Navigation – Plan du site
Angelo Clareno et son monde

La transmission manuscrite du Preparantia et les recueils des lettres d’Angelo Clareno et Simone Fidati

Armelle Le Huërou

Résumés

Le Preparantia, très bref traité ascétique d’Angelo Clareno, est un de ses textes les plus diffusés, en particulier grâce à Simone Fidati da Cascia. Il est ainsi attesté par une douzaine de témoins manuscrits, dont le plus ancien l’associe aux lettres de ce dernier. Tout en confirmant le rôle central qu’a joué l’augustin dans la préservation et la transmission des écrits de Clareno, l’examen de la tradition manuscrite invite à s’interroger sur les modalités de constitution des recueils de lettres des deux hommes.

Haut de page

Texte intégral

La diffusion du Preparantia

  • 1 Ronald G. Musto, « Angelo Clareno’s Preparantia Christi Jesu habitationem », Archivum Franciscanum (...)
  • 2 Sur les circonstances de composition du Preparantia, voir A. Le Huërou, « Une lettre inédite d’Ange (...)
  • 3 Musto, « Angelo », p. 85-89.
  • 4 Sur ce point, voir Gian Luca Potestà, Angelo Clareno. Dai poveri eremiti ai fraticelli, Roma, 1990, (...)
  • 5 La description détaillée des manuscrits est fournie plus loin.

1Parmi les œuvres d’Angelo Clareno qui ont le plus circulé figure un bref traité ascétique constitué d’une double liste de prescriptions auxquelles se conformer pour préparer « l’habitation du Christ Jésus et son séjour ineffable et divin en nous »1, texte connu sous le titre de Preparantia. Vraisemblablement composé à l’intention et à l’instigation du prédicateur augustin Simone Fidati da Cascia2, il a fait l’objet, en 1980, d’une édition critique établie d’après trois des quatre témoins alors connus (Ch, F, V, R)3. Aujourd’hui, cette synthèse de l’enseignement clarénien4 est attestée par une douzaine de témoins5 :

1 : (A) Augsburg, Staats- und Stadtbibliothek, Oct. Cod. 116, f. 79v-81v, sec. XV2/4 (O.S.B, Augsburg)

2 : (B) Budapest, Országos Széchényi Könyvtár, lat. 110, f. 77v-78v, 1432 ? (O.S.B, Füssen)

3: (Ch) Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Chig. S.V.4, n. 2, 23ra-23vb, sec. XIVmed (copié en Italie)

4 : (F) Firenze, Biblioteca Nazionale Centrale, Magl. XXXIX.75, f. 28r-29r, 1460-1470 (Toscane ; Sienne ?)

5: (Fk) Frankfurt-am-Main, Stadt- und Universitätsbibliothek, Carm. 10, f. 9r/v  (+98v), 1429 (O.Carm. Francfort ; copié à Heidelberg)

6 : (Na) Napoli, Biblioteca Nazionale Vittorio Emanuele III, VII.G.12, f. 153v-155r, 1424 (O.E.S.A, Naples ; copié en Italie centrale)

7: (O) Olomouc, Vědecká knihovna v Olomouci, M I 349, f. 73r-75r, sec. XV (O.Cart., Dolany)

8: (Ox) Oxford, Bodleian Library, Canon. Misc. 540, f. 63v-66v, sec. XV1/2 (Italie)

9 : (P) Paris, Bibliothèque Mazarine, 750, 1448, f. 15v-18v, 1448 (Venise)

10: (R) Roma, Collegio Sant’Isidoro, 1/144, f. 123v-124v, sec. XV (Marches)

11: (V) Venezia, Biblioteca Nazionale Marciana, lat. III. 107 (2905), f. 80v-81v, sec. XIV (O.Cart., Pontignano)

  • 6 Je remercie Sylvain Piron, à qui je dois le signalement de ce manuscrit. Pour une description, voir (...)

12 : (X) Manuscrit du comte Dimitri Boutourlin, dont on perd la trace après 1840, sec. XVex6

  • 7 Est exclu X, dont nous ne savons rien.
  • 8 Aux mss, A, B, Fk, Na, O, V, dont la provenance est connue, il faut ajouter Ox, au vu des autres te (...)
  • 9 Simone Fidati, Ep. 11, in Willigis Eckermann (éd.), Simonis Fidati de Cassia OESA L’Ordine della vi (...)

2À elle seule, l’existence de ces douze témoins latins, dont quatre (A, B, Fk, O) proviennent de l’espace germanique et qui, pour onze d’entre eux, ne dépendent pas directement les uns des autres7, suffit à établir le succès rencontré par le bref traité pendant les XIVe et XVe siècles, particulièrement dans les milieux monastiques8. Un premier parcours de sa transmission manuscrite permet en outre de confirmer l’implication de Simone Fidati dans la conservation et la diffusion de cet écrit de celui qu’il considérait comme un maître spirituel dont la direction avait exercé une influence décisive sur sa conversio et son propre enseignement9. Il conduit également à s’interroger sur l’inscription du Preparantia dans les collections épistolaires des deux hommes, et au-delà, éclaire d’un jour nouveau leurs modalités de composition et de circulation.

Simone Fidati et l’édition des lettres de Clareno

  • 10 Simone Fidati, Ep. 11, éd. Eckermann, p. 295, l. 44-49 : « […] quia aliquarum epistularum et dictor (...)
  • 11 Pour une synthèse sur les rapports entre F et Ol, voir Felice Accrocca, « L’epistolario di Angelo C (...)

3Le rôle déterminant joué par l’augustin dans le recueil posthume de la correspondance et de certains écrits du dissident franciscain est bien connu. Dans les ultimes lignes de la lettre envoyée à son disciple et secrétaire Giovanni da Salerno peu après la mort de Clareno (15 juin 1337), il lui confie la mission de retranscrire ses lettres, dont certaines adressées à lui, et certains de ses « dits » qu’il s’est employé à réunir et qu’il transmet à Giovanni. Simone lui donne des instructions assez précises sur la réalisation de ce qui devra constituer un volumen bonum et honorificum, un beau volume à la fois honorable et qui rende honneur à la mémoire de son maître spirituel : écriture à employer (bona littera), nature du parchemin (carta edina aut pecorina), caractère ouvert de l’entreprise, car il n’exclut pas de lui communiquer d’autres documents10. On ne sait pas, et on ne saura sans doute jamais avec certitude, si Giovanni da Salerno a pu mener à bien ce projet. Les deux collections de lettres connues d’Angelo Clareno, dont F, datent du XVe siècle et n’en sont, au mieux, que des témoins très indirects dont il est impossible de retracer la généalogie ; peut-être même sont-ils tardivement issus d’une copie de la manière de dossier transmis par Simone Fidati à son secrétaire. Ne comportant aucune lettre adressée à ce dernier et ne dépendant pas l’une de l’autre, ces deux collections représentent une transmission partielle et particulière de la correspondance et des « dits »11.

  • 12 M. Curto, L’epistolario di Angelo Clareno nel Ms. 1942 della Biblioteca Oliveriana di Pesaro, Studi (...)
  • 13 M. Curto, L’epistolario, p. 37 : « Questa è la tavola delle epistole de lo venerabile et santo patr (...)
  • 14 La vingt-cinquième lettre de Ol (f. 74r-80v) correspond à la neuvième lettre de F.
  • 15 Sur Angelo Clareno traducteur du grec et les volgarizzamenti de ses traductions, dont celui de la S (...)

4Le recueil le plus précoce, achevé de copier en 1457, est aujourd’hui conservé à la bibliothèque Oliveriana de Pesaro et a fait l’objet d’une édition par les soins de Michele Curto en 2002 (Ol)12. Bien qu’il s’ouvre sur une « table des lettres du vénérable et saint père, frère Angelo da Chiarino, ramenées du latin en vulgaire pour ceux qui ne savent pas la grammaire »13 et rassemble effectivement le volgarizzamento de trente-trois de ses lettres, dont une ignorée de F, ainsi que celui du Preparantia (f. 78v-80v ; ici explicitement inclus dans la vingt-cinquième lettre14), il n’est pas exclusivement dévolu aux écrits d’Angelo Clareno. Il contient de surcroît deux lettres du frère augustin Gentile da Foligno, également connu pour être un correspondant d’Angelo et l’auteur d’un volgarizzamento amplement diffusé de sa traduction latine de Jean Climaque, la Scala Paradisi15.

  • 16 Voir l’explicit de la collection, F, f. 214r : « Liber epistolarum beati Angeli de Clarino ordinis (...)
  • 17 Le texte des Miracles a été édité par Felice Accroca, « I Miracula beati Angeli (ms. Magliabecchi X (...)
  • 18 Ibid., p. 134 : « Infrascripta misit dominus Rubertus de Mileto fratri Gentili [de Fulgineo alia ma (...)
  • 19 Lydia von Auw, Angeli Clareni Opera. I. Epistole, Roma, 1980 (Fonti per la storia d’Italia, 103). I (...)

5L’autre collection est contenue dans un codex (F) où elle est copiée comme Liber epistolarum beati Angeli de Clarino ordinis Minorum16 (f. 1r-214r) et suivie des Miracula d’Angelo (f. 214v-219v)17 dont le préambule précise qu’ils ont été envoyés par « le seigneur Roberto da Mileto au frère Gentile da Foligno peu après la mort de frère Angelo de Clarino »18. Le recueil épistolaire à proprement parler, édité par Lydia von Auw en 198019, comprend un choix de quatre-vingt-trois lettres ainsi que quelques autres textes, dont le Preparantia. Ce dernier est copié entre la dixième et la neuvième lettre du recueil (f. 24v-27v), sans titre, mais démarqué de cette dernière par la mention Sequitur, un changement de folio, et surtout une réserve pour le P capital de Preparantia semblable à celles qui signalent de nouvelles lettres dans le recueil. Il n’entretient donc aucun rapport organique – matériel ou thématique – avec elle.

Ce que le Preparantia révèle de la circulation des lettres de Clareno

Autour de la collection florentine

  • 20 Si ce sont surtout des leçons très singulières communes aux quatre témoins qui permettent de les is (...)
  • 21 Voir par exemple les incipit en Annexe 1, ibid.
  • 22 C’est perceptible dès l’incipit du texte, qui s’ouvre sur la citation de Romains 12, 2 (« Reformami (...)

6Le texte du Preparantia présent dans F s’apparente à la recension transmise par A, B et R20, même si A et B forment un ensemble distinct. Provenant tous deux d’abbayes bénédictines bavaroises et remontant à la première moitié du XVe siècle, A et B offrent des leçons communes les distinguant de F et R21. Ces deux témoins dépendent d’un même modèle qui traite le Preparantia comme la conclusion de la Regula novitiorum de Bonaventure. Dans A, le Preparantia est copié d’un bloc sous la rubrique Preparancia in Christo Iesu à la suite de la Regula novitiorum de Bonaventure (f. 71v-79v) dont il apparaît comme le prolongement, avant le Testamentum asini (81v-82r). Dans B, plus manifestement que dans A, le Preparantia est compris comme partie intégrante de la Regula Novitiorum (f. 68r-77r), dont la version est toutefois différente de A22. Il est copié sous la rubrique Incipit liber fratris Boneventure etc. De institutione noviciorum et s’achève avant un explicit tout aussi éloquent : « Explicit hic. Explicit liber fratris Boneventure De institutione noviciorum etc. ». R, quant à lui, dans un cahier de parchemin de 10 feuillets provenant des Marches, identifie correctement Angelo Clareno comme l’auteur du Preparantia mais assimile le traité à une lettre, comme le signifie la rubrique Epistola fratris Angelo de Clarino de doctrina virtutum qui l’introduit. Caractérisé par plus d’une trentaine de leçons individuelles dont de nombreuses omissions, parfois assez longues, il doit dériver d’un manuscrit à la disposition similaire à F – dont il ne saurait directement dépendre. Il s’agit peut-être du modèle de F, qui a pu laisser supposer au copiste ou à son antigraphe que le Preparantia était une lettre et lui fournir l’identification de l’auteur en des termes proches de F (frater Angelus de Clarino).

7Ces trois témoins du Preparantia (A, B, R) viennent ainsi enrichir et complexifier ce que F et Ol dessinaient de la transmission partielle des documents, lettres et autres, rassemblés par Fidati. En délimitant les contours d’une première tradition manuscrite du Preparantia (dorénavant d), ils permettent par exemple de postuler l’existence d’un recueil des lettres d’Angelo proche de F, à partir duquel le vade-mecum ascétique a acquis un statut de lettre (R). Dépourvu de titre et de nom d’auteur, il toutefois pu être attribué à Bonaventure par le hasard des copies successives (A, B).

Le témoin d’Olomouc

  • 23 Pour une édition de la lettre, voir A. Le Huërou, « Une lettre inédite ».

8Mais là n’est pas l’intérêt principal de la première collation des nouveaux témoins mis au jour : à côté de d, une seconde famille de témoins (dorénavant e) invite à conjecturer l’existence d’un autre type de collection de lettres et textes claréniens, peut-être plus proche du projet initialement envisagé par Simone Fidati. C’est ce que pourrait mettre en évidence O, datant de la première moitié du XVe siècle et provenant de la chartreuse de Dolany dans la région d’Olomouc. Ce volume renferme en effet, parmi une vingtaine de textes ascético-théologiques, une Epistola Angeli pauperis ad fratrem Symonem de Cassia (ff. 71r-73r)23 immédiatement suivie d’un nouveau témoin du Preparantia (ff. 73r-75r). Introduit par la rubrique Verba eiusdem, le traité partage des leçons communes avec deux autres témoins contemporains, Na et P, tous deux d’origine italienne et ignorant l’identité de l’auteur du texte. Dans Na, un codex majoritairement consacré à l’Horologium sapientiae de Henri Suso, le Preparantia, annoncé par la rubrique Alia monicio cuiusdam sancte (sic) fratris, fait suite au De discretione virtutum (149r-153v : « Sequitur ammonicio cuiusdam senis de discretione virtutum ») et précède un choix original des Verba de Iacopone da Todi (155r-157r : « Verba fratris Iacobi de Rodis »). Les trois textes sont pensés comme un ensemble homogène puisqu’ils se concluent par « Expliciunt amoniciones utiles et bonas » (f. 157r). Dans P, le Preparantia, copié entre l’Expositio orationis Dominice du Pseudo-Augustin (f. 15v-18v) et les Adnotationes mysticae in psalmum XXX de Richard de Saint-Victor (f. 19r-25v), devient un « livre » intitulé Miroir des solitaires dont la paternité échoit à Bernard de Clairvaux : « Ad honorem Dei eterni amen. Sanctus Bernardus abas Clarevalis composuit infrascriptum librum, qui intitulatur Speculum solitariorum, quod pauci sequuntur. »

  • 24 Pour une première liste (quoique incomplète) des manuscrits entiers ou partiels, voir Willigis Ecke (...)

9On peut douter que l’Angelus qui apparaît dans la rubrique de O, seulement qualifié de pauper, ait été bien identifié par le concepteur du volume. C’est plutôt frater Symon de Cassia qui a dû retenir l’attention du copiste, certaines de ses œuvres étant alors en faveur dans l’espace germanique. En atteste la tradition manuscrite pléthorique de son De gestis Domini Salvatoris, dont sont par ailleurs copiés de nombreux excerpta24 ou le fait qu’on lui attribue la paternité de textes dont il n’est pas l’auteur.

Fidati lecteur du Preparantia

  • 25 Simone Fidati, Ordine della vita cristiana, éd. Eckermann, p. 37-120. Intitulé « Dell opere corpora (...)

10Du reste, la contribution de Fidati à la transmission du Preparantia ne se limite pas au recueil de la correspondance et des écrits de Clareno ou à l’autorité attachée à son nom. Il y a par exemple puisé pour alimenter quelques passages de son Ordine della vita cristiana, en particulier au troisième chapitre du livre II consacré aux exercices corporels de dévotion25. Mais là où le Preparantia se contente de liste les prescriptions, l’Ordine les explicite et développe. Sont présentés ci-dessous trois passages du Preparantia dont des échos se retrouvent dans ce chapitre de l’Ordine ; en a également été indiqué le texte de la version latine, le Tractatus de vita christiana :

Preparantia

Tractatus de vita christiana

Ordine della vita cristana

ieiunium, […] vigilia, sensuum custodia,

Et primo de vigilia […] Aliud bonum est ieiunium […] Alia bona corporalia sunt custodia sensuum […]

Et imprima della vigilia corporale […] L altra buona opera e il digiuno […] L altre buone opere corporali si sono la guardia degli sensi […]

remota ab hominibus habitatio, […] odium parentum, domesticorum et amicorum secundum carnem […]

Remotio et habitatio longinqua ab omnibus amicis et domesticis, qui non curant perdere tempus, quorum locutio non est secundum deum nec de necessitate. (…)

Stare et habitare remoto dalle genti et da tutti domestichi, che non curano di perdere tempo, et che lo loro parlare non sia secondo iddio n e di necessita. (…)

elongatio ab omni litigio et contentione, (…) reverentia et honoratio sotiorum et omnium hominum et precipue sacerdotum et prelatorum et sacramentorum Ecclesie omnium et sacrarum rerum que divino cultui deputate sunt et omnium sanctarum scripturarum […]

non litigare neque contendere. Exhibere reverentiam sociis, praelatis, senibus, sacerdotibus, clericis, religiosis et omnibus, qui per virtutem et auctoritatem sunt digni, reverentia ecclesiasticis sacramentis, altaribus, libris sanctae scripturae, paramentis, calicibus et breviter omnibus, quae sunt ordinata et consecrata ad servitium sanctissimi corporis Christi.

Non litigare, non contendere, reverentia monstrare per acto, a compagni ai prelati, a vecchi, ai sacerdoti, ai cherici, a religiosi, a tutti coloro, che per virtu o per altro sono degni di reverentia. Alle chiese, ai sacramenti, agl altari, ai libri della sancta scriptura, ai paramenti, ai calici et brievemente ad ogni cosa, che e ordinata et consecrata al servigio del sanctissimo corpo di Cristo.

  • 26 Simone Fidati, Lauda terza, éd. Eckermann, p. 517-531, ici p. 529-530.

11Plus encore, une des laudes de Fidati, la troisième, intitulée Anima tenerella, semble en partie structurée par le Preparantia, dont est repris l’essentiel des prescriptions. On se bornera ici à mettre en parallèle le début du Preparantia avec les v. 446-49426 :

Preparantia

Laude terza

ieiunium, abstinentia,

[…] Digiuno, astinenzia,

oratio, vigilia,

vigilia, oratione,

sensuum custodia,

forte guardia delli sensi,

remota ab hominibus habitatio,

silentium, operatio manuum, […]

rimoto stare, opera di mani,

odium parentum, domesticorum

et amicorum secundum carnem

silentio strecto, odio ficto

d amici et di parenti carnali

et domestici vani.

abnegatio cure proprii corporis,

Del proprio corpo

solennita fuggire,

fuga familiaritatis

ad tutto non udire[i]

vane canzone.

et visionis faciei omnium mulierum,

etiam quantumcumque sanctarum,

Faccia d uomini,

quandunque sien santi

non affisare,

et principum huius seculi et prelatorum, et

conviviorum que fiunt in solempnitatibus quibuscunque,

ne in conviti non usare,

ne con persone diverse

fuga presidentie et honoris clericatus,

honor per mondo

ne per spirito non amare.

amor obsequendi sociis

et serviendi infirmis et maxime leprosis,

Desiderare di servire

ad infermi et dispetti,

elongatio ab omni litigio et contentione,

l ingiurii dimessi.

privatio fiducie,

Privar di confidentia,

reverentia et honoratio sotiorum […]

acompagai reverentia

et precipue sacerdotum et prelatorum

et a tutti prelati,

sacerdoti et ordinati

in sancta ordinatione.

et sacramentorum Ecclesie omnium

Reverentia a sacramenti

et sacrarum rerum

et a cose consacrate,

que divino cultui deputate sunt

al divino officio disputate

et omnium sanctarum scripturarum, […]

et a tutta santa scriptura.

dilectio peregrinorum

Amare peregrini

et afflictorum,

con passione ad affritti

compassio temptatorum,

et tutti temptati.

amor simplicitatis,

Amare simplicitade

paupertas

con vera povertade

et ogni cosa pura.

et vilitas in habitu,

in utensilibus omnibus,

Humilitade et vilitade.

in portatura et in cose dansare.

in cibo et potu,

In cibo et in poto temperare,

inclinatio capitis,

capo inchinato con reverente core.

honestas in incessu, continentia a visu

et auditu inutilium rerum,

honestas membrorum omnium in motu et tactu

in omni loco et tempore.

Honestade di membra

in corpo et in tacto,

honesto viso per acto,

occhi mirando a terra,

sollicitudine innutile. …

Le Preparantia dans les Lettres de Fidati

  • 27 Sur les rapports entre l’ermite de Vallombreuse et l’augustin, voir en premier lieu leur échange de (...)
  • 28 Giovanni dalle Celle, Lettre 23 “ai Gesuati” in Giovanni dalle Celle - Luigi Marsili, Lettere, a cu (...)
  • 29 Sur Stefano Maconi (Stephanus de Senis), voir Giovanni Leoncini, « Un certosino del tardo Medioevo (...)
  • 30 Venezia, Biblioteca Nazionale Marciana, lat. III. 108 (2870).
  • 31 Respectivement : Wien, Österreichische Nationalbibliothek, cod. 11790 et München, Bayerische Staats (...)
  • 32 Simone Fidati, Ep. 35 (éd Eckermann), p. 436-437.
  • 33 Sur ce personnage, voir A. Mischlewski, « Johann von Lorch und der Streit um die Präzeptorei Roßdor (...)
  • 34 Simone Fidati, Ep. 2 (éd. Eckermann), p. 234-241.
  • 35 Voir Annexe 2, où en est proposée la transcription.

12En plus d’avoir adapté et vulgarisé dans ses propres œuvres le texte du Preparantia, Fidati l’a également communiqué à plusieurs de ses correspondants, comme le suggère sa présence dans deux manuscrits (Fk, V) qui l’associent à certaines de ses propres lettres et appartiennent, avec Ox, à une troisième tradition manuscrite (dorénavant f). Il est aussi probable que Giovanni dalle Celle, qui entretenait avec Fidati des rapports assez similaires à ceux de ce dernier avec Clareno27, lui soit redevable de la longue citation (presque in extenso) en vulgaire qu’il donne du Preparantia dans sa lettre aux Jésuates28, car son volgarizzamento provient d’une version latine très proche de celle proposée par les témoins transmis avec des lettres de l’augustin : Fk et, dans une moindre mesure, V. Ce dernier, un manuscrit du XIVe siècle conservé à la bibliothèque Marciana de Venise, provient de la chartreuse de Pontignano et a appartenu à Stefano Maconi, dont on sait qu’il a été, entre autres, disciple et secrétaire de Catherine de Sienne29. Willigis Eckermann, le dernier éditeur des lettres de Simone, qui n’a pas connaissance de Fk, a choisi V comme manuscrit de référence (sous le sigle A), car il y voit l’unique représentant d’une des deux traditions textuelles transmettant la correspondance de l’augustin, l’autre étant définie par un second manuscrit vénitien (siglé B)30 et deux autres témoins qui en dérivent (C et D)31. Dans V, codex moins homogène qu’il n’y paraît au premier abord, se trouvent également quelques lettres de certains des correspondants de Fidati, sa Vita par Giovanni da Salerno (f. 88v-92v : Tractatus de vita et moribus fratris Simonis de Cassia), le Preparantia, le Breviloquium (f. 82r-88r), un autre traité d’Angelo Clareno attesté par ce seul témoin, ainsi que deux brefs traités de Fidati. Copié à la suite d’une lettre au romain Cecco Bove (f. 79v-80v)32, le Preparantia est précédé de la rubrique Frater Angelus de Clarino et immédiatement suivi (f. 81v) d’une devota oratio qu’on retrouve presqu’à l’identique après le Preparantia dans Fk. Dans ce dernier, provenant du couvent des Carmes de Francfort mais copié à Heidelberg en 1429 par l’antonin Jean de Lorch33, c’est sous l’intitulé Verba sancti fratris Angeli qu’il figure à la suite d’une lettre de Simone à Tommaso Corsini34 et avant l’oracio cette fois qualifiée de bona. Cette brève prière, attribuée par L. Von Auw à Simone Fidati ou Giovanni da Salerno, par d’autres à Angelo Clareno, n’est connue dans cette version brève que par ces deux témoins35.

  • 36 La collation de Fk avec l’édition de la lettre montre l’appartenance de Fk à la tradition représent (...)

13Or, en dépit d’un contexte immédiat similaire et de leçons communes, la supériorité de Fk sur V s’affirme en plusieurs endroits. Sa version de la lettre à Tommaso Corsini appartient nettement à la tradition textuelle représentée par B, C et D36. L’ensemble invite donc à postuler l’existence d’une troisième tradition, ou peut-être plus simplement, d’un antigraphe commun, aujourd’hui disparu, qui aurait réuni des lettres de Simone et des textes connus jusqu’alors exclusivement par V, comme la brève oratio ou le Breviloquium d’Angelo, qui a sans doute été lui aussi composé à l’intention de Simone.

  • 37 Voir Annexe 1.

14L’autre témoin appartenant à f, Ox, dérive ou d’un modèle commun à V, ou très indirectement, de V lui-même, auquel, malgré une quarantaine de leçons individuelles, dont de nombreuses lectures aberrantes (ce dont l’incipit donne déjà une idée)37, il est très étroitement lié. Il n’est en revanche pas associé à des lettres de Fidati mais, à l’instar de A, B (d) et P (e), fait passer sous une autorité prestigieuse le Preparantia, ici celle de Bernard de Clairvaux, comme dans P. Avant-dernier texte dans un recueil incomplet copié par une main italienne qui se conclut par une brève anthologie de citations (f. 66v-67r), le Preparantia y fait suite à une série de cinq lettres de Bernard de Clairvaux ou à lui attribuées (f. 37r-63v) et apparaît comme le prolongement de la dernière d’entre elles (f. 59v-63v : « Eiusdem [beati Bernardi] epistola de revertendo ad cor tuum »), dont il n’est distingué que par une capitale.

15Ainsi, la circulation de l’intitulé et de l’identité de l’auteur du Preparantia n’est-elle pas superposable à l’appartenance d’un témoin à une tradition manuscrite particulière, puisque d (par A et B), e (par P) et f (par Ox) aboutissent à dénier à Clareno la paternité du texte en la transmettant sous l’autorité de Bernard de Clairvaux (P, Ox) ou Bonaventure (A, B). Ce fait devient encore plus évident si l’on examine comment les autres témoins définissent le Preparantia et son auteur, ce dont rend compte le tableau ci-dessous :

Titre ou rubrique précédant le Preparantia

Auteur

Preparantia

Ch

Verba fratris Angeli de Clareno

Frater Angelus de Clareno

Verba

F (d)

Liber epistularum beati Angeli de Clarino ordinis Minorum

Beatus Angelus de Clarino ordinis Minorum

Fk (f)

Verba sancti fratris Angeli

Sanctus frater Angelus

Verba

Na (e)

Alia monicio cuiusdam sancte (sic) fratris

Quidam sanctus frater

Monicio

O (e)

Verba eiusdem [Angeli pauperis]

Angelus pauper

Verba

R (d)

Epistola fratris Angeli de Clarino de doctrina virtutum

Frater Angelus de Clarino

Epistola de doctrina virtutum

V (f)

Frater Angelus de Clarino

Frater Angelus de Clarino

X

Verba fratris Angeli O.M

Frater Angelus O.M

Verba

  • 38 Voir Annexe 1.
  • 39 On notera que Ch écrit aussi letigio pour litigio.
  • 40 Auxquels on peut ajouter X, d’après le catalogue. Na (e) peut aussi y être rattaché de manière dist (...)

16La majorité des témoins, toutes traditions confondues, l’attribuent à un Angelo (Ch ; F et R (d) ; O (e) ; Fk et V(f)). Certes, on l’a vu, il est vraisemblable que O (e), ou son modèle, ait plutôt identifié « frère Simon da Cascia » que l’Angelus pauper qui lui écrivait et dont les Verba accompagnaient la lettre. La situation doit être comparable pour Fk (f) : quel qu’ait été l’antigraphe de Jean de Lorch, il est presque sûr que le sanctus frater Angelus auteur des Verba suivant la lettre de « frère Simon da Cascia » lui était inconnu, d’autant qu’il en donne plus loin une version abrégée – sans doute destinée à remplir un bas de folio – dans laquelle il ne précise ni titre ni auteur38. Il en va différemment pour les quatre autres témoins (F, R, V, Ch) : ils savent tous qu’il s’agit de beatus (F) ou frater (R, V, Ch) Angelus de Clarino (F, R, V) ou Clareno (Ch)39. Si c’est sans surprise pour F, R et V, le cas de Ch (qui est avec V le plus ancien témoin du Preparantia), est remarquable. Copié par une main italienne du milieu du XIVe siècle sous la rubrique Verba fratris Angeli de Clareno, il vient à la suite de l’Oratio « Succurre michi » d’Isidore de Séville (f. 21r-22v) et conclut un petit cahier de 23 ff. incomplet et mutilé, majoritairement consacré à Pierre Damien, montrant que le Preparantia a très tôt acquis un statut autonome. Mais son intérêt ne s’arrête pas là, puisqu’il n’appartient clairement à aucune des trois traditions esquissées, mais paraît « à cheval » entre e et le texte transmis par Fk (f), même s’il est disposé d’une manière proche de V (f). Bien qu’il faille manipuler avec précaution ces observations, issues, d’un premier examen de la tradition manuscrite et que Ch se signale par plusieurs lectures individuelles et erreurs, sa proximité avec Fk conforte l’idée que le Preparantia a rapidement circulé de manière indépendante à partir des lettres envoyés par Fidati à ses correspondants. Son caractère mixte suggère aussi que e et f pourraient remonter à un modèle commun du Preparantia, ce que laisse aussi entendre la copie du texte sous le titre de Verba qu’il partage cette fois avec O (e), V et Fk (f)40. Pour autant d, en dépit de leçons – essentiellement lexicales – très singulières, n’est pas complètement isolée, si l’on se souvient que F et R font état d’un Angelo de Clarino comme auteur du Preparantia. Enfin, une addition marginale de F, une séquence de trois mots, présente partout ailleurs dans d et e, est absente de f et de Ch – cette absence étant l’une des spécificités de f, tout comme une addition dans une énumération, qui lui propre, et que Ch, comme d et e, n’enregistre pas.

Conclusion

  • 41 A cet égard, on notera que la première édition du Preparantia a été donnée par Nicola Mattioli en 1 (...)

17Les enseignements qui se dessinent à l’issue de ce premier examen de la transmission manuscrite du Preparantia sont donc multiples, même si certains s’apparentent moins à des conclusions définitives qu’à des hypothèses. Dès le milieu du XIVe siècle, le Preparantia est copié comme des Verba autonomes dûment attribués à leur auteur, sans doute parce que Simone Fidati, son destinataire premier, l’a fait circuler, notamment auprès de ses correspondants. Le rôle éminent de l’augustin dans la transmission du texte en sort conforté et plus précisément défini, autant comme passeur des Verba de son maître (f)41 que comme orchestrateur de la collection de ses lettres et dits (d, e). Mais au-delà des trois traditions textuelles évoquées et à condition d’admettre que O pourrait témoigner d’une autre collection de lettres d’Angelo que celle jusqu’à présent connue, un schéma de transmission bifide semble se dégager. Une transmission du Preparantia est assurée au sein d’un epistolarium de Simone Fidati représenté par deux traditions : l’une dont Fk est un témoin tardif et partiel ; l’autre dont V est le témoin unique ; Ox dérivant, de loin, de V ou de son antigraphe. Une autre transmission, elle-même bifide, est associée aux collections de lettres d’Angelo : l’une, partielle et telle qu’attestée par F et Ol, dont dérivent également A, B et R ; la seconde, dont proviennent O, et de manière plus distante Na et P. A côté de ces trois traditions nettement définies, Ch et l’examen des intitulés sous lequel est transmis le Preparantia conduisent à penser qu’elles doivent remonter à un unique archétype : logiquement, le texte reçu par Simone Fidati. Ce n’est encore qu’une hypothèse, mais une nouvelle édition du Preparantia prenant en compte l’ensemble des témoins devrait pouvoir la confirmer ou l’infirmer.

Annexe 1 : Description des manuscrits

Famille : F, R, A, B

(F) Firenze, Biblioteca Nazionale Centrale, Magl. XXXIX.75, 28r-29r, 1460-1470

  • 42 Pour une description de ce manuscrit, voir en dernier lieu Lydia Von Auw, Angeli Clareni Opera. I. (...)

18Copié en Toscane, peut-être à Sienne, le codex (205 mm x 142 mm) compte 220 ff. de papier42. Il est majoritairement consacré au Liber epistolarum fratris Angeli de Clarino (1r-214r), lettres et écrits de Clareno et se conclut par ses Miracula (214v-219v). Dépourvu de titre ou de rubrique, le texte est copié entre les neuvième et dixième lettres d’Angelo.

19Inc. : [P]reparantia vero Christi Iesu habitationem et mansionem ineffabilem et divinam in nobis

20Expl. : et ipsius spiritum consumatio. Cui sit simul semper cum patre gloria et honor et eterna laudatio. Amen.

(R) Roma, Collegio Sant’Isidoro, 1/144, f. 123v-124v, sec. XV

  • 43 Sur ce manuscrit, voir A. Le Huërou et S. Piron, « Une prière attribuée à Conrad d’Offida », Olivia (...)

21Du recueil factice de 126 ff. auquel il est rattaché, ne sont considérés les 10 derniers ff. (anciennement numérotés f. 154 -163) de parchemin (123 mm x 75 mm) qui proviennent d’un milieu franciscain des Marches43. Copié d’un bloc, le Preparantia vient après une Eruditio fratris Bonaventure cardinalis (f. 123r = Ps-Bonaventure, Sex mandata fratri cuidam iuveni tradita) et avant une série de vers (f. 124v-125v).

22Rubr. : Epistola fratris Angelo de Clarino de doctrina virtutum

23Inc. : Preparantia vero Christi Yesu habitationem et mansionem ineffabilem et divinam in nobis

24Expl. : et ipsius spiritum consumatum. Cui sit simul cum patre semper gloria et honor et eterna beatitudo. Amen.

(A) Augsburg, Staats- und Stadtbibliothek, Oct. Cod. 116, 79v-81v, sec. XV2/4

  • 44 Le manuscrit est décrit dans Juliane Trede, Wolf Gehrt, Die Handschriften der Staats- und Stadtbibl (...)

25Ce petit recueil (145 mm x 100 mm) de 197 ff. de papier provenant du monastère bénédictin des Saints-Ulrich-et-Afra d’Augsburg (Bavière) est principalement constitué de textes d’instruction monastique et de dévotion44. Le Preparantia y est copié d’un bloc à la suite de la Regula novitiorum de Bonaventure (f. 71v-79v ; Inc. : « Reformamini in novitate ») dont il paraît être conçu comme un prolongement et le Testamentum asini (f. 81v-82r). Il dépend d’un même modèle que B mais lui est inférieur.

26Rubr. : Preparancia in Christo

27Inc. : Preparancia vero in Christo Iesu habitacionem et mansionem ineffabilem et divinam in nobis

28Expl. 1 : et ipsius spiritum consumacio. Cui sit simul semper cum patre et gloria et honor et eterna laudacio. Amen.

29Expl. 2 : Explicit.

(B) Budapest, Országos Széchényi Könyvt, lat. 110, f. 77v-78v, 1432 ?

  • 45 Le manuscrit a appartenu à l’antiquaire et historien Miklos Jankowic: voir Friedrich Hänel, « Unged (...)

30Provenant également d’un monastère bénédictin bavarois, celui de Saint-Magne de Füssen, le recueil (207 mm x 157 mm) de 88 ff. de papier est copié par deux mains45. Il est globalement plus soigné que le précédent et contient peu de textes. Le Preparantia y est explicitement compris comme partie intégrante de la Regula Novitiorum de Bonaventure (f. 68r-77r ; Inc. : « Renovamini in novitate »), dont la version est toutefois différente de A. Bien que copié d’un bloc, le texte de Clareno est organisé en deux parties par une annotation marginale. Il est suivi de deux sermons anonymes De animabus sur le thème (Job 19, 21) Miseremini mei, miserimini mei, saltem vos amici mei.

31Rubr. : Incipit liber fratris Boneventure etc. De institutione noviciorum.

32Inc. : Preparancia vero Christo Iesu habitacionem et mansionem ineffabilem et divinam in nobis…

33Expl. 1 : et ipsius spiritum consumacio. Cui sit simul semper cum patre et gloria et honor et eterna laudacio. Amen.

34Expl. 2 : Explicit hic. Explicit liber fratris Boneventure De institutione noviciorum etc.

Famille e : O, Na, P

(O) Olomouc, Vědecká knihovna v Olomouci, M I 349, f. 73r-75r, sec. XV

  • 46 Pour une description détaillée du manuscrit, voir A. Le Huërou, « Une lettre inédite ».

35Le petit volume (155 mm x105 mm) de 95 ff. de papier provient de la Chartreuse de Dolany près d’Olomouc et est constitué d’une vingtaine de textes46. Le Preparantia y suit immédiatement une lettre d’Angelo Clareno à Simone Fidati (f. 71r-73r : « Epistola Angeli pauperis ad fratrem Symonem de Cassia ») à laquelle il est étroitement lié par la rubrique qui le précède. L’ensemble vient après le chapitre 22 des Soliloquia animae ad Deum du Pseudo-Augustin (f. 69v-71r) et précède les Septem gaudia beate Virginis de Philippe de Grève (f. 75r-76v).

36Rub. : Verba eiusdem [Angeli pauperis]

37Inc. : Preparancia vero Christi Iesu habitationem et mansionem ineffabilem et divinam in nobis

38Expl. : ipsius spiritum consumatio. Cui sit simul cum Patre gloria et honor et eterna laudatio. Amen.

(Na) Napoli, Biblioteca Nazionale Vittorio Emanuele III, VII.G.12, f. 153v-155r, 1424

  • 47 Pour la description et l’histoire de ce manuscrit, voir David Gutiérrez, « La biblioteca di San Gio (...)
  • 48 Voir George Folliet, « Un témoin latin d'un florilège ascétique "De discretione virtutum" », August (...)
  • 49 Voir en dernier lieu Enrico Menestò (éd.), Iacopone da Todi, Tractatus utilissimus. Verba, Firenze, (...)

39Le codex (207 mm x145 mm ; 157 ff., papier), majoritairement dédié à l’Horologium sapientiae de Henri Suso, provient du couvent des augustins de San Giovanni a Carbonara de Naples mais a été copié en Italie centrale47. Le Preparantia y fait suite au De discretione virtutum48 (f. 149r-153v : « Sequitur ammonicio cuiusdam senis de discretione virtutum ») et précède un choix original des Verba de Iacopone da Todi (f. 155r-157r : « Verba fratris Iacobi de Rodis »)49. Les trois textes sont pensés comme un ensemble homogène puisqu’ils se concluent par « Expliciunt amoniciones utiles et bonas » (f. 157r).

40Rub. : Alia monicio cuiusdam sancte (sic) fratris

41Inc. : Preparancia vero Iesu Christi habitationem et mansionem ineffabilem et divinam in nobis

42Expl. : et ipsius consumacio. Cui sit simul cum Patre gloria, honor et eterna laudacio. Amen.

(P) Paris, Bibliothèque Mazarine, 750, 1448, f. 15v-18v, 1448

  • 50 On trouve en effet f. 40 v. : « Ad honorem Domini Dei nostri scripta sunt que continentur in hoc vo (...)
  • 51 P, f. 40v : « Hec supra notata revelatio per quemdam servum Dei in scriptis missa fuit Venetiis rev (...)
  • 52 Bnf lat. 2735, f. 57v-58v.

43Le très élégant petit volume de parchemin (205 mm x 145 mm ; 40 ff.) a été copié à Venise en 1448, sans qu’on en sache encore davantage sur l’atelier de copie ou le scriptorium dont il provient50. On notera qu’il se termine (f. 38v-40r) par une « révélation (…) mise par écrit à Venise par (…) Lorenzo Giustiniani »51, le protopatriarche de Venise (1451-1456) alors encore évêque de Castello (1433-1451), vraisemblablement un extrait de lettre de ce dernier. On retrouve le même texte, quasiment à l’identique, à la fin d’un autre manuscrit provenant du même scriptorium ou atelier vénitien mais écrit en 1453, le Paris, Bnf, lat. 273552. Ici explicitement attribué à Bernard de Clairvaux, le Preparantia est copié entre l’Expositio orationis Dominice du Pseudo-Augustin (f. 11v-15r) et les Adnotationes mysticae in psalmum XXX de Richard de Saint-Victor (f. 19r-25v).

44Tit. : Ad honorem Dei eterni amen. Sanctus Bernardus abas Clarevalis composuit infrascriptum librum, qui intitulatur Speculum solitariorum, quod pauci sequuntur.

45Inc. : Preparantia Cristo Iesu Domino habitationem et mansionem ineffabilem et divinam in nobis

46Expl. 1 : et ipsius consumatio. Cui sit simul cum patre gloria et eterna laudatio. Amen

47Expl. 2 : Explicit liber sancti Bernardi abatis clarevalis qui intitulatur Speculum solitariorum. Deo gratias.

Famille f : Fk, V, Ox

(Fk) Frankfurt-am-Main, Stadt- und Universitätsbibliothek, Carm. 10, f. 9r/v  (+ f. 98v), 1429

48Le volumineux recueil (290 mm x 210 mm ; 284 ff. ; papier) provient des Carmes de Frankfurt mais a été antérieurement copié à Heidelberg53. Le Preparantia est copié d’un bloc à la suite d’une lettre de Simone Fidati à Tommaso Corsini (f. 7r-9r) et avant une oratio bona (9v) semblable à la devota oratio qui le suit dans V. Cet ensemble est copié entre la table du traité De doctrina cordis de Gérard de Liège (f. 6r/v) qui vient ensuite aux ff. 103va-174rb et trois paraphrases du Pater noster (f. 10r/v).

49Tit. : Verba sancti fratris Angeli

50Inc. : Preparancia vero Christi Iesu habitacionem et mansionem ineffabilem et divinam in nobis

51Expl. : et ipsius spiritum consumacio. Cui sit simul cum patre gloria et honor et eterna laudacio. Amen, amen.

52Au f. 98v, à la suite d’une version elle-même abrégée de l’Horologium sapientie de Henri Suso, en est également copié un abrégé qui a vocation, semble-t-il, à combler le restant du folio (la suite du codex est copiée sur deux colonnes après un folio 99 laissé vierge).

53Inc : Mores exterioris hominis sunt …

54Expl. : pro posse declinare, quia in eis vertitur periculum anime etc.

(V) Venezia, Biblioteca Nazionale Marciana, lat. III. 107 (2905), f. 80v-81v, sec. XIV

  • 54 Pour une description du manuscrit, on se reportera à Joseph Valentinelli, Bibliotheca manuscripta a (...)
  • 55 Intitulé Breviloquium super doctrina salutis ad parvulos Christi et connu par ce seul témoin, ce tr (...)
  • 56 Simone Fidati, Ep. 35 (éd Eckermann), p. 436-437.

55Provenant de la chartreuse de San Pietro de Pontignano dans la région de Sienne, le volume en parchemin de petit format (178 mm x 122 mm) composé de 125 ff. a antérieurement appartenu à Stefano Maconi54. Majoritairement consacré à Simone Fidati, dont il contient les lettres, deux traités, la Vita, il propose aussi quelques lettres de ses correspondants, le Preparantia et le Breviloquium55 d’Angelo Clareno. Le Preparantia se trouve à la suite d’une lettre à Cecco Bove (f. 79v-80v)56 et est suivi d’une devota oratio (f. 81v) proche de l’oratio bona de Fk, puis du Breviloquium (f. 82r-88r). Il partage surtout avec Ox de nombreuses leçons qui leur sont spécifiques.

56Rub. : Frater Angelus de Clarino

57Inc. : Preparantia Christi Yesu habitationem et mansionem ineffabilem et divinam in nobis

58Expl. : ipsius spiritus consumatio, cui sit simul cum patre gloria et honor et eterna laudatio. Amen.

(Ox) Oxford, Bodleian Library, Canon. Misc. 540, f. 63v-66v, sec. XV1/2

  • 57 Pour une première description, voir H. O. Coxe, Catalogi codicum manuscriptorum Bibliothecæ Bodleia (...)
  • 58 Voir Carmelo Ottaviano, Testi medioevali inediti, fontes Ambrosiana, vol. 3, Firenze, 1933, p. 53-5 (...)

59Copié par une main italienne, le manuscrit est, d’après le catalogue, un « in-quarto min. » qui comprend actuellement 60ff. de parchemin. Une double numérotation montre toutefois qu’il est incomplet57. Le Preparantia est l’avant dernier texte d’un recueil qui se conclut sur une brève compilation de citations (f. 66v-67r). Il s’inscrit dans la continuité de cinq lettres de Bernard de Clairvaux ou à lui attribuées (f. 37r-63v) pour constituer un Speculum monachorum perfectorum. Il apparaît comme le prolongement de la dernière d’entre elle (f. 59v-63v : « Eiusdem [beati Bernardi] epistola de revertendo ad cor tuum » derrière laquelle il faut voir Ps.-Ambroise, Tu qui ex anima rationali58). Il se signale par de nombreuses lectures aberrantes et sa proximité avec V.

60Inc. : Preparantis Christi Iesu habitationem et mansionem ineffabilem et divinam innobilis

61Expl. : et ipsius spiritus consummatio. Cui sit simul cum patre et eodem filio gloria et honor et eterna laudatio. Amen.

62Expl. 2 : Explicit speculum monachorum perfectorum.

Témoin « mixte » : Ch

(Ch) Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Chig. S.V.4, n. 2, f. 23ra-23vb, sec. XIVmed

  • 59 La description la plus complète du manuscrit se trouve dans Musto, « Angelo Clareno’s Preparantia » (...)
  • 60 Voir MGH, Die Briefe der deutschen Kaiserzeit, IV : Die Briefe des Petrus Damiani, 1 (éd. Kurt Rein (...)
  • 61 Sur cette prière adaptée des Synonyma I, 63, dont il existe au moins trente-trois témoins, voir Jac (...)

63Le cahier (280 mm x 195 mm) de 23ff. de papier, incomplet et très abimé, copié par une main italienne sur deux colonnes59, est majoritairement consacré au Liber Gomorianus de Pierre Damien (f. 1r-20r)60. Le Preparantia, disposé presque de la même manière que dans V et annoté en marge, est copié à la suite de l’Oratio « Succurre michi » d’Isidore de Séville61 (f. 21r-22v). La version du texte est à la fois proche de Fk et de e.

64Rub. : Verba fratris Angeli de Clareno

65Inc. : Preparantia vero Christi Iesu habitationem ineffabilem et divinam in nobis

66Expl. : et ipsius spiritum consumacio. Cui sit simul cum patre gloria, honor et eterna laudacio. Amen.

Annexe 2 : la prière finale

  • 62 N. Mattioli, Il beato Simone Fidati, p. 470-471
  • 63 R. G. Musto, « Angelo Clareno’s Preparantia », p. 83. La transcription qu’en donne L. von Auw d’apr (...)

67La prière que transmettent Fk et V à la suite du Preparantia a été éditée d’après V, alors seul témoin connu, par Nicola Mattioli62 et, en dernier lieu, Ronald G. Musto63. Si Fk, introduite par la mention marginale Oratio bona, s’arrête brutalement (qui viv et reg, sans signe d’abréviation ni ponctuation), V, que précède la rubrique Sequitur quedam devota oratio, semble complète et fait suivre le Amen finale d’un Orate pro me scriptore ingrato, dont on ne sait s’il désigne le copiste de V, son modèle ou encore l’auteur de la prière. Les légères divergences entre les versions jumelles apparaissent en gras :

  • 64 Voir Ps. 16,6 ; 30,3 ; 70,2 et surtout 87,3 : «Inclina aurem tuam ad precem meam »

V, f. 81v : Devota oratio

Fk, f. 9v : Oratio bona

1 O dulcissime Yesu filii Dei vivi, inclinare digneris aurem ad preces meas64(1), et pretioso tuo sanguine quem pro humano genere fudisti dele multitudinem peccatorum meorum. 2 Sudor tuus sanguineus faciat me sudare lacrimas compunctionis. 3 Clavis et lancea quibus fuisti vulneratus, vulnera cor meum in amore tuo. 4 Omnia vitia carnis remove a me. 5 Dyabolum et omnes insidias eius a me expelle. 6 Qui vivis et regnas cum Deo Patre et Spiritu Sancto in secula secularum. Amen.

Orate pro me scriptore ingrato.

1 O dulcissime Iesu Christe fili Dei vivi, inclinare digneris tuam misericordie aurem ad preces meas(1), et precioso tuo sanguine quem pro humano genere fudisti dele multitudinem peccatorum meorum. 2 Sudor tuus sanguineus faciat me sudare lacrimas compunctionis. 3 Clavis et lancea quibus fuisti vulneratus, vulnera cor meum in amore tuo. 4 Omnia vicia carnis remove a me, 5 dyabolum et omnes insidias eius a me expelle, 6 qui vi[vis] et reg[nas]

68Si la paternité de la prière a pu être attribuée à Angelo Clareno ou à Simone Fidati ou Giovanni da Salerno, sa brièveté et le fait qu’elle soit transmise autant avec le Preparantia qu’avec des lettres de Simone Fidati ne permettent aucunement de souscrire à une hypothèse plutôt qu’à une autre. Une première enquête montre par ailleurs qu’il en existe au moins une version développée qui, en dépit de variantes plus moins intéressantes, commence par les mêmes trois premières phrases que V et Fk. Elle se trouve attestée par au moins deux témoins : un manuscrit composite provenant de la chartreuse de Bâle (Basel, Universitätsbibliothek, B X 11, f. 87v (ca. 1400) ; dorénavant Ba)65 et un petit livre de prières (7 cm x 5 cm, pour une épaisseur de 2 cm) réputé avoir appartenu à saint Bernardin de Sienne († 1444) et à ce titre considéré comme une relique (dorénavant S)66. Dans S, elle est sobrement intitulée Oratio brevis ad Crucifixum et son incipit, sans l’interjection O, coïncide avec celui de V et Fk (« Dulcissime Iesu Christe, fili Dei vivi, inclinare digneris »). Dans Ba, en revanche l’oratio est attribuée à saint Augustin et vaudrait à ceux qui la disent pendant l’Élévation trois ans d’indulgences. « Selon ce qu’affirme le même Augustin », elle permettrait de surcroît d’échapper aux nuisances des méchants et des démons et d’éviter de mourir en état de péché mortel67. L’incipit, toujours dénué de l’interjection, en est légèrement différent (« Dulcissime domine Iesu Christe, fili Dei vivi, inclinare digneris »). À Ba et S, il faut selon toute vraisemblance ajouter un troisième témoin. Signalé et transcrit par Giacomo Baroffio dans son Corpus Italicum Precum en ligne, il provient d’un livre d’heures à l’usage d’une dame écrit à la fois en italien et en latin (dorénavant H) mais sous la forme d’une prière deux fois plus longue que la version recensée par Ba et S et qui s’ouvre par un incipit légèrement différent (« O domine dulcissime Iesu Christe, fili Dei vivi, inclina »)68. Comme après une partie commune avec Ba et S, l’invocation initiale est renouvelée (« O dulcissime Iesu Christe, sicut desidero, sic tota mente peto, da mihi amorem tuum ») et que l’on change de style (multiplication des références bibliques) et de tonalité, tout invite à y voir une prière distincte qui aurait été juxtaposée à la version développée de l’oratio bona ou devotissima. L’hypothèse semble confortée par le fait qu’elle a été identifiée et transcrite comme une prière autonome, avec quelques variations dans l’incipit, par Giacomo Baroffio à partir d’un livre de prières daté de 1425 provenant de Sant’Eufemia de Mantoue69 mais aussi par Victor Leroquais d’après un livre d’heures français à l’usage de Paris du début du XVe siècle70.

Transcription de la prière

69Dans la mesure où il existe déjà des transcriptions de S et H et bien que Ba souffre de l’omission d’une phrase (signalée en note et restituée entre crochets droits dans le texte), c’est la transcription de ce témoin qui est ici proposée, avec en note les variantes des autres témoins et en gras les passages communs à V et Fk.

  • 71 dulcissime – christe Ba : o dulcissime yesu V o dulcissime iesu christe Fk o domine dulcissime iesu (...)
  • 72 inclinare digneris : inclina H.
  • 73 venerabiles – tuas Ba : aurem V tuam misericordie aurem Fk aurem tuam H aures tuas S.

1 Dulcissime domine Iesu71 Christe, fili Dei vivi, inclinare digneris72 venerabiles aures tuas73 ad preces meas, et pretioso sanguine tuo quem pro humano genere fudisti dele multitudinem peccatorum meorum.

  • 74 sudor : et sudor H.
  • 75 et – tuus Ba : sanguineus VFkS sanguinem H.
  • 76 faciant Ba : faciat VFkHS.
  • 77 lacrimas BaVFk : lacrimis HS.

2 Sudor74 tuus et sanguis tuus75 sudare me faciant76 lacrimas77 compunctionis.

  • 78 clavis et lancea : clavi lancea et corona spinea S.
  • 79 fuisti vulneratus BaVFk : inv. HS.
  • 80 vulnera : vulnerent S.
  • 81 in amore : amore S.

3 Clavis et lancea78 quibus fuisti vulneratus79, vulnera80 cor meum in amore81 tuo, ut te super omnia diligam.

  • 82 et BaH : om. S.
  • 83 passionis tue BaS : inv. H.

4 Et82 memoriam passionis tue83 fige in corde meo.

  • 84 et BaH : om. S.
  • 85 ypocrisi – tristitia Ba : ipocrisia – tristitia H tristitia ypocrisi ira S.
  • 86 concupiscentia – desperatione Ba : accidia negligentia simulatione murmuratione detractione H nequi (...)

5 Et84 libera me ab omni superbia, vana gloria, invidia, ypocrisi, ira, tristitia85, gula, luxuria, concupiscentia, iniqua (sic), negligentia, simulatione, murmuratione, detractione et desperatione86.

  • 87 et BaHS : om. VFk.
  • 88 carnis et spiritus Ba : carnis VFkS om. H.

6 Et87 omnia vitia carnis et spiritus88 remove a me.

  • 89 diabolum – expelle a me VFkS : diabolum – repelle a me H om. Ba.

7 [Diabolum et omnes insidias eius repelle a me.]89

  • 90 spiritum – me Ba : et spiritum sanctum mitte in me H et mitte spiritum sanctum tuum S
  • 91 cor meum Ba : om. HS.
  • 92 in amore tuo BaS : tuo dulcissimo amore H.

8 Spiritum sanctum mitte ad me90 qui me illuminet et inflammet cor meum91 in amore tuo92.

  • 93 fac Ba : et fac HS.
  • 94 ferventem in caritate BaH : transp. S.
  • 95 firmum in fide catholica Ba : transp. S firma<m> in fide catholica H.
  • 96 mitem in verbo Ba : om. HS.
  • 97 mundum BaS : mundam H.
  • 98 rectum BaS : et rectam H.

9 Fac93 me ferventem in caritate94, firmum in fide catholica95, humilem in corde, mitem in verbo96, mundum97 in cogitatione, rectum98 in opere.

  • 99 semper BaS : semperque H.
  • 100 tui amoris BaH : inv. S.
  • 101 non BaH : ne S.
  • 102 permittas Ba : permictas S dimittas H.
  • 103 temptationibus Ba : temporibus H meis operibus S.
  • 104 perduc – eternam Ba : (et me … digneris) perducere ad vitam eternam H perduc me in vitam eternam S.

10 Semper99 sit in me dulcedo tui amoris100, et non101 permittas102 me discedere a te ullis temptationibus103, sed perduc me, bone Iesu, ad vitam eternam104.

  • 105 qui – deo etc Ba : qui vivis et regnas cum deo patre et spiritu sancto in secula secularum. Amen V (...)

11 Qui vivis et regnas cum Deo, etc.105

70Malgré une formulation de l’invocation initiale très instable et quelques variantes, toutes deux s’ouvrent de la même manière sur la demande assez classique, adressée au « très doux Jésus Christ », d’effacer la multitude des péchés de l’orant avec son précieux sang (1). Vient ensuite la prière d’être conformé au Christ, d’abord en « suant des larmes de componction » produites par sa « sueur de sang » (2), puis en éprouvant au cœur les stigmates (3). C’est à partir de (3) dont la proposition principale est commune à tous les témoins sauf S qui, comme souvent dans le reste du texte, propose une lecture isolée, que les deux versions de la prière se définissent, Ba, H et S donnant ici une proposition finale absente de V et Fk. Les versions développées enchaînent alors avec deux séries d’impératifs (4 : fige, qui résume ce qui vient d’être dit ; 5 : libera, qui développe les péchés qui vont ensuite être résumés sous un intitulé générique) qui semblent naturellement poursuivre l’impératif inaugural (3 : vulnera) et précéder les deux suivants (6 : remove ; 7 : expelle) qui appartiennent à la structure commune des deux versions. Après ces deux impératifs, qui concluent la prière dans V et Fk et visent à être épargné par les vices (6) et les démons et leurs pièges (7), les versions longues ajoutent deux nouvelles demandes sur le mode impératif (8 : mitte ; 9 : fac), avant de conclure (10) sur une usuelle prière de gagner la vie éternelle. Ainsi, du point de vue du sens et de la forme, les deux versions sont cohérentes et il semble difficile de savoir si la version brève a été développée ou si la version longue a été abrégée.

Haut de page

Notes

1 Ronald G. Musto, « Angelo Clareno’s Preparantia Christi Jesu habitationem », Archivum Franciscanum Historicum, t. 73, 1980, p. 69-89, ici p. 85 « Preparantia […] Christi Iesu habitationem et mansionem ineffabilem et divinam in nobis […] ».

2 Sur les circonstances de composition du Preparantia, voir A. Le Huërou, « Une lettre inédite d’Angelo Clareno à Simone Fidati », Oliviana 6, 2020, https://journals.openedition.org/oliviana/1070

3 Musto, « Angelo », p. 85-89.

4 Sur ce point, voir Gian Luca Potestà, Angelo Clareno. Dai poveri eremiti ai fraticelli, Roma, 1990, (Istituto storico italiano per il Medio Evo, Nuovi studi storici, 8), p. 75-78.

5 La description détaillée des manuscrits est fournie plus loin.

6 Je remercie Sylvain Piron, à qui je dois le signalement de ce manuscrit. Pour une description, voir Catalogue de la bibliothèque de son exc. M. le comte D. Boutourlin, Florence, 1831, p. 1, ms. n°10, puis Catalogue de la bibliothèque de feu M. le comte D. Boutourlin, dont la vente se fera le lundi 16 novembre 1840, et jours suivants, […] rue des bons-enfants … Paris, 1840, t. 2, n° 111, p. 12. Ce manuscrit in-folio de 56 feuillets de papier copié sur deux colonnes, dont on perd la trace après la vente de 1840, comprend un texte enregistré par le catalogue comme Verba fratris Angeli ord. min. copié entre un De contemptu secularis scientiae attribué à Pierre Damien et un anonyme Speculum munditiae. Le manuscrit est daté par le catalogue du XIVe s., ce que semble exclure la présence d’un texte d’Agostino Dati (1428-1478), à moins, comme il s’agit du dernier texte du volume, qu’il n’ait été ajouté après-coup.

7 Est exclu X, dont nous ne savons rien.

8 Aux mss, A, B, Fk, Na, O, V, dont la provenance est connue, il faut ajouter Ox, au vu des autres textes contenus dans ce recueil : voir Annexe 1.

9 Simone Fidati, Ep. 11, in Willigis Eckermann (éd.), Simonis Fidati de Cassia OESA L’Ordine della vita cristiana ; Tractatus de vita christiana ; Epistulae ; Laude ; Opuscula, Roma, 2006 (Corpus Scriptorum Augustinianorum, VII/8), p. 295, l. 32-38 : « […] in ipso post deum iactaveram totius meae fiduciae fundamentum, et suis directionibus navigabam sperans per ipsum portum quietis attingere. Nunc autem perdidi propriae animae scafam. Et rectus ab ipso regebam alios et dirigebam ab ipso directus. Sub eius oboedientia praelatis parebam, et in caritate subiectis securius consulebam, praedicabam catechizatus ab ipso, et sua securitate populos arguere non verebar. » Pour une analyse de cette lettre, voir aussi Sara Bischetti, Cristiano Lorenzo, Antonio Montefusco, « Questione francescana e fonti volgari: il manoscritto Roma, BNC, Vitt. Em. 1167 e la tradizione delle Chronicae di Angelo Clareno », Picenum Seraphicum, 2020 (à paraître).

10 Simone Fidati, Ep. 11, éd. Eckermann, p. 295, l. 44-49 : « […] quia aliquarum epistularum et dictorum eius est memoria super terram, quas, ut potui, studui aggregare, tam aliis quam mihi directas, nolens ut eius memoria totaliter de saeculo deperiret, tuae benignitati transmitto, quatenus, cum tibi vacaverit non alio occupatus, paulatim scribas bona littera in carta edina aut pecorina volumen bonum et honorificum faciendo, cum intendam, si qua de ipso invenire potero ac procurare, sempiternae mandare memoriae. »

11 Pour une synthèse sur les rapports entre F et Ol, voir Felice Accrocca, « L’epistolario di Angelo Clareno nel Ms. 1942 della Biblioteca Oliveriana di Pesaro », in Edith Pásztor (dir.), Temi e immagini del Medio Evo. Alla memoria di Raoul Manselli da un gruppo di allievi, Roma, 1996, p. 115-136 ; Id., « L’edizione delle Lettere di Angelo Clareno (Pesaro, Biblioteca Olivierana, ms. 1492) », Collectanea franciscana, 76, 2006, p. 581-590, deux contributions reprises dans Id., Un ribelle tranquillo. Angelo Clareno e gli Spirituali francescani fra Due e Trecento, Assisi, 2009, p. 107-125 et p. 275-284.

12 M. Curto, L’epistolario di Angelo Clareno nel Ms. 1942 della Biblioteca Oliveriana di Pesaro, Studia Oliveriana III s., 1-2, 2001-2002. La circulation du recueil dont Ol est témoin semble avoir connu une diffusion beaucoup plus large que F : voir par exemple F. Accrocca, « L’epistolario di Angelo Clareno », Un ribelle tranquillo, p. 108. Sur le ms., voir en dernier lieu P. Erani, avec la coll. de M. Palma et P. Zanfini, I manoscritti datati delle Marche, Firenze, Sismel, 2019 (Manoscritti datati d’Italia, 30), p. 106-107, n°83.

13 M. Curto, L’epistolario, p. 37 : « Questa è la tavola delle epistole de lo venerabile et santo patre, frate Angelo da Chiarino, reducte de latino in vulgare per quelli che non sanno grammatica ».

14 La vingt-cinquième lettre de Ol (f. 74r-80v) correspond à la neuvième lettre de F.

15 Sur Angelo Clareno traducteur du grec et les volgarizzamenti de ses traductions, dont celui de la Scala Paradisi par Gentile da Foligno, qui est peut-être également l’auteur de la version vulgaire des lettres contenues dans Ol, voir en dernier lieu Gian Luca Potestà, « Genesi e fortuna delle traduzioni di Angelo Clareno », Bernadette Cabouret, Annick Peters-Custot, Camille Rouxpetel (dir.), La réception des Pères grecs et orientaux en Italie au Moyen Âge (Ve-XVe siècle), Paris, Cerf, 2020, p. 269-286.

16 Voir l’explicit de la collection, F, f. 214r : « Liber epistolarum beati Angeli de Clarino ordinis Minorum explicit feliciter. Deo gratias. »

17 Le texte des Miracles a été édité par Felice Accroca, « I Miracula beati Angeli (ms. Magliabecchi XXXIX, 75) e gli ultimi anni del Clareno in Basilicata », Archivum franciscanum historicum, t. 89, 1996, p. 615-627, repris dans Id., Un ribelle tranquillo, p. 127-139.

18 Ibid., p. 134 : « Infrascripta misit dominus Rubertus de Mileto fratri Gentili [de Fulgineo alia manu in mg] modico tempore post obitum fratris Angeli de Clarino ».

19 Lydia von Auw, Angeli Clareni Opera. I. Epistole, Roma, 1980 (Fonti per la storia d’Italia, 103). Il existe une autre édition des lettres, en de nombreux points supérieurs à l’ouvrage précédent, mais il s’agit d’une thèse non publiée : Ronald G. Musto, The Letters of Angelo Clareno (c. 1250 – 1337), New York, Columbia University (diss.), 1977. Sur l’intérêt et les limites de chacune des éditions, voir Gian Luca Potestà, « Sull’edizione delle Lettere di Angelo Clareno », Cristianesimo nella storia, 7, 1986, p. 341-352 ; Id., « Gli studi su Angelo Clareno. Dal ritrovamento della raccoltà epistolare alle recenti edizioni », Rivista di Storia e Letteratura religiosa, 25, 1989, p. 111-143 ; Id., Angelo Clareno, p. 15-17.

20 Si ce sont surtout des leçons très singulières communes aux quatre témoins qui permettent de les isoler, on peut en avoir un premier aperçu dans l’addition commune d’un semper dans les explicit : voir Annexe 1, Famille d.

21 Voir par exemple les incipit en Annexe 1, ibid.

22 C’est perceptible dès l’incipit du texte, qui s’ouvre sur la citation de Romains 12, 2 (« Reformamini in novitate sensus vestrus ») : Reformamini in novitate A] Renovamini in novitate B.

23 Pour une édition de la lettre, voir A. Le Huërou, « Une lettre inédite ».

24 Pour une première liste (quoique incomplète) des manuscrits entiers ou partiels, voir Willigis Eckermann, Simonis Fidati de Cassia De gestis Domini Salvatoris, Roma, 1998 (Corpus Scriptorum Augustiniorum 7, 1), p. XXII-LXXVII.

25 Simone Fidati, Ordine della vita cristiana, éd. Eckermann, p. 37-120. Intitulé « Dell opere corporali », le chapitre 3 du livre II se trouve p. 99-101. La version latine correspondante, Tractactus de vita christiana (éd. Eckermann, p. 127-195), l’intitule « De operibus corporalibus, quae debemus exercere », p. 178-180.

26 Simone Fidati, Lauda terza, éd. Eckermann, p. 517-531, ici p. 529-530.

27 Sur les rapports entre l’ermite de Vallombreuse et l’augustin, voir en premier lieu leur échange de lettres : in W. Eckermann (éd.), Simonis Fidati de Cassia OESA L’Ordine della vita cristiana, p. 356-357 (Ep. 22, Giovanni dalle Celle à Simone Fidati), p. 360-369 (Ep. 23, Longue réponse de Simone Fidati).

28 Giovanni dalle Celle, Lettre 23 “ai Gesuati” in Giovanni dalle Celle - Luigi Marsili, Lettere, a cura di F. Giambonini, I-II, Firenze 1991 (Istituto Nazionale di studi sul Rinascimento; studi e testi, 22), t. 2, p. 347-349 (l. 420-479), où il ne cite pas nommément Angelo Clareno mais incite ses correspondants « à préparer en [eux] une habitation où puisse habiter le Christ » et à cette fin leur rend accessible « les exercices du corps et de l’âme selon un saint homme » : « [...] vi prego che cresciate nella grazia e che voi exercitiate ne’ sancti exercici; e aparachiate in vui abitazione nella quale Cristo possa abitare. [...] E accioché possiate questo più agevolmente fare, manifestovi, secundo alcuno sancto, gli exercizii del corpo e dell'anima. »

29 Sur Stefano Maconi (Stephanus de Senis), voir Giovanni Leoncini, « Un certosino del tardo Medioevo : don Stefano Maconi », in Die Ausbreitung kartaüsischen Lebens und Geistes in Mittelealter, t. 2, Salzburg (Analecta Cartusiana, 63, 2), 1991, p. 54-107.

30 Venezia, Biblioteca Nazionale Marciana, lat. III. 108 (2870).

31 Respectivement : Wien, Österreichische Nationalbibliothek, cod. 11790 et München, Bayerische Staatsbibiliothek, Clm 123.

32 Simone Fidati, Ep. 35 (éd Eckermann), p. 436-437.

33 Sur ce personnage, voir A. Mischlewski, « Johann von Lorch und der Streit um die Präzeptorei Roßdorf (1434-37) », Archiv für mittelrheinische Kirchengeschichte, 14, 1962, p. 443-453.

34 Simone Fidati, Ep. 2 (éd. Eckermann), p. 234-241.

35 Voir Annexe 2, où en est proposée la transcription.

36 La collation de Fk avec l’édition de la lettre montre l’appartenance de Fk à la tradition représentée par B, ce que permet de saisir d’emblée l’incipit : Domino Thomae de Corsinis de Florentia iurisperito frater Simon de Cassia se ipsum ad debita vota V] Domino Thomae de Cursinis iurisperito de Florentia frater Simon de Cassia salutem et se ipsum ad debita vota B Domino N. de Cursinis iurisperito de Florentia frater Simon de Cassia salutem et se ipsum ad debita vota Fk.

37 Voir Annexe 1.

38 Voir Annexe 1.

39 On notera que Ch écrit aussi letigio pour litigio.

40 Auxquels on peut ajouter X, d’après le catalogue. Na (e) peut aussi y être rattaché de manière distante avec l’intitulé Monicio cuiusdam sancte fratris.

41 A cet égard, on notera que la première édition du Preparantia a été donnée par Nicola Mattioli en 1898 dans un ouvrage dévolu à l’augustin. Voir Nicola Mattioli, Il beato Simone Fidati da Cascia, dell'Ordine romitano di S. Agostino, e i suoi scritti editi ed inediti (Antologia Agostiniana, 2), Roma, 1898, p. 467-471.

42 Pour une description de ce manuscrit, voir en dernier lieu Lydia Von Auw, Angeli Clareni Opera. I. Epistole, Roma, 1980 (Fonti per la storia d’Italia, 103), p. xxxiv-xxxvi ; Musto, « Angelo Clareno’s Preparantia », p. 79-81 ; Potestà, Angelo Clareno, p. 299.

43 Sur ce manuscrit, voir A. Le Huërou et S. Piron, « Une prière attribuée à Conrad d’Offida », Oliviana, 6, 2020 [En ligne] URL : http://journals.openedition.org/oliviana/943

44 Le manuscrit est décrit dans Juliane Trede, Wolf Gehrt, Die Handschriften der Staats- und Stadtbibliothek Augsburg 8° Cod 1-232, Wiesbaden, 2011 (Handschriftenkataloge der Staats- und Stadtbibliothek Augsburg VIII), p. 228-234.

45 Le manuscrit a appartenu à l’antiquaire et historien Miklos Jankowic: voir Friedrich Hänel, « Ungedruckte Handschriften-Kataloge. I. Elenchus manuscriptorum Nicolaï sen. Jankowich », Neue Jahrbücher für Philologie und Pädagogik oder Kritische Bibliothek für das Schul- und Unterrichtswesen, t. 5 (1839), p. 591-640, ici p. 601-602. Il a été décrit par Emma Bartoniek, Codices Manu Scripti Latini, Budapest, 1940, (vol. 1 : Codices Latini Medii Aevi), p. 102-103 et étudié par Christoph Roth, Literatur und Klosterreform, Die Bibliothek der Benediktiner von St. Mang zu Füssen im 15. Jahrhundert (Studia Augustana, 10), Tübingen, 1999, p. 154-155, 328.

46 Pour une description détaillée du manuscrit, voir A. Le Huërou, « Une lettre inédite ».

47 Pour la description et l’histoire de ce manuscrit, voir David Gutiérrez, « La biblioteca di San Giovanni a Carbonara di Napoli », Analecta Augustiniana, 29, 1966, p. 195, n. 2360 ; Pius Künzle, Heinrich Seuses Horologium sapientiae, Freiburg, 1977 (Spicilegium Friburgense, 23), p. 162 ; Enrico Menestò, Le prose latine attribuite a Jacopone da Todi, Bologna, 1979, p. 123 ; Id. (éd.), Iacopone da Todi, Tractatus utilissimus. Verba, Firenze, 2015 (Edizione Nazionale dei Testi Mediolatini d’Italia, 37), p. 183

48 Voir George Folliet, « Un témoin latin d'un florilège ascétique "De discretione virtutum" », Augustinianum, 35 (1995), p. 371-390.

49 Voir en dernier lieu Enrico Menestò (éd.), Iacopone da Todi, Tractatus utilissimus. Verba, Firenze, 2015 (Edizione Nazionale dei Testi Mediolatini d’Italia, 37).

50 On trouve en effet f. 40 v. : « Ad honorem Domini Dei nostri scripta sunt que continentur in hoc volumine anno ab Incarnatione Domini nostri Iesu Cristi milesimo quadrigentesimo quadragesimo octavo et expleta die nono mensis novembris, in civitate Venetiarum, quam ipse Deus noster pacifice conservare dignetur ad sui nominis honorem et gloriam. Amen. » Plusieurs autres manuscrits offrent des colophons analogues à celui de P : par ex. Milano, Biblioteca Ambrosiana, A.94 inf., 1433 (f. 154v : « Scriptus est iste liber et expletus anno ab incarnatione Domini nostri Iesu Christi milesimo quadringentesimo trigesimo tertio, de mense decembris, in civitate Venetiarum, quam Deus pacifice conservare dignetur ad sui honorem. Orate pro scriptore. Deo gratias. Amen. ») ; Milano, Biblioteca Ambrosiana, E.79 sup., 1455 (f. 208r : « Scriptus est liber iste et expletus anno ab incarnatione domini nostri Jesu cristi milesimo quadrigentesimo quinquagesimo quinto, de mense septembris in civitate Venetiarum. Quam Deus et Dominus noster omnipotens per misericordiam suam, ad sui nominis honorem et gloriam pacifice conservare dignetur. Quod est sanctum et gloriosum per omnia secula seculorum amen. Deo gratias. Orate pro scriptore quia peccator fuit, ut sibi dominus misereatur. Benedictus sit Deus. Amen. ») ; Paris, Bnf lat. 2735, 1453 (f. 58v : Scriptus est liber iste et expletus anno Incarnationis domini nostri Iesu Cristi milesimo quadrigentesimo quinquagesimo tertio, de mense octobris in civitate Venetiarum, quam ipse Deus et Dominus noster per misericordiam suam magnam pacifice ad sui nominis honorem et gloriam conservare dignetur. Amen »). Pour une première description de P, voir A. Molinier, Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque Mazarine, t. 1, Paris, 1885, p. 356-357.

51 P, f. 40v : « Hec supra notata revelatio per quemdam servum Dei in scriptis missa fuit Venetiis reverendissimo domino in Cristo patri nostro domino Laurentio Iustiniano, Dei et apostolice sedis gratia episcopo Castelano, a quo habui, sicut scripsi superius. »

52 Bnf lat. 2735, f. 57v-58v.

53 Le ms. est accessible en ligne : http://sammlungen.ub.uni-frankfurt.de/msma/content/titleinfo/1976448. Pour sa description, voir Gerhardt Owitz, Herbert Buck, Die Handschriften des Bartholomaeusstifts und des Karmeliterklosters in Frankfurt am Main, Frankfurt am Main, Klostermann, 1974 (Kataloge der Stadt- und Universitätsbibliothek Frankfurt am Main; Bd. 3: Die Handschriften der Stadt- und Universitätsbibliothek Frankfurt am Main, II), p. 419-423.

54 Pour une description du manuscrit, on se reportera à Joseph Valentinelli, Bibliotheca manuscripta ad S. Marci Venetiarum, Venezia, 1869, t. II, p. 199-203 ; R. G Musto, « Angelo Clareno’s Preparantia », p. 81-83 ; Simonis Fidati de Cassia OESA, L’Ordine della vita cristiana, éd. W. Eckermann, p. 200-203.

55 Intitulé Breviloquium super doctrina salutis ad parvulos Christi et connu par ce seul témoin, ce traité d’Angelo Clareno a été particulièrement sollicité par Simone fidati pour son Ordine della vita cristiana. La seule édition actuellement disponible du traité se trouve dans N. Mattioli, Il beato Simone Fidati da Cascia, p. 471-487.

56 Simone Fidati, Ep. 35 (éd Eckermann), p. 436-437.

57 Pour une première description, voir H. O. Coxe, Catalogi codicum manuscriptorum Bibliothecæ Bodleianæ pars tertia codices Græcos et Latinos Canonicianos complectens, Quarto Catalogues III, 1854, col. 849-850. Le manuscrit est manifestement incomplet du début, puisqu’il commence au f. 7 (in calce : 46) et s’achève au f. 67 (in calce : 106). Son origine monastique ne fait pas de doute au regard de son contenu : il s’ouvre sur un Liber de informatione novitiorum [= Bonaventura ; David de Augusta, Formule honeste vite], se poursuit par une « Epistola beati Bernardi de institutione totius vite, quam debet servare monachus » [=Bonaventura, Epistola continens viginti quinque memorialia] et conclut une série de lettre attribuées à Bernard de Clairvaux suivie du Preparantia par « Explicit speculum monacorum perfectorum ». Tous mes remerciements à Eva Oledzka pour m’avoir facilité l’accès au manuscrit.

58 Voir Carmelo Ottaviano, Testi medioevali inediti, fontes Ambrosiana, vol. 3, Firenze, 1933, p. 53-56. Wilmart, « Textes attribués à saint Anselme et récemment édités », Revue Bénédictine, 48, 1936, p. 71-79, ici p. 71-76.

59 La description la plus complète du manuscrit se trouve dans Musto, « Angelo Clareno’s Preparantia », p. 75-79. Je remercie Sara Bischetti pour son examen du manuscrit, qu’elle a identifié comme copié par une main italienne.

60 Voir MGH, Die Briefe der deutschen Kaiserzeit, IV : Die Briefe des Petrus Damiani, 1 (éd. Kurt Reindel), München, 1983, p. 284-330, n°31. Ch présente la particularité d’inverser les deux lettres dont est constitué le Liber.

61 Sur cette prière adaptée des Synonyma I, 63, dont il existe au moins trente-trois témoins, voir Jacques Elfassi, « Trois aspects inattendus de la postérité des Synonyma d’Isidore de Seville : les prières, les textes hagiographiques et les collections canoniques », Revue d’histoire des textes, 1, 2006, p. 109-152, ici p. 112-118.

62 N. Mattioli, Il beato Simone Fidati, p. 470-471

63 R. G. Musto, « Angelo Clareno’s Preparantia », p. 83. La transcription qu’en donne L. von Auw d’après V est quant à elle incomplète (omnia vicia carnis remove a me om.) et fautive (clavi pro clavis) : voir Angeli Clareni Epistole, p. 48, note 1.

64 Voir Ps. 16,6 ; 30,3 ; 70,2 et surtout 87,3 : «Inclina aurem tuam ad precem meam »

65 Manuscrit accessible en ligne : https://www.e-codices.ch/fr/ubb/B-X-0011/87v/0/Sequence-2901

66 Le petit manuscrit, actuellement conservé par les clarisses romaines de la via Vitellia, a fait l’objet d’un article détaillé de la part d’Ottorino Montenovesi, dans lequel, en plus d’en donner la description matérielle et quelques photographies et d’en préciser le contenu, il reporte plusieurs « prières intéressantes », dont l’Oratio brevis ad Crucifixum. C’est sa transcription que nous avons utilisée : voir O. Montenovesi, « Un libro di preghiere appartenuto a San Bernardino da Siena », Accademie e biblioteche d'Italia, 17, 1942/3, p. 301-315, ici p. 309. Je remercie tous ceux qui m’ont aidé à localiser le petit codex, dont on ne savait plus rien depuis 1942.

67 « Sequitur oratio beati Augustini episcopi quam dicentes sub elevatione corporis Christi habunt III annos indulgenticiarum et secundum quod affirmat idem Augustinus nec homo malus nec demon eis nocebit. Insuper non morientur in peccatis mortalibus. »

68 http://www.hymnos.sardegna.it/iter/iterliturgicum.htm (Corpus Italicum Precum). La cote du manuscrit, siglé PrPLH dans le corpus, n’y est pas correctement renseignée (Parma, Biblioteca palatina, Pal. 000, f. 102r), mais en dépit des éléments fournis par Giacomo Baroffio, Laura Albiero, Ermenda Del Monaco et Luca Ughetti – que nous remercions tous quatre –, il n’a pas encore été possible de l’identifier précisément.

69 Mantova, Biblioteca Comunale Teresiana, 164, f. 15r-16r (ms. accessible en ligne sur le site de la Biblioteca Digitale Teresiana : http://digilib.bibliotecateresiana.it/index_manoscritti.php). Copiée sous l’intitulé Oratio devota, la prière a pour incipit : Dulcissime Yesu sicut desidero et tota mente peto, da mihi amorem tuum. Explicit : Qui vivit et regnat in secula secularum benedictus Deus. Amen.

70 Paris, Bnf, Lat. 1161, f. 287v-289r (ms. accessible en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10515743q). Copiée sous la rubrique Oratio, elle a pour incipit : O dulcissime Ihesu Christe, sicut toto corde desidero, sicut tota mente peto, da michi tuum amorem. Explicit : Per Dominum nostrum Ihesum Christum filium tuum qui tecum vivit et regnat. Elle est éditée par V. Leroquais, Les bréviaires manuscrits de la bibliothèque nationale de France, Paris, 1927, t. 2, p. 336 (n°XXX). Il signale également sa présence dans deux autres livres d’heures : Paris, Bnf, Lat. 18014, f. 130v-131r (ms accessible en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8449684q) et dans Paris, Bnf, N.A.L. 1016, f. 244v (XIVe s.). Voir ibid., p. 178 (n°249), p. 286 (n°299).

71 dulcissime – christe Ba : o dulcissime yesu V o dulcissime iesu christe Fk o domine dulcissime iesu christe H dulcissime iesu christe S.

72 inclinare digneris : inclina H.

73 venerabiles – tuas Ba : aurem V tuam misericordie aurem Fk aurem tuam H aures tuas S.

74 sudor : et sudor H.

75 et – tuus Ba : sanguineus VFkS sanguinem H.

76 faciant Ba : faciat VFkHS.

77 lacrimas BaVFk : lacrimis HS.

78 clavis et lancea : clavi lancea et corona spinea S.

79 fuisti vulneratus BaVFk : inv. HS.

80 vulnera : vulnerent S.

81 in amore : amore S.

82 et BaH : om. S.

83 passionis tue BaS : inv. H.

84 et BaH : om. S.

85 ypocrisi – tristitia Ba : ipocrisia – tristitia H tristitia ypocrisi ira S.

86 concupiscentia – desperatione Ba : accidia negligentia simulatione murmuratione detractione H nequitia simulationem murmurationem detractionem desperationem S.

87 et BaHS : om. VFk.

88 carnis et spiritus Ba : carnis VFkS om. H.

89 diabolum – expelle a me VFkS : diabolum – repelle a me H om. Ba.

90 spiritum – me Ba : et spiritum sanctum mitte in me H et mitte spiritum sanctum tuum S

91 cor meum Ba : om. HS.

92 in amore tuo BaS : tuo dulcissimo amore H.

93 fac Ba : et fac HS.

94 ferventem in caritate BaH : transp. S.

95 firmum in fide catholica Ba : transp. S firma<m> in fide catholica H.

96 mitem in verbo Ba : om. HS.

97 mundum BaS : mundam H.

98 rectum BaS : et rectam H.

99 semper BaS : semperque H.

100 tui amoris BaH : inv. S.

101 non BaH : ne S.

102 permittas Ba : permictas S dimittas H.

103 temptationibus Ba : temporibus H meis operibus S.

104 perduc – eternam Ba : (et me … digneris) perducere ad vitam eternam H perduc me in vitam eternam S.

105 qui – deo etc Ba : qui vivis et regnas cum deo patre et spiritu sancto in secula secularum. Amen V qui viv[is] et reg[nas] Fk qui cum patre et spiritu sancto vivis et regnas in saecula saeculorum. Amen H Qui vivis et regnas benedictus in saecula saeculorum. Amen. S.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Le Huërou, « La transmission manuscrite du Preparantia et les recueils des lettres d’Angelo Clareno et Simone Fidati », Oliviana [En ligne], 6 | 2020, mis en ligne le 03 mars 2020, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/oliviana/1076

Haut de page

Auteur

Armelle Le Huërou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Oliviana

Haut de page
  • Logo CRH
  • OpenEdition Journals