Navigation – Plan du site
Les économistes français (1970-1985)

La structuration de l’économie de l’environnement et du développement en France : le cas du CIRED (1968-1986)

Structuring Environmental and Development Economics in France: The CIRED Case (1968-1986)
Christophe Cassen et Antoine Missemer
p. 27-55

Résumés

Dans les années 1970, quelques chercheurs comme Ignacy Sachs et René Passet ont permis en France l’élaboration de programmes de recherche novateurs pour mieux appréhender les questions de développement (Nord et Sud) et de préservation de l’environnement. Sur la base d’archives et d’entretiens, cette contribution reconstruit et analyse le processus de structuration, tant intellectuelle qu’institutionnelle, de l’expertise combinée environnement-développement en France. Le cas du CIRED, fondé par Sachs en 1973, sert de fil rouge pour mettre en lumière les lignes de force, leviers et obstacles rencontrés dans l’élaboration de ce nouvel agenda. Il ressort de cet examen que le soutien des institutions (nationales et internationales) a joué un rôle déterminant, et que l’expertise, tout en cherchant à s’autonomiser, a dû passer par un processus de normalisation pour s’installer dans le paysage scientifique des années 1980.

Haut de page

Texte intégral

1Le développement durable est un projet situé à la frontière de deux familles d’enjeux : les enjeux d’environnement (gestion des ressources, préservation des milieux) et les enjeux de développement (accès à la santé, à l’éducation, à un niveau de vie décent, aux libertés politiques). L’articulation environnement-développement a une histoire récente. Elle naît comme une préoccupation diffuse à partir des années 1970, à travers des événements structurants comme la conférence des Nations Unies sur l’environnement de Stockholm (1972) ou la publication, la même année, du rapport du Club de Rome, Limits to Growth (Meadows et al., 1972). La distinction entre croissance et développement – i.e. entre l’expansion quantitative de la production et des évolutions plus qualitatives –, née après-guerre, se consolide alors. L’environnement, lui, surgit dans les débats à travers différentes préoccupations : la crainte que les richesses naturelles se raréfient, la constatation que la croissance n’est pas sans effet néfaste, l’observation d’épisodes de pollution inquiétants comme les pics atmosphériques des années 1950 (ex : le ‘Grand smog’ de Londres en 1952). Les mouvements contestataires de la société de consommation, dans les années 1960, viennent également nourrir les débats (Carson, 1962).

  • 1 Pour une explication historique de ce regard micro-centré, en particulier pour les ressources épuis (...)
  • 2 Pour une présentation plus substantielle et détaillée des différents courants en économie de l’envi (...)
  • 3 Sur les travaux de Georgescu-Roegen, voir notamment l’introduction du volume édité par J. Grinevald (...)

2La discipline économique s’est appropriée très progressivement ces différents objets de recherche. Dans le monde anglo-saxon, jusqu’à la fin des années 1960, l’environnement n’est pas associé aux problématiques générales de développement, à quelques très rares exceptions. Sur les enjeux de ressources, le corpus central de la théorie économique, qui se construit dans la tradition Hotelling (1931) pour les ressources épuisables, et dans la tradition Gordon (1954) pour les ressources renouvelables, ne s’intéresse guère aux enjeux macro-sociaux1. Les réflexions pigouviennes sur la gestion des externalités locales obéissent à la même logique : sont considérées les pollutions locales où peu d’acteurs interagissent, sans considération pour les enjeux plus globaux – il est vrai que la plupart des pollutions restaient locales à l’époque. Des travaux innovants émergent peu à peu, comme ceux de Leontief, publiés en 1970, intégrant quelques dimensions environnementales dans les représentations de la production.2 Côté développement, les écrits de Kuznets (1955) et de Rostow (1960) fournissent les principales clés de compréhension : la croissance est le moteur du développement, et la plupart des aléas socio-économiques (en particulier les inégalités) sont gérés au fur et à mesure que les sociétés se développent, c’est-à-dire croissent. L’une des rares exceptions dans ce paysage semble être Krutilla, qui s’intéresse au développement dès les années 1950 (Krutilla, 1955) tout en travaillant sur l’environnement pour Resources for the Future. K. William Kapp (1950) fait également figure de pionnier en soulignant les coûts sociaux et environnementaux des activités économiques au-delà des cas individuels d’externalités. Le milieu des années 1960 marque un tournant ; la relation environnement-développement devient un vrai sujet d’enquête. Dans son essai sur « l’économie du vaisseau spatial Terre », Boulding (1966) souligne l’inadéquation entre mode de développement des sociétés et finitude terrestre. Ezra J. Mishan publie en 1967 ses travaux sur les coûts sociaux (et environnementaux) de la croissance. Nicholas Georgescu-Roegen (1966 ; 1971), à partir de ses recherches sur les économies agraires et en voie de développement, se met à explorer avec détail la question des limites biophysiques à l’activité économique.3 Ayres et Kneese (1969) déplorent que les problèmes de pollution ne soient traités dans la littérature que sous un angle d’équilibre partiel et sectoriel, alors qu’ils constituent des enjeux d’importance pour l’ensemble de l’économie.

  • 4 Le profil des économistes français dans les années 1950 et 1960 était particulièrement divers (voir (...)

3En France, la dichotomie environnement-développement existe également jusqu’à la fin des années 1960, mais avec des traditions institutionnelles et scientifiques différentes. Côté environnement, très rares sont les économistes qui s’intéressent aux enjeux de gestion des ressources et de pollution. Comme Vivien (2007, 68) le rappelle, seul Jouvenel semble faire œuvre pionnière en la matière, à supposer que l’on puisse le considérer comme un économiste4. L’expertise économique française est à la pointe sur certaines questions énergétiques, comme l’étude des systèmes électriques et des régimes de tarification, travaux initiés par Boiteux dans les années 1950, et largement approfondis par les ingénieurs-économistes d’Électricité de France (EDF) dans les années 1960. Mais l’attention portée par ces recherches sur les enjeux systémiques de développement est faible. Sur le développement stricto sensu, la tradition française connaît des spécificités importantes par rapport au monde anglo-saxon, via notamment les travaux de Perroux (1961). La question du Tiers Monde, terme forgé par Sauvy en 1952, constitue également un sujet de préoccupation, au-delà des limites aux modes de vie occidentaux : le Tiers Monde a droit au développement, mais quel développement ? Et à partir de quels leviers ? Cette vision multidimensionnelle va marquer le paysage intellectuel français, et va jouer un rôle dans la structuration de l’articulation environnement-développement dans les décennies suivantes, tant sur le plan intellectuel (quel agenda scientifique ?) que sur le plan institutionnel (quels lieux de recherche ? quels financements ? quel positionnement disciplinaire ?).

4Au tournant des années 1970 se joue donc la naissance d’une nouvelle expertise, combinée, où les enjeux d’environnement et de développement sont réunis. Comprendre la structuration de cette expertise revêt plusieurs intérêts. Il s’agit d’abord de reconstruire et de donner une intelligibilité à une histoire protéiforme, où la multiplicité des acteurs et des enjeux rend parfois le récit difficile : beaucoup de personnalités sont intervenues dans les débats, souvent aux frontières des disciplines établies ; les institutions nationales et internationales travaillant sur les enjeux d’environnement et de développement étaient en quête de légitimation – rappelons que c’est en 1971 qu’est créé en France le premier ministère de l’environnement, confié à Robert Poujade (Poujade, 1975) ; le contexte économique et politique a parfois paru favorable, parfois défavorable, à l’émergence d’une expertise sur l’environnement ; les règles institutionnelles du monde de la recherche ont évolué (réformes de l’enseignement supérieur, stabilisation du personnel non-statutaire) ; etc. L’histoire de la structuration de l’expertise environnement-développement a aussi un intérêt au-delà de l’objet étudié, pour comprendre comment un sous-champ de recherche parvient (ou non) à se faire une place au sein d’un champ disciplinaire.

  • 5 Le CIRED (Centre international de recherche sur l’environnement et le développement) existe toujour (...)

5Nous avons fait le choix, dans les lignes qui vont suivre, de prendre comme fil rouge un cas particulier, celui du CIRED, fondé en 1973 par Ignacy Sachs, alors directeur d’études à l’École pratique des hautes études, VIe section, ancêtre de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)5. Sachs, tout comme René Passet à l’Université Paris 1, a joué un rôle important dans la structuration de l’économie de l’environnement et du développement en France dans les années 1970 et 1980 (Vivien, 2007). En particulier, il a introduit et développé la notion d’écodéveloppement définie alors comme « un style de développement » (Sachs, 1974, 560) propre à chaque pays, cherchant à concilier la satisfaction des besoins fondamentaux avec la croissance économique et une gestion prudente des ressources environnementales (Sachs, 1974 ; 1980 ; voir aussi Berr, 2009 ; 2013 ; Berr et Diemer, 2016). Rares étaient les centres de recherche, à l’époque, qui investissaient ces questions d’environnement et de développement. Le cas du CIRED est donc susceptible de révéler certaines logiques à l’œuvre, même si un travail comparatif avec d’autres lieux serait également à mener.

  • 6 Les entretiens, semi-directifs, ont été réalisés entre l’automne 2017 et le printemps 2018, de visu (...)
  • 7 Ce projet est né à la suite de l’appel à communications des Journées Gide 2017 organisées à l’Unive (...)

6Trois types de sources sont ici mobilisés : (1) des rapports, articles et ouvrages publiés en France dans les années 1970 et 1980 ; (2) des archives institutionnelles et scientifiques conservées au CIRED et dans les locaux de l’EHESS ; (3) des entretiens réalisés avec des acteurs de l’époque, membres du CIRED ou d’institutions ayant joué un rôle dans la structuration du champ6. La convocation de cette histoire orale n’est pas sans soulever des questions méthodologiques (Jullien, 2018), d’autant plus fortes que les chercheurs interrogés sont pour certains encore en activité. L’enjeu a été de combiner les différents types de sources (archives, entretiens) pour valider les informations obtenues7.

7L’enquête menée nous invite à segmenter les décennies 1970 et 1980 en trois grandes périodes, chacune donnant lieu à une section séparée : la première période s’étend de 1968 à 1972 et correspond aux premiers séminaires de Sachs sur le « développement économique et social du Tiers Monde », et à la naissance, à l’École pratique des hautes études, du Groupe de recherche sur les stratégies de développement (GRSD), ancêtre du CIRED ; la deuxième période couvre les années 1973-1977 pendant lesquelles le champ d’expertise du CIRED s’est étendu et a bénéficié de nouvelles opportunités ; la troisième période débute en 1978, correspond à un temps de normalisation institutionnelle et disciplinaire, et s’achève en 1986, au moment où Sachs quitte le CIRED pour se consacrer à ses projets sur l’Amérique latine.

1. Vers la naissance d’une expertise (1968-1972)

  • 8 Entretien avec O. Godard, octobre 2017.

8S’il est possible de vivre plusieurs vies en une, Ignacy Sachs en a très vraisemblablement fait l’expérience. Haut fonctionnaire, diplomate et universitaire, né en Pologne, ayant vécu au Brésil, en Inde et en France, polyglotte et voyageur, Sachs est un intellectuel hors normes, « un penseur plus qu’un chercheur »8 au sens strict, à la frontière des disciplines, et dont le rayonnement à l’international est visible par le nombre important d’étudiants qu’il a formés, et qui ont occupé par la suite des postes à responsabilité.

  • 9 Entretien avec K. Vinaver et K. Sachs (fils d’Ignacy), octobre 2017. Heller, en plus de son attache (...)
  • 10 Annuaire des enseignements 1969-1970, Service des archives de l’EHESS, Paris.
  • 11 Entretien avec J.-P. Céron, novembre 2017 ; entretien avec J.-C. Hourcade, décembre 2017.

9En 1968, alors qu’il est à l’École de planification et statistiques de Varsovie, proche de Michael Kalecki, Sachs est contraint de quitter la Pologne à la suite des mouvements réprimés de mars et de la politique antisémite menée par le gouvernement. Il reçoit de nombreuses invitations (Sachs, 2008, 212) et choisit finalement l’École pratique des hautes études, VIe section, à Paris, où il est accueilli par Fernand Braudel, Clemens Heller, Simon Nora et Daniel Thorner9. Il ne tarde pas à lancer son propre séminaire, dès les premiers mois de l’année 1968-1969. Ce séminaire entre dans l’annuaire des enseignements l’année suivante, sous le titre « Le développement économique et social du Tiers Monde », avec un accent mis sur « les obstacles à la croissance et planification au Tiers Monde »10. Sachs reprend pour l’occasion ses travaux des années 1960, nourris de ses expériences dans les pays de l’Est et du Sud. Le séminaire rencontre un certain succès (une trentaine de participants selon l’annuaire de l’École). Orientés par Marcel Roncayolo, un groupe d’étudiants issus des grandes écoles de commerce rejoint rapidement le séminaire de Sachs, suivis de quelques étudiants venant d’écoles d’ingénieurs. Intéressés par les problématiques tiers-mondistes, ils sont à la recherche d’une expertise nouvelle dans le contexte des années post-196811.

  • 12 L’International Symposium on Environmental Disruption : A challenge to Social Scientists du 8-14 ma (...)
  • 13 Marc Nerfin a été à l’origine et a dirigé par la suite la Fondation internationale pour un autre dé (...)

10En mars 1970, sur proposition de Sami Friedman (UNESCO), Sachs se rend à Tokyo pour un colloque international sur les rapports entre environnement et sciences sociales où sont présents notamment Kapp, Kneese et Leontief12. De son propre aveux (Sachs, 2008, 251), cette question environnementale lui était plutôt étrangère jusque-là. Curieux des sujets débattus, et prenant conscience de l’ampleur des travaux à réaliser, Sachs accepte, encouragé par l’UNESCO, de participer à la préparation de la conférence de Stockholm (1972). Il assiste en Suisse (Founex) à une première réunion préparatoire en 1971 où l’idée de via media entre croissance prédatrice et arrêt du progrès est énoncée. Si le jeune programme environnement des Nations Unies (qui deviendra le PNUE) est dirigé à l’époque par Maurice Strong, c’est un membre de son cabinet, Marc Nerfin, qui est l’interlocuteur privilégié de Sachs13. À Stockholm, Strong lance la notion d’écodéveloppement pour désigner l’articulation environnement-développement à des échelles variées, avec l’idée d’une différenciation locale des modes de vie. Reste à donner du contenu à cette idée. Sachs poursuit ses travaux en coopération avec les Nations Unies à cette fin et, comme pour les travaux préparatoires à Stockholm, convie certains de ses étudiants. Ils formeront pour la plupart le cœur des chercheurs du CIRED par la suite.

  • 14 Entretien avec J.-P. Céron, novembre 2017. Une des premières études réalisées par la jeune équipe d (...)
  • 15 Serge Antoine est un acteur important de la politique environnementale française dans les années 19 (...)
  • 16 Entretien avec J. Theys, mai 2018. Les études confiées par Antoine à Sachs permettaient à l’équipe (...)
  • 17 En 1973, Strong propose à Sachs de rejoindre le PNUE à Nairobi, mais celui-ci décline (Sachs, 2008, (...)

11Dans ces années 1971-1973, les méthodes d’expertise restent exploratoires. Sachs fournit des sujets à ses meilleurs étudiants, sans nécessairement que ceux-ci soient préalablement au fait des enjeux à traiter. S’en suivent des semaines de travail documentaire, de synthèse, de réflexions personnelles et parfois d’artisanat pour aboutir à la rédaction de brouillons, souvent retoqués par Sachs en première lecture14, amendés et retravaillés jusqu’à ce qu’ils puissent être transmis aux commanditaires. Les demandes n’affluent pas seulement de Strong et Nerfin, mais aussi de Serge Antoine, en poste au Ministère de l’environnement sous l’autorité de Robert Poujade, ministre délégué du gouvernement Chaban-Delmas15. Sachs a rencontré Antoine en 1971 à Founex (Sachs, 2008, 236), les deux hommes se sont rapidement entendus, et Antoine a joué un rôle-clé dans le financement de l’équipe tout au long des années 197016. Pour Antoine et pour Strong, les objectifs institutionnels et intellectuels étaient proches : assoir la légitimité scientifique d’institutions nouvelles, et faire reposer l’action publique sur un véritable travail de recherche. L’équipe de Sachs constituait alors un levier d’expertise unique. L’intérêt était mutuel : Sachs fournissait des contenus, et obtenait en échange de quoi faire vivre sa jeune équipe17.

  • 18 Voir par exemple les actes du colloque de Founex : Development and Environment, Report and Working (...)
  • 19 Entretien avec K. Vinaver et K. Sachs, octobre 2017 ; entretien avec J.-P. Céron, novembre 2017.
  • 20 Entretien avec J. Theys, mai 2018.
  • 21 La signature collective était par ailleurs une pratique courante à l’École pratique des hautes étud (...)

12Pour donner un cadre aux études menées, Sachs crée dès 1971 le Groupe de recherche sur les stratégies de développement (GRSD), au sein de l’École pratiques des hautes études, VIe section, avec le soutien de Clemens Heller (Sachs, 2008, 233). Ce groupe devient à la fois un lieu d’échanges sur les travaux à mener, et un marqueur institutionnel, permettant d’identifier l’équipe dans le paysage universitaire. Le GRSD organise alors des événements à la Maison des sciences de l’homme à Paris, publie des actes de colloques (en partenariat avec l’éditeur Mouton18), et s’offre ainsi une certaine visibilité. Parmi les événements de cette période, le colloque de Saint-Nizier (Isère), co-organisé en décembre 1972 avec l’Institut de recherche économique et de planification (IREP) de Grenoble, a constitué un moment important pour la structuration institutionnelle de l’expertise combinée environnement-développement en France. Étaient présents des chercheurs issus de plusieurs organismes, en plus du GRSD : l’IREP donc, mais aussi l’INSERM, le Centre d’études phytoécologiques de Montpellier, l’Université de Bâle, l’INSEE, le Centre d’étude et de recherche sur l’aménagement du territoire (CERAT) de Grenoble, le Laboratoire d’écologie de Tours. Financé par le Ministère de l’environnement et par la MSH de Paris, l’événement avait dès le départ une finalité explicite : « favoriser les contacts des chercheurs avec des responsables-représentants de diverses administrations (en particulier Commissariat général du plan, Ministère de l’environnement, SPEDE, INSEE, OCDE) » (Barel et al., 1973, 7). Le symposium de Saint-Nizier a constitué une plateforme où les différentes expertises naissantes ont fait valoir leurs spécificités, leurs atouts, auprès de financeurs potentiels. Le GRSD a su tirer son épingle du jeu, et en est sorti renforcé19. Surtout, il est apparu comme une équipe cohérente où les enjeux d’environnement-développement n’étaient pas étudiés isolément par tel ou tel chercheur, mais par tous, ce qui contrastait avec les autres lieux de recherche, plus segmentés20. En témoigne d’ailleurs la signature collective de la communication du GRSD (Barel et al., 1973, 183-227), face aux signatures nominatives et souvent individuelles des autres contributions (voir Barel et al., 1973)21.

13Le texte présenté à Saint-Nizier, version abrégée d’une étude préparatoire à la conférence de Stockholm, met en exergue les grandes lignes de l’expertise environnement-développement proposée par le GRSD : face aux défis environnementaux, « ce n’est pas tant la croissance en tant que telle qu’il faut remettre en cause, mais plutôt ses modalités » (Barel et al., 1973, 183) ; les questions de technologie, de modes de production, de localisation des activités économiques, sont essentielles pour bâtir un développement compatible avec la préservation des ressources et des milieux ; les enjeux du Tiers Monde sont parties prenantes des réflexions, l’articulation environnement-développement ne pouvant être pensée seulement pour les pays du Nord.

  • 22 Dans les années 1970, avec la MSH dirigée par Heller, le CIRED met en place une importante unité de (...)

14Le symposium s’est conclu sur l’identification de quelques priorités de recherche (Barel et al., 1973, 9-19), parmi lesquelles la question des choix technologiques, et celle des rapports entre savoir économique et savoir écologique. On trouve également dans le rapport de synthèse un appel à établir des pôles de documentation pour collecter les données de la recherche en sciences de l’environnement, mais aussi pour assurer le partage d’informations sur l’expertise environnement-développement. Force est d’admettre que sur plusieurs de ces sujets, l’équipe de Sachs a su prendre à son compte les tâches à mener, se plaçant de fait au centre du jeu22.

15Entre l’automne 1972 et l’hiver 1973, Sachs reçoit de la part du PNUE et des services d’Antoine la possibilité de transformer le GRSD en un centre de recherche plus formel et plus durable au sein de l’École pratique des hautes études, VIe section. Ce sera le CIRED – Centre international de recherche sur l’environnement et le développement, créé en mars 1973. L’expertise combinée environnement-développement souhaitée par Sachs va ainsi pouvoir poursuivre son essor dans un cadre institutionnel identifié.

2. L’expertise en mouvement (1973-1977)

  • 23 Le GRSD occupait un bureau 4 rue de Chevreuse, siège de l’Association des femmes diplômées de l’uni (...)
  • 24 Entretien avec K. Vinaver et K. Sachs, octobre 2017.
  • 25 Entretien avec D. Théry, novembre 2017.
  • 26 Entretien avec J.-C. Hourcade, décembre 2017.

16La création du CIRED marque le point de départ d’une nouvelle étape dans l’organisation du groupe de chercheurs23. L’appui de l’Ecole pratique des hautes études, VIe section, permet au CIRED d’emménager un étage entier 10 rue Monsieur le Prince, dans ce qui fut la maison d’Auguste Comte. En parallèle et grâce aux bonnes relations entretenues par Sachs avec Heller, le CIRED se voit octroyer des bureaux dans les locaux de la MSH, 54 boulevard Raspail24. Ces derniers sont destinés à Sachs, aux secrétaires et aux chercheurs. L’un des bureaux est dédié à l’unité de documentation et de liaison sur l’écodéveloppement fraîchement créée. Celle-ci sert à la fois de centre de ressources et de point d’appui pour la rédaction des Nouvelles de l’écodéveloppement, publiées trimestriellement25. Jean-Charles Hourcade reste au 10 rue Monsieur le Prince, où il bénéficie d’un secrétariat et de bureaux pour ses stagiaires26.

  • 27 Entretien avec S. Passaris, janvier 2018. Les stagiaires recrutés sont à l’image de cette diversifi (...)

17L’équipe s’étoffe, atteignant une quinzaine de membres en 1977, dont dix chercheurs, un ingénieur de recherche, trois secrétaires et une documentaliste. Les profils se diversifient, marqués par l’arrivée de nouveaux membres issus de formations universitaires et avec un équilibre renforcé entre économistes et sociologues27.

  • 28 Entretien avec M. Rogalski, novembre 2017.
  • 29 Entre 1973 et 1977, un tiers des contrats sont commandités par le Ministère de l’environnement, ren (...)
  • 30 Rapports d’activités du CIRED, 1975, 1976, 1977, archives du CIRED, Paris.

18Pour faire vivre cette équipe, le CIRED a besoin de trouver constamment de nouvelles sources de financements. Seuls Sachs, une partie de son secrétariat, et Vinaver sont employés par l’École et la MSH ; le reste de l’équipe est financé sur contrats. Pour les obtenir, une à deux fois par an, Sachs part à la rencontre de ses partenaires nationaux et internationaux, et revient le plus souvent avec de nouvelles études à réaliser28. C’est l'Association Marc Bloch qui assure la gestion quotidienne des contrats. En dehors du Haut comité pour l’environnement (HCE) animé par Antoine, et du PNUE, qui constituent les principales sources de fonds à l’époque29, le CIRED travaille au milieu des années 1970 avec, en France, le CNRS, le Comité d'organisation des recherches appliquées sur le développement économique et social (CORDES), la Direction générale de la recherche scientifique et technique (DGRST), le Ministère de la coopération et le Ministère de l'industrie, et, au niveau international, la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), la Commission des Communautés européennes et la Fondation Dag Hammarskjöld30.

  • 31 Les « technologies appropriées » étaient un concept clé de l’expertise développée au CIRED, désigna (...)
  • 32 Rapport d’activités du CIRED, 1977, op.cit.
  • 33 Entretien avec D. Théry, novembre 2017.

19Ces contrats sont de courte durée (un an maximum en général), parfois pluriannuels comme avec le PNUE et le HCE, avec à chaque fois des objets de recherche spécifiques. Leur contenu couvre une diversité de sujets qui vont de l’analyse de solutions techniques destinées à limiter la consommation d’énergie fossiles et le gaspillage (ex : techniques douces pour l’habitat, produits naturels renouvelables comme substituts aux matières plastiques), un examen approfondi des technologies appropriées31 pour le Tiers Monde, jusqu’à l’élaboration de scénarios prospectifs dessinant des stratégies industrielles et d’approvisionnement en ressources32. Certaines études sont discutées collégialement, mais la plupart sont réalisées en binômes ou trinômes, sans qu’il y ait d’échanges systématiques au sein de l’équipe33.

  • 34 Voir Bergeret et al. (1973).
  • 35 Un jugement plus critique, et reflétant sans doute davantage la position du CIRED, peut être trouvé (...)

20Parmi cette production hétérogène, il convient de s’arrêter sur le document rédigé en 1973 intitulé « Réactions au rapport The Limits to Growth »34. Le rapport du MIT élaboré par l’équipe Meadows l’année précédente a en effet profondément marqué le contexte intellectuel de l’époque en insistant sur les risques potentiels d’effondrement en cas de poursuite de la croissance économique basée sur l’exploitation massive des ressources. Dans leur étude, les chercheurs du CIRED proposent un tour d’horizon des principales réactions au rapport, d’abord d’un point de vue scientifique (discussion des hypothèses), puis vis-à-vis de sa réception, en France, dans le Tiers Monde et dans les pays de l’Est. S’ils semblent partager certaines des critiques faites à l’époque concernant la vision néomalthusienne et pessimiste sur les ressources, ils n’en restent pas moins relativement neutres sur les débats en cours35. Sachs lui-même ne semble pas avoir participé directement à la rédaction de l’étude, même si l’on peut supposer qu’il l’a supervisée.

21La place du rapport du club de Rome dans l’agenda scientifique du CIRED pose question. Sa publication a-t-elle été un moment fondateur ? Si oui, dans quelle mesure ? Le travail d’archives, et les entretiens menés, invitent à la prudence. Si le rapport Meadows a fait grand bruit dans l’opinion publique, et si le CIRED s’en est également emparé, il ne semble pas qu’il ait joué un rôle décisif dans la structuration intellectuelle des recherches menées. Tout au plus, il a joué un rôle d’accélérateur d’un certain nombre de thématiques déjà abordées. Mais l’idée de via media entre croissance prédatrice et état stationnaire (ou décroissance), fondement de l’écodéveloppement, ne date pas de 1972. Elle date, au moins, de 1971. L’agenda scientifique du CIRED a dû tenir compte de la publication de The Limits to Growth, mais les idées essentielles à développer existaient déjà avant cette publication dans l’esprit de Sachs et de ses collaborateurs.

  • 36 Rapports d’activités du CIRED, 1975, 1976, 1977, op.cit. Voir aussi Sachs (1974) où l’idée d’écodév (...)
  • 37 Entretien avec K. Vinaver et K. Sachs, octobre 2017 ; entretiens avec J.-C. Hourcade, décembre 2017 (...)

22La diversité des études conduites est, dans une certaine mesure, à l’image de l’étendue conceptuelle et de la dimension systémique de la notion d’écodéveloppement. Les rapports d’activités témoignent des efforts entrepris, dans la lignée des travaux préparatoires à Stockholm, pour élaborer une philosophie générale et un programme de recherche qui analysent les différentes modalités de conciliation entre environnement et développement (autant dans les pays industrialisés que du Tiers Monde). Il s’agit plus précisément d’harmoniser les trois composantes de la notion d’écodéveloppement, à savoir (i) les modes et styles de vie et consommation, (ii) les choix technologiques et (iii) les choix de localisation36. Pour réaliser cette harmonisation, les études menées proposent une analyse plus fine des objets de recherche inhérents à chaque composante, et examinent leurs interdépendances, ceci afin d’apporter un soutien opérationnel à la mise en œuvre de l’écodéveloppement et de contribuer à l’émergence d’une planification capable d’intégrer ces enjeux. Les recherches du CIRED, qu’elles soient théoriques ou de terrain, se veulent à l’époque tournées délibérément vers l’action. De même, elles accordent une importance particulière à l’interdisciplinarité en mobilisant des approches à la confluence entre économie, sociologie et anthropologie. On serait ainsi un peu en peine pour en dégager une ligne directrice dans la manière de mobiliser la discipline économique dans ces travaux, même si la discipline économique n’était pas absente : Sachs attachait de l’importance aux grands enjeux (théories de la valeur, de la production, articulation croissance-développement) et était reconnu pour sa capacité à problématiser les sujets de recherche ; il arrivait que des économistes de premier plan (ex : Kapp, Robinson) interviennent en séminaires à Paris ; et plusieurs membres de l’équipe s’intéressaient aux enjeux théoriques, en particulier aux questions de planification et à la pertinence des outils standards de l’analyse économique (ex : Godard, 1977)37.

  • 38 Entretien avec D. Théry, novembre 2017.

23Au milieu des années 1970, les rapports d’activités du CIRED font finalement ressortir trois pôles de préoccupations. Le premier est centré sur les stratégies de développement dans les pays du Tiers Monde. Il est appuyé par l’unité de documentation et de liaison qui permet de nourrir les travaux à partir d’expériences de terrain recensées à travers le monde38. (ii) Le deuxième s’intéresse aux stratégies de transition vers une nouvelle croissance en harmonie avec l'environnement dans les pays industrialisés. Il se focalise essentiellement sur des études de cas autour des modes de vie et de production. Enfin, (iii) le troisième se concentre sur les options énergétiques et leurs conséquences sur les relations entre le Tiers Monde et les pays industrialisés. Est élaboré en particulier un travail prospectif autour de scénarios plus ou moins coopératifs entre l’Europe et l’Afrique du Nord en matière de développement industriel et de choix d’approvisionnement énergétique. Les rapports d’activités laissent transparaître un relatif équilibre entre les trois pôles de recherches, avec des interconnexions. La figure 1 représente ainsi l’agenda scientifique du CIRED dans les années 1970, tel qu’on peut le lire dans les rapports d’activités.

Figure 1: Pôles de recherches au CIRED (à la lecture des rapports d'activités).

24Ces rapports d’activités ne donnent néanmoins qu’une vision imparfaite de la façon dont les recherches étaient organisées et conduites au CIRED, puisqu’il s’agit nécessairement de reconstructions ex post, destinées aux financeurs et institutions (écoles, universités, ministères, etc.) auprès desquels les chercheurs pouvaient avoir des comptes à rendre. L’exploration des archives, le recensement précis des contrats de recherche, et les témoignages rassemblés lors des entretiens fournissent une représentation assez différente de cet agenda scientifique. Les trois pôles mentionnés existaient bel et bien, même s’ils étaient sans doute moins homogènes qu’il n’y paraît – le foisonnement des sujets contrecarrait la recherche de cohérence. Surtout, le poids relatif de chacun des pôles était loin d’être le même, et les interconnexions supposées n’étaient pas toutes de la même intensité.

  • 39 Entretien avec D. Théry, novembre 2017 ; entretien avec J. Theys, mai 2018.
  • 40 Entretien avec S. Passaris, janvier 2018.
  • 41 C’est toutefois Sachs qui a orienté Hourcade vers les sujets énergétiques au début de la décennie 1 (...)
  • 42 Ancien économiste en chef d’EDF, Puiseux devient directeur d’études à l’EHESS en 1979.
  • 43 Il ressort des entretiens que certains chercheurs se retrouvaient plus que d’autres dans l’emploi e (...)

25Au milieu des années 1970, le pôle consacré au Tiers Monde, aux enjeux de développement et de technologies appropriées constituait le cœur de l’expertise. L’unité de documentation et les réseaux internationaux bâtis par Sachs nourrissaient abondamment ces travaux qui identifiaient le CIRED dans le paysage intellectuel français et étranger39. Quantitativement, le pôle sur les enjeux énergétiques et prospectifs occupait la seconde place alors que les recherches sur les nouvelles formes de croissance dans les pays industrialisés (dernier pôle) restaient minoritaires. Certains chercheurs faisaient partie de plusieurs équipes, ce qui légitimait les interconnexions40. Il apparaît néanmoins que le pôle énergie, animé par Hourcade, s’est assez rapidement autonomisé des autres pôles41. Restée rue Monsieur le Prince, l’équipe énergie, appuyée par de nombreux stagiaires et l’arrivée, bientôt, de Louis Puiseux42, entretenait peu de rapports avec les autres équipes. Rares étaient en particulier les échanges avec le pôle consacré au développement et aux technologies appropriées. La (fragile) cohérence d’ensemble de l’agenda scientifique ne résidait donc pas dans l’équilibre des forces, ou dans les interconnexions étroites entre pôles, mais plutôt dans la recherche commune d’alternatives aux modes de développement anciens et centralisés qui existaient jusqu’alors. La quête de ces alternatives, regroupées sous la bannière de l’écodéveloppement, constituait le socle commun des différentes expertises, quels que soient les ancrages disciplinaires43. La figure 2 constitue ainsi, semble-t-il, une représentation plus conforme à la réalité de l’agenda scientifique du CIRED dans les années 1970 : trois pôles aux poids inégaux, un pôle énergie toujours plus autonome, et des interconnexions fines et hétérogènes.

Figure 2: Pôles de recherches au CIRED (reconstruction).

  • 44 Rapport d’activités du CIRED, 1977, op.cit.

26En termes de productions, en plus des rapports remis aux commanditaires des études, les documents rédigés par les chercheurs du CIRED à l’époque sont variés. Des articles sont publiés dans des revues spécialisées ou généralistes (Futuribles, Revue 2000, Cahiers français, etc.), le plus souvent en français, mais aussi en espagnol et, dans une moindre mesure, en anglais. En plus du bulletin trimestriel Nouvelles de l’écodéveloppement, l’unité de documentation et de liaison assure la préparation des Cahiers de l’écodéveloppement (neuf numéros entre 1974 et 197744), deux supports largement diffusés à l’international.

  • 45 Jusqu’au milieu des années 1980, l’EHESS ne propose néanmoins pas de parcours de doctorat centré su (...)
  • 46 Les grandes écoles ont vite perçu, nous a-t-on dit, peut-être avant les universités, l’intérêt de p (...)
  • 47 Rapport d’activités du CIRED, 1977, op.cit.
  • 48 Entretien avec M. Rogalski, novembre 2017.

27Côté enseignement, le séminaire de Sachs à l’EHESS reste le pilier central des activités menées (préparation d’un mémoire en deux ans puis éventuel doctorat45), mais les lieux d’intervention des chercheurs du CIRED se diversifient, avec de nouveaux publics. Des cours semestriels sont donnés à HEC, à l’ESSEC, au Centre d'études supérieures d'aménagement de l'Université François Rabelais à Tours, à l’Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN) et à l’ENS Ulm46. Le séminaire de Sachs constitue notamment un vivier pour le recrutement de stagiaires et d’étudiants étrangers. Ainsi, entre 1971 et 1977, sur les vingt-et-une thèses de doctorat de troisième cycle dirigées par Sachs, douze sont réalisées par des étudiants étrangers47. La présence de ces étudiants s’avère importante pour Sachs car elle contribue au rayonnement international du CIRED. Sont notamment accueillis des étudiants brésiliens à la suite d’un accord de coopération entre la France et le Brésil dans le domaine de l'énergie solaire. L’attraction du programme pluridisciplinaire du CIRED est réelle, également pour des profils plus atypiques, dans un contexte où les development studies sont mieux reconnues à l’étranger qu’en France48.

28La création du CIRED en 1973 a permis au petit groupe de chercheurs réunis autour de Sachs de franchir un cap sur le plan institutionnel, ainsi qu’en termes de moyens humains et matériels. Sur le volet scientifique, les travaux conduits à l’époque donnent l’impression d’un patchwork, néanmoins coiffé d’une recherche commune d’alternatives au mode de développement courant des pays industrialisés. L’économie n’apparaît que comme une approche parmi d’autres. Des éléments de structuration de l’agenda scientifique peuvent être décelés : le rapport Meadows et le choc pétrolier ont constitué des accélérateurs (mais non des déclencheurs) pour donner de la visibilité à l’expertise environnement-développement conduite au CIRED. Et si la plupart des idées étaient en gestation avant 1972-1974, il a fallu attendre le milieu des années 1970 pour que des pôles de compétences soient identifiés. Restait à situer ces pôles de compétences dans le paysage intellectuel et institutionnel français – un défi pour l’expertise environnement-développement, par essence aux frontières des disciplines établies.

3. Le temps de la normalisation (1978-1986)

29Fort de ses soutiens nationaux et internationaux, le CIRED apparaît au milieu des années 1970 comme un lieu important de l’expertise environnement-développement en France. Le nombre de contrats de recherche obtenus, condition à une bonne santé financière, témoigne de l’intérêt suscité par l’approche multidimensionnelle des études réalisées par l’équipe de Sachs.

  • 49 Le CIRED a travaillé pour l’OCDE sur quelques rares dossiers ; la division environnement privilégia (...)
  • 50 Entretien avec J. Theys, mai 2018.
  • 51 Les relations cordiales entre Sachs et Passet ne se traduisent pas, par exemple, en projets de rech (...)

30Le succès reste circonscrit, car le monde anglo-saxon demeure en avance sur beaucoup de sujets, et continue de monopoliser l’attention de certains organismes, comme la division environnement de l’OCDE49. En France, d’autres places fortes se constituent. Le sujet environnemental est au cœur des travaux développés à l’Université Paris 1 par René Passet, avec un angle plus épistémologique que la recherche développée au CIRED. À Grenoble, l’Institut économique et juridique de l’énergie (IEJE) fondé en 1956 se renforce avec ses travaux de modélisation du secteur énergétique. D’autres lieux de recherche s’emparent des sujets environnementaux, souvent de façon accessoire, mais néanmoins avec visibilité (ex : CEPREMAP, ISMEA)50. Le CIRED entretient alors des contacts informels avec ces organismes, sans construire néanmoins de partenariats profonds51.

  • 52 Rapport scientifique du CIRED (1973-1986), 230 EHE 1, Service des archives de l’EHESS, Paris.
  • 53 Sachs semble néanmoins avoir souvent octroyé de grandes marges de manœuvre à ses jeunes collègues, (...)
  • 54 Entretien avec O. Godard, octobre 2017 ; entretien avec J.-P. Céron, novembre 2017.
  • 55 Entretien avec J.-C. Hourcade, décembre 2017.

31Au début des années 1970, l’augmentation des crédits publics pour l’enseignement supérieur a engendré une multiplication du nombre de personnels contractuels. S’est alors posée la question de l’intégration de ces personnels dans la recherche publique. En 1977-1978, le gouvernement décide de s’engager massivement vers l’intégration des chercheurs dits « hors statut » au sein des grands organismes (CNRS, INRA, etc.) (Bezes et al., 2005). Après plusieurs années de précarité, les personnels du CIRED se voient là offrir une opportunité de stabilisation. Les premiers recrutements, par le Ministère de l’éducation nationale ou le CNRS, interviennent en 197652. Mais c’est entre 1977 et 1978 que la plupart obtiennent leurs postes. Deux voies s’offrent alors à eux : devenir ingénieurs ou devenir chercheurs. Certains font le premier choix (Céron, Vinaver, Passaris), d’autres le second (Chonchol, Godard, Hourcade, Schiray, Théry). Pour tous, mais surtout pour ceux qui ambitionnent de devenir chercheurs, c’est là un tournant dans les rapports entretenus avec le directeur du centre, Ignacy Sachs. Jusqu’en 1977-1978, Sachs garde la main sur le programme scientifique de l’unité, ne serait-ce que par les contrats qu’il obtient. Certes, cela a été évoqué, nous avons pu identifier que certains chantiers de recherche s’autonomisent autour des sujets énergétiques, mais la bannière de l’écodéveloppement reste prégnante53. À partir de l’intégration des « hors statut », les personnels se mettent à moins dépendre de Sachs, certains obtenant même leurs premiers contrats d’expertise en leurs noms propres54, ce qui leur permet d’embaucher de jeunes chercheurs sur leurs propres projets. Les plus actifs deviennent ainsi, en quelque sorte, de « petits entrepreneurs »55. À partir de 1977-1978, la gouvernance du CIRED se décentralise, le pluralisme des objets se renforce.

  • 56 Entretien avec J. Theys, mai 2018. La création en 1975 de l’association GERMES (Groupe d’exploratio (...)
  • 57 Ni le rapport de 1976, ni celui de 1975, ne font de telles mentions.
  • 58 Rapport scientifique du CIRED (1973-1986), op.cit.
  • 59 Entretien avec M. Potier, novembre 2017 ; entretien avec J. Theys, mai 2018.

32La place croissante prise par certains dans l’agenda scientifique point non seulement dans les réseaux d’expertise56, mais aussi dans les rapports d’activité réguliers remis à l’EHESS. En 1977, les études les plus théoriques sont pour la première fois mentionnées et mises en valeur, comme celles sur l’inadéquation de certains outils courants avec le traitement des questions environnementales, réalisées par Godard et Hourcade dès le début des années 197057. Dans le rapport rétrospectif sur la période 1973-1986, ces objets d’étude constituent même un pôle à part entière (§3.5)58. Apparaît ainsi à la fin des années 1970 une volonté affichée de placer le CIRED au sein de l’économie de l’environnement et de l’énergie, champ en cours de constitution dans le monde académique français, au-delà de l’expertise développement et Tiers Monde pour laquelle l’équipe est la plus connue59.

  • 60 Voir à ce sujet l’inventaire des archives EHESS sous les présidences Le Goff et Furet, disponible a (...)
  • 61 Rapport scientifique du CIRED (1973-1986), op.cit.

33Il y a là un intérêt scientifique manifeste de certains membres de l’équipe, au premier rang desquels Godard, Hourcade et Puiseux (à partir de 1979). Mais l’enjeu est aussi disciplinaire, pour renforcer la légitimité du CIRED comme centre de recherche économique. Dans ses différents documents administratifs, l’École pratiques des hautes études, VIe section, devenue EHESS en 1975, a toujours considéré le CIRED comme une équipe d’économistes60. Et l’association avec le CNRS, d’abord par l’intégration des chercheurs « hors statut », puis par le rattachement officiel du CIRED en 197961, s’est faite sous la bannière de la discipline économique.

  • 62 Les Journées Gide 2017 de Nice ont été l’occasion de discuter et de mettre en relief les évolutions (...)
  • 63 Entretien avec K. Vinaver et K. Sachs, octobre 2017 ; voir aussi Sachs (2008, 353).

34Mais apparaît à la fin des années 1970 une dissonance entre ce que la science économique est en train de devenir dans le monde académique français – une discipline formalisée, axiomatique, quantitative –, et la façon dont l’économie est pratiquée au CIRED – comme économie politique où figurent en première place les dimensions institutionnelles et qualitatives62. Directeur d’études à l’EHESS, Sachs n’avait pas à justifier outre mesure son positionnement disciplinaire, et s’il était de formation économique, il se considérait lui-même aux frontières des disciplines63. Ce n’était pas forcément le cas de la jeune génération, cherchant un ancrage disciplinaire, et préférant (de gré ou de force) jouer le jeu des règles instituées. Le CIRED n’avait pas vocation à devenir un centre d’économie quantitative. Mais il devait probablement renforcer ses fondations pour exister dans le champ académique, et pour permettre à ses chercheurs d’asseoir leurs places dans la profession.

35C’est à cette aune qu’il faut lire le basculement rhétorique qui transparaît entre les rapports d’activités du milieu des années 1970 et ceux du milieu des années 1980. Dans le rapport de 1975, il est question, entre autres, de « recherche sur les problèmes de développement et d’environnement » et de « réalisation de projets concrets sur terrain » (p. 6). Dans le rapport de 1986, il est question, notamment, d’« analyse théorique et [d]’étude empirique du choix de techniques » et d’« analyse et [d]’évaluation des options et des stratégies énergétiques » (p. 11). Les objets de recherche ont certes évolué entre les deux périodes, mais la façon d’appréhender ces objets a également évolué : la « théorie » et les « concepts » ont remplacé les « débats » et les « réflexions ». Bien sûr il y avait de la théorie derrière les cas pratiques d’écodéveloppement recensés au début des années 1970. Bien sûr les travaux du début des années 1980 s’inscrivaient aussi dans des débats plus larges. Mais la mise en scène du travail réalisé au CIRED, la rhétorique employée, ont changé. Ce basculement témoigne vraisemblablement d’une normalisation disciplinaire par rapport à une science économique toujours plus avide d’axiomatique et d’analyse.

  • 64 Entretien avec J.-P. Céron, novembre 2017 ; entretien avec J.-C. Hourcade, décembre 2017.
  • 65 Les évolutions politiques de 1981, du côté de l’Exécutif comme du Parlement, ne semblent pas avoir (...)
  • 66 Entretien avec F. Moisan, janvier 2018. Voir aussi PV du Conseil scientifique de l’EHESS du 4 mai 1 (...)

36Le début des années 1980 est une période plus difficile pour l’équipe de Sachs64. Les sujets environnementaux et énergétiques peinent à percer réellement sur la scène académique, en particulier avec l’arrivée du contre-choc pétrolier, et certains font face à un manque de reconnaissance de la part de leurs pairs économistes. Le CNRS semble douter de l’expertise économique menée au CIRED, renonçant à nommer de nouveaux chercheurs dans l’équipe65. Sachs continue d’activer ses réseaux pour obtenir des contrats, mais l’attention des chercheurs se tourne vers d’autres objets, dans la continuité du processus d’émancipation initiée au milieu des années 1970. Naissent ainsi de nouvelles collaborations, en particulier sur les sujets énergétiques, avec, par exemple, la convention signée en 1983 avec l’Agence française de maîtrise de l’énergie (AFME)66.

37Les évolutions systémiques qui s’opèrent alors en sciences sociales, avec le déclin progressif des approches structuralistes face à l’émergence d’un libéralisme économique et politique renouvelé, expliquent aussi, sans doute, les questionnements qui émergent au sein de l’équipe. Sans adhérer totalement aux thèses structuralistes des études sur le développement, telles qu’elles étaient défendues par exemple à l’IEDES de l’Université Paris 1, les membres du CIRED, en particulier ceux investis dans le pôle Tiers Monde, menaient des travaux entrant en résonnance avec ces approches, en particulier dans l’examen qualitatif des modes de développement dans les pays du Sud. Au tournant des années 1980, la parenthèse d’une économie du développement autonome du corpus standard de l’analyse économique se referme (Toye, 2018). Cela a très probablement pesé dans la normalisation des recherches menées au CIRED, et dans la plus forte pondération donnée dans l’agenda scientifique aux travaux plus éloignés du structuralisme.

  • 67 Entretien avec M. Rogalski, novembre 2017. Ce DEA s’est mué en formation doctorale « Recherches com (...)

38Au même moment, le pôle enseignement du CIRED échappe quelque peu à ces doutes et évolutions, en tout cas à court terme, en poursuivant son essor : le rapport rétrospectif 1973-1986 cite des enseignements dans de nombreuses grandes écoles et universités françaises (HEC, ESSEC, INSTN, Université Paris 1, ENS Ulm, ENPC, etc.) et étrangères (MIT, Harvard, Cambridge (UK), IUED à Genève). Après plusieurs années de délibération est finalement créé à l’EHESS, en 1985, un DEA « Socio-économie du développement » dans lequel les membres du CIRED jouent un rôle pivot. Il s’agit là d’une réalisation importante de Sachs qui souhaitait construire un parcours indépendant sur les études du développement, à la croisée de plusieurs disciplines, sans contraindre les étudiants à choisir entre économie et sociologie67. Cette orientation ne servait pas forcément les débouchés professionnels des étudiants (Sachs, 2008, 353), mais elle visait à constituer l’articulation environnement-développement comme un champ à part entière.

  • 68 Entretien avec K. Vinaver et K. Sachs, octobre 2017 ; entretien avec M. Rogalski, novembre 2017.
  • 69 Entretien avec D. Théry, novembre 2017.
  • 70 Entretien avec M. Rogalski, novembre 2017.
  • 71 Propositions d’orientation scientifique et d’organisation du CIRED soumises au Conseil scientifique (...)
  • 72 Dans un document à vocation interne daté d’avril 1985, les chercheurs du CIRED proposent déjà trois (...)
  • 73 PV du Conseil scientifique de l’EHESS du 4 juin 1985, 200 EHE 81, Service des archives de l’EHESS, (...)
  • 74 J.-C. Hourcade raconte qu’il arrivait d’ailleurs d’entendre dans les couloirs de l’EHESS, même dans (...)
  • 75 Lettre de F. Furet à I. Sachs, 7 juin 1985, 200 EHE 82, Service des archives de l’EHESS, Paris.

39Côté recherche, les difficultés apparaissent au grand jour en 1985-1986, lorsque l’EHESS semble mettre en doute l’avenir du CIRED. Ce moment que nous pouvons qualifier de crise peut être appréhendé à la fois du point de vue de la gouvernance interne au laboratoire, et du point de vue du positionnement de l’équipe dans les champs établis. Peu séduit par les directions de recherche empruntées par ses collègues, Sachs commence à se mettre en retrait de l’agenda scientifique dès la fin des années 1970, et prend la décision au début des années 1980 de passer la main68. À l’époque, l’EHESS a pour politique d’associer l’existence d’un centre de recherche au directeur d’études qui en a la direction69. Le départ de Sachs est donc susceptible de remettre en cause l’existence même du CIRED. Le choix est néanmoins fait de convaincre l’École de conserver l’équipe, en nommant un nouveau directeur à sa tête70. Au printemps 1985, le CIRED remet sa proposition au Conseil scientifique de l’EHESS. Le document transmis71, présenté par Godard, Hourcade, Nicolon et Sachs, suggère une réorganisation du laboratoire autour de trois équipes de recherche : (i) une équipe « socio-économie des choix techniques dans le secteur de l’énergie » dirigée par Hourcade, (ii) une équipe « socio-économie du développement local et régional et de la planification décentralisée » dirigée par Godard, et (iii) une équipe « socio-économie du développement dans les pays du Tiers Monde » dirigée par Sachs72. Alexandre Nicolon est proposé pour prendre la direction du comité de coordination devant assurer la cohérence entre les trois équipes, avec le soutien de Jean-Paul Céron en tant que secrétaire général. Les membres du Conseil scientifique de l’EHESS reçoivent la proposition du CIRED avec réserve73, s’interrogeant en particulier sur le poids respectif des trois équipes, et estimant ne pas bien percevoir les enjeux intellectuels du projet porté74. François Furet, alors président de l’EHESS, demande à Sachs de conserver la direction pour une année supplémentaire, et invite le CIRED à proposer un nouveau projet examiné à la fin de l’année 1985-198675.

  • 76 Rapport scientifique du CIRED (1973-1986), op.cit.

40C’est dans cette optique qu’a été préparé le rapport scientifique rétrospectif 1973-198676. Ce rapport, bien plus long que la proposition de 1985, recense d’une part les travaux réalisés depuis la création du CIRED, et énonce d’autre part les « orientations de recherches pour les années à venir » (1973-1986, 49). Les trois équipes suggérées un an plus tôt sont renommées : (i) une équipe « analyse économique et stratégies technologiques en économie ouverte : choix énergétiques et structuration du mode de développement », (ii) une équipe « différenciation économique et différenciation des ‘espaces de développement’ », et (iii) une équipe « socio-économie du développement, pluralisme technologique et innovation sociale dans les pays du Tiers Monde ». Il apparaît clairement dans ces intitulés une réorientation disciplinaire des objets de recherche : le mot ‘socio-économie’, hégémonique dans la version de 1985, n’occupe plus qu’un seul chantier de recherche, le troisième sur le Tiers Monde, celui de Sachs. Au-delà des enjeux rhétoriques déjà soulignés, ce basculement suggère une nouvelle étape dans la normalisation scientifique du CIRED. En moins d’un an, la revendication d’une expertise aux frontières des sciences sociales s’est mue en une orientation beaucoup plus économique. La création du DEA « Socio-économie du développement » fin 1985 apparaît finalement à contre-emploi par rapport à ce qui semble se jouer. L’articulation environnement-développement reste le pivot des recherches menées au CIRED, mais la prétention d’en faire une nouvelle discipline, à part entière, faiblit.

  • 77 Soutenu par les Nations Unies au milieu des années 1970, le projet d’écodéveloppement est perçu apr (...)

41Ces évolutions méritent d’être mises en regard avec la destinée du concept d’écodéveloppement à la même période. En raison d’oppositions politiques, notamment de la part des Etats-Unis (Godard, 2005 ; Berr, 2009 ; Figuière et Metereau, 2013), la notion d’écodéveloppement perd de son influence dans les sphères internationales77. Elle est progressivement remplacée par une notion plus consensuelle, celle de développement durable, qui offre la possibilité d’opter pour une protection de l’environnement modérée au regard des impératifs de croissance économique (Brundtland, 1987 ; voir Godard, 2005). Il est vraisemblable que le recul, au CIRED, des perspectives centrées sur les enjeux de développement dans le Tiers-Monde soit aussi le résultat du déclin relatif du concept d’écodéveloppement. Les membres du CIRED n’ont progressivement plus eu la force ou l’envie de défendre un bastion attaqué de toutes parts, préférant travailler sur d’autres objets, sans référence systématique à l’écodéveloppement.

  • 78 Entretien avec R. Guesnerie, novembre 2017. Sur la place des économistes dans la longue histoire de (...)
  • 79 Le document interne d’avril 1985 sur les orientations du CIRED suggère une prise de conscience impo (...)
  • 80 PV du Conseil scientifique de l’EHESS du 20 mai 1986, 200 EHE 91, Service des archives de l’EHESS, (...)
  • 81 Le pôle « Aires culturelles » a été fondé à l’École pratique des hautes études, VIe section, dans l (...)
  • 82 PV du Conseil scientifique de l’EHESS du 20 mai 1986, op.cit. Le refus transparaît déjà dans Godard (...)

42Le choix opéré par les chercheurs du CIRED en 1986 semble cohérent avec les contraintes scientifiques et institutionnelles du milieu des années 1980 : plusieurs chercheurs CNRS ont à ce moment-là des comptes à rendre à la section qui les évalue, et l’EHESS s’est orientée dès le tournant des années 1980 vers le recrutement d’économistes répondant davantage aux nouveaux canons axiomatiques (groupe des « économètres »78). Pour être considérés comme des économistes au sens émergeant alors, les chercheurs du CIRED devaient opérer une inflexion, et normaliser leurs méthodes79. Ce pari, à première vue raisonnable, s’est en fait avéré risqué. En recevant le rapport scientifique 1973-1986, le Conseil scientifique de l’EHESS a été surpris du tournant opéré vers la discipline économique, allant jusqu’à questionner les relations entre le CIRED et le Centre d’économie quantitative dirigé alors par Roger Guesnerie80. Le CIRED ne paraissait pas le plus armé pour mener des recherches strictement économiques, et l’idée d’un rapprochement avec le pôle « Aires culturelles » de l’École a été évoquée81. Mais les membres du CIRED ont rapidement refusé cette option82.

43Il ressort de cet épisode que la normalisation disciplinaire s’est aussi heurtée à des résistances : l’expertise environnement-développement a tâché de s’insérer pleinement dans le champ économique au milieu des années 1980, mais l’image interdisciplinaire des travaux menés est restée prégnante, quitte à freiner la normalisation souhaitée par certains chercheurs, et a priori exigée par le contexte institutionnel. C’est là une caractéristique importante, et paradoxale, de l’expertise environnement-développement à l’époque, sans doute bien au-delà du CIRED : à la fois champ singulier, nouveau, se voulant à part entière, et champ devant penser sa relation avec les disciplines existantes pour assurer sa survie et son essor.

  • 83 Nicolon ayant renoncé, Hourcade était le seul, à l’époque, à être titulaire d’une thèse d’État (Hou (...)

44Les années 1986-1987 ont permis le maintien du CIRED au sein de l’EHESS, et la pérennisation du rattachement au CNRS, grâce à une dynamique nouvelle pilotée par Jean-Charles Hourcade, qui succède finalement à Ignacy Sachs à la tête de l’équipe83. L’expertise environnement-développement a alors fait pleinement le choix de la discipline économique, en continuant de se heurter à quelques résistances, mais en tâchant de développer des nouveaux chantiers plus clairement identifiables sur le plan institutionnel que les questions d’écodéveloppement. Sachs, quant à lui, a finalement quitté le CIRED pour se consacrer au Centre de recherches sur le Brésil colonial et contemporain (CRBC) créé en mars 1985.

Conclusion

45L’histoire de la structuration, tant intellectuelle qu’institutionnelle, de l’économie de l’environnement et du développement en France dans les années 1970 et 1980, lue à travers l’expérience du CIRED, n’est pas linéaire. L’essor des préoccupations énergétiques et environnementales au début des années 1970 s’est heurté à d’autres priorités de politique publique dans les années qui ont suivi (chômage, instabilité monétaire). Des périodes de succès de l’expertise ont précédé des périodes de crise, puis de reprise. Les modalités des recherches menées ont également évolué : la logique contractuelle, alimentée par les organismes nationaux et internationaux, créait un agenda scientifique protéiforme, sans forcément qu’une quelconque cohérence ex ante ait été pensée. Au CIRED, derrière la notion d’écodéveloppement, la quête de solutions alternatives aux modes de vie, de production et de consommation courants a participé à la constitution d’une grille de lecture globale et à vocation systémique.

46À la fin des années 1970, les évolutions tant disciplinaires qu’institutionnelles ont poussé la recherche sur l’articulation environnement-développement à entamer un processus de normalisation. La stabilisation statutaire des chercheurs a apporté son lot d’exigences. En économie, la prégnance progressive de l’axiomatique et des études quantitatives a signifié une réduction du champ disciplinaire. De fait, le CIRED pouvait se considérer légitimement comme un centre de recherche économique dans le paysage institutionnel du début des années 1970. Au tournant des années 1980, la discipline économique n’est plus la même. Et pour se légitimer, mais aussi par choix, les chercheurs du CIRED ont dû infléchir, si ce n’est leurs travaux, du moins la façon d’en faire la publicité. Leurs réflexions sur l’articulation environnement-développement se sont retrouvées à la croisée des chemins, entre constitution d’un champ autonome et inflexion disciplinaire – une tension qui dépasse le cadre du CIRED et qui reste aujourd’hui prégnante pour celles et ceux qui travaillent sur le développement durable, objet frontière par excellence, ou qui s’inscrivent dans les sustainability sciences.

47La normalisation disciplinaire et institutionnelle qui s’est opérée au tournant des années 1980, complétée d’évolutions systémiques qui dépassent le cadre du CIRED (déclin du structuralisme, émergence d’une gouvernance décentralisée des externalités via des instruments de marché où l’État ne joue un rôle qu’en arrière-plan seulement), a conduit les chercheurs investis précocement dans les recherches sur l’environnement et le développement à tracer leurs sillons dans des directions diverses : certains ont simplement continué à ne travailler qu’épisodiquement sur les questions environnementales – c’est le cas par exemple de Roger Guesnerie à l’EHESS ; d’autres ont opté pour une consolidation du champ environnement-développement via une prégnance de l’analyse économique et de la modélisation – c’est la voie qui a été suivie au CIRED après le milieu des années 1980 ; d’autres encore ont participé à la constitution d’approches interdisciplinaires entre sciences sociales et sciences naturelles, sur le chemin d’une économie écologique alors émergente – c’est la direction qui a été prise par nombre des disciples de René Passet. Un état des lieux complet de ces attitudes mériterait un examen qui dépasse le cadre du présent article, mais serait indéniablement utile pour comprendre l’évolution de l’économie de l’environnement et du développement en France après le milieu des années 1980.

48Pour la période des années 1970, dans quelle mesure le cas du CIRED, examiné ici, est-il représentatif de l’expertise française environnement-développement ? Bien sûr d’autres lieux de recherche, académiques ou non, ont existé sur ces questions, et sans doute certains d’entre eux ont évolué au gré d’opportunités et de contraintes qui leur sont propres. Bien sûr le CIRED est un cas singulier sur le plan du rayonnement international, la personnalité de Sachs ayant été un levier dans la constitution d’un large réseau. L’exemple du CIRED reste néanmoins significatif à plusieurs titres. D’abord parce que le contexte institutionnel (ex : intégration des « hors statut ») et intellectuel (période post-1968, évolution de l’économie et des sciences sociales, etc.) dans lequel ses chercheurs ont évolué a également pesé sur d’autres organisations. Ensuite parce que l’expertise combinée environnement-développement existait dans peu d’endroits, et que le CIRED a joué un rôle pivot dans le paysage français, après Saint-Nizier, et par sa place centrale dans les réseaux à l’interface entre expertise et action publique (ex : GERMES). Enfin parce que l’expérience contée ici est en mesure de révéler comment une équipe de recherche, quelle qu’elle soit, peut être en mesure de se faire une place dans le champ académique.

  • 84 Le CIRED était atypique au sein de l’École pratique des hautes études, VIe section, puis de l’EHESS (...)
  • 85 Entretien avec O. Godard, octobre 2017.

49Cette dernière dimension dépasse le sujet environnement-développement. Dans un premier temps, Sachs a constitué autour de lui une petite équipe, jeune, travaillant sur projets, avec peu de moyens. L’analogie avec la start-up, quelque peu anachronique, semble pertinente, d’autant plus que la start-up CIRED a rapidement bénéficié du soutien de véritables business angels (Strong, Nerfin, Antoine et Theys) pour se développer. La multiplication des contrats a fait franchir un cap au CIRED, qui est devenue au milieu des années 1970, pour filer l’analogie, une PME84 aux allures de « bureau d’étude »85. Mais est venu le moment d’intégrer cette PME dans un paysage académique et disciplinaire reconfiguré, et de la transformer en laboratoire de recherche – d’où le processus de normalisation, malgré les velléités d’autonomisation du projet environnement-développement porté par Sachs. Sans doute d’autres équipes de recherche, sur d’autres objets, à d’autres époques, ont pu connaître pareil destin.

Les auteurs tiennent à remercier Jean-Paul Céron, Olivier Godard, Roger Guesnerie, Jean-Charles Hourcade, Patrick Lagadec, François Moisan, Solange Passaris, Michel Potier, Michel Rogalski, Karol Sachs, Daniel Théry, Jacques Theys et Krystyna Vinaver pour leur disponibilité. L’exposé qui suit, et les interprétations livrées, ne les engagent en rien. Merci également aux participants aux Journées Gide 2017 (Nice) et au workshop ‘Economics and the Environment since the 1950s’ (Reims, mars 2019). Merci aux archivistes de l’EHESS, à Frédérique Bordignon, à Thierry Brunelle, à Naceur Chaabane et à Franck Nadaud pour leurs encouragements et orientations. Merci enfin aux deux rapporteurs anonymes qui nous ont aidés à finaliser ce texte.

Haut de page

Bibliographie

Arena, Richard. 2000. Les économistes français en 1950. Revue économique51(5) : 969-1007.

Ayres, Robert U. et Allen V. Kneese. 1969. Production, Consumption, and Externalities. American Economic Review, 59(3) : 282-297.

Barel, Yves et al. 1973. Analyse socio-économique de l’environnement. Problèmes de méthode. Paris & La Haye : Mouton & co. Actes du symposium de Saint-Nizier, 12-15 déc. 1972.

Barré, Rémi, Thierry Lavoux, et Vincent Piveteau. 2015. Un demi-siècle d’environnement entre science, politique et prospective. En l’honneur de Jacques Theys. Paris : Éditions Quæ.

Bergeret Anne, Onelia Cardettini, Irena Ellwood, Daniel Théry, et Krystyna Vinaver. 1973. Réactions au rapport « The Limits to Growth », étude pour le PNUE (contrat n°288/73), Paris : CIRED.

Berr, Eric. 2009. Le développement soutenable dans une perspective post keynésienne : retour aux sources de l’écodéveloppement. Économie Appliquée, LXII(3) : 221-244.

Berr, Eric. 2013. L’écodéveloppement comme fondement d’une économie politique du développement soutenable. Revue francophone du développement durable, : 8-20.

Berr, Eric et Arnaud Diemer. 2016. De l’écodéveloppement au Buen Vivir, Ou comment replacer les savoirs locaux au cœur des processus de coopération décentralisée dans les pays du sud. Mondes en développement44(175) : 23-38.

Bezes, Philippe et al. 2005. L’État à l’épreuve des sciences sociales. La fonction recherche dans les administrations sous la V République. Paris : La Découverte.

Bobulescu, Roxana. 2012. The Making of a Schumpeterian Economist: Nicholas Georgescu-Roegen. European Journal of the History of Economic Thought, 19(4) : 625-651.

Bobulescu, Roxana. 2015. From Lotka’s Biophysics to Georgescu-Roegen’s Bioeconomics. Ecological Economics, 120 : 194-202.

Bobulescu, Roxana. 2017. The Original Time Approach of Georgescu-Roegen. Œconomia - History | Methodology | Philosophy, 7(1) : 87-109.

Boulding, Kenneth E. 1966. The Economics of the Coming Spaceship Earth. In Henry Jarrett (ed.), Environmental Quality in a Growing Economy. Baltimore : John Hopkins University Press, 3-14.

Brundtland, Gro Harlem (ed.). 1987. Notre Avenir à Tous. Rapport de La Commission Mondiale Pour l’environnement et Le Développement. New York: Nations Unies.

Carson, Rachel. 1962. Silent Spring. New York : Houghton Mifflin.

Couix, Quentin. 2019. Natural Resources in the Theory of Production: The Georgescu-Roegen/Daly versus Solow/Stiglitz Controversy. European Journal of the History of Economic Thought, 26(6) : 1341-1378.

Etner, François et Claire Silvant. 2017. Histoire de la pensée économique en France depuis 1789. Paris : Economica.

Ferreira da Cunha, Roberto et Antoine Missemer. 2020. The Hotelling Rule in Non-Renewable Resource Economics: A Reassessment. Canadian Journal of Economics, in press.

Figuière, Catherine et Renaud Metereau. 2013. Développement et souveraineté alimentaire : quels enjeux pour le Sud ? Revue francophone du développement durable, 2 : 45-67.

Franco, Marco P. V., Marion Gaspard et Thomas M. Mueller. 2019. Time Discounting in Harold Hotelling’s Approach to Natural Resource Economics: The Unsolved Ethical Question. Ecological Economics, 163 : 52-60.

Gaspard, Marion et Antoine Missemer. 2019. An Inquiry into the Ramsey-Hotelling Connection. European Journal of the History of Economic Thought, 26(2) : 352-379.

Georgescu-Roegen, Nicholas. 1966. Analytical Economics. Issues and Problems. Cambridge, MA : Harvard University Press.

Georgescu-Roegen, Nicholas. 1971. The Entropy Law and the Economic Process. Cambridge, MA : Harvard University Press.

Georgescu-Roegen, Nicholas. 2006. La Décroissance. Entropie, Écologie, Économie. Jacques Grinevald et Ivo Rens (eds). Paris : Éditions Sang de la terre.

Godard, Olivier. 1977. Environnement et rationalité économique : la prise en compte de l’environnement dans la planification des projets et programmes de développement en pays capitalistes. Thèse de doctorat, Université Paris 1.

Godard, Olivier. 2005. Le développement durable, une chimère, une mystification ? Mouvements, 41 : 14-21.

Godard, Olivier, Jean-Charles Hourcade, et Alexandre Nicolon. 1985. Réflexions sur les orientations du CIRED (1985-1990), document de travail interne, archives du CIRED, Paris.

Godechot, Olivier. 2011. How Did the Neoclassical Paradigm Conquer a Multi-disciplinary Research Institution? Economists at the EHESS from 1948 to 2005. Revue de la régulation, 10.

Gordon, H. Scott. 1954. The Economic Theory of a Common-Property Resource: The Fishery. Journal of Political Economy, 62(2) : 124-142.

Hotelling, Harold. 1931. The Economics of Exhaustible Resources. Journal of Political Economy, 39(2) : 137-175.

Hourcade, Jean-Charles. 1977. Énergie, environnement et division internationale du travail : essai de prospective à l'échelle du Bassin Méditerranéen. Thèse de doctorat, Université Paris 1.

Hourcade, Jean-Charles. 1984. Prospective de l'énergie et stratégies de développement dans le Tiers-Monde. Thèse de doctorat, Université Paris VIII Vincennes à Saint-Denis.

Jullien, Dorian. 2018. Interviews: Some Methodological and Historiographical Issues of Oral Sources. In Till Düppe and E. Roy Weintraub (eds), The Contemporary Historiography of Economics. Londres : Routledge.

Kapp, K. William. 1950. The Social Costs of Private Enterprise, Cambridge, MA : Harvard University Press

Krutilla, John V. 1955. Criteria for Evaluating Regional Development Programs. American Economic Review, 45(2) : 102-132.

Kula, Erhun. 1998. History of Environmental Economic Thought. Londres : Routledge.

Kuznets, Simon. 1955. Economic Growth and Income Inequality. American Economic Review, 45(1) : 1-28.

Leontief, Wassily. 1970. Environmental Repercussions and the Economic Structure: An Input-Output Approach. Review of Economics and Statistics, 52(3) : 262-271.

Meadows, Donella. H. et al., 1972. The Limits to Growth, A Report for the Club of Rome’s Project on the Predicament of Mankind. Londres : Potomac Associates.

Mishan, Ezra J. 1967. The Costs of Economic Growth. Londres : Staples Press.

Missemer, Antoine. 2013. Nicholas Georgescu-Roegen, pour une révolution bioéconomique. Lyon : ENS Éditions.

Missemer, Antoine. 2017a. Les Économistes et la fin des énergies fossiles (1865-1931). Paris : Classiques Garnier.

Missemer, Antoine. 2017b. Nicholas Georgescu-Roegen and Degrowth. European Journal of the History of Economic Thought, 24(3) : 493-506.

Missemer, Antoine. 2019. Des énergies fossiles aux actifs épuisables, une histoire de l’analyse économique (1865-1931). In Charles-François Mathis et Geneviève Massard-Guilbaud (eds), Sous le soleil. Systèmes et transitions énergétiques, du Moyen-Âge à nos jours. Paris : Éditions de la Sorbonne, 299-310.

Perroux, François. 1961. L’Économie du XXe siècle. Paris: Presses universitaires de France.

PNUE-CNUCED. 1974. Patterns of Resource Use, Environment and Development Strategies. Conférence de Cocoyoc, Mexique, Nations Unies.

Popa, Ioana. 2015. Aires culturelles et recompositions (inter)disciplinaires. La 6e section de l’EPHE et les études sur l’espace russe, soviétique et est-européen. Actes de la recherche en sciences sociales, 210(5) : 60-81.

Poujade, Robert. 1975. Le Ministère de l’impossible. Paris : Calmann-Lévy.

Rostow, Walt W. 1960. The Stages of Economic Growth, a Non-Communist Manifesto. Cambridge, New York & Melbourne : Cambridge University Press.

Sachs, Ignacy. 1974. Environnement et styles de développement. Annales. Économies, Sociétés, Civilisations29(3) : 553-570.

Sachs, Ignacy. 1977. Pour une économie politique du développement. Paris : Flammarion.

Sachs, Ignacy. 1980. Stratégies de l’écodéveloppement. Paris : Éditions Économie et Humanisme.

Sachs, Ignacy. 2008. La Troisième rive : À la recherche de l’écodéveloppement. Paris : Bourin Éditeur.

Sachs, Ignacy. 2012. Développement et environnement, un indissociable binôme. Vraiment durable, 2(2) : 17-31.

Sauvy, Alfred. 1952. Trois mondes, une planète. L’Observateur. Paris, 14 août, 14.

Theys, Jacques. 2019. 25 ans de médiation entre science(s), politique et société : le Groupe d’exploration et de recherches multidisciplinaires sur l’environnement et la société (1975-2002. Natures Sciences Sociétés, 27(2) : 191-204.

Toye, John. 2018. The Counterrevolution in Development Economics. History of Political Economy, 50(S1) : 269-285.

Vivien, Franck-Dominique. 2007. La pensée économique française dans l’invention de l’environnement et du développement durable. Responsabilité et Environnement, 46 : 68-72.

Haut de page

Annexe

Archives

Archives de l’École pratique des hautes études, VIe section & de l’EHESS, Service des archives de l’EHESS, Paris

Archives du CIRED, documents numérisés par l’École des Ponts ParisTech, Paris.

Haut de page

Notes

1 Pour une explication historique de ce regard micro-centré, en particulier pour les ressources épuisables, voir Missemer (2017a ; 2019). Pour un examen détaillé de la position de Hotelling dans l’histoire de l’économie des ressources naturelles, voir notamment Gaspard et Missemer (2019), Franco et al. (2019), Ferreira da Cunha et Missemer (2020).

2 Pour une présentation plus substantielle et détaillée des différents courants en économie de l’environnement dans les années 1950 et 1960, voir notamment Kula (1998).

3 Sur les travaux de Georgescu-Roegen, voir notamment l’introduction du volume édité par J. Grinevald et I. Rens (Georgescu-Roegen, 2006) ainsi que Bobulescu (2012 ; 2015 ; 2017), Missemer (2013 ; 2017b) et Couix (2019).

4 Le profil des économistes français dans les années 1950 et 1960 était particulièrement divers (voir Etner et Silvant, 2017, chap. 14). Pour une tentative de classification pour la décennie 1950, voir Arena (2000).

5 Le CIRED (Centre international de recherche sur l’environnement et le développement) existe toujours, sous le statut d’unité mixte de recherche (UMR 8568), adossée au CNRS, à l’École des Ponts ParisTech, à l’EHESS, à AgroParisTech-UPSaclay et au CIRAD.

6 Les entretiens, semi-directifs, ont été réalisés entre l’automne 2017 et le printemps 2018, de visu ou par téléphone, le plus souvent dans des locaux tiers (universités, écoles, cafés), parfois à domicile. Même si les entretiens ont été pour la plupart enregistrés, nous avons fait le choix de ne pas citer de longs verbatim.

7 Ce projet est né à la suite de l’appel à communications des Journées Gide 2017 organisées à l’Université de Nice et consacrées à la pensée économique française dans les années 1970 et 1980. Il a été l’occasion de valoriser des matériaux d’archives non exploités dont l’accès a été facilité par la proximité des auteurs avec le CIRED tel qu’il existe aujourd’hui. Il ne s’agit néanmoins pas d’une commande institutionnelle. L’enjeu a été de porter un regard neuf sur les logiques à l’œuvre dans les années 1970 et 1980, avec la sollicitation de personnalités venant d’institutions extérieures, et le croisement des témoignages avec d’autres types de sources.

8 Entretien avec O. Godard, octobre 2017.

9 Entretien avec K. Vinaver et K. Sachs (fils d’Ignacy), octobre 2017. Heller, en plus de son attache à l’École pratique, était administrateur de la Maison des sciences de l’homme (MSH). Sachs a rencontré Nora lors d’une conférence UNESCO à Vienne, en Autriche (Sachs, 2008, 175). Thorner a collaboré avec Sachs lors de ses premières années à l’École (Programme scientifique d’Ignacy Sachs, janvier 1969, dossier conservé au Service des archives de l’EHESS, Paris).

10 Annuaire des enseignements 1969-1970, Service des archives de l’EHESS, Paris.

11 Entretien avec J.-P. Céron, novembre 2017 ; entretien avec J.-C. Hourcade, décembre 2017.

12 L’International Symposium on Environmental Disruption : A challenge to Social Scientists du 8-14 mars 1970 est organisé par le professeur d’économie Shigeto Tsuru, de l’Université Hitotsubashi, et le Conseil scientifique du Japon. Il rassemble chercheurs japonais et internationaux avec en toile de fonds le scandale de la contamination par le mercure des habitants de la baie Minamata par l’industrie pétrochimique (Sachs, 2012).

13 Marc Nerfin a été à l’origine et a dirigé par la suite la Fondation internationale pour un autre développement (FIPAD) crée en 1976 et avec laquelle Sachs collaborera.

14 Entretien avec J.-P. Céron, novembre 2017. Une des premières études réalisées par la jeune équipe de Sachs concernait la taxation du transport maritime de marchandises. Aux dires de certains qui l’ont préparée (J.-P. Céron et J.-C. Hourcade), les méthodologies de calibration de la taxe restaient à ce moment-là rudimentaires.

15 Serge Antoine est un acteur important de la politique environnementale française dans les années 1970. Avec Jacques Theys à ses côtés puis à sa suite, il a soutenu l’essor d’une expertise française (voir Barré et al., 2015).

16 Entretien avec J. Theys, mai 2018. Les études confiées par Antoine à Sachs permettaient à l’équipe de récolter une partie de ses financements. Souvent, les sujets étaient conjointement définis entre les parties.

17 En 1973, Strong propose à Sachs de rejoindre le PNUE à Nairobi, mais celui-ci décline (Sachs, 2008, 388).

18 Voir par exemple les actes du colloque de Founex : Development and Environment, Report and Working Papers of Experts Convened by the Secretary General of the United Nations Conference on the Human Environment, Paris : Mouton, 1972.

19 Entretien avec K. Vinaver et K. Sachs, octobre 2017 ; entretien avec J.-P. Céron, novembre 2017.

20 Entretien avec J. Theys, mai 2018.

21 La signature collective était par ailleurs une pratique courante à l’École pratique des hautes études, VIe section, dans le contexte post-1968. Entretien avec J.-C. Hourcade, décembre 2017.

22 Dans les années 1970, avec la MSH dirigée par Heller, le CIRED met en place une importante unité de documentation, centre névralgique de l’expertise sur l’écodéveloppement.

23 Le GRSD occupait un bureau 4 rue de Chevreuse, siège de l’Association des femmes diplômées de l’université, qu’il partageait avec Daniel Thorner.

24 Entretien avec K. Vinaver et K. Sachs, octobre 2017.

25 Entretien avec D. Théry, novembre 2017.

26 Entretien avec J.-C. Hourcade, décembre 2017.

27 Entretien avec S. Passaris, janvier 2018. Les stagiaires recrutés sont à l’image de cette diversification : architectes, ingénieurs, agronomes. Rapport d’activités du CIRED, 1977, archives du CIRED, Paris.

28 Entretien avec M. Rogalski, novembre 2017.

29 Entre 1973 et 1977, un tiers des contrats sont commandités par le Ministère de l’environnement, renommé Ministère de la qualité de vie sous la présidence Giscard d’Estaing. Rapport d’activités du CIRED, 1977, op.cit.

30 Rapports d’activités du CIRED, 1975, 1976, 1977, archives du CIRED, Paris.

31 Les « technologies appropriées » étaient un concept clé de l’expertise développée au CIRED, désignant les technologies adaptées aux conditions locales de développement et destinées à dépasser le simple mimétisme technologique à l’égard des pays industrialisés.

32 Rapport d’activités du CIRED, 1977, op.cit.

33 Entretien avec D. Théry, novembre 2017.

34 Voir Bergeret et al. (1973).

35 Un jugement plus critique, et reflétant sans doute davantage la position du CIRED, peut être trouvé dans l’article signé du GRSD dans Barel et al. (1973).

36 Rapports d’activités du CIRED, 1975, 1976, 1977, op.cit. Voir aussi Sachs (1974) où l’idée d’écodéveloppement est élaborée pour la première fois de façon substantielle.

37 Entretien avec K. Vinaver et K. Sachs, octobre 2017 ; entretiens avec J.-C. Hourcade, décembre 2017 et juin 2018.

38 Entretien avec D. Théry, novembre 2017.

39 Entretien avec D. Théry, novembre 2017 ; entretien avec J. Theys, mai 2018.

40 Entretien avec S. Passaris, janvier 2018.

41 C’est toutefois Sachs qui a orienté Hourcade vers les sujets énergétiques au début de la décennie 1970, à l’occasion d’un séminaire consacré à la prospective à Bréau-sans-nappe (Yvelines). Hourcade a poursuivi ce chantier de recherche ensuite (ex : contrat sur les enjeux de redéploiement industriel, mené avec M. Schiray). Le choc pétrolier n’a fait que renforcer cette direction de recherche. Hourcade soutient sa thèse sur les enjeux de prospective énergétique à l’échelle du bassin méditerranéen en 1977 (Hourcade, 1977). Entretien avec J.-C. Hourcade, décembre 2017.

42 Ancien économiste en chef d’EDF, Puiseux devient directeur d’études à l’EHESS en 1979.

43 Il ressort des entretiens que certains chercheurs se retrouvaient plus que d’autres dans l’emploi explicite de la notion d’écodéveloppement pour qualifier ces alternatives.

44 Rapport d’activités du CIRED, 1977, op.cit.

45 Jusqu’au milieu des années 1980, l’EHESS ne propose néanmoins pas de parcours de doctorat centré sur les questions de développement. Entretien avec M. Rogalski, novembre 2017.

46 Les grandes écoles ont vite perçu, nous a-t-on dit, peut-être avant les universités, l’intérêt de proposer à leurs étudiants des enseignements sur les enjeux environnement-développement. Entretien avec J.-C. Hourcade, juin 2018.

47 Rapport d’activités du CIRED, 1977, op.cit.

48 Entretien avec M. Rogalski, novembre 2017.

49 Le CIRED a travaillé pour l’OCDE sur quelques rares dossiers ; la division environnement privilégiait à l’époque les experts anglo-saxons comme David Pearce. Entretien avec M. Potier, novembre 2017.

50 Entretien avec J. Theys, mai 2018.

51 Les relations cordiales entre Sachs et Passet ne se traduisent pas, par exemple, en projets de recherche concrets ou en échanges d’étudiants. Hourcade, de son côté, collabore épisodiquement avec l’IEJE de Grenoble, en particulier en participant à des colloques, mais sans mener de travaux véritablement communs. Entretien avec K. Vinaver et K. Sachs, octobre 2017 ; entretien avec J.-C. Hourcade, décembre 2017.

52 Rapport scientifique du CIRED (1973-1986), 230 EHE 1, Service des archives de l’EHESS, Paris.

53 Sachs semble néanmoins avoir souvent octroyé de grandes marges de manœuvre à ses jeunes collègues, ne cherchant pas à être un « maître à penser ». Entretien avec J.-C. Hourcade, décembre 2017.

54 Entretien avec O. Godard, octobre 2017 ; entretien avec J.-P. Céron, novembre 2017.

55 Entretien avec J.-C. Hourcade, décembre 2017.

56 Entretien avec J. Theys, mai 2018. La création en 1975 de l’association GERMES (Groupe d’exploration et de recherches multidisciplinaires sur l’environnement et la société), à l’interface entre monde académique et action publique, a contribué à donner de la visibilité aux chercheurs du CIRED hors Sachs. Voir Theys (2019).

57 Ni le rapport de 1976, ni celui de 1975, ne font de telles mentions.

58 Rapport scientifique du CIRED (1973-1986), op.cit.

59 Entretien avec M. Potier, novembre 2017 ; entretien avec J. Theys, mai 2018.

60 Voir à ce sujet l’inventaire des archives EHESS sous les présidences Le Goff et Furet, disponible aux Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine.

61 Rapport scientifique du CIRED (1973-1986), op.cit.

62 Les Journées Gide 2017 de Nice ont été l’occasion de discuter et de mettre en relief les évolutions de la recherche économique en France dans les années 1970, avec un recul apparent des approches institutionnalistes et interdisciplinaires, au profit de pratiques spécialisées et formalistes importées du monde anglo-saxon.

63 Entretien avec K. Vinaver et K. Sachs, octobre 2017 ; voir aussi Sachs (2008, 353).

64 Entretien avec J.-P. Céron, novembre 2017 ; entretien avec J.-C. Hourcade, décembre 2017.

65 Les évolutions politiques de 1981, du côté de l’Exécutif comme du Parlement, ne semblent pas avoir eu d’effet sur l’attitude des instances dirigeantes du CNRS envers le CIRED.

66 Entretien avec F. Moisan, janvier 2018. Voir aussi PV du Conseil scientifique de l’EHESS du 4 mai 1983, 200 EHE 60, Service des archives de l’EHESS, Paris.

67 Entretien avec M. Rogalski, novembre 2017. Ce DEA s’est mué en formation doctorale « Recherches comparatives sur le développement » quelques années plus tard.

68 Entretien avec K. Vinaver et K. Sachs, octobre 2017 ; entretien avec M. Rogalski, novembre 2017.

69 Entretien avec D. Théry, novembre 2017.

70 Entretien avec M. Rogalski, novembre 2017.

71 Propositions d’orientation scientifique et d’organisation du CIRED soumises au Conseil scientifique de l’EHESS, mai 1985, 200 EHE 81, Service des archives de l’EHESS, Paris.

72 Dans un document à vocation interne daté d’avril 1985, les chercheurs du CIRED proposent déjà trois équipes distinctes, mais avec des intitulés et des objets légèrement différents (voir Godard et al., 1985). Ce document met également en exergue des questionnements sur l’identité scientifique du laboratoire, et sur son positionnement institutionnel, en particulier à l’égard des autres lieux de recherche en France.

73 PV du Conseil scientifique de l’EHESS du 4 juin 1985, 200 EHE 81, Service des archives de l’EHESS, Paris.

74 J.-C. Hourcade raconte qu’il arrivait d’ailleurs d’entendre dans les couloirs de l’EHESS, même dans les années 1970, que « l’environnement n’[était] pas un sujet ». Entretien avec J.-C. Hourcade, mars 2018.

75 Lettre de F. Furet à I. Sachs, 7 juin 1985, 200 EHE 82, Service des archives de l’EHESS, Paris.

76 Rapport scientifique du CIRED (1973-1986), op.cit.

77 Soutenu par les Nations Unies au milieu des années 1970, le projet d’écodéveloppement est perçu après la déclaration de Cocoyoc, en 1974 (PNUE-CNUCED, 1974), comme trop radical par certaines parties prenantes, demandant trop d’efforts aux pays développés, et valorisant à l’excès l’autonomie des pays en développement (Berr, 2009).

78 Entretien avec R. Guesnerie, novembre 2017. Sur la place des économistes dans la longue histoire de l’EHESS, voir Godechot (2011).

79 Le document interne d’avril 1985 sur les orientations du CIRED suggère une prise de conscience importante de ces enjeux méthodologiques et épistémologiques (voir Godard et al., 1985).

80 PV du Conseil scientifique de l’EHESS du 20 mai 1986, 200 EHE 91, Service des archives de l’EHESS, Paris.

81 Le pôle « Aires culturelles » a été fondé à l’École pratique des hautes études, VIe section, dans les années 1950 pour regrouper des chercheurs issus de disciplines variées et travaillant sur des aires communes (voir Popa, 2015). Compte tenu de son profil interdisciplinaire, le CIRED pouvait avoir vocation à rejoindre ce pôle.

82 PV du Conseil scientifique de l’EHESS du 20 mai 1986, op.cit. Le refus transparaît déjà dans Godard et al. (1985) où le CIRED veut être identifié comme un « centre thématique » (p. 4) et non centré sur une aire donnée. Voir aussi entretien avec J.-C. Hourcade, mars 2018.

83 Nicolon ayant renoncé, Hourcade était le seul, à l’époque, à être titulaire d’une thèse d’État (Hourcade, 1984) dans les chercheurs pressentis pour prendre la succession de Sachs, ce qui a probablement joué un rôle dans son intronisation. Entretien avec D. Théry, novembre 2017 ; entretien avec J.-C. Hourcade, mars 2018.

84 Le CIRED était atypique au sein de l’École pratique des hautes études, VIe section, puis de l’EHESS. Un centre de recherche avec autant de moyens financiers était inhabituel, surtout en sciences humaines et sociales. Entretien avec O. Godard, octobre 2017 ; entretien avec J.-P. Céron, novembre 2017.

85 Entretien avec O. Godard, octobre 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Cassen et Antoine Missemer, « La structuration de l’économie de l’environnement et du développement en France : le cas du CIRED (1968-1986) »Œconomia, 10-1 | 2020, 27-55.

Référence électronique

Christophe Cassen et Antoine Missemer, « La structuration de l’économie de l’environnement et du développement en France : le cas du CIRED (1968-1986) »Œconomia [En ligne], 10-1 | 2020, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 31 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/oeconomia/7801 ; DOI : https://doi.org/10.4000/oeconomia.7801

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals