Navigation – Plan du site
Les économistes français (1970-1985)

Monnaie, crédit et inflation : l’analyse de Le Bourva revisitée

Money, Credit and Inflation: A New Look at Le Bourva’s Analysis
Jean-Luc Gaffard
p. 3-25

Résumés

La théorie monétaire qui est devenue dominante à partir des années 1970 repose sur deux propositions principales : l'inflation est la conséquence de l'émission excessive de monnaie par une banque centrale obligée de suivre la volonté de gouvernements impécunieux, et le montant de la monnaie en circulation est déterminé de manière exogène via le multiplicateur de crédit. Au début des années 1960, un économiste français, Jacques Le Bourva, proposait, dans deux articles de la Revue Économique, une approche radicalement opposée. Pour lui, l'inflation est un phénomène cumulatif résultant d'un excès de crédit aux entreprises à l'origine de déséquilibres sur les marchés de biens ; un déficit budgétaire n’est pas nécessairement inflationniste ; les crédits sont des dépôts et non l'inverse, en d’autres termes, la création de monnaie est endogène. Cette approche est étonnamment moderne quand nous essayons de comprendre les impasses de la théorie et de la politique économique encore dominantes. Elle permet d’expliquer la déflation aussi bien que l’inflation. Elle est aussi une tentative réussie de comprendre l’articulation entre politiques monétaire et budgétaire, d’un côté, et comportements des entreprises, de l’autre.

Haut de page

Texte intégral

1Le propos de ce qui suit n’est pas de simplement rappeler l’existence de travaux en théorie monétaire d’un auteur français, en l’occurrence Jacques Le Bourva, dans un contexte national particulier, à savoir celui de la France des années 1950 à 1980, mais de les situer dans une histoire de la pensée économique qui a vocation à identifier des filiations intellectuelles et à éclairer des controverses et des réflexions sans cesse remises sur le métier au regard des difficultés, tant théoriques que pratiques, rencontrées.

  • 1 Arena (2000) évoque cette attitude de principe qu’il fait remonter au début du 19ème siècle et qui (...)

2Les années 1960 et 1970 constituent, à n’en pas douter, une rupture dans le domaine de la recherche et de l’enseignement de l’économie en France. Du début de cette période date la création d’un cursus autonome de licence d’économie au sein des Facultés de droit avant que ne se constituent, après 1968, des Facultés de sciences économiques de plein exercice dans la plupart des nouvelles universités. Cette rupture institutionnelle s’est accompagnée d’une ouverture internationale de plus en plus manifeste qui s’est traduite par un véritable ancrage disciplinaire en même temps que par la quasi-disparition d’une tradition universitaire française qui entendait rejeter les approches aussi bien déductives qu’inductives au bénéfice d’un réalisme sociologique manifestant ainsi une hostilité à l’égard de la théorie1.

3Les jeunes économistes universitaires ont, alors, embrassé les querelles scientifiques agitant la communauté internationale, on pense ici évidemment à la controverse sur la théorie de capital, à celle qui oppose keynésiens et monétaristes ou, encore, aux débats autour de ce qu’il était, un moment, convenu d’appeler la théorie des déséquilibres. Ils se sont surtout attachés à acquérir une culture scientifique puisée dans les apports des économistes étrangers, principalement anglo-saxons, non d’ailleurs sans redécouvrir, par ce biais, les apports de grands économistes français du passé au premier rang desquels Cournot et Walras. Certains d’entre eux ont nourri, par leurs travaux, les théories du déséquilibre, les théories de la régulation, les théories de l’équilibre temporaire qui ont, de ce fait, conservé une connotation nationale. La plupart d’entre eux se sont, toutefois, moulés progressivement dans les courants d’analyse dominants à l’échelle internationale, rompant définitivement avec une spécificité hexagonale.

  • 2 On nous permettra de mentionner ici les noms de Paul Chamley et de Paul Coulbois dont les recherche (...)

4Ce profond renouveau fait, parfois, oublier l’existence de travaux académiques antérieurs à cette période de rupture, qui s’inscrivaient pourtant dans la même perspective de construire une pensée analytique rigoureuse inscrite dans les débats de la communauté scientifique internationale. Il en est ainsi des travaux de Jacques Le Bourva2. Licencié ès Lettres, Agrégé des Facultés de droit, Professeur à l’Université de Rennes, Le Bourva avait rédigé à la fin des années 1940 une thèse de doctorat d’État traitant du phénomène de l’inflation de l’après-guerre, dans laquelle il s’appuie sur de nombreux travaux en langue anglaise, ceux de Boulding, Hicks, Keynes, Lundberg, Patinkin, Pigou, Robertson, ou encore Wicksell pour n’en citer que quelques-uns (Le Bourva, 1953). C’est dans ce même esprit qu’il propose, dès 1959, une analyse de l’inflation et de la création de monnaie qu’il inscrit dans le courant de la Banking School. Cette orientation, fondée sur une conviction analytique, le conduit, sans doute, à ne pas participer à la controverse naissante entre keynésiens et monétaristes qui va tourner au bénéfice des seconds dans les années 1970, car il range les uns et les autres dans le camp des tenants d’une théorie quantitative de la monnaie qu’il juge dépassée. Cette attitude lui vaudra d’être longtemps ignoré des économistes anglo-saxons. D’autant que les monétaristes et plus tard les nouveaux classiques, dont les thèses contredisent radicalement les siennes, vont l’emporter sur le terrain académique comme sur celui du conseil de politique économique.

  • 3 Ce que soulignent D’Autume (1989), Pollin (1989), Lavoie et Baslé (1996).

5Il n’en demeure pas moins que l’analyse proposée par Le Bourva a fini par être reconnue, dans les années 1980, comme un authentique apport à la macroéconomie3. Elle permet d’éclairer la crise que traverse, aujourd’hui, cette même macroéconomie, offrant les clés d’une véritable alternative à la théorie issue du monétarisme, encore dominante.

  • 4 « Malgré la diversité des écoles et des chapelles, je persiste à croire en l’élaboration d’une conn (...)
  • 5 C’est ce que souligne notamment Lavoie (Lavoie, 1992 ; Lavoie et Baslé, 1996) et qui l’amène à publ (...)

6La pertinence conservée des analyses de Le Bourva tient bien sûr à leur ancrage théorique, mais aussi au souci de répondre au plus près à des questions concrètes de politique économique loin d’un jeu intellectuel purement abstrait et surtout sans préjugé doctrinal4. Elles préfigurent les travaux réalisés ultérieurement par des économistes que l’on range dans un courant qualifié de post keynésien, au premier rang desquels Kaldor (1982)5. Plus intéressant, elles relèvent, comme nous aurons l’occasion de le montrer, d’une démarche voisine de celle adoptée, au cours de la même période, par Tobin (1972) ou Hicks (1974) dans leur tentative d’analyser, eux aussi, les causes de l’inflation.

7Les analyses de Le Bourva peuvent être synthétisées en deux propositions contenues dans deux articles de la Revue Economique (Le Bourva, 1959 ; 1962) : l’inflation est une inflation de crédit ne se réduisant pas au seigneuriage et le montant de crédits distribués est essentiellement déterminé par la demande de crédit. Ces propositions prennent le contrepied exact de la thèse monétariste suivant laquelle l’inflation est le résultat de la monétisation de la dette publique et la quantité de monnaie est déterminée par l’offre de monnaie de la banque centrale. Elles ne sont pas moins éloignées de la vulgate keynésienne dont le modèle de référence, dit de la synthèse néo-classique, est un modèle à prix fixes et offre de monnaie exogène. Elles s’inscrivent dans la filiation de Wicksell qui établit un lien entre le comportement des banques, les déséquilibres sur le marché des biens et l’inflation dans le cadre d’une économie de crédit. Elles donnent les clés d’une alternative à la macroéconomie dominante dont les principes et les règles de politique économique qui en sont déduites ne permettent pas d’expliquer les tenants et aboutissants de la crise qui a surgi en 2007-2008 et s’est traduite dans ce que certains ont appelé une grande récession.

1. Sur les sources de l’inflation

8Le Bourva élabore une théorie de l’inflation en prenant prétexte du rapport des experts ayant guidé l’opération monétaire de 1958 dont l’objectif était un assainissement monétaire et financier dans un contexte de libéralisation des échanges internationaux (Le Bourva, 1959). Le propos est d’éviter que le succès de l’opération, qui s’est effectivement traduite par le rétablissement des comptes extérieurs et la reconstitution des réserves de change, n’induise en erreur quant à la vraie nature de l’inflation.

9Il s’agit, d’abord, de rappeler clairement la conception qualifiée d’officielle du phénomène. « Pour ceux qui réduisent inflation au déficit budgétaire ou à l’impasse de Trésorerie, la dépréciation monétaire c’est-à-dire la hausse des prix apparaît comme la conséquence exclusive d’une mauvaise politique financière c’est-à-dire comme un phénomène dont la cause est relativement exogène par rapport au système économique » (Le Bourva, 1959, 715). Il s’agit, ensuite, de reconnaître la complexité du phénomène. « Le processus cumulatif de hausse de prix qui constitue le phénomène inflationniste à expliquer et combattre ne peut pas être rattaché à une seule cause : ni le déficit des finances publiques, ni l’accroissement de la masse monétaire, ni même l’excès de la demande globale sur offre globale au niveau des prix anciens ne donnent la clé qui résoudrait le problème : le monisme est toujours une indigence » (Le Bourva, 1959, 716). L’opposition est radicale avec le monétarisme bientôt triomphant.

10Cette conviction conduit Le Bourva à suivre la démarche de Wicksell (1898) et à choisir de décrire une économie de crédit dont les performances dépendent de la manière dont sont articulés le comportement de prêt des banques et les déséquilibres perçus sur les marchés de biens et de services. Ce ne sont pas, pour lui, les variations de la quantité de monnaie qui sont la cause des variations du niveau général des prix, mais les montants de crédits distribués par les banques à leurs clients :

Deux attitudes s’opposent quant aux conditions dans lesquelles s’ajustent l’offre et la demande de monnaie. Pour les uns (quantitativistes et Keynes) la quantité de monnaie est fixée par le système bancaire de façon indépendante. Si le besoin de monnaie ressenti dans l’économie augmente la conséquence est une élévation du taux de l’intérêt à moins que les banquiers se décident à accroître la quantité de monnaie […] Pour les autres (Banking school et Wicksell) les banquiers ne fixent pas une quantité mais un prix. Le système bancaire adopte un taux (ou un ensemble de taux) sur le marché monétaire et il prête ensuite tout ce que les emprunteurs demandent à la condition qu’ils offrent des garanties suffisantes. Cette politique correspond à ce que D.H Robertson a nommé le principe du crédit productif.  (Le Bourva, 1959, 719)

11C’est cette dernière conception que retient Le Bourva pour qui « c’est la demande de monnaie, au taux fixé par les banquiers, qui détermine la quantité de monnaie » (Le Bourva, 1959, 720).

12Suivant cette conception, le crédit privé est susceptible d’alimenter l’inflation y compris en l’absence de déficit public dès lors que le montant des prêts nouveaux excède celui des dettes venues à échéance. « Au total, dans un régime de monnaie élastique, le niveau général des prix n’est plus accroché à rien, ce n’est pas lui qui dépend de la quantité de monnaie, c’est la quantité de monnaie qui dépend du niveau des prix » (Le Bourva, 1959, 722). L’ancrage nominal – la stabilité des prix – que l’on ne peut plus attribuer au contrôle de l’offre de monnaie par une banque centrale ne peut désormais venir que des relations de crédit, singulièrement entre banques et entreprises, et de leur effet sur la formation de déséquilibres sur les marchés de biens et du travail.

13L’autre conséquence de l’analyse proposée est qu’il n’y a plus de raison pour qu’une création monétaire au bénéfice de l’Etat se traduise nécessairement par une augmentation de la quantité de monnaie en circulation, une injection de pouvoir d’achat et des tensions inflationnistes. « En effet si nous supposons d’abord que la demande totale de monnaie dans l’économie ne change pas et que les besoins de fonds du secteur privé restent les mêmes, l’afflux de la monnaie créée pour l’Etat va permettre aux entrepreneurs de rembourser leurs dettes envers les banques sans demander de nouveaux prêts. L’excédent de monnaie se résorbe automatiquement, l’Etat n’a pas réussi à injecter de monnaie dans l’économie » (Le Bourva, 1959, 723). En d’autres termes, au lieu de s’en tenir à incriminer le déficit des finances publiques, il importe de considérer comment évoluent, respectivement, dettes privées et dettes publiques avant de formuler un diagnostic sur l’origine de tensions inflationnistes.

  • 6 C’est un fait que l’augmentation de la dette publique a été après 2008 un effet de la crise des det (...)

14En dénonçant la conception de l’inflation qui la rapporte au seul déficit public, Le Bourva ouvre le débat sur le rapport qu’entretiennent le secteur public et le secteur privé. Le monde qu’il décrit est un monde où les dettes privées progressent plus vite que les crédits demandés par l’Etat et sont les véritables responsables de la hausse des prix. Rien n’interdit que l’inverse se produise, les prix diminuant quand un désendettement du secteur privé l’emporte sur la demande de crédit par l’État. Rien n’interdit non plus de considérer comment dettes privées et publiques évoluent au cours du temps en relation avec le cycle économique. C’est ce dont Le Bourva fait état quand, ayant reconnu cette possibilité que l’offre accrue de monnaie permette une réduction de l’endettement privé, il ajoute que « c’est souvent la crise des trésoreries privées qui provoque la crise de la trésorerie publique » (Le Bourva, 1959, 724). Cette dernière affirmation trouve un écho dans les événements de la fin des années 2000 et dans le débat théorique qui s’est développé quand il a été question de savoir s’il était pertinent de réduire la dette publique au moment où les agents privés se désendettent6.

15Reste alors, pour Le Bourva, à rechercher ce qu’il appelle « des éléments positifs de la théorie de l’inflation » (Le Bourva, 1959, 725). Et d’évoquer les sources d’une initiation du phénomène que sont l’excès de la demande globale sur l’offre globale, l’excès de la demande sur l’offre dans certains secteurs ou encore la hausse des coûts, qu’il s’agisse d’une hausse des salaires plus élevée que celle de la productivité ou d’une hausse du prix de matières importées. Mais ce sont là des sources immédiates dont la seule évocation, précise Le Bourva, ne permet pas de juger de la durée du processus inflationniste, de sa propagation et de sa dérive éventuelle, autrement dit de l’expliquer. Encore faut-il, en effet, comprendre comment des situations de déséquilibres se perpétuent. « L’inflation n’est pas un changement unique mais un processus cumulatif au moins durant un certain temps » (Le Bourva, 1959, 727). De là l’importance soulignée par Le Bourva de comprendre l’enchaînement des déséquilibres et le rôle qu’y jouent entrepreneurs et salariés. « La compréhension de l’inflation exige de déceler ces effets d’induction, elle exige d’abord de comprendre que tous ces accroissements n’étaient pas présents au début de la période inflationniste et que leur ampleur ne résulte pas directement du déséquilibre initial ; entre lui et la hausse des prix il n’existe pas de rapport simple » (ibid.). En bref, « l’inflation n’apparaît pas comme la perturbation d’un état stationnaire mais comme l’issue d’un processus d’expansion » (Le Bourva, 1959, 728).

  • 7 Wicksell (1898) est le premier à développer ce type d’analyse avant qu’elle ne soit reprise par Rob (...)
  • 8 Cette analyse est effectivement proche de celle retenue par Wicksell (1898) pour qui le surcroît d’ (...)

16Il s’agit alors de suivre, étape par étape, le cheminement des variables de prix en relation avec les flux de moyen de paiement, autrement dit un cycle du crédit à la façon dont il est envisagé par Wicksell à qui Le Bourva se réfère explicitement, mais aussi par Keynes, Robertson ou encore Hicks7. L’analyse proposée décrit une pure économie de crédit. Les tensions sur les prix résultent d’un excès de la demande sur l’offre de biens, une demande née de la distribution de revenus associée à l’investissement préfinancé par les banques, et une offre qui n’augmente qu’au terme du délai nécessaire à la constitution de la nouvelle capacité de production8.

  • 9 Dans ce cas qui n’est autre que le monde de l’équilibre général de Walras, les marchés sont systéma (...)

17Le propos de Le Bourva est, alors, de mesurer les effets d’une plus ou moins grande flexibilité des prix, sachant implicitement qu’une flexibilité instantanée et généralisée viderait de son sens l’analyse proposée9 : « C’est la géographie des prix flexibles et des prix rigides qui permet de déterminer les secteurs où l’écart entre l’offre et la demande aspirera les prix et les secteurs où les prix seront poussés par les profits et coûts » (Le Bourva, 1959, 728). Deux types de marchés, les uns à prix flexibles et les autres à prix rigides ou visqueux sont ainsi considérés, qui structurent l’ensemble de l’économie. Les mécanismes de naissance et de propagation de l’inflation en sont le reflet.

18S’agissant des prix industriels, ils sont fixés par les vendeurs sur des marchés naturellement imparfaits :

Le seuil de l’inflation est alors un seuil psychologique lié à l’apparition des marchés de vendeurs comme les nomment les professionnels. Il est atteint lorsque dans une branche la plupart des entreprises approchent la limite de leur capacité de production installée et lorsqu’elles n’ont pas l’espoir ou la possibilité d’accroître rapidement cette capacité et d’étendre leurs ventes. Il n’est pas nécessaire que la demande actuelle dépasse de beaucoup cette capacité pour qu’un glissement vers la hausse se produise à partir du moment où chaque vendeur sait que les autres suivront le mouvement. Une raison supplémentaire de relever les prix est d’ailleurs fournie par le souci de développer plus tard la capacité de production et de majorer en conséquence les marges d’autofinancement Ce ne sont sans doute pas les branches les plus concentrées qui cherchent le plus à relever les prix car les grandes entreprises ont un horizon plus vaste et une possibilité plus grande de développer leur capacité de production. (Le Bourva, 1959, 730)

  • 10 « In any state of disequilibrium, i.e. any situation in which supply does not equal demand, … econo (...)

19Il est intéressant de noter que cette dernière remarque rejoint la position défendue par Arrow (1959) selon laquelle le pouvoir de marché procède, non du degré de concentration, mais du déséquilibre existant sur le marché10.

  • 11 Lavoie et Baslé (1996, 275) font valoir que la théorie de l’inflation ainsi conduite met en scène u (...)

20Le Bourva souligne ainsi la nécessité de s’interroger sur les conditions de formation des prix sur des marchés qui diffèrent en raison de la nature des déséquilibres qui caractérisent inévitablement ces derniers et du type de réaction que ces déséquilibres engendrent, impliquant de considérer l’influence des capacités de production, du temps éventuellement requis pour les constituer, du pouvoir effectif de marché, de la capacité des entreprises à se projeter à long terme11.

21L’accent ainsi mis sur les processus de marché et le rôle directeur qu’y jouent les entreprises se trouve être, également, au cœur des analyses de l’inflation conduites au cours des années 1970 par Tobin et Hicks : des contributions aujourd’hui tout autant ignorées que celle de Le Bourva, mais qui la justifient et l’enrichissent.

  • 12 Cette explication de la « stagflation » faisant explicitement état de marchés non soldés et de répo (...)

22Pour Tobin (1972), l’hétérogénéité des marchés, qui tient à la diversité des réactions des entreprises aux déséquilibres, est à l’origine de l’inflation et de la relation de cette dernière aux autres variables macroéconomiques dont le chômage. Si l’on admet que les prix sont plus flexibles à la hausse qu’à la baisse et, corrélativement que les quantités sont plus flexibles à la baisse qu’à la hausse, alors une dispersion accrue des demandes excédentaires sur les marchés de biens entraîne une aggravation simultanée de l’inflation et du chômage12. Il n’est pas anodin d’observer que ces prix dévient de leur position d’équilibre (les marchés ne sont pas soldés) pour des périodes de temps significatives, une durée d’ajustement qui ne reflète ni irrationalité des comportements, ni imperfection ou asymétrie de l’information, mais est le propre d’une économie monétaire telle que la conçoit Keynes (Tobin, 1995).

  • 13 Hicks avait développé le même type d’analyse afin de comprendre les problèmes économiques nés de la (...)

23Pour Hicks (1974), les asymétries observées tiennent à la nature des biens échangés. Les marchés à prix flexibles sont ceux sur lesquels les prix réagissent vite et fortement aux écarts entre offre et demande. Ce sont les marchés de matières premières et les marchés de certains produits alimentaires. Les marchés dits à prix fixes sont ces marchés où les prix sont fixés par les vendeurs qui réagissent plus ou moins vite et plus ou moins fortement aux variations de leurs coûts et aux écarts entre offre et demande. Tout dépend, alors, de l’importance des pénuries de matières premières ou de main d’œuvre ou, plus généralement, des limites de capacité qui affectent l’offre, mais aussi du laps de temps nécessaire pour que ces pénuries et limites soient surmontées. Les prix sur les marchés à prix fixes ne réagissent pas nécessairement aux pénuries si l’on s’attend à ce qu’elles soient temporaires, ces prix étant censés dépendre des coûts normaux et non des coûts du moment. Ce pourrait ne pas être le cas notamment quand une hausse des prix des biens de consommation déclenche une inflation salariale13.

  • 14 La notion de barrière inflationniste est présente dans l’analyse monétaire de Hicks (1977) pour qui (...)

24Dès lors, les hausses de salaires, qu’elles soient consécutives à des hausses de prix des biens de consommation ou aux tensions sur le marché du travail, sont au cœur du processus inflationniste, de son caractère cumulatif. La question est ainsi posée de l’existence d’un seuil – la barrière inflationniste – au-delà duquel le taux d’inflation explose14.

  • 15 Voir à ce sujet Pollin (2005).
  • 16 Cette discussion pourrait éclairer la controverse ayant opposé, au moment de la libération de la Fr (...)

25Ces différentes considérations posent la question de l’ancrage nominal. Suivant la théorie monétariste de l’inflation, celui-ci est assuré par le contrôle supposé de l’offre de monnaie. Dans l’économie pure de crédit décrite par Le Bourva et reprise de Wicksell, il devrait être assuré grâce au maniement approprié du taux d’intérêt, ce qu’implique l’instauration de règles de taux contingentes par lesquelles l’on entend aujourd’hui une fonction d’ajustement du taux directeur de la banque centrale en réponse à l’évolution de l’écart de production et de l’inflation15. Il n’est pas certain que ce puisse être toujours le cas. Il s’agit bien de faire en sorte que la distribution de crédits ne permette pas que se forment de manière pérenne et cumulative des déséquilibres de marché. Mais la dimension institutionnelle des relations entre offreurs et demandeurs de crédit, leur inscription dans un temps plus ou moins long pourraient s’avérer être plus importantes que le seul coût ponctuel du crédit. Car ce sont elles qui affectent la séquence des déséquilibres de marché. En des termes généraux, il apparaît, plus ou moins explicitement, que la maîtrise des prix et l’évitement de processus cumulatifs ne sont réductibles, ni au contrôle de l’offre de monnaie, ni à celui du taux d’intérêt16.

  • 17 Si l’endettement public croissant est une réalité incontestable aux Etats-Unis au cours de cette pé (...)

26L’intérêt que Le Bourva porte à la question de l’inflation tient à ce qu’il la considère comme « le drame des économies contemporaines » bien avant que le phénomène ne prenne véritablement de l’ampleur dans l’ensemble des pays occidentaux. Quand ce moment va survenir, dans les années 1970, par une sorte d’ironie dans l’histoire des idées, la thèse combattue par Le Bourva va prendre le dessus, le monisme causal va l’emporter. La vieille critique d’un keynésianisme avant tout axé sur le soutien conjoncturel au moyen de la dépense publique, que l’on accuse d’engendrer une dérive inflationniste via l’endettement public, va l’emporter sans que l’on s’attarde sur la complexité du phénomène17.

2. Sur la création et la politique monétaires

27La théorie de l’inflation établie par Le Bourva, loin de proposer une explication réelle du phénomène bâtie sur l’état et l’évolution des caractéristiques des marchés de biens et du travail, repose sur ce que l’on pourrait appeler, en se référant à Keynes, la théorie d’une économie monétaire de production. Il n’est pas, en effet, question de ressusciter une dichotomie entre secteur réel et secteur monétaire de l’économie comme allaient le faire les monétaristes et les nouveaux classiques, mais bien d’énoncer une théorie monétaire alternative à la théorie quantitative. Cette alternative repose sur le renversement du rapport entretenu entre l’offre et la demande de monnaie (Le Bourva, 1962).

28La thèse défendue reprend de Wicksell la proposition suivant laquelle les banques commerciales servent intégralement les demandes de crédit formulées au taux d’intérêt qu’elles fixent. « Il paraît […] nécessaire d'abandonner l'idée d'un multiplicateur de crédit qui est un fossile de la théorie quantitative et de donner une autre explication technique au développement du crédit bancaire. Afin d'être cohérente avec l'ensemble des idées monétaires, cette analyse doit montrer que les banquiers peuvent répondre sans limite, s'ils le désirent, aux demandes de crédit. Il faut donc qu'ils ne soient pas liés, au départ, par un montant de liquidités préexistantes ; il faut que leurs prêts, en même temps qu'ils alimentent les dépôts demandés, sécrètent les liquidités dont ils ont besoin » (Le Bourva, 1962, 30).

  • 18 Il n’est pas absurde, cependant, de mentionner ici Schumpeter (1934) pour qui le crédit est le comp (...)

29Dans la terminologie utilisée par Keynes (1973), l’économie décrite est une économie de production et non une économie d’échange réel. Le principal rôle reconnu au crédit est d’assurer le préfinancement de la production. Il est ici question de gestion de trésorerie et de paiement des services des facteurs de production et non de financement de l’investissement en capital fixe18. « Si les entrepreneurs ne possèdent aucune encaisse au départ et doivent rémunérer les facteurs de production avant d'écouler leurs produits, ils n'ont d'autre solution que d'emprunter aux banques la totalité de la monnaie qu'ils versent comme revenus aux facteurs de production, en particulier aux salariés. A mesure que cette monnaie est dépensée pour l'achat des biens de consommation, elle revient aux entreprises, qui peuvent ainsi rembourser leurs fournisseurs de matières premières par exemple, ou plus simplement désintéresser la banque devenue titulaire, après escompte, des créances nées dans les rapports entre les entreprises. La monnaie se résorbe ainsi, jusqu'à la prochaine création qui va permettre une nouvelle distribution de revenus » (Le Bourva, 1962, 38). Cette analyse n’a de sens qu’en dehors d’un régime régulier ou d’un état stationnaire. L’économie décrite est hors de l’équilibre.

  • 19 La thèse d’un rationnement du crédit est développée par Stiglitz et Weiss (1981) qui insistent sur (...)

30Est-ce à dire que la quantité de monnaie est simplement endogène ? La réponse est que le banquier dispose d’un pouvoir de rationner le crédit et de prendre ainsi en considération le degré de risque encouru, mais que l’emprunteur reste à même d’anticiper cette situation. « L'offre de crédit du banquier à l'égard d'un seul client, toutes choses égales par ailleurs, n'est certainement pas infiniment élastique, le risque croissant du banquier, comme l'avait déjà souligné Kalecki, fixe une limite au prêt que le banquier serait disposé à consentir. Comme le risque joue également du côté de l'emprunteur, il est d'ailleurs fort possible que celui-ci cesse d'emprunter avant que la limite que se fixe le banquier soit atteinte » (Le Bourva, 1962, 43). Le Bourva reprend ici ce qu’il écrivait déjà dans sa thèse de doctorat, à savoir qu’il existe « une frange d’emprunteurs insatisfaits, qui seraient disposés à solliciter du crédit auprès des banques au taux d’intérêt fixé et qui ne peuvent l’obtenir, par suite du contrôle quantitatif exercé, en dehors de toute action gouvernementale, par les banquiers soucieux de ne pas accroître leurs risques » (Le Bourva, 1953, 218). Il devrait être clair que la théorie défendue par Le Bourva ne se réduit pas à une théorie de la monnaie endogène et retient la possibilité, en situation de concurrence imparfaite, d’un rationnement du crédit par les banques19. Sans doute faudrait-il admettre, en étant fidèle à la thèse fondamentale développée par Le Bourva, qu’il existe une asymétrie entre les tentatives de restreindre le volume des crédits distribués et celles de l’accroître. Les premières sont possibles quoique peu vraisemblables quand les secondes sont vouées à l’échec :

Au total, en l'absence de restrictions de crédit, le système bancaire nous paraît fonctionner dans les conditions suivantes : les prêts sont le point de départ de la création monétaire, les banques sont pratiquement assurées, non seulement dans leur ensemble, mais aussi pour chacune d'elles, de retrouver en dépôts l'équivalent des sommes avancées. Ces dépôts sont transformés en billets dans la mesure nécessaire par la Banque centrale, ce sont donc les prêts et les dépôts qui engendrent les billets, non l'inverse. (Le Bourva, 1962, 52)

31Finalement, « les périodes exceptionnelles exceptées, la politique monétaire n’empêche pas les tendances de fond qui poussent à la création de la monnaie de se manifester. Les banquiers n’ont pas un pouvoir absolu, ils subissent le marché bien plus qu’ils ne le contrôlent. La conduite de la monnaie ressemble à la pratique du vol à voile » (Le Bourva, 1962, 56).

  • 20 Il n’est pas indifférent de noter ici que cette position, opposée à la position monétariste comme e (...)

32Qu’en est-il, alors, vraiment de la nature du processus inflationniste ? Dans des études ultérieures, Le Bourva poursuit la réflexion en introduisant explicitement une distinction entre inflation de monnaie et inflation de crédit (Le Bourva, 1972 ; 1978). Il exprime l’idée que la vision de l’inflation n’est pas la même suivant que l’on s’intéresse aux variations de la quantité de monnaie, autrement dit aux variations des passifs, ou aux sources de la création monétaire, autrement dit aux actifs. Dans le premier cas, l’accent porte sur le comportement des ménages qui détiennent la plus grande part des avoirs monétaires. La théorie de la demande de monnaie est une théorie de la demande des ménages. L’inflation apparaît quand les ménages détiennent plus de monnaie qu’ils ne le désirent. Dans le deuxième cas, il s’agit, non seulement, de « respecter l’ordre des choses, les prêts font les dépôts » (Le Bourva, 1978, 20), mais surtout de considérer les besoins de financement qui sont d’abord ceux des entreprises. Il y a là un renversement de perspective essentiel puisqu’il s’agit rien de moins que de substituer l’entreprise au ménage dans l’ordre de préséance des agents économiques20.

  • 21 Le Bourva retient ici l’argumentaire de Hicks qu’il cite : « Si l’on imite la pratique normale des (...)

33Ces entreprises ont, nous rappelle Le Bourva, deux sortes de besoins de financement. Elles ont besoin de financer les dépenses qui interviennent, durant le cycle de production, avant l’achèvement et la vente des produits, en d’autres termes des dépenses en capital circulant, principalement des paiements de salaires21. Des crédits de trésorerie sont octroyés, une monnaie nouvelle est créée sans quoi les entreprises seraient condamnées à la faillite. Toutefois, entre les revenus, la valeur de la production et la masse des crédits la concordance est assurée. Le financement bancaire est sain (Le Bourva, 1972, 14). Si inflation il y a, c’est une inflation par les coûts en ce sens qu’elle dépend de négociations qui fixent, par ailleurs, les taux de salaire ou le prix des matières premières.

  • 22 Cette analyse est à rapprocher de celle, déjà mentionnée et formulée par Hicks, des tensions inflat (...)

34Les entreprises doivent également financer des investissements en capital fixe, « ceux dont la récupération financière n’a pas lieu dans le cadre de l’année même où les fonds ont été dépensés, mais s’étale au contraire sur toutes les années d’amortissement » (Le Bourva, 1978, 21). Des crédits bancaires sont octroyés qui permettent à l’entreprise de dépenser plus qu’elle ne gagne. Un pouvoir d’achat est ainsi mis à disposition des agents économiques, « puis utilisé par eux pour acquérir des biens faisant partie du produit final disponible sur les marchés » (Le Bourva, 1972, 7). Si inflation il y a, c’est une inflation par la demande dès lors que l’excès de demande pèse sur les prix du fait que les capacités de production sont saturées. Il reste, toutefois, possible d’opérer ce type de transformation bancaire tout en ayant un taux d’inflation modeste. En d’autres termes, le crédit est à la source de l’inflation, mais l’inflation de crédit peut rester modérée22.

35Dans ces conditions, Le Bourva émet des réserves quant aux réelles possibilités pour la banque centrale d’effectivement restreindre le crédit via la politique monétaire :

Cette modération dans l'usage de la politique monétaire s'explique aisément. La monnaie prend naissance d'abord dans l'ensemble des relations qui se forment à l'occasion des transactions entre les entreprises. Le crédit privé précède le crédit bancaire. Mais une fois que les premières bases de la création monétaire ont été accomplies, il n'est guère possible d'enrayer le déroulement des étapes ultérieures sans désarticuler complètement le fonctionnement de l'économie. (Le Bourva, 1962, 55)

36Et d’ajouter que « contrairement à une opinion répandue, la politique monétaire ne doit pas se borner à modifier les rapports entre les banques et la banque centrale, elle doit aussi se répercuter au niveau des rapports entre les clients et les banques ordinaires, voire au niveau des relations entre les clients eux-mêmes » (ibid.). Or la maîtrise de ces rapports n’est réductible ni à la fixation d’un objectif de croissance désiré d’un agrégat monétaire, ni même à celle du taux d’intérêt. Les entreprises, en effet, sont confrontées au dilemme suivant :

Ou bien les hausses nominales de salaires et de prix sont importantes et l’essentiel des crédits nouveaux autorisés financeront les besoins correspondants en capital circulant, mais sans que les quantités de produits et d’emplois augmentent. Ou bien les hausses nominales sont limitées, alors le même montant de crédits nouveaux peut servir pour partie au capital circulant nécessaire à l’embauche de travailleurs et à l’augmentation des stocks, pour partie aux investissements en capital fixe, à la croissance, pour partie même aux équipements collectifs réalisés par l’Etat (Le Bourva, 1978, 29).

  • 23 Ce point d’histoire économique est souligné par Lavoie et Baslé (1996).

37Dès lors, contenir l’inflation devient possible à condition de combiner la politique monétaire avec une politique des revenus nominaux. Implicitement, Le Bourva écarte la possibilité pour la banque centrale d’éradiquer l’inflation, en fait les anticipations inflationnistes, en augmentant brutalement et fortement le taux d’intérêt qui deviendrait alors, dans une perspective wicksellienne, très supérieur au taux naturel. Sur ce point Le Bourva sera démenti par les faits. La hausse rapide et forte du taux d’intérêt par la Réserve Fédérale aux États-Unis au début des années 1980 viendra à bout de l’inflation. Son erreur d’appréciation vient sans doute de ce qu’il considérait que les autorités monétaires n’oseraient pas faire payer le prix de cette politique en termes de hausse du taux de chômage23.

3. L’actualité de la théorie de Le Bourva

38La période actuelle est, certes, bien différente de celle que Le Bourva avait sous les yeux. Le péril n’est plus l’inflation mais l’absence d’inflation ou pire la déflation. Qui plus est cette absence d’inflation va de pair dans certains pays avec une situation de plein emploi censée favoriser des hausses de salaires qui, pourtant, ne se manifestent pas. Le péril évoqué est celui d’une stagnation séculaire ou, à tout le moins d’une reprise ralentie de l’activité économique après la crise de 2008. La théorie économique dominante est défaillante à en donner une explication convaincante. C’est qu’elle reste aveugle à la réalité d’une économie monétaire telle que Le Bourva l’envisageait à la suite de l’analyse conduite par Wicksell : une économie de crédit, une économie de production et une économie d’entrepreneurs. L’erreur théorique qu’il dénonçait persiste. Elle consiste, non seulement, à faire de l’offre de monnaie centrale en réponse à des déficits publics la seule cause des variations de prix, mais aussi à ignorer que les marchés sont généralement en déséquilibre et possiblement le siège de mécanismes cumulatifs tels qu’envisagés par Young (1928), Kaldor (1972) ou encore Myrdal (1957). L’inflation est fondamentalement, comme le souligne Le Bourva, un phénomène cumulatif résultant l’articulation entre la distribution de crédits et une plus ou moins grande flexibilité des prix et des salaires en réaction aux déséquilibres de marché.

39Les questions au cœur du débat contemporain de politique économique illustrent cette défaillance théorique. La première est relative à l’incapacité d’une politique monétaire accommodante de garantir par elle-même une reprise durable de l’activité économique. La seconde est relative à l’absence de tensions inflationnistes dans les économies proches du plein emploi.

40Le consensus en vigueur voudrait que restaurer la liquidité des banques permette à celles-ci de répondre aux besoins « naturels » de crédit des entreprises et garantisse ainsi une croissance sans inflation. Les mesures d’assouplissement quantitatif, dites non conventionnelles, seraient alors temporaires, le temps pour l’économie de retrouver le sentier naturel d’équilibre perdu, sans qu’il soit nécessaire de recourir à un déficit public qui reste, dans cette perspective, la seule source d’inflation.

  • 24 La problématique est ici d’ordre microéconomique et concerne les choix opérés par les entreprises à (...)
  • 25 C’est le diagnostic qui peut être formulé à propos de la situation du Japon au cours des deux décen (...)

41La réalité est toute différente. Comme pourrait le relever Le Bourva, si les mesures monétaires d’assouplissement quantitatif (quantitative easing) ont été efficaces pour enrayer le mécanisme cumulatif de crise de la dette, elles se sont avérées inopérantes par elles-mêmes à susciter une demande de crédit. La première raison est qu’il n’existe pas une demande de biens et services qui justifierait cette demande de crédit. Une seconde raison, sans doute plus importante, est que nombre d’entreprises sont dans l’incapacité d’effectuer des anticipations fiables sur la demande future, et donc de s’engager dans des projets d’investissement à long terme exigeant de disposer d’un capital patient via les banques ou les marchés financiers. En conséquence, ces entreprises, non seulement ne demandent pas de crédits pour investir, mais elles disposent de montants considérables de liquidité (y compris en empruntant aux taux très bas qui prévalent) qu’elles utilisent notamment à racheter leurs propres actions. L’économie fait face à des défaillances inter-temporelles de demande effective signifiant que les entreprises ne peuvent ou ne veulent pas échanger les revenus attendus du produit futur contre les services des facteurs requis pour l’obtenir, plus simplement ne peuvent ou ne veulent pas emprunter pour financer l’investissement24. Ce à quoi une politique monétaire de bas taux d’intérêt ne peut, à elle seule, répondre au risque d’ailleurs d’être à l’origine de la formation d’une nouvelle bulle financière25.

42En revanche, si les conditions étaient effectivement réunies pour que les acteurs économiques partagent une même vision à long terme, si, en particulier, banques et actionnaires étaient en position d’offrir un capital patient, les entreprises pourraient envisager d’investir et une croissance durable deviendrait possible. Dans de telles circonstances, conformément à la thèse défendue par Le Bourva, des tensions inflationnistes apparaîtraient normalement du fait de la distribution de pouvoir d’achat et de la stimulation de la demande finale alors qu’il n'y aurait pas de contrepartie immédiate du côté de l’offre de biens de consommation pour la simple raison qu’il existe un temps de gestation avant que ces investissements ne deviennent opérationnels. Plutôt que de l'abondance de liquidités, c'est de cet excès de la demande sur l’offre de biens que viendrait la hausse des prix tant recherchée aujourd'hui par les banques centrales après avoir été tant combattue. Toutefois, cette inflation, alimentée par le crédit, ne serait pas nécessairement cumulative et de longue durée. D’abord parce que les prix pourraient s’avérer relativement rigides : les entreprises faisant le choix d’éviter une volatilité préjudiciable à leur propre calcul économique ainsi qu’à celui de leurs clients, avec comme effet de raccourcir leur horizon temporel. En outre, cette inflation devrait être temporaire en étant la condition de son extinction future, dans la mesure où elle accompagne la construction d’une offre de biens et services qui viendrait ultérieurement équilibrer la demande. Il y aurait peu de chances, alors, d’observer une dérive des anticipations inflationnistes. Le but que se sont données les banques centrales serait ainsi atteint autrement qu’en abondant le marché en liquidités, impliquant, comme l’indiquait Le Bourva, de ne pas se limiter aux relations entre la banque centrale et les banques de second rang et donc de considérer aussi les relations entre ces dernières et leurs clients, comme d’ailleurs celles entre les actionnaires et les managers exécutifs.

  • 26 Voir à ce propos Ehnts et Barbaroux (2017).
  • 27 Dans la situation actuelle les entreprises utilisent les liquidités disponibles et même s’endettent (...)

43Le consensus doctrinal en vigueur voudrait aussi que l’inflation réapparaisse à proximité du plein emploi et qu’il faille d’autant plus prendre garde à ne pas aggraver les tensions en laissant persister un déficit public. Or il faut bien constater que la faiblesse de l’inflation à proximité du plein emploi procède d’un fonctionnement du marché du travail impliquant que les salariés ne sont pas enclins à quitter leur emploi et donc à faire pression pour demander des hausses de salaires, ce qui a, naturellement, des répercussions sur la situation des marchés de biens. Dans ce contexte, une politique monétaire peut être expansionniste et permettre de financer un déficit public sans que l’on risque un retour de l’inflation et une hausse des taux d’intérêt. C’est la thèse développée par ce que l’on dénomme aujourd’hui la nouvelle théorie monétaire (modern monetary theory) qui fait écho aux travaux de Le Bourva26. Ce dont, toutefois, Le Bourva faisait état, comme nous l’avons souligné plus haut, c’est de la nécessité de considérer l’évolution concomitante des dettes privées et publiques, ce qui ne saurait impliquer de voir dans le déficit public l’unique solution alors que ce qui est en jeu reste le comportement d’investissement des entreprises. Un tel déficit n’est opportun (et non inflationniste) que parce que l’endettement public fait face au désendettement ou à l’absence d’endettement privé27. Il n’a d’efficacité que s’il permet aux entreprises de bénéficier des effets d’entraînement des investissements publics. Dans cette perspective, il peut redevenir crédible pour les entreprises de s’endetter pour investir à long terme sans que cela ne produise de tensions inflationnistes.

Conclusion

44La modernité des thèses Le Bourva tient à ce que la théorie implicitement convoquée n’est pas une théorie conjoncturelle dite de courte période, mais une théorie de la croissance envisagée comme étant celle qui établit les propriétés de sentiers en forme de succession des déséquilibres de courte période. Le Bourva avait cette idée en tête quand il entendait articuler son analyse monétaire avec une analyse de l’accumulation de capital bien que sa référence à l’ouvrage de Joan Robinson (1956) ne semble pas des plus pertinentes dans la mesure où il y est question de régime régulier et non de séquence de déséquilibres.

  • 28 Ce type d’analyse a, notamment, été développé par Amendola et Gaffard (1998 ; 2006 ; 2018 ; 2019).

45Le contraste est total avec l’analyse contemporaine qui se réclame également de Wicksell, mais pour conclure que la politique monétaire doit amener le taux d’intérêt monétaire au niveau du taux naturel, qu’il faut se garder d’agir sur les flux de crédit et d’affecter ainsi l’allocation des ressources, laquelle doit relever des variations de prix aussi flexibles que possible (Woodford, 2002 ; 2003). Approfondir la démarche engagée par Le Bourva requiert d’analyser ce que Keynes (1973) appelait une économie monétaire de production au sein de laquelle s’articulent au cours du temps les déséquilibres de marché, et dont il faut établir les conditions de viabilité impliquant d’écarter les mécanismes cumulatifs notamment en matière de prix28.

  • 29 Le Bourva s’est souvent ouvert de la nécessité d’abandonner l’idée d’un taux de profit qui serait u (...)

46L’interaction entre phénomènes réels et monétaires ne peut que conduire à remettre en cause, ainsi que Keynes l’a fait, l’existence d’un taux d’intérêt naturel, autrement dit d’un taux de profit qui serait indépendant des comportements monétaires et financiers, existence dont le corollaire est, évidemment, l’existence d’un équilibre strictement réel de longue période. « Ce qui doit être comparé au taux d’intérêt du marché ce n’est pas le taux d’intérêt réel de Wicksell, mais l’Efficacité Marginale du Capital, influencée non seulement par les facteurs réels de Wicksell, mais aussi par les anticipations de prix et, même, plus généralement, par l’état d’esprit des entrepreneurs » (Hicks, 1977, 66). On ne saurait mieux souligner l’interaction entre la dimension réelle et la dimension monétaire de l’économie29.

  • 30 A ce propos un débat qui peut sembler irréaliste a pris place qui opposent ceux qui font des prix f (...)

47Alors que dans la perspective monétariste reprise par les nouveaux classiques, prix et salaires doivent être flexibles, leur relative rigidité « n’est pas une question d’illusion monétaire, [mais] une question de continuité » (Hicks, 1974, 108). Des prix et salaires excessivement flexibles ne peuvent, en effet, qu’entamer la crédibilité du calcul économique, réduire l’horizon temporel des entreprises et engendrer un processus cumulatif30.

48Il revient, alors, aux autorités monétaires de permettre aux entreprises de contenir les déséquilibres auxquels il aurait été erroné de répondre par des variations excessives des prix. Ne pas réagir brutalement à des tensions finalement modérées sur les prix qui résulteraient de dépenses d’investissement destinées à pallier l’insuffisance de capacité fait partie de la solution. De même qu’en font partie les mesures qui favorisent le déploiement d’un capital patient, qu’il s’agisse de l’organisation des relations entre banques et entreprises non financières ou des conditions de gouvernance de ces entreprises.

49Quand les conditions d’une adaptation réussie à une nouvelle donne prévalent, en partie en raison de l’action des autorités monétaires, l’inflation ne se développe pas comme une promenade aléatoire et les changements courants ne sont pas extrapolés. Les anticipations de prix sont effectivement inélastiques. L’inflation doit créer les conditions de sa propre limitation. En contribuant à éviter des fluctuations inappropriées des prix et de l’investissement, la politique des autorités monétaires est, alors, temporellement cohérente.

50Aussi est-il question ici rien moins que de reprendre une filiation interrompue et de proposer un renversement point par point d’une théorie monétaire et d’une théorie de l’inflation issues du monétarisme en évitant tout enfermement dans une chapelle et en méditant cette citation de Spinoza sur laquelle conclut Le Bourva (2000) dans la postface aux mélanges en son honneur : « ne pas railler, ne pas pleurer, ne pas détester, mais comprendre ».

Une première version de cet article a été présentée lors des Journées de l’Association Charles Gide, « La science économique au 20ème siècle : la singularité d’un épisode français », Nice, 7-9 décembre 2017. Je remercie Jacques Le Bourva d’avoir pris le temps de lire une première version de cette contribution et de s’en être entretenu avec moi. Je reste, évidemment, seul responsable de l’interprétation proposée de ses travaux et des voies de recherche qu’ils ouvrent. Je remercie également pour leurs commentaires et suggestions Richard Arena et Pierre Dockès ainsi que les rapporteurs anonymes de la revue.

Haut de page

Bibliographie

Amendola, Mario et Jean-Luc Gaffard. 1998. Out of Equilibrium. Oxford: Clarendon Press.

Amendola, Mario et Jean-Luc Gaffard. 2006. The Market Way to Riches. Cheltenham: Edward Elgar.

Amendola, Mario et Jean-Luc Gaffard. 2018. Le désordre et la raison. Une économie politique de la mondialisation. Londres: ISTE.

Amendola, Mario et Jean-Luc Gaffard. 2019. Disorder and Public Concern about Globalization. London: ISTE and Wiley.

Arena, Richard. 2000. Les économistes français en 1950. Revue Économique, 51(5): 969-1007.

Arrow, Kenneth J. 1959. Toward a Theory of Price Adjustment. In Moses Abramovitz, Armen Alchian, Kenneth J. Arrow, Paul A. Baran, Phillip W. Cartwright, Hollis B. Chennery, Lorie Tarshis, George W. Hilton, Hendrik S. Houthakker, Charles E. Lindblom, Melvin E. Reder, Tibor Scitovsky et Edward S. Shaw (dir.), The Allocation of Economic Resources. Stanford: Stanford University Press, 42-53.

D’Autume, Antoine. 1989. La macroéconomie contemporaine. In Thierry Paquot et Jean-Paul Piriou (dir.), La science économique en France. Paris : La Découverte, 16-30.

Eggertsson, Gauti et Paul Krugman. 2012. Debt, Deleveraging, and the Liquidity Trap: A Fisher-Minsky-Koo Approach. Quarterly Journal of Economics, 127(3): 1469-1513.

Ehnts, Dirk et Nicolas Barbaroux. 2017. From Wicksell to Le Bourva to Modern Monetary Economy. Institute for International Political Economy Berlin Working Paper, No 92/2017.

Fitoussi, Jean-Paul. 1973. Inflation, équilibre et chômage. Paris : Éditions Cujas.

Heymann, Daniel et Axel Leijonhufvud. 1996. High Inflation. Oxford: Oxford University Press.

Hicks, John R. 1947. World Recovery after War: A Theoretical Analysis. The Economic Journal, 57(226): 151-164.

Hicks, John R. 1969. A Theory of Economic History. Oxford: Clarendon Press.

Hicks, John R. 1974. The Crisis in Keynesian Economics. Oxford: Blackwell.

Hicks, John R. 1977. Monetary Experience and the Theory of Money. In John R. Hicks (dir.), Economic Perspectives. Further Essays on Money and Growth. Oxford: Clarendon Press, 45-68.

Hicks, John R. 1989. A Market Theory of Money. Oxford: Clarendon Press.

Kaldor, Nicholas. 1972. The Irrelevance of Equilibrium Economics. The Economic Journal, 82(328): 1237-1255.

Kaldor, Nicholas. 1982. The Scourge of Monetarism. Oxford: Oxford University Press.

Keynes, John M. 1930. A Treatise on Money. London: Macmillan

Keynes, John M. 1936. The General Theory of Employment, Interest, and Money. London: Macmillan.

Keynes, John M. 1973. The General Theory and After: Part I. Preparation. In Elizabeth Johnson et Donald Moggridge (dir.), Collected Writings Volume XIII. London: Macmillan for the Royal Economic Society, 1-653.

Lavoie, Marc. 1992. Jacques Le Bourva’s Theory of Endogenous Credit-Money. Review of Political Economy, 4(4): 436-446.

Lavoie, Marc et Maurice Baslé. 1996. La pensée monétaire de Jacques Le Bourva. Revue d’Economie Politique, 102(2): 269-291.

Le Bourva, Jacques. 1953. L’inflation française d’après-guerre, 1945-1949, Essai sur la théorie et la mesure du processus inflationniste. Paris : Armand Colin.

Le Bourva, Jacques. 1959. La théorie de l’inflation, le rapport des experts et l’opération de décembre 1958. Revue Économique, 10(5): 713-754.

Le Bourva, Jacques. 1962. Création de monnaie et multiplicateur de crédit. Revue Économique, 13(1): 29-56.

Le Bourva, Jacques. 1972. Remarques sur le rôle du crédit bancaire dans le financement des investissements en capital fixe. Euro coopération. Études économiques européennes, 2: 2-19.

Le Bourva, Jacques. 1978. Le lit de Procuste ? Réflexions sur l’annonce de leurs objectifs par les autorités monétaires. Euro coopération. Études économiques européennes, 21: 5-30.

Le Bourva, Jacques. 1992. Money Creation and Credit Multipliers. Review of Political Economy, 4(4): 447-466.

Le Bourva, Jacques. 2000. Postface : Pour Finir. In Jean-Luc Gaffard et Michel Glais (dir.), Monnaie, croissance et marchés, Essais en l’honneur de Jacques Le Bourva. Paris : Economica, 364-379.

Leijonhufvud, Axel. 1983. Keynesianism, Monetarism, and Rational Expectations: Some Reflections and Conjectures. In Roman Frydman and Edmund Phelps (dir.), Individual Forecasting and Aggregate Outcomes: Rational Expectations Examined. Cambridge: Cambridge University Press, 203-230. 

Leijonhufvud, Axel. 2008. Keynes and the Crisis. CEPR Policy Insights, No 23.

Lundberg, Erik. 1937. Studies in the Theory of Economic Expansion. Stockholm: Stockholm economic studies.

Myrdal, Gunnar. 1957. Economic Theory and Underdeveloped Regions. London : Duckworth.

Pollin, Jean-Paul. 1989. L’analyse monétaire en France. In Thierry Paquot et Jean-Paul Piriou (dir.), La science économique en France. Paris: La Découverte, 31-37.

Pollin, Jean-Paul. 2005. Théorie de la politique monétaire. Revue Économique, 56(3): 507-539.

Robertson, Dennis H. 1926. Banking Policy and the Price Level. An Essay in the Theory of the Trade Cycle. London: King & Son.

Robinson, Joan. 1956. The Accumulation of Capital. London: Macmillan.

Robinson, Joan. 1971. Economic Heresies. Some Old Fashioned Questions in Economic Theory. London: Macmillan.

Schumpeter, Joseph A. 1934. Theory of Economic Development. Cambridge: Harvard University Press.

Stiglitz, Joseph E. et Andrew Weiss. 1981. Credit Rationing in Markets with Imperfect Information. American Economic Review, 71(3): 393-410.

Tobin, James. 1972. Inflation and Unemployment. American Economic Review, 62(1): 1-18.

Tobin, James. 1995. The Natural Rate as a New Classical Macroeconomics. In Rod Cross (dir.), The Natural Rate of Unemployment. Cambridge: Cambridge University Press, 32-42.

Young, Allyn A. 1928. Increasing Returns and Economic Progress. The Economic Journal, 38(152): 527-542.

Wicksell, Knut. [1898] 1965. Interest and Prices. New York: Augustus Kelley.

Wicksell, Knut. [1934] 1977. Lectures on Political Economy. New York: Augustus Kelley.

Woodford, Michael. 2002. Financial Market Efficiency and the Effectiveness of Monetary Policy. Mimeo, Princeton University.

Woodford, Michael. 2003. Interest and Prices, Foundations of a Theory of Monetary Policy. Princeton : Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1 Arena (2000) évoque cette attitude de principe qu’il fait remonter au début du 19ème siècle et qui explique les refus d’accueillir les révolutions scientifiques successives (classique, néo-classique, keynésienne) dont la conséquence est « un décalage désormais sensible entre la pensée économique française et la pensée internationale contemporaine de langue anglaise » (Arena, 2000, 999).

2 On nous permettra de mentionner ici les noms de Paul Chamley et de Paul Coulbois dont les recherches et l’enseignement dans les années 1950 et 1960, également en rupture avec la tradition universitaire française, ont fortement influencé leurs élèves de l’époque à l’Université de Strasbourg devenus à leur tour professeurs, notamment Rodolphe Dos Santos Ferreira et Jean-Paul Fitoussi.

3 Ce que soulignent D’Autume (1989), Pollin (1989), Lavoie et Baslé (1996).

4 « Malgré la diversité des écoles et des chapelles, je persiste à croire en l’élaboration d’une connaissance économique objective. Bien sûr, à la pointe avancée des réflexions, des divergences existent, comme dans tous les autres domaines. Bien sûr aussi le rôle des passions ou des idéologies s’observent dans la production des analyses économiques. Mais je crois qu’il n’y a pas que cela. Le marginalisme n’a pas été inventé pour contrer le marxisme. Si les analyses d’équilibre général, à la Patinkin par exemple, ne m’avançaient pas beaucoup pour étudier l’inflation, elles posaient tout de même des questions importantes à d’autres égards » (Le Bourva, 2000, 379).

5 C’est ce que souligne notamment Lavoie (Lavoie, 1992 ; Lavoie et Baslé, 1996) et qui l’amène à publier une version synthétisée en langue anglaise des deux articles de la Revue Economique écrits par Le Bourva (Le Bourva, 1992).

6 C’est un fait que l’augmentation de la dette publique a été après 2008 un effet de la crise des dettes privées. Aussi le danger aurait-il été et reste de vouloir simultanément réduire dettes publiques et dettes privées alors que l’augmentation des premières doit faire pièce à la diminution nécessaire des secondes (Eggertsson et Krugman, 2012).

7 Wicksell (1898) est le premier à développer ce type d’analyse avant qu’elle ne soit reprise par Robertson (1926) et Keynes (1930). Wicksell (1934) et Keynes (1936) l’abandonneront au profit d’une analyse en termes d’équilibre (Lundberg, 1937). Hicks la reprendra ultérieurement dans un ouvrage associant explicitement théorie des marchés de biens et du travail et théorie monétaire (Hicks, 1989).

8 Cette analyse est effectivement proche de celle retenue par Wicksell (1898) pour qui le surcroît d’investissement, résultant de ce que les banques pratiquent un taux d’intérêt plus bas que le taux naturel, se traduit en augmentation des salaires (du capital circulant) mais aussi des prix des biens de consommation. L’inflation est ici le résultat du déséquilibre de marché lequel survient en raison du délai nécessaire pour que le niveau de l’offre atteigne celui de la demande, autrement dit du temps requis pour produire (Lundberg, 1937).

9 Dans ce cas qui n’est autre que le monde de l’équilibre général de Walras, les marchés sont systématiquement et immédiatement soldés, les prix reflètent les fondamentaux (technologies et préférences) et l’inflation ne peut résulter que d’une hausse de la quantité de monnaie en circulation, laquelle affecte les prix absolus et non les prix relatifs.

10 « In any state of disequilibrium, i.e. any situation in which supply does not equal demand, … economy will show evidences of monopoly and monopsony. These evidences will be the more intense, the greater the disequilibrium… [This] suggests that the measurement of competitiveness by the concentration ratio has to be interpreted carefully. A degree of concentration which would be perfectly compatible with a reasonable degree of competition if the market were in equilibrium might easily fail to be so compatible in the event of serious inequality between supply and demand » (Arrow, 1959, 48-49).

11 Lavoie et Baslé (1996, 275) font valoir que la théorie de l’inflation ainsi conduite met en scène un conflit entre capitalistes qui entendent augmenter leurs marges pour financer la croissance et travailleurs qui entendent maintenir sinon augmenter leurs rémunérations. L’inflation est ici considérée comme une inflation par les coûts et non une inflation par la demande. Il est vrai que Le Bourva attachait de l’importance à la relation entre la répartition, l’accumulation de capital et l’inflation en étant ainsi proche de la tradition cambridgienne. Cette lecture a, cependant, le défaut de laisser dans l’ombre le rôle que joue, chez Le Bourva, les déséquilibres de marché et le temps nécessaire pour produire. Elle tend à faire des prix des prix de production sans aucune référence à la demande.

12 Cette explication de la « stagflation » faisant explicitement état de marchés non soldés et de réponses asymétriques aux déséquilibres est également retenue, dans la même période, par Fitoussi (1973).

13 Hicks avait développé le même type d’analyse afin de comprendre les problèmes économiques nés de la reconstruction après la Deuxième Guerre mondiale et notamment le problème de l’inflation. La reconstruction exigeait des investissements dont la mise en œuvre prenait nécessairement du temps. Les salaires versés devaient alimenter une demande de biens de consommation vis-à-vis de laquelle l’offre restait insuffisante. Il en a résulté des tensions inflationnistes qu’il aurait été dangereux de combattre systématiquement car cela aurait pénalisé l’investissement (Hicks, 1947).

14 La notion de barrière inflationniste est présente dans l’analyse monétaire de Hicks (1977) pour qui cette barrière se déplace au cours du temps. Elle est également présente dans l’analyse de Robinson (1971).

15 Voir à ce sujet Pollin (2005).

16 Cette discussion pourrait éclairer la controverse ayant opposé, au moment de la libération de la France en 1944, Mendès-France et Pleven sur la question de l’opération d’assainissement monétaire, le premier proposant au contraire du second l’échange de billets, le blocage des prix et celui des comptes bancaires. Le laxisme l’a emporté sur la rigueur. Toutefois, si tel n’avait pas été le cas, l’inflation, certes due à la quantité excessive de monnaie en circulation, se serait de toute façon poursuivie en raison de la persistance des pénuries, bien sûr de biens agricoles mais aussi de biens d’équipement industriel. Mendès-France soulignera, d’ailleurs, plus tard que l’inflation ne peut être combattue qu’en augmentant l’offre ou en diminuant la demande. Nous pourrions redire ici qu’il est des situations dans lesquelles l’offre est insuffisante et son augmentation prendra du temps de sorte que les tensions inflationnistes sont inévitables et même nécessaires si ce sont les dépenses d’investissement productif qui sont en jeu.

17 Si l’endettement public croissant est une réalité incontestable aux Etats-Unis au cours de cette période et porte la responsabilité de la dérive inflationniste, il est difficile de l’attribuer à des politiques budgétaires simplement conjoncturelles alors que le déficit croissant est manifestement le résultat, non d’une politique conjoncturelle dite de fine tuning, mais de ruptures structurelles associées à la nouvelle politique d’aide sociale et aux décisions d’intervention militaire extérieure.

18 Il n’est pas absurde, cependant, de mentionner ici Schumpeter (1934) pour qui le crédit est le complément nécessaire de l’innovation, autrement dit le complément de l’acte d’entreprendre consistant à détourner les ressources de leurs emplois actuels.

19 La thèse d’un rationnement du crédit est développée par Stiglitz et Weiss (1981) qui insistent sur les conséquences d’une asymétrie d’information entre prêteurs et emprunteurs sur la qualité des investissements projetés. Ce n’est sans doute pas exactement ce que pouvait entendre Le Bourva qui liait la demande de crédit à la demande future de biens signifiant par là que les emprunteurs ne cachent pas l’information sur la qualité de l’investissement mais sont confrontés à l’incertitude quant à la configuration des marchés futurs.

20 Il n’est pas indifférent de noter ici que cette position, opposée à la position monétariste comme ensuite des nouveaux classiques, est aussi celle de Keynes (1936) qui fait de l’incitation à investir des entreprises, et non de la consommation des ménages, la variable clé de l’état de l’économie.

21 Le Bourva retient ici l’argumentaire de Hicks qu’il cite : « Si l’on imite la pratique normale des affaires consistant à ne pas prélever un profit jusqu’à ce que les biens soient effectivement vendus et, si l’on néglige la complication due à la désintégration verticale d’un même processus entre différentes firmes, la valeur du capital circulant se ramène (approximativement) à celle du travail incorporé. Il n’y a pas de proportionnalité stricte entre cette valeur, à un instant particulier, et la valeur du flux utilisé […] mais il existe une bonne proportionnalité approchée » (Hicks, 1969, 151).

22 Cette analyse est à rapprocher de celle, déjà mentionnée et formulée par Hicks, des tensions inflationnistes caractéristiques d’une période de reconstruction (Hicks, 1947).

23 Ce point d’histoire économique est souligné par Lavoie et Baslé (1996).

24 La problématique est ici d’ordre microéconomique et concerne les choix opérés par les entreprises à un moment donné du temps sur la base de leurs anticipations sur la demande future. Rien n’est dit sur l’enchaînement des déséquilibres et la possibilité d’un mécanisme cumulatif.

25 C’est le diagnostic qui peut être formulé à propos de la situation du Japon au cours des deux décennies qui se sont écoulées après 1990 (Leijonhufvud, 2008).

26 Voir à ce propos Ehnts et Barbaroux (2017).

27 Dans la situation actuelle les entreprises utilisent les liquidités disponibles et même s’endettent en achetant des titres (y compris leurs propres actions) entretenant la bulle sur les marchés financiers, sans incidence évidemment en termes de tensions inflationnistes sur les marchés de biens.

28 Ce type d’analyse a, notamment, été développé par Amendola et Gaffard (1998 ; 2006 ; 2018 ; 2019).

29 Le Bourva s’est souvent ouvert de la nécessité d’abandonner l’idée d’un taux de profit qui serait un taux intrinsèque de rentabilité du capital, en fait le taux d’intérêt naturel de Wicksell, distinct du taux monétaire, impliquant de renouveler la théorie de la répartition en mettant les pas dans ceux de Joan Robinson et de proposer une explication du taux de profit qui le ferait dépendre en partie du taux d’intérêt fixé par les banques, autrement dit d’une variable monétaire.

30 A ce propos un débat qui peut sembler irréaliste a pris place qui opposent ceux qui font des prix fixes la cause des tendances inflationnistes et ceux qui, au contraire, dénoncent les effets d’une trop grande flexibilité. Suivant les premiers, des prix parfaitement flexibles sont associés à un taux d’inflation stable lui‐même déterminé par la quantité de monnaie en circulation. Ces prix parfaitement flexibles ne sont jamais excessivement volatiles pour la raison qu’il existe une spéculation nécessairement stabilisante (on achète bas et vend haut) et parce que les données fondamentales changent lentement. Ils évoluent au même rythme que l’indice puisqu’il n’y a aucune friction. La variabilité du taux d’inflation, préjudiciable à l’allocation des ressources, est alors le fruit de rigidités ou de viscosités qui sont responsables d’ajustements intermittents et spasmodiques. (Woodford, 2003). Suivant les seconds, des prix visqueux constituent un ancrage qui aide à stabiliser l’économie alors que des prix excessivement flexibles et erratiques font que la stabilité inter‐temporelle est détruite, créant possiblement les conditions d’une forte inflation qui va de pair avec des destructions inappropriées de capacité, la disparition des marchés inter‐temporels et le raccourcissement de l’horizon temporel des agents (Heymann et Leijonhufvud, 1996).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Gaffard, « Monnaie, crédit et inflation : l’analyse de Le Bourva revisitée »Œconomia, 10-1 | 2020, 3-25.

Référence électronique

Jean-Luc Gaffard, « Monnaie, crédit et inflation : l’analyse de Le Bourva revisitée »Œconomia [En ligne], 10-1 | 2020, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/oeconomia/7298 ; DOI : https://doi.org/10.4000/oeconomia.7298

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Gaffard

OFCE Sciences Po, Université Côte d’Azur (GREDEG CNRS et SKEMA Business School) et Institut Universitaire de France, jeanluc.gaffard@sciencepo.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals