Skip to navigation – Site map

HomeNuméros10-1Revue des livresEssais critiquesMonnaie et immortalité : une autr...

Revue des livres
Essais critiques

Monnaie et immortalité : une autre histoire du Bitcoin

Odile Lakomski-Laguerre
p. 145-154
Bibliographical reference

Finn Brunton, Digital Cash - The Unknown History of the Anarchists, Utopians, and Technologists Who Created Cryptocurrency, Princeton: Princeton University Press, 2019, 272 pages, ISBN 978-069117949-0

Full text

Full size image
Credits: Princeton University Press
  • 1 Finn Brunton parle de cash digital, plus que de monnaie cryptographique. Nous avons donc retenu la (...)

1Pour les chercheurs qui s’intéressent à la monnaie digitale, mais aussi plus largement, à la place qu’elle occupe dans l’économie et la société, l’ouvrage de Finn Brunton, Digital Cash - The Unknown History of the Anarchists, Utopians, and Technologists Who Created Cryptocurrency, sera précieux. L’auteur y retrace l’histoire de ces techno-utopistes qui, à partir des années 1970, en sont venus à imaginer une monnaie digitale expérimentale1, conçue comme un instrument de leurs projets futuristes : protéger la vie privée, anéantir les gouvernements, bouleverser l’ordre établi et faire advenir une société dans laquelle la technologie viendrait à bout de tous les maux de l’humanité.

  • 2 Le terme cypherpunk, inventé par une autre figure centrale de l’ouvrage de Finn Brunton, Jude Milho (...)

2Cette histoire est partiellement connue, et a déjà fait l’objet d’analyses approfondies (Grinberg, 2011 ; Kaplanov, 2012 ; Jeong, 2013 ; Karlstrom, 2014 ; Swartz, 2018). Le lecteur retrouvera dans l’ouvrage de Brunton des développements incontournables. Certains chapitres du livre sont ainsi consacrés à l’influence du mouvement cypherpunk, rêvant d’une société libre, où prime la souveraineté individuelle affranchie de tout contrôle étatique2. Brunton montre, après d’autres, combien les monnaies digitales sont des produits dérivés du cyberespace, lui-même construit par une techno-utopie californienne propre à la Silicon Valley. De même, Brunton revient sur les racines idéologiques des monnaies digitales comme le Bitcoin, et fait de nombreuses références à l’influence du libéralisme et des théories économiques d’obédience autrichienne. Ainsi par exemple, dans le chapitre 5 intitulé « Collapse of governments », Brunton introduit une figure intellectuelle importante, personnage pionnier dans le développement des concepts relatifs au e-commerce, Phil Salin, qui était libertarien, fortement influencé par les travaux de Ayn Rand, Popper, Hayek et Mises. Le chapitre 8 du livre intitulé « Hayek in Biostasis » consacre également un passage important à l’influence de la théorie autrichienne de la monnaie, et du mouvement de l’extropianisme (sur lequel nous reviendrons) qui, selon Brunton, a fusionné les théories de l’école autrichienne et le techno-optimisme propre à la baie de San Francisco. Aussi indispensables qu’elles soient, ces références à l’école autrichienne ne permettent pas de rendre compte d’un aspect essentiel des monnaies digitales : être une réserve de valeur et alimenter une bulle spéculative. Or justement, l’ouvrage de Brunton permet de comprendre pourquoi le Bitcoin doit avoir une telle propriété. Il invite à penser la spéculation autour du Bitcoin non comme l’effet de contingences économiques spécifiques aux cryptomonnaies (Desmedt et Lakomski-Laguerre, 2018), mais plus fondamentalement comme une propriété nécessaire dans la stratégie imaginée par ceux qui ont conçu les monnaies digitales, au service d’un projet qui dépasse la monnaie et le désir d’enrichissement par la spéculation. C’est à ce type d’interrogations que le livre de Finn Burton apporte des réponses éclairantes et étonnantes ; et il tient ses promesses en nous contant l’histoire méconnue de ceux qui ont façonné la monnaie digitale.

1. Le Bitcoin comme construit social

  • 3 Il n’est pas étonnant d’ailleurs de trouver parmi les références sur les questions monétaires le ré (...)

3Aussi faut-il lire Digital Cash, pour deux raisons majeures. La première raison est que le livre fait la part belle à cet objet trop souvent négligé par la théorie économique, la monnaie. Dans son ouvrage, Finn Brunton n’aborde pas le sujet de la monnaie digitale d’une façon classique, que ce soit au travers de ses aspects techniques, en révélant par exemple le potentiel extraordinaire de la blockchain, ou en considérant les enjeux économiques et de régulation que son développement peut soulever. Au-delà de ces considérations, la réflexion menée en filigrane dans le livre porte sur la monnaie comme mode d’organisation de l’économique et du social. Et c’est peut-être parce que Finn Brunton n’est pas économiste, mais chercheur en sciences sociales (au sein du département Media et Communication de l’Université de New York), que son ouvrage constitue un apport précieux en analysant la monnaie comme une institution centrale, dans une réflexion de sciences sociales susceptible dès lors de révéler ce qui se joue véritablement derrière la mise au point des monnaies digitales3. La deuxième raison de lire Digital Cash, c’est que l’ouvrage apporte un éclairage nouveau et totalement inattendu sur les aspirations et utopies des principaux personnages qui peuplent le livre, protagonistes de l’histoire de l’expérimentation des monnaies digitales.

4Que les économistes spécialistes des questions monétaires et inconditionnels de la théorie ne s’y trompent pas cependant : ils ne trouveront dans Digital Cash quasiment aucun questionnement analytique sur la monnaie digitale. Le tour de force est ailleurs.

5Dans son introduction, Finn Brunton annonce que la thèse principale de son ouvrage consiste à lier la question des monnaies digitales au problème fondamental de la connaissance, et plus spécifiquement, au problème de la valorisation des données numériques dans le cadre d’échange de biens informationnels, qui deviendra crucial avec le développement d’Internet. C’est évidemment un enjeu important, et Digital Cash devait nécessairement contenir des chapitres incontournables dédiés à la mise au point et l’amélioration des techniques telles que la cryptographie, les réseaux de pair à pair, la signature et l’horodatage de fichiers numériques, qui ont toutes contribué à la conception des monnaies digitales, mais aussi au développement des places de marché dédiées aux échanges d’informations et de savoirs, autrement dit, aux ancêtres d’Internet.

6Néanmoins, nous pensons que Brunton avance parallèlement une autre thèse, qui nous semble tout autant digne d’intérêt, voire qui l’emporte sur l’autre, contrairement à ce qu’avance l’auteur – mais peut-être s’agit-il là d’un biais d’interprétation lié à notre propre inclination vers l’analyse monétaire en économie. Selon nous, l’apport original du livre tient à l’adoption par Brunton d’une grille de lecture dont l’idée principale est celle de la monnaie comme objet social construit par une communauté d’acteurs à un moment donné. Digital Cash nous invite donc à penser la conception des monnaies digitales comme le condensé d’un ensemble de valeurs, d’idéologies et de projections dans le futur. Voilà qui enthousiasmera certainement les chercheurs qui se refusent à considérer que la monnaie n’est qu’un voile posé sur les phénomènes économiques. Ainsi, Finn Brunton nous raconte avant tout l’histoire de ceux qui ont pensé et conçu les monnaies digitales, dans la perspective d’une transformation radicale du monde économique et social. Ce faisant, l’un des grands mérites de Digital Cash est de nous ramener au projet d’innovation monétaire, quand la plupart des commentaires et travaux sur le Bitcoin se focalisent sur la neutralité de la technologie blockchain, évacuant la monnaie de l’analyse.

7Plus précisément, la thèse centrale du livre, selon nous, est celle des innovations monétaires comme vecteurs d’utopies sociales : changer la monnaie pour changer le monde... Un rapprochement peut d’ailleurs être fait, abstraction faite des époques et des lieux, entre le récit de Finn Brunton et celui d’Arnaud Orain dans La politique du merveilleux (Orain, 2018), ouvrage dans lequel l’auteur explique qu’à travers le « système de Law », l’histoire de la monnaie de banque ne peut pas se résumer à l’innovation d’un entrepreneur génial et à l’épisode de folie spéculative qui précipita l’effondrement du système. Plus que cela, le projet de banque imaginé par John Law fut l’instrument d’un projet bien plus vaste, d’une utopie sociale portant l’ambitieux projet de transformation de la société française: la réorganisation du royaume de France (fin du règne de Louis XIV) et la refonte du pacte social, visant à la suppression du marché, de la concurrence et des intérêts privés, de l’Etat militaro-fiscal, et à l’instauration d’un Leviathan bienveillant qui contrôlerait toute l’économie.

2. Le Zeitgeist de la Silicon Valley

8L’un des grands mérites de Digital Cash est d’incarner le contexte d’émergence des monnaies cryptographiques, de nous montrer comment le projet de ces monnaies est avant tout le fait d’acteurs et de leurs réseaux. C’est une façon aussi de rendre plus concret un objet tel que la monnaie digitale, souvent décrite comme « virtuelle », laissant ainsi penser qu’elle flotterait dans les airs sans matérialité aucune (Maurer et al., 2013). Très influencé par les travaux en histoire et sociologie des sciences de Bruno Latour, Finn Brunton attache donc une importance particulière à cet ensemble de personnages centraux ou secondaires qui s’activent (parfois à l’arrière-plan) pour créer des passerelles entre les enjeux technologiques et les traits culturels et politiques caractéristiques d’une époque, notamment par des objets médiatiques tels que des magazines ou des revues comme Mondo 2000 ou Wired. Dans l’esprit et la manière, Digital Cash est assez proche de l’ouvrage de Fred Turner, From Counterculture to Cyberculture. Stewart Brand, the Whole Earth Network, and the Rise of Digital Utopianism (Turner, 2006). À l’aide d’une recherche minutieuse et fouillée, Finn Brunton met ainsi au jour de façon très concrète les médiations et les canaux (listes de discussion, revues, etc.) qui ont permis de faire circuler et de diffuser les croyances, les idéologies et les valeurs dont les monnaies digitales sont porteuses, et nous dessine peu à peu les contours de cette utopie techno-libertarienne propre à la Bay Area, qui a influencé les différents projets de monnaies digitales, du e-cash de David Chaum au Bitcoin de Nakamoto, en passant par la b-money de Wei Dai et le Bit-Gold de Nick Szabo. Cette articulation entre un mouvement culturel et politique (qui prend racine dans l’esprit de la contre-culture de la côte ouest des États-Unis) et des technologies (cryptographie, réseaux informatiques et ancêtres d’Internet) s’est opérée dans des trajectoires de vie, dans des lieux et des événements partagés, dans un ensemble de pratiques et de savoirs communs. Ces projets spéculatifs et utopistes de monnaie digitale viennent de mêmes petits groupes homogènes : hommes blancs américains jeunes, formés à l’ingénierie informatique et au développement de logiciels, vivant pour la plupart sur la côte ouest des États-Unis et partageant une passion commune pour la science-fiction.

9Dans cette galerie de personnages qui ont fait peu à peu l’histoire des monnaies digitales jusqu’au Bitcoin, nous retrouvons au-delà des acteurs du mouvement cypherpunk l’influence d’idéologues comme Ayn Rand (autrice du roman très influent Atlas Shrugged, 1957) ou des économistes de l’école autrichienne, Hayek notamment, au travers du concept d’ordre spontané ou du modèle de monnaies privées concurrentielles. Au-delà, l’ouvrage rend compte du Zeitgeist de la Silicon Valley, des idées ultra-libérales en économie et des technologies innovantes.

10Mais, et c’est là que se révèle « l’histoire inconnue » promise dans le titre du livre, Finn Brunton nous fait aussi découvrir l’influence d’autres mouvements qui nous plongent complètement dans la science-fiction et nous livrent une clé de compréhension des monnaies digitales totalement inattendue. De tous ces mouvements, celui qui est le plus cher à l’auteur, et qui nous semble aussi être la clé de compréhension du design des monnaies digitales, est le mouvement des Extropiens.

11Fondé par Tom M. Morrow et Max More, avec la création de la revue Extropy en 1988, l’extropianisme est une forme particulière de la philosophie transhumaniste, qui valorise la raison et prône le salut de l’humanité par une foi dans un progrès illimité des sciences et des techniques, plutôt que par la religion et l’intervention d’une transcendance quelconque. Les principes fondateurs du mouvement, exposés par More en 1993, sont : une expansion illimitée de l’humain, une recherche permanente de l’amélioration personnelle (morale, intellectuelle et physique), un optimisme dynamique (très californien), l’usage intelligent de la technologie (les biotechnologies, les nanotechnologies, les neurosciences, les sciences cognitives, mais aussi les migrations et colonisations spatiales, etc.). Les extropiens visent donc à obtenir l’exact opposé de l’entropie, perte d’énergie d’un système consécutive à son fonctionnement et aux frictions avec son environnement. Tout au contraire, l’extropie consiste, pour l’être humain, à surmonter les contraintes de sa condition, par l’augmentation de l’intelligence, la longévité voire l’immortalité au moyen des nouvelles technologies (cryonie, manipulations génétiques, transmutation du corps en cyborg, etc.) ou de suppléments alimentaires. En 1994, le mouvement fait l’objet d’un article intitulé « Meet the Extropians » dans le magazine Wired, vecteur incontournable dans la diffusion de la techno-utopie libertarienne américaine et de la cyber-culture.

12Parmi les principes explicités par More, celui d’ordre spontané est central. Les extropiens affichent clairement leurs orientations politiques et économiques, leur adhésion pleine au principe du marché libre, à la décentralisation et à l’autorégulation, qui favorisent l’innovation et l’action individuelle. Finn Brunton montre aussi que les références aux monnaies digitales anonymes et à l’idée de concurrence monétaire tirée des écrits de Hayek sont nombreuses dans ce mouvement. Aussi, lorsque More écrit : « je regrette profondément la mort de Hayek », nous avons là le signe d’une sensibilité évidente à la pensée de l’économiste autrichien, mais peut-être pouvons-nous aller plus loin et entendre, dans ce regret, le fait de ne pas avoir pu le rendre immortel. Les connexions sont également clairement établies entre les principales figures anarchistes et cypherpunks du développement du Bitcoin. À commencer par Nick Szabo qui pronostiquait dans les pages du magazine Extropy l’avènement d’une monnaie digitale (Chapitre 8, 120 et 134). Puis on retrouve les noms d’Hal Finney et de Merkle (créateur de la technique cryptographique de l’arbre de Merkel dont se sert la blockchain Bitcoin), qui ont signé des articles dans ce même magazine et participé à des discussions et débats sur la liste de discussion des extropiens avec Wei Dai, Tim May et d’autres cypherpunks. Cette liste a d’ailleurs été établie puis hébergée par Perry Metzger, qui par la suite s’occupera de celle sur laquelle Satoshi Nakamoto allait poster son article annonçant la conception du Bitcoin en 2008 et exposant le premier code Bitcoin en janvier 2009.

3. Le Bitcoin, levier vers un nouveau monde

13Pour Finn Brunton, à qui les idées de Keynes semblent être chères, la monnaie est un pont entre le présent et le futur. L’auteur extrapole même au-delà du sens purement économique : en tant qu’elle est ce pont entre présent et futur, la monnaie a cette capacité de véhiculer une image du monde tel qu’il pourrait advenir. L’auteur parle ainsi de monnaies spéculatives, non pas dans le sens financier du terme (ce à quoi le Bitcoin est d’ailleurs réduit pour le moment), mais dans la perspective d’expression d’une vision spécifique du futur, relative à une époque. Dès lors l’histoire des monnaies digitales peut être vue comme l’exemple vivant d’un usage de la monnaie et des technologies, en tant qu’outils permettant des projections de schémas de société qu’il conviendrait de faire advenir dans le futur. Reprenant ainsi le concept développé par l’historien et philosophe des sciences John Tresch, la monnaie est un cosmogramme, en ce sens qu’elle contient à la fois un modèle de l’univers et un plan destiné à organiser la vie et la société de façon correspondante. Pour citer Brunton :

Les personnages que ce livre étudie s’organisent et conçoivent leurs monnaies spéculatives en termes de puissantes fictions du futur. Elles sont […] des imaginaires technologiques et de science-fiction par lesquels la société pourrait être bouleversée en totalité et de façon irrémédiable, avec la monnaie comme principal moyen de cette transformation et d’échappatoire du présent vers le futur. (19)

14La science-fiction est omniprésente dans Digital Cash. À l’exception de quelques passages sur le développement de la cryptographie et de l’informatique de réseau, l’ouvrage lui-même peut être lu comme un roman de science-fiction, lorsque l’auteur décrit le contexte culturel d’une époque ou lorsqu’il présente des scénarios et des modèles de société futurs (dont la création d’îles flottantes est un exemple) qui constituent les techno-utopies propres à la côte ouest des États-Unis. Le roman de science-fiction est à ce point présent, qu’on pourrait presque en faire l’un des personnages principaux de cette histoire, aux côtés des protagonistes du livre qui ont œuvré à la conception des monnaies digitales. Finn Brunton montre notamment combien certains romans de science-fiction sont imprégnés de problématiques économiques, et comment la monnaie joue souvent un rôle clé, ainsi que l’on peut en juger par cette citation extraite du roman d’H.G. Wells, Shape of Things to Come (1933) : « Il ne saurait y avoir de théorie de la monnaie qui ne fût pas en réalité une théorie complète de l’organisation sociale » (20).

15On saisit l’importance spécifique du mouvement extropien à l’intérieur de ce projet politique. Les cypherpunks souhaitaient mettre au point une monnaie digitale intraçable pour préserver l’espace privé et empêcher qu’il ne soit sous le contrôle d’un Big Brother, au nom d’une forme particulière de liberté revendiquée, ou simplement pour court-circuiter l’État. Les extropiens, tout en partageant aussi ces perspectives, avaient à l’esprit, selon Finn Brunton, l’usage de la monnaie digitale comme un moyen de précipiter l’effondrement de l’ordre actuel du monde et de faire advenir leur propre vision du futur, produit de leur utopie, soit l’avènement d’un monde meilleur fait d’hommes éternellement optimistes, améliorés physiquement, mentalement et intellectuellement.

16Nous en venons ainsi à l’hypothèse principale de Finn Brunton : et si le Bitcoin avait été conçu pour permettre à ces utopistes high-tech de faire advenir leur ambitieux projet (aider à précipiter l’effondrement de l’ordre socio-économique actuel, pour faire advenir un monde meilleur) et pouvoir le vivre au-delà de leur mort ?

17Représentons-nous en effet toutes ces personnes qui s’activent aux innovations susceptibles de bouleverser totalement l’ordre actuel du monde pour en faire advenir un autre, celui correspondant à leurs utopies. Il est très probable que la mort viendra les happer avant même que la science et la technique n’aient eu le temps de créer ce nouveau monde. Comment dès lors donner un sens à leur entreprise, leur garantir qu’ils pourront en être bénéficiaires ? La réponse se trouve dans la conception d’une monnaie digitale, anonyme et capable de conserver, voire d’augmenter sa valeur au cours du temps. En effet, pour pouvoir vivre le futur tel qu’il a été imaginé, soit il faut pouvoir prolonger la vie, soit, si la mort survient, il faut pouvoir conserver les corps (ou une partie de ces corps) à l’aide de la cryogénisation par exemple, dans l’espoir que les progrès de la science permettront à ceux-ci de revenir à la vie sous une forme ou une autre. Dans les deux cas, il faut une monnaie qui ait deux propriétés essentielles : garantir l’anonymat et avoir une valeur intrinsèque.

18La monnaie doit être anonyme, de façon à pouvoir accéder en toute confidentialité aux différents moyens, pratiques et expérimentations susceptibles de nous faire parvenir à l’immortalité. Et tout cela doit pouvoir être réalisé sans être vu des instances officielles qui ne reconnaissent pas ces activités comme légales. On peut d’ailleurs se demander si cela expliquerait en partie l’utilisation privilégiée du Bitcoin sur le site SilkRoad.

19La monnaie doit être dotée d’une forte valeur « intrinsèque », de façon à ce qu’elle puisse traverser les âges, être transférée comme capital sans perte de valeur, et être utilisée dans l’autre monde, une fois les corps revenus à la vie…

  • 4 Hal Finney a échangé avec Nakamoto dans la perspective d’une amélioration de la monnaie digitale à (...)

20La bulle Bitcoin n’est donc pas seulement un accident, elle aurait été pensée en toute connaissance de cause, et la création d’une monnaie digitale aurait été l’un des outils privilégiés pour accéder à l’immortalité. Il faut bien reconnaître l’aspect incroyable, étrange voire dérangeant de cette thèse. Et pourtant, le mouvement des extropiens est bien réel, son influence est encore importante et ce mouvement a en partie contribué à forger la cyber-culture et la techno-utopie de la Silicon Valley. Pour aider à s’en convaincre, peut-être pouvons-nous mentionner ceci : le corps d’Hal Finney, l’un des principaux artisans du Bitcoin, a été cryogénisé après son décès survenu en 2014 (il était atteint de la maladie de Charcot)4. Son corps est actuellement conservé dans les cuves de la société Alcor Life Extension, dirigée par Max More, et située à Scottsdale dans l’Arizona. Que l’on adhère ou non à toutes les interprétations de l’auteur, l’ouvrage a le mérite de nous proposer une autre histoire du Bitcoin qui ne se résume pas à l’invention de la blockchain, à l’identité mystérieuse de son concepteur ou bien encore à la plus grande bulle spéculative de tous les temps.

Top of page

Bibliography

Desmedt, Ludovic et Odile Lakomski-Laguerre. 2015. L’alternative monétaire Bitcoin : une perspective institutionnaliste. Revue de la régulation, 18(2e semestre). https://journals.openedition.org/regulation/11489

Desmedt, Ludovic et Odile Lakomski-Laguerre. 2018. L’eldorado Bitcoin. La Vie des idées, 3 juillet 2018. http://www.laviedesidees.fr/L-eldorado-Bitcoin.html

Dodd, Nigel. 2014. The Social Life of Money. Princeton: Princeton University Press.

Grinberg, Reuben. 2011. Bitcoin: An Innovative Alternative Digital Currency, Hastings Science and Technology Law Journal. 4: 159-207.

Hughes, Eric. 1993. A Cypherpunk’s Manifesto. 9 mars 1993. https://www.activism.net/cypherpunk/manifesto.html

Jeong, Sarah. 2013. The Bitcoin Protocol as Law, and the Politics of a Stateless Currency. 8 mai 2013. https://ssrn.com/abstract=2294124

Kaplanov, Nikolei. 2012. Nerdy Money: Bitcoin, the Private Digital Currency, and the Case Against Its Regulation. Temple University Legal Studies Research Paper. 31 mars 2012. https://ssrn.com/abstract=2115203

Karlstrom, Henrik. 2014. Do Libertarians Dream of Electric Coins? The Material Embeddedness of Bitcoin. Distinktion: Scandinavian Journal of Social Theory, 15(1): 23-36.

Maurer, Bill, Taylor C. Nelms, et Lana Swartz. 2013. “When Perhaps the Real Problem is Money Itself!”: the Practical Materiality of Bitcoin. Social Semiotics, 23(2): 261-277.

May, Timothy C. [1988] 1992. The Cryptoanarchist Manifesto. 22 novembre 1992. https://www.activism.net/cypherpunk/crypto-anarchy.html

Orain, Arnaud. 2018. La politique du merveilleux. Une autre histoire du système de Law (1695-1795). Paris : Fayard.

Rand, Ayn. 1957. Atlas Shrugged. New York : Random House.

Swartz, Lana. 2018. What Was Bitcoin, What Will it Be? The Technoeconomic Imaginaries of a New Money Technology. Cultural Studies, 32(4): 623-650.

Tresch, John. 2012. The Romantic Machine. Utopian Science and Technology after Napoleon. Chicago : The University of Chicago Press.

Turner, Fred. 2006. From Counterculture to Cyberculture. Stewart Brand, the Whole Earth Network, and the Rise of Digital Utopianism. Chicago : The University of Chicago Press.

Wells, Herbert George. 1933. The Shape of Things to Come. London : Hutchinson.

Top of page

Notes

1 Finn Brunton parle de cash digital, plus que de monnaie cryptographique. Nous avons donc retenu la sémantique proposée par l’auteur. Elle nous paraît assez pertinente dans la mesure où aujourd’hui, il n’existe pas vraiment de terme consensuel pour désigner un objet tel que le Bitcoin. En France on parle désormais plutôt de crypto-actifs (ce qui tend à gommer totalement le caractère monétaire des projets de monnaies digitales). Par ailleurs, les monnaies digitales qui sont les figures principales de l’ouvrage s’appuient sur les techniques cryptographiques. Cash digital, monnaie digitale, monnaie cryptographique renvoient donc au même objet.

2 Le terme cypherpunk, inventé par une autre figure centrale de l’ouvrage de Finn Brunton, Jude Milhon, est un jeu de mots pour qualifier des cyberpunks intéressés par la cryptographie. À l’origine, le courant cyberpunk renvoie au genre littéraire de la science-fiction proche de la dystopie, mettant en scène un futur proche et des technologies avancées, et combinant des problématiques telles que le piratage informatique (hackers), l’intelligence artificielle et des multinationales qui ont pris le pouvoir. Le mouvement cypherpunk s’appuie sur un texte de référence, le Manifeste Crypto Anarchiste publié par Timothy C. May en 1988 (encore un autre personnage central de Digital Cash). Ainsi, les cypherpunks sont des anarchistes qui s’interrogent sur les possibilités offertes par la cryptographie, notamment, sur l’émergence de nouvelles structures que les avancées dans le domaine pourraient faire advenir, permettant de renverser l’ordre économique et social existant. Les cypherpunks échangeront leurs idées sur des listes de diffusion actives jusqu’à la publication par Eric Hugues du Manifeste Cypherpunk en 1993.

3 Il n’est pas étonnant d’ailleurs de trouver parmi les références sur les questions monétaires le récent ouvrage de Nigel Dodd, The Social Life of Money (Dodd, 2014).

4 Hal Finney a échangé avec Nakamoto dans la perspective d’une amélioration de la monnaie digitale à ses débuts, et il fut le bénéficiaire de la toute première transaction en Bitcoin.

Top of page

References

Bibliographical reference

Odile Lakomski-Laguerre, “Monnaie et immortalité : une autre histoire du Bitcoin”Œconomia, 10-1 | 2020, 145-154.

Electronic reference

Odile Lakomski-Laguerre, “Monnaie et immortalité : une autre histoire du Bitcoin”Œconomia [Online], 10-1 | 2020, Online since 01 March 2020, connection on 27 October 2021. URL: http://journals.openedition.org/oeconomia/7702; DOI: https://doi.org/10.4000/oeconomia.7702

Top of page

About the author

Odile Lakomski-Laguerre

Université de Picardie Jules Verne. odile.lakomski@u-picardie.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Association Œconomia
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Journal supported by the Institut des Sciences Humaines et Sociales (CNRS)
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search