Navigation – Plan du site
Olivi : textes et chronologie
Chronologie des écrits d'Olivi

Chronologie des écrits de Pierre de Jean Olivi

Deuxième partie : après l’été 1279
Sylvain Piron

Résumés

Employant la même méthode d’examen des renvois internes entre les écrits d’Olivi, cette seconde partie classe les travaux menés à partir de l’été 1279.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir plus haut, « Chronologie des écrits de Pierre de Jean Olivi. Première partie : avant 1279 », O (...)

1Après avoir remonté l’ordre chronologique pour atteindre les plus anciennes productions d’Olivi, il est à présent possible de dérouler le fil de son activité à partir de l’été 12791. Les quatre années suivantes sont particulièrement bien documentées. Les trois premières sont celles pour lesquelles la production écrite conservée est la plus dense, la quatrième étant tout entière occupée par une procédure d’examen doctrinal. Les écrits postérieurs à la censure de 1283 démontrent proportionnellement une moindre densité. Les renvois entre écrits ne permettent plus aussi bien d’établir leur chronologie.

Lecteur biblique à Montpellier (1279-1283)

  • 2 Les cinq textes ont été publiés par David Flood et Gedeon Gál, Peter of John Olivi on the Bible. Pr (...)
  • 3 Les éditeurs n’ont pas relevé des reprises des Collationes que j’ai notées dans « Le métier de théo (...)
  • 4 Voir les manuscrits Chicago, Newberry Library-Notre Dame University, MS 12 ; Napoli, Biblioteca Naz (...)

2À son retour d’Italie, après le mois d’août 1279, Olivi a visiblement bénéficié d’une promotion, puisqu’on le voit désormais produire de longs commentaires bibliques. Par déduction, on peut comprendre qu’il occupait alors la fonction de lecteur biblique au studium de Montpellier. Cette affectation aurait pu être décidée lors du chapitre général d’Assise à la Pentecôte 1279, auquel il participait, à la demande de son ministre provincial Bermond d’Anduze. Son entrée en fonction a en tout cas donné lieu à une série de séances publiques dans lesquelles le jeune enseignant a reproduit des exercices typiques de l’université parisienne. Deux manuscrits conservent une série de cinq leçons inaugurales, décrites comme des principia. Comme on l’a indiqué plus haut, deux d’entre eux représentent des introductions à des cours donnés quelques années plus tôt, sur la Bible et sur les Sentences de Pierre Lombard, dans un studium de rang inférieur où Olivi, unique lecteur, assumait en parallèle l’un et l’autre enseignement2. Les trois autres principia, étroitement unis entre eux, exposent un programme d’herméneutique biblique inspiré des Collationes in Hexaemeron données par Bonaventure devant l’université de Paris six ans plus tôt3. Il n’est pas certain que cette pratique ait été une innovation. Plusieurs manuscrits, dont peut-être certains produits à Montpellier au début du XIVe siècle, comportent des collections de principia bibliques et sententiaires, destinées à servir de modèles à ce qui devait être un exercice habituel4. L’ampleur que donne Olivi à ces leçons inaugurales est en tout cas sans équivalent.

  • 5 Lectura super Isaiam, dans D. Flood et G. Gál, Peter of John Olivi on the Bibile, p. 170.
  • 6 Lectura super Mattheum (4, 12), Paris, B.N. lat. 15588, fol. 38ra : « sicut in generalibus principi (...)
  • 7 Petrus Johannis Olivi, « Lectura super Mattheum, prologus », ed. S. Piron, Oliviana, 4, 2012. URL : (...)
  • 8 Lectura super Mattheum, cap. 28, Paris, B.N. lat. 15588, fol. 134rb-va : « Illi ergo preces offeram (...)

3Outre les renvois mutuels qui permettent d’établir l’unité de cette série, on peut noter que le commentaire sur Isaïe cite le secund[um] principi[um] generale super totam Scripturam5. Ces textes sont également cités sous ce titre par le commentaire sur Matthieu6. Il existe d’ailleurs une véritable continuité de fond entre ces principia et les prologues de ces deux commentaires qui ont chacun valeur d’introduction générale, aux livres prophétiques d’une part, aux Évangiles de l’autre7. Cette unité d’inspiration est également confirmée par l’ultime paragraphe de la Lectura super Mattheum qui fait écho au thème de l’ouverture des sept sceaux de l’Écriture autour duquel sont construits les principia8.

  • 9 Petrus Johannis Olivi, Quid sit subiectum Scripture Sacre et huius libri, éd. Ernst Stadter, « Offe (...)
  • 10 Cf. supra, note 6.
  • 11 Emilio Panella, Il De subiecto theologiae (1297-1299) di Remigio dei Girolami O.P., Milano, Massimo (...)
  • 12 Ubertin de Casale, Sanctitati apostolicae, éd. F. Ehrle, Archiv für Litteratur- und Kirchengeschich (...)

4Cette série de leçons inaugurales s’est également poursuivie par une question disputée, rangée par la suite en tête du premier livre de la Summa, qui a valeur d’introduction générale à l’étude de la théologie. Il est notable que ce texte, Quid sit subiectum sacra Scriptura et huius libri [Sententiarum], ne fasse de renvoi qu’aux seuls principi[a] generali[a] super Scripturam sacram9. Les deux questions annexes qu’il pose, iuxta hoc queritur de forma et eius fine, font clairement écho à la description des causes formelles et finales de l’Écriture qu’on trouve habituellement dans des principia sur les Sentences. La façon dont le commentaire sur Matthieu mentionne cette question aux côtés des principia10 invite à placer sa rédaction dans la même période. On pourrait y voir une sorte d’équivalent à la quaestio collativa initiale par laquelle, à Paris, le nouveau maître entrant en fonction exprimait sa conception de la théologie11. En dépit de l’allusion que fait le titre de cette question au Livre des Sentences, il ne semble pas qu’Olivi ait donné un enseignement fondé sur ce recueil au cours des années suivantes. Dans une école du rang de celle de Montpellier ou de Florence – qu’Ubertin décrit comme une « école générale quant à notre ordre »12, susceptible d’accueillir des étudiants avancés venant d’autres provinces qui n’avaient pas été admis au couvent parisien – la règle semble avoir été d’assigner ces tâches à deux enseignants distincts.

  • 13 Roger Bacon, Opus minus, in Opera inedita, éd. J. Brewer, Londres, 1859, p. 328-329 : « Nam Parisiu (...)

5Lorsque Roger Bacon déplore, en 1267, la prééminence du lecteur sententiaire sur le lecteur biblique, il ajoute que seul le premier est considéré comme un maître et autorisé à tenir des disputes, comme ce fut le cas à Bologne et dans d’autres lieux cette année13. Dans le cas présent, la situation semble bien différente. Olivi s’est assurément comporté comme un maître, en multipliant les exercices d’entrée en fonction. Au cours des deux années suivantes, en marge de ses cours bibliques, il eut l’occasion de tenir de multiples questions disputées. Il faut sans doute en déduire qu’à l’automne 1279, la fonction de lecteur sententiaire n’était pas pourvue au studium de Montpellier ou plutôt, qu’elle était attribuée à un enseignant moins expérimenté qui aurait laissé à Olivi la préséance, tant pour les séances introductives que pour les disputes qui se succédaient peut-être à un rythme hebdomadaire. Ce temps heureux semble avoir duré deux ans, jusqu’au retour à Montpellier d’Arnaud Gaillard, à l’été 1281.

Les leçons bibliques

  • 14 Gilbert Dahan, L’exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval, XIIe-XIVe siècles, Cerf, Pari (...)
  • 15 Antonio Montefusco et Sylvain Piron, « In vulgari nostro. Présence et fonctions du vernaculaire dan (...)
  • 16 Petrus Johannis Olivi, « Lectura super Mattheum, prologus », éd. S. Piron, Oliviana, 4,  2012. URL  (...)
  • 17 David Burr, « The Date of Petrus Iohannis Olivi’s Commentary on Matthew », Collectanea Franciscana, (...)
  • 18 Id., p. 136-137.
  • 19 Voir Alain Boureau, in P. J. Olivi, Postilla super Iob, Turnhout, Brepols (CCCM 275), 2015, p. xvii (...)

6Les commentaires bibliques produits au cours de cette période à Montpellier se distinguent à vue d’œil des autres. L’exposition du texte est suivie d’une quantité de questions doctrinales qu’on ne retrouve pas dans les commentaires ultérieurs, y compris ceux qui présentent une ampleur comparable comme la Lectura super Lucam. Ces premiers commentaires sont donc ceux qui correspondent le mieux à la forme attendue de la part des maîtres en théologie14. Sur ce point encore, l’imitation des usages parisiens est notable. Comme dans les sermons universitaires parisiens, la fréquence de termes vernaculaires employés par l’enseignant dans ses explications est également élevée15. Le classement chronologique de ces cinq œuvres (Genèse, Isaïe, Job, Matthieu et Jean) ne présente guère de difficultés. Le commentaire sur Matthieu est, de loin, le plus imposant des textes exégétiques d’Olivi16. Comme l’a montré David Burr, les renvois qui y sont fait indiquent qu’il s’agit du premier de ses commentaires des Évangiles17. On sait que la coutume était de commenter, en parallèle, un livre de chaque Testament. D. Burr remarque ainsi que le commentaire de Matthieu 1, 22 fait référence au septième chapitre du commentaire sur Isaïe, tandis que celui-ci, dans son sixième chapitre, renvoie aux explications données sur Matthieu 1, 8. De la même façon, des passages ultérieurs du commentaire sur Matthieu (19, 28 et 26, 24) s’appuient sur le commentaire de Job (3 et 36), qui lui-même (41, 34) renvoie à la lecture de Matthieu (18). L’hypothèse d’une rédaction simultanée de ces trois lectures paraît donc s’imposer. Au vu de ces premiers éléments, on pourrait penser qu’Olivi a commenté Isaïe puis Job, à mesure qu’il avançait dans son commentaire de Matthieu18. Les références à des textes bien plus tardifs que l’on trouve dans le commentaire sur Job sont assurément des ajouts réalisés au moment de la mise au propre par l’auteur de l’ensemble de ses écrits19

  • 20 Lectura super Mattheum, Paris, BNF lat. 15588, fol. 24vb : « De hoc autem amplius tetigi super illu (...)
  • 21 Barcelona, Arxiu Historics de la Corona de Aragò, Ripoll 86, fol. 125v, 126r, 130v : passages ajout (...)

7En réalité, les choses sont sans doute un peu plus complexes. Dès les premiers chapitres de la lecture sur Matthieu sont en effet cités tant le commentaire sur Isaïe que celui sur Job20. Ces renvois auraient également pu être ajoutés tardivement. Il est sans doute préférable de penser qu’après une première lecture de Matthieu, contemporaine des cours donnés sur Isaïe pendant l’année 1279-80, Olivi a repris le même évangile alors qu’il commentait en parallèle Job au cours de l’année 1280-81. Le caractère inabouti de la Lectura super Isaiam peut fournir un début d’explication. On y constate en effet un changement de rythme notable. De longs développements sont consacrés à la présentation des quatres causes du livre commenté ; le prologue de Jérôme et le titre du livre (Visio Isaie) donnent lieu à des questions générales sur la prophétie ; les onze premiers chapitres sont commentés presque ligne à ligne, quelques versets ouvrant sur des questions amples. En revanche, à partir du treizième chapitre, on ne trouve plus qu’un commentaire cursif qui survole le texte. Pris par le temps, le lecteur semble avoir été conduit à abréger ses explications pour réussir à couvrir l’ensemble du livre, passant ensuite à Job l’année suivante. Le même inachèvement l’aurait au contraire convaincu de poursuivre l’exposition du même évangile pendant sa deuxième année d’enseignement biblique. Comme on le verra, la quantité d’œuvres produites par Olivi pendant qu’il commentait Matthieu confirment qu’il faut placer la rédaction de ce très long texte au cours de deux années scolaires. Le nombre important de copies réalisées autour de 1300 suggère qu’une version a été mise en circulation à une date précoce, peut-être même avant les procédures qui ont mené à la censure de 1283. Lors de la révision finale de ses écrits, l’auteur semble y avoir encore fait une couche d’additions qui apparaissent dans les marges de certains témoins21.

  • 22 Summa II, q. 74, t. 3, p. 121 : « probavi in principio lecture super Iohannem », p. 121 ; Summa III(...)

8Par simple déduction, l’année scolaire suivante (1281-82) aurait été consacrée aux commentaires sur l’évangile de Jean d’une part, la Genèse de l’autre, qui renvoient tous deux aux lectures données au cours des années précédentes. Ces deux commentaires sont en effet l’un et l’autre cités par des questions qui sont elles-mêmes antérieures à la censure22.

Questions disputées à Montpellier, 1279-80

  • 23 Célestin Douais, Essai sur l’organisation des études dans l'Ordre des Frères Prêcheurs au treizième (...)

9En l’absence d’un lecteur sententiaire expérimenté, Olivi avait donc le privilège de tenir des questions disputées tout au long de l’année scolaire, comme il le faisait auparavant à Narbonne. On ne sait rien à cette date de la fréquence de telles séances qui était imposée dans les écoles franciscaines. Il est vraisemblable qu’aucune réglementation n’était encore définie. Chez les dominicains, ces disputes devaient être tenues une fois par semaine23. L’hypothèse d’une trentaine de disputes dans l’année pourrait être adaptée au nombre de questions que l’on peut situer au cours de l’année 1279-80. Il n’est cependant pas possible de déduire leur programme à partir des textes dont nous disposons. Comme on va le voir, certains ont fait l’objet d’une rédaction importante, tandis que d’autres écrit n’ont jamais fait l’objet de disputes dans une salle de cours.

  • 24 Summa II, p. 411 : « De hoc autem plenius in quaestionibus sequentibus de veniali tangetur ».
  • 25 Valens Henyck, «Zur Datierung einiger Schriften des Petrus Johannis Olivi», Franzikanische Studien,(...)

10La première œuvre qui peut être située après les quatre leçons inaugurales est une très longue question sur le péché veniel (II, 118). Les références aux Quaestiones de perfectione evangelica 11 et 17 ne permettent pas seulement de fixer un terminus post quem. Elles indiquent une véritable continuité dans la réflexion sur les infractions à la Règle franciscaine. À la suite de cette rédaction, la QPE 7 a été intégralement réécrite. Les « questions suivantes sur le péché véniel » qui sont annoncées n’ont pas été incluses dans le quatrième livre de la Somme24. Si elles ont fait l’objet de disputes, il n’est pas certain que leur rédaction aie été menée à bien. Les dernières pages de l’unique question que l’on connaisse annoncent un traité sur le péché originel, ce qui pourrait indiquer une modification du plan des travaux à mener. Ce traité est quant à lui conservé (II, 110-117). Valens Heynck avait relevé l’ordre de rédaction de ces deux ensembles, qui est notamment confirmé par une phrase du commentaire sur Matthieu dans laquelle le premier est cité et le suivant annoncé25.

  • 26 S. Piron, « Censures et condamnation », p. 323-324.
  • 27 Summa III, q. 4, p. 226, 228.
  • 28 Summa II, q. 7, t. 1, p. 137.
  • 29 Summa II, q. 16, p. 332 ; q. 58, t. 2, p. 422.
  • 30 Summa II, q. 42, t. 1, p. 710 ; q. 110, t. 3, p. 263.

11Toutefois, le passage de l’un à l’autre sujet n’a pas été immédiat. Entre ces deux traitements, Olivi s’est d’abord consacré à un ensemble de questions concernant la grâce. Le troisième livre de la Summa dans lequel cet ensemble De gratia aurait dû prendre place n’a pas été conservé dans son intégralité. Aucun témoin de ces questions n’a encore pu en être retrouvé. Leur rédaction effective est prouvée par la mention qu’en fait Olivi dans la Lettre à R., pour s’expliquer face aux accusations d’Arnaud Gaillard. Sur ce point, la commission des maîtres parisiens a validé la dénonciation de son adversaire, sans pouvoir en vérifier la source26. Différents renvois autorisent à reconstituer les titres de certaines d’entre elles : de origine caritatis et gratie27 ; an expulsio culpe precedat naturaliter infusionem gratie28 ; de augmento caritatis29. Il faut sans doute inclure dans le même ensemble les questions an omnis creatura rationalis de iure naturali teneatur diligere Deum propter se et super omnia et an ex puris naturalibus absque dono caritatis seu virtutis possit aut potuerit hoc implere30.

  • 31 Lectura super Genesim, Paris, BNF lat. 15559 f. 24rb ; 28va ; Quaestiones logicales, p. 381.
  • 32 Summa III, q. 1, p. 82, lin. 19-p. 84. Un autre ajout se laisse repérer, à partir de la p. 80, lin. (...)
  • 33 Summa III, q. 2, p. 110 : « in libris de angelica et ecclesiastica hierarchiae habet tradi » ; p. 1 (...)

12À la suite de cet ensemble perdu, Olivi s’est donc consacré à la discussion de certaines difficultés concernant le péché originel (II, 110-117). Les huit points abordés dans ce texte, constamment décrit comme formant un « traité », n’ont pas la forme de disputes introduites par des opinions contradictoires31. À la suite de ce traité ont été disputées trois questions sur l’Incarnation. La fréquence des renvois mutuels entre ces questions leur donne l’apparence d’un ensemble homogène. Il a pourtant été plusieurs fois repris ou remanié. La question sur la possibilité de l’Incarnation (III, 1) laisse ainsi entrevoir différentes couches de rédaction. Dans les derniers passages figure un tel nombre de renvois au commentaire sur la Genèse qu’on peut supposer que leur adjonction est contemporaine de la rédaction de ce texte32. De la même façon, on relève au moins deux couches de rédaction dans la question sur le mérite du Christ (III, 2). Dans le corps de la question est en effet plusieurs fois annoncé le commentaire de la Hierarchie céleste, alors que les réponses aux arguments donnent ce texte pour déjà écrit33. Ces réfutations ont à leur tour été complétées par la question placée en appendice, sur l’effet du baptème des enfants, d’une date encore plus tardive.

  • 34 Summa III, q. 1, p. 14 : « Ex hac autem illuminatione sic data sequitur quod universalis hierarchia (...)
  • 35 Summa III, q. 2, p. 106 : « in quaestionibus de altitudine gratie et glorie Christi est explicandum (...)
  • 36 Lectura super De angelica hierarchia, Vatican, BAV, Urbinat. lat. 480, fol. 159vb : « quia in quest (...)
  • 37 Summa III, q. 1, p. 84 : « tetigi super Genesim et in quaestione de eterna generatione verbi increa (...)

13Le commentaire sur la Hierarchie céleste était annoncé dès le début de la première question sur la possibilité de l’Incarnation34. Avant de s’y atteler, Olivi avait encore un autre projet à mener à bien. Il annonce en effet, au début de la q. III, 2, des questions De altitudine gratie et glorie Christi35. Ce texte n’a pas été retrouvé mais on peut s’assurer de sa rédaction au cours de la même période, puisque le commentaire dionysien fait à son tour référence à des questions De altitudine anime Christi et matris eius super omnia alia36. Une autre question perdue, sur « la génération éternelle du Verbe incréé », doit également être située dans cette période, puisqu’elle est donnée comme rédigée par les ajouts à la q. III, 137.

14On peut ainsi reconstituer le programme des travaux menés au cours de cette année, parallèlement à l’enseignement biblique. Après une longue question sur le péché véniel, un ensemble de questions sur la grâce, Olivi aurait rédigé un traité sur le péché originel, trois questions sur l’Incarnation, puis d’autres sur l’âme humaine du Christ et de la Vierge et leur glorification.

Le commentaire sur la Hiérarchie céleste

  • 38 Summa II q. I, 2, t. 3, p. 490 : «sicut super librum Dionysii habet recitari » ; QPE 8, ed. Schlage (...)
  • 39 Lectura super Isaiam, in Peter of John Olivi on the Bible, p. 214. La question est publiée dans Oli (...)
  • 40 De angelicis influentiis, ed. F. Delorme in Bonaventura, Collationes in Hexaemeron et bonaventurian (...)
  • 41 On trouve la question de manière isolée dans les cod. Vatican, BAV Borgh. 322 et Siena, Bibl. Com. (...)

15Le projet de commenter l’ensemble du corpus dyonisien murissait depuis longtemps. On en trouve l’annonce dès la q. I, 2 (vers 1277-78) et à nouveau dans la QPE 8 (été 1279)38. Au cours de l’année 1279-80, outre l’annonce faite dans la question sur l’Incarnation, le commentaire sur Isaïe annonce une question à venir sur la parole angélique qui a été traitée dans ce cadre39. Ce texte possède une particularité remarquable. C’est la seule œuvre d’Olivi comportant une dédicace. En l’occurrence, elle est offerte à son ministre provincial dont le nom n’est pas indiqué mais qui devait être encore à cette date Bermond d’Anduze40. On peut y voir un signe de connivence intellectuelle avec un protecteur qui l’avait au cours des années passées. Du point de la forme, la présence de ce prologue implique que l’œuvre a été rédigée, mise au propre et diffusée rapidement. Le commentaire proprement dit s’ouvre par une question introductive sur les « illuminations angéliques » qui a dû faire l’objet de la dernière question disputée de l’année scolaire41. Il est possible que le ministre ait été présent dans la salle.

  • 42 Postilla super Iob, p. 25 : « An tamen [sc. angeli] habeant corpora sic naturaliter unita sicut et (...)

16La datation du commentaire sur la Hiérarchie céleste peut être fixée d’une manière extrêmement précise. En effet, le commentaire sur Job y fait explicitement référence, par deux fois, dont l’une dans ses tous premiers chapitres42. Ces renvois impliqueraient que la rédaction du commentaire dionysien était achevé au moment où commençaient les nouvelles leçons bibliques sur Job, peut-être dès l’automne 1280. On a vu le nombre important de questions disputées qui se sont succédées depuis le début de l’année scolaire 1279-80. Il faut remarquer, en outre, que ce commentaire semble avoir été composé à l’occasion d’une série de cours. Le texte est constamment désigné comme Lectura, les méthodes employées sont analogues à celles suivies lors des leçons bibliques. On y retrouve une division générale du texte, des expositions littérales chapitre par chapitre, entrecoupées de questions sur le texte. Or, un tel enseignement ne relève pas du programme auquel était astreint un lecteur biblique. La solution qui s’impose est de penser que ce cours a été donné au cours de l’été 1280. La division de la lecture selon les quinze chapitres du texte ne permet pas de s’assurer qu’elle a été donnée en autant de leçons. Toujours est-il que ce chiffre concorderait parfaitement avec un rythme de séances hebdomadaires au cours des quatre mois de vacances scolaires (soit dix-huit semaines).

Travaux de l’année 1280-81

  • 43 Pour une présentation plus détaillée, voir S. Piron, « La question Quid ponat ius ? », Oliviana 5, (...)
  • 44 Summa II, q. 2, p. 143, ad. 7 : «sicut patet ex his quae dicta sunt in quaestione ‘an ius domini ve (...)

17Le premier texte que l’on peut placer à la suite de ce commentaire, peut-être avant la reprise des cours à la Saint-Michel, est la fameuse question Quid ponat ius (IV, 1)43. Elle est annoncée tant par le commentaire sur Matthieu que par le traité sur le péché originel. L’unique renvoi qu’on y trouve, concernant la thématique des raisons réelles, vise sans doute la q. II, 54. Dans le plan finalement adopté par la Summa, cette question a été placée en tête du quatrième livre, pour servir d’introduction générale aux questions sur les sacrements, mais il est intéressant de noter le contexte dans lequel elle a été composé. La rédaction de ce texte, qui n’a sans doute pas donné lieu à une dispute publique, a été suivie de peu par l’achèvement de la question sur les mérites du Christ (III, 2), laquelle s’est prolongée par une question annexe sur l’effet du baptême des enfants44

  • 45 Summa III, q. 8, p. 352, : «Quod probatur eo modo quod supra, in quaestione de connexione virtutum  (...)
  • 46 Cherubinus da Spoleto, Sermones quadragesimales de moribus christianis, Venezia, G. Arrivabene, 150 (...)

18Au cours de l’année scolaire 1280-81, il convient de placer la série de questions De virtutibus (III, 4-7) et De fide (8-9), qui semblent avoir été disputées dans l’ordre dans lequel elles se présentent45. Ces questions, citées par le commentaire sur Job, prennent appui sur les questions De gratia et De veniali peccato. L’ensemble qui a été conservé était accompagnée d’au moins trois autres questions perdues sur la foi, puisque le prédicateur Cherubino da Spoleto cite la neuvième question de cette série46.

  • 47 Quaestiones de novissimis, ed. P. Maranesi, Grottaferrata, 2004, p. 104 : « circa finem quaestionis (...)
  • 48 Summa II, q. 72, t. 3, p. 42 : « de hoc autem modo plenius tetigi in quaestione de poenali cruciatu (...)
  • 49 De novissimis, p. 203 : « prout in questione de locutionibus angelorum et de mutua unione suorum co (...)

19On peut également situer au cours de la même année certaines des questions De novissimis (IV, 13-35). Dans cet ensemble, les questions 13 et 18 sont les seules à ne pas se présenter comme faisant partie d’une série. Leur taille, nettement plus importante, les distingue par ailleurs des autres questions. La convergence de leurs sujets (sur la béatitude en cette vie et dans l’au-delà) pourrait inviter à les rapprocher plus encore. La q. IV, 18 cite expressément le commentaire de la Hiérarchie céleste, tandis que la q. IV, 13 se réfère à la fin de la question III, 147. La q. IV, 13 et le commentaire de la Hiérarchie céleste font tous deux référence à une question sur la comparaison entre les intellects humain et angélique (II, 56), dont la datation n’est pas évidente. Bien que l’on n’y qu’un renvoi à une question d’angélologie plus ancienne (II, 35), elle pourrait être assez voisine de l’été 1280. Le groupe de brèves questions sur les bonnes œuvres entachées d’un péché subséquent (IV, 14-17) ne contient qu’un renvoi aux questions De gratia qui rend difficile leur datation. On est mieux placé pour situer la série de questions sur les esprits séparés (IV, 19-22) au cours de l’année 1280-81, puisque ces textes sont cités dans les derniers chapitres du commentaire sur Matthieu ainsi que par des questions datant de 128248. Les brèves questions sur la résurrection (IV, 27-35), qui ne citent que la question sur la parole angélique, pourraient appartenir à la même époque49. En revanche, l’ensemble concernant les âmes du purgatoire (IV, 23-26), dans lequel apparaît un renvoi au commentaire sur Luc, doit être postérieur à 1289.

Un traité abandonné

  • 50 Postilla super Iob, p. 11 : «  […] in tractatu de paupertate et de perfectione evangelica et in tra (...)
  • 51 Ibid., p. 292 : « De hoc novissimo die grandis sermo est alibi. Omnes enim prophetie multum de eo l (...)
  • 52 P. Péano, « La Quaestio fr. Petri Iohannis Olivi sur l’indulgence de la Portioncule », AFH, 74, 198 (...)
  • 53 Summa II, q. 115, t. 3, p. 330 : « Istam autem viam non deduco, quia multa prolixitate indiget ad p (...)
  • 54 Summa III, q. 1, p. 80 : « […] est miranda concordia impletorum et traditorum per Christum ad ea, q (...)
  • 55 Lectura super Mattheum, Paris, BNF, lat. 15588, fol. 94rb : « Nota quod hec verbum (Mt 17, 10) est (...)

20Le Traité de la distinction entre l’Ancien et le Nouveau Testament n’est cité qu’une seule fois de manière explicite, au début du commentaire sur Job50. Ce renvoi atteste la rédaction d’une œuvre qui aurait exposé les fondements vétéro-testamentaires de la pauvreté évangélique. Un autre passage de ce commentaire pourrait viser le même traité, en renvoyant à un texte qui aurait montré que le « dernier jour » annoncé par les prophètes et les Évangiles, ne sera pas un, mais triple, à l’image de la Trinité51. De nombreuses annonces dans des textes antérieurs promettent la rédaction d’une œuvre chargée d’établir, sur différents thèmes, une confrontation entre les deux Testaments qui aurait fournit l’occasion d’une mise à jour critique de la Concordia de Joachim de Fiore. Des premières références apparaissent dès la question sur la Trinité (I, 5 ; 1277-78) ou les QQPE (été 1279). Une annonce comparable figure dans la question sur l’indulgence de la Portioncule, ce qui tendrait à confirmer la datation de ce dernier texte au cours du même été, au seul moment où un séjour d’Olivi à Assise est attesté52. De nouvelles annonces allant dans le même sens se retrouvent au cours de l’année 1279-80, dans les questions sur le péché originel (II, 115)53 et sur l’Incarnation (III, 1)54, ainsi que, peut-être, dans le commentaire sur Matthieu55.

  • 56 Lectura super Apocalypsim, ed. W. Lewis, p. 46 : « Quomodo autem hec ex prophetis probentur, prolix (...)
  • 57 Lectura super Iohannem, 5, 46, Firenze, BML, Santa Croce, Plut. X dext. 8, fol. 42rb : « Sic igitur (...)
  • 58 Summa III, q. 1 p. 62 lin. 14- p. 82 lin. 18. La dernière section de la question, qui s'appuie sur (...)

21La convergence de ces passages autorise à penser qu’Olivi avait mis en chantier la rédaction de ce traité et qu’il était parvenu à une forme acceptable au début de l’année 1280-81. L’absence de toute référence ultérieure suggère que, par insatisfaction, il aurait abandonné ce texte. Plus de quinze ans plus tard, la Lectura super Apocalypsim signale à nouveau le besoin d’un « traité prolixe » sur ce thème, en mentionnant des traitements épars dans de nombreux autres écrits, par une formulation qui paraît exclure une référence à un traité systématique déjà rédigé56. Un passage du commentaire sur Jean (1281-82) permet de formuler une hypothèse sur les raisons de cet abandon. Sur un point précis où un renvoi à ce traité pouvait être attendu, Olivi ne mentionne que les questions De Incarnatione, et annonce qu’il sera nécessaire de parcourir l’ensemble des Écritures afin de démontrer pleinement de quelle manière les prophètes annoncent la venue du Christ57. Ce renvoi à la question sur l’Incarnation fournit une piste intéressante. Il vise en effet un long passage consacré aux preuves que le Christ était le Messie annoncé par les prophètes, qui pourrait avoir été extrait du traité et inséré à la fin de cette question, au cours de l’année 1280-8158.

  • 59 Quaestio de ideis, ed. S. Piron, Oliviana, 6, 2019 [en ligne] https://journals.openedition.org/oliv (...)
  • 60 Lectura super Iob, ed. A. Boureau, p. 98 : «… Quedam enim sunt visiones que statim sunt totaliter r (...)
  • 61 De novissimis, q. 13, ed. P. Maranesi : «Istaque omnia et consimilia proponit scriptura sub talibus (...)

22Un autre projet a peut-être été réalisé pendant cette même année. La question sur la volonté divine (I, 6) annonçait de futures questions De prophetia et de visione beatorum59. Une longue question sur le crédit à accorder aux prophéties qui apparaît au début du commentaire sur Isaie n’a sans doute pas épuisé la matière envisagée, puisqu’une nouvelle annonce revient dans le commentaire sur Job60. La question sur la vision béatifique (IV, 13), rédigée parallèlement à ce commentaire, n'accorde que peu de place aux modalités de la vision prophétique. L’annonce faite, dans la Lectura super De angelica hierarchia, d’un texte consacré au goût spirituel dont jouissent les prophètes, pourrait correspondre à ce premier projet, dont rien ne permet de savoir s’il a été rédigé sous la forme d’une question ou d’un traité61.

Le retour d’Arnaud Gaillard

  • 62 Petrus Ioannis Olivi, De usu paupere. The Quæstio and the Tractatus, D. Burr ed., Florence, Olsckhi (...)
  • 63 Ibid., p. 89 : « novissime vero diebus […] quosdam novos pseudo apostolos eiusdem [sc. b. Francisci (...)
  • 64 Raymond de Fronsac, Sol ortus, ed. Franz Ehrle, p. 16 : « Notorium est quod ipse frater Petrus Joha (...)

23Le traité De usu paupere est un texte aux intonations inhabituellement dramatiques62. Dans une gradation calculée, Olivi commence par décrire trois ennemis suscités par le démon contre la rénovation de la pauvreté évangélique initiée par François d’Assise : en premier lieu, certains clercs séculiers actifs à l’université, hostiles aux Mendiants ; puis, certains réguliers, en lesquels on reconnaît aisément les dominicains des années 1270, qui jugent la Règle franciscaine dangereuse et impossible à observer. À ces ennemis externes s’ajoute maintenant un adversaire de l’intérieur, qui ose affirmer en public et enseigner dans la salle de classe que l’usage pauvre ou mesuré n’est pas impliqué par le vœu63. La description qui en est faite, de même que la réplique énoncée dans les dernières sections du Traité, ne laissent place à aucun doute. Cette personne est le frère « Ar. » contre lequel Olivi rédigea en 1282 une Impugnatio, qui répondait elle-même à une dénonciation produite par ce « frère Ar. » de différentes positions prises par Pierre. Une mention qui apparaît dans une enquête remontant à 1303 permet de s’assurer que le nom complet de cet adversaire était Arnaud Gaillard (Arnau Galhard en Occitan)64.

  • 65 Voir plus haut, « Chronologie, Première partie : avant l’été 1279 », https://journals.openedition.o (...)
  • 66 Ibid., § 30.
  • 67 Oxford, Merton College, 237, f. 35ra-va (Sermo de die Cinerum fratris Arnaldi Galiard) ; Merton Col (...)
  • 68 Cf. Nicole Bériou, L’avènement des maîtres de la parole. La prédication à Paris au XIIIe siècle, Pa (...)

24L’intensité des querelles entre deux jeunes franciscains de la même génération laisse penser que leur animosité remonte à leurs années d’études parisiennes. L’hypothèse de cette fréquentation ancienne permettrait de comprendre que Gaillard ait fait allusion, dans ses dénonciations, à des textes qu’Olivi dit avoir écrit « avant l’époque de frère Jérôme [d’Ascoli] », soit avant 1274, alors qu’il résidait à Paris65. Les premières polémiques que l’on a pu observer plus haut peuvent être situées dans les années 1275-7766. La cause la plus probable de leur interruption est qu’ils étaient désormais éloignés l’un de l’autre. Arnaud était alors retourné à Paris comme bachelier, pour une période de quatre ans, comme le suggèrent des sermons qui lui sont attribués dans des recueils universitaires67. Aucune norme explicite ne l’énonce, mais la pratique démontre que la prédication parisienne des frères Mendiants était réservée aux maîtres et bacheliers, et autres résidents habituels des couvents parisiens ayant reçu une licence de prêcher68. Un prédicateur étranger à la province de France, tel que Gaillard, devait disposer d’un titre universitaire. Au terme de ce séjour (1277-81), revenant doté d’un prestige accru, il aurait repris la fonction de lecteur principal au studium de Montpellier.

  • 69 Une telle analyse, sur la base des éléments conservés, pourrait constituer un sujet intéressant pou (...)

25Dans la mesure où l’on ne connaît de lui que les critiques que lui adresse Olivi et celles qu’il formule contre son adversaire, il est difficile de bien cerner la ligne directrice de sa pensée69. À parcourir la liste des thèmes qui les opposent, on devine que les deux jeunes franciscains cherchaient l’un et l’autre à se situer face à l’œuvre impressionnante de Thomas d’Aquin. À son retour à Montpellier, l’une des premières actions de Gaillard pourrait avoir été de marquer son territoire en attaquant publiquement, à l’occasion d’une question disputée, un point sur lequel son adversaire lui semblait fragile. Le traité De usu paupere aurait donc été rédigé, en réponse à cette dispute d’Arnaud Gaillard, peut-être assez tôt dans l’année 1281-82. La QPE 16, qui présente des accents similaires, a probablement été rédigée dans la foulée.

Retour à la philosophie naturelle

  • 70 « Responsio fratris Petri Ioannis ad aliqua dicta per quosdam magistros parisienses se suis quaesti (...)
  • 71 Summa II, q. 31, t. 2, p. 542 : « Unde etiam totum animal non movet se totum directe per sensitivam (...)
  • 72 Summa II, q. 66, t. 2, p. 611 : « in quaestione de impedimento usus liberi arbitrii recolo me dixis (...)

26Un ensemble de douze questions sur les puissances sensitives (II, 60-71) est difficile à dater de manière précise. Il faut situer leur rédaction avant 1283, puisqu’elles figurent dans un manuscrit utilisé par les censeurs parisiens (Borgh. 54) et sont incriminées par le Rotulus (rouleau d’extraits des textes censurés produit par la commission des maîtres après octobre 1283) auquel Olivi répondit en 128570. Elles citent de nombreuses questions antérieures à 1279 (II, 50, 51, 54, 58, 59), ainsi que les questions sur les mouvements des animaux (II, 87-89), pour lesquelles on ne possède aucun autre élément de datation précis, si ce n'est qu’elles semblent annoncées par la q. II, 3171. La manière dont elles se réfèrent à la q. II, 59 comme à une question relativement ancienne (« je me souviens avoir dit… » 72) est le seul élément qui incite à les placer après 1279. Au vu du programme chargé des années 1279-81, il semble préférable de les situer dans l’année 1281-82. Un bon argument en ce sens tient au retour à des discussions de philosophie naturelle, après deux années de travaux consacrés à des questions purement théologiques. Le fait s’explique probablement par la présence à Montpellier d’Arnaud Gaillard. En tant que lecteur sententiaire et bachelier parisien formé, celui-ci aurait fait valoir sa prééminence pour reprendre le contrôle des questions disputées de théologie dans le cadre du studium. Chargé d’un enseignement biblique destiné aux étudiants avancés du studium generale, dont témoignent les commentaires sur Jean et la Genèse, Olivi n’avait pas de motif de donner en parallèle des leçons de philosophie naturelle aux étudiants de l’école provinciale. Les textes produits au cours de cette année n’ont sans doute pas donné lieu à des disputes préalables. C’est sans pour cette raison qu’Arnaud Gaillard n’y fait pas allusion dans ses critiques.

  • 73 Voir Dominique Demange, « Amor sui, amor Dei. Pourquoi Olivi a modifié sa théorie de la connaissanc (...)
  • 74 Vatican, BAV, Borgh. 54, fol. 54va : « De actionibus que fiunt in spiritibus et eorum potentias ali (...)

27Les textes les plus importants de cette période sont les qq. II, 72-76 dans lesquelles Olivi reformule de façon systématique l’ensemble de sa théorie de la connaissance qu’il avait exposée de façon fragmentaire dans différents textes avant 1279 (notamment dans de longues digressions de la q. II, 58)73. Les deux premières de ces questions figurent à la suite des questions 60-71 dans le cod. Borgh. 54, avec d’importantes variantes textuelles par rapport à la version finale de la Summa. Les nombreux renvois mutuels qui les lient entre elles, de même que l’incipit général, présent dans le cod. Borgh. 5474, indiquent qu’elles ont été rédigées ensemble, et dans cet ordre. Leur date tardive est prouvée par un renvoi « au début de la lecture sur Jean », ce qui n’interdit pas de penser que ces questions aient été rédigées la même année que ce commentaire (1281-82). D’autres renvois visent des textes récents, tels que les qq. IV, 13 et IV, 19 ou le commentaire sur la Hiérarchie céleste qui semble pour sa part avoir annoncé la q. II, 73.

  • 75 Sur ce revirement, voir Dominique Demange, « Amor sui ».
  • 76 Summa II, q. 57, t. 2, p. 376 : « Nota quod huius contrarium determinavi melius in quaestion an hab (...)
  • 77 II Summa, q. 74, t. 3, p. 128-129. Le passage est présent dans le cod. Borgh. 173, f. 20ra, dans un (...)
  • 78 Epistola ad fratrem R., art. 4.

28La question 77 remplit une fonction singulière dans l’œuvre d’Olivi. Elle est destinée à corriger un argument défendu quatre ans plus tôt dans la q. 57 sur la liberté de la volonté, selon lequel l’âme est suffisamment déterminée à s’aimer elle-même sans aucun habitus supplémentaire75. La rectification a été signalée après coup dans la q. 57, sans doute au moment de l’édition de la Summa, par une phrase qui est absente des deux manuscrits antérieurs à la censure76. Cette correction est également mentionnée dans la q. 74, mais dans un passage qui est cette fois présent dans un témoin antérieur à 128377. À moins de supposer que cette indication ait été ajoutée lors de la mise au propre de ces textes, au cours de l’année 1281-82, il faudrait en conclure que la q. 77 est légèrement antérieure aux q. 72-76. Il est en tout cas certain que tous ces écrits sont de date voisine. La rectification porte sur un point qui fit par la suite l’objet d’une critique d’Arnaud Gaillard (quod virtutes potentiis anime nullum habitum superaddant), à laquelle Olivi pouvait répondre sèchement : « j’ai enseigné et écrit le contraire »78. Il est possible que la rédaction de ce court texte ait été motivée par une question disputée de Gaillard, défendue au cours de cette même année.

Écrits de logique

  • 79 Impugnatio : « Sciendum tamen quod, sicut in compilatione logicalium plenius expressi, predicta pos (...)
  • 80 Anneliese Maier, Metaphysische Hintergründe der spätscholastischen Natur-philosophie, Roma, Storia (...)
  • 81 Quaestiones logicales, p. 388 : « Quomodo autem secundum varia genera criminum semper fallacie aliq (...)
  • 82 Summa II, q. I, 2, ad 11, t. 3, p. 487 : « Cognitio autem signi praecedit cognitionem existentiae s (...)
  • 83 Summa II, q. 14, ad 6, t. 1, 269 : « Quod autem hic dictum est quod terminus post dictionem exclusi (...)

29Deux renvois convergents, contenus dans des écrits de très peu antérieurs à la censure, semblent viser une œuvre à présent perdue. Le traité De quantitate s’appuie ainsi sur une Compilatio logicalium, tandis que la q. II, 73 renvoie in logicalibus79. Le contenu de ces deux renvois, comme le signale A. Maier, s’accorde assez mal avec les thèmes traités par les Quaestiones logicales contenues dans les cod. Borgh. 54 et 8880. Celles-ci auraient pu ne constituer qu’une partie d’une compilatio plus large, rassemblant une série de traités de logique. Les questions subsistantes s’achèvent sur une remarque qui peut être interprétée comme l’annonce d’un traité De fallaciis81, dont rien ne vient toutefois confirmer la rédaction. Dans les années précédentes (1277-79), deux passages de la question I, 2 annoncent respectivement un Tractatus de signis et un Tractatus de relationibus82, tandis que la question II, 14 annonce une discussion de la supposition personnelle83. Les huit premières questions conservées peuvent répondre à l’intitulé de Tractatus de signis, d’autant mieux qu’elles s’inspirent du traité homonyme de Roger Bacon. De manière plus hypothétique, on peut rapprocher différentes annonces de textes à composer sur les catégories de la relation et du lieu, des deux citations explicites de la Compilatio logicalium qui mentionnent des discussions sur les catégories du lieu et de la quantité. Ces indications suggèrent qu’Olivi aurait pu rédiger un traité De predicamentis, dans lequel il aurait systématisé son examen des catégories aristotéliciennes. En acceptant cette hypothèse, il faudrait considérer ce traité comme une partie perdue de la Compilatio logicalium qui se serait ajoutée aux dix-huit questions conservées.

  • 84 Quaestiones logicales, p. 383 : « Ecce frater Germanus duodeviginti quaestiunculas ad tuam instanti (...)

30La datation proposée, au cours de l’année 1281-82, serait en accord avec ce que l’on peut comprendre des circonstances de leur rédaction. Les questions ont été écrites à la demande d’un frère Germanus. À la fin de la synthèse qu’il lui envoie, Olivi s’excuse de parler more logicali et ajoute un épilogue spirituel à l’exposé technique de ces « rudiments puérils »84. Or, c’est précisément en 1279 que l’ordre franciscain décida de séparer les studia artium des centres d’enseignement de théologie. L’unique cas documenté concerne Bologne en 1281, mais il est raisonnable d’estimer qu’une même séparation fut menée à Montpellier à cette date. Le frère Germain aurait pu alors avoir été en charge de cet enseignement, et avoir demandé à Olivi des memoralia afin de préparer ses cours.

Derniers écrits avatirnt la censure

  • 85 G. Fusseneger, « Definitiones capituli generalis Argentineæ (1282) », AFH, 26, 1933, p. 137 : « Man (...)
  • 86 S. Piron, « Censures et condamnation », p. 321, pour la référence à ce document perdu. Sur le fond, (...)
  • 87 Quodlibeta, [Venezia, Lazzaro Soardi, 1505], f. 42ra-554rb. Dans le corps du texte, Olivi mentionne (...)
  • 88 Il fut élevé à la dignité de maître, à la demande de Philippe le Bel, lors du chapitre général de 1 (...)
  • 89 Voir par exemple la tournure « sed illud credo quod non habetis » à propos de l’Impugnatio, qui sug (...)
  • 90 Comme je l’ai montré, les annotations critiques qu’il comporte sont dues à Bonagrazia de Bergame qu (...)

31Les documents disponibles permettent de reconstituer une chronologie relativement précise des événements qui ont conduit à la censure d’Olivi. À la Pentecôte 1282, le chapitre général réuni à Strasbourg demanda à tous les ministres provinciaux de signaler les opinions suspectes défendues par des frères dans leurs provinces85. La publication par le ministre général d’un document concernant l’usage pauvre à l’issue du chapitre laisse peu de doutes sur la source de cette inquiétude86. La polémique entre Pierre et Arnaud avait rapidement eu des échos au sein de l’ordre dont les dirigeants redoutaient par-dessus tout l’ouverture d’une polémique interne sur le sujet, au moment où une bulle pontificale était supposée avoir clos tous les débats. Le nouveau provincial, Arnaud de Roquefeuil, semble avoir été peu réceptif aux propositions d’Olivi. À la suite du chapitre, sans doute au cours de l’été 1282, les deux contradicteurs furent amenés à exprimer leurs griefs respectifs. Pierre produisit une Impugnatio contre 32 articles tirés des questions disputées d’Arnaud, dont le dernier chapitre constitue un traité à part entière sur la catégorie de la quantité, suivi de la critique de cinq articles de frères de moindre science et autorité, qui semblent avoir été des proches d’Arnaud87. De son côté, Gaillard dénonça Olivi dans un document qu’on ne connaît que par une lettre adressée début avril 1282 à un certain « frère R. », éloigné du théâtre des événements, qui s’inquiète de la situation et semble être en capacité d’intervenir dans la procédure. L’intéressé lui transmet la réponse qu’il a donnée à son ministre provincial à propos des 19 points sur lesquels Gaillard le taxait d’erreur ou d’hérésie. Contrairement à ce que j’ai pu écrire autrefois, ce « frère R. » est très probablement Raymond Geoffroy qui devait être à cette date bachelier à Paris88. Sa proximité avec l’accusé explique qu’il ait été tenu à l’écart de la commission des maîtres et bacheliers parisiens constituée pour examiner les deux dénonciations. Les détails donnés dans la lettre révèlent qu’il avait une bonne connaissance de nombreux textes d’Olivi89. À titre d’hypothèse, il ne serait pas absurde de penser qu’il ait fait confectionner, avant quitter la Provence (il enseignait auparavant à Marseille) un manuscrit comportant une importante sélection d’écrits de son ami. On peut en particulier penser à un codex tel que le Borgh. 358 qui a pour particularité de ne contenir que des textes antérieurs à 1283 et de ne pas avoir été annoté à cette date par la commission des censeurs90. Sous réserve des résultats d’une analyse codicologique approfondie, le manuscrit semble avoir été composé progressivement, par différents copistes, pour l’usage d’un même lecteur qui corrige le texte et l’annote soigneusement. Si l’hypothèse est correcte, cette main serait celle de Raymond Geoffroy.

  • 91 Lectura super Iohannem, Firenze, BML, Santa Croce, Plut. X dext. 8, fol. 67va : « De hiis autem in (...)

32Ce manuscrit a pour particularité de contenir un texte rédigé très peu de temps avant qu’Olivi cesse tout enseignement. La question II, 7 passe en revue tous les sujets pour lesquels la notion de « raisons réelles » est pertinente, récapitulant l’essentiel des thèmes sur lesquels elle a été mobilisée, depuis sa première formulation dans la q. II, 54, six ans plus tôt. Elle fait notamment appel à la q. II, 75, produite au cours de l’année 1281-82. Davantage qu’une nouvelle élaboration, cette brève question constitue presque une table des matières des travaux réalisés à cette date. L’une de ces matières concerne les sacrements. On a vu plus haut que les questions sur l’eucharistie doivent être placées vers 1278-79. La Lectura super Iohannem fait référence à la discussion de la causalité sacramentelle qui s’y trouve, tout en indiquant qu’un « traité des sacrements » devrait en traiter davantage91. À l’exception de la référence qu’y fait la q. II, 7, aucune indication positive ne prouve que ce traité sur « les sacrements en général » (IV, 2-8) ait été rédigé à cette date.

  • 92 Summa IV, q. 13, Vatican, BAV, Vat. lat. 4986, fol. 115r : « Contra autem istos errores multa dici (...)
  • 93 Impugnatio, fol. 44rb : « Istud autem dictum, prout est Thome, plura principia erroris ad totam sci (...)

33Olivi ne semble pas avoir eu l’occasion de mener à bien le projet d’un traité contre les erreurs des philosophantes, annoncé deux fois par la q. IV, 1392. L’Impugnatio fait également mention de ce projet, en visant plus particulièrement Thomas d’Aquin93. Il se serait agi de produire une réfutation précise des principales erreurs commises par les aristotéliciens radicaux et les théologiens qui les suivent de trop près. Son apparence aurait pu être quelque chose comme une version olivienne du Correctoire, synthétisant les nombreuses discussions offertes sur ces différents points depuis 1277. Les événements de l’année 1282-83 semblent avoir interrompu le projet. Hormis la lettre à Raymond Geoffroy, qu’Olivi dit avoir tardé à envoyer, il est difficile d’assigner le moindre écrit à cette année scolaire. Tant que la procédure était en cours, par prudence, le lector pourrait avoir choisi de faire profil bas, abandonnant de lui-même ses fonctions d’enseignant pour éviter de susciter davantage de polémiques. Il se peut également que ses supérieurs aient choisi de le mettre à l’isolement, sans que cette mesure implique pour autant une incarcération dans une prison conventuelle. Lui-même n’y fait en tout jamais allusion.

Relations entre les écrits des années 1279-82

Après la censure

  • 94 A. Montefusco, « Per l’edizione degli opuscula di Pierre de Jean Olivi : sul corpus e la cronologia (...)

34Après avoir répondu au document préparé par la commission des maîtres et bacheliers, lors d’une entrevue avec le ministre général, au mois de septembre 1283 à Avignon, Olivi est encore resté silencieux pendant plus d’un an. Ce n’est qu’au début de l’année 1285, depuis le couvent de Nîmes, qu’il rédigea une longue réponse au rouleau d’extraits que la commission avait préparé, en guise de démonstration des erreurs qui avait été pointées dans la Lettre des sept sceaux. Face à cette démarche, le ministre provincial, Arnaud de Roquefeuil, tenta d’obtenir une nouvelle censure lors du chapitre général de Milan de 1285. Aucun des écrits subsistants ne peut être assigné aux deux années suivantes. Cette période peut se comprendre comme une prise de distance face à l’implication dans les débats scolastiques dans lesquels Pierre baignait depuis des années. Il est possible que l’enseignant, ébranlé par les procédures auxquelles il avait été soumis, soit entré dans une sorte de convalescence intellectuelle. L’absence de toute information sur cette période interdit de formuler autre chose qu’une simple conjecture. On peut néanmoins se demander si le tournant majeur qui s’observe dans la production ultérieure d’Olivi n’a pas trouvé son origine dans ces années passées à Nîmes (1283-87). On conserve en effet une série de traités de spiritualité adressés à des laïcs, dont certains semblent avoir été rédigés directement en vernaculaire, avant d’être traduits en latin94. Faute d’indication positive, ces écrits sont habituellement associés à la dernière période languedocienne (1289-98). Mais il se pourrait qu’Olivi ait commencé à préférer la fréquentation des laïcs à celle des enseignants obtus et des étudiants ambitieux lors des années passées à Nîmes.

À Florence (1287-1289)

  • 95 Victorin Doucet, « De operibus manuscriptis fr. Petri Ioannis Olivi in bibliotheca universitatis Pa (...)
  • 96 Valens Heynck, « Zur Datierung der Sentenzkommentar des Petrus Johannis Olivi und des Petrus de Tra (...)
  • 97 Commentarium super quartum Sententiarum, Padova, Bibl. Univ. 2094, fol. 188v-189r : « An confessus (...)
  • 98 S. Piron, « Les premières leçons d’Olivi sur les restitutions », Oliviana, 4, 2012 [En ligne] URL : (...)

35Comme l’indique Ubertin de Casale qui résidait sur place à l’époque, Olivi fut nommé lecteur au studium generale de Florence en 1287 par le nouveau ministre général, Matthieu d’Aquasparta. La datation du commentaire des Sentences durant les deux années passées à Santa Croce fait peu de difficulté. Depuis que Victorin Doucet en a retrouvé et identifié des fragments95, l’hypothèse d’une rédaction à cette époque s’est imposée comme la plus vraisemblable, notamment en raison de l’usage intensif qu’en a fait peu après Pierre de Trabibus dans le même studium96. Il serait du reste compréhensible qu’Olivi ait repris sa carrière d’enseignant en tant que lecteur sententiaire. Une question expressément posée sur la bulle Ad fructus uberes permet d’exclure par principe toute datation antérieure à décembre 128197. Dans les fragments conservés, une question sur les restitutions contient des allusions assez claires à des pratiques financières douteuses de la part des pénitents et confesseurs florentins, qui n’ont pas été reprises dans le Traité des contrats adressé à un public languedocien98.

  • 99 Marco Bartoli, La Caduta di Gerusalemme. Il commento al Libro delle Lamentazioni di Pietro di Giova (...)
  • 100 Ibid., p. 2-4.

36Marco Bartoli suggère de placer dans ces années le commentaire sur les Lamentations de Jérémie. En l’absence de tout renvoi, un indice probant est fourni par quelques parallèles textuels avec un volume des Lamentations glosé par Paschase Radbert, légué à la bibliothèque de Santa Croce deux ans avant la venue d’Olivi99. D’un niveau bien moins approfondi que les lectures données à Montpellier, dépourvu de toute question disputée à propos du texte, le commentaire présente dans son prologue une longue introduction à la métrique qui laisse penser à un cours adressé à des débutants100. Puisque sa fonction l’amenait à commenter, non pas des livres bibliques, mais les Sentences de Pierre Lombard, ce commentaire pourrait représenter le résultat d’un cours donné durant l’été 1288.

  • 101 David Flood, Peter Olivi's Rule Commentary, edition and presentation, Wiesbaden, Franz Steiner Verl (...)

37David Flood propose également de placer dans cette période la rédaction du commentaire sur la Règle. Olivi y fait en effet allusion à une déclaration de Nicolas IV, datant du 13 mai 1288, sans mentionner sa ratification par le chapitre général franciscain de 1292101. La rédaction du texte doit donc être placée entre ces deux dates, et sans doute davantage vers le terme le plus haut. Il s’agit cette fois probablement d'un ouvrage sans rapport avec une activité scolaire.

Retour en Languedoc (1289-1298)

38À peine élu ministre général à la Pentecôte 1289 lors du chapitre général de Rieti, Raymond Geoffroy nomma Olivi au studium de Montpellier, sans doute à la demande de l’intéressé. Il n’est pas impossible que ce dernier ait été présent lors de ce chapitre.

Les Quodlibets

  • 102 S. Piron, « Franciscan Quodlibeta in Southern Studia and at Paris (1280-1300) », in Chris Schabel ( (...)
  • 103 M.-H. Jullien de Pommerol et J. Monfrin, La Bibliothèque pontificale à Avignon et à Peñiscola penda (...)
  • 104 Quodlibeta, L. Soardi, Venise [1505], fol. 63r-v.
  • 105 Quodlibeta quinque, éd. S. Defraia, Grottaferrata, Coll. S. Bonaventurae, 2002, p. 268 : « Nam si q (...)

39Un trait distinctif de l’enseignement délivré dans cette période est la pratique des Quodlibets. Olivi est le premier enseignant qui ait pris l’initiative d’importer dans une école des ordres Mendiants un exercice typique de l’université parisienne, que Jean Peckham avant lui avait uniquement pratiqué à l’école de la curie, puis à l’université d’Oxford102. À compter de son retour à Montpellier, Pierre semble avoir organisé chaque année une session de questions ouvertes, où chaque étudiant pouvait l’interroger sur le sujet de son choix. Si tout indique que l’année 1294-95 a été pour l’essentiel consacrée à la mise au propre de l’essentiel de sa production, dont le contenu a été détaillé dans les « tables sur ses œuvres complètes », il est notable que seules cinq séries de Quodlibets aient été intégrées à cette édition103. L’édition qu’en a procurée Lazzaro Soardi en 1505 reproduit une partie de cette cohordinatio questionum ab ipsomet P. Joanne facta104. Il semble donc raisonnable d’estimer que chaque année, sans doute à l’époque de Carême, de 1290 à 1294, Olivi ait répondu aux curiosités des étudiants, en renvoyant souvent, dans ses réponses, à des écrits des années 1276-82. À la différence des trois premières séries, dont les questions portent souvent sur des problématiques majeures de la théologie scolastique, les quatrième et cinquième séries se concentrent exclusivement sur des problèmes de morale pratique. On peut y voir le signe d’un déplacement, du studium avancé de Montpellier, vers l’école du couvent de Narbonne, où Olivi a donc dû être nommé lors du chapitre général de 1292. Cette proposition est notamment confirmée par un exemple donné dans une question du Quodlibet IV qui fait référence à l’archevêque de Narbonne105.

  • 106 Quodlibeta quinque, p. 99 : «… cuius ratio in generalibus rationibus legalium habet tradi. »
  • 107 Traité des contrats, éd. S. Piron, Paris, Belles-Lettres, 2012, p. 35-37.

40En 1292, la séance de Quodlibet semble s’être poursuivie par un ensemble de questions posées sur des difficultés du texte bibliques, publiées par Soardi sous le titre de Quaestiones textuales. Le principal argument qui permet de fixer cette date est négatif. Les deux premiers Quodlibets contiennent certaines questions sur des difficultés du texte bibliques. L’absence de telles questions dans le troisième Quodlibet laisse penser qu’Olivi avait décidé, au printemps 1292, de séparer les deux exercices pour donner plus d’ampleur à chacun. La présence des Quaestiones textuales à la suite des Quodlibets dans l’édition de Soardi (et donc dans le manuscrit employé par ce dernier) serait un signe de cette connexion entre les deux séries de textes. Dans le même état d’esprit, les questions De legalibus, consacrées aux cérémoniels de l’Ancien Testament, annoncées par le second Quodlibet de 1291, auraient pu être disputées au cours du même printemps106. Pierre de Trabibus en fait usage à Florence dans ses cours de l’année 1294-95. Un traité sur le même sujet, recyclant une partie des questions, a dû être composé peu après. Pour sa part, le Traité des contrats correspond à un prolongement des questions posées à l’occasion du quatrième Quodlibet, à Narbonne, au printemps 1293107.

  • 108 Traité des contrats, p. 38.

41Un argument important en faveur de la régularité de ces séances quodlibétiques tient à l’existence d’autres questions de même genre qui n’ont pas été intégrées à l’édition des œuvres complètes, et n’ont pas davantage fait l’objet d’une édition moderne. Ces textes, décrits dans les manuscrits padouans qui les conservent, comme issus d’« autres quodlibets », pourraient provenir des sessions tenues de 1295 à 1297. Pour preuve, une question décrite dans le manuscrit qui la contient comme provenant du « deuxième autre Quodlibet » comporte un renvoi qui vise un passage ajouté lors de la révision du Traité des contrats, elle-même postérieure à la mutation monétaire décidée par Philippe le Bel en mars 1295108.

L’édition de la Summa

42Comme on y a déjà fait plusieurs fois référence, Olivi semble avoir pris un soin particulier à rassembler des écrits produits au fil de sa carrière dans une Somme de questions théologiques dont la structure en quatre parties évoque de façon très lâche la structure des Sentences de Pierre Lombard. La raison de cette structuration est probablement d’ordre pratique, afin d’en faciliter l’usage par des enseignants qui auraient à commenter ce recueil. À la même occasion, Olivi semble avoir revu l’essentiel de ses écrits. On en repère la trace à la présence de tables des matières ajoutées à certains commentaires bibliques, qui font la liste des questions théologiques discutées au fil du texte.

  • 109 S. Piron, « Autour d’un autographe (Borgh. 85, fol. 1-11) », Oliviana, 2, 2006 [En ligne] http://jo (...)
  • 110 Vincenzo Mauro, « La disputata de anima tra Vitale du Four e Pietro di Giovanni Olivi », Studi Medi (...)
  • 111 Pietro Maranesi, « Il IV libro della Summa Quaestionum di Pietro di Giovanni Olivi un’ipotesi di so (...)
  • 112 Livarius Oliger, « Petri Iohannis Olivi de renuntiatione papae Coelestini V: quaestio et epistola » (...)

43Cette édition s’est accompagnée de la rédaction d’un certain nombre de questions complémentaires. Dans le cas des questions sur les vices (II, 103-108), un autographe conservé dans un but dévotionnel (Borgh. 85, f. 1r-11v) témoigne d’une correspondance si étroite avec la belle copie du second livre de la Summa (Vat. lat. 1116) que l’on peut y voir la préparation du texte édité, rédigé par l’auteur au fil de la plume, sans dispute préalable, sans doute peu de temps avant la réalisation de l’édition109. Cette préparation s’est accompagnée de la rédaction de compléments importants à certaines questions anciennes (II, 50, 51, 117). L’une d’elles réplique à des critiques de Vital du Four qui semble être arrivé à Montpellier à l’époque où Olivi en partait (en 1292). Les sarcasmes dont ce dernier accable un personnage qu’il semble tenir pour un parfait imposteur prouve qu’il n’avait rien perdu de sa vivacité intellectuelle110. La date la plus tardive du processus d’édition est fournie par l’insertion de la question sur la renonciation de Célestin V (QPE 13), dans la quatrième partie de la Summa, où ont été rangées les Quaestiones de perfectione evangelica, comme en témoigne le cod. Vat. lat. 4986111. Cette question développe des arguments présentés la lettre adressée à Conrad d’Offida en septembre 1295 et ne doit pas être beaucoup plus tardive112.

Les commentaires bibliques

44Après avoir commenté les Sentences à Florence, Olivi semble avoir consacré l’essentiel de sa fonction d’enseignant à des commentaires bibliques. Les éléments de datation des lectures produites dans cette période sont malheureusement très minces. Le seul élément certain concerne la date d’achèvement de la Lectura super Apocalypsim qui indique dans son colophon l’année 1297 ; puisque la date est donnée dans le style de Pâques, la mise au point du texte a pu attendre jusqu’aux tous derniers jours de son auteur. Le commentaire sur les douze petits prophètes est l’un des rares qui se laisse relativement bien cerner, puisqu’il cite la question textuelle sur Jonas que l’on peut situer en 1292. Comme la table des matières de l’édition des Quodlibets signale ce développement apporté à la question textuelle, le commentaire peut être daté avec précision dans l’année 1293-94.

45Le commentaire sur Luc, cité par le Traité des contrats (1293), s’appuie sur le commentaire du Cantique, qui est lui-même postérieur au commentaire sur l’Ecclésiaste. Cette chaîne de liens est la seule qui permette de reconstituer un semblant d’ordre chronologique. Dans la mesure où les prologues de chacun des trois commentaires consacrés aux livres de Salomon (Proverbes, Ecclésiaste et Cantique des Cantiques) annoncent en préambule que ces trois livres doivent être lus dans cet ordre, cette séquence a peut-être été observée pour fournir la matière annuelle de l’enseignement vétéro-testamentaire donné à Montpellier, de 1289-90 à 1291-92. Les commentaires sur l’Épître aux Romains et sur les Actes des Apôtres, cités l’un et l’autre par des commentaires ultérieurs (sur le livre des Rois ou sur les Épîtres canoniques) pourraient avoir pris place dans les deux premières années du retour à Montpellier (1289-90, 1290-91), avant le commentaire sur Luc. Les tailles relatives de ces commentaires montrent à vue d’œil que les commentaires du Nouveau Testament l’emportent largement en taille sur ceux de l’Ancien.

46De rares séries de questions disputées peuvent être situées face des commentaires de cette période. Par exemple, la très belle série de questions sur la chute des démons (II, 40-44) semble annoncé par le commentaire sur l’Ecclésiaste. Les questions sur les âmes du purgatoire (IV, 23-26) sont certainement postérieures au commentaire sur Luc. Leur inclusion dans la Summa invite à les placer dans l’année 1292-93. Les questions De Domina sont pour leur part antérieures au commentaire sur Luc, mais on ne dispose pas d’autre indication pour les situer plus précisément.

  • 113 Lectura super Apocalypsim, p. 147: « in prima parte Summe, questione ‘an Deus possit velle minuere (...)

47Outre le commentaire sur les petits prophètes (1293-94), il conviendrait de placer durant le dernier séjour à Narbonne la rédaction de quelques autres leçons bibliques, dont certaines ne sont conservées que dans des formes lacunaires (Rois, Psaumes, Ézéchiel, Épîtres canoniques, I Corinthiens), ce qui n’implique pas nécessairement que leur rédaction soit demeurée inachevée. Le commentaire de l’Apocalypse est assurément l’œuvre majeure de cette dernière période. C’est également la seule qui fasse de nombreux renvois à des textes antérieurs. La référence à la « première partie de la Summa » confirme une date de rédaction tardive113. Seul le commentaire sur la première Épître aux Corinthiens y fait référence. L’hypothèse qui me semble la plus vraisemblable serait de considérer que l’Apocalypse n’a pas fait l’objet de leçons cursives, comme celles qui sont à l’origine des autres lectures dont des versions écrites sommaires ont été conservée. Au contraire, à propos d’un livre aussi crucial qu’angoissant sur lequel Olivi méditait depuis des années, le niveau de rédaction bien plus soutenu laisse élaboration lente et réfléchie, à l’écart de la salle de cours. En raison de la difficulté du sujet et de la crainte des réactions prévisibles des autorités de l’ordre, on peut penser que Pierre a attendu le dernier moment pour rendre public un texte propre à relancer les controverses, peu de temps avant son décès, au couvent de Narbonne le 14 mars 1298.

Synthèse de la chronologie

Montpellier, Lector Bibliae

septembre-octobre 1279

QQPE 10/15, 17

Principia 1, 3, 4 ; De subiecto theologie (I, 1)

Début des cours sur Isaïe et Matthieu

1279-80

De veniali peccato (II, 118)

Révision des QQPE ; réécriture de la QPE 7

De gratia (perdu)

De originali peccato (II, 110-117)

De aeterna generatione Verbi (perdu)

De Incarnatione (III, 1-3)

De anima Christi et matris eius (perdu)

été 1280

Lectura super De angelica hierarchia

1280-81

Lectura super Job ; reprise de la Lectura super Mattheum

Quid ponat ius (IV, 1) ; De baptismo infantibus (III, 2 app.), De baptismo (perdu)

Tractatus de distinctione Veteris Testamenti a Novo (abandonné)

De virtutibus (Summa III, 4-7)

De fide (Summa III, 8-9 et questions perdues)

De novissimis (IV, 19-22 ; 13, 18 ; 14-17 ; 27-35)

1281-82

Lectura super Genesim ; Lectura super Johannem

De usu paupere et QPE 16

Compilatio logicalium

De sacramentis (IV, 2-8)

De motibus animalibus (II, 87-89), De potentiis sensitivis (II, 60-71), De cognitione (II, 77, 72-76)

De rationibus realibus (II, 7)

printemps 1282

Dénonciation par Arnaud Gaillard

Pentecôte 1282

Chapitre général de Strasbourg ; enquête sur les deux frères

été 1282

Impugnatio Arnaldi ; De quantitate

automne 1282

Suspension de son enseignement 

avril 1283

Lettre à Raymond Geoffroy

juin 1283

Littera septem sigillorum

septembre 1283

Confrontation à Avignon

1283-87, éloignement, sans enseignement

Début 1285, Nîmes

Responsio ad rotulum magistrorum

1287, Florence, Lector Sententiarum

1287-89

Lectura super libri Sententiarum

Lectura super Lamentationes Ieremie

Expositio Regulae

1289, Montpellier, Lector Bibliae

1289-90

Lectura super Proverbia (?) ; Lectura super Epistolam ad Romanos (?)

Quodlibet I

1290-91

Lectura super Ecclesiastes (?) ; Lectura super Actus Apostolorum (?)

De casu demonum (II, 40-44)

Quodlibet II

1291-92

Lectura super Canticum (?) ; Lectura super Lucam (?)

Quodlibet III

Quaestiones textuales

Quaestiones de legalibus ; Tractatus cerimonialium

1292, Narbonne, Lector

1292-93

Quodlibet IV

Lectura super Ezechielem (?) ; Lectura super VII Epistolarum (?)

De novissimis (IV, 23-26) (?)

1293-94

De contractibus

Quodlibet V

Lectura super XII Prophetas (?) ; Lectura super libri Regum (?)

1294-95

Édition des « œuvres complètes »

De vitiis (II, 103-108) ; compléments aux questions sur les formes substantielles (II, 50 app., 51 app.) et le péché originel (II, 117 app.)

Aliud Quodlibet I

Epistola ad filios Regi Siciliae

1295-96

QPE 13, Epistola ad Conradum

Aliud Quodlibet II

1296-97

Lectura super I Corinthios (?) ; Lectura super Psalmos (?)

Aliud Quodlibet IIII

1297-98

Achèvement de la Lectura super Apocalypsim

Haut de page

Notes

1 Voir plus haut, « Chronologie des écrits de Pierre de Jean Olivi. Première partie : avant 1279 », Oliviana, 6, 2019 [en ligne] https://journals.openedition.org/oliviana/1035. Sigles employés : II Summa = Quaestiones in secundum librum Sententiarum, ed. Bernhard Jansen, Quaracchi, Coll. S. Bonaventura, 1922-1926. III Summa = Quaestiones de Incarnatione et redemptione, quaestiones de virtutibus, ed. Aquilinus Emmen, Ernst Stadter, Grottaferrata, Coll. S. Bonaventura, 1981.

2 Les cinq textes ont été publiés par David Flood et Gedeon Gál, Peter of John Olivi on the Bible. Principia quinque in Sacram Scripturam. Postilla in Isaiam et in I ad Corinthios, St Bonaventure (N. Y.), 1997, p. 6-151, dans un ordre qui ne correspond pas à celui adopté par les manuscrits (Paris, BNF lat. 15588, et Vatican, BAV, Vat. lat. 918). Pour faciliter la compréhension, il peut être utile de donner une concordance entre les manuscrits et l’édition.

ordre des manuscrits

Incipit

ordre Flood -Gál

Titres

Date et ordre

1

Vidi in dextera

2

De causis

1279, n° 1

2

Quatuor animalia

5

De evangelis

1276 ou 77

3

Cum essem

3

De doctrina

1279, n° 2

4

Ingredere

4

De Christo

1279, n° 3

5

Vacate et videte

1

De studio

1276 ou 77

3 Les éditeurs n’ont pas relevé des reprises des Collationes que j’ai notées dans « Le métier de théologien selon Olivi. Philosophie, théologie, exégèse et pauvreté », dans C. König-Pralong, O. Ribordy, T. Suarez-Nani (éds.), Pierre de Jean Olivi. Philosophe et théologien, Berlin, De Gruyter, 2010, p. 28-29.

4 Voir les manuscrits Chicago, Newberry Library-Notre Dame University, MS 12 ; Napoli, Biblioteca Nazionale, MS VII.F.21 ; Vaticano, BAV, Vat. lat. 1288, qui contiennent certains principia d’Olivi.

5 Lectura super Isaiam, dans D. Flood et G. Gál, Peter of John Olivi on the Bibile, p. 170.

6 Lectura super Mattheum (4, 12), Paris, B.N. lat. 15588, fol. 38ra : « sicut in generalibus principiis et in questione de subiecto theologie est aliqualiter ostensum ».

7 Petrus Johannis Olivi, « Lectura super Mattheum, prologus », ed. S. Piron, Oliviana, 4, 2012. URL : http://journals.openedition.org/oliviana/498

8 Lectura super Mattheum, cap. 28, Paris, B.N. lat. 15588, fol. 134rb-va : « Illi ergo preces offeramus devotas, ut cor nostrum sibi apperiat et mirror vanitatibus claudat, fideli voce clamantes et in cordibus nostris cantantes quod ipse est clavis David qui apperit et nemo claudit, claudit et nemo apperit [Apoc. 3, 7]. Ipse est leo resurgens qui solus meruit et potuit solvere septem signacula libri Dei ».

9 Petrus Johannis Olivi, Quid sit subiectum Scripture Sacre et huius libri, éd. Ernst Stadter, « Offenbarung und Heilsgeschichte nach Petrus Iohannis Olivi », Franziskanische Studien, 44, 1962, p. 1-12.

10 Cf. supra, note 6.

11 Emilio Panella, Il De subiecto theologiae (1297-1299) di Remigio dei Girolami O.P., Milano, Massimo, 1982, p. 14-15.

12 Ubertin de Casale, Sanctitati apostolicae, éd. F. Ehrle, Archiv für Litteratur- und Kirchengeschichte des Mittelalters, 2, 1886, p. 389, à propos de l’affectation d’Olivi à Florence : « factus est lector Florentiae in studio generali quoad ordinem nostrum ». Sur l’organisation des études dans la région, voir S. Piron, « Les studia franciscains de Provence et d’Aquitaine (1275-1335) », dans K. Emery Jr, W. J. Courtenay, S. M. Metzger (dir.), Philosophy and Theology in the Studia of the Religious Orders and at the Papal and Royal Courts. Acts of the XVth International Colloquium of the Société Internationale pour l’Étude de la Philosophie Médiévale, University of Notre Dame, 8-10 October 2008, Leiden, Brill, 2012, p. 303-358.

13 Roger Bacon, Opus minus, in Opera inedita, éd. J. Brewer, Londres, 1859, p. 328-329 : « Nam Parisius ille qui legit Sententias habet principalem horam legendi secundum suam voluntatem, habet et socium et cameram apud religiosos. Sed qui legit Bibliam caret his et mendicat horam legendi secundum quod placet lectori Sententiarum. Alibi qui legit Sententias disputat et pro magistro habetur. Reliquus qui textum legit nec potest disputare, sicut fuit hoc anno Bononie, et in multis aliis locis, quod est absurdum. »

14 Gilbert Dahan, L’exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval, XIIe-XIVe siècles, Cerf, Paris, 1999.

15 Antonio Montefusco et Sylvain Piron, « In vulgari nostro. Présence et fonctions du vernaculaire dans les œuvres latines d’Olivi », Oliviana, 5, 2016. URL : http://journals.openedition.org/oliviana/904

16 Petrus Johannis Olivi, « Lectura super Mattheum, prologus », éd. S. Piron, Oliviana, 4,  2012. URL : http://journals.openedition.org/oliviana/498

17 David Burr, « The Date of Petrus Iohannis Olivi’s Commentary on Matthew », Collectanea Franciscana, 46, 1976, p. 131-132.

18 Id., p. 136-137.

19 Voir Alain Boureau, in P. J. Olivi, Postilla super Iob, Turnhout, Brepols (CCCM 275), 2015, p. xviii. Le raisonnement ne tient pas compte de l’ensemble du réseau de renvois qui imposent de situer la rédaction de ce commentaire avant la censure de 1283. Par ailleurs, le choix de cet intitulé est regrettable car les références internes montrent que l’auteur qualifiait cette œuvre de lectura, issue d’un cours.

20 Lectura super Mattheum, Paris, BNF lat. 15588, fol. 24vb : « De hoc autem amplius tetigi super illud Iob 4° in horrore visionis nocturne etc » ; fol. 25ra : « … de hoc autem super septimo capitulo Ysaie diffusius sum locutus » ; fol. 36va : « super illud Iob 9° terra data est in manu impii est aliquid tactum ».

21 Barcelona, Arxiu Historics de la Corona de Aragò, Ripoll 86, fol. 125v, 126r, 130v : passages ajoutés en marge ; Paris, B.N. lat 15588, fol. 108va-vb, 113ra-rb, 115vb-116ra : les mêmes passages portent en marge la mention additio.

22 Summa II, q. 74, t. 3, p. 121 : « probavi in principio lecture super Iohannem », p. 121 ; Summa III, q. 1, p. 83-84 : « in expositione super Genesim ostendi » ; « inde tetigi super Genesim ».

23 Célestin Douais, Essai sur l’organisation des études dans l'Ordre des Frères Prêcheurs au treizième et au quatorzième siècle (1216-1342), Paris-Toulouse, 1884, p. 77-78.

24 Summa II, p. 411 : « De hoc autem plenius in quaestionibus sequentibus de veniali tangetur ».

25 Valens Henyck, «Zur Datierung einiger Schriften des Petrus Johannis Olivi», Franzikanische Studien, 46, 1964, p. 335-364 ; Lectura super Mattheum, « De veritate huius distinctionis in quaestione de veniali peccato diffusius sum locutus, et habet tangi de materia originali, quia sine hac non potest originalis culpa plene videri », Paris, BNF lat. 15588 f. 46ra, signalé par D. Burr, « The Date », p. 133.

26 S. Piron, « Censures et condamnation », p. 323-324.

27 Summa III, q. 4, p. 226, 228.

28 Summa II, q. 7, t. 1, p. 137.

29 Summa II, q. 16, p. 332 ; q. 58, t. 2, p. 422.

30 Summa II, q. 42, t. 1, p. 710 ; q. 110, t. 3, p. 263.

31 Lectura super Genesim, Paris, BNF lat. 15559 f. 24rb ; 28va ; Quaestiones logicales, p. 381.

32 Summa III, q. 1, p. 82, lin. 19-p. 84. Un autre ajout se laisse repérer, à partir de la p. 80, lin. 30.

33 Summa III, q. 2, p. 110 : « in libris de angelica et ecclesiastica hierarchiae habet tradi » ; p. 116 : « in questionibus de hierarchicis influxibus gratiae et gloriae plenius habet tangi » ; p. 138, ad. 9 : « sicut ex hiis quae dicta sunt in quaestione de illuminationibus angelicis plenius clarescere potest ».

34 Summa III, q. 1, p. 14 : « Ex hac autem illuminatione sic data sequitur quod universalis hierarchia gloriae et gratiae plenius illuminetur a Deo, sicut infra magis tangetur ».

35 Summa III, q. 2, p. 106 : « in quaestionibus de altitudine gratie et glorie Christi est explicandum ». Le membre de phrase qui suit, « et nihilominus ex his quae super librum Angelicae hierarchiae de transcendentia ordinum superiorum super inferioria dicta sunt, satis colligi potest », doit être considéré comme un ajout qui indique après coup que le point a été traité dans le cours du commentaire. L’absence de correction de la formule précédente ne peut pas être considérée comme une preuve que la question annoncée n’était toujours pas rédigée à la date de l’ajout.

36 Lectura super De angelica hierarchia, Vatican, BAV, Urbinat. lat. 480, fol. 159vb : « quia in questionibus de altitudine anime Christi et matris eius super omnia alia diffusius recitavi, ideo hic pertranseo ».

37 Summa III, q. 1, p. 84 : « tetigi super Genesim et in quaestione de eterna generatione verbi increati » ; Lectura super Johannem, Firenze, Bibl. Medicea Laurenziana, Santa Croce, Plut X dext. 8. f. 42rb : « in questionibus de incarnatione et de eius eterna generatione sumarie hoc ostendi ».

38 Summa II q. I, 2, t. 3, p. 490 : «sicut super librum Dionysii habet recitari » ; QPE 8, ed. Schlageter, p. 150 : « «multaque alia inconvenientia sequerentur quae alibi habent tangi - et maxime in Libris Dionysii ».

39 Lectura super Isaiam, in Peter of John Olivi on the Bible, p. 214. La question est publiée dans Oliviana, 1, 2003 [en ligne] https://journals.openedition.org/oliviana/27

40 De angelicis influentiis, ed. F. Delorme in Bonaventura, Collationes in Hexaemeron et bonaventuriana quaedam selecta, Quaracchi, 1934, p. 363 : « Venerabilis et electe dei minister, quem mihi pupillo pro virtuali ac speciali tutela gratuito ac gracioso Christi munere non dubito celitus ministratum … ». Sur cette œuvre inédite, voir S. Piron, « Deplatonising the Celestial Hierarchy: Peter John Olivi’s Interpretation of the Pseudo-Dionysius », dans Isabel Iribarren, Martin Lenz (ed.), Angels in Medieval Philosophy Inquiry. Their Function and Significance, Ashgate, 2008, p. 29-44.

41 On trouve la question de manière isolée dans les cod. Vatican, BAV Borgh. 322 et Siena, Bibl. Com. F IV 11. Ce dernier témoin ne contient pas la dédicace initiale au ministre provincial. Il offre un texte plus bref que celui du deuxième témoin utilisé par F. Delorme, BAV, Urbinat. lat., 480, mais ces omissions sont souvent signalées en marges comme volontaires («Intercisio»), cf. p. 377, note k ; p. 380, note d ; p. 384, note f ; p. 390, note k ; p. 394, note a ; p. 397, note d ; p. 399, note a ; p. 403, note b ; p. 405, note d ; p. 407, note e ; p. 408, note h.

42 Postilla super Iob, p. 25 : « An tamen [sc. angeli] habeant corpora sic naturaliter unita sicut et nos, Platonici crediderunt, Augustinus dubitavit, Dionysius vero simpliciter negat, cui est in hac parte credendum sicut super illo secundo capitulo libri angelice ierarchie plenius est ostensum » ; Ibid., p. 350 : « … sub nomine autem illuminationis comprehenduntur omnes ierarchice influentie, cuius rationem super libro angelice ierarchie tetigi »,.

43 Pour une présentation plus détaillée, voir S. Piron, « La question Quid ponat ius ? », Oliviana 5, 2016, [En ligne] URL : http://journals.openedition.org/oliviana/840

44 Summa II, q. 2, p. 143, ad. 7 : «sicut patet ex his quae dicta sunt in quaestione ‘an ius domini vel proprietatis vel cuiuscumque debiti addat aliquid reale’ » ; q. 2 App., p. 159 : «prout in quaestione ‘quid ponat ius cuiuscumque debiti vel domini’ plenius est ostensum» ; p. 180 : « potest patere ex traditis in quaestione ‘quid ponit ius in habente ipsum’ ».

45 Summa III, q. 8, p. 352, : «Quod probatur eo modo quod supra, in quaestione de connexione virtutum »

46 Cherubinus da Spoleto, Sermones quadragesimales de moribus christianis, Venezia, G. Arrivabene, 1502, f. 500ra-rb, signalé par Cesare Cenci, « Fr. Pietro Arrivabene da Canneto e la sua attività letteraria », AFH, 62, 1969, p. 156. Bernardin de Sienne cite la question « Utrum veritas fidei sit firma et firmior quam scientia » (Bernardinus Senensis, Opera Omnia, t. 1, Quadragesimale de Christiana religione, sermones I-XL, Quarrachi, 1950, p. 538).

47 Quaestiones de novissimis, ed. P. Maranesi, Grottaferrata, 2004, p. 104 : « circa finem quaestionis magnae an naturam humanam Deo personaliter uniri sit possibile » ; p. 132 : « sicut in tractatu de illuminationibus angelicis est diffusius recitatum ».

48 Summa II, q. 72, t. 3, p. 42 : « de hoc autem modo plenius tetigi in quaestione de poenali cruciatu spirituum damnatorum ab igne infernali » ; Lectura super Mattheum, fol. 119va-vb : « quomodo scilicet tam spiritus separati quam uniti vere affligantur ab igne corporali et ab eius ardore dixi in questionibus de hoc factis ».

49 De novissimis, p. 203 : « prout in questione de locutionibus angelorum et de mutua unione suorum cordium est tactum ».

50 Postilla super Iob, p. 11 : «  […] in tractatu de paupertate et de perfectione evangelica et in tractatu de distinctione veteris testamenti a novo plenius hec traduntur, et ibi requiratur ». Je reprends ici, en l’abrégeant, une démonstration présentée dans « Les œuvres perdues d’Olivi : essai de reconstitution », AFH, 91, 1998, p. 390-395, dans la mesure où cette indication ne semble pas avoir retenu l’attention des lecteurs.

51 Ibid., p. 292 : « De hoc novissimo die grandis sermo est alibi. Omnes enim prophetie multum de eo loquuntur et in novo testamento a Christo et apostolis celebris mentio fit de eo qui prout alibi est ostensum, sic unus est et esse dicitur, quod tamen est triplicatus, ut in eo expresse refulgeat misterum beatissimum trinitatis. »

52 P. Péano, « La Quaestio fr. Petri Iohannis Olivi sur l’indulgence de la Portioncule », AFH, 74, 1981, p. 69-70 : « Si quis enim profundo intellectu rimetur archana scripturarum sacrarum, inveniet tamquam ineffabilitatem graciarum et condescensionum, debere toti mundo ostendi circa finem temporis ecclesiastici quod ista indulgencia respectu universitatis graciarum promissarum satis quidem modica sed nichilominus valde congrua apparet. Quia autem de hoc alias magnum sermonem texui magnumque de se tractatum desiderat, idcirco obmitto. »

53 Summa II, q. 115, t. 3, p. 330 : « Istam autem viam non deduco, quia multa prolixitate indiget ad plenam sui enodationem, innui tamen eam, ut advertatur quia maximam medullam continet Scripturarum fixam in cordibus sanctorum patrum et prophetarum … Quia vero tam iste articulus quam duo praecedenti per se ipsos habent explicari, quomodo scilicet ex veteri testamento perfectissimo probentur ; ideo ad praesens pertranseo, quia sine praevia ipsorum explicatione non posset ita ad plenum clarescere quam efficaciter ex eis probetur intentum ».

54 Summa III, q. 1, p. 80 : « […] est miranda concordia impletorum et traditorum per Christum ad ea, quae de ipso et eius Ecclesia praedicta et praefigurata erant in Veteri Testamento […] Et hoc facile est advertere ei, qui concordiam veteris testamenti et novi per experientiam et perspicacem intelligentiam comprobavit. » A. Emmen suggère de voir ici une allusion au traité.

55 Lectura super Mattheum, Paris, BNF, lat. 15588, fol. 94rb : « Nota quod hec verbum (Mt 17, 10) est magni ponderis, sicut patet diligentius profunda perscrutanti scripturarum ; nam usque ad tempore Helye non veniet plena reparacio ecclesie nec plena conversio Israelis. Multa autem essent super hec verbo dicenda, sed alteri tempori reservantur »,

56 Lectura super Apocalypsim, ed. W. Lewis, p. 46 : « Quomodo autem hec ex prophetis probentur, prolixiorem tractatum exigit et de hoc in pluribus plura tetigi. »

57 Lectura super Iohannem, 5, 46, Firenze, BML, Santa Croce, Plut. X dext. 8, fol. 42rb : « Sic igitur sumarie patet quomodo Moyses scripsit de Christo, et quomodo qui illi crederet, crederet et Christo. Quomodo autem scripture veteris testamenti testimonium perhibeant Christo, esset etiam sumarie ostendendum, sed propter prolixitatem omitto, et quia in questionibus de incarnatione et de eius eterna generatione sumarie hoc ostendi. Plena autem eius demonstratio plenariam pertractationem exigit omnium Scripturarum sanctarum. »

58 Summa III, q. 1 p. 62 lin. 14- p. 82 lin. 18. La dernière section de la question, qui s'appuie sur la Lectura super Genesim, est encore postérieure.

59 Quaestio de ideis, ed. S. Piron, Oliviana, 6, 2019 [en ligne] https://journals.openedition.org/oliviana/1023 § 93 : «… possumus ad dubitationem huiusmodi aliqualiter respondere, licet in questionibus de prophetia et de visione beatorum plenius habeat explicari, quod duobus modis potest deus revelare futura contingencia, de quibus proprie est prophetia. »

60 Lectura super Iob, ed. A. Boureau, p. 98 : «… Quedam enim sunt visiones que statim sunt totaliter repudiande, quedam que statim sunt totaliter credende et reverende, quedam que sunt prius diiudicande … Et de hiis hoc ad presens dixisse sufficiat, quia horum plenior explicatio alibi habet tradi. »

61 De novissimis, q. 13, ed. P. Maranesi : «Istaque omnia et consimilia proponit scriptura sub talibus modis quod aperte sonant quod Deus immediate regit et illuminat mentem et precipue sanctas, et certe sapientes hoc in se ipsis experiuntur non solum in affectuali gustu bonitatis in creature sed etiam in omni contemplatione quo licet per speculum attingunt rationes Dei eternitas. Quomodo autem ista probaverit tractatum exigit specialem et magnum. »

62 Petrus Ioannis Olivi, De usu paupere. The Quæstio and the Tractatus, D. Burr ed., Florence, Olsckhi, 1992, Firenze-Perth, Olschki- University of Western Australia Press, 1992.

63 Ibid., p. 89 : « novissime vero diebus […] quosdam novos pseudo apostolos eiusdem [sc. b. Francisci] predicte regule professores qui audent publice astruere et dogmatizare et in scolis suis sollempnniter determinare quod usus pauper seu moderatus nullo modo cadit sub professione et voto regule nostre. »

64 Raymond de Fronsac, Sol ortus, ed. Franz Ehrle, p. 16 : « Notorium est quod ipse frater Petrus Johannis litigia suscitavit contra fratrem Arnaldum Galhardi et plurimos alios bonos fratres qui eius dicta erronea impugnabant ».

65 Voir plus haut, « Chronologie, Première partie : avant l’été 1279 », https://journals.openedition.org/oliviana/1035 § 44.

66 Ibid., § 30.

67 Oxford, Merton College, 237, f. 35ra-va (Sermo de die Cinerum fratris Arnaldi Galiard) ; Merton College, 35, f. 66va-67va et Paris, BNF, lat. 10698, f. 64va-66rb (Sermo ad vincula beati Petri fratris Arnaldi Galiardi) ; Oxford, Bodleian Library, Ashmol. 757, f. 59vb (fr. Arnauld <Galiard> de S. Mattheo).

68 Cf. Nicole Bériou, L’avènement des maîtres de la parole. La prédication à Paris au XIIIe siècle, Paris, Études augustiniennes, 1998, vol. 2, annexes 11-12.

69 Une telle analyse, sur la base des éléments conservés, pourrait constituer un sujet intéressant pour un mémoire de master en philosophie médiévale.

70 « Responsio fratris Petri Ioannis ad aliqua dicta per quosdam magistros parisienses se suis quaestionibus excerpta », éd. D. Laberge, AFH, 28, 1935, p. 405 : « an sensus communis et potentia imaginativa et fantasia et aestimativa sensualis sint una potentia fundata in cerebro …», qui correspond aux questions II, 63-65.

71 Summa II, q. 31, t. 2, p. 542 : « Unde etiam totum animal non movet se totum directe per sensitivam suam, sed per unam potentiam cum suo organo movet alteram et eius organum. Qui modus movendi in homogeneis non habet locum ; de hoc autem alibi amplius ».

72 Summa II, q. 66, t. 2, p. 611 : « in quaestione de impedimento usus liberi arbitrii recolo me dixisse ».

73 Voir Dominique Demange, « Amor sui, amor Dei. Pourquoi Olivi a modifié sa théorie de la connaissance de soi », à paraître.

74 Vatican, BAV, Borgh. 54, fol. 54va : « De actionibus que fiunt in spiritibus et eorum potentias aliqua quesituri. Primo queritur…» = II Sent. q. 72, t. 3, p. 1. Une main contemporaine a désigné l’ensemble constitué par les qq. 60-73 d’un titre global, «Tractatus de potentiis ». Il est possible que cette copie ait été prise, au cours de l’année 1282, alors que la rédaction des qq. 72-77 n’était pas encore achevée.

75 Sur ce revirement, voir Dominique Demange, « Amor sui ».

76 Summa II, q. 57, t. 2, p. 376 : « Nota quod huius contrarium determinavi melius in quaestion an habitualis dilectio sui et suae beatitudinis sit accidens, ubi et salvo rationes hic factas ». L’apparat critique de B. Jansen, signale uniquement une omission dans le cod. Borgh. 358, mais la même phrase est également absente du Borgh. 322, f. 124ra. La table des matières lors de l’édition de la Summa signale la supériorité des nouvelles questions sur les anciennes. Cf. t. 1, p. 6* : « Haec tamen clarius et sanius pertractantur in tribus primis quaestionibus de actibus potentiarum animae infrascriptis », à propos d’un argument de la q. II, 54, renvoyant aux questions 72-74.

77 II Summa, q. 74, t. 3, p. 128-129. Le passage est présent dans le cod. Borgh. 173, f. 20ra, dans un manuscrit utilisé par les censeurs.

78 Epistola ad fratrem R., art. 4.

79 Impugnatio : « Sciendum tamen quod, sicut in compilatione logicalium plenius expressi, predicta positio respectu quantitatis continue est intelligendam secundum illam suppositionem » ; II Summa, q. 73, t. 3, p. 65 : « Ad hoc igitur sciendum quod ‘esse in’ sumitur aequivoce multis modis, sicut alibi, etiam in logicalibus, est ostensum ».

80 Anneliese Maier, Metaphysische Hintergründe der spätscholastischen Natur-philosophie, Roma, Storia e Letteratura, 1955, p. 166. Stephen F. Brown, « Petrus Ioannis Olivi, Quaestiones logicales : critical text », Traditio, 42, 1986, p. 337-388.

81 Quaestiones logicales, p. 388 : « Quomodo autem secundum varia genera criminum semper fallacie aliquae fiant initium peccato, suo tempore poterit pertractari, et nunc sufficiat meminisse. »

82 Summa II, q. I, 2, ad 11, t. 3, p. 487 : « Cognitio autem signi praecedit cognitionem existentiae significati in hoc vel in illo, sicut in tractatus de signis habet ostendi » ; Ibid., ad 25, p. 496 : « Quod autem dicitur quod ad solam mutationem rei oratio mutatur de veritate in falsitatem et e contrario, non est intelligendum quod hoc fiat per hoc quod orationi aliquid adveniat formaliter et depereat […] Quod quomodo habeat fieri in tractatus de relationibus habet tangi ».

83 Summa II, q. 14, ad 6, t. 1, 269 : « Quod autem hic dictum est quod terminus post dictionem exclusivam possit habere personalem suppositionem : qua ex causa et qua intentione ab eis sit dictum alibi habet discuti et recitari. »

84 Quaestiones logicales, p. 383 : « Ecce frater Germanus duodeviginti quaestiunculas ad tuam instantiam more logicali et tamquam memoralia quaedam contra nostrum morem tibi scripsi […] volo te advertere quomodo etiam ipsis logicalibus et puerilibus rudimentis est impressum vestigium Creatoris …». Cf. Stephen F. Brown, « Aristotle’s Organon viewed as a Treatise on Trinity », Manuscripta, 25, 1981, p. 23-34.

85 G. Fusseneger, « Definitiones capituli generalis Argentineæ (1282) », AFH, 26, 1933, p. 137 : « Mandat generale capitulum omnibus ministris, quod significent generali ministro si quos habent in suis provinciis non sanas opiniones pertinaciter defendentes, opiniones ipsorum cum rationibus similiter intimantes. »

86 S. Piron, « Censures et condamnation », p. 321, pour la référence à ce document perdu. Sur le fond, voir David Burr, Olivi and Franciscan Poverty. The origins of the usus pauper controversy, University of Pennsylvania Press. 1989

87 Quodlibeta, [Venezia, Lazzaro Soardi, 1505], f. 42ra-554rb. Dans le corps du texte, Olivi mentionne les soutiens (consentaneis) de Gaillard, sans doute ses assistants, actifs dans d’autres écoles de la région. Il ne serait pas absurde d’envisager que Jean Lafont (Johannes de Fonte), auteur de compilations scolaires à succès dans les années 1286-1305, qui défendit des positions identiques à Gaillard et fut un adversaire des disciples d’Olivi, ait déjà été l’un de ces enseignants.

88 Il fut élevé à la dignité de maître, à la demande de Philippe le Bel, lors du chapitre général de 1292 tenu à Paris. Sa présence n’est pas attestée dans le Midi entre 1282 et 1286, ce qui peut correspondre à un séjour parisien en tant que bachelier, à la suite immédiate d’Arnaud Gaillard. Il faut donc accepter l’attribution explicite du cod. Paris, BNF, NAL 774.

89 Voir par exemple la tournure « sed illud credo quod non habetis » à propos de l’Impugnatio, qui suggère a contrario que Raymond disposait d’autres textes d’Olivi.

90 Comme je l’ai montré, les annotations critiques qu’il comporte sont dues à Bonagrazia de Bergame qui avait obtenu ce codex conservé à Montpellier du ministre provincial Gérard Valette en 1311, cf. S. Piron, « Censures et condamnation », p. 346.

91 Lectura super Iohannem, Firenze, BML, Santa Croce, Plut. X dext. 8, fol. 67va : « De hiis autem in tractatu de sacramentis plenius habet tangi ».

92 Summa IV, q. 13, Vatican, BAV, Vat. lat. 4986, fol. 115r : « Contra autem istos errores multa dici possunt et multa sunt dicta […] sed quidam philosophantes ita non credunt […] horum autem error confutante alibi locum habet ».

93 Impugnatio, fol. 44rb : « Istud autem dictum, prout est Thome, plura principia erroris ad totam scientiam moralem se dilatantia continet, quam ego hoc expresserim, quia alibi habent locum » ; Ibid., f. 46va : « Si autem insipicetur subtilius principia et radices que Thomam et philosophantes ad hoc moverunt, plura apparerent inconvenientia, quae hic omitto suo loco dicenda. »

94 A. Montefusco, « Per l’edizione degli opuscula di Pierre de Jean Olivi : sul corpus e la cronologia », Oliviana 4, 2012 [En ligne] http://journals.openedition.org/oliviana/555

95 Victorin Doucet, « De operibus manuscriptis fr. Petri Ioannis Olivi in bibliotheca universitatis Patavinae asservatis», AFH, 28, 1935, p. 173-181, 415-423.

96 Valens Heynck, « Zur Datierung der Sentenzkommentar des Petrus Johannis Olivi und des Petrus de Trabibus », Franziskanische Studien, 38, 1956, p. 371-398 ; S. Piron, « Le poète et le théologien. Une rencontre dans le studium de Santa Croce », Picenum Seraphicum, 19, 2000, p. 87-134.

97 Commentarium super quartum Sententiarum, Padova, Bibl. Univ. 2094, fol. 188v-189r : « An confessus alteri quam proprio sacerdoti habenti a papam licentiam audiendi confessiones, sicut habent fratres minores per privilegium domini Martini pape, teneatur confiteri eadem peccata proprio sacerdoti ». Voir V. Doucet, «De operibus», p. 417-418 : « iamdiu fuit et est in presenti controversia magna inter quosdam clericos seculares et quosdam religioses habentes privilegium supradictum ». Cf. Roberto Lambertini, « La diffesa dell’Ordine francescano di fronte alle critiche dei Secolari in Olivi » dans A. Boureau, S. Piron, Pierre de Jean Olivi (1248-1298), p. 193-206.

98 S. Piron, « Les premières leçons d’Olivi sur les restitutions », Oliviana, 4, 2012 [En ligne] URL : http://journals.openedition.org/oliviana/527

99 Marco Bartoli, La Caduta di Gerusalemme. Il commento al Libro delle Lamentazioni di Pietro di Giovanni Olivi, Rome, ISIME, 1991, p. xlv-xlviii. Le deuxième argument avancé en faveur de cette datation, à savoir la présence à Florence de deux des trois manuscrits utilisés par cette édition (le troisième provenant de Padoue), tombe de lui même si l’on y ajoute deux autres codices conservés à Paris et Séville (Paris, BN lat. 1750, f 59r-71v ; Sevilla, Bibl. Colombina, 7-6-25, f. 26r-40v). La mention d’un terme vulgaire, « Unde hic proprie stat pro transitu mortis quem nos vulgariter vocamus ‘transpassare’ unde et cum de aliquo dicimus quod ‘transpassatus est’, intendimus quod mortuus est », p. 63, n'apporte guère de précision, puisque des verbes de cette famille sont employés par différentes langues romanes (traspassare en italien, traspassar en occitan), mais le choix de latiniser ce sens vulgaire pourrait suggérer qu'Olivi s'adressait ainsi à un public italien.

100 Ibid., p. 2-4.

101 David Flood, Peter Olivi's Rule Commentary, edition and presentation, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, 1972, p. 69.

102 S. Piron, « Franciscan Quodlibeta in Southern Studia and at Paris (1280-1300) », in Chris Schabel (dir.), Theological Quodlibeta in the Middle Ages. The Thirteenth Century, Leiden, Brill, 2006, p. 403-438.

103 M.-H. Jullien de Pommerol et J. Monfrin, La Bibliothèque pontificale à Avignon et à Peñiscola pendant le grand schisme d'Occident et sa dispersion. Inventaires et concordances, Ecole Française de Rome, 1991, t. 1, 296, n° 149 : un manuscrit présent dans la bibliothèque des papes d’Avignon contenait des : « tabulas fratri Petri in operibus suis » ou « tabula super misteriis eiusdem in omnibus operibus suis ».

104 Quodlibeta, L. Soardi, Venise [1505], fol. 63r-v.

105 Quodlibeta quinque, éd. S. Defraia, Grottaferrata, Coll. S. Bonaventurae, 2002, p. 268 : « Nam si quis dicat ‘hoc lego B. episcopus Narbonensis’, est ac si diceret ‘lego hoc B. si est episcopus Narbonensis’ ».

106 Quodlibeta quinque, p. 99 : «… cuius ratio in generalibus rationibus legalium habet tradi. »

107 Traité des contrats, éd. S. Piron, Paris, Belles-Lettres, 2012, p. 35-37.

108 Traité des contrats, p. 38.

109 S. Piron, « Autour d’un autographe (Borgh. 85, fol. 1-11) », Oliviana, 2, 2006 [En ligne] http://journals.openedition.org/oliviana/40

110 Vincenzo Mauro, « La disputata de anima tra Vitale du Four e Pietro di Giovanni Olivi », Studi Medievali, 38, 1997, p. 89–139.

111 Pietro Maranesi, « Il IV libro della Summa Quaestionum di Pietro di Giovanni Olivi un’ipotesi di soluzione », AFH, 95, 2002, p. 53-92.

112 Livarius Oliger, « Petri Iohannis Olivi de renuntiatione papae Coelestini V: quaestio et epistola », Archivum franciscanum historicum, 11, 1918, p. 309-372

113 Lectura super Apocalypsim, p. 147: « in prima parte Summe, questione ‘an Deus possit velle minuere karitatem alicuius’ », à propos d’une question perdue.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Relations entre les écrits des années 1279-82
URL http://journals.openedition.org/oliviana/docannexe/image/1050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Piron, « Chronologie des écrits de Pierre de Jean Olivi », Oliviana [En ligne], 6 | 2020, mis en ligne le 29 février 2020, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/oliviana/1050

Haut de page

Auteur

Sylvain Piron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Oliviana

Haut de page
  • Logo CRH
  • OpenEdition Journals