Navigation – Plan du site
Angelo Clareno et son monde

Une prière attribuée à Conrad d’Offida

Armelle Le Huërou et Sylvain Piron

Résumés

Si le nom de Conrad d’Offida est bien connu dans l’histoire franciscaine, sa vie et ses activités le sont beaucoup moins. À la suite d’une présentation synthétique des sources qui le concernent, nous présentons et éditons une prière en vernaculaire d’Italie centre-orientale qui lui est attribuée.

Haut de page

Indexation

Haut de page

Texte intégral

À la recherche de Conrad

  • 1 Sur la base d’un travail commun, l’introduction et l’édition de la prière sont dues à Sylvain Piron (...)
  • 2 « Verba fratris Conradi. Extrait du Ms. 1/25 de S. Isidore », éd. Paul Sabatier, in Opuscules de Cr (...)
  • 3 Livarius Oliger, « Petri Iohannis Olivi de renuntiatione papae Coelestini V : quaestio et epistola  (...)
  • 4 Sur cet épisode, voir plus bas, Sylvain Piron, « Olivi et Clareno. Une rencontre à L’Aquila », Oliv (...)

1Conrad d’Offida est une silhouette familière de l’histoire des courants franciscains spirituels1. Du moins son nom est-il associé à quelques épisodes bien connus. Il est en revanche plus difficile de discerner clairement les traits de son visage. Il semble se tenir éternellement à l’arrière-plan, comme une figure discrète dont la présence impose néanmoins le respect. Au vu de la documentation disponible, la densité de son existence semble principalement tenir aux multiples relations qu’il a entretenues avec d’autres personnalités de ce courant. Le seul écrit qui a circulé sous son nom, les Verba fratris Conradi, constitue une collection tardive de paroles et prophéties de frère Léon2. Ce document correspond visiblement aux dernières révélations du compagnon de François d’Assise que Conrad aurait recueillies, peu avant la mort de Léon, en 1271. C’est dans cette fonction qu’il est mentionné par Pierre de Jean Olivi qui cite l’une des prophéties obtenues à cette occasion dans son commentaire de la règle franciscaine, rédigé à Florence en 1288, puis dans la Lectura super Apocalipsim dix ans plus tard3. Olivi est par ailleurs l’auteur du dernier document dans lequel est mentionné Conrad, la fameuse lettre qu’il lui a envoyée le 14 septembre 1295 pour l’engager à demeurer dans l’obéissance aux autorités ecclésiastiques en acceptant la légitimité de la démission de Célestin V et l’élection de Boniface VIII4.

  • 5 Angelo Clareno, Historia septem tribulationum Ordinis Minorum, Orietta Rossini (ed.), Roma, Istitut (...)
  • 6 Ibid., p. 232 : « ab eis qui eum viderunt sursum latum et raptum viderunt, frequenter audivi ».
  • 7 Ibid., p. 233.
  • 8 Ibid., p. 234.
  • 9 Angelo Clareno, Epistole, p. 296 : « beatissimo frate et sancto C. »

2À ces très maigres données externes s’ajoutent quelques sources narratives. Conrad apparaît comme un personnage secondaire dans les chroniques d’Angelo Clareno. Il figure au premier rang des vieux amis de Pierre de Morrone, l’ermite bénédictin attiré par la vie franciscaine qui fut élu pape en 12945. Il est ensuite présenté comme la figure centrale des spirituels de la Marche d’Ancône à la fin du XIIIe siècle, qui aurait porté en Italie le poids de la cinquième tribulation, à l’égal d’Olivi en Languedoc. Le portrait de cet homme céleste que tous considéraient « comme un autre François » (« quasi alterum Franciscum »), marchant toujours pieds nus, vêtu d’une seule tunique de tissu grossier rapiécée, est dressé d’après les récits répétés de témoins directs6. Angelo n’a toutefois que peu de choses à dire sur ses actes. Le seul épisode notable est situé lors de la reprise en main de l’ordre par le ministre général Jean de Murrovalle, désigné pour succéder à Raymond Geoffroy en 1295, à la demande de Boniface VIII. Lorsqu’il fit la lecture publique des accusations portées contre Conrad, à qui il était reproché de favoriser la division de l’ordre, le général fut pris d’une grande émotion que le contemplatif parvint à calmer, d’une prière au Christ et de quelques mots apaisants, suscitant ainsi l’admiration et l’affection durable de son supérieur qui le protégea jusqu’à la fin de sa vie7. Alors qu’il avait obtenu la permission de former un groupe de missionnaires pour l’Orient dont le premier objectif était de rejoindre en Grèce le groupe de Liberato et Clareno, Conrad en fut retenu « par je ne sais quel oracle »8. Angelo qui ne mentionne pas l’année de son décès (1306) ne l’a sans doute pas rencontré à son retour en Italie. Il ne l’avait probablement que très peu fréquenté auparavant, ce qui ne l’empêche pas de le vénérer comme un saint9.

  • 10 Chronica XXIV generalium ordinis fratrum minorum, Analecta Franciscana, t. 3, Quaracchi, Coll. S. B (...)
  • 11 Bartholomeus de Pisa, De conformitate vitae beati Francisci ad vitam Domini Iesu, Quaracchi, 1906, (...)

3Une Vita rédigée peu après sa mort, employée comme source dans les Actus beati Francisci qui en reprennent deux épisodes, a été intégralement recueillie par Arnaud de Sarrant dans la Chronique des vingt-quatre généraux de l’ordre des frères mineurs (vers 1365)10. Barthélemy de Pise, dans le De conformitate (1399), reprend et reformule quelques passages de la même source, en y ajoutant de nouveaux détails11. De façon séparée, dans une narration différente, Francesco Bartoli rapporte l’un de ces miracles dans son traité sur l’indulgence de la Portioncule. Béatifié en 1817, Conrad semble donc avoir été reconnu dès le XIVe siècle comme une figure spirituelle peu conflictuelle.

Vie et miracles

  • 12 Ibid., p. 511-512, l’associe à ces deux couvents.
  • 13 Le prénom de Conrad, hommage au fils de l’empereur Frédéric II, né en 1238, suffit à indiquer une n (...)
  • 14 Chronica, p. 422.
  • 15 Ibid., p. 424-426.
  • 16 Ibid., p. 424-425 : « Frater Andreas, vir dotus, ad montem Alvernem circa tempora regiminis fratris (...)
  • 17 Voir plus loin, S. Piron, « Olivi et Clareno »
  • 18 Chronica, p. 425 : « Alia vice apparuit eidem dominae Benevenutae Iesus Christus dicens de fratribu (...)

4À suivre les données transmises par ses biographes, il serait entré dans l’ordre à l’âge de 14 ans, dans sa bourgade natale d’Offida, au sud des Marches. Sa formation initiale s’est probablement déroulée au couvent de la ville voisine d’Ascoli Piceno12. Clareno parle d’une présence de plus de 55 ans dans l’ordre, ce qui conduirait à placer sa prise d’habit vers 1250 et sa naissance autour de 123513. Renonçant rapidement à poursuivre ses études, il se serait consacré, pendant dix ans, aux tâches manuelles de la collecte des aumônes et de la cuisine14. Il fut toutefois promu au sacerdoce. D’après le récit de ses miracles, sa carrière est scandée par des résidences dans des ermitages et des petits couvents du nord des Marches (Forano, Sirolo), puis un séjour à Ancône durant lequel il fut le conseiller spirituel d’une femme mariée, étonnante visionnaire, Benvenuta, qu’il quitta à regret quand il fut envoyé à l’ermitage de La Verna. Ce transfert au mont Alverne en Toscane orientale, là où François avait reçu les stigmates, à près de deux cent kilomètres à l’ouest d’Ancône, était sans nul doute une promotion flatteuse pour un contemplatif15. Le témoignage de frère Andrea, qui arriva à La Verna peu après et semble avoir été l’informateur direct de l’hagiographe de Conrad, invite à donner une autre coloration à cette décision. Andrea situe sa propre arrivée sur place sous le généralat de Bonagrazia de San Giovanni in Persiceto (vicaire général de l’ordre dès 1276, puis ministre général de 1279 à 1283). Peu de temps auparavant, Conrad avait reçu un ordre formel (littera obedientialis) de quitter sans délai (sine mora) le couvent d’Ancône. Il obéit, mais protesta en implorant Benvenuta d’intercéder pour lui auprès du ministre (ou vicaire) général qui avait ordonné son transfert16. Or, cette période correspond exactement à celle des premières condamnations du groupe de fra Liberato, à Ancône, entre 1274 et 127817. Qu’il s’agisse d’une mesure préventive, visant seulement à éloigner Conrad de Benvenuta ou à entraver ses relations avec les zelanti d’Ancône, on peut déduire de cet épisode qu’un contact avait été établi dans la première moitié des années 1270. Benvenuta elle-même, à qui le Christ révélait des secrets proches des Verba Conradi sur la constance et la fidélité des frères et de leurs proches (« qui per eos fuerunt confortati ») dans la lutte contre l’Antéchrist, appartenait à ce cercle qui se préparait à des combats pour défendre sa compréhension de la pauvreté franciscaine18. Sans doute un peu plus âgé que les frères rebelles, Conrad qui aurait eu 40 ans en 1275 avait sur eux le privilège extraordinaire d’avoir été en contact direct avec les derniers compagnons survivants de François. Il est assurément l’un des principaux canaux par lequel est passée à Ancône l’inspiration d’une continuité avec la vie des origines.

  • 19 Ibid., p. 427 : « antequam essem sacerdos, pluries apparebat mihi beatus Franciscus quam modo. Et a (...)
  • 20 Ibid. : « antequam essem sacerdos, steti bene per septem annos continuos in tali statu quod in omni (...)
  • 21 Ibid., p. 422 : « venit ad ipsum quaedam avis pulcherrima, quae quandoque super eius humeros se pon (...)
  • 22 Ibid. : « lupus quidam eos fugiens venit ad illam cellam … »
  • 23 Ibid., p. 432 ; repris dans Actes du bienheureux François, trad. A. Le Huërou, François d’Assise. É (...)
  • 24 Chronica, p. 428 : « parum ante mortem fratris Leonis apparuit sibi sanctus Franciscus dicens, ut a (...)
  • 25 Ibid., p. 423-424.
  • 26 Ibid., p. 422-423.
  • 27 Franciscus Bartholi de Assisio, Tractatus de indulgentia s. Mariae de Portiuncula, ed. P. Sabatier, (...)
  • 28 Chronica, p. 428.
  • 29 Roma, Biblioteca Nazionale Vittorio Emmanuele, cod. 1167. L’image est notamment reproduite dans Ser (...)

5À La Verna, frère Andrea s’étonne également que Conrad, quoique prêtre, rechignât à célébrer l’office. Depuis qu’il dit la messe, lui confie-t-il, François lui apparaît moins fréquemment19. Auparavant, il pouvait rester dans la contemplation constante de la présence de Dieu « dans toutes les créatures, les bois, les pierres et quoi que ce soit d’autre, grâce à une douce lumière céleste »20. Les faits miraculeux qui sont rapportés font également de lui un « autre François » dans le rapport aux animaux : un bel oiseau qui se posait sur son épaule ou l’accompagnait en chantant, au jardin ou dans la forêt, le quitta après lui avoir révélé des secrets21. Durant un séjour dans un ermitage en forêt, il apprivoise un loup qui, fuyant les chasseurs, s’était réfugié à sa cellule22. Son ami Pierre de Montecchio le qualifiait affectueusement de « petite chose céleste » (celibe cose)23. Le qualificatif est bien choisi pour décrire un homme qui touchait à peine le sol et que de nombreux témoins ont vu s’élever de plusieurs coudées dans les airs24. Comme bien d’autres frères des Marches, Conrad pratiquait avec facilité la lévitation. La qualité de sa prière lui permet de faire sortir un frère du purgatoire25. Il obtient couramment des apparitions. Pierre de Montecchio l’observe en secret recevoir, en pleine forêt, une vision de la Vierge tenant l’enfant Jésus dans ses bras26. Deux récits indépendants rapportent une vision obtenue durant une nuit de veille à la Portioncule, en 1303, d’une qualité si puissante que la foule réunie vit une colombe blanche faire cinq fois le tour de l’église en volant27. Cette grâce qui lui rend l’extase aisée, le récit en fait remonter l’origine à une apparition de Gilles d’Assise (mort en 1262) qui la lui aurait insufflée dans la bouche, puis serait revenu lui dire : « tu es maintenant rendu semblable à moi, frère Conrad »28. Dans un manuscrit illustré des Chroniques de Clareno, la lueur divine qui accompagnait ses extases est représentée par une couronne de flammes autour de sa tête, qui fait puissamment écho à celles du bûcher des Spirituels de Marseille, quelques pages plus loin29.

6Classées chronologiquement, ces données permettent de dessiner une trajectoire dans l’ordre franciscain moins linéaire qu’il n’y paraît. Refusant d’entrer dans la course aux honneurs, Conrad a donc passé les années 1250 dans la plus grande humilité, dans des couvents modestes ou des ermitages de sa région natale. Au cours des années 1260, il accepte néanmoins de reprendre des études qui lui permettent d’atteindre la prêtrise et l’amènent sans doute à résider parfois en Ombrie. La rencontre avec frère Léon, à la fin de cette décennie, fait de lui le détenteur d’un savoir précieux et une figure de référence pour ses confrères des Marches auxquels il enseigne la fidélité à l’observance primitive de la règle. Confesseur à Ancône, guide spirituel aussi bien pour les frères que pour l’entourage laïc du couvent, il en est éloigné vers 1275, au moment de la première condamnation du groupe de Liberato. Son envoi à La Verna pourrait se concevoir comme une assignation à résidence, comparable à celle de l’ancien ministre général Jean de Parme à Greccio30. Placé dans ce haut lieu de la spiritualité franciscaine, il y accueille des pélerins à la recherche de l’esprit authentique de François, comme Olivi qui se rendit auprès de lui par deux fois, en 1279 et durant son séjour à Florence (1287-89). Il est probable que l’élection de Raymond Geoffroy à la tête de l’ordre, en 1289, lui ait permis de revenir dans les Marches. Il était en tout cas présent à L’Aquila à l’été 1294. Sans doute tenté de suivre Jacopone da Todi dans la rébellion contre Boniface VIII, il demeura dans l’obéissance, conformément aux recommandations d’Olivi, retournant en sa faveur la répression que les adversaires des Spirituels auraient voulu lui faire subir vers 1296-97.

  • 31 Bartholomaeus, De conformitate, p. 324, 504.
  • 32 Ibid. ; Chronica, p. 430.
  • 33 Michael Bihl, « Fraticelli cuiusdam decalogus evangelicae paupertatis an. 1340-1342 conscriptus », (...)
  • 34 Leonhard Lemmens, Fragmenta Minora: catalogus sanctorum Fratrum Minorum, Roma, Sallustianis, 1903, (...)
  • 35 De conformitate, p. 234.

7Décédé à Bastia Umbra le 12 décembre 1306, au pied d’Assise, il aurait accompli de nombreux miracles sur place31. On dit même qu’il aurait ressuscité cinq morts32. La rumeur que propagaient des adversaires des fraticelles dans les années 1340 attribuait ce prodige à Jacopone da Todi, mort la même année que lui33. Toutefois le catalogue des saints franciscains dressé par fra Elemosina vers 1335 l’attribue bien à Conrad34. Jaloux de cette tombe miraculeuse, les Pérugins aurait volé sa dépouille pour lui construire un sépulcre plus digne dans leur ville, mais les miracles auraient alors cessé35.

Les Verba fratris Conradi

  • 36 Edith Pásztor, « Falsi e tradizioni apocrife nella «questione francescana », in Ead., Francesco d’A (...)
  • 37 François Delmas-Goyon, « Nouveaux Regards sur la ‘question franciscaine’ », Archivum franciscanum h (...)
  • 38 Ainsi, pour Giovanni della Verna, Chronica, p. 428 : « in tantum profecerat quod sibi frequenter ap (...)

8Depuis plus d’un siècle, en réaction à l’usage qu’en avait fait Paul Sabatier, les franciscanisants italiens manifestent la plus grande méfiance à l’égard des écrits attribués à frère Léon. Alors que son activité d’écrivain et de scribe est l’une des mieux attestées qui soient au XIIIe siècle, il est habituellement noyé dans une vague entité collective dénommée « les compagnons » dans laquelle disparaît l’effectivité de sa présence corporelle. La suspicion est à son comble à l’égard des Verba fratris Conradi, présentés comme composés en grande partie de textes apocryphes, destinés à assouvir une « mentalité populaire » supposée friande de merveilleux36. À l’inverse, quelques historiens français prônent une démarche plus compréhensive qui invite à prendre au sérieux les textes tels qu’il se donnent à lire, sans nécessairement dénoncer comme falsification tous les faits extraordinaires qu’ils contiennent37. Ces documents sont des textes inspirés, dictés ou écrits par des frères qui vivent au présent avec François d’Assise, à qui le saint continue d’apparaître et de parler régulièrement, un demi-siècle après sa mort. Aux mêmes dates que Conrad, Angèle de Foligno reçoit de lui des messages tout à fait convergents. Des historiens matérialistes peuvent être tentés d’écarter de leur documentation des faits qu’ils tiennent pour des hallucinations. Mais dès lors que l’on s’intéresse aux pratiques et conduites spirituelles, il est difficile de rejeter ces témoignages de l’invisible comme de simples manipulations. Les saints continuent à parler après leur mort et les messages qu’ils transmettent aux vivants font partie intégrante de l’histoire terrestre38.

  • 39 R. Manselli, « Corrado » : « non siamo in grado di determinare – allo stato attuale delle nostre co (...)
  • 40 Chronica, p. 428 : « Et parum ante mortem fratris Leonis apparuit sibi sanctus Franciscus dicens, u (...)
  • 41 Verba fr. Conradi, § 3.

9Contrairement à ce qu’écrit Raoul Manselli, les circonstances dans lesquelles Conrad se rendit auprès de Léon n’ont donc rien de mystérieux39. Une apparition de François d’Assise à frère Jean de L’Alverne lui annonça l’imminence du décès de son vieux compagnon et l’urgence d’aller enregistrer, avec Conrad, ses derniers souvenirs sur les paroles et la vie du saint40. Les deux jeunes frères se sont alors rendus à la Portioncule où résidait Léon. Il ne s’est pas agi de confidences livrées in extremis, puisqu’après des premiers échanges, ce dernier eut l’occasion d’envoyer une lettre à Conrad41. Le contenu de ces révélations ne correspond pas simplement à des souvenirs que l’ancien scribe et confesseur du saint aurait voulu donner sur les années vécues en sa compagnie. Les Verba contiennent certes un nouveau récit de la rédaction de la règle (§ 1) ou de la réception dans l’ordre d’un grand clerc (§ 9). L’enjeu était surtout de transmettre les messages que le fondateur adressait à ses disciples, vers la fin des années 1260, en considérant avec tristesse l’état de son ordre, prophétisant de graves tribulations à venir, tout en encourageant à maintenir la fidélité à l’idéal primitif de la vie des frères mineurs.

  • 42 Ibid., § 3 : « frater Leo […] misit quandam litteram fratri Conradi » ; § 5 : « frater Conradus aud (...)
  • 43 Les collections partielles mise en circulation à cette époque sont l’Intentio Regulae, les Verba be (...)

10La méfiance à l’égard des Verba tient également à la forme sous laquelle ils se présentent, en laissant le statut de l’auteur dans une relative indétermination. Les messages proviennent de François, mais ils sont transmis par la bouche de Léon ou de Conrad. Ce dernier ne semble pas avoir tenu un rôle de scribe auprès de Léon. Il aurait plutôt mémorisé des récits et prophéties entendues à la Portioncule qu’il aurait ensuite dictés à un tiers. La composition du recueil implique donc l’intervention d’un troisième frère qui parle de Léon, mais aussi de Conrad, à la troisième personne42. Le titre donné à ces treize chapitres correspondrait donc exactement à la situation que l’on peut déduire de la forme de ces documents : il s’agit bien de paroles (verba) dictées par Conrad, transmettant des révélations faites par François à Léon. Rien n’indique que Jean de L’Alverne, qui assistait aux premiers entretiens, se soit chargé de cette tâche. La fonction de scribe a sans doute été remplie par une figure plus discrète, dotée d’un sens politique et pratique plus élevé. Cet éditeur des Verba, ayant accès aux rouleaux de Léon, pourrait également avoir mis en circulation après sa mort certains extraits de ses souvenirs, au cours des années 127043.

La prière

  • 44 L. Wadding, Annales Minorum, Ludguni, Dufour, 1635, t. 3, p. 49 : « Petisti a me, ut te in via Dei (...)
  • 45 M. Vedova, « Considerazioni sull’Instructio XXVII del Corpus Angelano », dans A. Bartolomei Romagno (...)
  • 46 En dernier lieu, Mateusz Strózynski, « The Composition of the Instructiones of St. Angela of Folign (...)

11Conrad semble donc être davantage un homme de parole que d’écriture. À ce contemplatif, un unique texte a pour l’instant été attribué. Luke Wadding a publié dans la notice qu’il lui consacre dans ses Annales une brève lettre de conseils spirituels donnés à un frère, sans fournir la moindre indication sur le manuscrit où il l’avait trouvé44. L’austérité des conseils et leur focalisation sur la pauvreté, l’humilité et les douleurs de la crucifixion rendent cette attribution vraisemblable. Leur brièveté semble également convenir à une personne aussi peu loquace que Conrad. La situation textuelle est cependant complexe puisque Massimo Vedova a récemment montré que ce texte partageait de nombreux traits communs avec l’une des Instructions d’Angèle de Foligno, en suggérant que celle-ci aurait la priorité sur la lettre attribuée à Conrad45. Sous réserve d’un examen détaillé de ces écrits parallèles, il nous semble au contraire que l’ordre inverse est plus probable et que la lettre, plus brève et sobre que l’instruction, aurait pu être retravaillée dans la phase de préparation du Liber d’Angèle, dont le plus ancien témoin fut copié en 1308, deux ans après le décès de Conrad. Le livre d’Angèle qui est mis en forme à cette date est un écrit collectif dans lequel les révélations faites à la mère spirituelle de la communauté de Foligno sont entourées d’écrits de type hagiographique et exhortatoire46. Les convergences entre ses préoccupations et celles de Conrad sont en tout cas frappantes, de même que le contenu des messages que tous deux reçoivent de François.

  • 47 B. Millett, « The Archives of St. Isidore's College, Rome », Archivum Hibernicum, 40, 1985, p. 1-13 (...)
  • 48 Voir plus haut, Armelle Le Huërou, « La transmission manuscrite du Preparantia et les recueils des (...)

12Il est à présent possible d’attribuer à ce frère laconique un autre texte qui fait presque doubler de volume son œuvre écrite. Cette prière, rédigée dans une langue vernaculaire d’Italie centrale, est conservée dans un manuscrit des archives du couvent Sant’ Isidoro, maison franciscaine irlandaise à Rome où s’était réuni, à partir des années 1620, un cercle de grands érudits, fuyant les persécutions liées à l’occupation anglaise de l’île. Luke Wadding y avait notamment rassemblé des volumes précieux concernant les débuts de l’ordre, qu’il a pu mettre à profit dans la rédaction de ses Annales47. L’unité codicologique (décrite plus bas) à la fin de laquelle figure la prière est de toutes petites dimensions (12 x 7 cm). Son contenu autorise à en situer la composition dans les cercles liés à Angelo Clareno, dont le fameux Preparantia est copié deux feuillets avant la prière48. L’écriture élancée, légèrement inclinée à droite, est une semi-gothique d’exécution peu soignée qui mêle des éléments de cancelleresca et de textualis et semble pouvoir être datée du deuxième quart du quatorzième siècle. Explicitement attribué à Conrad dans une rubrique du manuscrit et répertoriée dans l’inventaire des manuscrits de San Isidoro, ce document bien identifié n’a guère suscité de curiosité jusqu’à présent. Comme le souligne la rubrique, il s’agit d’une prière qu’il récitait chaque jour. À nouveau, comme pour les Verba, il ne s’agit pas d’un texte destiné à être transmis sous une forme écrite, mais plutôt d’une composition orale et mentale, mémorisée et répétée quotidiennement. On peut donc estimer que la mise par écrit a été le fait d’un disciple de Conrad qui avait à son tour appris par cœur la prière et n’a pas voulu la laisser se perdre.

13Adressée à Jésus, la prière invoque tour à tour les principaux moments de sa vie et de sa Passion : sa naissance dans la pauvreté, la réception au Temple dans les bras de Siméon et la fuite en Égypte, puis le baptême reçu de Jean-Baptiste, la fréquentation des pécheurs, la pénitence de Madeleine et les pleurs sur la mort de Lazare. Quelques miracles sont ensuite évoqués : la résurrection du fils de la veuve de Naïm, la guérison de la fille de la Cananéenne, du serviteur d’un centurion et la restitution de la vue aux aveugles. Le cycle de la Passion débute par le lavement des pieds de Pierre et des apôtres et enchaîne sur la capture sans résistance, les coups reçus, la condamnation devant Pilate et Hérode, la flagellation à la colonne, la couronne d’épines et la crucifixion entre les larrons. La pétition adressée à Jésus demande à « être reçu dans ta foi, ton espérance et ta charité, pour que je vive en vérité, patience et humilité dans un esprit de volonté [corr. pauvreté ?], pour qu’à l’heure de ma mort, mon âme puisse être reçue dans tes bras, de même que tu as recommandé ton esprit dans les mains de ton père ».

  • 49 Angelo, Epistole, p. 28 : « Sanctus pater noster frater Corradus quamdiu vixit quinque disciplinas (...)
  • 50 Chronica, p. 422 : « Frater vero Corradus cum lacrymis beatae Virginis supplicabat, ut sibi a suo F (...)
  • 51 Elvio Lunghi, « Il beato Corrado da Offida e una icona della Madonna per S. Damiano di Assisi », in (...)
  • 52 Jacques Dalarun, Lapsus Linguae. La légende de Claire de Rimini, CISAM, Spoleto, 1994, p. 52-53, en (...)

14Dans la continuité du Lignum vitae de Bonaventure, la méditation de la vie du Christ et de ses souffrances est une pratique commune des milieux franciscains. En présence d’une attribution explicite, celle-ci n’a pas à être démontrée ex novo, mais seulement confirmée. Au-delà de l’insistance sur la pauvreté, le désir de patience et d’humilité, certains traits connus de la vie et des usages de Conrad peuvent entrer en résonance avec la prière. Angelo Clareno rapporte que le « saint père » se flagellait cinq fois par jour, en souvenir des cinq plaies du Christ ; la seconde partie de la même phrase qui souligne l’importance de faire « mémoire » de la Passion du Christ au moins une fois par jour, pourrait elle aussi faire écho à une habitude de Conrad de réciter chaque jour la vie et Passion du Seigneur49. On peut noter par ailleurs que l’un des miracles rapportés dans la Vita a pour point de départ le désir d’éprouver ce que ressentit le vieux Siméon quand il prit dans ses bras l’enfant Jésus50. Le désir de voir le Dieu incarné, de son enfance à sa mort, est matérialisé par un artéfact remarquable associé à Conrad. Il est en effet identifié comme l’orant placé aux pieds d’une Vierge à l’enfant, dans une image de petites dimensions, conservée à Saint Damien d’Assise, qui comporte sur son revers le dessin d’une croix souillée, ponctuée de trois clous gigantesques51. À défaut d’une enquête dans l’univers des prières franciscaines, on peut rapprocher ce texte des louanges qu’adresse de Claire de Rimini au au crucifié qui lui apparaît durant son oraison52.

  • 53 Tesoro della lingua italiana degli origini [En ligne] URL : http://tlio.ovi.cnr.it/TLIO/. Je remerc (...)
  • 54 « Laudato si’, mi’ Signore, per sora luna e le stelle : / in celu l’ài formate clarite et pretiose (...)
  • 55 Giancarlo Breschi, « Le Marche », in L'italiano nelle regioni. Testi e documenti, a cura di Frances (...)
  • 56 Mahmoud Salem Elsheikh, « Leggenda del Transito della Madonna. Testo aquilano del Trecento », Studi (...)
  • 57 Rosanna Bettarini, Iacopone e il Laudario Urbinate, Firenze, Sansoni, 1969, p. 621 : « nulla cose k (...)

15Sans prétendre donner ici un commentaire linguistique en bonne et due forme, on peut néanmoins formuler quelques observations préliminaires. La langue comporte certaines tournures typiques de la langue d’Italie centre-orientale. Ces usages sont parfois répandus dans des régions très vastes ; l’article masculin lu est ainsi employé dans tout le sud de la Péninsule jusqu’en Sicile. Leur recoupement semble pointer vers la zone médiane Ombrie-Marches, qui correspond à l’espace dans lequel Conrad a vécu. Une recherche dans le Tesoro della lingua italiana degli origini permet de mettre en évidence certaines formes rares qui semblent principalement diffusées dans ces régions d’Italie centrale53. La graphie celu (« ciel ») est employée dans le Cantique de frère soleil54 ; manecasti (« tu as mangé ») ou anema (« âme ») dans un recueil d’injures de Recanati du XIVe siècle55. Le passé simple inhabituel gesti (« tu allas ») figure dans une légende de la Vierge de L’Aquila56. Le terme rencrescemento (« reproche ») apparaît dans le Laudario d’Urbino, de la fin XIIIe, ou sous la plume de Jacopone da Todi57. La forme lapedata (lapidée) n’est pas attestée, alors que la graphie lapidata est habituelle en Toscane et dans les parlers septentrionaux. Le passé statisti (« tu te tins ») est également sans équivalent. Ces premières indications autorisent à tenir pour plausible l’attribution de cette prière à Conrad d’Offida, sa mise par écrit ayant été réalisée par un frère originaire des mêmes régions.

Édition du texte

Istam orationem faciebat frater Conradus singularis diebus et dicebat

  • 58 Lc 2,7
  • 59 Ph 2,8

16Pregote Yesu Christo per quella caritate et pietate et humilitate et misericordia che te trasse dellu celu in terra et incarnastite della tua dolce matre Virgine Maria, et fusti natu in tanta povertate et humilitate che la tua dolce matre non abbe loco la ove te locare58, et fusti hubidiente al tuo patre per fine alla morte59.

  • 60 Lc 2, 25-28
  • 61 Mt 2, 13-23

17Tu che te lassasti portare allo tempio sì come uno angello, et fusti recevuto nelle braccia de sancto Simeone60, et gesti in Egipto colla tua matre61 et retornasti con multa humilitate et povertate.

  • 62 Mt 3,13-17
  • 63 Lc 15,3-7

18Tu che gesti allu baptismo de Johanni come un altro peccatore et volisti da luy esse baptiçato62, et gesti nello districto per retrovare la pecorella che era errata et demorasti colle bestie63.

  • 64 Ph 2,7

19Tu che conversasti colli peccatori et facisti discipuli de humilitate et povertate et statisti in meçço de loro come uno servo64.

  • 65 Lc 15,2 ; Mc 2,15-17

20Tu che manecasti colli publicani et peccatori, et non te scifasti de stare intra loro65.

  • 66 Lc 7,37-38
  • 67 Jn 11, 1-37.

21Tu che recevisti la penetençia della Matalena66 et volisti con essa piangere sopra la morte de Laççaro suo fratello67.

  • 68 Lc 19,41

22Tu che piangisti sopre la cittade de Jerusalemme per la compassione che tu l’avivi68.

  • 69 Lc 7,12-14

23Tu che consolasti lu core della vidua, et resuscitasti lu suo figliolo ch’era morto69.

  • 70 Mt 15,21-28

24Tu che entendisti lu clamore della Cananea et liberasti la sua filia ch’era vexata dallu forte demonio70.

  • 71 Mt 8,5-13

25Tu che recevisti la fede de decenturione et sanasti lu suo servo che tanto amava71.

  • 72 Jn 8,1-11

26Tu che liberasti la pechatrice ch’era pigliata in adulterio et non permittisti che fosse lapedata72.

  • 73 Mt 12,22

27Tu che rendisti gli ochi allu ceco nato che gli avia negati la natura73.

  • 74 Lc 17,11-19 ; Mt 8,1-3

28Tu che mundasti li lebrosi et illuminasti gli cechi et li morti resuscitasti et omne enfermetade sanasti et chi era vexsato dallo demonio liberasti74. [126v]

  • 75 Jn 13,8-12

29Tu che te inclinasti al lavare li piedi a sancto Pietro et all’altri tuoy discipuli per mostrarli la tua benegnitade, pietade et humilitade et l’amore che tu gli avivi75.

  • 76 Lc 22,63 ; Jn 18,12

30Tu che te lassasti pigliare et legare per l<amore> delli peccatori76.

  • 77 Mt 27,11-14 ; Mr 15,1-5 ; Lc 23,1-5 ; Jn 18,28-38.

31Tu che te lassasti presentare a Pilato et <da lui> volisti essere iudicato77.

  • 78 Lc 23,6-12

32Tu che fusti mandato ad Herode et da lui et da <la> sua famiglia fusti scernito si como homo de vil conditione78.

  • 79 Mt 27,26 ; Mc 15,15 ; Lc 23,16 ; Jn 19,1

33Tu che te lassasti spogliare et [le]gare et duramente fusti alla colonda fragellato79.

  • 80 Mt 27,29-31 ; Jn 19,2

34Tu che fusti menato nello parlamento colla corona delle spine en capo, non per farte honore ma per vergognia et per rencrescemento et victup<ero>80.

  • 81 Mt 27,15-26 ; Jn 18,28-40

35Tu che denanti allo popolo fusti condannato che devisti fare la morte che faccio li ladron<i>81.

  • 82 Jn 19,17

36Tu che colla croce en collo te lassasti men<are> per fine allo loco dove che fusti crucifiss<o>82.

  • 83 Mc 15,24-32 ; Jn 19,18

37Tu che con multa patientia et humilit<ate> te lassasti spogliare et fusti su nella <cro>ce intra li ladroni confichato come un<o loro>83.

38Ad te piaccia de recevere me nella tua <fede>, sperança et caritate che io viva in ver<itade>, patientia et humilitade et in spiritu de vo<lon>tade che all’ora della morte la mia anema poçça recevere nelle tuo braccia cusi come tu lu tuo spiritu recommandasti nelle mani dellu tuo patre. Amen.

39De poi questa oratione recommanda omni petitione la quale voli adomandare.

San Isidoro 1/144, f. 126r°

San Isidoro 1/144, f. 126v°

Annexes

Description du manuscrit

  • 84 G. Boccali, in Angelo Clareno, Expositio super regulam fratrum minorum, Santa Maria degli Angeli, 1 (...)
  • 85 B. Millett, « The Archives of St. Isidore's College, Rome », Archivum Hibernicum, 40, 1985, p. 1-13 (...)
  • 86 B. Bonelli, Prodromus ad opera omnia S. Bonaventurae, Bassannum, 1767, col. 467-468, n°108-109. Le (...)

40Le codex 1/144 de la bibliothèque du couvent San Isidoro à Rome est un recueil factice, signalé comme tel par Giovanni Boccali84 et constitué d’au moins deux unités codicologiques bien distinctes : f. 1-116 (papier) ; f. 117-126 (parchemin). En l’état actuel, il n’est pas possible de savoir si la remarque de Benignus Millett85, selon laquelle il s’agit d’un manuscrit ayant appartenu à Juan de Riera, franciscain de Majorque, promoteur de la cause de Ramon Lull dans la première moitié du XVIIe siècle et prédécesseur de Luke Wadding à Sant’Isidoro, vaut pour l’ensemble du recueil ou seulement pour la première partie. En tout cas, la deuxième partie du manuscrit était connue, dans son actuelle foliotation, par Benedetto Bonelli, éditeur des œuvres de Bonaventure au XVIIIe siècle, qui la sollicite à deux reprises dans son Prodromus ad opera omnia S. Bonaventurae, mais sous une autre cote86. La deuxième partie, de petites dimensions (123 mm x 75 mm), paraît constituer un cahier provenant d’un recueil plus volumineux, puisqu’avant d’être réunis au manuscrit papier, les actuels f. 117-126 étaient numérotés 154-163. Y sont copiés, dans l’ordre :

1. 117r-123v (anc. 154r-160v)

  • 87 Édition dans Bonaventura, Opera Omnia, t. VIII, p. 491-498 ; sur l’authenticité de l’attribution, c (...)

41<=Bonaventure, Epistola continens viginti quinque memorialia87> [Sans auteur ni tit. ni rubrique ; initiale rouge ; parfois attribué à Bernard de Clairvaux.]

  • 88 B. Bonelli, Prodromus…, col. 467.

42Le premier texte de cette unité codicologique, dont la rubrique a été effacée, se présente donc actuellement sans nom d’auteur. D’après Benedetto Bonelli, il était était attribué à Conrad d’Offida dans l’index, « par erreur cependant » (perperam tamen), précise-t-il88.

Inc. : In Christo suo fratre dilecto B, frater eius F in Domino qualiscunque (sic) veteri homine iam exuto, Christo vivere et mori mundo. Quoniam, dilecte mi frater in Domino, adhuc me in presentia tibi posito, mihi instantissime supplicasti ut ...

Expl. : Cui est honor et gloria et imperium per indefessa et immortalia et infinita secula seculorum. Amen. Vale, frater in Domino Yhesu Christo, sine quo oratio nichil valet. Expliciunt memorialia pauperis servuli crucifixi. Amen.

2. 123v (anc. 160v)

43<Pseudo-Bonaventura, Sex mandata fratri cuidam iuveni tradita>

44Le bref texte, explicitement attribué à Bonaventure par le titre qui le précède, a d’abord été copié dans le désordre, le début ayant été ajouté après coup à la fin, avec un renvoi qui signale qu’il s’agit d’une introduction à ce qui précède. Ces conseils

Tit. : Eruditio fratris Bonaventure cardinalis

Inc. : (in calce) : In conventum fratrum minorum Parisius frater Bonaventura tunc eiusdem ordinis generalis cuidam iuveni semel interrogati …

Inc. 2 : Fili mi iuvenis si vis sine macula peccati…

Expl. : Sis sollicitus non iudicare in corde tuo vel ore nisi temetipsum.

3. 123v-124v (anc. 161v-161v)

  • 89 Ronald G. Musto, « Angelo Clareno’s Preparantia Christi Jesu habitationem », Archivum Franciscanum (...)

45<Angelo Clareno, Preparantia89>

  • 90 Voir A. Le Huërou, « La transmission manuscrite du Preparantia et les recueils des lettres d’Angelo (...)

46Il s’agit là d’un des onze témoins conservés du traité ascétique d’Angelo Clareno90.

Rubr. : Epistola fratris Angeli de Clarino de doctrina virtutum

  • 91 L’incipit fourni par L. von Auw est erroné, cf. von Auw, p. xxxiv, n. 2.

Inc. : Preparantia vero Christi Yhesu habitationem et mansionem ineffabilem et divinam in nobis91

Expl. : et ipsius spiritum consumatum. Cui sit simul cum patre semper gloria et honor et eterna beatitudo. Amen.

4. 124v-125v

47<Versus>

  • 92 Buongiovanni da Cavriana, Anticerberus, éd. Piervittorio Rossi, trad. Daniela Barchi, Cavriana, 199 (...)

48À la suite, sans titre ni rubrique, sont copiées deux séries de vers dans un plus petit module d’écriture. La première (f. 124r-125v) est constituée de 65 vers, dont on retrouve un certain nombre dans le livre III de l’Anticerberus du franciscain Bongiovanni da Cavriana92. Ainsi (en gras les différences) :

Versus 29-36 (f. 125r)

Bongiovanni da Cavriana, Anticerberus, 3

  1. Est nimis in lingua modus et mensura tenenda.

95. Est nimis in lingua modus et mensura tenenda.

  1. Nunquam contendis sed solum te reprehendas ;

192. Numquam contendas sed solum te reprehendas ;

  1. Si reprensus eris, te corrige, non tribuleris,

193. Cum reprensus eris, te corrige ne tribuleris.

  1. Sed magis intendas ad grates tunc referendas ;

  1. Cede resistenti, contraria verba loquenti :

  1. Tunc bene victor eris, si vinci sic patieris.

194. Tunc bene victor eris, si vinci te patieris

  1. Si quis te ledit, deridet, nec tibi credit,

331. Si quis te ledit, deridet, non tibi credit,

  1. Mox parcas ipsi, quia servulus es Crucifissi.

332. Parcere promtus eris quia celica dona mereris.

  1. Non sis ad risum facilis si vis paradisum.

316. Non sis ad risum facilis qui vis paradisum.

Inc. : Sedulus in cella maneas nec egrediaris / Suntque foris bella, caveas ne capiaris

Expl. : Ex te procedat lampas prefulgida morum / Actibus ut cuntis exemplum sis aliorum / Quod nunc legisti çelo iam perfice Christi.

49La seconde série de vers (f. 125v), qui n’en compte qu’un peu plus d’une vingtaine (mais pas toujours bien définis par les retours à la ligne) semble plus originale :

Inc. : In vilibus officiis exercitatio, / Absque pigritia et murmuratione, administratio

Expl. : Proximo scandaliçato contra te iuste vel iniuste vel te iniuriante tua culpa dicendo anticipatio.

5. 126r/v  (163r/v)

50Istam oracionem faciebat frater Conradus singulis diebus et dicebat <Oratio fratris Conradi>

Haut de page

Notes

1 Sur la base d’un travail commun, l’introduction et l’édition de la prière sont dues à Sylvain Piron, la description du manuscrit à Armelle Le Huërou. Nous remercions Sara Bischetti pour son aide dans l’examen du manuscrit et Ryan Thornton pour l’obtention d’une reproduction du manuscrit. Sur l’état des connaissances antéireures, voir Raoul Manselli, « Corrado da Offida, beato », Dizionario biografico degli italiani, Roma, t. 29, 1983, p. 404-407.

2 « Verba fratris Conradi. Extrait du Ms. 1/25 de S. Isidore », éd. Paul Sabatier, in Opuscules de Critique Historique, I, Paris, Fischbacher, 1903, p. 370-392.

3 Livarius Oliger, « Petri Iohannis Olivi de renuntiatione papae Coelestini V : quaestio et epistola », Archivum franciscanum historicum, 11, 1918, p. 309-372, voir p. 366-372

4 Sur cet épisode, voir plus bas, Sylvain Piron, « Olivi et Clareno. Une rencontre à L’Aquila », Oliviana 6, 2020 [En ligne] URL : http://journals.openedition.org/oliviana/990

5 Angelo Clareno, Historia septem tribulationum Ordinis Minorum, Orietta Rossini (ed.), Roma, Istituto storico italiano per il Medio evo, 1999, p. 228.

6 Ibid., p. 232 : « ab eis qui eum viderunt sursum latum et raptum viderunt, frequenter audivi ».

7 Ibid., p. 233.

8 Ibid., p. 234.

9 Angelo Clareno, Epistole, p. 296 : « beatissimo frate et sancto C. »

10 Chronica XXIV generalium ordinis fratrum minorum, Analecta Franciscana, t. 3, Quaracchi, Coll. S. Bonaventurae, 1898, p. 422-428 ; Les Actes du bienheureux François et de ses compagnons, tr. A. Le Huërou, p.

11 Bartholomeus de Pisa, De conformitate vitae beati Francisci ad vitam Domini Iesu, Quaracchi, 1906, p. 233-234, 276-277, 450-451, 504, 511-512.

12 Ibid., p. 511-512, l’associe à ces deux couvents.

13 Le prénom de Conrad, hommage au fils de l’empereur Frédéric II, né en 1238, suffit à indiquer une naissance dans une famille liée au parti impérial.

14 Chronica, p. 422.

15 Ibid., p. 424-426.

16 Ibid., p. 424-425 : « Frater Andreas, vir dotus, ad montem Alvernem circa tempora regiminis fratris Bonagratiae generalis accessit ubi fratrem Corradum reperit […] sibi familiariter revelavit […] portata fuit littera fratri Corrado obedientialis ex parte generalis ut se ad sacrum montem Alvernae moraturus sine mora transferret. Qui asseruit, sibi tunc multum displicuisse. Et ideo de monte Alvernae scripsit dictae dominae Benevenutae, ut Generali supplicaret, quod dictam obedientiam revocando ipsum Anconam reduceret ad morandum. » Il ne faut pas confondre la date d’arrivée d’Andrea à La Verna avec celle de Conrad. Cependant, on peut estimer que l’affaire devait être encore fraîche pour que Conrad fasse si facilement part de ses difficultés à quitter Ancône. Le « général » peut très bien être le « vicaire général » Bonagrazia, chargé des affaires italiennes pendant que le ministre Jérôme d’Ascoli était occupé à une mission diplomatique dans le sud de la France.

17 Voir plus loin, S. Piron, « Olivi et Clareno »

18 Chronica, p. 425 : « Alia vice apparuit eidem dominae Benevenutae Iesus Christus dicens de fratribus minoribus ista verba “Si totus mundus deficeret mihi, isti filii mei semper ad minus adhaerebunt ; et isti tempore Antichristi apparebunt prae aliis meae fidei defensores et qui per eos fuerunt confortati” ».

19 Ibid., p. 427 : « antequam essem sacerdos, pluries apparebat mihi beatus Franciscus quam modo. Et aliquando reclinabat caput suum supra pectus meum et mihi prolixius quam modo loquebatur. »

20 Ibid. : « antequam essem sacerdos, steti bene per septem annos continuos in tali statu quod in omnibus creaturis, lignis, lapidibus et quibuscumque aliis quodam coelesti et dulci lumine, contemplabat Deum in omnibus. »

21 Ibid., p. 422 : « venit ad ipsum quaedam avis pulcherrima, quae quandoque super eius humeros se ponebat, , quandoque ipsum euntem per hortum vel silvam cantando dulcissime praecedebat… »

22 Ibid. : « lupus quidam eos fugiens venit ad illam cellam … »

23 Ibid., p. 432 ; repris dans Actes du bienheureux François, trad. A. Le Huërou, François d’Assise. Écrits, Vies, témoignages, t. 2.

24 Chronica, p. 428 : « parum ante mortem fratris Leonis apparuit sibi sanctus Franciscus dicens, ut assumpto fratre Corrado, pergeret ad fratrem Leonem, qui tunc in sancta Maria de Portiuncula morabatur, et ab ipso inquireret de verbis et de vita sua, scilicet sancti Patris Francisci, quod cum fecisset, ambo multa magnalia de beato Francisco ab ipso fratre Leone audiverunt. »

25 Ibid., p. 423-424.

26 Ibid., p. 422-423.

27 Franciscus Bartholi de Assisio, Tractatus de indulgentia s. Mariae de Portiuncula, ed. P. Sabatier, Paris, Fischbacher, 1900, p. 41-42.

28 Chronica, p. 428.

29 Roma, Biblioteca Nazionale Vittorio Emmanuele, cod. 1167. L’image est notamment reproduite dans Servus Gieben, « Fraticelli », dans G. Rocca (ed.), La sostanza dell’effimero. Gli abiti degli ordini religiosi in Occidente, Roma, Ed. Paoline, 2000, p. 331-32 et fig. 76

30 Voir plus loin, Piron, « Olivi et Clareno » [En ligne] https://journals.openedition.org/oliviana/990

31 Bartholomaeus, De conformitate, p. 324, 504.

32 Ibid. ; Chronica, p. 430.

33 Michael Bihl, « Fraticelli cuiusdam decalogus evangelicae paupertatis an. 1340-1342 conscriptus », Archivum franciscanum historicum, 32, 1939, p. 279-411, p. 357. Les adversaires auxquels répond ce traité prétendaient que « ...beatus Ludovycus, fr. Bonaventura, Iohannes de Alverna, Iacobus de Tuderto qui quinque mortuos dicitur suscitasse et plures alii de quibus constat quod huiusmodi vestes curtas aut repeciatas nunquam portaverunt ».

34 Leonhard Lemmens, Fragmenta Minora: catalogus sanctorum Fratrum Minorum, Roma, Sallustianis, 1903, p. 8 : « multa miracula fecit et mortuos suscitavit ».

35 De conformitate, p. 234.

36 Edith Pásztor, « Falsi e tradizioni apocrife nella «questione francescana », in Ead., Francesco d’Assisi e la ‘questione francescana’, Assisi, 2000, p. 355-358 : « destinata ad un pubblico di lettori ed ascoltatori semplici, di mentalità popolare […] comprende vari esempi di falsi : sette su tredici brani ».

37 François Delmas-Goyon, « Nouveaux Regards sur la ‘question franciscaine’ », Archivum franciscanum historicum, 111, 2018, p. 317-364 ; S. Piron, « Note sur Léon et Rufin, l’écriture et le corps », Ibid., p. 365-375.

38 Ainsi, pour Giovanni della Verna, Chronica, p. 428 : « in tantum profecerat quod sibi frequenter apparebat beata Virgo Maria et beati Iohannes Evangelista et Franciscus nec non fratres Angelus et Leo, quondam socii sancti Patris Francisci. » Les sciences sociales contemporaines démontrent une attention accrue aux relations entre les vivants et les morts. Voir par exemple Magali Molinié, Soigner les morts pour guérir les vivants, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 2006 ; Vinciane Despret, Au bonheur des morts. Récits de ceux qui restent, Paris, La Découverte, 2015.

39 R. Manselli, « Corrado » : « non siamo in grado di determinare – allo stato attuale delle nostre conoscenze – come, dove e quando i due religiosi abbiano avuto occasione e modo di incontrarsi e di conoscersi ».

40 Chronica, p. 428 : « Et parum ante mortem fratris Leonis apparuit sibi sanctus Franciscus dicens, ut assumpto fratre Corrado, pergeret ad fratrem Leonem, qui tunc in sancta Maria de Portiuncula morabatur, et ab ipso inquireret de verbis et de vita sua, scilicet sancti Patris Francisci, quod cum fecisset, ambo multa magnalia de beato Francisco ab ipso fratre Leone audiverunt. »

41 Verba fr. Conradi, § 3.

42 Ibid., § 3 : « frater Leo […] misit quandam litteram fratri Conradi » ; § 5 : « frater Conradus audivit a fratre Leone » ; § 6 :« narravit sanctus Conradus » ; § 9 : « referebat frater Conradus ».

43 Les collections partielles mise en circulation à cette époque sont l’Intentio Regulae, les Verba beati Francisci et le Speculum perfectionis minor. Sur tous ces textes, voir François d’Assise. Écrits, Vies, témoignages, t. 2.

44 L. Wadding, Annales Minorum, Ludguni, Dufour, 1635, t. 3, p. 49 : « Petisti a me, ut te in via Dei erudirem, tibique aliqua utilia scriberem …

45 M. Vedova, « Considerazioni sull’Instructio XXVII del Corpus Angelano », dans A. Bartolomei Romagnoli, U. Paoli, P. Piatti, Hagiologica. Studi per Réginald Grégoire, Fabriano, Monastero San Silvestro Abate, 2012, t. 1, p. 537-550.

46 En dernier lieu, Mateusz Strózynski, « The Composition of the Instructiones of St. Angela of Foligno », Collectanea Franciscana, 88, 2018, p. 187-216.

47 B. Millett, « The Archives of St. Isidore's College, Rome », Archivum Hibernicum, 40, 1985, p. 1-13, voir p. 8-10.

48 Voir plus haut, Armelle Le Huërou, « La transmission manuscrite du Preparantia et les recueils des lettres d’Angelo Clareno et Simone Fidati », Oliviana, 6, 2020 [En ligne] https://journals.openedition.org/oliviana/1076

49 Angelo, Epistole, p. 28 : « Sanctus pater noster frater Corradus quamdiu vixit quinque disciplinas singulis diebus sibi dedit et memoriam Christi passionis et flagellorum facere semel in die ad minus multum expedit servis Dei. »

50 Chronica, p. 422 : « Frater vero Corradus cum lacrymis beatae Virginis supplicabat, ut sibi a suo Filio hanc gratiam impetraret, ut de illa dulcedine quam habuit Simeon, dum Christus in ulnis portavit, sibi daret aliquantulum experiri »

51 Elvio Lunghi, « Il beato Corrado da Offida e una icona della Madonna per S. Damiano di Assisi », in Domini vestigia sequi. Miscellanea offerta a Giovanni M. Boccali, Cesare Vaiani (ed.), Assisi, Porziuncola, 2003, p. 517-542 

52 Jacques Dalarun, Lapsus Linguae. La légende de Claire de Rimini, CISAM, Spoleto, 1994, p. 52-53, en remerciant l’auteur d’avoir suggéré le rapprochement.

53 Tesoro della lingua italiana degli origini [En ligne] URL : http://tlio.ovi.cnr.it/TLIO/. Je remercie Gaia Tomazzoli pour son aide sur ce point.

54 « Laudato si’, mi’ Signore, per sora luna e le stelle : / in celu l’ài formate clarite et pretiose et belle. »

55 Giancarlo Breschi, « Le Marche », in L'italiano nelle regioni. Testi e documenti, a cura di Francesco Bruni, Torino, UTET, 1994, p. 485 : « tu divri vergognare, che manecasti la mia gallina » ; p. 486 : « maledetta sia l’anema de patrutu et de mammata ».

56 Mahmoud Salem Elsheikh, « Leggenda del Transito della Madonna. Testo aquilano del Trecento », Studi e problemi di critica testuale, 51, 1995, p. 7-42, p 34 : « gesti nello enferno ».

57 Rosanna Bettarini, Iacopone e il Laudario Urbinate, Firenze, Sansoni, 1969, p. 621 : « nulla cose ke ti pate il fa rencrescemento » ; Jacopone da Todi, Lauda XXI, v. 35 : «  mo è rencrescemento »

58 Lc 2,7

59 Ph 2,8

60 Lc 2, 25-28

61 Mt 2, 13-23

62 Mt 3,13-17

63 Lc 15,3-7

64 Ph 2,7

65 Lc 15,2 ; Mc 2,15-17

66 Lc 7,37-38

67 Jn 11, 1-37.

68 Lc 19,41

69 Lc 7,12-14

70 Mt 15,21-28

71 Mt 8,5-13

72 Jn 8,1-11

73 Mt 12,22

74 Lc 17,11-19 ; Mt 8,1-3

75 Jn 13,8-12

76 Lc 22,63 ; Jn 18,12

77 Mt 27,11-14 ; Mr 15,1-5 ; Lc 23,1-5 ; Jn 18,28-38.

78 Lc 23,6-12

79 Mt 27,26 ; Mc 15,15 ; Lc 23,16 ; Jn 19,1

80 Mt 27,29-31 ; Jn 19,2

81 Mt 27,15-26 ; Jn 18,28-40

82 Jn 19,17

83 Mc 15,24-32 ; Jn 19,18

84 G. Boccali, in Angelo Clareno, Expositio super regulam fratrum minorum, Santa Maria degli Angeli, 1995, p. 41, n. 107.

85 B. Millett, « The Archives of St. Isidore's College, Rome », Archivum Hibernicum, 40, 1985, p. 1-13, ici p. 9.

86 B. Bonelli, Prodromus ad opera omnia S. Bonaventurae, Bassannum, 1767, col. 467-468, n°108-109. Le ms., qui est alors coté « Armar. 4, num. 134 » de l’Archivum de Sant-Isidoro, est sollicité pour le premier texte de Bonaventure et le suivant – qui lui y est attribué à tort. Voir ci-dessous n°1 et 2.

87 Édition dans Bonaventura, Opera Omnia, t. VIII, p. 491-498 ; sur l’authenticité de l’attribution, cf. Ignatius Brady « The Edition of the Opera omnia of Saint Bonaventure (1882-1902) », Archivum franciscanum historicum, 70, 1977, p. 352-76 ; ici p. 374-6 : opera spuria ; Aleksander Horowski, « Opere autentiche e spurie, edite, inedite e mal edite di san Bonaventura da Bagnoregio: bilancio e prospettive », Collectanea Franciscana, 2016, p. 461-544, ici p. 538.

88 B. Bonelli, Prodromus…, col. 467.

89 Ronald G. Musto, « Angelo Clareno’s Preparantia Christi Jesu habitationem », Archivum Franciscanum Historicum, t. 73, 1980, p. 69-89, où le texte est édité p. 85-89.

90 Voir A. Le Huërou, « La transmission manuscrite du Preparantia et les recueils des lettres d’Angelo Clareno et Simone Fidati », Oliviana 6, 2020 [En ligne]

91 L’incipit fourni par L. von Auw est erroné, cf. von Auw, p. xxxiv, n. 2.

92 Buongiovanni da Cavriana, Anticerberus, éd. Piervittorio Rossi, trad. Daniela Barchi, Cavriana, 1995.

Haut de page

Table des illustrations

Légende San Isidoro 1/144, f. 126r°
URL http://journals.openedition.org/oliviana/docannexe/image/943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Légende San Isidoro 1/144, f. 126v°
URL http://journals.openedition.org/oliviana/docannexe/image/943/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Le Huërou et Sylvain Piron, « Une prière attribuée à Conrad d’Offida », Oliviana [En ligne], 6 | 2020, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/oliviana/943

Haut de page

Auteurs

Armelle Le Huërou

Articles du même auteur

Sylvain Piron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Oliviana

Haut de page
  • Logo CRH
  • OpenEdition Journals