Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7VariaDeux codices de la bibliothèque d...

Varia

Deux codices de la bibliothèque de Pierleone da Spoleto pour un témoin de l’Oraculum angelicum Cyrilli

Armelle Le Huërou

Résumés

On savait le médecin et humaniste Pierleone da Spoleto (ca. 1445-1492) détenteur d’une riche bibliothèque de textes eschatologiques et prophétiques, parmi lesquels se trouvait un fragment de l’Oraculum angelicum Cyrilli (Vat. Lat. 5732, ff. 82ra-83ra). La découverte récente d’un nouveau codex lui ayant appartenu (Bnf lat. 2598) permet d’établir qu’il disposait d’un témoin complet de ce dossier prophétique de la fin du XIIIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Flavia Buzzetta, « Qabbalah juive et humanisme chrétien. L'altérité en dialogue au XVe siècle. » (...)
  • 2 Sur Pierleone da Spoleto, voir Maike Rotzoll, Pierleone da Spoleto. Vita e opere di un medico de (...)
  • 3 Robert E. Lerner, « The prophetic manuscripts of the "Renaissance magus" Pierleone of Spoleto », (...)
  • 4 Une reproduction numérique du ms. est disponible sur le site Gallica de la BNF : https://gallica (...)

1Voilà plus d’un siècle que l’on redécouvre et reconstitue progressivement la bibliothèque exceptionnellement riche – tant pour ce qui est du nombre d’ouvrages rassemblés que pour les textes rares, voire uniques, qui s’y trouvaient – du médecin et « protagoniste exemplaire de l’humanisme »1, Pierleone da Spoleto (ca. 1445-1492)2. Proche de Laurent de Médicis, dont il fut médecin, de Pic de la Mirandole et de Marsile Ficin, il est aussi connu pour être l’un des premiers cabalistes chrétiens, ainsi qu’un lecteur et collectionneur de textes prophétiques. Un premier inventaire de sa remarquable collection de traités prophétiques et eschatologiques a été dressé par Robert E. Lerner en 1991 à partir de six codices3. Aux volumes dépouillés par Lerner, il faut à présent ajouter un manuscrit actuellement conservé à Paris, le BnF Lat. 2598 (dorénavant P)4.

Un manuscrit composite

  • 5 Giovanna Murano,« Tra scienza, astrologia e magia. Un nuovo manoscritto di Pierleone da Spoleto» (...)
  • 6 Voir G. Murano, art. cit., p. 249, et n. 41.
  • 7 À ne pas confondre avec son oncle Charles-Henri Fenel (1665-1727), également chanoine de Sens, h (...)
  • 8 Guillaume de Villefroy, Catalogus codicum manuscriptorum Bibliothecae regiae, t. 3, 1744, p. 302 (...)

2Récemment identifié par Giovanna Murano comme ayant appartenu à Pierleone, qui en a copié un texte et annoté plusieurs autres de sa main5, P est un in-folio (308 x 224 mm) composite, dont toutes les marges ont été rognées lors de la reliure. Non repérable en tant que tel dans l’inventaire de 1582 qui subsiste de la bibliothèque de Pierleone6, il « appartient a Jean Basile Paschal Fenel chanoine de Sens, depuis plus de 10 ans », en 1723 (P, f. 1r, ill. 1). On ignore comment le recueil est entré en la possession de l’historien et érudit Jean Basile Pascal Fenel de Dargny (1694-1753), membre associé de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres à partir de 1744 et correspondant de l’abbé Lebœuf7. On sait seulement qu’il avait déjà intégré les collections de la bibliothèque royale en 1744, l’année de parution du troisième volume du Catalogus codicum manuscriptorum Bibliothecae regiae, où il est décrit sous sa cote actuelle comme « nuper comparatus »8. En revanche, le chanoine Fenel, s’il est bien l’auteur de la marque de propriété qui figure dans la marge supérieure du f. 1r, en donne une analyse très détaillée, supérieure à la notice du Catalogus de Villefroy : en quatre feuillets ajoutés en tête du recueil, la même main responsable de la marque de possession en identifie presque tous les textes, soupçonne la provenance italienne du manuscrit et relève les changements de main.

  • 9 G. Murano, art. cit, p. 268-271.
  • 10 Sur les qualités de copiste de ce Petrus Collensis, on lira avec intérêt les remarques cinglante (...)

3À l’instar d’un grand nombre de manuscrits présents dans la bibliothèque de Pierleone, P est en effet composite et rassemble en tout dix ouvrages. Répartis, selon Giovanna Murano, en huit unités codicologiques, ils sont copiés sur deux colonnes par sept mains, dont celle de Pierleone9. Après l’Oraculum angelicum Cyrilli, seul texte prophétique de ce recueil (unité codicologique I, ff. 1-13, main A+ f. 14, main B), les trois unités codicologiques suivantes (II, ff. 15-20, III, ff. 21-56 et IV, ff. 57-86) forment une section dévolue à deux traités de Roger Bacon : De multiplicatione specierum (III, main C) et De scientia perspectiva (IV, main D et, à partir du f. 68v, main E), mais dans un certain désordre, puisque les 51 figures d’optique contenues dans l’unité II illustrent en fait le De scientia perspectiva. S’ouvre ensuite une section consacrée à trois traités de Pietro d’Abano, autrement dit Pierre de Padoue, et correspondant aux unités codicologiques V et VI : Compilatio phisionomiae (V, ff. 87ra-98rb, main F, très proche de E), Lucidator dubitabilium astronomiae (VI, ff. 99ra-121va, main du copiste Petrus Collensis10), De motu octave sphere (VI, ff. 122ra-125va, du même copiste). L’unité suivante (VII, ff. 126-135, main F à nouveau) est constituée de la traduction latine – incomplète – du Phédon de Platon par Leonardo Bruni. Enfin, la dernière unité (VIII, ff. 136-139) est composée d’un extrait du Speculum naturale de Vincent de Beauvais, ici transmis sous le titre De forma sive ymagine resultante in speculo et attribué à Albert le Grand, (ff. 136ra-138ra, main A) et d’un texte alchimique non attesté ailleurs, De subiecto transmutationis secundum Rogerium Bachonis, copié par Pierleone lui-même (ff. 138ra-139vb).

Un témoin incomplet de l’Oraculum Cyrilli

  • 11 Vom Mittelalter zur Reformation, ed. K. Burdach, Zweiter Band, Briefwechsel des Cola di Rienzo, (...)
  • 12 Les sigles retenus pour désigner les différents textes ont été établis avec Gian Luca Potestà da (...)
  • 13 Ibid., p. 243-245. Inc. : « Domui totius divine sapientie, septiformi columpna Sancti Spiritus ( (...)
  • 14 Ibid., p. 245, l. 1-8. Inc. : « Cum sacramenta : Ecce quam laudabilem iste sanctus Cyrillus (…)  (...)
  • 15 Ibid., p. 251-318. Inc. : « Tempore annorum Christi millesimo ducentesimo quinquagesimo quarto, (...)
  • 16 Ibid., p. 254-327. Incipit : « Millesimo ducentesimo quinquagesimo quarto : puto hoc tempus hic (...)
  • 17 Cette configuration, retenue par Piur, est la plus rare.
  • 18 Piur, p. 246-251. Incipit : «  Stelle manenti in ordine sanctitatis, in formula honestatis (…) » (...)

4Sous le titre d’Oraculum angelicum Cyrilli, se cache en réalité un corpus de textes en latin et dont Paul Piur a donné la première – et jusqu’à présent unique – édition en 191211, sur la base de cinq témoins manuscrits, dont précisément P. Vraisemblablement mis au point dans les dernières années du XIIIe siècle, les textes se prétendent écrits autour et à partir d’un soi-disant oracle traduit du grec. Ces prophéties obcures se présentent comme révélées à un certain prêtre Cyrille, ermite du mont Carmel, qui les aurait ensuite adressées en grec à Joachim de Flore afin d’obtenir de sa part des éclaircissements. Joachim est dit avoir fait traduire l’ensemble en latin. Bien que le nombre et l’ordre des textes puissent varier d’un témoin manuscrit à l’autre, l’Oraculum se présente le plus souvent ainsi : l’exorde d’un commentaire dû à la plume d’un certain frère Gilbert Anglicus magnus (…) theologus (e)12, précède ou accompagne la lettre envoyée par Cyrille à Joachim de Flore (l) pour lui demander d’élucider le sens de l’oracle que lui a révélé un ange sur deux tablettes d’argent et qu’il a recopié sur parchemin13 ; (l) est presque toujours accompagnée d’une brève glose (gl), parfois expressément attribuée au frère Gilbert14. Suit le texte au cœur du dispositif, l’oracle à proprement parler (t), supposément traduit du grec en latin, comme visent à l’accréditer les nombreux hellénismes dont il est truffé. Ce texte est constitué, selon les témoins, de neuf à onze chapitres15. Dans la grande majorité des cas, il est accompagné d’un commentaire sous forme de gloses attribué à Joachim de Flore (c)16. Ce commentaire est copié selon différentes modalités : parfois intercalé, plus ou moins habilement, au fil de (t), il peut également occuper les marges qui encadrent le texte, qu’elles soient ou non prévues à cet effet, mais il arrive aussi qu’il soit découpé en chapitres qui suivent ceux de (t)17. Le dossier se clôt par la réponse du pseudo-Joachim à Cyrille (r), lettre dans laquelle, entre autres, il informe son correspondant qu’il a glosé quelques passages de l’oracle, après l’avoir fait traduire18.

  • 19 Voir par exemple ill. 1.
  • 20 Entrecoupés par les gloses de (c), les chapitres de (t) sont ainsi répartis : cap. 1 : ff. 1va-3 (...)
  • 21 P, f. 1ra, §1 : « [D]omino (sic pour domui) totius divine sapiencie (…) referam verbo pleno » = (...)
  • 22 (e), f. 1ra, §2 : « [F]rater gilbertus anglicus ille magnus theo (…) ipse librarius tandem preci (...)

5P est dépourvu de titre et de rubrique mais des espaces blancs étaient destinés à les recevoir19. Ce témoin ne contient pas (r) et propose (t) découpé en dix chapitres, repérables grâce aux réserves destinées aux capitales qui n’ont pas été executées20. La mise en page se distingue nettement de celles choisies par les autres témoins conservés de l’Oraculum, car les différents textes sont systématiquement fractionnés en petits paragraphes isolés par une ligne blanche de part et d’autre. Si le procédé peut se comprendre quand il s’agit d’intercaler les gloses de (c), écrites en plus petit module, au sein de (t), il est plus surprenant de constater qu’il en va de même pour (l). Ainsi, P s’ouvre sur le début de (l)21, rapidement et maladroitement entrecoupé par (e), dans un module d’écriture plus petit – ce qui suggère que l’intervention du frère Gilbert est perçue comme une glose –, et s’articule en cinq petits paragraphes visibles sur le f. 1r reproduit ci-dessous22.

Ill. 1 : Bnf lat. 2598 (P), f. 1r

  • 23 P, f 1va : « Cum sacramenta etc. : Ecce quam laudabilem hic (iste al.) sanctus Cirillus (…) desc (...)

6La lettre de Cyrille à Joachim, qui s’achève au début du f. 1va, est suivie de (gl)23, dans un module d’écriture plus petit, comparable à celui employé pour les paragraphes de gloses de (c) qui alternent avec les paragraphes des dix chapitres de (t) sans réelle cohérence textuelle.

Un témoin peu fiable

  • 24 ibid. : « Mille du. quinque (pour Millesimo ducentesimo quinquagesimo quarto). Puto tempus hoc ( (...)

7P, comme quelques autres témoins, fait précéder le début de (t) de la première glose de (c)24. Du point de vue de la copie, P se signale par de nombreuses omissions, variantes individuelles, lectures erronées et autres barbarismes et solécismes, ce qui en fait un témoin de l’Oraculum de peu de valeur. Il est par ailleurs presque dépourvu de ponctuation et parfois difficile à déchiffrer. La comparaison d’un bref extrait de (e), tel qu’il est attesté par l’ensemble des témoins, avec le texte qu’en donne P – ici non affecté par des omissions – est à cet égard éloquent. Frère Gilbert, qui dans P n’est plus theologus mais seulement theo, raconte les circonstances dans lesquelles il a découvert l’Oraculum. Alors qu’il se trouve à Cluny pour affaires, cherchant entre autres, le quatrième livre des Moralia de Grégoire le Grand, lui et le bibliothécaire arrivent à « l’armoire des livres », et au milieu des nombreux volumes, tombent sur un tout petit codex, à la couverture de cuir noir et dont l’écriture est très ancienne et comme « bénéventaine ». Les divergences entre P et le texte attesté par les autres témoins apparaissent en gras ci-dessous.

  • 25 En note les principales variantes relevées par nous.
  • 26 En note les lectures de Piur dans l’apparat critique.
  • 27 exigentibus] instantibus alias
  • 28 sic] sicque alias
  • 29 codicellus] codicillus alias
  • 30 seu vetustissimis] om. alias
  • 31 descriptus] scriptus alias
  • 32 serit] fit Piur
  • 33 codicillus] codillicilus Piur
  • 34 et quasi beneventario] id est q. beneventano Piur

Piur, p. 242, l. 3-925

P26

Cum ad monasterium Cluniacense, quibusdam negotiis exigentibus27, pervenissem et inter cetera quartum librum Moralium beati Gregorii expetissem, contigit me una cum librario ad librorum armarium peruenire, sic28 providente Deo, ut nobis multa volumina revolventibus, hic modicus codicellus29 nigro corio coopertus occurreret, antiquissimis seu vetustissimis30 literis et quasi beneventanis descriptus31 (…)

Cum ad monasterium cluniacense, quibusdam neg(ot)i negotiis exigentibus pervenissem ut inter cetera quartum librum moralium beati gregorii expetissem contingit me ima co(n)liberatio ad librorum armarium pervenire serit32 ut a deo providente nobis multa volumina revolventibus hic modicus codicillus33 nigro corrio. coopertus occurret antiquissimis seu vetustissimis literis. et quasi beneventario34 descriptus (…)

8Le passage, qui ne présente guère de difficultés, devient assez rapidement impénétrable dans P, ce qu’il faut sans doute plutôt attribuer aux compétences du copiste A qu’à l’antigraphe dont il disposait. Puisque A redouble fréquemment les consonnes simples ou, à l’inverse, simplifie les consonnes géminées, on ne s’attardera pas sur corrio à la place de corio. On n’insistera pas plus sur l’oubli, assez banal, d’une abréviation qui remplace occurreret par occurret, ni sur l’ajout, également banal, d’un -n- à contigit, le transformant en contingit. En revanche, la mauvaise lecture de negotiis, transcrit d’abord negoti, puis correctement écrit negotiis, sans toutefois que soit supprimée la première lecture erronée, complique un peu la lecture. P, seul de tous les témoins à poursuivre en substituant un ut final à un et de coordination – confusion que A pratique fréquemment tout au long du texte – fausse ensuite légèrement le contenu, le texte restant toutefois cohérent d’un point de vue syntaxique et grammatical. Mais la leçon una cum librario transcrite par l’improbable ima co(n)liberatio (à moins qu’il faille lire cum liberatio ?) heurte franchement la compréhension. Sa lecture serit ut a deo (ou adeo ?) providente pour sic ou sicque deo providente ut achève de rendre le passage inintelligible, sans compter qu’un peu plus loin l’adjectif beneventanus, employé pour évoquer la nature de l’écriture du codex (literis … quasi beneventanis descriptus), est transformé en un hétérodoxe beneventario. Contrairement à ce que G. Murano a observé pour les autres textes de P, l’Oraculum est le seul à être vierge de tout type d’annotation, correction, intervention pour découper les phrases ou indication de variante, de la part de Pierleone ou d’un autre (re)lecteur : il conserve donc tous ses défauts.

Copié par deux mains à deux époques différentes

  • 35 Je remercie Graziella Pastore, conservatrice à la Bnf, pour cette dernière indication.
  • 36 Paolo Cherubini, qui a eu la gentillesse d’examiner la reproduction numérique du f. 14 et que je (...)
  • 37 Voir Piur, p. 326 , l. 197-199.
  • 38 Respectivement Piur, p. 326-327, l. 200-204, l. 205-207, l. 208-211 + l. 213-214.
  • 39 Le paragraphe correspond à Piur, p. 317-318, l. 62-65, mais commence dans la dernière partie d’u (...)
  • 40 Voir Piur, p. 326-327, l. 215-227 + l. 228-230. Même si cette ultime glose est également malmené (...)

9On l’a évoqué plus haut, le texte a été copié par deux mains : les ff. 1-13 (filigrane représentant un aigle, semblable à Briquet n°83) sont de la même main A du XVe siècle qui a copié l’extrait du Speculum naturale aux ff. 133ra-138ra ; le f. 14 (filigrane représentant deux flèches en sautoir mesurant H 65 x L 32 mm, dont le dessin s'apparente à Briquet n°6283)35 appartient à une main B (dorénavant B), italienne et de la seconde moitié du XVIe siècle36. Comme par ailleurs sa mise en page s’éloigne de celle retenue par la main A, il semble judicieux de distinguer deux unités codicologiques, les ff. 1-13, d’une part, le f. 14, d’autre part. Il semble toutefois que B ait cherché à rendre compte de la mise en page suivie par A. Alors que A fractionne les textes en petites unités nettement définies par des espaces blancs et alterne deux modules d’écriture pour différencier ce qu’il considère comme des gloses des textes, B se contente d’individualiser les paragraphes en les signalant par une majuscule et un retour à la ligne. La copie de B débute au milieu d’un verbe de la glose de (c) commencée f. 13vb (repérée par la première flèche bleue ci-dessous) : [(…) Et quia multis gratiis ecclesiasticis dita]buntur, clerus timebit eas et populi sanctificabunt eas ac servient ob timorem donec ipse cum aliis destruantur37. Puis elle continue avec trois autres pararaphes de gloses (repérées ci-dessous par les trois flèches bleues successives), dont le dernier est toutefois constitué de deux gloses distinctes38. Comme B ne change pas de module d’écriture, il signale le passage de (c) à (t) en précisant en marge tex= (repéré par la barre verticale rouge ci-dessous), dont il donne les ultimes lignes selon le découpage aberrant effectué par A, f. 13vb, puisque le paragraphe commence au milieu d’une phrase : Descriptas viderunt totis viribus insecuti fuissent. Nedum sexaginta, sed et centum sextarios in apothecis egregie collocassent. Felix qui munde collegerit sextarios XXX ex area: hic non videbit superbis cornutis. Ac ergo. finis oraculi39. Le paragraphe de (t) se terminant par finis oraculi, il devient inutile de préciser que le dernier paragraphe est une glose (dernière flèche bleue). En réalité il s’agit de la fusion maladroite des deux dernières gloses de (c), la dernière ayant été passablement écourtée  et copiée immédiatement à la suite de la pénultième : felix qui munde felix qui castitatis matrimonialem illibatam servaverit Ideo. finis40

Ill. 2 : Paris, Bnf. Lat. 2598 (P), f. 14r

Identification du fragment manquant

  • 41 Une reproduction numérique du microfilm du ms. est disponible sur le site de la bibliothèque vat (...)
  • 42
  • 43
  • 44
  • 45
  • 46
  • 47

10Il se trouve que A, bien qu’il ne soit pas mieux identifié, est aussi le copiste d’une des deux plus riches anthologies prophétiques de la bibliothèque du médecin spolétain : le manuscrit Vat. lat. 5732 (dorénavant V)41. V, décrit et analysé en détail par Gemma Guerrini42, est un manuscrit de grande dimension (207 mm x 402 mm ; papier) constitué de 238 ff. et copié sur deux colonnes par trois mains différentes. La première partie (ff. 1-50) transmet deux textes de Joachim de Flore43, la troisième (ff. 156-237) six œuvres de Pierre d’Ailly44. La seconde partie (ff. 51-155), copiée par la main A, contient quatre textes d’Arnaud de Villeneuve45, six textes alors couramment attribués à Joachim46 et, absent de l’inventaire de Lerner, un fragment de l’Oraculum (ff. 82ra-83ra). Josep Perarnau I Espelt a mis en évidence que cette section de V était constituée de onze cahiers : un quaternion (cahier 9, ff. 128-135), neuf quinions (cahiers 1-3, ff. 51-80, cahiers 5-8, ff. 88-127, cahiers 10-11, ff. 136-155), et un cahier 4 problématique. Après un f. isolé (f. 81), les six folios suivants (ff. 82-87, filigrane semblable à Briquet n°83) seraient les possibles vestiges d’un quinion47, dont manqueraient les quatre premiers feuillets.

  • 48 Même intercolonne, même nombre de lignes/colonne, même découpage en petits paragraphes et même v (...)

11La mince portion de l’Oraculum conservée dans V se situe ainsi immédiatement après cette lacune. Or ce fragment, qui adopte exactement la même mise en page spécifique à A dans P, ff. 1r-13v48, reporte de manière rigoureusement identique la fin de l’Oraculum contenue au f. 14r de P copié par B. Il commence au même point de la glose du dernier chapitre, se poursuit avec les mêmes trois paragraphes de glose de (c), les mêmes ultimes lignes de (t) et s’achève sur la même fusion des deux dernières gloses de (c) au début de la deuxième colonne (voir ill. 3). Par ailleurs, la collation de P, f. 14ra-b et V, f. 82ra-b est formelle : B a bien copié A pour la fin de l’Oraculum. Toutes les leçons individuelles, erronées et aberrantes, sont conservées. Les rares écarts que l’on observe relevent de la correction machinale (ex : saxtarios A] sextarios B) ou d’erreurs de transcription (ex : invidebit A] videbit B). Mais contrairement à A, qui poursuit la copie de l’Oraculum avec (r) jusqu’au f. 83ra dans V, B s’est arrêté à la dernière glose, ajoutant après Ac ergo (sic pour a tergo) un finis absent de son modèle. Il est plausible que B, ignorant la nature exacte du corpus de textes entourant (t), ait considéré que (r) était un texte étranger à ce qu’il venait de copier, ce que peuvent suggérer les espaces réservés pour une éventuelle rubrique et la majuscule initiale.

12Le résultat de cette comparaison est frappant : les treize premiers folios de P s’emboitent parfaitement avec la dernière page de l’Oraculum, copiée par la même main A dans le manuscrit V. Ce codex comportait donc à l’origine un témoin complet du corpus de l’Oraculum. Les pages manquantes de V sont celles qui constituent à présent les treize premiers folios de P. Il est impossible de savoir en combien de cahiers ils étaient répartis, car après la numérisation de ce manuscrit, les feuillets ont été remontés sur onglets et les éventuelles réclames ont disparu au moment de la reliure. Mais, si l’on se souvient que le cahier 4 de V (ff. 82-87) présente toute les apparences d’un quinion amputé de ses quatre feuillets initiaux, on peut être presque sûr que ces quatre feuillets sont à identifier aux actuels ff. 10-13 de P. En suivant la même hypothèse, dans la mesure où les cahiers 1-3 et 5-8 de V sont tous des quinions, les ff. 1-9 du même P devaient constituer un autre quinion qui aurait débuté par le f. 81 de V, à présent feuillet isolé. On aurait donc eu originellement, après le cahier 3 de V, deux quinions ainsi constitués : V, f. 81 + P, ff. 1-9 ; P, ff. 10-13 + V, ff. 82-87, composant le cahier 4.

13Ill. 3 : Vat. lat. 5732, f. 82r

14Cette reconstruction, pour séduisante qu’elle soit, n’explique toutefois rien des circonstances dans lesquelles s’est produit le démantèlement : comment et pourquoi deux quinions ont-ils pu être démembrés ainsi ? Simple accident matériel lors de la reliure de V ? Volonté d’isoler l’Oraculum ? Dans tous les cas, il a fallu que B – ou celui qui lui a confié la copie du f. 82ra de V au f. 14r de l’actuel – ait eu accès à V et ait compris que les treize premiers folios de P devaient être complétés.

Haut de page

Notes

1 Flavia Buzzetta, « Qabbalah juive et humanisme chrétien. L'altérité en dialogue au XVe siècle. », in D. Crouzet, E. Crouzet-Pavan, P. Desan, C. Revest, L’humanisme à l’épreuve de l’Europe, 2019, p. 339-354, ici p. 339.

2 Sur Pierleone da Spoleto, voir Maike Rotzoll, Pierleone da Spoleto. Vita e opere di un medico del Rinascimento, Florence, 2000 ; Franco Bacchelli, Giovanni Pico e Pier Leone da Spoleto. Tra filosofia dell’amore e tradizione cabalistica, Florence, 2001, et, en dernier lieu, Flavia Buzzetta, « Transmission and Transformation of Kabbalistic Knowledge in Italy at the End of the Fifteenth Century », European Journal of Jewish Studies, 16, 2022, p. 54-70. Concernant sa bibliothèque, les deux articles pionniers de Léon Dorez (« Recherches sur la bibliothèque de Pierleone Leoni da Spoleto », Revue des bibliothèques, 4, 1894, p. 73-83 et 7, 1897, p. 81-92) ont ouvert la voie. Complétés dans les années 1960 par les contributions de José Ruysschaert (« Nouvelles recherches au sujet de la bibliothèque de Pier Leone, médecin de Laurent le Magnifique », Bullettin de la Classe des lettres et des sciences morales et politiques de l'Académie royale de Belgique, s. 5, 46, 1960, p. 37-65, « Costantino Gaetano O.S.B., chasseur de manuscrits. Contribution à l'histoire de trois bibliothèques romaines du XVIIe siècle: l'"Aniciana", l'"Alessandrina" et la "Chigi" », in Mélanges Eugène Tisserant, Città del Vaticano, 1964, p. 261-326) et de Giorgio Radetti (« Un'aggiunta alla biblioteca di Pierleone Leoni da Spoleto », Rinascimento, s. 2, 5 1965, p. 87-99), ils ont été et sont encore régulièrement enrichis et renouvelés. Ainsi, en plus des articles de Robert E. Lerner et Giovanna Murano, cités respectivement n. 3 et 5, on se reportera aux travaux déjà cités de Flavia Buzzetta, ainsi qu’à Eadem, « Traductions en sicilien de traités cabbalistiques: une étude du manuscrit 8526 de la Bibliothèque de l’Arsenal de Paris », Cahier Cabbala I Accademia. Revue de la Société Marsile Ficin, 11, 2018, p. 61-76, Eadem, « Pierleone da Spoleto: médecin, philosophe et cabbaliste », ibid., p 77–92.

3 Robert E. Lerner, « The prophetic manuscripts of the "Renaissance magus" Pierleone of Spoleto », in Gian Luca Potestà (ed.), Il profetismo gioachimita tra Quattrocento e Cinquecento. Atti del III Congresso Internazionale di Studi Gioachimiti. S. Giovanni in Fiore, 17-21 settembre 1989, («Opere di Gioacchino da Fiore. Strumenti», 3), Genova 1991, p. 97-116.

4 Une reproduction numérique du ms. est disponible sur le site Gallica de la BNF : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52513793d

5 Giovanna Murano,« Tra scienza, astrologia e magia. Un nuovo manoscritto di Pierleone da Spoleto», Archivum mentis, 8, 2019, p. 249-273.

6 Voir G. Murano, art. cit., p. 249, et n. 41.

7 À ne pas confondre avec son oncle Charles-Henri Fenel (1665-1727), également chanoine de Sens, historien et érudit en correspondance avec l’abbé Leboeuf.

8 Guillaume de Villefroy, Catalogus codicum manuscriptorum Bibliothecae regiae, t. 3, 1744, p. 302. Tous mes remerciements vont à Alexandre Tur, conservateur à la Bnf, pour son aide précieuse dans l’enquête sur les modalités d’entrée à la bibliothèque royale de P.

9 G. Murano, art. cit, p. 268-271.

10 Sur les qualités de copiste de ce Petrus Collensis, on lira avec intérêt les remarques cinglantes de Pierre Duhem, le premier à avoir identifié P comme une « fort mauvaise copie » du Lucidator de Pietro d’Abano (P. Duhem, Le système du monde. Histoire des doctrines cosmologiques de Platon à Copernic, t. III, Paris, Hermann, 1915, p. 153) à propos des « griffonnages et solécismes de Petrus Collensis » (ibid., t. IV, 1916, p. 243) : « Le copiste a tenu à nous laisser son nom ; il était, sans doute, fier de son œuvre ; il n’avait conscience ni de sa déplorable écriture, qui a tracé un grimoire presque illisible, ni de son ignorance crasse de toute grammaire latine, qui rend ses phrases fort difficiles à interpréter, après qu’on les a péniblement déchiffrées ».

11 Vom Mittelalter zur Reformation, ed. K. Burdach, Zweiter Band, Briefwechsel des Cola di Rienzo, ed. K. Burdach - P. Piur, Vierter Teil. Anhang. Urkundliche Quellen zur Geschichte Rienzos. Oraculum Angelicum Cyrilli und Kommentar des Pseudojoachim, Berlin, 1912 (dorénavant Piur).

12 Les sigles retenus pour désigner les différents textes ont été établis avec Gian Luca Potestà dans le cadre d’un travail sur la tradition manuscrite, l’historiographie et la réception de l’Oraculum (« Un dossier profetico della fine del secolo XIII : l’Oracolo di Cirillo »). Les inc. et expl. des textes sont indiqués d’après Piur, et les variantes les plus attestées sont signalées entre parenthèses. Pour (e), voir Piur, p. 241-242. Inc. : « Frater Gilbertus, Anglicus ille magnus (magnus ille inv. mss.) theologus (…) » – Expl. : « (…) ipse librarius tandem precibus devictus assensit ».

13 Ibid., p. 243-245. Inc. : « Domui totius divine sapientie, septiformi columpna Sancti Spiritus (…) » – Expl. : « (…) tabulas (al. tabellas) deposuit et in ictu disparuit. »

14 Ibid., p. 245, l. 1-8. Inc. : « Cum sacramenta : Ecce quam laudabilem iste sanctus Cyrillus (…) » – Expl. : « (…) descripserit nec eo minus processerit in ministeriis. »

15 Ibid., p. 251-318. Inc. : « Tempore annorum Christi millesimo ducentesimo quinquagesimo quarto, Februarii Kalendas octavo, sol orietur (…) » – Expl. : « hic non invidebit superbis cornutis a tergo. »

16 Ibid., p. 254-327. Incipit : « Millesimo ducentesimo quinquagesimo quarto : puto hoc tempus hic (pre)scriptum (…) » – Expl. : «  (…) portabunt magna capucia post tergum in modum cornu. »

17 Cette configuration, retenue par Piur, est la plus rare.

18 Piur, p. 246-251. Incipit : «  Stelle manenti in ordine sanctitatis, in formula honestatis (…) » – Expl. : « Vale millesies vere (al. verus) Christi miles. »

19 Voir par exemple ill. 1.

20 Entrecoupés par les gloses de (c), les chapitres de (t) sont ainsi répartis : cap. 1 : ff. 1va-3ra = Piur, cap. 1, p. 251-254, l. 1-72 ; cap. 2 : ff. 3ra-va = Piur, cap. 2, p. 259-260, l. 1-14 ; cap. 3 : ff. 3ra-4vb = Piur, cap. 3, p. 262-264, l. 1-47 ; cap. 4 : ff. 4vb-5vb = Piur, cap. 4, p. 269-270, l. 1-25 ; cap. 5 : ff. 5vb-6va = Piur, cap. 5, p. 274-275, l. 1-19 ; cap. 6 : ff. 6va-9va = Piur, cap. 6, p. 280-283, l. 1-56 ; cap. 7 : ff. 9va-10va = Piur, cap. 7, p. 296-298, l. 1-36 ; cap. 8 : ff. 10va-11rb = Piur, cap. 8, p. 305-308, l. 1-9 + Piur, cap.9, p. 308 ; cap. 9 : ff. 11rb-vb = Piur, cap. 10, p. 312 ; cap. 10 : ff. 11vb-14rb = Piur, cap. 11, p. 315-318, l. 1-65.

21 P, f. 1ra, §1 : « [D]omino (sic pour domui) totius divine sapiencie (…) referam verbo pleno » = Piur, p. 243, l. 1-7. Le texte s’interrompt au milieu d’une phrase. Voir aussi ill. 1.

22 (e), f. 1ra, §2 : « [F]rater gilbertus anglicus ille magnus theo (…) ipse librarius tandem precibus devictus assensit » = Piur, p. 241-242. Les cinq paragraphes de (l), sont outre le §1, les §3 (f 1ra) : « [U]t secudum (sic) scienciam tibi datam (…) in celo dignanter transmissum (sic pour demissum) » = Piur, p. 243-244, l. 7-15 ; §4 (f. 1rb) : « Et ita que (sic pour Hec itaque) mea verbula (…) a preteritis scriptoribus conserventer (sic pour conserventur) » = Piur, p. 244, l. 15-22 ; §5 (ibid.) : « [S]uplico quidem que (sic pour quoque) tibi (…) in solem splendentem clarissimi intellectus » = Piur, p. 244, l. 23-31 ; §6 (f. 1rb-va) : « [I]gitur (om. Piur) pro veneranda celebritate (…) tabellas deposuit et ictu disperavit. » = Piur, p. 244-245, l. 32-48. Voir aussi ill. 1.

23 P, f 1va : « Cum sacramenta etc. : Ecce quam laudabilem hic (iste al.) sanctus Cirillus (…) descripserit in misteriis (sic pour descripserit nec eo minus processerit in ministeriis). »

24 ibid. : « Mille du. quinque (pour Millesimo ducentesimo quinquagesimo quarto). Puto tempus hoc (hoc tempus hic. al.) scriptum (…) neque angelos neque filium se excepto » = Piur, p. 254-255, l. 1-19. Les autres témoins qui font précéder le texte de sa première glose n’en donnent qu’une première partie (=Piur, p. 254-255, l. 1-10) : voir par exemple Paris, Bnf. Lat. 4126, f. 282vb.

25 En note les principales variantes relevées par nous.

26 En note les lectures de Piur dans l’apparat critique.

27 exigentibus] instantibus alias

28 sic] sicque alias

29 codicellus] codicillus alias

30 seu vetustissimis] om. alias

31 descriptus] scriptus alias

32 serit] fit Piur

33 codicillus] codillicilus Piur

34 et quasi beneventario] id est q. beneventano Piur

35 Je remercie Graziella Pastore, conservatrice à la Bnf, pour cette dernière indication.

36 Paolo Cherubini, qui a eu la gentillesse d’examiner la reproduction numérique du f. 14 et que je remercie vivement, précise que l’écriture est d’origine italienne, et plus précisément centro-septentrionale, exclusion faite des actuels Lazio et Piémont nord-occidental.

37 Voir Piur, p. 326 , l. 197-199.

38 Respectivement Piur, p. 326-327, l. 200-204, l. 205-207, l. 208-211 + l. 213-214.

39 Le paragraphe correspond à Piur, p. 317-318, l. 62-65, mais commence dans la dernière partie d’une longue phrase restituée ici entre crochets droits : « [Nempe si ad petram fortem et firmam, quadram et latam, politam et albam, mundam et sanctam, unde originem pertraxerunt, devote, fideliter et perfecte spectassent et eius constanter efficacias et virtutes, prout ab infantia ceperunt (al. inceperunt) et super petram] descriptas viderunt, totis viribus insecuti fuissent, necdum (al. nedum) sexaginta, sed et centum sextarios in apothecis egregie collocassent. Felix, qui munde collegerit sextarios triginta ex area! hic non invidebit superbis cornutis a tergo. (Piur, p. 317-318, l. 58-65)

40 Voir Piur, p. 326-327, l. 215-227 + l. 228-230. Même si cette ultime glose est également malmenée dans plusieurs témoins, P est le seul témoin à lui faire subir ce traitement.

41 Une reproduction numérique du microfilm du ms. est disponible sur le site de la bibliothèque vaticane. L’autre anthologie, qui est est l’objet d’une abondante bibliographie, est actuellement conservée au Collège des Carmes de Rome (Roma, Collegio dei Carmelitani, III Varia 1).

42

Gemma Guerrini, notice du ms. Vat. Lat. 5732, in La tradizione manoscritta dei testi gioachimiti, in Mario Troncarelli, Il ricordo del futuro. Gioacchino da Fiore e il Gioachimismo attraverso la storia, Bari, Mario Adda Editore 2006, p. 358-361.

43

Psalterium decem cordarum ; le premier livre et le début du livre II du Liber de concordia novi ac veteris Testamenti. Pour le détail, voir G. Guerrini, art. cit, p. 358. Sur l’intérêt de Pierleone pour les textes joachimites et pseudo-joachimites, voir Cesare Vasoli, « Pierleone Leoni da Spoleto e Gioacchino da Fiore », in M. Troncarelli, Il ricordo del futuro, op. cit., p. 135-143.

44

Imago mundi, Tractatus de concordia theologie et astronomie, Elucidarium astronomie concordantie cum theologica et historica veritate, Apologetica defensio astronomice veritatis, Altera apologetica defensio astronomice veritatis, Tractatus de concordia discordantium astronomorum. À la suite de ce dernier traité, est copiée une Calculatio temporum ab initio mundi qu’on trouve également avec des traités de Pierre d’Ailly dans le ms. Basel, Universitätsbibliothek, F II 15. Pour le détail, voir G. Guerrini, art. cit, p. 360.

45

Introductio in librum de semine scripturarum, Allocutio super significatione nominis tetragrammaton, Alphabetum catholicorum, Tractatus de prudentia catholicorum scholarium. Pour le détail, voir G. Guerrini, art. cit, p. 360 ; Josep Perarnau I Espelt, « Noves dades sobre manuscrits ,espirituals’ d’Arnau de Vilanova », Arxiu de Textos Catalans Antics, 27 (2008), p. 351-424, ici p. 396-398.

46

Expositio super Sybillis et Merlino, Sibilla Samia, De oneribus prophetarum, De oneribus orbis, De numero bestie, De semine scripturarum. Pour le détail, voir G. Guerrini, art. cit, p. 358, 360 ; J. Perarnau I Espelt, ibid.

47

J. Perarnau I Espelt, art. cit., p. 395-396.

48 Même intercolonne, même nombre de lignes/colonne, même découpage en petits paragraphes et même variation des modules d’écriture, selon qu’il s’agit de (t) ou de (c), etc.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Bnf lat. 2598 (P), f. 1r
URL http://journals.openedition.org/oliviana/docannexe/image/1634/img-1.png
Fichier image/png, 2,6M
Légende Ill. 2 : Paris, Bnf. Lat. 2598 (P), f. 14r
URL http://journals.openedition.org/oliviana/docannexe/image/1634/img-2.png
Fichier image/png, 2,5M
URL http://journals.openedition.org/oliviana/docannexe/image/1634/img-3.png
Fichier image/png, 487k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Le Huërou, « Deux codices de la bibliothèque de Pierleone da Spoleto pour un témoin de l’Oraculum angelicum Cyrilli »Oliviana [En ligne], 7 | 2023, mis en ligne le 25 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/oliviana/1634

Haut de page

Auteur

Armelle Le Huërou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search