Navigation – Plan du site
2014

Franck Gaudichaud, Chili 1970-1973, mille jours qui ébranlèrent le monde

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013
Nicolas Prognon
Référence(s) :

Gaudichaud, Franck. Chili 1970-1973, mille jours qui ébranlèrent le monde. Rennes: Presses Universitaires de Rennes, 2013

Texte intégral

1En cette fin d’année 2013, la France a été le théâtre d’un véritable retour de la mémoire en commémorant, en de multiples endroits, les 40 ans du coup d’Etat au Chili1. Ces manifestations, académiques ou non, ont été complétées par diverses publications connexes à ce thème dont l’ouvrage original de Franck Gaudichaud, « résultat d’une thèse de doctorat en sciences politiques (2005) et de plus de cinq années de recherche, dont deux et demi réalisées au Chili » (p.19). Ce spécialiste de l’histoire chilienne nous livre ici une lecture neuve de l’Unité populaire en décortiquant de façon minutieuse un des aspects les plus troublants et controversés de cette expérience martyre : « le mouvement révolutionnaire vu par en-bas ».

2En introduction, F. Gaudichaud définit son sujet d’étude, par un propos épistémologique synthétique, à savoir le pouvoir populaire constituant et sa dynamique durant le gouvernement de Salvador Allende en rappelant qu’aborder la question de la révolution en Amérique latine demeure un sujet sur le fil du rasoir qui nécessite d’emblée une conceptualisation précise (p.24-27). Il annonce initialement que cette étude ne vient pas se rajouter à « l’océan bibliographique » sur l’Unité populaire mais tente de combler un des vides de la recherche par une vision renouvelée en se centrant sur le mouvement social dans toute sa complexité (p.32-35). Pour ce faire, la première partie aide à cette compréhension en replaçant le sujet dans sa perspective historique, le Chili de l’Unité populaire ou plus exactement les conditions politiques et socio économiques préfigurant la victoire de Salvador Allende (p.39-66). Cette partie est enrichie par une série de seize pages de documents iconographiques, photographiques et géographiques qui permettent d’entrer dans cette histoire du mouvement populaire.

3La seconde partie s’intéresse à la période des années 1970-1972, matrice de ce pouvoir populaire bornée par deux évènements structurants. Sont retenus l’échec des comités de l’Unité populaire pensés comme des outils de « développement et d’organisation d’un « pouvoir populaire » » (p.69) et la tenue de l’Assemblée de Concepción en tant que moment de rupture entre le « peuple de gauche » et le gouvernement de Salvador Allende. F. Gaudichaud montre que, malgré une première année couronnée de succès, des points de frictions apparaissent dès le début de 1972 autour de la situation économique ; la Démocratie chrétienne se rapproche du Parti national alors que la coalition de l’Unité populaire s’effrite. L’auteur met en avant la question du marché noir et de la spéculation pour démontrer que le ravitaillement alimentaire va, d’un côté, pousser le gouvernement à instituer les Juntas de Abastecimiento y Precios (Comité pour l'approvisionnement et le contrôle des prix) et, d’autre part, stimuler la capacité mobilisatrice des quartiers populaires (p.77-87). Après s’être intéressé aux interactions entre économie et gestation du pouvoir populaire, F. Gaudichaud se penche sur celles inhérentes aux difficultés politiques. Car l’Aréa de Propiedad Social (secteurs de l'économie dits de propriété sociale et donc sous contrôle de l'Etat) et sa gestion deviennent les objets de tensions politiques et sociales. Aussi les opportunités offertes par l’Unité populaire sont saisies par les ouvriers, qui deviennent des acteurs d’un pouvoir populaire émergent (p.89-107). Pour l’auteur, la conjoncture des années 1971-1972 est une phase charnière. D’une part, les pobladores, sous l’impulsion du Mouvement de la Gauche révolutionnaire (MIR), mettent en place localement un pouvoir populaire. Toutefois, il en évoque les limites : « au-delà d’une vision mythifiée, la plupart du temps le poids des dominations reste central au sein des campements » (p.114). D’autre part, l’Assemblée de Concepción, par sa critique du gouvernement et sa volonté d’instituer un « double pouvoir » (p.120) ouvre la voie à la constitution d’un pouvoir populaire. La révolution par le bas est en marche.

4En ce sens, les deux dernières parties sont consacrées au cœur de son étude : les Cordons industriels qui apparaissent à partir de la mi-1972 et qui sont étudiés de façon systémique et/ou chronologique. La troisième partie fait la genèse de ce pouvoir populaire. F. Gaudichaud introduit une distinction conceptuelle inusitée entre « Cordon en soi » et « Cordon pour soi » (p.123) en s’appuyant sur les travaux de K. Marx et de P. Bourdieu. Il analyse « les conditions de développement du premier et plus puissant Cordon industriel du pays, le Cordon Cerrillos-Maipú » (p.127) en tissant des liens entre la répartition des activités des ceintures industrielles de Santiago, l’explosion démographique connexe à l’industrialisation, l’implication syndicale des ouvriers et les mobilisations sociales. Il démontre alors que, parallèlement à l’Unité populaire, se structure une expérience de pouvoir populaire nourrie par la création de nouveaux syndicats et une forte mobilisation collective liée à des revendications économiques et de solidarité (p.128-139). Pour autant, il met en garde contre toute forme d’idéalisation, « sa couverture médiatique et l’image qu’un parti important comme le PS essaye de lui donner, sont en décalage avec sa stabilité organisationnelle et son pouvoir effectif » (p.139). Il dépeint ensuite l’évolution de ce pouvoir populaire dans le contexte de crise du printemps 1972 (p.141-160). Les grèves d’octobre le conduisent à se détacher de la Centrale Unitaire des Travailleurs, malgré l’instauration de comités de coordinateurs au niveau des Cordons, et à concevoir des coordinations pensées à une échelle territoriale ou sociale autour des pobladores dont « l’espace reste très faiblement autonome du champ politique partisan » (p.151). Ainsi, ce mouvement populaire, qui prend un caractère national, est polymorphe avec des commandos communaux qui ont des revendications « davantage spécifiques et limitées » (p.155) et la transformation des comités coordinateurs en Cordons industriels (Vicuña Mackenna, Macul, Santa Rosa-Gran Avenida, O’Higgins…). Outre les changements organisationnels, l’auteur s’interroge quant aux impacts concrets des Cordons pour admettre que « leur capacité de répondre en termes de contrôle de la production reste faible » (p.163) et qu’en termes de redistribution « on assiste à des expériences extrêmement riches mais partielles, qui ont du mal à se structurer » (p.165).

5Ensuite, la réflexion de F. Gaudichaud se poursuit avec l’ambigüité dont fait preuve Salvador Allende en nommant un cabinet civilo-militaire en novembre 1972, alors que se préparent les élections de mars 1973 déjà décisives pour son avenir politique (p.167-175). Le dernier chapitre pose la question de la réalité du pouvoir populaire au sein de la « voie chilienne » (p.181-191). S’agit-il de soviets chiliens ? Quelle est la perception des partis de gauche à l’égard de ce nouveau pouvoir ? Ce pouvoir populaire n’est-il qu’une preuve de leurs contradictions ? Existe-t-il des relations entre ce pouvoir populaire et le gouvernement ? Autant d’interrogations auxquelles F. Gaudichaud répond par une analyse des positions partisanes qui met en évidence le fossé grandissant entre les directions et leur base, entretenu par les divisions entre un pôle gradualiste (PS et PC) et un pôle rupturiste (MIR, PS frange Altamirano, Gauche chrétienne et Movimiento de Acción Popular Unitaria). Toutefois, il observe que ce décalage ne fait pas de ce pouvoir populaire un adversaire de l’Unité populaire et qu’il faut l’appréhender comme une réponse concrète aux incohérences politiques consécutives au respect schizophrénique de la légalité constitutionnelle voulue par Salvador Allende. L’auteur souligne ici les faiblesses de chacun des acteurs dont la principale, à ses yeux, reste « le manque d’alternative crédible et lisible aux yeux du mouvement social » (p.186). La partie intitulée « Cordons rêvés et Cordons mobilisés : organisation, participation et caudillismes militants», conçue sous un angle sociologique, nous paraît souvent redondante en regard des chapitres précédents ; les éléments traitant de l’organisation des Cordons auraient pu être intégrés ailleurs. Nonobstant cette critique, la sous-partie « Champ culturel et pouvoir populaire » est passionnante car elle donne à cette exploration de la révolution par le bas une dimension nouvelle, celle de la culture (p.198-206). Et il s’agit là d’un trait de l’unicité de l’Unité populaire que l’exil transcendera après le 11 septembre 1973 jusqu’à aujourd’hui. L’auteur se demande « s’il existe à proprement parler une pratique culturelle du pouvoir populaire et s’il y a eu bouleversement des modèles culturels dominants » (p.199).

6La quatrième partie étudie le pouvoir populaire au cours de l’année 1973 autour de trois moments clés : les élections législatives, le Tancazo du 29 juin et le coup d’Etat. Pour F. Gaudichaud, les mois qui précèdent le renversement de Salvador Allende voient le mouvement populaire passer à l’offensive localement pour répondre à la bataille de la production et à celle du ravitaillement. De son côté, l’opposition refuse au gouvernement la possibilité de trouver une issue constitutionnelle et elle exhorte l’armée à agir. L’auteur explique qu’ « en 1973, on assiste dans l’ensemble des poblaciones organisées du pays, à un renouveau des mobilisations autour de la « bataille de la consommation » et du ravitaillement autogéré » (p.222) et que, par ailleurs, « le clivage existant entre les salariés de la grande industrie vivant sur le campamento et les reste des pobladores est toujours important » (p.223). Déjà mise en avant pour les années précédentes la problématique du ravitaillement est un élément crucial en 1973 en raison de l’incapacité du gouvernement «  de répondre à l’ensemble des besoins urgents de la populations «  (p.224). Cette « répartition de la misère » pousse les pobladores à passer à l’offensive, mi-mars, et l’Unité populaire voit ses projets en matière de ravitaillement bloqué par le Congrès. S’ensuit la première intervention militaire du Tancazo qui « apparaît plus comme un test des résistances populaires, que comme une véritable répétition générale du futur coup d’Etat. Elle est un point de référence pour l’armée car elle permet au secteur pro-golpista d’évaluer les obstacles » (p.230). Et à l’auteur d’admettre une « absence complète de réaction politico-militaire de la part du pouvoir populaire ou des partis de gauche » (p.232) nuancée par une réelle prise de conscience politique des « secteurs populaires organisés, mais avant tout sur une base défensive et non armée » qui occupent des usines (p.233).

7Selon l’auteur les journées de mobilisation du mois de juillet 1973 scellent le divorce « entre une fraction de la société civile et le champ institutionnel. […] Allende plutôt que de s’appuyer sur cette « révolution par en bas » mal définie, décide de placer ses dernières chances politiques dans un cabinet qui donne la part belle aux militaires » (p.244). De leur côté, les partis de gauche se divisent sur ce choix qui conduit inéluctablement au coup d’Etat. Avant d’aborder ce thème, F. Gaudichaud nous livre un panorama exhaustif du pouvoir populaire (p.249-273). Chaque Cordon, avec quelques-uns de ses dirigeants connus est nommé, situé dans le temps et l’espace ; ce tableau est agrémenté par une « topographie d’un espace de lutte » inspirée par P. Bourdieu pour indiquer l’« interaction entre espace physique et espace social au sein des mouvements sociaux » (p.254). Cette analyse socio–anthropologique décrit ces interpénétrations entre territoires, identités et champ d’intervention. Le lecteur ne peut être que subjugué par ce maillage et le foisonnement des expériences qui existent au Chili à la mi-1973, aussi limitées soient-elles ; elles dénotent de l’authenticité d’un pouvoir populaire qui va être confronté à l’aveuglement, sous forme de Realpolitik, de l’Unité populaire. L’auteur précise que « durant les derniers mois de l’UP, on assiste à ce que l’on pourrait qualifier de « baroud d’honneur » du pouvoir populaire, en quelque sorte son dernier souffle, celui aussi où affleurent ses contradictions » (p.268). Aussi se trouve-t-il désarmé et incompris le 11 septembre (p.273-290). Il n’a pas existé d’armée des Cordons malgré l’intense propagande de l’opposition et du Mercurio. Le jour du golpe, il est trop tard pour agir. Dorénavant, le mouvement populaire devient la cible de la répression aveugle des forces armées (p.288-290). En conclusion, F. Gaudichaud indique que « l’histoire et les mémoires du pouvoir populaire ont encore beaucoup à nous dire [et] qu’à l’aube du XXIème siècle les « leçons chiliennes » sont encore dignes d’enseignements » (p.304) à l’heure où la social démocratie néolibérale en proie à ses contradictions réveille « la mémoire collective des trésors perdus chiliens » (p.305).

  • 2 Benoît Verhaegen, Introduction à l'histoire immédiate, cité par Guy Pervillé, « Qu'est-ce que l'his (...)

8Cet ouvrage fera référence pour la compréhension de cette histoire, « à rebrousse-poil » pour reprendre le titre de l’élogieuse préface de Michael Löwy (p.15-17). Cette étude fait la synthèse de ce que les sources actuelles peuvent fournir comme informations à un chercheur et elle donne un caractère quasi-encyclopédique à ce travail. Ainsi recense-t-on la presse, la littérature grise, classique, la télévision, la radio, le cinéma, et les sources orales dont le corpus lui donne une densité particulière. En jonglant avec finesse sur ces supports, l’auteur nous plonge constamment dans l’effervescence politique, sociale et économique de l’Unité Populaire grâce aux témoignages des acteurs. De plus, cet ouvrage, ouvertement pluridisciplinaire, représente, d’un point de vue méthodologique et épistémologique, un plaidoyer pour l’histoire immédiate en se situant « au confluent de l’histoire, de l’anthropologie et de la sociologie [dont] la méthode se veut résolument orientée vers une pratique sociale et politique et engagée dans une transformation révolutionnaire du monde »2.

Haut de page

Notes

1 http://www.lafrancolatina.com/spip.php?article3228

2 Benoît Verhaegen, Introduction à l'histoire immédiate, cité par Guy Pervillé, « Qu'est-ce que l'histoire immédiate ? », Cahier d'histoire immédiate, n°37-38, 2010, p.43.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Prognon, « Franck Gaudichaud, Chili 1970-1973, mille jours qui ébranlèrent le monde », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 04 septembre 2014, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/orda/1550

Haut de page

Auteur

Nicolas Prognon

Chercheur associé au GRHI (Groupe de recherche en histoire médiévale) du laboratoire FRA.M.ESPA, UT2J

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals