Navigation – Plan du site
2014

Claire Bourhis-Mariotti, Marcel Dorigny, Bernard Gainot, Marie-Jeanne Rossignol, Clément Thibault (eds), Couleurs, esclavages, libérations coloniales 1804-1860

Paris, Les Perséides, 2013
Nathalie Dessens
Référence(s) :

Claire Bourhis-Mariotti, Marcel Dorigny, Bernard Gainot, Marie-Jeanne Rossignol, Clément Thibault (eds). Couleurs, esclavages, libérations coloniales 1804-1860. Paris : Les Perséides, 2013

Texte intégral

1L’ouvrage constitue les actes du colloque « Réorientation des empires et nouvelle colonisation » organisé à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, avec la collaboration du LARCA de l’Université Paris VII-Denis Diderot et de l’Association Pour l’Etude de la Colonisation Européenne (APECE). Cette manifestation était la quatrième d’une série, inaugurée en 1989, étudiant les esclavages et les abolitions. Ce dernier colloque — et l’ouvrage qui en a découlé — traite des périodes les plus récentes des esclavages européens (1804-1860) selon les axes problématiques de la couleur et des libérations coloniales.

2Il est constitué de 21 contributions réparties en trois grands axes : « Echec et recomposition de l’empire colonial français » (9 articles), « Grande-Bretagne et Etats-Unis face à la colonisation » (5 articles) et « La crise des empire ibériques : indépendances et antiesclavagisme » (7 articles), bien réparties, donc, sur les diverses aires linguistiques et culturelles des Amériques (avec un article sur la Réunion qui, s’il est moins bien intégré à la dynamique globale, offre une vision en contrepoint non dénuée d’intérêt).

3L’ensemble forme un tout plutôt cohérent, d’un point de vue chronologique, tout d’abord, mais aussi en ce qu’il place ces réflexions dans le double cadre de l’histoire atlantique et de l’histoire connectée. Il se place dans la perspective des recompositions impériales à l’œuvre au XIXe siècle mais aussi des reconfigurations des modes de domination et des formes de résistance qui se sont opérées entre la fin des premières traites atlantiques et les abolitions des esclavages. Cet ouvrage montre comment les schémas mentaux des acteurs du monde atlantique ont aussi évolué autour des idéaux républicains et des questions de couleur.

4L’on aime dans cet ouvrage la problématique choisie, la perspective américaine continentale qui nous permet de voir combien les histoires des différentes colonies (ou anciennes colonies) européennes sont connectées. L’on aime aussi les nombreux articles qui développent des perspectives novatrices et exposent des recherches originales et inédites : sans que cette liste soit exhaustive, bien sûr, on citera toute la partie sur les projets de déplacements des anciens esclaves (Sierra Leone, Libéria, Haïti, ou encore la mission Mendi), avec les échos que se font les articles entre eux, ou encore les articles sur les questions d’identité nationale cubaine (là encore par leurs qualités intrinsèques mais aussi parce qu’ils dialoguent de façon originale entre eux). Les noms des auteurs des différents chapitres de l’ouvrage, parmi lesquels on trouve les meilleurs spécialistes de la question des esclavages en France (et même à l’étranger, pour certains), étaient dès l’abord le gage de cette qualité que la lecture de l’ouvrage confirme.

5Bien sûr, certains articles sont moins aboutis que d’autres, comme cela est souvent le cas dans les actes de colloques, et certaines des contributions sont encore trop proches des communications d’origine (brèves, avec très peu de références infrapaginales, contenant même, à l’occasion, un « cette communication se propose de »). C’est sans doute par ce manque d’harmonisation globale que l’ouvrage pèche un peu. Quelques rares contributions (2 sur 21) contiennent des bibliographies (dont une très développée), les autres non. Le sommaire donne des numéros de pages entièrement erronés, a amputé le nom d’un des auteurs en déplaçant l’initiale de son prénom, voire annonce une « sélection bibliographique sur l’histoire atlantique » qui ne figure pas dans l’ouvrage. La liste des auteurs, en fin d’ouvrage, donne des informations très différentes selon les auteurs. Même la liste des ouvrages parus dans la série « Le Monde Atlantique » comporte des erreurs (un titre doublé, par exemple). Si ces problèmes de présentation n’entachent en rien la qualité scientifique des contributions, ils rendent la lecture de l’ouvrage en tant que tout cohérent un peu compliquée.

6Reste un regret scientifique majeur de la part de l’auteur de la présente recension, celui qui a présidé à l’organisation des articles par aire linguistique (les domaines ibériques ayant été regroupés). Pour que la perspective d’histoire connectée fonctionne, un mélange des articles entre aires francophone, anglophone et hispano-lusophone aurait sans nul doute donné des résultats différents. Si, par exemple, les articles sur les entreprises anglo-américaines de colonisation en Afrique ou en Haïti forment un tout cohérent, il est dommage que l’article de Bernard Gainot traitant des projets d’établissements français en Afrique ne les accompagne pas. De même, les questions de droits et citoyenneté examinées par Frédéric Régent sur l’aire francophone, par Frederica Morelli sur l’aire hispanophone et par Andrea Slemian sur le Brésil entrent en résonance de façon tellement claire qu’il aurait été efficace de les placer ensemble. D’autres, enfin, auraient pu être rassemblés autour de la perspective atlantique. Pour que le lecteur entende tous ces échos, il doit lire l’ensemble des contributions dans un intervalle assez bref ou faire lui-même ses recompositions thématiques. C’est un peu dommage dans la perspective annoncée dans l’introduction et la présentation et démontre qu’il reste encore du chemin à parcourir pour atteindre une perspective transaméricaine aboutie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Dessens, « Claire Bourhis-Mariotti, Marcel Dorigny, Bernard Gainot, Marie-Jeanne Rossignol, Clément Thibault (eds), Couleurs, esclavages, libérations coloniales 1804-1860 », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 28 octobre 2014, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/orda/1553

Haut de page

Auteur

Nathalie Dessens

Université Toulouse-Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals