Navigation – Plan du site
Villes et violences
Panorama photographique de Felipe Lopez Mendoza

Paisajes y violencias

Felipe Lopez Mendoza et Valérie Robin

Notes de la rédaction

Entretien avec Felipe Lopez Mendoza, réalisé par Valérie Robin dans la ville d'Ayacucho (Pérou), en août 2005, pour Regards des Amériques.

Texte intégral

Felipe, tu es un artiste qui a beaucoup navigué entre la France et le Pérou…

Après des études à l’école des Beaux-arts dans la ville andine d’Ayacucho puis à Lima, j’ai voulu connaître la Ville lumière. Paris est encore un mythe, presque réel, pour un étudiant des Beaux-Arts. Grâce à une bourse d’étude, je suis resté deux ans au Brésil. Puis, avec l’argent du billet de retour pour le Pérou, j’ai pris le bateau pour l’Europe et suis arrivée à Paris au début des années 1970. J’ai étudié aux Beaux-arts, j’ai étudié le cinéma. Et j’ai rencontré mon épouse. En 1974, je suis rentré au Pérou où j’ai enseigné l’art plastique à l’université d’Ayacucho. Je suis devenu directeur de l’école des Beaux-arts jusqu’en 1984. Mais la région d’Ayacucho était devenue le foyer de la violence politique qui s’est abattue sur le Pérou durant les deux décennies suivantes. C’était difficile de vivre ici au quotidien. On se trouvait entre deux feux, entre l’armée et les militants maoïstes du Sentier Lumineux qui avaient entamé leur lutte armée à partir de 1980.

On sent l’influence de la violence politique dans tes créations des années 1980.

C’est l’époque où j’ai commencé à faire des dessins sur le toque de queda (couvre-feu). En fait, on pourrait même dire que c’est "grâce" au couvre feu que j’ai recommencé à dessiner en cherchant à restituer l’ambiance du toque de queda à Ayacucho, des ruelles de la ville, en noir et blanc. On ne pouvait pas sortir entre 19h00 et 6h00 du matin. C’est aussi à ce moment que la ville a commencé à se détruire, au niveau architectural mais aussi social. C’est ce qu’on capte de mes dessins de l’époque : l’atmosphère d’une ville en train de se défaire, de s’écrouler. La violence et la peur pour la vie de mes deux enfants, encore en bas âge, nous ont obligé, ma femme et moi, à émigrer temporairement à Paris en 1984. Finalement, nous y sommes restés 20 ans ! Au début j’ai essayé de vivre de ma peinture en faisant quelques expositions. Mais en n’étant pas un peintre très connu et au vu de la concurrence sur le marché de l’art parisien, j’ai dû trouver un travail alimentaire. J’étais éducateur social en foyer de jeunes adultes. Ce n’est que depuis fin 2003 que je suis à nouveau à Ayacucho.

Qu’est-ce qui t’a décidé à rentrer au Pérou après 20 ans d’exil ?

On était venus quelques fois au Pérou en vacances et on suivait la réalité du pays. Les enfants étaient devenus adultes. On était plus "libres" de nos mouvements. Et puis, pour ma retraite, qu’est-ce que j’avais comme alternative ? Rester en France et jouer à la pétanque ou retourner au Pérou et tenter de faire quelque chose pour mon pays dans mon domaine : l’art et la culture. J’enseigne à nouveau en dernière année de peinture à l’école des Beaux-arts d’Ayacucho. Cette école a souffert des années de violence, comme le reste du pays, mais c’est particulièrement prégnant à Ayacucho. On sent la force de l’encadrement du système répressif de l’époque, où réfléchir était pratiquement interdit. Alors, au-delà de mes cours de peinture, j’essaie de secouer les choses et de faire bouger un peu les mentalités. Par exemple, de nos jours, on ne devrait plus avoir besoin de défiler.

De quoi s’agit-il exactement ?

Avec l’émergence de Sentier Lumineux, l’Etat et l’armée ont obligé la population à défiler régulièrement et à saluer le drapeau péruvien. Refuser, c’était te placer du côté du drapeau rouge. Pour ne pas être taxé de terroriste, tu devais défiler, notamment les dimanches. C’est tellement institutionnalisé que c’est presque un tabou de dire que, maintenant que la guerre est finie, on n’a plus besoin de défiler. Il s’agit de parades extrêmement militarisées qui ne font pas uniquement défiler l’armée mais toutes les institutions, les employés, du secteur public et privé, ainsi que les lycéens et les écoliers. Pas seulement les grands. Même les petits, à partir de 4-5 ans, dès la maternelle, défilent déguisés en militaires. C’est un aspect qui m’a choqué quand je suis rentré au Pérou. Alors j’ai commencé à réfléchir pour savoir comment contrer ce phénomène. La participation à ces défilés est totalement intériorisée. C’est comme la pluie et le vent, le défilé c’est normal ! Personne ne se pose la question de savoir pourquoi on défile. Même l’école des Beaux-arts va défiler pour son anniversaire, alors que cette école devrait être un lieu de réflexion et de subversion, dans le bon sens du terme.

Cette préoccupation pour la militarisation de la vie quotidienne se retrouve dans ton travail récent, notamment dans ton oeuvre "Armonia".

Armonia, c’est le nom d’un groupe de musique chicha, rock-salsa péruvienne, qui a beaucoup de succès auprès de la jeunesse. J’ai vu les affiches des concerts de ce groupe, placardées sur les murs de la ville. Un des aspects de mon travail actuel s’attache aux nouveaux paysages d’Ayacucho. Ce que devient cette ville au niveau visuel, pollution, etc. J’essaie de traduire tout ça en image. Donc je commence par les défilés. Armonia ça veut dire l’harmonie. Mais comment a été obtenue cette harmonie ? Avec les armes. On voit dans le tableau les traces de bottes militaires sur les lettres de l’harmonie. En bas d’Armonia, on trouve les photos des enfants déguisés en soldats de commando, qui défilent en rangers, qui jouent à la guerre. Pendant que les Américains "jouent" pour de vrai en Irak, ici on joue les petits GI. Et les parents sont très fiers de voir leurs petits défiler avec des armes, les bras tendus. Comment traduire ces choses horribles en images ? Comment dénoncer cette connerie ? "Armonia", c’est ça. Je ne voulais pas faire quelque chose de trop pamphlétaire ou d’anecdotique. Je voulais que ça puisse faire l’objet d’une double lecture. Armonia est un groupe connu alors j’espère que les gens vont se poser la question de savoir pourquoi cette association avec les militaires.

En octobre 2005, on pourra voir à Ayacucho ta première exposition personnelle depuis ton retour, "Paisajes y violencias". Tu vas y inclure certaines créations qui ne traitent pas seulement du Pérou.

Au départ, à mon arrivée en France, la nostalgie du pays m’a poussé à faire des paysages, de jolies montagnes. Et puis je me suis dit qu’il fallait que je fasse autre chose. J’ai donc commencé à m’intéresser aux histoires de violence et de souffrance humaine de par le monde, qui m’ont toujours bouleversé. Un de mes tableaux évoque un père protégeant son enfant lors du gazage des kurdes irakiens par Saddam Hussein en 1988. Sur le conflit israélo-palestinien, j’ai réalisé un triptyque, "directo en directo", à partir des terribles images, vues à la télévision, où un enfant, Mohammed al Dura, est tué par l’armée israélienne, en direct devant les caméras le 30 septembre 2000. J’ai trouvé ça très fort comme image et j’ai voulu le traduire au niveau pictural. Ensuite, dans cette série, j’ai réalisé un tableau sur le 11 septembre 2001. Mais j’ai voulu faire un parallèle entre la peur des New-Yorkais le 11/09 et celle des Vietnamiens avec les bombes au napalm qui tombaient derrière eux. Cette idée m’est venue après avoir trouvé, presque par hasard, des images de la guerre du Vietnam. C’est ma dernière création en France.

Hormis ton travail d’artiste et d’enseignant, tu te dédies également à d’autres activités.

Au départ, la période d’adaptation a été très dure. Après la France, se réadapter à la réalité péruvienne n’a pas été facile. Surtout que c’est le bordel actuellement : le libéralisme pur et dur où tout est permis et tout est possible. Alors ça fait un choc. Mais depuis mon retour je m’occupe d’une émission de radio où je passe des musiques du monde. L’intention est de lutter contre le formatage musical. En musique aussi on est formaté par la mondialisation, dans le mauvais sens du terme, en écoutant la pire des musiques. On n’a pas la possibilité d’écouter de musiques alternatives, plus authentiques, issues des peuples du monde. Mon programme s’appelle "Cantos de la tierra" et j’y passe des musiques d’Afrique, d’Asie, etc., sans oublier nos musiques des provinces andines, en langue quechua…

Tu écris également une chronique hebdomadaire dans la presse locale.

Mon but avec cette chronique est de dévoiler des choses auxquelles on est aveugle à Ayacucho, comme la question des défilés militarisés qui sont considérés normaux, comme s’ils avaient été instaurés par Dieu ! Tout le monde semble être condamné à suivre ce modèle imposé sans rechigner. Mais non ! On peut faire autre chose ! Au Pérou, il est évident que cette manière d’étaler et d’utiliser les symboles patriotiques est une manière de masquer notre réalité. On cache notre médiocrité aux niveaux administratif, intellectuel et surtout politique, avec la corruption de cette classe politique incompétente et son manque total d’éthique, avec ces beaux défilés le dimanche, l’hymne national chanté la main sur le cœur devant le drapeau. Et puis le lendemain, on retourne à la pauvre et triste réalité, au même boulot merdique. A l’école des Beaux-arts on dit que c’est pour le prestige de l’institution qu’il faut aller défiler. Mais est-ce qu’on s’interroge sur la qualité de l’enseignement qui y est dispensé ? Est-ce qu’on forme de bons artistes ? Eh bien non ! Forcément, si même dans le microcosme des Beaux-arts, on travaille avec une mentalité d’encadrement où il n’y a pas de place pour l’imagination et la responsabilité, il est logique de ne pas former de bons artistes.

Sens-tu que le conformisme de la société provinciale d’Ayacucho influe sur le travail de tes collègues artistes ?

C’est un peu en train de changer mais il est vrai que beaucoup de peintres continuent à peindre Ayacucho comme un lieu idyllique et tranquille, avec ses petites ruelles de province et ses animaux. Mais c’est fini, ça. Ayacucho est devenue une ville polluée, bruyante, un chaos architectural… Il y a forcément de nouveaux paysages, de nouveaux conflits, de nouvelles réalités que les artistes devraient traduire en images pour faire réfléchir ceux qui vont voir leurs dessins. Un de mes rôles à l’école des Beaux-arts est de pousser mes étudiants à voir eux-mêmes la société d’une autre manière pour peindre d’une autre manière ; sans pour autant tomber dans le réalisme socialiste !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Felipe Lopez Mendoza et Valérie Robin, « Paisajes y violencias », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], Coin des curiosités, Villes et violences, mis en ligne le 11 juillet 2014, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/orda/1265

Haut de page

Auteurs

Felipe Lopez Mendoza

Artiste péruvien, Felipe Lopez Mendoza est né à Huancasancos, dans le département d’Ayacucho (Andes sud péruviennes). Il a vécu en France de 1984 à 2003, avant de revenir s’installer au Pérou. Parmi ses principales expositions en France, on citera la galerie CAEL de Bourg la Reine (dessins et aquarelles), 1987, l’Auberge du Château de Talcy (dessins et aquarelles), 1990, et le Centre Culturel de Gentilly (dessins et aquarelles), 2003. Après 20 ans d’absence, il a réalisé une exposition personnelle à Ayacucho en octobre 2005.Pour contacter Felipe Lopez : felipe.lopez@laposte.net

Valérie Robin

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals