simplement à préciser leur caractère. Il différencie ainsi le caractère syntactique des théories (analysant que l’aspect purement formel – à savoir si les théories obéissent ou non à la logique) de celui sémantique (qui vérifie leur conformité à la réalité).

36 La nécessité pour Rueff d’introduire la statistique en économie n’apparaît pas dans la première édition Des sciences physiques aux sciences morales. Ce n’est qu’en 1967, dans la réédition de l’ouvrage, qu’elle fait l’objet d’un développement important en introduction.

37 Ceci est notamment le cas dans ses écrits sur le chômage (Rueff, 1925b ; 1931) et dans son ouvrage de 1927 sur la théorie monétaire.

38 Rueff ne se réfère pas ici à Marshall (1890) où le comportement moyen est celui d’un agent représentatif qui agirait de manière rationnelle (renvoyant à un comportement optimisateur). Au contraire, pour Rueff, le comportement moyen serait calculé à l’aide de statistiques.

39 Rueff précise dans la réédition de son ouvrage de 1922 que : « C’est en 1929 que [[...]le] projet fut discuté en un déjeuner où j’avais convié, avec mon interlocuteur norvégien [Ragnar Frisch], François Divisia, qui venait de publier « Economique Rationnelle ». François Divisia représentait avec René Roy et moi la descendance intellectuelle de Clément Colson, dont nous avions tous trois été les élèves à l’Ecole Polytechnique. Nous donnâmes un accueil enthousiaste au projet de Ragnar Frisch. Il fut convenu que celui-ci partirait pour les Etats-Unis rallier les concours nécessaires à la constitution d’une ‘Société Internationale d’Econométrie’. » (ibid., 15)

40 La littérature contemporaine utilise plus communément le terme de « théories ad hoc » (König, 1973) ou « quasi-théories » (Albert, 1964).

41 Nous renvoyons le lecteur au rôle donné par Rueff aux conventions dans l’élaboration de la connaissance (Daou, 2017a ; Frobert, 2015).

42 Maxwell réalise l’expérience suivante : il imagine une boîte contenant un gaz avec deux compartiments (A et B) comportant chacun des molécules ; la température du compartiment B est supérieure à celle du compartiment A et ces deux compartiments sont séparés par une porte commandée par un démon capable de l’ouvrir et de la fermer à sa guise. Le démon choisit alors de laisser passer des molécules chaudes de B dans le compartiment A et, à l’inverse, laisse passer des molécules froides de A à B. Ce faisant, la température dans A tend à augmenter alors que celle dans B tend, à l’inverse, à diminuer. Par conséquent, nous observons un réchauffement de la source froide et un refroidissement de la source chaude, ce qui est donc contraire à la seconde loi de la thermodynamique.

43 Cette problématique des limites de la statistique abordée par Rueff fait écho à la Methodenstreit qui a opposé les historicistes à Menger. Elle se poursuit avec un débat plus contemporain, dans les années 1940, avec d’un côté le directeur de recherche de la Cowles Commission, Tjalling Koopmans, et de l’autre Rutledge Vining, qui défend les méthodes statistiques des institutionnalistes du National Bureau of Economic Research. C’est l’article de Koopmans (1947), au titre très évocateur, « Mesure sans théorie », qui lance le débat avec sa critique des travaux d’Arthur Burns et Wesley Mitchell sur les cycles économiques.

44 Cet énoncé n’est pas sans rappeler celui de la courbe de Phillips (Phillips, 1958). Cependant, les deux analyses doivent être distinguées. La courbe de Phillips n’est pas d’héritage rueffien, les deux auteurs ne partent pas des mêmes fondements. Chez Rueff, l’analyse est menée en salaire réel, alors que Phillips utilise le salaire nominal (Prat, 2013). Par ailleurs, contrairement à Phillips, ce n’est pas tant le sens de causalité de la relation entre le taux de chômage et celui des salaires qui importe à Rueff, mais bien l’affirmation que c’est la moindre flexibilité des salaires (nominaux) par rapport au prix qui est responsable de l’augmentation du taux chômage. Rueff soutient, en ce sens, une explication classique du chômage.

45 Le système d’assurance chômage anglais.

46 La raison semble résider dans le fait que peu de pays ont adopté le système de la « dole », ce qui ne lui permet pas d’avoir des données suffisamment nombreuses pour tester sa théorie (Daou, 2018).

47 Rueff a recours à un indice du chômage dont les composantes ne correspondent pas vraiment à la définition qu’il associe au chômage. En effet, dans l’indice de Bowley la majorité des salaires sont au temps ; or dans la relation entre le rapport salaires/prix et chômage exposée par Rueff, il est question du coût du travail par unité produite.

48 L’analogie de la loi des gaz qu’il énonçait dans son article de 1925 et de nouveau reprise ici. La propriété qui y est exposée est une condition centrale pour que soit valide le principe des grands nombres car, comme le souligne Rueff, « Il va de soi qu’une action tendant à discipliner les comportements individuels [...] fait disparaître les « lois » économiques statistiques, comme le bonhomme d’Ampère, s’il existait, suspendrait, en ordonnant le chaos moléculaire, l’efficacité du deuxième principe de la thermodynamique » (Rueff, [1951] 1979, 321).

49 La disparité du franc est donnée par le solde entre la valeur des créances et des dettes extérieures qui résultent, dans l’étude de Rueff, des échanges de services.

50 Rueff a intégré le Secrétariat du Comité financier de la Société des Nations, puis la délégation de l’or de la Société des Nations. Il y resta de 1927 à 1930 et participa à l’élaboration des plans d’assainissement financier de la Grèce, de la Bulgarie et du Portugal.

51 Cette mission débouche sur l’écriture d’un autre ouvrage L’ordre social. Initialement considéré comme la suite de sa Théorie monétaire : statique, cet ouvrage évolua, face à la menace que représentaient les régimes totalitaires, en une théorie de l’ordre social. Sa mission auprès de la Banque de France prit fin en même temps que la « drôle de guerre » et la prise du pouvoir du Maréchal Pétain. Après sa démission, Rueff réintégra l’Inspection Générale des finances.

52 Rueff donna une série de leçons intitulées : « Eléments d'économie politique mathématique : théorie des phénomènes monétaires ». Il fut également membre de la société statistique de Paris (dont la naissance est bien antérieure à la création de l’Institut statistique de Paris) et aussi son président pendant l’année 1953. Pour une histoire de la société statistique de Paris, voir Rosenfeld (1997).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Daou, « L’ingénieur économiste Jacques Rueff : rationalité et expérience. De l’application d’une méthode scientifique aux implications de la statistique en économie politique », Œconomia, 9-4 | 2019, 627-653.

Référence électronique

Marie Daou, « L’ingénieur économiste Jacques Rueff : rationalité et expérience. De l’application d’une méthode scientifique aux implications de la statistique en économie politique », Œconomia [En ligne], 9-4 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/oeconomia/6883 ; DOI : 10.4000/oeconomia.6883

Haut de page

Auteur

Marie Daou

PHARE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. marie.daou@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals