Navigation – Plan du site
Angelo Clareno et son monde

Une lettre inédite d’Angelo Clareno à Simone Fidati da Cascia

Epistola Angeli pauperis ad fratrem Symonem de Cassia
Armelle Le Huërou

Résumé

L’absence de lettre adressée à Simone Fidati da Cascia dans les deux collections de lettres connues d’Angelo Clareno permettait de penser qu’elles devaient être partielles. L’Epistola Angeli pauperis ad fratrem Symonem de Cassia transmise par un manuscrit provenant de la chartreuse de Dolany aujourd’hui conservé à Olomouc (Olomouc, Vědecká knihovna, M I 349, f. 71r-73r) le confirme définitivement. Tout en essayant d’en saisir les circonstances de composition, le présent article propose une première édition de cette lettre inédite.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir en premier lieu la lettre qu’il adressa à son disciple et secrétaire Giovanni da Salerno : Sim (...)
  • 2 Les deux collections de lettres, qui ne se recoupent pas, mais proviennent d’une même tradition par (...)
  • 3 La mise au jour du manuscrit est moins récente qu’elle n’en a l’air : Robert Lerner avait attiré l’ (...)
  • 4 Voir Ronald G. Musto, « Angelo Clareno’s Preparantia Christi Jesu habitationem », Archivum francisc (...)
  • 5 Les références renvoient à l’édition du texte proposée ci-après. Epistola Angeli pauperis, 1 : « cr (...)
  • 6 Cf. par exemple, Von Auw, Angeli Clareni … Epistole, p. lxxxv-lxxxvi ; Gian Luca Potestà, Angelo Cl (...)
  • 7 Epistola Angeli pauperis, 12 et n. ad loc.
  • 8 Epistola Angeli pauperis, 10 et n. ad loc.

1Étant donné le rôle majeur que tient l’augustin Simone Fidati da Cascia dans le recueil posthume des lettres d’Angelo Clareno1, son absence parmi les destinataires identifiés de celles qui nous sont parvenues a étonné. Ce silence a également permis de soupçonner que les deux collections de lettres connues devaient être partielles2. Confirmation en est donnée avec la mise au jour d’un recueil manuscrit de textes ascético-théologiques du XVe siècle aujourd’hui conservé à la bibliothèque scientifique d’Olomouc (Olomouc, Vědecká knihovna v Olomouci, M I 349 ; dorénavant O)3. On y trouve un document que sa rubrique présente comme une Epistola Angeli pauperis ad fratrem Symonem de Cassia (ff. 71r-73r) immédiatement suivi d’un témoin du Preparantia (ff. 73r-75r), un bref traité ascétique composé par Angelo Clareno4. La présence de ce traité, dont l’attribution n’est pas à démontrer, introduit par une rubrique qui étend la fonction d’auteur du précédent document à celui-ci (Verba eiusdem) suggère fortement que le « pauvre Angelo » qui a rédigé la lettre doit être Clareno. Une première lecture permet de l’établir de manière définitive, tant le texte est structuré par un lexique et une terminologie qui lui sont propres, des échos thématiques et formels à certains de ses autres écrits apportant des indications supplémentaires. Pour se limiter aux éléments lexicaux les plus évidents, il suffit de signaler qu’on trouve en une page et demie deux occurrences de l’adjectif cruciformis (dont l’une dès la deuxième ligne du texte) et une de l’adverbe cruciformiter5, termes récurrents sous la plume de Clareno6 ; qu’apparaît un peu plus loin la périphrase chère à Clareno Pater misericordiarum et luminum pour évoquer Dieu7 ou le syntagme odium evangelicum, dont il a presque le monopole de l’emploi8.

Circonstances et modalités de composition

  • 9 Epistola Angeli pauperis, 14 : « Scripsi, obediens tibi sicut Dominus dedit, in die sancti Iohannis (...)
  • 10 Epistola Angeli pauperis, 14 : « Scripsi […] ut spiritum leticie […] induas, et meroris et tristici (...)
  • 11 Epistola Angeli pauperis, 1-2 : « […] legere et verbum Dei annuncciare non putes ociosum. Qui enim (...)
  • 12 L’idée qu’il faille se résigner à composer avec ce qui a été octroyé par Dieu est fréquemment expri (...)

2Une lecture attentive permet d’entrevoir les circonstances de composition de la lettre. Certaines se déduisent des déclarations de Clareno à son correspondant. On sait ainsi qu’elle a été écrite à la demande de ce dernier, lors de la Saint-Jean-l’Evangéliste9. Il doit s’agir d’un 27 décembre, plus certainement que du 6 mai, date où l’on célèbre le martyre de l’Évangéliste Porte latine, car cette fête est alors le plus souvent désignée avec l’adjonction de ce toponyme (dies sancti Iohannis ante Portam latinam). Simone semble alors se trouver en proie à la tristesse, au dégoût et à l’amertume10. Il s’interroge sur la nécessité pour lui de « lire et prêcher la parole de Dieu », puisqu’Angelo commence par lui enjoindre de ne pas considérer ces actes comme de vaines occupations11. Le vieux spirituel conclut en affirmant qu’en empruntant « les chemins et les enseignements de la vie Christ » et en y « entraînant par les œuvres et les paroles » ceux qui l’écoutent, son correspondant augustin n’aura pas méprisé son talent sur terre12, mais en « serviteur fidèle en peu de choses » de la parabole, il gagnera de s’en voir confier beaucoup « dans la gloire » :

  • 13 Epistola Angeli pauperis, 15.

(…) in certissimis Christi vite semitis et doctrinis ubique in finem dirigatur gressus tuus, et per ipsam te audientes trahas operibus et sermone, ut cum multorum salute ad regem glorie Christum cum fiducia et plena confidencia revertaris supra multa constituendus in gloria, quia in paucis extiteris fidelis (Mt. 25, 21 ; 23) in via. Ita fiat. Amen13.

  • 14 Giovanni da Salerno, Tractatus de vita et moribus fratris Simonis de Cassia. Le texte en est édité (...)
  • 15 Ainsi dans une lettre datée de 1345, c’est-à-dire trois avant sa mort, il écrivait : « Utinam non t (...)
  • 16 Sur Gentile da Foligno, destinataire de plusieurs lettres d’Angelo Clareno et auteur du volgarizzam (...)
  • 17 Pour un examen plus détaillé de cet épisode, voir ci-dessous, Xavier Biron-Ouellet, « Angelo Claren (...)
  • 18 Il faut sans doute rapprocher le participe passé immissus de l’emploi, relativement fréquent chez C (...)

3La correspondance de Simone et, dans une moindre mesure, sa Vita, composée par son disciple et secrétaire Giovanni da Salerno14, laissent entendre que l’augustin a traversé des périodes de désarroi sinon de dégoût face aux exigences de la tâche de prédicateur qui lui incombait, écartelé qu’il était entre son aspiration à une vie érémitique et son devoir d’obéissance15. Une lettre adressée depuis Subiaco par Clareno à l’augustin Gentile da Foligno16 en date du 27 mai 1332 fait état d’un de ces épisodes, auquel les ultimes lignes de la lettre d’Olomouc pourraient directement renvoyer17. Le Spirituel y déplore l’impossibilité de convaincre un frère Simone rebuté par la foule dévote qu’il attire et désireux de se consacrer à la vie solitaire de « consentir à user humblement de la grâce qui lui a été donnée pour son salut et celui du prochain » et affirme s’être employé, « par certaines voies de la caritas », à le détourner de son projet érémitique « presque irrévocablement arrêté » qu’il disqualifie en l’assimilant à « l’assaut d’une ferveur qui lui est suggérée » (impetus immissi fervoris)18 dont il doit se méfier :

  • 19 Clareno, Lettre 45, l. 3-16, p. 230.

Frater Simon ad tantam devenit displicentiam de concursu personarum et devotione ad eum quod nullatenus potest ei suggereri quod data sibi gratia ad suam et proximorum salutem cum humilitate secundum discrete caritatis regulam uti consentiat. Sed peregrinationis et singularis abiectionis cuiusdam vere paucorum ardet desiderio aut desolate penitus conversationis concupiscit solitariam vitam (…). Laboravi autem quibusdam caritatis viis ipsum in suo proposito irrevocabiliter fere firmato retinere ad tempus, si quomodo ipsum inclinare finaliter, Deo operante, valerem ut ad desolationis et consolationis multorum considerationem animum converteret et impetum immissi fervoris suspectum haberet19.

  • 20 Sur l’inaptitude du français contemporain à traduire la pietas médiévale, voir Bruno Bon, Anita Gue (...)
  • 21 Epistola Angeli pauperis…, 7-8.

4La lettre conservée dans le codex d’Olomouc, qui s’achève sur l’évocation des « chemins et enseignements très sûrs de la vie du Christ » (in certissimis Christi vite semitis et doctrinis) que Clareno souhaite à son destinataire de suivre, paraît précisément représenter une des « voies de la caritas ». Elle s’attarde longuement et à plusieurs reprises à la définir. Prenant appui sur la deuxième épître de Paul aux Corinthiens (2Cor 12, 4), Clareno affirme ainsi qu’elle « est vraiment le paradis de Dieu », car « qui est introduit en elle entend des paroles secrètes, paroles qu’il n’est pas permis à un homme vivant animalement et charnellement d’exprimer ». C’est aussi « la source, la racine et la mère de la pietas20, de l’humilité et de la vraie pauvreté, qui ne cherche pas son intérêt (1Cor 13, 4-5) mais celui du Christ, et qui regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance, qui est dans le Christ Jésus, et les considère comme ordures (Ph 3, 8) »21. Si la lettre est bien un des chemins empruntés par Clareno pour inciter Simone Fidati à renoncer à son projet afin de prendre en considération le sort spirituel d’autrui, il faudrait en situer la composition à Subiaco le 27 décembre 1331 – ou le 6 mai 1332.

  • 22 Voir Potestà, Angelo Clareno. Dai poveri eremiti ai fraticelli, p. 55-93.
  • 23 Epistola Angeli pauperis…, 5.
  • 24 Ibid., 11.
  • 25 Ibid., 10.
  • 26 Ibid., 12.
  • 27 Ibid., 13.
  • 28 Clareno, Lettre 12, p. 57, l. 20-24 : « (…) ieiunium, abstinentia, vigilia, oratio, silentium, medi (...)
  • 29 Epistola Angeli pauperis…, 13.
  • 30 Giovanni dalle Celle, Lettre 23 ai Gesuati in Giovanni dalle Celle - Luigi Marsili, Lettere, a cu (...)
  • 31 Potestà, Angelo Clareno. Dai poveri eremiti ai fraticelli, p. 75.
  • 32 Ibid., p. 88 : « Hinc utile et necessarium dona spiritualia que non sunt proprie saluti necessaria (...)
  • 33 Epistola Angeli pauperis…, 15.
  • 34 Ibid., 12.
  • 35 Preparantia, p. 88 : « pacificum et inconturbatum cor possidere in tribulatione et temptatione, et (...)

5Revenons à son contenu, où se déploie la théologie christocentrique de Clareno et l’enseignement délivré au fil de sa correspondance22. Tout en se présentant comme une réponse à des questions soumises par Fidati à un moment délicat pour lui, la lettre s’attache à expliquer comment devenir un authentique cultor Dei. Elle expose notamment comment les exercices spirituels et corporels de dévotion (pietatis cultus exercitia), « qui, par la vertu de la passion du Christ et par la grâce, sanctifient les sens et les sentiments (affectus) »23, permettent à « ceux qui vivent pour la caritas et la volonté du Christ de sentir et de savoir qu’être configuré et assimilé corporellement et spirituellement au Christ (…) est la fin de l’accomplissement de toute vertu et de la plénitude de la grâce »24. La caritas du Christ, cet « amour parfait », « enflamme les esprits et les sentiments (affectus) d’une haine évangélique (odium ewangelicum) et les arme de vertus pour qu’ils tuent en eux-mêmes tout amour mondain et charnel et, fortifiés, échappent au Tartare de l’amour de la complaisance de sa volonté propre »25. Aussi se doivent-ils de rendre grâce des « calamités, malheurs, maladies, persécutions, outrages, tourments et angoisses de cet exil » qui leur permettent de « partager les passions du Christ et des saints et de devenir des habitacles purs » de l’Esprit saint26. Ainsi, en se conformant « aux vertus et aux sentiments (affectus) de l’âme du Christ »27, ou, comme Clareno le dit dans une autre lettre, en reproduisant les « œuvres de pénitence de l’évangile du Christ que le Seigneur et maître fit et enseigna »28, ils deviennent cultores et adoratores et laudatores29 du vrai Dieu. Le Preparantia, comme le résume Giovanni dalle Celle en tête du volgarizzamento qu’il en propose, recense les « exercices du corps et de l’âme » à même de permettre de « préparer en [soi] l’habitation où puisse habiter Christ »30. Le traité est donc en parfaite résonnance avec la lettre qu’il suit dans le manuscrit d’Olomouc. Cette véritable synthèse de l’enseignement clarénien, qui « offre l’exposition la plus organique et minutieuse » du parcours à accomplir pour parvenir à cette inhabitatio Dei31, se conclut sur la nécessité et l’utilité « de pas réclamer au Seigneur des dons spirituels » non indispensables à son salut, mais plutôt « de comprendre qu’est nécessaire le désir de tribulation spirituelle et corporelle » : le seul « don substantiel et nécessaire à notre salut » à demander est donc la permanence de la patience, de l’humilité et du discernement32. Si l’on se souvient que la lettre se conclut sur le souhait que Simone exploite son talent33 et qu’elle insiste sur le devoir de rendre grâces « au Père des lumières et des miséricordes » des tribulations qui nous affectent34, il y a tout lieu de lire le Preparantia, qui prescrit aussi de « posséder un cœur en paix et imperturbable dans la tribulation et la tentation, et accepter avec une action de grâces tout ce qui survient comme offert et dispensé par la main de Dieu »35, comme un memorandum complémentaire de la lettre. Du reste, la conclusion de cette dernière peut tout aussi bien fonctionner comme une introduction au texte qui la suit dans O. Cette articulation peut suggérer un lien plus étroit entre les deux documents. On sait que les traités de Clareno ont habituellement été diffusés au sein de lettres (y compris ses Chroniques ou son Expositio Regulae). Il pourrait donc y avoir de bonnes raisons de penser que le Preparantia a été initialement conçu pour être adressé comme un encouragement à Simone Fidati.

Le codex d’Olomouc

6Le codex d’Olomouc, dont la reproduction numérique intégrale est consultable en ligne36, est un recueil en papier de 95 ff. (dont le dernier est vierge) au format d’un livre de poche (155 mm x 105 mm) majoritairement copié par une seule main dans la première moitié du XVe siècle, sans doute à la chartreuse Notre-Dame-de-la-vallée-de-Josaphat de Dolany dont il provient37. À partir du f. 37, en plus de l’actuelle numérotation, subsiste une première foliotation : les ff. 37-57 sont également numérotés 1-21 ; les ff. 58-94, 1-37. Le manuscrit renferme une vingtaine de textes ascético-théologiques et prières répandus, même si les versions de certains d’entre eux sont parfois moins ordinaires qu’il n’y paraît au premier abord :

  • 38 Voir Migne, Patrologia Latina (dorénavant PL), 40, col. 909–936, où le texte est édité comme une pa (...)

n° 1, 1r-35v: Jean de Fécamp, Libellus de scripturis et verbis Patrum38.

7Rubrique : Incipit libellus supputacionum sancti Augustini episcopi de divinis scripturis collectus ad eorum utilitatem qui contemplative vite sunt amatores. Psalmus (Ps 66,2) : Deus misereatur nostri. Iste psalmus in primis dicendus est ubi de Trinitate et unitate satis expresse locutus est Propheta ; quo finito, additur hoc. Inc. : Summa trinitas, virtus una, et indiscreta maiestas … Des. : Misereris mei, Domine, misereris mei, et adiuva me sicut nosti quod michi necesse est in corpore et in anima, misereris omnibus, qui fecisti omnia. Amen.

  • 39 Pour le texte de cette prière mariale très répandue dans l’espace germanique, voir Joseph Klapper, (...)

n° 2, f. 35v-36r : Prière mariale Memento, obsecro, dulcis mater39.

8Rubrique : Oracio bona de beata Maria. Inc. : Memento, obsecro, dulcis mater et domina, illius venerande stationis, qua tuo tam dilecto filio astitisti pendenti in cruce … Des. : qui amore mei nudus et dilaceratus pependit ante te Iesus Christus, Dominus noster, qui est benedictus in secula seculorum. Amen.

9fin 36r/36v = vierge

  • 40 Voir PL 184, 953D-966A.

n° 3, f. 37r-50r : Eckbert de Schönau, Stimulus dilectionis40.

10Rubrique : Incipit stimulus dileccionis beati Bernhardi abbatis. Sequitur Iesum Nazareum et deinde sequitur. Inc. : Iesum Nazareum a Iudeis innocenter condempnatum, a gentibus crucifixum, nos Christiani divinis honoremus obsequiis. Des. : Sit tibi, inclite Iesu, cum Deo patre et spiritu sancto et individue Trinitati gloria et graciarum accio, honor et imperium in secula seculorum. Amen. 

11fin du f. 50r : vierge

  • 41 Prières inédites et qui semblent propres à ce codex.

n° 4, f. 50v-51v : Prières à S. Apollinaire, disposées sur double colonne41.

12Rubrique : De sancto Appolinarz (sic) oracio bona. Inc. : Martir magne victorie / Pontifexque egregie / Signis multis illustrate / Appolinaris beate … Des. Sic ut simus adunati / Ut post mortem coronati / Tuum, sancte(?), per iuvamen / Gaudiis fruamur. Amen.

1351v : Inc. : Beate Appolinaris, Iesu ardens amore, qui in nullo superabaris … donis ornemur. Amen. V(ersus) : Choris iuncte celestibus, Apollinaris bone… maxime in agone. Oratio : Oremus, omnipotens Deus ut beati Appolinaris martiris tui atque pontificis meritis et precibus … Des. : in celestia patria collocemur per Dominum.

  • 42 Voir Bloomfield, Incipits of Latin Works on the Virtues and Vices 1100–1500 A.D, Cambridge/Mass., 1 (...)

n° 5, f. 52r-v : Ps-Bernard de Clairvaux, De perfectione vitae sive De regimine vitae42.

14Rubrique : Beati Augustini erudicio de perfectione hominis. Pulcrum. Inc. : Si vis perfectus esse, hec regulariter teneas. Semper habeas pre oculis tuis mala tua et bona aliorum, non videas bona tua nec mala aliorum … Expl. : Ista ergo predicta corde reserva et reservata opere facito et omnia tibi venient cum habundancia. Amen.

  • 43 Ce texte semble propre à ce codex.

n° 6, f. 52v-53v : XXII articles de foi43.

15Rubrique : Isti sunt XXII articuli fidei nostre, sine quibus homo salvari non potest. Inc. Primus est unum verum et eternum esse Deum. Secundus est Deum esse omnipotentem… Des. In hiis articulis continetur expressum quitquid credi oportet et omnis prelati sancte matris Ecclesie et sacerdotes et clerici tenentur scire hos articulos explicite omnes, ut alii christiani tenentur scire implicite sive simpliciter.

  • 44 Voir Sancti Bonaventurae Opera omnia..., éd. A.C. Peltier, 1866, t. 8, p. 200-202 ou Alberti Magni (...)

n° 7, f. 53v-58r : Hugues Ripelin de Strasbourg, Compendium theologicae veritatis, V, 70 « De consiliis evangelicis »44. (Le texte suit immédiatement ce qui précède, sans rubrique, comme s’il en était une partie. Seul l’emploi d’une initiale rouge pour Consilia permet de l’en distinguer.)

16Inc. Consilia que Christus adiecit preceptis hec sunt. Primum est paupertatis que consistit in abdicatione proprietatis. Des. : Quoniam si quis ex deliberatione contrarium faceret, mortaliter peccaret.

  • 45 Voir Hugues de Saint-Victor, Six opuscules spirituels, éd. et trad. R. Baron, SC 155, Paris 1969, p (...)

n° 8, f. 58r-64r : Hugues de Saint-Victor, De quinque septenis45.

17Rubrique : Incipit tractatus magistri Hugonis de quinque septenis quomodo sibi coaptentur. Inc. : Quinque septena, frater, in sacra scriptura inveni… Des. : Accipe munusculum de V septenis quod postulasti, et cum illud respexeris, memento mei.

  • 46 Voir PL 183, col. 661A-665B.

n° 9, f. 64v-69v : Bernard de Clairvaux, Sermones de diversis, 42, « De quinque negotiationibus et quinque regionibus »46.

18Rubrique : Bernhardus de quinque regionibus. Inc. : Negociamini dum venio (Lc 19,13). Verbum Patris, unigenitus Dei, sol iusticie … Des. : et audire merearis : Intra in gaudium Domini tui (Mt 25,21 ;23), sponsi Ecclesie.

  • 47 Voir PL 40, 882-883.

n° 10, f. 69v-71r : Pseudo-Augustin, Soliloquia animae ad Deum, cap. XXII47.

19Rubrique : Augustinus in soliloquiis. Inc. : Hec sunt beneficia tua magna, domine Deus, sanctificator tuorum sanctorum... Des. : … pro qua, tibi, Domine, militamus continue ; pro qua mortificamur tota die, ut in tua vita vivamus.

n° 11, f. 71r-73r : Angelo Clareno, Epistola ad Simone Fidati da Cascia.

20Rubrique : Epistola Angeli pauperis ad fratrem Symonem de Cassia. Inc. : Pietatis cultus cum omnibus (sic) devotis et desideriis ardentibus… Des. : … quia in paucis extiteris fidelis in via. Ita fiunt. Amen.

  • 48 Voir Preparantia, et en dernier lieu Le Huërou, « La transmission ».

n° 12, f. 73r-75r : Angelo Clareno, Preparantia48.

21Rubrique : Verba eiusdem. Inc. : Preparantia vero Christi Iesu habitationem et mansionem … Des. : ipsius spiritum consumacio, cui sit simul cum patre gloria et honor et eterna laudacio. Amen.

  • 49 Voir U. Chevalier, Repertorium Hymnologicum (Louvain, 1892-1912), n° 21899 ; G. G. Meerseman, Der H (...)

n° 13, f. 75r-76v : Philippe de Grève, Les sept joies de la Vierge Marie49.

22Rubrique : Incipiunt VII gaudia beate Virginis ; A(ve) M(aria) g(ratia) p(lena), D(ominus) t(ecum). Inc. : Virgo templum Trinitatis / Summe decus bonitatis / Et misericordie … Des. : Ut nos serves a peccatis / Et perducas cum beatis / Ad regna celestia. Amen.

  • 50 Voir ibid., p. 207, n°13.

n° 14, f. 76v : une brève oraison50.

23Oracio : Inc. : Deus, qui beatissimam virginem Mariam multiplici gaudio letificasti... Des. : in celis eius meritis et intercessione valeamus pervenire, per Christum Deum. Amen ?

n° 15, f. 76v-82r : Anthologie d’extraits d’Augustin, Grégoire, Ambroise, Bernard de Clairvaux ou à eux attribués.

  • 51 Horace, Epistulae I, 16, v. 52.

24Rubrique : Augustinus. Inc. : Asper sermo, brevis et rigidus cum mulieribus est habendus … Des. : Item poeta : « Oderunt peccare boni, virtutis amore »51.

n° 16, f. 82v-88r : Ps.-Bernard de Clairvaux, Formula honeste vite.

25Rubrique : Incipit tractatus beati Bernhardi abbatis de formula honeste vite. Inc. : Petis a me, mi frater carissime, quod numquam et nusquam a suo provisore audivi aliquem petivisse… Des. : nam quem flagello non emendat in futuro dampnat.

Sous ce titre sont en réalité copiés comme un tout :

  • 52 Voir PL 184, 1167C-1170C.

261) 82v-86r : Ps.-Bernard de Clairvaux, Formula honeste vite, cap. 1-1052. Inc. : Petis a me, mi frater carissime, quod numquam et nusquam a suo provisore audivi aliquem petivisse … Des. : … te amare memento.

  • 53 Voir PL 207, col. 1125D-1128A

272) 86r-87v : Ps.-Pierre de Blois, Epistola de silentio servando53. Inc. : Silentium diligas etiam cum tibi licet loqui. Magis elige silire (sic) si vis pacem habere ... Des. : Stude omnia opera tua coram deo facere et ad eum referre.

  • 54 Voir PL 184, col. 385A-B.

283) 87v : Guillaume de Saint-Thierry, De natura et dignitate amoris, bref extrait du cap. 3, §854. Inc. : Novicius vero diligenter studeat cordis habere puritatem … Des. : nunquam impediat boni operis dictam.

  • 55 Voir PL 184, col. 495C-496A + 497B-D.

294) 87v-88v : Ps-Bernard, Meditationes pissime de cognitione humane conditionis, cap. 6, montage d’un large extrait du § 16 (Inc. : Cum ad orandum sive psallendum ecclesiam intraveris… Des. : procurantibus atque quiescentibus presunt.) immédiatement suivi d’un large extrait du §19 (inc. : Mens namque sapientis semper est aput Deum…Des. : nam quem flagello non emendat in futuro dampnat.)55.

  • 56 Voir PL 131, col. 142B-D.

n° 17, f. 88v-89r (31v-32r) : Ps-Augustin, Dicta, quot sint virtutes psalmorum56.

30Rubrique : Dicta beati Augustini episcopi, que sunt virtutes psalmorum. Inc. : Canticum psalmorum animas decorat, invitat angelos in adiutorium… Des. : et anima sua in celo mirificabitur.

  • 57 Voir La Règle de saint Benoît (éd. et trad. A de Voguë et J. Neufville), t. 1 (Sources Chrétiennes, (...)

n° 18, f. 89r-90v (31r-32v): Benoît de Nursie, Regula, cap. 457

31Rubrique : Ista sunt instrumenta bonorum operum secundum beatum Benedictum. Inc. : In primis diligite Deum ex toto corde…. Des. : et stabilitas in congregacione.

n° 19, f. 90v-94v : Trois prières.

  1. 90v-91r Inc. : Gratias ago tibi Domine qui me peccatorem indignum per tuam gratiam nullis meis meritis exigentibus… Des : … me foveat, protegat, confortet, defendat et ad vitam eternam perducat.

    • 58 Voir PL 17, col. 751B-754C.
    • 59 Voir PL 158, oratio 29, 921A-925A.

    91v-94r : Prière à dire avant la messe, attribuée à Ambroise58 ou à Anselme59. Inc. : Summe sacerdos et vere pontifex qui te obtulisti Deo patri hostiam puram et immaculatam. Des. : … ita ut nec esuriam nec sitiam in eternum, etc.

  2. 94r/v : Prière précédent la communion. [O]mnipotens et misericors Deus. Ecce accedo ad sacrosanctum corpus. Des. : … in Christum Dominum nostrum.

32À l’exception de la lettre de Clareno, seuls le texte consacré aux « vingt-deux articles de notre foi sans lesquels l’homme ne peut être sauvé » (6) et la brève section dévolue à saint Apollinaire (4) semblent présenter un caractère d’hapax. L’ensemble dédié à S. Apollinaire, qui s’ouvre par une longue oratio bona constituée de 132 octosyllabes à rimes plates, se poursuit par une brève prière suivie d’un verset et d’une ultime oratio, présente par ailleurs une disposition unique dans le recueil, puisqu’il est copié sur deux colonnes.

Principes d’édition

  • 60 Epistola Angeli pauperis…, 10 (deux dernières lignes du f. 72r) : « ut in se ipsis occidant » : il (...)
  • 61 Epistola Angeli pauperis…, 3 : deltabilium (delectabilium) ; 5 : ligue (lingue) ; 8 : caritate (car (...)
  • 62 Ibid., 5 : discipulis pro disciplinis.
  • 63 Ibid., 12 : eam pro ea.
  • 64 Ibid., 8 : (Caritas) est fons, radix et / et mater pietatis, humilitatis et vere paupertatis. Il s’ (...)
  • 65 Ibid., 13. (…) veri Dei cultores et adoratores et et / et laudatores efficimur. De même que la répé (...)

33Copiée d’un bloc entre le chapitre 22 des Soliloquia du pseudo-Augustin (10) et le Preparantia (12), la lettre, dont l’adresse, manquante, est résumée dans la rubrique qui la précède, semble pour le reste complète. Elle est dénuée de ponctuation mais régulièrement scandée par des majuscules qui permettent aisément de délimiter les propositions et de proposer une ponctuation moderne. Les abréviations utilisées sont usuelles et ont été développées classiquement. La graphie appelle elle aussi peu de remarques : habituelle substitution, ici quasi systématique, du c au t étymologique pour -ti- et -cti- (iusticia, operacio, accio …) ; emploi de -m- pour -mm- (consumare, flameus), de -y- pour -i- (Symon) ou inversement de -i- pour -y- (martir), de -w- pour -v- (ewangelista, ewangelicus), etc. La copie du texte est globalement soignée et correcte, en dépit de quelques ratures60 et erreurs, dont certaines se rectifient d’elles-mêmes : outre quatre omissions d’abréviation anodines61, on relève une confusion (due au copiste ou à son antigraphe) que le contexte permet de lever immédiatement62 et l’ajout inapproprié d’un tilde63. À ces petites erreurs, on peut ajouter la réplication d’un et au passage du f. 71v au 72r64, ainsi que sa triplication au passage du f. 72v au 73r, même si cette dernière est un peu plus déconcertante65.

34Hormis ces corrections, O a été suivi fidèlement. Un découpage en paragraphes et une numération ont été introduits pour faciliter la lecture et les références au texte ; les références scripturaires repérées ont été signalées en italiques dans le texte et identifiées en note

Le texte

35Epistola Angeli pauperis ad fratrem Symonem de Cassia

  • 66 Au vu de l’usus scribendi de Clareno, l’emploi d’omnibus dans la séquence « cum omnibus devotis et (...)
  • 67 Voir Mt. 6, 33 : « Quaerite ergo primum regnum Dei, et iustitiam eius : et haec omnia adiicientur v (...)
  • 68 Voir Iac. 5, 20 : « qui converti fecerit peccatorem ab errore viae suae, salvabit animam ejus a mor (...)

361. Pietatis cultus cum omnibus66 devotis et desideriis ardentibus et cruciformibus gratiarum accionibus, incessanter querere regnum Dei67, misericordie et pietatis opera ad cultum Dei maxime pertinent : unde legere et verbum Dei annuncciare non putes ociosum. 2. Qui enim converti fecerit peccatorem ab errore vie sue, salvat animam eius et operit multitudinem peccatorum68.

  • 69 Voir Clareno, Breviloquium, 2, in Mattioli, Il beato Simone Fidati da Cascia…, p. 478 : « Et quando (...)
  • 70 disciplinis conieci : discipulis O.
  • 71 Voir Mt. 5, 6 : « Beati qui esuriunt et sitiunt iustitiam : quoniam ipsi saturabuntur. »
  • 72 Voir Mt. 10, 22 ; 24, 13 : « qui autem perseveraverit usque in finem, hic salvus erit. »
  • 73 et : add. s. l. O.
  • 74 Voir 1Io. 3, 16 : « In hoc cognovimus caritatem Dei, quoniam ille animam suam pro nobis posuit : et (...)
  • 75 Sur l’importance de la formule caritas veritatis, équivalente à veritas caritatis, voir ibid., p. 5 (...)
  • 76 Voir 2Cor. 12, 4 : « quoniam raptus est in paradisum : et audivit arcana verba, quae non licet homi (...)
  • 77 Voir 1Cor. 13, 4-5 : « Caritas (…) non querit que sua sunt »
  • 78 Voir Ph. 3, 8 : « (…) existimo omnia detrimentum esse propter eminentem scientiam Iesu Christi Domi (...)
  • 79 Voir 2Thes. 2, 10 : « et in omni seductione iniquitatis iis qui pereunt : eo quod caritatem veritat (...)
  • 80 Voir 2Cor. 10, 5 : « et in captivitatem redigentes omnem intellectum in obsequium Christi ».
  • 81 Sur l’evangelicum odium, voir Potestà, Angelo Clareno. Dai poveri eremiti ai fraticelli, p. 84-87 ; (...)
  • 82 Voir Iac. 1, 17 : « a Patre luminum ». Sur la locution Pater misericordiarum et luminum, voir Potes (...)
  • 83 ea conieci : eam O.

373. Amor humane laudis et delectabilium secundum sensum et requies corporalis opposita sunt divino cultui, et animam virtutibus et gratia faciunt desolatam ; propriam autem vilitatem et culpam cognoscere et humiliter confiteri semper et ubique, et specialiter increpacionis et improperii tempore, humilis et pie mentis est operacio appropinquantis ad viam pacis et christiane iusticie cultum. 4. Sicut anima est corpore dignior, ita dignius et perfectius est pietatis et misericordie spiritualia exercicia corporalibus preferre, quando quis impeditur implere utraque simul69. 5. Ieiunium enim et abstinencia et castigacio carnis et lingue et sensuum exteriorum [71v] et interiorum custodia et mortificatio rationabiliter assumpta, cum vigiliis, orationibus, genuflexionibus, disciplinis70 et cruciformi manuum extensione ad Deum pietatis cultus sunt exercicia sanctificantia ex Christi passionis virtute et gratia sensus et affectus ; et ad igneam gratiarum accionem esurientes et sicientes humilitatis Christi iusticiam71 cum illuminacione intellectus et mentis elevacione in Deum ex omnibus cruciformiter introducunt. 6. Nam etiam ex inmensa et inextimabili et incomprehensibili Patris et Filii et Spiritus Sancti pietate et caritate in Christi Iesu cruce et morte consumata, revelata, exibita et proposita omnibus hominibus ad sanctitatis, virtutis et perfectionis exemplum imitandum et tenendum perseveranter usque in finem72, debitores sumus non nobis sed Christo vivere et ipsum solum querere et diligere, et pro proximis animas nostras ponere sicut et73 ipse pro nobis animam suam posuit74. 7. Qui ex caritate veritatis75 Christum et proximum diligit, solus novit eternorum bonorum semina que suscepit. Caritas enim vere est paradisus Dei, in quam quis introductus audit archana verba, verba que non licet homini animaliter et carnaliter viventi loqui76. 8. Nam et Lucifer propter defectum caritatis, que est fons, radix [72r] et mater pietatis, humilitatis et vere paupertatis et que non querit que sua sunt77 sed que Christi, et omnia propter eminentem scientiam, que est in Christo Iesu, detrimentum facit et ut stercora arbitratur78, de celo ruit cum omnibus sequacibus suis ; et Adam de paradiso eiectus est ; et mundus, quia caritatem veritatis non recepit79, operacionem mendacii et errores antichristi suscipiet et sequetur. 9. Reverencia et obediencia fidei, et captivare omnem intellectum in obsequium80 eius, et sensu et affectu et flameiis desideriis aspirare conformari et uniri Christo et ex ipso in ipsius caritatem tranformari est debitum et via et vita sanctificate a Christo vere religionis. 10. Perfectus enim amor non solum ab amarissima et immundissima mundi et principis eius servitute amicicia liberat, sed demenciam et seduccionem fallacem ligantem et inficientem sensualis amoris sub specie sanctitatis ut venenatam et tenebrosam et mortalem odit, persequitur et occidit ; et traducit potenter, quos vivificat, de inferno inferiori amoris laudis et complacencie hominum ; ewangelico odio81 mentes et affectus accendit et virtutibus armat, ut in seipsis occidant omnem mundanum et carnalem amorem, [72v] et muniti egrediantur de tartarea regione dilectionis complacencie proprie voluntatis. 11. Christi namque caritati et voluntati viventes Christo corporaliter et spiritualiter configurari et assimiliari, videlicet in sanctitate virginitatis et castitatis, in verbo veritatis, in nuditate paupertatis, in virtute humilitatis, in fortitudine paciencie et suffragio et desiderio martirii pro gloria Dei et salute proximi, in benignitate et caritate veritatis sentiunt et cognoscunt esse omnis consumacionis virtutis et plenitudinis gratie finem. 12. Hinc est quod super erumpnis, miseriis, infirmitatibus, persecucionibus, contumeliis, cruciatibus et pressuris huius exilii Patri misericordiarum et luminum82 gratias agunt, eo quod per ea83 tamquam filii pie erudiuntur et Christi et sanctorum passionibus comunicant et habitacula munda fiunt, ut iocundus Spiritus sanctus in ipsis maneat et requiescat. 13. Nam per conformitates ad virtutes et affectus anime Christi, mundiciam, obedienciam, pietatem, benignitatem, pacienciam, humilitatem, mansuetudinem, fortitudinem, ignitissimum et divinissimum zelum paterni honoris et laudis et glorie, veri Dei cultores et adoratores et [73r] laudatores efficimur, et de mundo et mortis principe victorie triumphum accipimus hereditatem cum sanctis. Amen.

  • 84 Voir 1Th. 5, 17 : « Sine intermissione orate. »
  • 85 Voir Mt. 25, 21 ; 23 : « Euge serve bone, et fidelis : quia super pauca fuisti fidelis, super multa (...)

3814. Scripsi, obediens tibi sicut Dominus dedit, in die sancti Iohannis evangeliste, ut ores pro me et te in Christo diligentibus recomendes, ut spiritum leticie, qui requievit in sancto Iohanne, induas, et meroris et tristicie et tedii et amaritudinis spiritum in Christi virtute a mente tua procul repellas ; 15. et sine intermissione, gaudio Christi plenus, orans84 et psallens, ex omnibus et in omnibus semper et ubique in nomine et virtute Christi caritatis gratias agens, in certissimis Christi vite semitis et doctrinis ubique in finem dirigatur gressus tuus, et per ipsam te audientes trahas operibus et sermone, ut cum multorum salute ad regem glorie Christum cum fiducia et plena confidencia revertaris supra multa constituendus in gloria, quia in paucis extiteris fidelis85 in via. Ita fiat. Amen.

Haut de page

Notes

1 Voir en premier lieu la lettre qu’il adressa à son disciple et secrétaire Giovanni da Salerno : Simone Fidati, Ep. 11, in Willigis Eckermann (éd.), Simonis Fidati de Cassia OESA L’Ordine della vita cristiana ; Tractatus de vita christiana ; Epistulae ; Laude ; Opuscula, Roma, 2006 (Corpus Scriptorum Augustinianorum, VII/8), p. 295, l. 44-49 : « (…) quia aliquarum epistularum et dictorum eius [Angeli Clareni] est memoria super terram, quas, ut potui, studui aggregare, tam aliis quam mihi directas, nolens ut eius memoria totaliter de saeculo deperiret, tuae benignitati transmitto, quatenus, cum tibi vacaverit non alio occupatus, paulatim scribas bona littera in carta edina aut pecorina volumen bonum et honorificum faciendo, cum intendam, si qua de ipso invenire potero ac procurare, sempiternae mandare memoriae. » Voir aussi A. Le Huërou, « La transmission manuscrite du Preparantia et les recueils des lettres d’Angelo Clareno et Simone Fidati da Cascia », Oliviana, 6, 2020 [en ligne] https://journals.openedition.org/oliviana/1076.

2 Les deux collections de lettres, qui ne se recoupent pas, mais proviennent d’une même tradition partielle, et peut-être tardive, de leur transmission, datent du XVe siècle. L’une, datable des années 1460-70, a été copiée en Toscane, vraisemblablement dans la région de Sienne, et est actuellement conservée à Florence (Firenze, Biblioteca Nazionale Centrale, Magl. XXXIX.75) ; elle a été éditée par Lydia von Auw, Angeli Clareni Opera. I. Epistole, Roma, 1980 (Fonti per la storia d’Italia, 103). C’est l’édition à laquelle se réfèrent dorénavant toutes les mentions des lettres de Clareno, sous la forme Clareno, Lettre x. L’autre, achevée de copier en 1457, est constituée du volgarizzamento de plusieurs lettres d’Angelo Clareno, dont une seule est ignorée de la précédente collection, et de deux lettres qui ne sont pas de lui. Elle a été éditée par Michele Curto, L’epistolario di Angelo Clareno nel Ms. 1942 della Biblioteca Oliveriana di Pesaro, Studia Oliveriana III s., 1-2, 2001-2002. Pour une synthèse sur les rapports entre les deux collections de lettres, voir Felice Accrocca, « L’epistolario di Angelo Clareno nel Ms. 1942 della Biblioteca Oliveriana di Pesaro », in Edith Pásztor (dir.), Temi e immagini del Medio Evo. Alla memoria di Raoul Manselli da un gruppo di allievi, Roma, 1996, p. 115-136 ; Id., « L’edizione delle Lettere di Angelo Clareno (Pesaro, Biblioteca Olivierana, ms. 1492) », Collectanea franciscana, 76, 2006, p. 581-590. Les deux contributions ont été reprises dans Id., Un ribelle tranquillo. Angelo Clareno e gli Spirituali francescani fra Due e Trecento, Assisi, 2009, p. 107-125 et p. 275-284.

3 La mise au jour du manuscrit est moins récente qu’elle n’en a l’air : Robert Lerner avait attiré l’attention de Gian Luca Potestà sur ce manuscrit il y a plus de vingt ans. Tous mes remerciements vont à ce dernier, qui avait alors commencé la transcription de la lettre et a eu la gentillesse de me communiquer son travail et la patience de répondre à mes questions pour la préparation de l’édition de la lettre.

4 Voir Ronald G. Musto, « Angelo Clareno’s Preparantia Christi Jesu habitationem », Archivum franciscanum historicum, 73, 1980, p. 69-89 (dorénavant Preparantia) ; sur la tradition manuscrite du texte, voir A. Le Huërou, « La transmission manuscrite du Preparantia ».

5 Les références renvoient à l’édition du texte proposée ci-après. Epistola Angeli pauperis, 1 : « cruciformibus gratiarum accionibus » ; 5 : « cruciformi manuum extensione » ; ibid. : « cruciformiter introducunt ».

6 Cf. par exemple, Von Auw, Angeli Clareni … Epistole, p. lxxxv-lxxxvi ; Gian Luca Potestà, Angelo Clareno. Dai poveri eremiti ai fraticelli, Roma, 1990, (Istituto storico italiano per il Medio Evo, Nuovi studi storici, 8), p. 64.

7 Epistola Angeli pauperis, 12 et n. ad loc.

8 Epistola Angeli pauperis, 10 et n. ad loc.

9 Epistola Angeli pauperis, 14 : « Scripsi, obediens tibi sicut Dominus dedit, in die sancti Iohannis ewangeliste (…) ». On notera au passage qu’il existe dans la collection de lettres conservée deux autres lettres en date de la Saint-Jean-l’Evangéliste, l’une de 1317 adressée à Gentile da Foligno depuis Avignon (Clareno, Lettre 22, p. 109-111), l’autre de 1328 à Philippe de Majorque depuis Subiaco (Lettre 37, p. 183-186).

10 Epistola Angeli pauperis, 14 : « Scripsi […] ut spiritum leticie […] induas, et meroris et tristicie et tedii et amaritudinis spiritum in Christi virtute a mente tua procul repellas […] »

11 Epistola Angeli pauperis, 1-2 : « […] legere et verbum Dei annuncciare non putes ociosum. Qui enim converti fecerit peccatorem ab errore vie sue, salvat animam eius et operit multitudinem peccatorum (cf. Iac 5, 20). »

12 L’idée qu’il faille se résigner à composer avec ce qui a été octroyé par Dieu est fréquemment exprimée chez Clareno. Voir, par exemple, Lettre 10 (destinataire et date inconnus), p. 49, l. 7-8 : « Crescere in sanctificationem secundum potestatem quam accepimus filii Dei fieri requiritur a nobis ».

13 Epistola Angeli pauperis, 15.

14 Giovanni da Salerno, Tractatus de vita et moribus fratris Simonis de Cassia. Le texte en est édité dans W. Eckermann (éd.), Simonis Fidati de Cassia OESA, L’Ordine della vita cristiana, p. 591-596.

15 Ainsi dans une lettre datée de 1345, c’est-à-dire trois avant sa mort, il écrivait : « Utinam non tantum mea esset pervagata notitia. Utinam lingua mea numquam me duxisset in publicum. Utinam me vulgi gratia numquam fuisset amplexa, numquam percrebuisset fama loquendi. Quiescerem solus, tacerem propria mala gemens, curassem propria vulnera, qui velut medicus imperitus alienis curandis intendo. Reinvenissem me ipsum, quem, ut alios inveniam, cottidie periculose deperdo. ». Voir Simone Fidati, Ep. 20, (éd. Eckermann), p. 345, l. 12-17. Dans le Tractatus de vita et moribus fr. Simonis de Cassia, son biographe semble surtout s’attacher à démontrer qu’en dépit de son désir de fuir le monde, dès l’instant où son prieur général lui ordonne de reprendre l’office de prédication, Simone devient un autre homme et s’absorbe totalement dans la tâche qui lui incombe : « Omne delectamentum et solatium sui animi erat cella, quam tamen saepius requisitus pro necessitate rationabili deserebat. In publicum venire, quantum poterat, fugiebat. Quid plura? Postquam ex praecepto prioris ordinis generalis resumere praedicationis officium est compulsus, visum est ipsum mutatum in virum alterum exstitisse. Ut velut alienigena, barbarus et longinquus viveret in convenni et de nulla re sibi alia esset cura, nisi de animabus Christo lucrandis sermonibus et exemplis, semper cogitans rationem se coram deo et angelis sanctis eius procul dubio redditurum, reciso a se omni timore et amore proprio et mundano. » Voir Giovanni da Salerno, Tractatus de vita et moribus, p. 595, l. 591-596. Voir aussi E. Menestò, « La spiritualità di Simone Fidati », in W. Eckermann, C. Oser-Grote (dir.), Simone Fidati da Cascia : Un agostiniano spirituale tra medioevo e umanesimo. Atti del Congresso internazionale in occasione dell’VIII Centenario della nascita, 1295-1347 : Cascia, Perugia, 27-30 settembre 2006, Roma, 2008 (Studia historica augustiniana, 15), p. 211-226, ici p. 214-215.

16 Sur Gentile da Foligno, destinataire de plusieurs lettres d’Angelo Clareno et auteur du volgarizzamento le plus diffusé de sa traduction de la Scala Dei, voir en dernier lieu Gian Luca Potestà, « Genesi e fortuna delle traduzioni di Angelo Clareno », in Bernadette Cabouret, Annick Peters-Custot, Camille Rouxpetel (dir.), La réception des Pères grecs et orientaux en Italie au Moyen Âge (Ve-XVe siècle), Paris, 2019, p. 269-286.

17 Pour un examen plus détaillé de cet épisode, voir ci-dessous, Xavier Biron-Ouellet, « Angelo Clareno et les augustins », Oliviana 6, 2020.

18 Il faut sans doute rapprocher le participe passé immissus de l’emploi, relativement fréquent chez Clareno, du terme immissiones, systématiquement associé aux entreprises du démon. Par ex., Clareno, Lettre 11, p. 54, l. 9-10 : « occultas demonum immissiones et astutias » ; Lettre 12, p. 59, l. 5 : « ipsorum [demonum] tentationes et immissiones » ; Preparantia, p. 88 : « in astutiis et immissionibus malignorum spirituum ».

19 Clareno, Lettre 45, l. 3-16, p. 230.

20 Sur l’inaptitude du français contemporain à traduire la pietas médiévale, voir Bruno Bon, Anita Guerreau-Jalabert, « Pietas : réflexions sur l'analyse sémantique et le traitement lexicographique d'un vocable médiéval », Médiévales, 42, (Le latin dans le texte), 2002, p. 73-88, spec. p. 78-80, 82-84.

21 Epistola Angeli pauperis…, 7-8.

22 Voir Potestà, Angelo Clareno. Dai poveri eremiti ai fraticelli, p. 55-93.

23 Epistola Angeli pauperis…, 5.

24 Ibid., 11.

25 Ibid., 10.

26 Ibid., 12.

27 Ibid., 13.

28 Clareno, Lettre 12, p. 57, l. 20-24 : « (…) ieiunium, abstinentia, vigilia, oratio, silentium, meditatio, operatio, lectio, paupertas, abiectio, obedientia, subiectio, fames, sitis, nuditas, peregrinatio, et cetera evangelii penitentie Christi opera ordinata sunt, que ipse Dominus et magister fecit et docuit, ut nos similiter faciamus (…) ».

29 Epistola Angeli pauperis…, 13.

30 Giovanni dalle Celle, Lettre 23 ai Gesuati in Giovanni dalle Celle - Luigi Marsili, Lettere, a cura di F. Giambonini, I-II, Firenze 1991 (Istituto nazionale di Studi sul Rinascimento; studi e testi, 22), t. 2, p. 347-349 (l. 420-479) : « (...) vi prego che (...) aparachiate in vui abitazione nella quale Cristo possa abitare. (...) E accioché possiate questo più agevolmente fare, manifestovi (...) gli exercizii del corpo e dell'anima. »

31 Potestà, Angelo Clareno. Dai poveri eremiti ai fraticelli, p. 75.

32 Ibid., p. 88 : « Hinc utile et necessarium dona spiritualia que non sunt proprie saluti necessaria non postulare a Domino, magis vero desiderium tribulationis corporalis et spiritualis necessarium intelligere, et a Christo Iesu petere patientiam et humilitatem et discretionem non cessare sicut saluti nostre necessarium et substantiale donum, quia sine veritate virtutum, Christus Iesus et spiritus eius non requiescit in nobis, et donorum ipsius beata fruitio hominibus appropinquare non potest. »

33 Epistola Angeli pauperis…, 15.

34 Ibid., 12.

35 Preparantia, p. 88 : « pacificum et inconturbatum cor possidere in tribulatione et temptatione, et omnia quecunque eveniunt cum gratiarum actione recipere quasi de manu Dei oblata et dispensata. »

36 Via le site Manuscriptorium : http://www.manuscriptorium.com/apps/index.php?direct=record&pid=AIPDIG-VKO___M_I_349_____0EG0IH0-cs

37 M. Boháček, F. Čáda, Beschreibung der mittelalterlichen Handschriften der Wissenschaftlichen Staatsbibliothek von Olmütz, Köln, 1994, p. 293-295, n°149. La chartreuse de Dolany a toutefois été abandonnée en février 1425 suite à une attaque hussite, mais les moines avaient pu s’enfuir avec la riche bibliothèque et les archives. Elle est ensuite transférée à Olomouc même.

38 Voir Migne, Patrologia Latina (dorénavant PL), 40, col. 909–936, où le texte est édité comme une partie des Meditationes d’Augustin.

39 Pour le texte de cette prière mariale très répandue dans l’espace germanique, voir Joseph Klapper, Schriften Johanns von Neumarkt, IV. Gebete des Hofkanzlers und des Prager Kulturkreises, Berlin, 1935, p. 294-295, n°82.

40 Voir PL 184, 953D-966A.

41 Prières inédites et qui semblent propres à ce codex.

42 Voir Bloomfield, Incipits of Latin Works on the Virtues and Vices 1100–1500 A.D, Cambridge/Mass., 1979 (Publications of the Medieval Academy of America 88), n°5677.

43 Ce texte semble propre à ce codex.

44 Voir Sancti Bonaventurae Opera omnia..., éd. A.C. Peltier, 1866, t. 8, p. 200-202 ou Alberti Magni Opera omnia, éd. Borgnet, Paris, 1896, t. 35, p. 197-200.

45 Voir Hugues de Saint-Victor, Six opuscules spirituels, éd. et trad. R. Baron, SC 155, Paris 1969, p. 100-119 ; PL 175, col. 405B-410C.

46 Voir PL 183, col. 661A-665B.

47 Voir PL 40, 882-883.

48 Voir Preparantia, et en dernier lieu Le Huërou, « La transmission ».

49 Voir U. Chevalier, Repertorium Hymnologicum (Louvain, 1892-1912), n° 21899 ; G. G. Meerseman, Der Hymnos Akathistos im Abendland, Freiburg, 1960, t. 2, (Spicilegium Friburgense, 3), p. 195-199, n°8.

50 Voir ibid., p. 207, n°13.

51 Horace, Epistulae I, 16, v. 52.

52 Voir PL 184, 1167C-1170C.

53 Voir PL 207, col. 1125D-1128A

54 Voir PL 184, col. 385A-B.

55 Voir PL 184, col. 495C-496A + 497B-D.

56 Voir PL 131, col. 142B-D.

57 Voir La Règle de saint Benoît (éd. et trad. A de Voguë et J. Neufville), t. 1 (Sources Chrétiennes, 181), p. 456-465.

58 Voir PL 17, col. 751B-754C.

59 Voir PL 158, oratio 29, 921A-925A.

60 Epistola Angeli pauperis…, 10 (deux dernières lignes du f. 72r) : « ut in se ipsis occidant » : il semble bien qu’il faille lire ipsis et occidant en dépit des ratures des terminaisons des deux termes qui suggèrent qu’avait été précedemment écrit ipso et occidit ; ibid., 11 (f. 72v, l. 5) : « virginitatis et castitatis » : entre et et castitatis, castatis a été exponctué et barré ; ibid., 15 (f. 73r, l. 11) : « virtuti Christi caritatis » : entre Christi et caritatis, un terme exponctué et raturé illisible. Ces repentirs n’ont pas été reportés dans l’apparat.

61 Epistola Angeli pauperis…, 3 : deltabilium (delectabilium) ; 5 : ligue (lingue) ; 8 : caritate (caritatem) ; 10 : coplacencie (complacencie). Elles n’ont pas été reportées dans l’apparat critique.

62 Ibid., 5 : discipulis pro disciplinis.

63 Ibid., 12 : eam pro ea.

64 Ibid., 8 : (Caritas) est fons, radix et / et mater pietatis, humilitatis et vere paupertatis. Il s’agit peut-être d’un bout de ligne de l’antigraphe mal compris par le copiste – qui par ailleurs n’utilise pas ce genre de signe en fin de ligne.

65 Ibid., 13. (…) veri Dei cultores et adoratores et et / et laudatores efficimur. De même que la répétition précédente, cette dernière n’a pas été reportée dans l’apparat critique.

66 Au vu de l’usus scribendi de Clareno, l’emploi d’omnibus dans la séquence « cum omnibus devotis et desideris ardentibus » paraît assez déconcertant, car il n’est pas habituel de trouver dans ses écrits la construction omnis + adjectif+ substantif + ajectif/part. présent et le terme desiderium qualifié par devotum (si on lit « avec tous les désirs dévots et ardents »). Il n’utilise par ailleurs jamais le neutre pluriel devota (si on lit « avec toutes les choses dévotes et les désirs ardents »), qui par ailleurs rend incohérent le propos. Comment en effet le pietatis cultus, dont on sait qu’il est constitué de pratiques et d’exercices de dévotion « qui sanctifient les sens et les sentiments » peut-il être logiquement accompagné de « toutes les choses dévotes », d’autant qu’est ensuite précisé « et des actions de grâces cruciformes », également une pratique de dévotion ? Si en revanche, on voit en omnibus une mélecture – du reste relativement fréquente – de l’abréviation d’orationibus, imputable au copiste ou à son antigraphe, cette partie de la proposition prend tout son sens et rejoint les termes de l’énumération des « exercices » du pietatis cultus déroulée ensuite par Clareno : « Ieiunium (…) et abstinencia et castigacio carnis et lingue (…) cum vigiliis, orationibus (…) et cruciformi manuum extensione ad Deum pietatis cultus sunt exercicia sanctificantia ex Christi passionis virtute et gratia sensus et affectus ».

67 Voir Mt. 6, 33 : « Quaerite ergo primum regnum Dei, et iustitiam eius : et haec omnia adiicientur vobis. » Voir aussi Clareno, Lettre 10 : « Lettre 10 (destinataire et date inconnus), p. 49 : « Crescere in sanctificationem secundum potestatem quam accepimus filii Dei fieri requiritur a nobis, quod implere est primum querere regnum Dei » ; Expositio super Regulam 6, 220 ; 401.

68 Voir Iac. 5, 20 : « qui converti fecerit peccatorem ab errore viae suae, salvabit animam ejus a morte, et operiet multitudinem peccatorum ».

69 Voir Clareno, Breviloquium, 2, in Mattioli, Il beato Simone Fidati da Cascia…, p. 478 : « Et quando ex multis verbis orationis vel corporalibus exercitiis genuflexionum ipsa mentalis devotio impediretur, expedit tunc omnia talia postponere, et in aliud tempus reservare, ne quod melius est perdatur. »

70 disciplinis conieci : discipulis O.

71 Voir Mt. 5, 6 : « Beati qui esuriunt et sitiunt iustitiam : quoniam ipsi saturabuntur. »

72 Voir Mt. 10, 22 ; 24, 13 : « qui autem perseveraverit usque in finem, hic salvus erit. »

73 et : add. s. l. O.

74 Voir 1Io. 3, 16 : « In hoc cognovimus caritatem Dei, quoniam ille animam suam pro nobis posuit : et nos debemus pro fratribus animas ponere ». Sur la sequela et l’imitatio Christi, voir Potestà, Angelo Clareno. Dai poveri eremiti ai fraticelli, p. 61-64.

75 Sur l’importance de la formule caritas veritatis, équivalente à veritas caritatis, voir ibid., p. 56-59.

76 Voir 2Cor. 12, 4 : « quoniam raptus est in paradisum : et audivit arcana verba, quae non licet homini loqui ».

77 Voir 1Cor. 13, 4-5 : « Caritas (…) non querit que sua sunt »

78 Voir Ph. 3, 8 : « (…) existimo omnia detrimentum esse propter eminentem scientiam Iesu Christi Domini mei : propter quem omnia detrimentum feci, et arbitror ut stercora, ut Christum lucrifaciam ».

79 Voir 2Thes. 2, 10 : « et in omni seductione iniquitatis iis qui pereunt : eo quod caritatem veritatis non receperunt ut salvi fierent ».

80 Voir 2Cor. 10, 5 : « et in captivitatem redigentes omnem intellectum in obsequium Christi ».

81 Sur l’evangelicum odium, voir Potestà, Angelo Clareno. Dai poveri eremiti ai fraticelli, p. 84-87 ; Id., « Genesi e fortuna delle traduzioni di Angelo Clareno », art. cit. p. 282.

82 Voir Iac. 1, 17 : « a Patre luminum ». Sur la locution Pater misericordiarum et luminum, voir Potestà, Angelo Clareno. Dai poveri eremiti ai fraticelli, p. 61 et n. 27.

83 ea conieci : eam O.

84 Voir 1Th. 5, 17 : « Sine intermissione orate. »

85 Voir Mt. 25, 21 ; 23 : « Euge serve bone, et fidelis : quia super pauca fuisti fidelis, super multa te constituam ; intra in gaudium domini tui. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Le Huërou, « Une lettre inédite d’Angelo Clareno à Simone Fidati da Cascia », Oliviana [En ligne], 6 | 2020, mis en ligne le 29 février 2020, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/oliviana/1070

Haut de page

Droits d’auteur

© Oliviana

Haut de page
  • Logo CRH
  • OpenEdition Journals