Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7VariaLa bibliothèque portative des fra...

Varia

La bibliothèque portative des fraticelles, 3

Fin de partie : la collecte des Observants et la fuite en Crète
Sylvain Piron

Résumés

Ce dernier volet de l’enquête sur la diffusion des livres issus de la bibliothèque du couvent franciscain de Narbonne en Italie s’intéresse à différents aspects de sa dispersion finale : on se demandera comment Bernardin de Sienne a pu avoir accès à ces livres ; comment, après lui, les prédicateurs de l’Observance ont cherché à lire des textes d’Olivi ; et comment les fraticelles sont parvenus, malgré tout, à sauvegarder leurs manuscrits dans les pires moments des persécutions, en les emportant avec eux en Crète.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut prendre comme repère l’affirmation d’Ubertin de Casale qui estimait l’ampleur des œuvres (...)
  • 2 S. Piron, « The Dissemination of Barthélemy Sicard’s Postilla super Danielem », dans Michael Bai (...)
  • 3 S. Piron « La bibliothèque portative des fraticelles, 1. Le manuscrit de Pesaro », Oliviana, 5, (...)
  • 4 Sara Bischetti, Antonio Montefusco et S. Piron, « La bibliothèque portative des Fraticelles, 2. (...)

1Dans les précédents épisodes, nous avons tenté de rendre compte de la circulation en Italie, durant tout le XIVe siècle, de textes copiés ou produits par les dissidents franciscains, en employant la notion de « bibliothèque portative » de façon équivoque. En un premier sens, cette expression désigne la collection de livres que les frères du couvent de Narbonne mirent à l’abri, peu avant l’exécution des quatre Spirituels condamnés à Marseille, en mai 1318, et la destruction de la tombe d’Olivi qui suivit de peu. En considérant le nombre de volumes impliqués dans ce sauvetage, il est raisonnable d’estimer qu’ils emportèrent avec eux à Naples une malle contenant au moins une quarantaine de codices, comportant l’essentiel des œuvres de Pierre de Jean Olivi, mais aussi certains des volumes dont il avait eu l’usage, comme le Pugio fidei de Ramon Martí et différentes œuvres de Joachim de Fiore1. Au cours des décennies suivantes, ces ouvrages furent copiés, isolément ou en bloc, en des temps et des lieux divers. Les six témoins subsistants du commentaire sur Daniel de Barthélemy Sicard, sauvé de l’oubli par sa présence dans l’armoire du couvent de Narbonne, peuvent donner une bonne idée des voies de diffusion clandestine de ces œuvres interdites2. Le fraticelle des Marches qui composa vers le milieu du XIVe siècle une anthologie de textes oliviens écrivait peut-être dans le lieu même où était conservé ce qui subsistait de l’armoire originelle. En un sens restreint, ce codex de poche peut être décrit lui aussi comme une petite bibliothèque portative3. Les dissidents produisaient également des textes de polémique ou de propagande et des œuvres à visée dévotionnelle ou mémorielle, où sont parfois mentionnés les volumes qu’ils connaissaient ou dont ils disposaient. Le réseau implanté à Florence semble avoir mis en place une véritable officine éditoriale : les fascicules diffusés dans les années 1390 constituent une autre forme de « bibliothèque portative »4. Avec l’intensification de la répression, après le retour de la papauté en Italie, les groupes dissidents tombèrent les uns après les autres ou s’enfuirent loin d’Italie. Du point de vue de la circulation des livres, c’est la fin de cette histoire qu’il faut à présent considérer.

L’armoire de Narbonne

  • 5 S. Piron, « Les œuvres perdues d’Olivi », Archivum Franciscanum Historicum, 91, 1998, p. 357-394
  • 6 Jean-Louis Biget, « Culte et rayonnement de Pierre Déjean-Olieu en Languedoc au début du XIVe si (...)
  • 7 Ubertin de Casale, « Sanctitati apostolicae », ed. F. Ehrle, Archiv für Literatur- und Kirchenge (...)

2Pour éviter tout malentendu, il importe de bien préciser ce que recouvre l’hypothèse d’une « armoire » du couvent de Narbonne dont le contenu aurait été transporté et disséminé en Italie au cours du XIVe siècle et dont une partie substantielle serait ensuite parvenue jusqu’en Crète. De retour dans la ville où il vécut ses dernières années (1292-1298), Olivi prépara une édition de ses œuvres complètes. Il révisa et compléta certains textes, en les dotant de tables de matières où figuraient la liste des questions abordées5. Par la suite, ses écrits tinrent une place majeure dans le culte qui lui fut rendu sur place durant les vingt années qui suivirent son décès, puis de façon clandestine quand la répression s’aggrava ; aux yeux des béguins interrogés par les inquisiteurs dans les années 1318-1325, l’ampleur de cette œuvre était son principal miracle6. D’après une déclaration d’Ubertin de Casale, qui en avait une connaissance directe, cet ensemble représentait « en nombre de mots », plus de dix-sept fois les Livres de Sentences de Pierre Lombard7.

  • 8 Ubertin de Casale, « Sanctitati Apostolicae », p. 385 : : « Pontio Bautugati, qui fuit notabilis (...)
  • 9 C’est ce manuscrit qu’a publié Bernhard Jansen sous le titre erroné de Quaestiones in secundum l (...)
  • 10 Ce volume a tenu une place majeure dans la première étude de l’oeuvre menée par Franz Ehrle.

3Dès le printemps 1299, une interdiction de lire ou de posséder ces textes au sein de l’ordre fut prononcée par le chapitre général réuni à Lyon. Ubertin rapporte le cas d’un frère (Pons Bautugat) qui fut mis en prison pour avoir déclaré que, s’il en avait eus, il ne les aurait pas rendus, mais les aurait plutôt soumis au pape pour correction8. Certains manuscrits que nous connaissant ont pu être confisqués à cette occasion. Tel est probablement le cas d’une copie intégrale du deuxième livre de la Somme, à présent conservé au Vatican (Vat. lat. 1116). Il s’agit certainement de l’exemplar mis au propre après révision puisque, pour les questions De vitiis, le texte correspond exactement à la rédaction autographe de l’auteur9. Une confirmation peut être tirée du fait qu’aucun témoin connu ne dépend de ce qui aurait dû être le point de départ de la diffusion manuscrite. Les autres témoins de certaines des 118 questions qu’il contient représentent tous des états antérieurs, souvent dans des volumes confisqués en 1282-83. Il ne serait pas impossible que certains commentaires bibliques, eux aussi conservés à la bibliothèque vaticane, aient également été saisis à la suite du chapitre de 1299. En revanche, pour ce qui est du quatrième livre de la Somme, une copie très fautive dressée par un scribe de chancellerie (Vat. lat. 4896) n’a pas entravé la circulation ultérieure10. L’absence de toute annotation significative ne permet pas d’en comprendre les circonstances de sa production.

  • 11 Pour le détail des événements, voir Louisa Burnham, So Great a Light, so Great a Fire, Ithaca (N (...)
  • 12 S. Piron, « Censures et condamnation de Pierre de Jean Olivi. Enquête dans les marges du Vatican (...)
  • 13 S. Piron, « Autour d’un autographe (Borgh. 85, fol. 1-11) », Oliviana, 2, 2006.
  • 14 Franz Ehrle, Historia bibliothecae romanorum pontificium, tum Bonifatianae tum Avenionensis, Rom (...)

4Après cette première répression, l’autorisation de posséder des œuvres d’Olivi faisait partie des demandes présentées par les Spirituels à Clément V en 1309. À l’issue du concile de Vienne (mai 1312), ceux qu’on appelait alors les Spirituels reçurent officiellement le contrôle des couvents de Narbonne, Béziers et Carcassonne11. Il est probable qu’ils tentèrent de reconstituer la collection plus complète des œuvres de leur maître à penser dans les bibliothèque de ces couvents, en mettant à profit des volumes que certains frères avaient pu mettre à l’abri entre temps. Alors que les saisies effectuées lors de l’enquête menée en 1282-83 ont été soigneusement conservées par les autorités, afin de pouvoir étayer les accusations lancées contre Olivi, les circonstances de 1318 étaient bien différentes. Les agents du pape et des dirigeants de l’ordre qui investirent le couvent de Narbonne avaient pour premier but d’effacer toute trace du culte rendu au théologien qui avait inspiré la dissidence : ses restes furent emportés à Avignon et jetés de nuit dans le Rhône12. Après l’exécution des quatre frères obstinés à Marseille, aucun procès doctrinal ne justifiait la confiscation d’œuvres suspectes. Un codex, à présent conservé à la Bibliothèque Apostolique Vaticane (Borgh. 85) réunit un ensemble de documents épars liés aux diverses polémiques franciscaines, dont deux pièces seulement proviennent clairement de cette opération. On y trouve le seul autographe connu d’Olivi conservé comme une relique par certains de ses disciples, ainsi qu’une réponse des frères réunis à Narbonne à leurs adversaires datée du printemps 131713. Ces papiers, trouvés sur place, furent versés dans une boite d’archive. Cela n’exclut pas que des codices aient également été saisis à cette occasion, mais il est impossible de savoir, parmi la douzaine de manuscrits comportant le nom d’Olivi figurent dans les anciens inventaires des collections papales d’Avignon, lesquels auraient pu être confisqués à cette date14.

  • 15 Je ne tiens pas compte ici des deux recueils d’opuscules spirituels en vernaculaire occitan appo (...)
  • 16 Paolo Vian, « I codici fiorentini e romano della “Lectura super Apocalipsim” di Pietro di Giovan (...)

5En revanche, il est possible d’être bien plus affirmatif en ce qui concerne l’origine languedocienne d’un certain nombre de manuscrits copiés en Italie centrale au cours du XIVe siècle que nous allons croiser dans les pages qui suivent15. L’emploi d’une date exprimée dans le style de Pâques, typique des usages français, dans le colophon d’un texte copié en Toscane est un premier indice notable16. La connaissance de textes rares et clairement liés aux dernières années de la vie d’Olivi, comme le récit de ses derniers moments, en est un autre. Mais le seul fait d’écrire en toutes lettres le nom d’un auteur prohibé suffit déjà à indiquer une copie réalisée parmi le cercle de ses partisans. Au moyen de ces indices, on peut affirmer qu’un certain nombre de manuscrits entrés dans les collections du couvent Santa Croce de Florence dans la seconde moitié du XIVe siècle témoigne de la présence, dans la région, d’une collection notable de manuscrits latins d’Olivi possédés par les dissidents.

6Toutefois, la preuve la plus forte qu’ils possédaient de véritables bibliothèques tient à la grande variété de textes oliviens réunis dans un même lieu auquel a eu accès le compilateur du manuscrit de Pesaro. L’histoire de ces groupes, telle qu’on peut l’appréhender à la lumière de la chronique florentine du cod. Magliabecchiano XXXIV 76, suggère que le premier voyage de ces livres s’est effectué de Narbonne à Naples, dans les premiers mois de l’année 1318. Au fil des déplacements, les manuscrits ont pu être dispersés ou plusieurs fois recopiés, si bien que l’accessibilité des œuvres n’est pas le signe d’une présence de la bibliothèque d’origine. Outre les foyers de diffusion clairement identifiables en Toscane et dans les Marches, il est probable que les fraticelles implantés dans les alentours de Rome, en Sabine ou en Ombrie possédaient également certains textes.

  • 17 C’est par exemple le cas du cod. Vatican, BAV, Urb. lat. 480.

7La dissémination des écrits d’Olivi en Italie ne s’est pas effectuée exclusivement à partir des exemplaires contenus dans la malle venue de Narbonne. Certains textes, comme la Lectura super Mattheum ou les Questions sur la perfection évangélique avaient déjà connu une première circulation dès avant la censure de 1283. On peut identifier des manuscrits copiés par des étudiants présents à Montpellier dans les années 1290, à l’époque où l’accès à ces textes était libre17. Il y a donc eu d’autres voies de circulation. Toutefois, l’identification d’un corpus d’œuvres circulant ensemble a également pour vertu d’expliquer comment a pu s’effectuer leur redécouverte et appropriation par les Observants franciscains.

8Nous ne disposons, pour tenter de reconstituer les mouvements de ces livres, que d’indications très fragmentaires : inventaires, notes de possesseurs, présence du nom de l’auteur, etc. L’absence d’éditions critiques satisfaisantes pour une grande partie des œuvres concernés ne facilite pas la tâche. Pour ne pas s’arrêter à un constat d’ignorance qui interdit toute réflexion, il peut être utile d’avoir recours à des hypothèses heuristiques. Comme le fait la philologie lors de l’établissement d’un stemma codicum, il est tout à fait légitime d’identifier l’existence d’un témoin manquant dans une chaîne de transmission. Pour le raisonnement historique, ces absences sont celles de personnes dont on ne peut rien savoir positivement, mais dont on peut toutefois comprendre, par déduction, qu’elles ont dû tenir un rôle d’intermédiaire dans l’accès à tel ou tel texte. Les quelques figures d’inconnus que l’on verra apparaître dans les pages qui suivent ne sont pas inventées gratuitement : elles sont au contraire postulées avec parcimonie pour donner un sens à des séquences d’événements dont le contexte n’est pas documenté.

Les lectures de Bernardin de Sienne

  • 18 D. Pacetti, « I codici autografi di S. Bernardin da Siena della Vaticana e della comunale di Sie (...)
  • 19 C. Cenci, « Un manoscritto autografo di San Bernardino a Budapest », Studi francescani, 61, 1964 (...)

9Les patientes recherches menées pendant plusieurs décennies, depuis les années 1930, par Dionisio Pacetti sur les manuscrits présents dans la bibliothèque personnelle de Bernardin de Sienne, en vue de l’édition de ses œuvres complètes, ont mis en évidence un fait incontestable : les auteurs préférés du premier grand prédicateur de l’Observance franciscaine ont été, de sa première formation intellectuelle jusqu’au jour de sa mort, Pierre de Jean Olivi et son principal disciple, Ubertin de Casale. L’examen des manuscrits autographes de Bernardin, publié dès les années 1934-1936, faisait apparaître des quantités étonnantes d’extraits de leurs œuvres, voire de traités entiers transcrits de la main du prédicateur ou soigneusement annotés par lui sur des copies établies par ses secrétaires18. Les principaux documents sont des volumes à présent rangés l’un à côté de l’autre à la bibliothèque communale de Sienne sous les cotes U.V.5, U.V.6 et U.V.7. Par la suite, Cesare Cenci identifia à Budapest un autre recueil autographe qui comportait également quelques extraits d’Olivi19. Les matériaux rassemblés dans ces volumes ont été mis à profit dans le premier cycle de sermons latins de Bernardin, l’Itinerarium anni, produit dans les années 1417-1424, comme l’atteste le grand nombre de renvois aux cotes sous lesquelles le prédicateur les désignait. Il est donc à peu près certain que leur composition est antérieure à ces dates.

  • 20 Bernardinus Senensis, Epistulae, dans Opera omnia, t. VIII, Quaracchi, Coll. S. Bonaventurae, 19 (...)
  • 21 D. Pacetti, « La libreria di San Bernardino da Siena e le sue vicende attraverso cinque secoli » (...)

10Bien plus tard, après avoir sillonné pendant des années une grande partie de l’Italie, alors qu’il préparait depuis Sienne un nouveau cycle de sermons, Bernardin eut à nouveau le désir de se plonger dans les originaux d’Olivi. Par une lettre du 27 septembre 1440, il demanda au bibliothécaire du couvent Santa Croce de Florence de lui transmettre un exemplaire de la Lectura super Mattheum qu’il avait sans doute déjà consulté lors d’un précédent séjour, puisqu’il peut indiquer comment le retrouver sous une attribution erronée à Nicolas de Lyre20. Les inventaires après décès dressés en 1444 confirment qu’il avait conservé à portée de main jusqu’à cette date les recueils contenant des textes oliviens ainsi que l’Arbor vitae crucifixae Christi d’Ubertin. Sa bibliothèque personnelle, rapatriée non sans mal de L’Aquila à Sienne, fut soigneusement conservée comme relique, les livres étant enchaînés et consultables dans une petite pièce construite à côté de sa cellule dans le couvent de La Capriola21.

  • 22 D. Pacetti, « Un trattato sulle usure e le restituzioni di Pietro di Giovanni Olivi falsamente a (...)

11Pacetti a également mis en évidence l’usage intensif que Bernardin fit des textes d’Olivi et Ubertin dans ses sermons latins. C’est à l’occasion de ces recherches qu’il put identifier le fameux Traité des contrats d’Olivi et montrer que celui-ci constitue l’ossature des réflexions économiques de Bernardin22. L’examen d’un volume de gloses sur les évangiles et les épîtres lui a également permis de conclure que le prédicateur recourt à d’autres exégètes ou fournit ses propres commentaires, uniquement lorsqu’il ne trouve pas de matière adéquate chez le frère languedocien. L’ampleur de cette dépendance volontaire à l’égard d’un théologien dont la lecture était pourtant interdite au sein de l’ordre est spectaculaire. Bernardin ne le cite jamais nommément, mais il identifie constamment les textes dont il est l’auteur dans ses volumes personnels, en indiquant généralement les seules initiales « P. Io. ».

  • 23 D. Pacetti, « S. Bernardino da Siena Vicario generale dell’Osservanza (1438-1442) con documenti (...)
  • 24 R. Rusconi, « La tradizione manoscritta delle opere degli Spirituali nelle biblioteche dei predic (...)

12Or, étrangement, Pacetti ne s’est pas interrogé sur la façon dont Bernardin avait pu avoir accès à une telle quantité de textes prohibés, en tenant pour acquis que les œuvres d’Olivi et d’Ubertin étaient « tenute in gran pregio e gelosamente conservate dagli Osservanti »23. Le raisonnement est circulaire, puisque c’est en réalité à partir de leur usage et de leur copie par Bernardin que les Spirituels furent accueillis comme des références majeures par les prédicateurs observants. Reprenant la question en 1975, Roberto Rusconi a pu dresser un vaste panorama de cet intérêt notable, mais sans s’interroger davantage sur l’origine de cette diffusion24. C’est cette question qu’il faut donc reprendre plus minutieusement.

  • 25 Sur ces fondations, voir Duncan Nimmo, Reform and Division in the Franciscan Order. From Saint Fr (...)
  • 26 Felice Tocco, Studii francescani, Napoli, Perella, 1909, p. 518-519 : « Et questi sono que’ frati (...)

13Les rapports entre les premiers Observants et les groupes dissidents qui conservaient ces textes sont en effet complexes. En 1368, Paoluccio de’ Trinci, surnommé ainsi en raison de sa petite taille, avait reçu l’autorisation de vivre selon l’observance primitive de la Règle avec quelques compagnons dans une poignée d’ermitages et de couvents de montagne d’Ombrie. Une précédente tentative de vie réformée au sein de l’ordre avait tourné court dans les années 1350, en raison d’une porosité trop grande à l’égard des frères qui étaient sortis de l’obéissance. Paoluccio, d’un lignage noble de Foligno, bénéficiait de soutiens politiques, du fait des liens qu’entretenait sa famille avec le nouveau ministre général, Tommaso da Frignano25. Si ses aspirations ascétiques pouvaient le rapprocher des fraticelles les plus austères, ces derniers jetaient un regard méprisant sur cette pâle imitation, trop respectueuse d’institutions selon eux définitivement dévoyées. La chronique rédigée parmi les adhérents florentins du mouvement et copié vers 1390, révèlent qu’eux-mêmes se décrivaient comme les « frères de l’observance […] pauvres évangéliques, vrais fils de saint François », en regard desquels tandis que les disciples de Paoluccio ne pouvaient réclamer le titre d’observants que par dérision (da beffe)26. Ces derniers, pour ne pas mettre en péril leur position au sein de l’ordre, devaient prendre garde à maintenir leurs distances.

  • 27 Dionisio Pulinari da Firenze, Cronache dei Frati Minori della Provincia di Toscana secondo l’aut (...)

14Dans les premiers temps de ce nouveau mouvement, on ne repère aucune trace d’échange avec les dissidents. La chronique de Dionisio Pulinari qui retrace l’arrivée des Observants en Toscane témoigne de relations franchement hostiles : dans la province de Grosseto, ce ne sont pas moins de quatre lieux dont ils prirent possession dans les premières décennies du XIVe siècle, en « chassant » les fraticelles qui y résidaient auparavant27. De telles conditions ne semblent guère propice à une transmission sereine de textes.

À la recherche des écrits d’Olivi

  • 28 Pietro Delcorno, « La carità come virtù politica : Bernardino da Siena, l’ospedale e la peste », (...)
  • 29 Sienne, Biblioteca comunale, U.V.5, f. 15va : « Remedia contra spirituales temptationes angelici (...)

15Né en 1380 à Massa Maritima, Bernardin choisit de prendre l’habit des frères mineurs le jour de son vingt-deuxième anniversaire, après des études de droit canon à Sienne et s’être engagé auprès des malades à l’hôpital Santa Maria della Scala lors d’une épidémie de peste28. Bien que reçu dans le couvent siennois de l’ordre, il fut aussitôt envoyé accomplir son noviciat à l’ermitage du Colombaio, près de Seggiano, sur les pentes du Monte Amiata. C’est assurément à sa demande qu’il fut affecté dans ce lieu passé depuis peu à l’Observance. De ce fait, il échappa la formation commune de théologie scolastique. Au lieu d’écouter des leçons sur les Sentences de Pierre Lombard, il fut donc instruit par un frère plus âgé dont on ne peut que soupçonner vaguement le profil. Il est nécessaire de postuler la présence d’un tel intermédiaire anonyme, puisque Bernardin a forcément été formé par l’un de ses aînés. Le caractère inhabituel de ses prédilections ultérieures fournit le seul indice qui révèle le contenu de cette éducation. Cet Observant avait choisi de suivre une interprétation littérale de la Règle. Il est possible qu’il ait tenu Olivi et certaines de ses œuvres en haute estime, sans forcément en avoir une connaissance très précise. Il serait en revanche peu réaliste de considérer qu’il ait pu conserver à portée de main une collection de textes interdits. On peut retenir comme première hypothèse que cet observant âgé aurait simplement pu encourager Bernardin à rechercher, recopier et étudier les écrits d’Olivi là où il les trouverait. Une indication de l’admiration de principe qu’il lui vouait avant même de l’avoir lu peut se lire dans la rubrique de l’un des tous premiers textes qu’il eut l’occasion de copier, où il n’hésite pas à reproduire le modèle qu’il avait sous les yeux, en qualifiant l’auteur d’« homme angélique »29.

Entre Sienne et Florence

  • 30 Kenneth W. Humphreys, The Library of the Franciscans of Siena in the Late Fifteenth Century, Ams (...)
  • 31 L’Arbor Vitae copié pour Bernardin est conservé à Sienne, Biblioteca comunale, U.VI.1. Il faisai (...)

16Dans la suite de son parcours, le jeune Observant aurait pu avoir l’occasion d’avoir accès à ces textes dans les deux principales villes de Toscane. De retour à Sienne, il fonda le couvent de La Capriola, sur un col au nord de la ville, avant de s’établir dans la maison de Fiesole lorsqu’il fut désigné vicaire de l’Observance en Toscane en 1414. L’inventaire de la bibliothèque du couvent San Francesco de Sienne, dressé en 1481, signale la présence de cinq volumes comportant des commentaires bibliques d’Olivi30. Comme tous furent détruits dans un incendie au XVIIIe siècle, il est impossible de savoir si ces manuscrits furent copiés à la demande de Bernardin et transmis ultérieurement à San Francesco ou s’ils y étaient parvenus d’une autre façon. On observera que cette collection comprend les principales œuvres que connaît le prédicateur, à l’exception du grand commentaire sur Matthieu qu’il fit venir de Santa Croce en 1440. Cela pourrait être un signe qu’il avait fait réaliser des copies des autres, à l’instar de celle qu’il demanda pour l’Arbor Vitae d’Ubertin de Casale31. Sans spéculer davantage sur la provenance de manuscrits à présent disparus, on peut peut toutefois juger peu probable qu’ils aient été rassemblés à une date précoce dans un couvent de l’ordre, avec indication du nom d’auteur en toutes lettres, avant que l’exemple de Bernardin ne conduise à opérer une réhabilitation de la réputation d’Olivi parmi les Observants.

  • 32 S. Piron, « The Dissemination », p. 45-49.
  • 33 Firenze, Biblioteca Medicea-Laurenziana, Conv. Soppr. 240, olim Plut. VIII. dext. 3 (Job, petits (...)
  • 34 Je remercie Roberta Iannetti de m’avoir signalé l’intervention du même copiste dans ces deux volu (...)

17En revanche, il est avéré que certains de ces textes étaient disponibles à Florence lorsqu’il y arriva en 1414. Tedaldo della Casa, qui a longtemps rempli la charge de bibliothécaire de Santa Croce, avait copié de sa main dès ses premières années dans l’ordre, en 1357-1358, alors qu’il séjournait dans un couvent du Mugello, les commentaires d’Olivi sur Jean et les Lamentations et celui sur Daniel de Barthélemy Sicard. D’autres œuvres s’y ajoutèrent au fil du temps, dont un exemplaire du commentaire de l’Apocalypse copié en 1365. Ces volumes étaient rangés dans la bibliothèque personnelle que Tedaldo conservait dans sa cellule et qu’il légua finalement au couvent en 140632. C’est assurément là que Bernardin consulta le commentaire sur Job, puisque D. Pacetti a relevé sur ces pages des annotations et corrections de sa main, mais il aurait également pu étudier d’autres commentaires33. En revanche, il ne semble pas avoir eu accès à deux recueils oliviens parvenus entre les mains de Tedaldo après avoir été à l’usage de son confrère Niccolò Caccini, et copiés tous les deux pour l’essentiel par un fraticelle originaire du Sud de la France : le cod. Plut. XXXI sin. 3 de la Bibliothèque Laurentienne qui comporte l’essentiel des Questions sur la perfection évangélique et le cod. Conv. Sopp. G. I. 671 de la Biblioteca Nazionale Centrale où figurent les questions sur les sacrements et le commentaire sur la Genèse34.

  • 35 Volterra, Biblioteca Guarnacciana, 5230. Voir Raoul Manselli, Spirituali e beghini in Provenza, (...)

18Ces éléments ne permettent toutefois de rendre compte que d’une partie des textes copiés dans le codex U.V.5 ; il reste à comprendre où Bernardin aurait pu rencontrer les opuscules spirituels d’Olivi et les écrits de Jacopone da Todi et Ugo Panziera qui occupent le reste du volume. Une collection comparable contenue dans un manuscrit de Volterra n’apporte malheureusement guère de lumière, car aucun élément ne semble disponible pour établir sa provenance35. Ce témoin permet néanmoins de confirmer qu’au cours du XIVe siècle, en Toscane, certains franciscains pouvaient lire et copier des écrits d’Olivi à la suite du Stimulus amoris de Jacques de Milan.

  • 36 S. Piron, « Some late Franciscan rephrasings of the Twelve abuses », dans Constant Mews, Kathlee (...)

19Une indication précieuse est fournie par le fait que la chronique prophétique des fraticelles florentins contient la version vernaculaire d’un très bref texte dont Bernardin a pu copier une version latine dans le cod. U.V.5 sous le titre « Nota quod secundum P. I. tempore antechristi erunt 12 abusiones que sequuntur »36. Cette note apparemment anodine fournit la preuve que le prédicateur observant avait mis la main sur des documents qui étaient auparavant à l’usage des dissidents. Seules deux hypothèses sont concevables pour expliquer une telle transmission ; après la dispersion de ce groupe, Bernardin de Sienne aurait pu avoir accès à leurs livres, soit dans les documents confisqués par un inquisiteur chargé de leur répression, soit dans un cabinet de lecture privé où aurait trouvé refuge des documents mis à l’abri par leurs sympathisants ou protecteurs laïcs.

Inquisiteurs et protecteurs

  • 37 Voir François Delmas-Goyon, A. Montefusco et S. Piron, « Un peu de neuf sur le manuscrit Little. (...)
  • 38 Voir en particulier Capestrano, San Giovanni, cod. 21, qui contient certains textes identiques à (...)
  • 39 Firenze, Biblioteca Medicea-Laurenziana, Plut. XIX dext. 10, fol. 1r. Le manuscrit comporte une (...)
  • 40 Vatican, BAV, vat. lat. 11433, fol. 81v : « Heu frater Pa<ulus> de Flo<rentia> affinis noster ». Cf. S. Piron,</rentia></ulus> (...)
  • 41 E. Baluze, G. B. Mansi, Miscellanea, Lucca, 1761, t. 1, p. 481-484.

20La première option est la mieux attestée dans d’autres régions d’Italie. Lorenzo da Rieti, inquisiteur en Vénétie dans les années 1390, fit copier par un scribe allemand à Venise, peu après 1406, en un seul volume plusieurs collections de témoignages sur François d’Assise et ses compagnons qu’il avait de toute évidence saisies à un groupe de fraticelles dont on ne sait rien d’autre37. De la même façon, quelques décennies plus tard, Jean de Capistran conserva dans la bibliothèque du couvent qu’il avait fondé dans les Marches certains volumes confisqués lors de ses tournées dans des villages demeurés fidèles aux fraticelles38. Le seul cas connu à Florence concerne Michele da Calci, condamné et exécuté au printemps 1389. L’inquisiteur Antonio Bindi, qui avait mené l’enquête et le procès, n’a laissé son nom comme possesseur de livre que sur un seul volume qui était visiblement entré depuis longtemps dans la bibliothèque conventuelle39. Bien entendu, il se peut que certaines affaires imparfaitement documentées ou totalement inconnues aient donné lieu à la saisie de documents sur des groupes dissidents en Toscane dans les premières années du XVe siècle. Une note marginale dans un manuscrit de Barthélemy Sicard remontant à cette époque évoque la capture d’un Paolo da Firenze qui semble avoir été l’un des chefs du mouvement40. Il est possible que dans ce cas, comme à l’occasion d’un procès tenu à Lucques en 1411 donc les actes n’ont été que partiellement publiés par Étienne Baluze, des pièces à conviction aient été saisies et conservées par les enquêteurs41.

  • 42 Andrea Piazza, « La passione di frate Michele. Un testo in volgare di fine Trecento », Revue Mabi (...)
  • 43 Raymond Creytens, « Manfred de Verceil O.P. et son traité contre les Fraticelles », Archivum Fra (...)

21Ces groupes avaient été officiellement les bienvenus en ville durant la « guerre des huit saints » qui opposa Florence au pape Grégoire XI dans les années 1375-1378. Confrontés à une hostilité croissante, après 1383, les principaux animateurs du mouvement semblent s’être réfugiés dans les Marches pour ne revenir en ville que lors de courtes périodes de prédication et d’encouragement auprès de leurs fidèles. C’est le comportement qui ressort du célèbre récit de la « Passion » de frate Michele da Calci, rédigé peu de temps après son procès et son exécution en 1389, par un lettré florentin de formation juridique qui était peut-être notaire42. Lorsque le prédicateur dominicain Manfred de Verceil chercha à entrer en contact avec eux en 1419, il fut confronté au même partage des tâches : les « maîtres » du mouvement, capables d’élaborer des argumentaires savants, résidaient dans les montagnes des Marches, tandis que des frères moins formés étaient encore présent en ville43. Il est donc raisonnable de penser que l’essentiel de la bibliothèque principale, conservant les œuvres latines issues de l’armoire de Narbonne, avait été mis à l’abri dans les refuges des Marches dès que la situation à Florence commença à se dégrader. Quelques indices suggèrent cependant qu’une partie de ce fonds circulait encore en ville.

  • 44 Gian Luca Potestà, « I due codici della Concordia Novi ac Veteris Testamenti di Gioacchino da Fi (...)
  • 45 Roma, Collegio Sant’Isidoro, 1/73 : « Iste liber est ad usum mei videlicet fratris Angeli de Buc (...)

22La cellule de Tedaldo servait en quelque sorte de sas de respiration entre la vie clandestine des dissidents et le cadre institutionnel de l’ordre franciscain. Les différentes copies qu’il réalisa indiquent qu’il avait entretenu des relations de confiance avec des fraticelles, dans le Mugello durant les années 1350, puis à Florence dans la décennie suivante. Les personnes intéressées savaient que les étagères de sa cellule offraient un endroit sûr pour déposer des documents compromettants. De façon remarquable, deux notaires lui remirent des volumes contenant la Concordia de Joachim de Fiore, auteur tenu en grande estime parmi les fraticelles et que frate Michele qualifiait de « saint ». Gian Luca Potestà qui a récemment étudié ces deux cas souligne la coïncidence de ces transferts avec des moments de répression : Domenico Allegri remit à Tedaldo son exemplaire le 16 juillet 1383, précisément à la veille d’un conseil lors duquel des citoyens florentins réclamèrent que chacun soit invité à capturer des fraticelles pour les remettre à l’inquisiteur ; quant à Naddo di ser Matteo di Vanni da Lonciano, c’est six mois après l’exécution de frate Michele qu’il se défit d’un codex devenu encombrant44. La question qui se pose est donc de savoir si, dans les deux cas, les notaires étaient eux-mêmes des sympathisants et lecteurs de Joachim, ou s’ils n’ont fait qu’agir comme intermédiaires pour le compte des dissidents. On sait que ces derniers pouvaient recourir à des solutions radicales pour se débarrasser de leur livres, sans doute pour obtenir des fonds afin de financer leur fuite hors d’Italie, comme l’indique une note figurant sur un manuscrit laissé en gage à un prêteur juif de Rimini que le frère Angelo da Bucclano racheta en 142945.

  • 46 Creytens, p. 191 : « diligenter quesivi scire errores eorum et per medios confidentes amicos pro (...)
  • 47 Ibid., « Unde ad hoc multum laboravi per confidentes mediatores ita ut duo ex principalibus eoru (...)

23Il est donc parfaitement concevable que les fraticelles aient pu chercher à mettre leurs trésors sous protection, pas uniquement dans la cellule d’un frère au-dessus de tout soupçon, mais dans le cabinet de travail d’un laïc. Du reste, c’est de la sorte que Manfred de Verceil eut accès à des livres, en vernaculaire et en latin, afin d’y étudier leurs erreurs pour tenter de les ramener dans le droit chemin, mais sans doute également pour confronter son propre scenario apocalyptique au leur. Il lui avait suffit de les demander à des amis pour les obtenir46. Il est évidemment impossible de savoir qui étaient ces « amis » et par quels moyens ils avaient eu accès aux manuscrits suspects. Ces « intermédiaires de confiance » (confidentes mediatores) furent également capables d’organiser une réunion avec certains chefs du mouvement qui lui furent présentés, « dans la maison d’un certain citoyen noble de Florence où je les attendais en cachette »47. Ce témoignage jette une lumière inespérée sur une réalité dont nous ne saurions autrement. Il existait en ville des réseaux par lesquels il était possible à un dominicain en vue d’entrer en relation avec des responsables d’un mouvement hérétique et d’obtenir facilement leurs écrits. Ces rencontres discrètes ne se passaient pas dans des arrières-salles obscures, mais au sommet de la hiérarchie urbaine, dans des maisons nobles qui étaient peut-être les mêmes où les textes interdits étaient conservés. Les intermédiaires ne sont pas nommés, mais ce document apporte la preuve qu’ils existaient.

24Les hommes de culture qui auraient pu s’intéresser aux documents des fraticelles ne manquaient pas à Florence dans les premières décennies du XVe siècle. Pour donner un simple point de comparaison, Palla Strozzi, l’un des marchands les plus riches et puissants de la ville, possédait déjà en 1431 plus de trois cents livres, dont un fonds important de manuscrits grecs. Si l’attention des chercheurs se concentre, par habitude, sur l’essor de la culture humaniste à cette période, les bibliothèques privées qui se développaient alors comportaient encore, par la force des choses, de vastes sections d’ouvrages patristiques et théologiques. Des personnalités de premier plan, de la trempe de Strozzi, auraient pu avoir de multiples raisons d’acquérir des livres des fraticelles. C’est peut-être moins un intérêt intrinsèque pour des doctrines hétérodoxes qui les aurait motivés, qu’une antipathie à l’égard de la hiérarchie ecclésiale qui pouvait suffire à accorder un soutien à des courants marginalisés. Mais il ne faut pas non plus négliger le simple frisson que pouvait procurer la possession d’ouvrages prohibés. Le statut social de ces nobles ou grands marchands les aurait placés hors de tout danger de contrôle de la part d’un inquisiteur. La rumeur aurait alors pu se diffuser discrètement entre connaisseurs. Il suffisait d’entrer en contact avec un « intermédiaire de confiance » pour être guidé vers ces manuscrits secrets. On peut donc considérer comme très plausible l’hypothèse qu’à son arrivée à Fiesole, curieux de découvrir enfin les textes d’Olivi dont on lui avait parlé depuis son noviciat, Bernardin ait pu enfin être admis dans la bibliothèque d’une telle personne, pour consulter et prendre copie de ces écrits.

Typologie des textes clandestins

25En réalité, Bernardin de Sienne semble avoir fait usage des trois modalités de transmission que nous avons évoquées – bibliothèque conventuelle, confiscations inquisitoriales et collections privées – en y trouvant à chaque fois des ouvrages de type différent. Pour cerner ces différentes configurations, il faut à présent observer de plus près le contenu et l’organisation de ses trois manuscrits oliviens. On commencera par émettre des réserves de prudence. Il faut tout d’abord noter que 78 folios ont été soustraits au cod. U.V.5, entre une section consacrée aux Laudes de Jacopone da Todi et des extraits du commentaire sur Job d’Olivi, ce qui interdira de tirer des conclusions trop fermes sur sa composition exacte. Par ailleurs, lorsqu’elles existent, les éditions critiques des œuvres concernées n’ont presque jamais tenu compte des extraits notés par Bernardin, si bien qu’il est pour l’instant impossible de situer ces passages dans des chaînes de transmission textuelle. Toutes les observations que l’on pourra faire à ce stade seront donc autant d’invitations à prolonger les recherches par une confrontation plus précise des documents.

26Enfin, dernier préalable, il importe de tenir compte de la diversité des œuvres issues de la fameuse armoire de Narbonne. Si le compilateur du manuscrit de Pesaro a pris des notes dans une très vaste gamme d’ouvrages, signe qu’il pouvait encore accéder à la totalité du fonds, les transmissions ont par la suite été généralement plus sélectives et différenciés. Tedaldo della Casa s’intéressait surtout aux commentaires bibliques d’Olivi et n’avait apparemment pas la même avidité pour ses œuvres de théologie scolastique (questions disputées, quodlibets, commentaire des Sentences ou traités). L’ensemble des Questions sur la perfection évangélique forme un bloc qui a souvent circulé à part et que Bernardin n’a connu que très partiellement. Aussi étonnant que cela puisse nous sembler, il n’a jamais pu lire les grandes questions sur la pauvreté et l’usage pauvre.

  • 48 Ce manuscrit s’ouvre par le fameux Oraculum Cyrilli, dont une interprétation due à Arnaud, propo (...)

27Comme on l’a déjà noté, les opuscules spirituels forment un autre ensemble qu’il avait en revanche réussi à reconstituer. D’autres types d’écrits, bien représentés dans les manuscrits provenant des fraticelles, sont en revanche presque absents des notes prises ou commandées par Bernardin. Il s’agit d’une part des témoignages sur la vie de François d’Assise et de ses compagnons, issus des souvenirs de frère Léon ou des récits concernant les frères des Marches,. D’autre part, les textes de Joachim de Fiore dont le prédicateur observant ne goûtait guère la prose sont également absents. Ces cinq catégories ne sont évidemment pas étanches et peuvent se combiner de diverses façons. Ainsi, la compilation présente dans le codex Graz, Universitätsbibliothek, 1226, visiblement apportée dans sa besace par un fraticelle qui aurait trouvé refuge en Styrie, chez les chanoines de Seckau, comportait, à la suite d’une collection d’œuvres d’Arnaud de Villeneuve, les principaux écrits d’Olivi sur la pauvreté évangélique, complétés par une collection d’opuscules spirituels48.

Constitution du cod. U.V.5

28S’il est acquis que Bernardin a consulté certaines œuvres exégétiques d’Olivi à Santa Croce, il serait nécessaire de vérifier pas à pas si chacun des extraits correspond littéralement à ces modèles. Une difficulté à résoudre tient à la façon dont une série d’extraits copiés dans le cod. U.V.5 (fol. 41r-58r) est signalé comme constituant trente « chapitres », alors que les cinq passages qui suivent ne comportent plus ces indications (fol. 58v-60v), bien que les sources dont ils proviennent soient pour partie identiques. L’hypothèse que Bernardin ait ici reproduit une anthologie déjà existante est très douteuse, puisqu’il semble clairement s’agir d’une sélection effectuée en fonction de ses propres intérêts. La numérotation des chapitres aurait donc eu une simple valeur mnémotechnique. Il est possible qu’une grande partie des feuillets manquants aient également consisté en extraits plus substantiels des commentaires bibliques oliviens, à l’image du dernier cahier (fol. 101r-110v) qui contient un long passage du 21e chapitre du commentaire sur Job. À l’exception des questions De Domina, dont la trace ne subsiste plus dans les manuscrits issus de Santa Croce, l’ensemble des textes présents dans la seconde partie du codex aurait donc été copié dans la bibliothèque du couvent. Cette opération a dû être menée au moins en deux temps, puisque entre deux blocs viennent s’intercaler des écrits vernaculaires d’Ugo Panziera et Jacopone da Todi qui proviennent certainement d’une autre source.

  • 49 Siena, Bibl. Com., U.V.5, fol. 23va-26v, sous la rubrique « De beato Francischo », figure une co (...)
  • 50 Siena, U.V.5, fol. 11ra-13rb : « Tractatus P. I. de septem sentimentis Christi Yhesu ; fol. 13va (...)
  • 51 Ibid., fol. 19va : « De 3 beatitudinibus. Mirabiliter. Et videntur verba fratris Iacobi de Tuder (...)
  • 52 Ibid., fol. 20ra : « De contemplatione nota 7 gradus secundum fratrem Egidium quos exponit frate (...)

29Si l’on remonte le fil du volume, une section dépourvue de rubriques (fol. 23v-36vb), dont Dionisio Pacetti n’avait pas donné de description complète dans son article de 1936, se révèle comporter notamment la totalité d’un chapitre crucial du cinquième livre d’Ubertin de Casale consacré à la parfaite similitude de saint François avec le Christ ou, sur un ton bien différent, quelques notes de lecture prises sur la Somme de théologie de Thomas d’Aquin49. En laissant de côté le premier cahier qui contient des textes et extraits de Bonaventure aisément disponibles, suivis d’ébauches de sermons de Bernardin (fol. 1r-10r), notre attention doit se concentrer sur les deux cahiers suivants qui contiennent presque exclusivement des œuvres des Spirituels franciscains (fol. 11r-30v). Le premier contient, dans un certain désordre, des textes explicitement attribués à Olivi, qualifié d’« homme angélique »50, des premiers extraits de l’Arbor Vitae ou un bref commentaire des béatitudes attribué à Jacopone51. Un indice intéressant est fourni par l’annonce qu’un petit traité sur les sept degrés de la contemplation selon frère Gilles a fait l’objet d’un commentaire dû à un certain Hugues de Montpellier, « comme il apparaîtra plus loin »52. Or, s’il a recopié machinalement la rubrique qui annonçait ce commentaire, Bernardin ne s’est pas soucié de reprendre l’exposition en question. L’indice est minime, mais il vaut la peine de le noter. Dans le dossier qu’il avait sous les yeux, Bernardin pouvait lire un texte, à présent perdu, dû à un autre franciscain de Languedoc dont on ne sait rien par ailleurs.

  • 53 Giorgio Petrocchi, « L’esperienza ascetica di Ugo da Prato », dans Medioevo e Rinascimento. Studi (...)

30Ce dossier présente une importance historique indéniable : vers 1415, pour la première fois de sa vie, le prédicateur observant découvrait enfin des textes d’auteurs dont il avait seulement entendu les louanges depuis ses années de noviciat, sous le couvert du secret. La présence dans ces pages d’un court traité que connaissaient également les fraticelles florentins incite à penser que Bernardin aurait pu accéder à l’un de leurs manuscrits, mis à l’abri dans les rayonnages d’une maison privée où il aurait été accueilli en toute discrétion. On peut alors se demander s’il n’a pas également pris connaissance dans le même cadre, peut-être à l’occasion d’une autre visite, des textes en vulgaire contenus dans les cahiers 6 à 9. Il s’agit dans les deux cas de documents rares qu’un riche bibliophile aurait pu se vanter de posséder. En ce qui concerne Ugo Panziera, franciscain toscan lié aux Spirituels, parti en Orient en 1302, et qui rédigea un ensemble de traités spirituels à Constantinople, ce codex est le principal et plus ancien témoin de ces œuvres53. Quant à la vingtaine de Laudes de Jacopone da Todi qui figurent aux fol. 86r-100r, on peut observer que le thème de la liberté de l’esprit y est largement représenté.

La provenance des extraits des cod. U.V.6 et U.V.7

  • 54 Olomouc, Knihovna Metropolitní Kapituly, 291. D’après les sondages que j’ai pu effectuer, on relè (...)

31S’il paraît donc concevable que Bernardin ait pu transcrire ces textes dans la maison d’un particulier, son secrétaire aurait-il également été autorisé, dans les mêmes années, à y prendre en copie le contenu du cod. U.V.6 ? Cela pourrait bien être le cas pour deux ensembles de traités spirituels, parfois identiques à ceux présents dans le cod. U.V.5, généralement dotés d’attributions explicites à « frère P. I. », le nom étant toutefois effacé par grattage pour le premier item du second ensemble (fol. 92v-94r et 282r-289r). Ce qui incline à y penser tient à la présence, à la suite immédiate du premier bloc, de quatre questions sur Suzanne extraites du commentaire sur Daniel de Barthélemy Sicard (fol. 94v-99r). La plus grande partie du même ouvrage se retrouve plus loin dans le codex (fol. 345r-394v), mais la disposition des cahiers dans le volume relié ne semble pas correspondre exactement à la chronologie des copies. Il est en tout cas certain que ce texte n’a pas été transcrit à partir du codex réalisé par Tedaldo et conservé à Santa Croce. La forme même de l’ouvrage, dépourvue du prologue et des premiers chapitres, correspond à celle d’un autre témoin à présent conservé à Olomouc, copié au couvent franciscain de Paris par un étudiant morave vers 1420, qui avait pu y trouver un témoin transmis par un fraticelle en fuite54. Là encore, ce document aurait pu être copié dans la librairie secrète d’un citoyen florentin de haut rang.

  • 55 Pierre de Jean Olivi, Traité des contrats, S. Piron éd., Paris, Les Belles Lettres, 2012, p. 80-8 (...)
  • 56 Ibid., p. 39.

32En revanche, le De contractibus (fol. 295r-316r) semble avoir été obtenu par un autre réseau. La version employée par le scribe, de même que le second témoin à l’aide duquel Bernardin a effectué de nombreuses corrections sur la copie, appartiennent tous deux à une famille qui transmet la version initiale du traité, rédigée en 1293, et non pas la version révisée par l’auteur deux ans plus tard55. Or, selon toute vraisemblance, c’est cet état final, mis au point par Olivi au moment où il réalisait une édition de l’essentiel de ses œuvres, qui devait être conservée au couvent de Narbonne. La première version était peut-être déjà parvenue à Petrus de Trabibus, enseignant à Santa Croce, qui prend appui sur le traité dans ses questions quodlibétiques données à Florence en 129656. Elle aurait donc circulé de façon discrète en Toscane, jusqu’au moment où Bernardin, à la recherche d’écrits d’Olivi sur le sujet, aurait fini par l’obtenir.

33Sa curiosité pour le versant scolastique de l’œuvre d’Olivi a peut-être été attisée par un ensemble de trente questions parvenues entre ses mains, à présent insérées dans le cod. U.V.7, dont plusieurs abordent des sujets de morale économique (fol. 244r-303r). Il s’agit cette fois, non pas d’une copie prise pour lui, mais d’un ensemble de cahiers déjà constitués, dans lesquels ces questions sont numérotées, sans indication d’auteur, et pour lesquelles il dressa une table des matières. Ces textes sont principalement extraits des cinq Quodlibets, avec l’insertion de deux questions provenant du deuxième et du troisième livre de la Somme, de deux des questions De Domina et de la quatorzième des Quaestiones de perfectione evangelica. La variété des sources mobilisées suggère que le compilateur de cette série avait accès à une bibliothèque clandestine de dimension relativement importante. Le caractère savant de ces œuvres laisse penser que ces cahiers ne circulaient pas auprès de simples sympathisants, mais se trouvaient plutôt auprès de personnes chargées de l’encadrement doctrinal de la dissidence. La présence dans cette série de la QPE 14 est particulièrement notable puisqu’il s’agit du texte dans lequel Olivi indique le plus clairement le principe d’une limite du pouvoir du pape face aux exigences créées par les vœux évangéliques, point précis sur lequel s’était jouée la condamnation des Spirituels à Marseille.

34Dans ce cas, il serait légitime de se demander si le vicaire de l’Observance en Toscane n’a pas réussi à obtenir des documents confisqués à des personnes inculpées pour hérésie. La règle imposait à l’inquisiteur de conserver comme archive de telles pièces à conviction, comme on le vérifie pour les saisies effectuées par Lorenzo da Rieti ou Jean de Capistran. Mais il faut aussi compter avec la cupidité de ces officiers tout-puissants qui pouvaient être tentés de monnayer ces documents auprès d’amateurs éclairés. Il est bien entendu impossible de prouver l’existence d’un marché clandestin de livres interdits, mais la survie des pièces réunies ici nous invite à y réfléchir. À son arrivée à Florence, si Bernardin avait discrètement posé la question de savoir où trouver des écrits d’un auteur maudit, il aurait pu être conduit d’une part vers la maison d’un collectionneur, et de l’autre, vers des notaires qui pratiquaient le recel de cahiers hérétiques. Cette hypothèse tendrait à confirmer le soupçon que les notaires joachimites que nous avons rencontrés plus haut agissaient en tant qu’intermédiaires pour les fraticelles. Sous l’apparence de dons à Tedaldo della Casa, ces transactions impliquaient peut-être déjà certaines sommes d’argent.

  • 57 Bonaventure, Collationes in Hexaemeron et Bonaventuriana quaedam selecta, Ferdinand Delorme (éd. (...)

35Pour conclure ce chapitre, on peut encore avancer, sur la pointe des pieds, une dernière hypothèse. Le premier texte copié dans le cod. U.V.6 n’est autre que l’unique témoin d’une version alternative des Collationes in Hexaemeron données par Bonaventure à l’université de Paris au printemps 1273. Publiée par Ferdinand Delorme, cette recension a pour particularité de reproduire des notes prise par un auditeur qui restitue parfois plus fidèlement la parole entendue que ne le fait la version revue par l’auteur et largement diffusée57. Le voisinage de ce texte avec des œuvres d’Olivi est peut-être une simple coïncidence, mais par souci d’exhaustivité, on ne peut pas passer ce fait sous silence : le frère languedocien avait probablement assisté à ces conférences qui ont constitué pour lui une véritable feuille de route intellectuelle dans les années suivantes. Il est impossible de démontrer que la source du texte copié ici provenait elle aussi de Narbonne, mais il ne serait pas totalement invraisemblable que ce fût le cas.

Les Observants découvrent Olivi

36Tous les textes de Pierre de Jean Olivi et Ubertin de Casale, Ugo Panziera et Jacopone da Todi que Bernardin a pu récolter durant ces années florentines ont été abondamment employés dans ses différents cycles de sermons. Il n’est pas exagéré de penser que la richesse de la matière que ces auteurs lui apportaient a tenu une part importante dans le succès de sa prédication ultérieure, alors que ses premières tentatives n’avaient pas été très concluantes. Cependant, si les trois derniers noms sont souvent cités, jusqu’à 23 fois pour Ubertin, jamais celui d’Olivi n’est mentionné. Dans ses différents sermons qui abordent des thèmes de morale économique, Bernardin invoque une vingtaine de fois l’autorité de Guiral Ot, en sachant pertinemment que le De contractibus de celui-ci, qu’il avait également pu obtenir, était pour l’essentiel un décalque de celui d’Olivi. Le nom de ce dernier est donc demeuré tabou jusqu’aux années 1440, et l’on ne trouve guère d’autre signe d’intérêt à son égard parmi les Observants avant le décès de Bernardin.

  • 58 Statuta alexandrina, cap. VII, in Chronologia historico-legalis seraphici ordinis fratrum minorum(...)

37En réalité, c’est avec l’ouverture au public savant de sa bibliothèque personnelle au couvent de La Capriola que les intellectuels de l’Observance ont pu découvrir l’ampleur de ses emprunts à Olivi, commencer à lire cette source et chercher eux-mêmes d’autres écrits de cet auteur jusqu’alors totalement effacé du cercle des références légitimes, jusqu’à obtenir de Sixte IV l’autorisation officielle de l’étudier. Cette mesure n’est connue que par les statuts pris lors chapitre général de Terni en 1500, qui reprennent les termes d’une prohibition générale énoncée en 1354, en y ajoutant la licence accordée par le pape franciscain « d’en extraire les roses en laissant de côté les épines »58.

Chez les prédicateurs à succès

  • 59 C. Cenci, «Fr. Pietro Arrivabene da Canneto e la sua attività letteraria», Archivum franciscanum (...)
  • 60 Padova, Biblioteca Universitaria, cod. 1563, Sermo 7, fol. 44v : « secundum Pe<trum> Io<annis> in 3, dist. 3 »</annis></trum> (...)
  • 61 Ibid., fol. 150v : « Petrum Ioannis in 2, dist. 8, q. 2 » :

38L’une des plus anciennes références explicites figure dans un cycle de sermons anonymes, donnés dans les années 1460 par un Observant apparemment basé à Mantoue et contenus dans un recueil constitué par Pietro Arrivabene59. Les sermons sur l’assomption, la purification et l’annonciation de la Vierge allèguent tour à tour le troisième livre de la Lectura super libros Sententiarum, en citant de façon répétitive les distinctions 2, 3 et 2260. Cette précision s’impose, on le verra, car il n’est pas certain que le prédicateur en question ait eu à sa disposition un exemplaire complet de ces cours donnés durant le séjour d’Olivi à Florence. Les sermonnaires des Observants présentent un fort caractère scolaire, alléguant sur chaque sujet les opinions formulées par les docteurs des siècles passés sur les Sentences de Pierre Lombard. Le commentaire franciscain de référence était celui de Richard de Mediavilla, qui présentait l’avantage de s’accorder le plus souvent avec l’autorité de Thomas d’Aquin. Par défaut, on peut considérer que le cours d’Olivi n’est cité que lorsque des extraits pertinents étaient alors disponibles. C’est en tout cas la première fois que l’on voit apparaître une allusion à cette œuvre dont Bernardin ignorait tout. Dans ses propres sermons, datés de 1485, Pietro allègue à son tour un seul autre passage de ce commentaire des Sentences (deuxième livre, distinction 8)61. On y trouve également une citation d’une question De fide, reprise à la lettre d’un autre introducteur d’Olivi dans l’espace public, Cherubino da Spoleto.

  • 62 Cherubinus de Spoleto, Sermones quadragesimales de moribus christianis, Venetiis, Giorgio Arriva (...)
  • 63 Sermo 34, fol. 143va : « Hoc Petrus Io. Super Math. » ; Sermo 73, fol. 380ra :« Et hoc secundum (...)
  • 64 Sermo 90, In festo sancti Trinitatis, fol. 500ra-rb : « Nota tamen tu hoc quod Petrus Ioannis, q (...)
  • 65 Sermo 40, De dolositatibus que perpetrantur a multis maxime a negociatoribus et artificibus, fol (...)

39La première trace laissée par Cherubino le montre prêchant à Sienne du vivant de Bernardin, en 1441. Après une longue activité en Ombrie, c’est à partir de 1464 qu’il fut l’un des prédicateurs vedette de l’ordre, jusqu’à sa dernière tournée en 1482, un an avant son décès. L’édition de ses sermons, préparée par Serafino da Mantova et imprimée à Venise en 1502 par Giorgio Arrivabene, présente une collection artificielle disposée selon le calendrier liturgique62. Il serait nécessaire d’examiner les manuscrits contenant les cycles prêchés à différentes dates pour mieux préciser la chronologie de ses références à Olivi. L’examen du volume imprimé donne toutefois des résultats notables. S’il ne connaît pas le commentaire des Sentences, Cherubino prend souvent appui sur le commentaire sur Matthieu, au point d’en faire sa référence exclusive dans un sermon sur la résurrection du Christ63. Mais puisque toutes ces citations visent le même chapitre 26, il est possible qu’il n’ait connu que ce seul extrait. Le texte qu’il cite comme « question 9 de fide » et qui vaut à Olivi d’être qualifié de « doctissimus » n’est autre que le traité De perlegendis philosophorum libris64. Ce texte, initialement conçu comme discours introductif à un cours de philosophie, aurait donc pu être classé par l’auteur, lors de l’édition finale de ses œuvres, dans le troisième livre de la Summa. L’usage le plus intensif que fait Cherubino n’est cependant ni explicite ni même conscient. Dans ses sermons sur le commerce, le juste prix et l’usure, il s’approprie de très longs passages du De contractibus, sans jamais en mentionner l’auteur, en suivant à la lettre les sermons de Bernardin de Sienne65.

  • 66 Sermoni del B. Bernardino Tomatino da Feltre nella redazione di fra Bulgarino da Brescia, min. o (...)
  • 67 Bernardino Guslino, La Vita del beato Bernardino da Feltre, a cura di Ippolita Checcoli, Bologna (...)
  • 68 Vittorino Meneghin, Documenti vari intorno al B. Bernardino Tomitano da Feltre, Roma, Edizioni Fr (...)
  • 69 Victorin Doucet, « De operibus manuscriptis fr. Petri Ioannis Olivi in bibliotheca universitatis (...)
  • 70 Vittorino Meneghin, Il convento di Santo Spirito di Feltre e la sua biblioteca, Venezia, LIEF, 19 (...)
  • 71 Padova, BU 2094, fol. 146v : « Sequentes duas questiones vide in libro Pe. Iohannis super Regulam (...)

40Dans la génération suivante, Bernardin de Feltre fut à son tour un prédicateur à succès que les villes d’Italie du Nord s’arrachaient pour carême et l’avent. De ses sermons, seuls ont été publiés deux cycles donnés à Pavie et Brescia en 1493, dans lesquels sont cités les commentaires d’Olivi sur Matthieu et sur Jean, les Quodlibets et plusieurs distinctions des troisième et quatrième livres du commentaire des Sentences66. Bernardin avait été étudiant au couvent de Mantoue dans les années 1460, précisément à l’époque et dans la ville où ont fait surface la lecture des Sentences, ce qui lui valut sans doute d’être exposé à une date précoce au regain d’intérêt pour Olivi67. Par une lettre datée de juin 1484, le vicaire général de l’Observance, Angelo da Chivasso, lui avait donné l’autorisation de conserver les livres qu’il avait déjà réunis et de s’en procurer d’autres quand il en aurait l’occasion68. Par bonheur, les volumes avec lesquels il voyageait, rapportés après sa mort au couvent de Feltre, sont à présent conservés à la Bibliothèque universitaire de Padoue. Le codex 2094 de Padoue, minutieusement décrit autrefois par Victorin Doucet, est l’un des volumes les plus importants pour comprendre la structure des œuvres d’Olivi69. On y trouve en effet, sous des titres précis et avec des renvois à la numérotation originale de questions, des extraits du quatrième livre de la Somme de questions disputées (« In IVe parte Summe ») et des deuxième et quatrième livres de la lecture des Sentences (« In II° Sententiarum », « Ex IV° Sententiarum »). Comme l’avait observé V. Doucet, le voisinage de ces textes apporte la preuve qu’il s’agit de deux œuvres bien différenciées, même si les dénominations sont parfois flottantes. Les cinq premiers Quodlibets sont cités et distingués des « autres quodlibets », postérieurs à l’édition des œuvres complètes de 1294-95. On y trouve également des extraits des commentaires sur les Épîtres canoniques et sur l’Apocalypse qui comptent parmi les écrits les plus tardifs d’Olivi. Bernardin de Feltre avait de toute évidence eut accès à un fonds important dérivant de l’armoire de Narbonne. C’est à partir du même gisement qu’ont été copiés, dans le cod. 1909 de Padoue, différentes questions provenant des mêmes œuvres (Quodlibets, Somme et Sentences), ainsi que de quelques commentaires bibliques70. Une note renvoyant à un autre volume contenant le commentaire de la Règle indique que Bernardin de Feltre disposait encore au moins d’un troisième codex de matière olivienne71.

  • 72 Bernardino Caimi, dans ses Sermones de tempore de 1488, le cite une fois, cf. C. Piana,« Il beato (...)

41Face à une si vaste collection de textes rares, deux observations préalables s’imposent. En regard de la grande quantité d’extraits qu’il a pris en note ou que des scribes ont copié pour lui, on peut tout d’abord remarquer qu’il n’a que peu mobilisé leur contenu dans ses sermons. Les œuvres d’Olivi ne lui ont pas servi à structurer son propos, comme c’était le cas chez Bernardin de Sienne, mais plutôt à l’orner de références érudites. Cet usage pour ainsi dire décoratif d’un auteur encore sulfureux, et à tout le moins difficile d’accès, peut se comprendre comme une stratégie de distinction de la part d’un prédicateur à la mode. Aux mêmes dates, ses confrères observants ne connaissent et ne citent qu’un nombre minime de textes d’Olivi72. Cette impression se confirme si l’on observe qu’il n’a pas gardé à portée de main les manuscrits originaux qu’il avait assurément eu les moyens d’acquérir. Puisque l’ensemble de ses livres a été soigneusement conservé au couvent de Feltre, dans une bibliothèque construite peu après son décès, on doit en conclure qu’il s’était séparé de son vivant des textes originaux qu’il avait pu acquérir, probablement en les monnayant chèrement auprès d’un confrère curieux.

  • 73 V. Meneghin, Il convento, p. 41, qui renvoie à Eugenia Govi, « Il fondo manoscritto della biblio (...)
  • 74 Cesare Cenci, « Inventario della Biblioteca esistente nel convento di S. Antonio in Gemona (1451 (...)
  • 75 Quodlibeta Petri Joannes Provenzalis doctoris solennissimi ordinum minorum, [Venezia, L. Soardi, (...)

42Pour tenter de comprendre dans quelles circonstances Bernardin avait pu réunir au moins cinq ou six volumes oliviens, on peut d’abord rassembler une série d’indices convergents. Il est notable que les seuls témoins documentés à cette époque de la Somme ou de la lecture des Sentences se concentrent dans le Nord-Est de la péninsule italienne. Le cod. 637 de la bibliothèque universitaire de Padoue, dont le premier et le dernier cahier transmettent des extraits de la lecture du quatrième et du deuxième livre, ne provient pas de Feltre comme le pensait V. Doucet. Il était toutefois présent dans la même région puisque la cote ancienne notée sur la page de garde est typique du couvent San Francesco de Padoue73. Un inventaire de la bibliothèque conventuelle de Gemona dans le Frioul, dressé en 1451, signale la présence d’un témoin du deuxième livre de la Somme à présent perdu74. On rappellera enfin que c’est à Venise que fut imprimée, vers 1505, la seule édition ancienne d’œuvres d’Olivi75. Mais la personne qui fournit les éléments les plus précieux est celle qui, à Feltre, témoignait d’un intérêt profond et sincère pour les Spirituels franciscains.

  • 76 Bernardino Guslino, La Vita del beato Bernardino da Feltre, a cura di Ippolita Checcoli, Bologna (...)
  • 77 Padova, BU 2094, fol. 41v : « Liber hic est concessus ad usum meum fr. Francisci de Canali de Fe (...)
  • 78 La lettre d’Angelo à Alvaro Pais n’est connue que par ce seul témoin : V. Doucet, « Angelus Clar (...)

43Francesco Canali est principalement connu pour avoir été le compagnon et secrétaire de Bernardin de Feltre. Il rédigea un récit très détaillé de sa carrière de prédicateur, malheureusement perdu, mais qui a largement été mis à profit par des hagiographes ultérieurs76. La teneur plus personnelle de certains passages, à commencer par celui de la découverte émerveillée d’Urbino en 1485, suggère que c’est à partir de cette date qu’il fut aux côtés de Bernardin jusqu’au décès de ce dernier en 1494. Une note de possesseur sur le cod. 2094 indique qu’il en obtint l’usage personnel peu après77. C’est donc à lui que l’on doit l’ajout, en tête de ce volume, d’une longue lettre apologétique d’Angelo Clareno, dont on ne connaît aucun autre exemplaire78. Cette remarquable réunion des deux grandes figures du mouvement dans un même volume témoigne d’une finesse éditoriale. On devine qu’elle n’a été possible qu’au prix de longues recherches.

La piste grecque

  • 79 Padova, BU, 1510, fol. 1r : « P. guardianus Rhodi habuit in recompensationem huius libeluli quia (...)
  • 80 Padova, BU, 1540, f. 1r : « Liber iste quia multiplicatus erat bibliotheca Candide [Candie] comm (...)

44Francesco Canali était en effet prêt à déployer des efforts considérables pour retrouver les œuvres d’Olivi, jusqu’à entreprendre, au cours de l’hiver 1507-1508, un voyage dans les îles grecques sous domination vénitienne. Cette expédition n’est connue que par les notes laissées dans deux volumes de commentaires bibliques (Padoue, Biblioteca Universitaria, 1510 et 1540) qu’il rapporta respectivement de Rhodes79 et de Crète80. Avant de se lancer dans une telle entreprise, Francesco avait évidemment été informé de l’existence de ces ouvrages et de la possibilité de les acquérir, puisqu’il s’était équipé de livres liturgiques ou juridiques afin de pouvoir les échanger sur place contre des marchandises plus précieuses à ses yeux. De longs préparatifs ont dû être nécessaires pour rassembler de quoi faire l’acquisition des livres et couvrir les coût du voyage, sans compter la simple autorisation d’effectuer une telle tournée. L’intensité de son investissement dans la collecte des ces écrits, qui témoigne d’un grand intérêt pour les œuvres d’Olivi, peut conduire à se demander s’il n’avait pas joué, dans les années précédentes, un rôle dans l’édition vénitienne des Quodlibets.

  • 81 Giorgio Hofmann, « La biblioteca scientifica del monastero di San Fancesco a Candia nel medio evo (...)

45Le voyage de Francesco Canali aurait à lui seul suffi à déduire la provenance des manuscrits obtenus par Bernardin de Feltre : il n’aurait jamais conçu une telle expédition s’il n’avait su, en toute certitude, qu’un gisement de textes était disponible dans le Stato da Mar. Mais de surcroît, nous disposons d’un document exceptionnel qui confirme ce fait, sous la forme d’un inventaire des livres du couvent franciscain de Candie. Une première liste, dressée en 1417, ne mentionne que le seul commentaire sur Matthieu. En revanche, sur la soixantaine de volumes qui s’y étaient ajoutés lorsque fut rédigé un nouvel inventaire en 1448, les descriptions données permettent d’en reconnaître pas moins de dix-neuf contenant des œuvres d’Olivi, dont certains sont dépourvus d’attribution explicite. Deux nouveaux témoins du commentaire sur Matthieu étaient ainsi apparus, de même que quatre exemplaires du commentaire de l’Apocalypse et un seul pour Job, le Cantique des cantiques, Marc et Luc ou l’Épître aux Romains. On y trouvait aussi quatre volumes présentés comme contenant le commentaire de la Règle ou les Questions sur la perfection évangélique, deux volumes transmettant le commentaire des Sentences pour les livres II, III et IV, les Quodlibets, les Questions textuelles et le De contractibus81. Comme ces descriptions sommaires peuvent parfois cacher des contenus plus riches, il est manifeste qu’une proportion très élevée des œuvres d’Olivi était parvenue en Crète dans la première moitié du XVe siècle.

46Il semble donc hors de doute que c’est à cette source que Bernardin de Feltre a pu obtenir les volumes dont il a fait prendre de longs extraits. D’autres avant lui avaient sans doute déjà tiré parti de cette aubaine, comme le laisse penser l’arrivée précoce d’un témoin partiel de la Somme à Gemona. Les occupations constantes du prédicateur, dont l’itinéraire est bien connu, ne lui ont pas laissé le loisir d’aller lui-même en Crète. Mais l’intérêt qu’il affichait publiquement pour le nom d’Olivi a pu conduire une personne qui faisait fréquemment le voyage depuis Venise à l’informer de l’existence de ce fonds, puis à lui en procurer quelques échantillons. Il serait hasardeux de décrire plus précisément le profil de ce nouvel intermédiaire supposé, mais il semble probable qu’il se soit agi d’un ecclésiastique de rang élevé, capable de convaincre les autorités d’un couvent franciscain de lui céder plusieurs volumes.

Les derniers fraticelles

  • 82 Sur les différents moments de présence des fraticelles dans le monde grec, voir Nickiphoros I. T (...)

47Pour conclure, il est temps de revenir aux dissidents eux-mêmes et à ce que leurs livres permettent de comprendre de leurs déplacements, lorsque le mouvement fut pratiquement écrasé en Toscane ou en Vénétie, à partir des années 1390, mais plus encore une fois que Martin V, élu au concile de Constance en 1417, mit fin au Grand Schisme et s’employa à restaurer un semblant d’ordre dans la péninsule. Certains exemples de collections de textes ou d’œuvres singulières à présent conservées hors d’Italie (comme les manuscrits de Graz ou d’Olomouc cités plus haut) sont la trace d’individus qui prirent la fuite en emportant avec eux un livre ou deux. Mais l’ampleur de la collection parvenue à Candie confirme que c’est bien une malle entière de livres d’Olivi qu’un groupe transporta, en digne héritière du sauvetage effectué près d’un siècle plus tôt depuis Narbonne. De bout en bout, l’attachement des Spirituels et fraticelles aux œuvres de leur maître à penser est impressionnant. Puisque les fraticelles lettrés étaient encore actifs entre Florence et les villages des Marches vers 1420, quand Manfred de Verceil parvint à établir un contact avec, on peut dater cette fuite des années suivantes. Les premières campagnes menées par Jacques de la Marche et Jean de Capestran, nommés inquisiteurs dans la région par Martin V en 1426, pourraient avoir déclenché leur fuite. L’hagiographe de Jean de Capestran signale d’ailleurs expressément qu’après avoir détruit trente-six couvents et brûlés certains relaps, « il en chassa (pepulit) plusieurs en Grèce »82. Le verbe employé cache mal un échec des deux inquisiteurs à capturer les dirigeants du groupe. Il faut donc imaginer peut-être une douzaine de frères, fuyant ces poursuites en catastrophe et parvenant à trouver un passage sur un navire marchand dans un port de l’Adriatique, peut-être à Ancône ou dans une autre ville des Marches, en emportant avec eux la fameuse malle emplie de livres. Sans chercher à établir un lien direct, il vaut la peine de noter la coïncidence de temps et de lieux avec le rachat, à un prêteur juif à Rimini en 1429, d’un manuscrit comportant de précieux récits anciens sur François d’Assise et ses compagnons.

  • 83 Voir Firenze, BNC, Magliab. XXXIV 76, f. 105v (et répété f. 108r) : « fugendo del rengno di Franc (...)
  • 84 Tsougarakis, « Heretical networks », p. 535 ; Antonio Fabris, « Il legato Pierre Thomas inquisito (...)
  • 85 Tsougarakis, « Heretical networks », p. 536.
  • 86 Livarius Oliger, « Documenta inedita ad historiam Fraticellorum spectantia », Archivum Franciscan (...)

48Dans une île dont les habitants étaient très majoritairement orthodoxes, les réfugiés étaient bien moins menacés qu’en terre italienne. Après le premier bûcher de Marseille en 1318, une partie des fugitifs languedociens s’y étaient déjà établis83. De passage à Candie en 1359, le légat papal Pierre Thomas découvrit une hérésie profondément enracinée dans l’aristocratie locale, à tel point qu’un parent de la femme du doge y était impliqué. Une seule personne fut exécutée à l’issue des procès que le légat parvint difficilement à mener ; l’un des nobles incriminés, après avoir trouvé refuge auprès d’une autre communauté de fraticelles implantée à Salonique, fut autorisé à revenir et semble avoir fini ses jours comme membre du couvent franciscain de Candie84. Nicky Tsougarakis en conclut à juste titre que les dissidents bénéficiaient d’une large sympathie au sein de la communauté vénitienne qui dominait l’île85. En 1451, lorsqu’un inquisiteur dominicain fut spécifiquement chargé d’agir contre les fraticelles, sa lettre de mission ne mentionnait que la région d’Athènes86 . Aucune poursuite semblable n’est répertoriée en Crète à cette époque.

49On peut donc supposer qu’après quelques années d’une vie érémitique, les réfugiés prirent prudemment contact avec leurs confrères installés en ville et que certains d’entre eux furent tentés de se faire admettre au couvent de Candie, l’apport des manuscrits servant alors de gage à leur entrée. Cette hypothèse s’accorde également avec un fait que révèlent les acquisitions de Francesco Canali. Celui-ci put obtenir à Candie un volume d’Olivi, au motif qu’il s’y trouvait en plusieurs exemplaires (« multiplicatus erat ») : or aucun des textes en question, sur Isaïe, les Lamentations de Jérémie ou Ézéchiel, ne figuraient dans l’inventaire de 1448. Ils avaient donc dû rejoindre tardivement la bibliothèque conventuelle, après être demeurés longtemps entre les mains de frères qui les conservaient pour leur usage personnel. Plutôt qu’un versement global et unitaire, on perçoit des apports successifs. Quant au volume obtenu à Rhodes, il constitue l’unique témoignage que certains fraticelles avaient poursuivi leur route plus loin encore dans les possessions vénitiennes.

  • 87 Franz Ehrle, « Der Process gegen die beim Portiunculafest in Assisi 1466 gefangenen Fraticellen v (...)

50Le procès mené contre une douzaine d’hommes et de femmes qui avaient convenu de se retrouver à proximité d’Assise en 1466, sous couvert du grand pèlerinage estival à la Portioncule, offre une dernière image des communautés dissidentes qui persistaient à nier la légitimité des papes romains87. La figure centrale de ce réseau était un frère Bernard de Bergame, âgé d’à peine 25 ans, qui avait rejoint le couvent d’Athènes quelques années plus tôt. D’après ses aveux, il existait alors en Grèce continentale quatre implantations de fraticelles, qui ne semblaient plus disposer que de maigres relais italiens. Les derniers centres où l’hérésie se transmettaient au sein des familles étaient le village de Poli, niché dans les collines surplombant Palestrina, ou Maiolati et quelques autres localités proches de Jesi. Bernard semble avoir été chargé de mener, sans grand succès, une dernière campagne de prédication dans les Marches.

  • 88 Michele Lodone, Invisibile come Dio. La vita e l'opera di Gabriele Biondo, Pisa, Edizioni della N (...)

51Un même mouvement de retour de Grèce en Italie se vérifie pour les manuscrits. Les résurgences des textes d’Olivi que l’on observe dans la seconde moitié du XVe siècle dans l’espace vénitien, de Mantoue au Frioul, semblent devoir toutes s’expliquer par la transmission de volumes conservés en Crète. Cet article ne se donnait pour objectif que de retracer les grandes lignes des migrations de livres. On pourrait y ajouter bien des cas particuliers, pour rendre compte de la dissémination des textes issus de l’armoire de Narbonne à travers la péninsule italienne. Mais pour conclure avec un autre voyageur, on peut rappeler que, comme le suggère Michele Lodone, c’est encore à Venise que le fils de Christophe Colomb, le grand bibliophile Hernando Colón, avait pu acquérir en 1521 un lot comportant un recueil de textes de Gabriele Biondo et deux volumes de Jacopone et d’Olivi, à présent conservés à Séville88.

Haut de page

Notes

1 On peut prendre comme repère l’affirmation d’Ubertin de Casale qui estimait l’ampleur des œuvres complètes d’Olivi à dix-sept fois la taille des Livres des Sentences de Pierre Lombard qui sont habituellement transmis en deux volumes ; cf. « et sciat, sapientia apostolica, quod quantitas librorum fratris Petri, contra quem solum 8° in spetiali dederunt articulos tales quales, ascendit plus quam X et VII vicibus ultra, ut credimus, quam textus libri sententiarum in lictere quantitate », Ubertino de Casale, « Sanctitati apostolicae» , F. Ehrle éd., Archiv für Literatur- und Kirchengeschichte des Mittelalters, 2, 1886, p. 406.

2 S. Piron, « The Dissemination of Barthélemy Sicard’s Postilla super Danielem », dans Michael Bailey, Sean L. Field (éd.), Late Medieval Heresy. New Perspectives. Studies in Honor of Robert E. Lerner, London, Boydell & Brewer, 2018, p. 35-55, traduction italienne dans Pietro di Giovanni Olivi e gli Spirituali francescani, trad. Paolo Canali, Milano, Edizioni Biblioteca francescana, 2021, p. 321-343.

3 S. Piron « La bibliothèque portative des fraticelles, 1. Le manuscrit de Pesaro », Oliviana, 5, 2016 [en ligne] https://journals.openedition.org/oliviana/804

4 Sara Bischetti, Antonio Montefusco et S. Piron, « La bibliothèque portative des Fraticelles, 2. Les manuscrits florentins », Oliviana, 6, 2020, https://journals.openedition.org/oliviana/1411

5 S. Piron, « Les œuvres perdues d’Olivi », Archivum Franciscanum Historicum, 91, 1998, p. 357-394.

6 Jean-Louis Biget, « Culte et rayonnement de Pierre Déjean-Olieu en Languedoc au début du XIVe siècle », dans A. Boureau et S. Piron (dir.), Pierre de Jean Olivi (1248-1298). Pensée scolastique, dissidence spirituelle et société, Paris : Vrin, 1999, p. 275-308.

7 Ubertin de Casale, « Sanctitati apostolicae », ed. F. Ehrle, Archiv für Literatur- und Kirchengeschichte des Mittelalters, 2, 1886, p. 406 : «… et sciat, sapientia apostolica, quod quantitas librorum fratris Petri, contra quem solum 8° in spetiali dederunt articulos tales quales, ascendit plus quam X et VII vicibus ultra, ut credimus, quam textus libri Sententiarum in lictere quantitate ».

8 Ubertin de Casale, « Sanctitati Apostolicae », p. 385 : : « Pontio Bautugati, qui fuit notabilis sanctitatis [...] dicebat quod libros fr. P. J. si haberet, de quibus tamen nullum habebat, non daret eis comburendum, sed bene daret ad corrigendum summe pontifici, cui dimissi sunt presentandi ». Ange Clareno en a extrapolé un récit édifiant dans ses Chroniques. Cf. Felice Accrocca, Un ribelle tranquillo. Angelo Clareno e gli spirituali francescani fra Due e Trecento. Assisi, Porziuncola, 2009, p. 47-63.

9 C’est ce manuscrit qu’a publié Bernhard Jansen sous le titre erroné de Quaestiones in secundum librum Sententiarum, Quaracchi, Coll. S. Bonaventurae, 1922-1926 (3 vols.).

10 Ce volume a tenu une place majeure dans la première étude de l’oeuvre menée par Franz Ehrle.

11 Pour le détail des événements, voir Louisa Burnham, So Great a Light, so Great a Fire, Ithaca (NY), Cornell UP, 2008, p. 40-49.

12 S. Piron, « Censures et condamnation de Pierre de Jean Olivi. Enquête dans les marges du Vatican », Mélanges de l’Ecole française de Rome. Moyen Âge, 118/2, 2006, p. 313-373, voir p. 353.

13 S. Piron, « Autour d’un autographe (Borgh. 85, fol. 1-11) », Oliviana, 2, 2006.

14 Franz Ehrle, Historia bibliothecae romanorum pontificium, tum Bonifatianae tum Avenionensis, Rome, Typis Vaticanis, 1890 ; Marie-Henriette Jullien de Pommerol et Jacques Monfrin, La Bibliothèque pontificale à Avignon et à Peñiscola pendant le grand schisme d'Occident et sa dispersion. Inventaires et concordances, Rome, EFR, 1991. Seuls sont conservés les cod. Paris, BNF, lat. 507 et lat. 713.

15 Je ne tiens pas compte ici des deux recueils d’opuscules spirituels en vernaculaire occitan apportés en Ombrie à une date plus tardive par un groupe de pénitents laïcs. Voir A. Montefusco, « Per l’edizione degli opuscula di Pierre de Jean Olivi : sul corpus e la cronologia », Oliviana, 4, 2012, URL : http://journals.openedition.org/oliviana/555

16 Paolo Vian, « I codici fiorentini e romano della “Lectura super Apocalipsim” di Pietro di Giovanni Olivi (con un codice di Tedaldo della Casa ritrovato) », Archivum Franciscanum Historicum, 83, 1990, p. 463-489.

17 C’est par exemple le cas du cod. Vatican, BAV, Urb. lat. 480.

18 D. Pacetti, « I codici autografi di S. Bernardin da Siena della Vaticana e della comunale di Siena », Archivum franciscanum historicum, 27, 1934, p. 224-258, 565-584 ; 28, 1935, p. 253-272, 500-516 ; 29, 1936, p. 215-241, 501-538. Voir à présent Rosanna De Pierro, « Lo scriptorium di san Bernardino nel Convento dell’Osservanzaa Siena », dans In margine al Progetto Codex. Aspetti di produzione e conservazione del patrimonio manoscritto in Toscana, Gabriella Pomaro (éd.), Pisa, Ospedaletto, 2014, p. 29-105 ; Francesco Siri et Sophie Delmas, « L’autographe retrouvé de Bernardin de Sienne : l’Itinerarium anni et son histoire », Archivum franciscanum historicum, 109, 2016, p. 431-506

19 C. Cenci, « Un manoscritto autografo di San Bernardino a Budapest », Studi francescani, 61, 1964, p. 326-80.

20 Bernardinus Senensis, Epistulae, dans Opera omnia, t. VIII, Quaracchi, Coll. S. Bonaventurae, 1963, p. 321. Ce volume, attribué à Nicolas de Lyre, ne correspond donc pas à celui à présent conservé à la Bibliothèque Medicea-Laureziana sous la cote Plut. X dext. 4.

21 D. Pacetti, « La libreria di San Bernardino da Siena e le sue vicende attraverso cinque secoli », Studi francescani, 62, 1965, p. 3-43.

22 D. Pacetti, « Un trattato sulle usure e le restituzioni di Pietro di Giovanni Olivi falsamente attributo a fr. Gerardo da Siena », Archivum franciscanum historicum, 46, 1953, p. 448-457.

23 D. Pacetti, « S. Bernardino da Siena Vicario generale dell’Osservanza (1438-1442) con documenti inediti », Studi francescani, 42, 1945, p. 7-69, voir p. 19. Ses propos sont encore paraphrasés par Fortunato Iozzelli, « Una fonte oliviana nel sermone In visitatione beatae Mariae Virginis di Bernardino da Siena », dans Michael Cusato et Dabney Park (éd.), Poverty, Eschatology and the Medieval Church. Studies in Honor of David Burr, Leiden, Brill, 2023, p. 276-301.

24 R. Rusconi, « La tradizione manoscritta delle opere degli Spirituali nelle biblioteche dei predicatori e dei conventi dell'Osservanza », Picenum Seraphicum, 12, 1975, p. 63-157.

25 Sur ces fondations, voir Duncan Nimmo, Reform and Division in the Franciscan Order. From Saint Francis to the Foundation of the Capuchins, Roma, Istituto storico dei Capuccini, 1995, p. 364-414.

26 Felice Tocco, Studii francescani, Napoli, Perella, 1909, p. 518-519 : « Et questi sono que’ frati che poi sono stati chiamati et ancora si chiamano i frati della oservantia […] La terza <brigata> fu i predicti frati chiamati della oservantia, i quali si possono porre in ispirituali da beffe per rispecto adella predetta prima brigata de’ veri et perfecti spirituali, i quali realmente si possono dire poveri evangelici, veri figliuoli di San Francescho. »

27 Dionisio Pulinari da Firenze, Cronache dei Frati Minori della Provincia di Toscana secondo l’autografo d’Ognissanti, ed. Saturnino Mencherini, Arezzo, Cooperativa tipografica, 1913, p. 24, 26 et 436-437. Les couvents en question étaient situés près des villages de Scarlino, Montorsaio, Campagnatico et Scansano, respectivement au nord-ouest, au nord et à l’est de Grosseto.

28 Pietro Delcorno, « La carità come virtù politica : Bernardino da Siena, l’ospedale e la peste », dans P. Delcorno (ed.), Politiche di misericordia tra teoria e prassi. Confraternite, ospedali e Monti di Pietà (XIII-XVI secolo), Bologne, Il Mulino, 2018, p. 195-230, montre que cet épisode authentique a été fortement valorisé dans l’hagiographie.

29 Sienne, Biblioteca comunale, U.V.5, f. 15va : « Remedia contra spirituales temptationes angelici viri P.I. ».

30 Kenneth W. Humphreys, The Library of the Franciscans of Siena in the Late Fifteenth Century, Amsterdam, Erasmus, 1978, p. 75 : Postilla Petri Johannis super Johannem ; p. 80 : Postilla Petri Johannis super Actus Apostolorum ; p. 156 : Postilla super Epistolas canonicas et super Job Petri Johannis, Postilla Petri Johannis super Johannem, Postilla Petri Johannis super Actus Apostolorum.

31 L’Arbor Vitae copié pour Bernardin est conservé à Sienne, Biblioteca comunale, U.VI.1. Il faisait partie de la bibliothèque de voyage qui accompagnait le prédicateur et fut rapatriée à son décès de L’Aquila à La Capriola. Il n’est pas impossible que des manuscrits laissés par Bernardin à Sienne aient pu passer entre les mains des frères conventuels de San Francesco.

32 S. Piron, « The Dissemination », p. 45-49.

33 Firenze, Biblioteca Medicea-Laurenziana, Conv. Soppr. 240, olim Plut. VIII. dext. 3 (Job, petits prophètes, Épître aux Romains, Lamentations, Psaumes, Proverbes). Bernardin aurait pu consulter les cod. Plut. X dext. 4 (Matthieu et Luc) ; Plut. XI dext. 4 (Jean). Les annotations sur la Lectura super Job sont signalées par Pacetti, « S. Bernardino da Siena Vicario », p. 20. L’exemplaire de l’Arbor Vitae, présent dans un inventaire du XVe siècle sur l’étagère XXXI gauche, avait déjà disparu au siècle suivant.

34 Je remercie Roberta Iannetti de m’avoir signalé l’intervention du même copiste dans ces deux volumes. Le cod. Plut. XXXI sin. 3 qui contient notamment le récit des paroles prononcées par Olivi avant son décès, fut assurément copié sur des documents issus de la malle de Narbonne (cf. Albanus Heysse, « Descriptio codicis Bibliothecae Laurentaniae S. Crucis Plut. 31 sin. cod. 3 », Archivum franciscanum historicum, 11, 1918, p. 267-269). La même origine peut donc être soupçonnée pour le cod. G. I. 671 qui contient les questions sur les sacrements telles qu’elles figurent dans le quatrième livre de la Somme, introduit par Quid ponat ius. Une annotation présente dans ce dernier volume suggère qu’il a d’abord été acquis par le lecteur du couvent de Mantoue, avant de passer en la possession de Niccolò Caccini.

35 Volterra, Biblioteca Guarnacciana, 5230. Voir Raoul Manselli, Spirituali e beghini in Provenza, Rome, Istituto storico italiano per il Medio Evo , 1959.

36 S. Piron, « Some late Franciscan rephrasings of the Twelve abuses », dans Constant Mews, Kathleen Neal (dir.), Addressing Injustice in the Medieval Body Politic, Amsterdam University Press, 2023, p. 311-323. Le même texte est également présent dans le cod. Firenze, BNC, Magl. XXXIV 76, f. 119r, « Queste sono XII abusioni le quali per lo rafredamento della charitade intorno all’avenimento d’anticristo si vedra nelgli abitanti la terra ». Par la suite, Bernardin en formula une nouvelle version dans le cod. Budapest, Eötvös Loránd Tudományegyetem Könyvtár, cod. lat. 102, f. 86va-87ra, « Duodecim sunt abhominationes seculi que disponent antechristi adventum ».

37 Voir François Delmas-Goyon, A. Montefusco et S. Piron, « Un peu de neuf sur le manuscrit Little. Plaidoyer pour une histoire vivante des textes », dans L’épaisseur du temps. Mélanges offerts à Jacques Dalarun, S. Field, M. Guida, D. Poirel (éd.), Turnhout, Brepols, 2022, p. 437-479.

38 Voir en particulier Capestrano, San Giovanni, cod. 21, qui contient certains textes identiques à ceux des collections de Volterra et Sienne U.V.6, ainsi que le cod. 26. Le manuscrit Napoli, Biblioteca nazionale, cod. XII. A. 23, contenant les questions De legalibus, provient également de Capestrano.

39 Firenze, Biblioteca Medicea-Laurenziana, Plut. XIX dext. 10, fol. 1r. Le manuscrit comporte une rédaction originale de certains épisodes des Actus, cf. A. Montefusco et Marcello Bolognari, « Prime ricognizioni sugli Analecta de sancto Francisco Assisiensi del codice Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Plut.19 dex.10 »

40 Vatican, BAV, vat. lat. 11433, fol. 81v : « Heu frater Pa<ulus> de Flo<rentia> affinis noster ». Cf. S. Piron, « The dissemination », p. 49-51.

41 E. Baluze, G. B. Mansi, Miscellanea, Lucca, 1761, t. 1, p. 481-484.

42 Andrea Piazza, « La passione di frate Michele. Un testo in volgare di fine Trecento », Revue Mabillon, 71, 1999, p. 231-256.

43 Raymond Creytens, « Manfred de Verceil O.P. et son traité contre les Fraticelles », Archivum Fratrum Praedicatorum, 11, 1941, p. 173-208, voir p. 192.

44 Gian Luca Potestà, « I due codici della Concordia Novi ac Veteris Testamenti di Gioacchino da Fiore: un lascito dai fraticelli ».

45 Roma, Collegio Sant’Isidoro, 1/73 : « Iste liber est ad usum mei videlicet fratris Angeli de Bucclano, minorum ordinis, provincie Pennensis, quem ab ebreo quodam solidorum pretio 16 emi. Anno a nativitate Domini 1429, in Arimini urbe me existente ».

46 Creytens, p. 191 : « diligenter quesivi scire errores eorum et per medios confidentes amicos procuravi habere de libris eorum ut sic congregatis eorum erroribus, possem eos [per] proprios libros convincere. Et habui de libris eorum in greca [corr. grammatica] et in vulgari et eos perlegi. » Je remercie Michele Lodone de m’avoir rappelé ce passage.

47 Ibid., « Unde ad hoc multum laboravi per confidentes mediatores ita ut duo ex principalibus eorum fratrum vel ipsorum qui tunc nuper venerant Florenciam caute fuerint invitati et introducti in domum cuiusdam nobilis civis Florencie in qua domo ego latens expectabam eos. » La rencontre fut infructueuse, les fraticelles refusant de parler à Manfred, de peur qu’il n’utilise leurs propos pour les dénoncer comme hérétiques.

48 Ce manuscrit s’ouvre par le fameux Oraculum Cyrilli, dont une interprétation due à Arnaud, proposait d’identifier le soleil, héros du premier chapitre, à Pierre de Jean Olivi.

49 Siena, Bibl. Com., U.V.5, fol. 23va-26v, sous la rubrique « De beato Francischo », figure une copie presque intégrale d’Arbor Vitae, V, 2, Iesus Franciscum generans. Deux passages sont indiqués comme extraits de la Somme de théologie de Thomas d’Aquin, fol. 28rb, « De peccatorum varietate, prout habetur 1a 2e q. 72 » et fol. 34ra, « De litigio et contemptione, 2a 2e q. 115 ». D. Pacetti a complété sur ce point sa description dans « Gli scritti di San Bernardino da Siena », dans S. Bernardino da Siena. Saggi e ricerche pubblicati nel quinto centenario della morte (1444-1944), Milano, Vita e pensiero, 1945, p. 46.

50 Siena, U.V.5, fol. 11ra-13rb : « Tractatus P. I. de septem sentimentis Christi Yhesu ; fol. 13va-15va : « Tractatus de septem tentationibus Petri Io. » ; fol. 15va-16vb : « Remedia contra spirituales temptationes angelici viri P. I. » ; fol. 16vb-18ra, « Tractatus de humilitate secundum Petrum Io. super Math. c. 18 » ; fol. 20ra : « Nota quod secundum P. I. tempore antechristi erunt 12 abusiones que sequuntur ».

51 Ibid., fol. 19va : « De 3 beatitudinibus. Mirabiliter. Et videntur verba fratris Iacobi de Tuderto ».

52 Ibid., fol. 20ra : « De contemplatione nota 7 gradus secundum fratrem Egidium quos exponit frater Ugo de Monte P. ut inferius patet. » Voir Gabriel Théry, « Thomas Gallus et Egide d’Assise. Le traité De septem gradibus contemplationis », Revue philosophique de Louvain, 41, 1934, p. 180-190 

53 Giorgio Petrocchi, « L’esperienza ascetica di Ugo da Prato », dans Medioevo e Rinascimento. Studi in onore di Bruno Nardi, Firenze, Sansoni, 1955, p. 525-540 : D. Pacetti, « Studi e ricerche intorno a frate Ugo Panziera (c. 1260-1330) », Studi francescani, 52, 1960, p. 215-253. L’autre témoin principal des traités est le cod. Sienne, U.III.13, copié à Sienne en 1447.

54 Olomouc, Knihovna Metropolitní Kapituly, 291. D’après les sondages que j’ai pu effectuer, on relève de nombreuses variantes fautives communes aux témoins de Sienne, Olomouc et Munich (Clm. 3813).

55 Pierre de Jean Olivi, Traité des contrats, S. Piron éd., Paris, Les Belles Lettres, 2012, p. 80-82.

56 Ibid., p. 39.

57 Bonaventure, Collationes in Hexaemeron et Bonaventuriana quaedam selecta, Ferdinand Delorme (éd.), Quaracchi, Coll. S. Bonaventurae, 1934.

58 Statuta alexandrina, cap. VII, in Chronologia historico-legalis seraphici ordinis fratrum minorum, I, Neapoli, Camilli Cavalli, 1650, p. 178 : « Sixtus tamen concessit opera dicti Petri Ioannis legi, et ex illis rosam excerpi spinis obmissis ».

59 C. Cenci, «Fr. Pietro Arrivabene da Canneto e la sua attività letteraria», Archivum franciscanum historicum, 61, 1968, p. 289-364 ; 62, 1969, p. 115-195. Dans tout ce qui suit, je reprends des données déjà réunies par R. Rusconi, « La tradizione manoscritta » et souvent initialement collectées par C. Cenci, sur la base d’un nouvel examen des documents originaux.

60 Padova, Biblioteca Universitaria, cod. 1563, Sermo 7, fol. 44v : « secundum Pe<trum> Io<annis> in 3, dist. 3 » ; fol. 47r : « Et ideo dicit Pe. Io. in 3 dist. 22 » ; fol. 47v : « sed Pe. Io. in 3 di. 22 » ; fol. 50v : « sed Pe. Io. in 3 di. 22 » ; Sermo 23, fol. 111v : « secundum Pe. Io. in 3, dist. 3 » ; Sermo 24, f. 116v : « secundum Pe. Io. in 3, dist. 3 » ; Sermo 25, fol. 121v : « secundum Pe. Io. In 3 di. 3 » ; fol. 123r : « ut dicit Pe. Io. in 3 di. 2 » ; fol. 123v : « secundum Pe. Io. in 3 di. 3 » ; fol. 125r : « secundum Pe. Io. in 3 di. 3 ».

61 Ibid., fol. 150v : « Petrum Ioannis in 2, dist. 8, q. 2 » :

62 Cherubinus de Spoleto, Sermones quadragesimales de moribus christianis, Venetiis, Giorgio Arrivabene, 1502. Sur Cherubino, voir la notice du Dizionario Biografico degli Italiani, t. 24, 1980, due à Roberto Rusconi.

63 Sermo 34, fol. 143va : « Hoc Petrus Io. Super Math. » ; Sermo 73, fol. 380ra :« Et hoc secundum Pe. Io. Matt. XXVI », fol. 380rb : « et Pe. Io. Matt. XXVI » : Sermo 74, fol. 393va : « ut bene Pe. Io. Super. Matth XXVI. », fol. 403vb : « secundum Pe. Io. Super Matt. » ; Sermo 75, De resurrectione Christi, fol. 412ra : « secundum Pe. Io. », fol. 412rb : « dicit Pe. Io. Super Matt. », fol. 413ra : « Hec secundum Pe. Io. super Matt. », fol. 413rb : « Dicit Pe. Io. Super Matt. », « Ad secundum respondit Pe. Io. Super Matt. », fol. 413va : « ad tertium respondit Pe. Io super Matt. », fol. 413vb : « hec Pe. Io. Super matt. XXVII », fol. 415ra : « respondit Pe. Io. », fol. 416vb : « dicit super hoc Pe. Io » ; fol. 417va : « secundum Pe. Io. » ; Sermo 76, De ressurectione Christi, fol. 422vb : « Respondit Pe. Io. Super Matt. XXI. », fol. 423ra ; « Hec Pe. Joan. Super Matth. XII. »

64 Sermo 90, In festo sancti Trinitatis, fol. 500ra-rb : « Nota tamen tu hoc quod Petrus Ioannis, qui fuit doctissimus dicit in q. 9 de fide quod philosophorum dicta non sunt hic per modum confirmative et quasi predicative alleganda ac si nostra fides debeat fulciri per auctoritatem illorum... »

65 Sermo 40, De dolositatibus que perpetrantur a multis maxime a negociatoribus et artificibus, fol. 182va ; Sermo 42, De iniqua ac pessima rerum appreciacione, fol. 193vb, 194rb, 195rb, 197rb ; Sermo 53, De usura, f. 262vb : Sermo 54, De quinque generibus usurariorum, fol. 264v-265vb ; Sermo 55, De prohibitione usure ; Sermo 56, De damnificatione usure.

66 Sermoni del B. Bernardino Tomatino da Feltre nella redazione di fra Bulgarino da Brescia, min. oss., a cura di P. Carlo Varischi da Milano, Milan, Vita e pensiero, 1964, repr. Fondazione Banca del Monte di Lombardia, 2022. Les citations sont données par R. Rusconi, « La tradizione manoscritta ».

67 Bernardino Guslino, La Vita del beato Bernardino da Feltre, a cura di Ippolita Checcoli, Bologna, Editrice compositori, 2008, p. 67.

68 Vittorino Meneghin, Documenti vari intorno al B. Bernardino Tomitano da Feltre, Roma, Edizioni Francescane, 1966, p. 360, fait allusion à une lettre autographe d’Angelo da Chivasso à Bernardino da Feltre. J’ai pu en consulter une transcription par le P. Meneghin, conservée à la bibliothèque de San Francesco della Vigna à Venise, dans un dossier numéroté 23bis, sans indication du lieu de conservation du document original. : « […] concedo quatenus cum mea benedictione et licentia possis uti et tenere libros quos modo habes, pro salutori exercitio praedicationis et etiam alios plures procurare, si id facere poterit bono modo quantum et quoties tibi videbitur opportunum … In sacro monte Alvernae, 7 junii 1484 ». J’adresse mes remerciements aux bibliothécaires de San Francesco della Vigna.

69 Victorin Doucet, « De operibus manuscriptis fr. Petri Ioannis Olivi in bibliotheca universitatis Patavine asservatis», Archivum franciscanum historicum, 28, 1935, p. 156-197, 408-442.

70 Vittorino Meneghin, Il convento di Santo Spirito di Feltre e la sua biblioteca, Venezia, LIEF, 1993, p. 62-64 ; Stephanus Defraia dans Petri Iohannis Olivi, Quodlibeta quinque, Grottaferrata, Coll. S. Bonaventurae, 2002, p. 56*-70* indique le détail des écrits d’Olivi contenus dans le volume, mais sans proposer de description complète du volume.

71 Padova, BU 2094, fol. 146v : « Sequentes duas questiones vide in libro Pe. Iohannis super Regulam ».

72 Bernardino Caimi, dans ses Sermones de tempore de 1488, le cite une fois, cf. C. Piana,« Il beato Bernardino Caimi da Milano. Un epigono della predicazione bernardiniana nell’ultimo Quattrocento », Archivum franciscanum historicum, 64, 1971, p. 313, qui n’indique pas quelle œuvre est mentionnée dans le cod. Como, Biblioteca Comunale, I. 3. 17, fol. 223a. Bernardino de Busti cite une seule fois le commentaire de l’Apocalypse dans le Rosarium Sermonum predicabilum, Venise, Giorgio Arrivabene, 1498, fol. 119rb.

73 V. Meneghin, Il convento, p. 41, qui renvoie à Eugenia Govi, « Il fondo manoscritto della biblioteca di S. Francesco di Padova conservato presso l’università patavina », Le Venezie Francescane, IV, luglio-dicembre 1987, n° 2, p. 153.

74 Cesare Cenci, « Inventario della Biblioteca esistente nel convento di S. Antonio in Gemona (1451-1490) », Picenum Seraphicum, 8, 1971, p. 143, n°16.

75 Quodlibeta Petri Joannes Provenzalis doctoris solennissimi ordinum minorum, [Venezia, L. Soardi, ca. 1505]. Sur cette édition, voir Dennis E. Rhodes, « The Quodlibeta of Petrus Joannes Olivi », Papers of the Bibliographical Society of America, 50, 1956, p. 85-87, repris in Id., Studies in Early Italian Printing, London, The Pindar Press, 1982, p. 1-3 et Id., Annali tipografici di Lazzaro de' Soardi, Firenze, Olschki, 1978, n° 44, qui justifie la date de 1505, au lieu de celle habituellement donnée de 1509, mais une certaine incertitude demeure. On peut signaler que le couvent San Francesco della Vigna possédait au XVIIe siècles cinq commentaires bibliques qui ont depuis disparu, cf. Iohannes Philippus Tomasinus, Bibliotecae venetae manuscriptae publicae et privatae, Utini, Typis Nicolai Schiratti, 1650, p. 105-108. La bibliothèque Marciana conserve, sous la cote III 53, les questions sur la mendicité et la pauvreté (QPE 8 et 10), dans un volume laissé au couvent dominicain de SS. Giovanni e Paolo par le prieur Agostino de Guarino lorsqu’il fut nommé évêque de Tricarico en Basilicate en 1497.

76 Bernardino Guslino, La Vita del beato Bernardino da Feltre, a cura di Ippolita Checcoli, Bologna, Editrice compositori, 2008.

77 Padova, BU 2094, fol. 41v : « Liber hic est concessus ad usum meum fr. Francisci de Canali de Feltro a reverendo Hier. VG ». Ce dernier peut être identifié comme Girolamo Tornielli da Novara, vicaire général des Observants, (Meneghin, Il convento, p. 71), actif dans cette fonction en 1495-1497, cf. Abele Calufetti, « I vicari provinciali dei Frati Minori della regolare Osservanza di Milano dal 1428 al 1517 », Archivum franciscanum historicum, 72, 1979, p. 27-28.

78 La lettre d’Angelo à Alvaro Pais n’est connue que par ce seul témoin : V. Doucet, « Angelus Clarinus ad Alvarum Pelagium. Apologia pro vita sua », Archivum franciscanum historicum, 39, 1946, p. 63-200.

79 Padova, BU, 1510, fol. 1r : « P. guardianus Rhodi habuit in recompensationem huius libeluli quia derelicti unum manuale novum pro choro proprii l. 4 vel V et dedit mihi fr Francesco Feltren, dum essem Rhodi in die S. Symonis et Ind. 1507. »

80 Padova, BU, 1540, f. 1r : « Liber iste quia multiplicatus erat bibliotheca Candide [Candie] commutatus est in 5 manualia et tratactus Barbatice de testamentis et opuscula Curseti per patres discretos, conventus prefati Candide et concessus patri frati Francisco Feltrino, 1508 3e die ianuarii ».

81 Giorgio Hofmann, « La biblioteca scientifica del monastero di San Fancesco a Candia nel medio evo », Orientalia Christiana Periodica, 8, 1942, p. 315-361.

82 Sur les différents moments de présence des fraticelles dans le monde grec, voir Nickiphoros I. Tsougarakis, « Heretical networks between East and West: the case of the Fraticelli », Journal of Medieval History, 44, 2018, p. 529-542, qui signale notamment ce document :Niccolò de Fara, « Vita Joannis de Capistrano », Acta Sanctorum, Oct. X, col. 448 : « quorum quidem hæreticorum triginta sex loca combussit, quosdam relapsos igne cremari fecit, nonnullos autem ad Ecclesiæ sanctæ sinum juramento adduxit, plerosque vero adjumento celeberrimi viri fratris Jacobi de Marchia quem unice semper dilexit, in Græciam pepulit ».

83 Voir Firenze, BNC, Magliab. XXXIV 76, f. 105v (et répété f. 108r) : « fugendo del rengno di Francia n’andarono in Grecia, in Chandia, in Italia et una gran parte n’andarono nel rengno di Puglia ».

84 Tsougarakis, « Heretical networks », p. 535 ; Antonio Fabris, « Il legato Pierre Thomas inquisitore a Candia : storia di un rogo (1359-1360) », Le Venezie Francescane, 6, 1989, p. 345-363 ; Philippe de Mézières, Vita sancti Petri Thomae, éd. Joachim Smet, Rome, Institutum Carmelitanum, 1954, p. 87-89.

85 Tsougarakis, « Heretical networks », p. 536.

86 Livarius Oliger, « Documenta inedita ad historiam Fraticellorum spectantia », Archivum Franciscanum Historicum, 6, 1913, p. 529-530.

87 Franz Ehrle, « Der Process gegen die beim Portiunculafest in Assisi 1466 gefangenen Fraticellen von Poli und Maiolati », Archiv für Literatur-und Kirchengeschichte des Mittelalters, 4, 1888, p. 110-134. Sur ce procès, voir Michele Lodone, « Il sabba dei fraticelli. La demonizzazione degli eretici nel Quattrocento », Rivista Storica Italiana, 129, 2017, p. 887-907.

88 Michele Lodone, Invisibile come Dio. La vita e l'opera di Gabriele Biondo, Pisa, Edizioni della Normale, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Piron, « La bibliothèque portative des fraticelles, 3 »Oliviana [En ligne], 7 | 2023, mis en ligne le 15 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/oliviana/1630

Haut de page

Auteur

Sylvain Piron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search