Navigation – Plan du site
1968 en Amérique Latine

A la gauche du Christ? Le 68 des catholiques chiliens

To the left of Christ? 1968 and Chilean Catholics
¿A la izquierda de Cristo? El 68 de los católicos chilenos
À esquerda de Cristo ? O 68 dos católicos chilenos
Elodie Giraudier

Résumés

Au Chili, la contestation sociale, les réformes et les conflits politiques des années 1960 ont eu lieu au sein et autour d’institutions (universités et partis) et de secteurs sociaux liés à l’Église catholique. La Démocratie chrétienne au pouvoir depuis 1964 passe en 1967 d’une phase réformiste à une phase plus conservatrice tandis que la scène politique chilienne se polarise. Les catholiques chiliens ne sont pas seulement attirés par le marxisme, certains maintiennent leurs positions centristes et d’autres réaffirment leurs positions intransigeantes. Les tensions se retrouvent ailleurs : après l’occupation de l’Université Catholique de Santiago du Chili (11 août 1967), le mouvement universitaire reprend de l’ampleur à partir de la rentrée (avril 1968). L’Église est elle-même touchée par ce nouveau contexte : en 1968, la conférence épiscopale latino-américaine de Medellin propose le rapprochement du clergé avec le quotidien des fidèles, c’est « l’option préférentielle pour les pauvres ». Sur le long terme, cette période porte des germes d’espoir (l’Unité populaire), mais aussi de crispation conservatrice (le coup d’État militaire puis la dictature) dont le souvenir est ambivalent à l’heure actuelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La tendance « rebelle » est favorable à des changements rapides et à une entente avec la gauche.
  • 2 Entretien avec Jacques Chonchol Chait, réalisé à Santiago du Chili, 19 décembre 2005.

1Né en 1926, Jacques Chonchol Chait adhère à la Phalange nationale dans les années 1940 puis au Parti démocrate-chrétien (PDC) en 1957. En 1964, avec la victoire du démocrate-chrétien Eduardo Frei Montalva aux élections présidentielles, il devient vice-président de l’Instituto de Desarrollo Agropecuario (INDAP) et il est l’un des représentants de la tendance rebelle,1 qui sort en 1969 du PDC pour fonder un parti marxiste et chrétien, le Movimiento de Acción Popular Unitaria (MAPU). La nouvelle formation partisane le nomme candidat à la présidence de la République, mais il se désiste fin 1969 au profit de Salvador Allende. Après la victoire de l’Unité populaire en septembre 1970, il est nommé ministre de l’Agriculture et ce, jusqu’au 1er novembre 1972.2

  • 3 Voir Denis Pelletier et Jean-Louis Schlegel, À la gauche du Christ : les chrétiens de gauche en Fra (...)

2Le parcours politique de Jacques Chonchol peut symboliser ces « catholiques de gauche » qui, à la faveur de l’inspiration chrétienne et marxiste, prennent des positions plus ouvertes, voire plus radicales à la fin des années 1960.3 Une partie de la Démocratie chrétienne au pouvoir entre 1964 et 1970 ressent un engouement certain pour les débuts de la Révolution cubaine. L’Église est elle-même touchée par ce nouveau contexte : en 1968, la conférence de l’épiscopat latino-américain de Medellín (Colombie) propose le rapprochement du clergé avec le quotidien des fidèles ainsi qu’un engagement des hommes de foi dans le développement de politiques sociales. Au contraire, cette période correspond pour d’autres catholiques chiliens, laïques ou ecclésiastiques, à la réaffirmation d’une lecture plus traditionaliste, plus intransigeante. À la différence de mai 1968 en France, les événements chiliens de la fin des années 1960 voire du début des années 1970, sont plus diffus, comme dans la plupart des pays européens (Italie, Espagne, Royaume-Unis) et latino-américains.

3Dans cet article, il s’agira d’analyser pourquoi la contestation sociale ainsi que les réformes et les conflits politiques des années 1960 ont eu lieu au sein et autour d’institutions (comme les universités ou les partis politiques) et de secteurs sociaux liés à l’Église catholique. Pour ce faire, nous nous appuierons sur des sources orales, des entretiens réalisés essentiellement avec des militants démocrates-chrétiens et des ecclésiastiques. Mis en avant dans le monde anglo-saxon, ce type de sources a été longtemps déprécié en France car il pouvait être déformé, altéré par des intermédiaires et le bouche à oreille. Néanmoins, à la faveur des événements de mai 1968, les sources orales sont peu à peu utilisées à partir des années 1975-1985. D’après François Monnier, « les archives orales permettent de découvrir ce dont on n’a pas entendu parler, ce qui ne laisse pas de traces écrites, les intrigues, les états d’âme, les hésitations, les doutes, les ruses, les bons sentiments ». (Descamps, xvi) Néanmoins, pour des événements assez anciens, il faut prendre en compte des oublis et une reconstruction du passé qui répond au contexte présent, et les appréhender comme d’autres pistes d’analyse. Afin de croiser et trianguler les différents regards sur la période, nous avons utilisé des sources imprimées provenant du PDC (à l’instar de sa revue, Política y Espíritu) ou de l’Église catholique (comme le mensuel Mensaje fondé en 1951 par le père jésuite Alberto Hurtado), ainsi que le quotidien de l’évêché de Valparaíso, La Unión, et l’hebdomadaire de l’archevêché de Santiago, La Voz.

1/Des catholiques d’avant garde

4Depuis le début des années 1960, c’est bien à partir des institutions et secteurs sociaux catholiques que se développent les projets réformistes, voire révolutionnaires : l’Église se préoccupe de la « question sociale » et en 1964, la Révolution dans la liberté du candidat démocrate-chrétien Eduardo Frei Montalva marque la plupart des Chiliens.

Le réformisme de l’Église catholique chilienne

  • 4 Anónimo, « El Partido Conservador ha tenido siempre una línea democrática y cristiana », La Unión, (...)
  • 5 Anónimo, « El Día de la Armada de los Estados Unidos fue celebrado », La Unión, n° 22 721, 29/10/19 (...)
  • 6 La controverse apparaît en septembre 1947 lorsqu’un groupe de jeunes au sein de l’Action catholique (...)
  • 7 Entretien avec le père Renato Poblete Barth, réalisé à Santiago du Chili, 2 janvier 2007.
  • 8 Entretien avec Alberto Sepúlveda Almarza, réalisé à Santiago du Chili, 11 juillet 2013.

5Comme le montrent les articles de La Unión, l’Église catholique est, jusqu’à la fin des années 1940, conservatrice et parfois même réactionnaire.4 Partisane du maintien de l’ordre social, elle condamne tout mouvement de protestation ouvrière et a dans l’ensemble de bonnes relations avec le capital et l’oligarchie. Pendant la Guerre Froide, elle est proche de l'armée, de la République fédérale d’Allemagne et pro-américaine, elle se prononce publiquement contre le marxisme et le communisme. Les pages de La Unión octroient une pleine tribune aux discours des militaires et regorgent de publicités sur leurs manœuvres en coopération avec des équipes américaines.5 Dans les années 1940, l’Église chilienne aurait donc mal accepté les idées sociales-chrétiennes. En témoignent la controverse entre la haute hiérarchie catholique et la Phalange nationale en 1947,6 ou le fait que Mgr. Silva Santiago, évêque de Temuco, et Mgr. José María Caro Rodríguez, cardinal-archevêque de Santiago du Chili (1939-1958), combattent les mouvements maritanistes au profit du Parti conservateur créé en 1857. (Compagnon 2003, 168, 182). Lors des périodes électorales, La Unión octroie aux candidats qu’elle a « élus » des articles en première page avec des titres qui frappent l’attention. Au contraire, les articles sur les candidats marxistes sont relégués aux pages du milieu et occupent un espace beaucoup moins important. Toutefois, depuis les années 1930, la crise économique et politique entraîne la dispersion des catholiques qui refusent de plus en plus d’intégrer le Parti conservateur et un courant encore minoritaire de l’Église se préoccupe de la « question sociale » : le père Alberto Hurtado fonde le Hogar de Cristo (1944) notamment pour les enfants errants et crée un syndicalisme chrétien,7 mais l’oligarchie le considère comme un « agitateur ».8

  • 9 Anónimo, « Nada hay que temer de la Doctrina Social Cristiana, todo hay que esperarlo de ella », La (...)
  • 10 Dans leur discours, les démocrates-chrétiens se réfèrent souvent au pape Jean XXIII. Voir les artic (...)

6Les études montrent que les courants ecclésiastiques réformistes deviennent majoritaires à la fin des années 1950. Dans le cadre de la séparation de l’Église et de l’État de 1925, l’Église chilienne devient moins conservatrice et soutient peu à peu la Démocratie chrétienne. Celle-ci propose un ordre social corporatif, communautaire et humaniste fondé sur la famille, le travail et la religion conforme à la conception catholique. Ces changements suivent l’évolution générale de l’Église qui, depuis l’encyclique Rerum Novarum, est préoccupée par la « question sociale ».9 Le pape Jean XXIII (1958-1963) entreprend une rénovation de son institution à travers les encycliques Mater et Magistra (1961), Pacem in Terris (1963) et le début du concile de Vatican II (1962-1965).10

  • 11 Voir Paul VI, « La encíclica « Ecclesiam suam » de SS. Paulo VI. Reformas no pueden referirse a las (...)
  • 12 Anónimo, « « Mi casa » : una solución efectiva pero no absoluta », La Voz, nº 65, domingo, 13 de en (...)

7En parallèle, l’Église chilienne abandonne la simple dénonciation du communisme. En effet, les bons résultats de Salvador Allende en 1958, la pénétration rapide de la gauche marxiste dans les campagnes et le triomphe de la Révolution cubaine lui ont montré que son action était inefficace dans ce domaine (Correa et al., 215-218). Ainsi, les articles de La Unión prennent un ton alarmiste et s’inquiètent de la misère des Chiliens, diffusent les discours du pape sur la délicate situation sociale et sont un peu moins centrés sur le marxisme.11 La Voz de Santiago détaille les actions des catholiques, ecclésiastiques et laïques, contre la pauvreté à la fin des années 1950 et au début des années 1960 : ouverture de structures pour les enfants errants, alphabétisation à tous âges, formation professionnelle, construction de maisons et d’infrastructures dans les poblaciones (bidonvilles), etc.12 Influencés par les études sociologiques du jésuite belge Roger Vekemans et l’arrivée de religieux étrangers impulsés par le Vatican, Mgr. Manuel Larraín Errázuriz, évêque de Talca, et le cardinal Raúl Silva Henríquez défendent l’engagement de l’Église dans les structures de la société chilienne en distribuant une partie de leurs propriétés terriennes à des paysans sans terre. Devenu archevêque de Santiago en 1961, le cardinal Raúl Silva Henríquez joue un rôle fondamental dans la rénovation de l’Église au Chili et en Amérique latine (Moulián et Guerra, 106-107). En 1963, l’archevêché organise une Mission générale : plus de mille laïcs diffusent dans les campagnes le message de l’Église qui s’engage dans les changements, lutte contre le communisme et s’identifie à la Démocratie chrétienne (DC) et à Eduardo Frei Montalva (Correa et al., 242). Cette action est renforcée lors de la campagne présidentielle de 1964, où La Unión participe à la « campagne de la terreur » du candidat D.C. en publiant les articles et les affiches de la propagande anticommuniste. Soutenue par une partie de l’épiscopat, la Démocratie chrétienne apparaît ainsi au début des années 1960 comme un parti d’avant-garde.

La Révolution dans la liberté

8Avec le slogan la Révolution dans la liberté, Eduardo Frei Montalva présente un programme de modernisation du Chili, avec en premier lieu la réforme agraire. Sous l’influence du père jésuite belge, Roger Vekemans, le programme démocrate-chrétien propose aussi des mesures de « promotion populaire », destinées à favoriser la participation citoyenne et à améliorer la qualité de vie des secteurs urbains et ruraux les plus défavorisés. À travers la « chilenización » du cuivre, l’État doit, par des accords, assumer le contrôle majoritaire des sociétés chargées d’exploiter cette ressource minière. On prévoit également de construire 60 000 logements. Une réforme du système éducatif doit en finir avec l’analphabétisme et offrir à tous les Chiliens une éducation qui soit au niveau d’une nation moderne.

  • 13 Anónimo, « Editorial : revolución en América Latina », Mensaje, nº 115, diciembre de 1962, 589-592; (...)
  • 14 Anónimo, « Editorial : Reformas revolucionarias en América Latina », Mensaje, nº 123, octubre de 19 (...)

9En opposition à la Révolution cubaine qui se fait dans un cadre dictatorial, les changements doivent, pour les démocrates-chrétiens, se faire dans le respect de la démocratie et de la liberté. Les jésuites ont d’ailleurs été les premiers à proposer une alternative à la révolution communiste. En 1962, la revue Mensaje publie un numéro spécial, « Revolución en América Latina ». Dans l’éditorial, Hernán Larraín affirme que la Révolution est « en marche » en Amérique latine et au Chili, mais qu’elle n’est pas nécessairement un soulèvement contre l’autorité et qu’elle doit avoir une orientation chrétienne. Dans le même numéro, un article du théologien José Aldunate traite du devoir moral face à une situation révolutionnaire. Pour le jésuite, chacun, et le gouvernement en premier lieu, a le devoir de promouvoir les changements structurels nécessaires.13 En octobre 1963, dans un autre numéro spécial de Mensaje, « Reformas revolucionarias en América Latina », le mot clé est « liberté ».14 Dans son article intitulé « La reforma social o la reforma de las reformas », le père Roger Vekemans souligne l’urgence des changements structurels, mais il souhaite que “este cambio respete la libertad y se realice dentro de un régimen de derecho” (Vekemans, 505). Les démocrates-chrétiens à l’instar de José Musalem reprennent ces idées : “La revolución en la libertad consiste (…) en el camino para el establecimiento de un régimen integralmente democrático, en que el individuo tenga la máxima participación en la transformación revolucionaria” (Musalem, 60). En 1964, le PDC est le premier parti chilien à conquérir le pouvoir avec un projet « révolutionnaire » même s’il est de type libéral et centriste. Le mot « révolution » n’est plus l’apanage de la gauche marxiste et une organisation politique qui revendique une rupture avec l’ordre social et politique existant peut trouver dans cette rupture une source de légitimité (Boisard et Palieraki, 125).

10Cette Révolution dans la liberté reçoit notamment l’appui des États-Unis qui lient leur aide économique et leur assistance militaire en Amérique latine à un climat politique et économique favorable à l’entreprise privée et au capital étranger. Lancée en 1961 par John Fitzgerald Kennedy, l’Alliance pour le progrès doit stimuler le développement économique et social latino-américain par l’envoi de fonds et de conseillers techniques. Néanmoins, comme dans le reste de l’Amérique latine, cette politique a été trop ambitieuse et n’a pas obtenu les résultats attendus.

Une politique démocrate-chrétienne plus réformiste que révolutionnaire

11Alors qu’en 1964, la révolution semblait être plutôt incarnée par le PDC de Frei, le réformisme démocrate-chrétien a suscité des attentes auxquelles il ne peut pas répondre une fois au pouvoir. En même temps, les gouvernants ont cherché à intégrer politiquement les masses qui se mobilisent à la fin des années 1960 dans un contexte de radicalisation de la vie politique chilienne. Le langage révolutionnaire adopté par la DC au début des années 1960 se diffuse et est utilisé pour désigner d’autres projets plus radicaux.

12Avec 56 % des voix, la victoire de Frei a porté un coup important à la gauche chilienne car de nombreux secteurs n’ont plus confiance en la voie électorale et pensent que l’unique solution pour réaliser des transformations au Chili est la voie violente, d’autant plus que la Révolution cubaine semble réussir (Pérez, 12). Le 15 août 1965, un groupe de jeunes socialistes et de trotskistes fondent le Movimiento de Izquierda Revolucionaria ou MIR. Au Congrès de 1967, de jeunes étudiants de Concepción, avec à leur tête Miguel Enríquez, en prennent le contrôle. Pendant l’hiver 1967, le MIR se renforce et affronte le gouvernement à travers le dépôt de bombes dans des bâtiments étatsuniens, des journaux d’opposition et des sièges des partis de droite et du PDC. Il organise enfin des braquages de banques, des occupations de terrains et d’industries qu’il présente comme des nationalisations (Gazmuri, 693-694). Or le MIR a été influencé par la DC : la « jeune génération » de ce parti entre sur la scène politique en 1967 pendant la réforme universitaire. De plus, le recrutement massif de nouveaux militants à l’université fait que certains ont été des sympathisants ou des anciens militants DC et qu’ils ont été imprégnés par la culture politique démocrate-chrétienne (Boisard et Palieraki, 131).

  • 15 Voir Bernardo Navarrete Yáñez, Las tendencias electorales de los partidos de centro. El caso de la (...)

13Les élections municipales de 1967 montrent que le PDC continue à être le premier parti chilien, mais elles témoignent d’une érosion de ses soutiens : il obtient 36 % des voix contre 42,3 % aux législatives de 1965, mais il double le nombre de ses élus par rapport aux municipales de 1963.15 Il semblerait que la Démocratie chrétienne ait perdu des soutiens à cause de réformes trop radicales pour les secteurs plus conservateurs, et d’un rythme de changements trop lent pour les secteurs plus à gauche. Les populations ciblées par la DC en 1968, en particulier paysans, ouvriers et pobladores, qui ont en partie bénéficié des réformes, se mobilisent pour réclamer des changements plus radicaux.

14Dans l’attente d’une nouvelle loi de réforme agraire, les démocrates-chrétiens ont utilisé au maximum les outils légaux du gouvernement Alessandri et parviennent à exproprier 469 latifundia avant 1967 et 1 049 avec la loi de juillet 1967, ce qui permet de distribuer un titre de propriété individuel ou collectif à 28 000 familles (Niedergang, 1, 8). Ces avancées sont significatives, mais elles sont insuffisantes par rapport aux besoins des campagnes et aux « cent mille nouveaux propriétaires » promis en 1964 (Frei Montalva, 13). Après la loi de syndicalisation paysanne du 29 avril 1967, la syndicalisation a considérablement augmenté : en 1964, elle était quasi inexistante avec seulement 1 658 adhérents, on compte 83 427 syndiqués quatre ans plus tard ; le nombre de pliegos de petición est passé de 395 en 1966 à 1 852 en 1968. Si la Confédération nationale des travailleurs agricoles « Triomphe paysan » est étroitement liée au gouvernement et capte 47 % des paysans syndiqués (Yocelevzky, 194-197), la gauche entend tester sa stratégie révolutionnaire dans les campagnes. Ce taux de syndicalisation massif pour ce secteur va de pair avec un plus grand taux de conflictualité, mais la raison dominante est de moins en moins le partage des terres (Huerta, 265). Malgré l’opposition de Frei et du PDC, pour qui les occupations de terrain sont illégales et ne mèneront pas à des expropriations, on est passé de 10 tomas (occupations illégales) recensées en 1965 dans la Vallée centrale à 285 à la fin du gouvernement Frei en 1970. Or, elles entraînent des scènes de violence et des affrontements avec les propriétaires terriens.

  • 16 Entretien avec Andrés Aylwin Azócar, Santiago du Chili, 14 décembre 2006.

15En parallèle, la pénurie de logements et l’exode rural entraînent une certaine pression sur les terres à la périphérie des villes. Dès les années 1930, des ouvriers agricoles du sud du Chili avaient gagné la capitale pour trouver un emploi.16 La croissance démographique de 2,5 % par an dans les années 1960 rend plus aigu le problème du logement : à la fin du gouvernement Frei, seuls 30 000 logements sur les 360 000 prévus ont été construits, ce qui favorise aussi les tomas avec l’appui du MIR. Environ 300 tomas sont dénombrées en zone urbaine à la fin des années 1960. En quelques minutes pouvait naître une población d’environ 4 000 personnes, qui se consolidait et pouvait ensuite résister aux actions de la police. Ainsi, à Santiago en mars 1967, 800 familles, venant des campagnes, ont occupé des terrains vagues de la commune de Barrancas, située à l’ouest de la capitale. Le gouvernement a utilisé d’importants contingents policiers pour déloger les occupants de fait, blessant alors beaucoup de femmes et d’enfants et provoquant la venue de parlementaires de la coalition des partis de gauche, le FRAP, pour les soutenir (ces derniers rappelèrent à cette occasion l’exemple de la población Neptuno, formée sous Jorge Alessandri Rodríguez, avec le soutien du député DC Alfredo Lorca) (Olavarría Bravo, 78).

  • 17 Entretien avec Sergio Molina Silva, Santiago du Chili, 4 décembre 2006.

16L’inflation est un autre écueil que doit éviter le gouvernement démocrate-chrétien. Ce dernier n’a pas pu appliquer son programme économique en raison de la hausse des prix de 25 % en 1965, de 15 % en 1966 et de 10 % en 1967. Comme l’explique Sergio Molina, alors ministre des Finances : « Sin embargo, desde 1968 se vio obligado a abandonar sus metas de estabilización y todo su esfuerzo se orientó a evitar que el proceso se desbordara ».17 Malgré les revenus du cuivre, l’inflation a continué, entraînant une augmentation des salaires et du coût de la sécurité sociale, et en fin de compte le mécontentement de la masse ouvrière. Appuyés par les partis marxistes qui contrôlent la Central Única de Trabajadores (CUT), les ouvriers multiplient les grèves.

17Avant les élections municipales de 1967, l’inquiétude se généralise parmi ces secteurs sociaux : plus de 600 pétitions d’employés et d’ouvriers attendent une solution et une grève importante éclate tous les jours. Appuyé par le gouvernement démocrate-chrétien, le patronat refuse un ajustement de rémunérations supérieur à 17 %. En raison de l’augmentation du coût de la vie, les salariés demandent des hausses beaucoup plus importantes.

18À partir d’octobre 1967, le projet de réajustement des soldes et des salaires pour 1968 aiguise les conflits. En effet, une partie des augmentations ne serait pas versée en espèces, mais dans un Fonds national d’épargne et d’investissements. Cette disposition déclenche une nouvelle grève générale organisée par la Central Única de Trabajadores (CUT). En novembre 1967, la répression de la manifestation fait six morts parmi les grévistes (Yocelevzky, 299-306). Le gouvernement doit faire marche arrière et Andrés Zaldívar remplace Sergio Molina au ministère de l’Économie.

19Dans la seconde moitié des années 1960, les réformes menées par le PDC au pouvoir sont ainsi en partie à l’origine de la mobilisation sociale. Les catholiques chiliens se trouvent imprégnés de cette effervescence ambiante qui s’explique notamment par le contexte politique et social de l'Amérique latine dans les années 1960.

2/Un monde catholique en ébullition à la fin des années 1960

Le mouvement étudiant commence dans les universités catholiques

20Dans les années 1960, la jeunesse devient un acteur collectif (Zancarini-Fournelle, 24). En 1962 dans L’Esprit du temps et en juillet 1963 dans Le Monde, le sociologue Edgar Morin évoque l’apparition de la jeunesse avec ses propres modèles culturels, transnationaux et « transclassistes » et esquisse ainsi l’image d’un mouvement planétaire de la jeunesse et de la modernité (Zancarini-Fournelle, 24-25). En 1964, la campagne présidentielle de Frei avait largement mobilisé les jeunes à travers la Marche de la jeune patrie. Le contexte national et international favorise leur radicalisation avec en particulier la figure du Che et la Révolution cubaine, les mouvements de contestation contre la guerre du Vietnam et en faveur des droits des Noirs américains, voire le mouvement anti-nucléaire. L’accroissement démographique entraîne la croissance des effectifs étudiants et s’accompagne d’un discours pour un accès à tous aux études. C’est aussi le début d’une culture de masse pour les jeunes. Au Chili, d’une part, s’affirme la musique populaire sans doute sous l’influence du marxisme, qui défend la culture nationale et rejette la culture étrangère, importée par le capitalisme. Les étudiants se fabriquent une identité propre en opposition avec celle de leur famille, le plus souvent aisée. D’autre part, le rock américain et anglais suscite un certain engouement.

21Avec la massification de l’enseignement primaire et secondaire, les étudiants réclament une démocratisation de l’enseignement supérieur et une participation aux institutions universitaires (cogestion ou cogobierno). En mai 1966, pour la première fois dans leur histoire, les étudiants de l’Université catholique du Chili ont fait une grève de 24 heures pour protester contre leur direction conservatrice et réclamer une adaptation de l’institution au nouveau contexte.

22Dans le cas particulier des universités catholiques, les accords du séminaire sur la mission de l’Université catholique en Amérique latine, célébrés à Buga (Colombie) en février 1967, insistent sur la nécessité d’introduire de profonds changements. Ce n’est pas donc par hasard que le processus de réforme commence dans les universités catholiques. L’Université catholique de Valparaíso (UCV) a été touchée par une grève de 50 jours. Le 8 août 1967, autorités, professeurs et étudiants signent un accord sur la formation d’une commission. Celle-ci doit étudier et rédiger un nouveau règlement, chercher les mécanismes d’affirmation de la catholicité de l’Université et définir un mode démocratique d’élection du recteur et des autres autorités universitaires. La réforme est articulée par les étudiants, menée par une large coalition, allant de la gauche à la droite, en passant par la DC. Les effectifs plus faibles qu’à Santiago, 4 286 étudiants en 1967, favorisent les négociations et les échanges (Huneeus, 55-56). C’est ce que confirme Raúl Allard, qui devient le premier recteur laïque le 8 août 1968 :

Durante este período se mantuvo la interacción entre profesores y estudiantes, se realizaron diversas actividades recreativas y artísticas – como representaciones teatrales del ICTUS y un recital del poeta cubano Nicolás Guillén, se fue transformando el ideario reformista en un modelo concreto (Allard Neumann, 92-93).

  • 18 Traduction de l’auteur.

23Mais le problème s’est posé de façon plus grave à l’Université catholique de Santiago, considérée comme « l’un des plus remarquables bastions réactionnaires du pays » (Rosenblitt)18. Dirigés par le sympathisant DC Miguel Ángel Solar, président de la Federación de Estudiantes de la Universidad Católica (FEUC), les étudiants s’opposent en juin 1967 à un règlement approuvé en toute hâte par la direction de l’Université et qui donne au Conseil Supérieur la faculté d’élire un nouveau recteur. Le 11 août 1967, ils occupent le siège central de l’université. La nouvelle de l’occupation de « la Catholique » bouleverse la droite chilienne et tout le monde politique. Les occupants ont posé sur le frontispice du siège central de l'université une grande banderole : « Chileno, El Mercurio miente » quand le quotidien a affirmé qu’il y avait des marxistes dans leurs rangs. Certains dirigeants étudiants, à l’instar de Miguel Ángel Solar, voire d’Enrique Correa, Manuel Antonio Garretón, Tomás Moulián et José Joaquín Brunner s’inspiraient non seulement des idées marxistes, mais aussi du christianisme communautaire de Fernando Castillo Velasco.

24Face à ce blocage, le Saint-Siège désigne le cardinal Raúl Silva Henríquez pour intervenir dans le conflit. Dans ses mémoires, l’archevêque de Santiago affirme que ce fut un des pires moments de sa vie :

La crisis de 1967 en la Universidad Católica fue uno de los episodios más difíciles de mi vida. Como le escribí a un cardenal del Vaticano en medio de la tormenta, “nunca se me había confiado un asunto más espinudo y que me haya proporcionado tantas incomodidades”. Por él fui atacado pública y privadamente, mi casa fue ensuciada con epítetos y se me acusó de las más increíbles maniobras. Todavía hoy, a más de 20 años, de cuando en cuando vuelve alguien a impugnarme en nombre de esa disputa (Cavallo, 89).

25L’archevêque de Santiago parvient le 21 août 1967 à un accord avec les étudiants à travers la désignation du professeur Fernando Castillo Velasco comme prorecteur. Ce dernier est ensuite élu recteur après la démission de Mgr Silva Santiago. Pour la première fois, un laïc est à la tête de l’Université Catholique.

26Comment expliquer que la réforme universitaire et la mobilisation des étudiants aient commencé dans les universités catholiques, avant de toucher ensuite l’Université du Chili (mai 1968) ? Pour le sociologue José Joaquín Brunner, il s’agit d’une tentative de la part de la « nouvelle classe moyenne », composée de diplômés universitaires, de techniciens et de hauts fonctionnaires, d’augmenter son pouvoir politico-culturel. La réforme débute par le « maillon faible » de l’université, « la Catholique », qui se trouve dans la pire situation pour absorber un conflit venu de l'extérieur. Jusqu’en 1967, elle est contrôlée par les secteurs catholiques traditionnels et les secteurs bourgeois agraires (Brunner, 8). Par ailleurs, pendant les 15 années précédant la crise, les effectifs étudiants de l’Université catholique passent de 3 000 en 1953 à 10 000 en 1965 ; dans la même période, les écoles ou départements spécialisés passent de 22 à 51 et les professeurs à temps complet de 13 à 113 (Brunner, 9). Dans le contexte de modernisation encouragée par le gouvernement démocrate-chrétien, l’Université catholique se replie sur elle-même, et le clivage idéologico-culturel entre les enseignants et le recteur, la société et cette partie de l’Église, devient de plus en plus profond. Dès le début du mouvement étudiant, le système d’organisation et de décision de l’Université s’effondre très rapidement car il n’a aucun soutien effectif de l’État, ni de l’Église, ni de la société civile. L’ensemble des forces sociales s’incline en août 1967 dès le début du processus réformiste (Brunner, 10). Seuls les intellectuels traditionnels de l’Université, la bourgeoisie d’origine agraire, les groupes catholiques conservateurs et la droite politique, qui arrive à mobiliser en sa faveur le journal El Mercurio, s’opposent au mouvement réformiste, mais leur opposition est faible et relativement isolée.

  • 19 Mensaje, nº 115, 255, cité dans Manuel GARATE CHATEAU, « La Michita (1964-1983) : de la reforma uni (...)

27Enfin, depuis les années 1950, l’Université catholique et l’Université du Chili ont innové en ouvrant de nouvelles filières. En 1958, Roger Vekemans Van Cauwelaert fonde l’École de sociologie de l’Université catholique. Le programme fait appel à des professeurs européens invités et envoie de jeunes professeurs faire un doctorat aux États-Unis (la Fondation Ford a ainsi fourni 380 000 dollars en 1964). Les Écoles d’économie et de science politique ont bénéficié des mêmes aides : la Fondation Rockefeller a fourni plus de 40 000 dollars au programme de l’École d’économie de l’Université catholique (Puryear, 15-17). Or, la sociologie enseignée à l’Université catholique se centre sur la théorie de la modernisation, comme ailleurs en Amérique latine. Pour les sociologues, les sciences sociales, pratiquées sur le modèle des sciences naturelles, doivent permettre de comprendre les causes du retard du sous-continent, et donner en même temps les clés pour le transformer. La sociologie est donc « une science de la crise engagée pour dépasser la crise ».19

28Que ce soit à Santiago ou à Valparaíso, la réforme universitaire des universités catholiques n’a pas été un simple problème d’occupation des édifices ou d’élection de nouvelles autorités. Le processus a permis de dépasser les structures académiques et scientifiques du XIXe siècle, a incorporé les universitaires et les étudiants à la gestion universitaire et a rendu plus étroites les relations entre la société et ces établissements, mais elle a favorisé l’essor d’un groupe d’étudiants réactionnaires, réunis au sein d'un mouvement universitaire connu sous le nom de gremialismo (Aylwin et al., 266-269).

Des catholiques tiraillés entre droite, gauche et centre20

  • 20 René Rémond et Jean-Marie Mayeur ont montré qu’il est impropre pour les catholiques de parler de dr (...)

29À la fin des années 1960, les catholiques qui vivent ces tensions entre une lecture traditionnelle, conservatrice, voire réactionnaire, de la situation chilienne et mondiale, et une lecture progressiste, ouverte aux changements, se trouvent tout d’abord au gouvernement.

30L’élection de Frei et la constitution d’un gouvernement démocrate-chrétien entraînent un affaiblissement de la vie politique interne du PDC car les décisions sont désormais prises au palais présidentiel de La Moneda. À partir de 1966, trois tendances apparaissent clairement au sein du PDC : la tendance « officialiste » est majoritaire, pro-gouvernementale et dirige le parti depuis le 2 août 1965. La tendance « rebelle » se montre pro-socialiste et favorable à une entente entre la DC et la gauche. Elle est suivie par la Jeunesse démocrate-chrétienne (JDC) qui présente aux élections municipales de 1967 un programme plus à gauche, influencé par le marxisme. Quant aux terceristas, ils partagent la désapprobation des « rebelles », mais ils cherchent à sauvegarder l’unité du parti.

  • 21 Entretien avec Andrés Zaldívar Larraín, Santiago du Chili, 28 décembre 2006.
  • 22 Entretien avec Jacques Chonchol, Santiago du Chili, 19 décembre 2005.

31L’épreuve du pouvoir fige ces courants internes qui s’expliquent par les origines diverses des militants (conservateurs sociaux, phalangistes), l’influence des événements internationaux, les luttes de pouvoir et les différences générationnelles. Andrés Zaldívar Larraín a adhéré au Parti conservateur social-chrétien en 1952 puis au PDC dont il est l’un des cofondateurs en 1957.21 Il fait partie du courant « officialiste » ou « freiste ». Au contraire, Jacques Chonchol vient de la Phalange nationale et a été influencé par certains penseurs comme Jacques Maritain (Humanisme intégral), Emmanuel Mounier et le mouvement Économie et Humanisme du père dominicain Louis-Joseph Lebret ; il représente le courant « rebelle ».22 Les différentes carrières (le droit pour Andrés Zaldívar, l’agronomie pour Jacques Chonchol par exemple) peuvent expliquer ces courants internes. Développés dans les années 1950, les enseignements universitaires en sciences sociales semblent plus ouverts à l’influence de la Révolution cubaine. À l’instar de Bosco Parra ou de Rafael Agustín Gumucio, beaucoup de jeunes démocrates-chrétiens se sont radicalisés. Certains sont passés par Paris. Marcuse, Sartre et quelques penseurs marxistes orthodoxes (comme Althusser ou Roger Garaudy) sont à la mode en France et au Chili, mais le réformiste communautaire de Fernando Castillo Velasco a aussi influencé des intellectuels comme T. Moulián, M.A. Garretón ou J.J. Brunner. Dans le Vieux Monde, on ne lit plus Maritain, Péguy ou Bloy. Or, Frei au Chili est leur disciple. Même un personnage conservateur comme Jorge Musalem s’est enthousiasmé pour l’expérience cubaine (Gazmuri, 662-663).

32Le mauvais score obtenu par le PDC aux municipales de 1967 (35,6 % des voix) révèle ses dissensions internes. Les 6 et 7 avril 1967, son Conseil national se réunit près de la Cordillère des Andes, à Las Vertientes, pour analyser les résultats électoraux et pour désigner une commission politico-technique. Chargée de dessiner une nouvelle ligne tactique et stratégique pour le parti, cette dernière prône une « voie non capitaliste de développement ». Pour les tendances les plus à gauche de la DC, il s’agit de continuer voire d’accélérer le rythme des changements alors que la tendance « officialiste » souhaite stopper les réformes. En 1968, les conflits augmentent. Lors de l’Assemblée Nationale du parti, les 6 et 7 janvier 1968 à Peñaflor, Eduardo Frei transgresse à deux reprises la tradition voulant que les présidents n’interviennent pas dans les débats partisans. La proposition appelant le PDC à soutenir le président et son gouvernement a été adoptée par 278 voix contre 202. La crise prend une autre dimension lors de l’Assemblée nationale du PDC, du 2 au 4 mai 1969 : est alors votée à une étroite majorité la thèse officialiste du « chemin autonome ou indépendant (camino propio) » pour les élections présidentielles de 1970. Les rebelles, dont Ismael Llona, Jaime Celedón et Tomás Moulian, se réunissent les 17 et 18 mai et fondent le MAPU. Comme le précise Carlos Montes,

En este periodo, el MAPU comienza a fortalecerse como partido, como expresión renovada de la izquierda. Sus bases crecen y son campesinos, estudiantes, juventud popular, intelectuales y trabajadores jóvenes. El MAPU es un partido donde, bajo una definición socialista y revolucionaria, conviven cristianos y marxistas (cité dans Teo Valenzuela, 105).

33Comme le souligne Esteban Teo Valenzuela, les fondateurs du MAPU proviennent de trois courants : des jeunes démocrates-chrétiens acquis au marxisme à l’instar de Rodrigo Ambrosio, Jaime Gazmuri et Enrique Correa ; des dirigeants de la DC aux fortes racines chrétiennes et qui défendent un socialisme communautaire, comme Jacques Chonchol et Julio Silva Solar ; des leaders de la réforme universitaire, surtout de l’Université Catholique, à l’image de Miguel Ángel Solar (Teo Valenzuela, 105).

34La jeunesse DC qui décide de rester dans le parti n’en reste pas moins marquée par le climat de mobilisation sociale de la fin des années 1960 et par la réforme universitaire. Ainsi, Héctor Casanueva, a fait des études de droit à l’Université Catholique :

  • 23 Entretien avec Héctor Casanueva, réalisé à Santiago du Chili, 19 juillet 2013.

Cuando nosotros entramos en la Universidad a esta época, en el año 68, y los posteriores, fue una época de gran debate intelectual y en la universidad católica se vivió muy fuertemente ese debate intelectual y el diálogo, toda esa discusión cristiano marxista por ejemplo, toda la influencia del euro-comunismo que venía de Europa y traspasado por el Vaticano Segundo, traspasado por los acontecimientos en Europa, también la primavera de Praga por ejemplo, la invasión de Checoslovaquia, y una cierta mirada desde nuestra perspectiva comunitaria con una cierta atracción al proceso yugoslavo por ejemplo, el tema de las empresas de trabajadores, en fin (…) Entonces, en la Universidad Católica, se vivió muy fuertemente esa tensión entre lo que era la Democracia Cristiana, un social cristianismo comprometido socialmente. Ahí se creó con don Fernando Catillo el DUOC, el Departamento Universitario Obrero Campesino, que no tiene nada que ver con lo que es hoy en día. Hoy en día, es una universidad formal. En ese tiempo, el DUOC fue un movimiento social que llegó a tener más de 30 000 personas trabajando en temas de educación popular con los propios estudiantes de la Universidad Católica a lo largo de todo Chile (…). Entonces, lo que era en ese momento el gremialismo ahí, era muy fuerte y estaba sobre todo muy encuitado y bajo la expresión intelectual y política de Jaime Guzmán. Entonces, ellos buscaron ser un tapón y un sustituto, por decirlo así, de la Democracia Cristiana, siempre lo han buscado, y siempre han querido que desalojen a la Democracia Cristiana.23

35Comme le souligne Héctor Casanueva, la DC est aussi concurrencée par des catholiques intransigeants, réactionnaires. Au cours des années 1960, les mutations qui se produisent dans le rôle social de l’Église et dans la pensée catholique avec le concile de Vatican II, bouleversent le monde catholique (Krebs, 625). En 1966, certains des fondateurs du Mouvement Gremial proviennent du groupe Fiducia, la branche chilienne de la Société Brésilienne de Défense de la Tradition, Famille et Propriété (TFP), qui entend combattre le socialisme et le communisme et défendre les valeurs traditionnelles en se fondant sur la philosophie thomiste et les encycliques (Boisard et Palieraki, 134). La réforme agraire démocrate-chrétienne a mis définitivement fin aux relations déjà tendues entre le PDC et Fiducia. C’est en réaction à l’occupation de l’Université Catholique du Chili, le 11 août 1967, que s’affirme le Mouvement Gremial, qui gagne en 1968 les élections de la Fédération des Étudiants.

36Si la fin des années 1960 est souvent considérée comme une bipolarisation de la vie politique chilienne, et de ce fait, une bipolarisation des catholiques, il s’agit plutôt d’une reconstitution plus radicale des « trois tiers » qui ont marqué la politique nationale. L’Église catholique est elle aussi concernée par cette ébullition, et ce d’autant plus qu’elle était à l’avant-garde des réformes au début de la décennie.

L’effervescence atteint les sphères ecclésiastiques

37Dans les années 1960, le socialisme gagne de plus en plus d’importance dans les champs politique, économique, culturel, mais aussi religieux. Se construit peu à peu un espace pour le dialogue entre chrétiens et marxistes : selon le théologien Enrique Dussel, “el socialismo es ya usado por los cristianos como formulación posible dentro de sus opciones políticas, económicas, humanísticas” (Dussel, 204). Intitulée “La Iglesia en la actual transformación de América Latina a la luz del Concilio”, la deuxième conférence générale de l’épiscopat latino-américain (26 août – 6 septembre 1968) ne doit pas seulement étudier l’application du concile de Vatican II en Amérique latine, mais aussi aborder la libération des chrétiens latino-américains (Subercaseaux Pérez, 153). Pour les évêques latino-américains réunis à Medellín, l’amour du Christ représente une grande force libératrice de l’oppression et inspiratrice de la justice sociale. Il faut donc une réforme politique pour assurer les droits et les libertés des citoyens ainsi que la participation du peuple en politique. Cela passe par la formation et la conscientisation des masses. Enfin, pour les autorités ecclésiastiques, le problème de la paix en Amérique latine s’explique par l’abus de pouvoir des classes dominantes (colonialisme interne), l’endettement des États, le capitalisme international et la violence institutionnalisée entre pays latino-américains. Avec Medellín, l’Église assume un engagement social pour promouvoir la transformation et le développement intégral des peuples en Amérique latine. Les évêques appelent tous les chrétiens à se réunir, à vivre la pauvreté : “América Latina intentará su liberación a costa de cualquier sacrificio, no para cerrarse sobre sí misma, sino para abrirse a la unión con el resto del mundo, dando y recibiendo en espíritu de solidaridad” (Cedial, 61).

38À partir de Vatican II et de la conférence de Medellín, le positionnement de certains évêques change : certains développent un esprit plus missionnaire, voire plus révolutionnaire à l’instar du prêtre colombien Camilo Torres ou encore du père nicaraguayen Ernesto Cardenal. C’est aussi l’époque de la Théologie naissante de la libération, expression qu’emploie pour la première fois le prêtre péruvien Gustavo Gutiérrez lors d’une conférence donnée à Chimbote. Ces prêtres s’engagent à combattre les structures politiques, économiques et sociales injustes et à lutter pour la libération du peuple latino-américain. Ils développent donc une double mission, en tant qu’hommes d’Église et en tant qu’hommes du monde. Cela entraîne une crise d’autorité au sein de l’Église car beaucoup de prêtres s’engagent dans une voie plus radicale avec une action plus temporelle délaissant la spiritualité qui prône une Église des pauvres. Pour ces prêtres, le socialisme est l’unique manière de vaincre le sous-développement. Le Saint-Siège n’approuve absolument pas cette théorie : pour Paul VI, l’Église “entró en una etapa de autodestrucción en donde la infiltración marxista y la actuación revolucionaria de algunos sacerdotes estaban produciendo un fermento cismático y de desunión al interior de la Institución (cité dans Subercaseaux Pérez, 13).

39Face à la politisation et au pluralisme politique de plus en plus important du clergé, la hiérarchie ecclésiastique chilienne tente de réagir à travers le Secrétariat national de l’épiscopat, chargé de coordonner trois domaines de travail : l’ecclésial (le culte, la catéchèse, les missions, l’œcuménisme), le personnel (veiller sur le clergé, les religieux, les laïcs, les vocations et le séminaire) et le promotionnel (la présence de l’Église dans l’éducation, le social et les moyens de communication). Malgré tout, la crise d’autorité continue. Pour le jésuite Gonzalo Arroyo, “no se puede esperar cien años para que la vía pacífica se muestre eficaz” (Arroyo, 79). Le « chrétien de gauche » doit choisir la révolution, laisser de côté des thèmes importants pour l’Église catholique comme le droit canonique, les formes liturgiques et l’unité de l’Église. Il doit seulement se préoccuper de lutter pour la liberté du peuple qui naît de son engagement. La révolution est un vrai ferment d’humanisation et de solidarité, mais elle doit être beaucoup plus radicale que la « Révolution dans la liberté » démocrate-chrétienne.

40Ces idées en germe, voire en essor, à la fin des années 1960 s’exposent au grand jour avec l’occupation de la cathédrale de Santiago, un an après l’occupation de l’Université catholique. Des prêtres préoccupés par la situation de misère en Amérique latine et au Chili commencent à agir. En juin 1968, l’Iglesia Joven se forme dans les quartiers populaires de Santiago, les poblaciones Joao Goulart, Malaquías Concha et Las Barrancas. Dans cette dernière, un groupe de laïques, de religieuses et de prêtres se réunit dans la paroisse San Luis Baltrán. À travers le document ¿Folklore o Cristianismo en Colombia ?, il dénonce le voyage de Paul VI en Colombie. Pour la première fois, un souverain pontife se trouve sur le sol latino-américain.

41Pour le cardinal Raúl Silva Henríquez, cette visite est un message de paix et d’espoir pour que l’Église applique le concile de Vatican II. Au contraire, le groupe de Las Barrancas exprime un fort ressentiment contre les secteurs sociaux favorisés :

¿Y a que viene el Papa ? ¿A bendecir la miseria y el dolor ? ¿A predicar la paciencia en la injusticia ? ¿A apoyar, a afianzar y a bendecir el capitalismo inhumano ? ¿O viene como otro Cristo a denunciar la injusticia bajo todas sus formas, a comprometerse con los pueblos que sufren, a gritarle a los ricos la Verdad del Evangelio ? Si esto hiciera y así lo esperamos, todos los cristianos de América Latina lo matarían como a otro Camilo Torres, o por lo menor lo harían callar o no lo recibirían en el país (Arrieta et Ramírez de Arellano, 429).

42Après avoir critiqué le voyage, la lettre remet très fortement en cause la structure traditionnelle de l’Église, qui est celle d’une Église dominante issue de la colonisation dans un continent de faim et de misère. Le groupe fait appel à une Église réellement chrétienne, ce qui touche particulièrement les ouvriers, les étudiants, les professionnels, les religieuses et les prêtres pour qui l’Église n’accomplit pas son vrai labeur. En juillet 1968, environ 150 personnes demandent la suspension des travaux de construction du temple votif de Maipú car elles considèrent que l’argent de la construction peut être distribué aux pauvres. La mobilisation de ces groupes de laïcs et de prêtres est devenue évidente.

43Le dimanche 11 août 1968, 9 prêtres, 3 religieuses et 200 laïcs occupent la cathédrale de Santiago, un fait inédit au Chili et en Amérique latine et minutieusement préparé. Seuls quelques prêtres connaissaient la date et l’heure du déroulement de l’opération « Teresita ». L’enjeu était de se faire entendre et d’obtenir un maximum d’appui, à partir du lieu de culte le plus important du pays. Le samedi 10 août après-midi, une partie du groupe reste secrètement dans la cathédrale après la messe. À 4 heures du matin, ils ouvrent les portes aux fidèles qui les soutiennent. Pendant 14 heures, ils restent à l’intérieur de la cathédrale, donnent une conférence de presse et réfléchissent collectivement. Les pères Diego Palma, Paulino García et Francisco Guzmán célèbrent une messe et prient pour le peuple du Biafra, les victimes de la guerre du Vietnam, la classe laborieuse exploitée en Amérique latine, ceux qui sont poursuivis pour raisons politiques au Brésil, ainsi que les morts pour la libération de l’Amérique latine. L’influence marxiste est très nette : au lieu d’utiliser l’autel principal de la cathédrale et de disposer parallèlement les chaises, on utilise une simple petite table et les chaises sont disposées tout autour. Dans l’après-midi, Ángel et Isabel Parra chantent Oratorio para el pueblo. Sur le pupitre où ils chantaient étaient accrochées, comme des images de saints, les portraits de Camilo Torres et du Che Guevara. À l’intérieur de la cathédrale, circule un document « Por una Iglesia servidora del Pueblo ». À l’extérieur, est accrochée une banderole « Por una Iglesia junto al pueblo y su lucha ». Le groupe ne manifeste pas contre le pape ou le cardinal et il ne cherche pas à diviser l’Église, mais il entend dénoncer « la estructura de poder, de dominio y de riqueza en la que se ejerce a menudo la acción de la Iglesia » (Cedial, 111). Les occupants sont sortis à 18 heures de la cathédrale, à l’heure qu’avait fixée le président Frei pour les déloger.

44Les membres d’Iglesia Joven sont de jeunes clercs qui ont, en majorité, une trentaine d’années et ont été ordonnés dans la seconde moitié des années 1950. Ainsi, Francisco Guzmán, curé de la paroisse La Barrancas, a été ordonné en 1956. Se trouvent aussi dans ce groupe des prêtres marxistes espagnols comme Paulino García (Las Barrancas), ou Antonio Pastigo (Medalla Milagrosa, Santiago). Du côté des laïcs, se détachent deux grandes figures, Miguel Ángel Solar, et Clotario Blest. À 68 ans, ce dernier a été président de l’Agrupación Nacional de Empleados Fiscales (ANEF) et président de la CUT. Il se joint au mouvement de l’Iglesia Joven pour lutter contre le capitalisme.

45La hiérarchie a vu avec terreur cet événement qu’elle rejette vivement :

Se ha profanado nuestra Iglesia Catedral, se ha profanado hermosas tradiciones de nuestra patria en materia religiosa (…). La Iglesia de Santiago no merecía este trato (…). Queremos que nuestros fieles sepan que condenamos con toda energía estos hechos y que los sacerdotes que han intervenido en ellos, se han separado de la comunión con su Obispo (cité dans Cedial, 124).

46Le cardinal Raúl Silva Henríquez incarne une ligne plus libérale à l’intérieur de l’Église catholique. Il est en accord avec la pensée de Vatican II et de Medellín. Il soutient donc les bonnes intentions des prêtres de l’Iglesia Joven, même s’il n’approuve pas leur forme d’expression. Mais il doit veiller au maintien de l’ordre et répondre au nonce apostolique et au secteur plus conservateur de la Conférence Épiscopale. Or, pour ce dernier, le cardinal a une réaction trop faible car il n’arrive pas à résoudre la situation de l’Église (Cavallo, 143).

47Au Chili, plutôt que de 1968, on peut parler de 1967 et de 1968, voire de 1966-1969. Dans les années 1960, les conflits sociaux et politiques naissent tout d’abord dans les milieux catholiques car l’Église a joué un rôle social dès les années 1940-1950. De plus, l’ascension fulgurante de la Démocratie chrétienne au début des années 1960 a permis la diffusion d’un idéal révolutionnaire. La culture politique démocrate-chrétienne a marqué la jeunesse de l’époque, quelle que soit son appartenance partisane. Les catholiques chiliens de la fin des années 1960 n’ont pas tous été attirés par le marxisme : certains ont conservé une attitude progressiste dans la ligne de Vatican II, d’autres, au contraire, se sont repliés sur des valeurs plus réactionnaires, par peur du communisme et des événements en Europe de l’Est (Printemps de Prague). Comme l’historiographie plus récente en France qui prend en compte un temps plus long (1962-1981), la situation chilienne montre qu’il faut également adopter ce parti pris. Au Chili, la période de la seconde moitié des années 1960 porte des germes d’espoirs (l’Unité Populaire), mais aussi de crispation conservatrice (coup d’État puis dictature) dont le souvenir est encore ambivalent à l’heure actuelle.

Haut de page

Bibliographie

Entretiens (Santiago du Chili) :

Alberto Sepúlveda Almarza, 11 juillet 2013.

Andrés Aylwin Azócar, 14 décembre 2006.

Père Renato Poblete Barth, le 2 janvier 2007.

Héctor Casanueva, 19 juillet 2013.

Jacques Chonchol Chait, 19 décembre 2005.

Andrés Zaldívar Larraín, 28 décembre 2006.

Sergio Molina Silva, 4 décembre 2006.

Raúl Allard Neumann, 22 juillet 2013.

Articles de presse :

ANÓNIMO. « Centros de instrucción obrera unen todas las clases sociales ». La Voz. Nº 65 (domingo, 13 de enero de 1957) : 11.

ANÓNIMO. « Cursos de Doctrina Social inició la Universidad Católica ». La Unión. N° 28 624 (7/01/1964): 3.

ANÓNIMO. « Editorial: Reformas revolucionarias en América Latina ». Mensaje. Nº 123 (octubre de 1963) : 481-484.

ANÓNIMO. « Editorial: revolución en América Latina ». Mensaje. Nº 115 (diciembre de 1962) : 589-592.

ANÓNIMO. « El Día de la Armada de los Estados Unidos fue celebrado ». La Unión. N° 22 721 (29/10/1947): 9.

ANÓNIMO. « El Partido Conservador ha tenido siempre una línea democrática y cristiana ». La Unión. N°26 273 (31/07/1957): 3.

ANÓNIMO. « « Mi casa » : una solución efectiva pero no absoluta ». La Voz. Nº 65 (domingo, 13 de enero de 1957) : 2.

ANÓNIMO. « Nada hay que temer de la Doctrina Social Cristiana, todo hay que esperarlo de ella ». La Unión. N° 23 046 (18/09/1948): 23.

ANÓNIMO. « Solución al problema de vivienda de nuestro país ». La Voz. Nº 74 (domingo 14 de julio de 1957) : 9.

ARÍAS BUSTAMENTE, Lino. « El triunfo de los pobres en Chile ». Política y Espíritu. N° 286 (septiembre-octubre 1964): 30.

ARRIETA, José María y Julio RAMÍREZ DE ARELLANO. « Toma de la Catedral : angustioso llamado a los Cristianos ». Mensaje XVII 172 (septiembre de 1968) : 429.

ARROYO, Gonzalo. « Rebeldía cristiana y compromiso cristiano ». Mensaje XVII 166-167 (marzo-abril de 1968) : 79.

CONGRESO LATINO-AMERICANO DE LA ODCA. « Resoluciones ». Política y Espíritu. N° 284 (enero-marzo 1964): 60.

EMILIA. « De una pieza les hacen « casas » a familias de la población « Maipo » ». La Voz. Nº 69 (domingo 31 de marzo de 1957) : 2.

FREI MONTALVA, Eduardo. « Mi programme de gobierno ». Política y Espíritu 285 (junio-agosto de 1964) : 13.

HENRY, « La Universidad Nocturna es indispensable para el desarrollo de nuestro país », La Voz. Nº 67 (domingo, 3 de marzo de 1957) : 6.

MUSALEM, José. « Revolución en Libertad. Procedimientos y Metas ». Política y Espíritu. Nº 283 (octubre-diciembre de 1963): 60.

NIEDERGANG, Marcel. « Chili : un printemps socialiste. I- Le campement « Salvador Allende » ». Le Monde 8 016 (22/10/1970) : 1, 8.

PAULO VI. « La encíclica « Ecclesiam suam » de SS. Paulo VI. Reformas no pueden referirse a las estructuras fundamentales ». La Unión. N° 28 844 (15/08/1964): 6-8.

VALDÉS SUBERCASEAUX, Gabriel. « Conducta de los países industrializados respecto de los países en vía de desarrollo ». Política y Espíritu. N° 284 (enero-marzo 1964): 10-13.

VEKEMANS, Roger S.J. « La reforma social, o la reforma de las reformas ». Mensaje. Nº 123 (octubre de 1963) : 505.

Livres et articles:

ALLARD NEUMANN, Raúl. Ambientes múltiples. Testimonios de cinco décadas en el desarrollo de Valparaíso, Chile y América Latina. [s. l. s. n.]. Versión julio de 2013. Extraits de manuscrit remis lors de l’entretien réalisé à Santiago du Chili le 22/07/2013. Livre publié à Santiago de Chile par RIL Editores en 2014.

AYLWIN, Mariana, Carlos BASCUÑÁN, Sofia CORREA, Cristián GAZMURI, Sol SERRANO, y Matías TAGLE. Chile en el siglo XX. Santiago de Chile : Planeta, 2005.

BOISARD, Stéphane et Eugenia PALIERAKI. « ¿Una juventud revolucionaria? Miristas y gremialistas en la era de la “Revolución en Libertad” chilena ». In : Marianne GONZÁLEZ ALEMÁN y Eugenia PALIERAKI (comps.). Revoluciones imaginadas. Itinerarios de la idea revolucionarias en América Latina contemporánea. Santiago de Chile : RIL Editores, 2013 : 123-151.

BRUNNER, José Joaquín. « Universidad, cultura y clases sociales en Chile : la formación de las elites ». Documento presentado al Seminario sobre “Universidad y Desarrollo en América Latina”, organizado por CRESALC, en Caracas, los días 1º al 5 de diciembre de 1980.

CAVALLO, Ascanio (ed.). Memorias Cardenal Raúl Silva Henríquez. Tomo II. Santiago de Chile : Ediciones Copygraph, 1991.

CEDIAL. Los Cristianos y la Revolución. Un debate abierto en América Latina. Santiago de Chile : Editorial Nacional Quimantú, 1972.

COMPAGNON, Olivier. Jacques Maritain et l’Amérique du Sud. Le modèle malgré lui. Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 2003.

COMPAGNON, Olivier. « Le 68 des catholiques latino-américains dans une perspective transatlantique ». Séminaire ‘Les Deux Rives Latines de Mai 68’. 2 juin 2008. Disponible en ligne : <http://nuevomundo.revues.org/47243 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.47243>.

CORREA, Sofía, Consuelo FIGUEROA, Alfredo JOCELYN-HOLT, Claudio ROLLE, y Manuel VICUÑA. Historia del siglo XX chileno. Santiago de Chile: Editorial Sudamericana, 2001.

DESCAMPS, Florence. L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation. Paris : Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001.

DUSSEL, Enrique. Historia de la Iglesia en América Latina. Barcelona : Editorial Nova Terra, segunda edición, 1972.

GARATE CHATEAU, Manuel. « La Michita (1964-1983) : de la reforma universitaria a una vida en comunidad ». Historizar el pasado vivo en América Latina. Agosto de 2005. Disponible en ligne : <http://www.historizarelpasadovivo.cl/es_resultado_textos.php?categoria=Chile%3A+los+caminos+de+la+historia+y+la+memoria&titulo=La+Michita+%281964-1983%29%3A+de+la+reforma+universitaria+a+una+vida+en+comunidad#17>.

GAZMURI, Cristián. Eduardo Frei Montalva y su época. Tomo II. Santiago de Chile : Aguilar, 2000.

GRAYSON, George W. El Partido Demócrata Cristiano chileno. Buenos Aires/Santiago de Chile : Editorial Francisco de Aguirre, 1968.

HUERTA M., Maria Antonieta. Otro agro para Chile, La historia de la reforma agraria en el proceso social y político. Santiago de Chile : CISEC-CESOC, 1989.

HUNEEUS, Carlos. La reforma universitaria. Veinte años después. Santiago de Chile : CPU, 1988.

KREBS, Ricardo. Historia de la Pontifica Universidad Católica de Chile : 1888-1988. Vol. 2. Santiago de Chile : Ediciones Universidad Católica de Chile, 1994.

MAYEUR, Jean-Marie. « Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocratie chrétienne ». Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 27e année, nº2 (1972) : 483-499.

MOULIAN, Luis y Gloria GUERRA. Eduardo Frei M. (1911-1982) : biografía de un estadista utópico. Santiago de Chile : Editorial Sudamericana, 2000.

NAVARRETE YÁÑEZ, Bernardo. Las tendencias electorales de los partidos de centro. El caso de la Democracia Cristiana chilena 1941-2001. Santiago de Chile : Fundación Konrad Adenauer/CEGADES. [s.d.].

OLAVARRÍA BRAVO, Arturo. Chile bajo la Democracia Cristiana, Tomo II 3er-4º Año. Santiago de Chile : Editorial Nascimiento, 1969.

PELLETIER, Denis et Jean-Louis SCHLEGEL. À la gauche du Christ : les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours. Paris : Seuil, 2012.

PÉREZ, Cristián. « « Si quieren guerra, guerra tendrán… » ». Estudios Públicos 91 (2003) : 12.

PURYEAR, Jeffrey M. Thinking Politics. Intellectuals and Democracy in Chile, 1973-1988. Baltimore: The John Hopkins University Press, 1994.

RÉMOND, René. « Droite et gauche dans le catholicisme français contemporain ». Revue française de science politique, 8e année, nº 3 (1958) : 529-544.

ROSENBLITT B., Jaime. « La reforma universitaria, 1967-1973 ». Disponible en ligne : <http://www.memoriachilena.cl/602/w3-article-71880.html>.

SUBERCASEAUX PÉREZ, Josefina. Iglesia Joven y Cristianos por el Socialismo en Chile 1968-1973. Tesis para optar al grado de Licenciado en Historia. Santiago de Chile : Pontificia Universidad Católica de Chile, 2003.

TEO VALENZUELA, Esteban. Dios, Marx… y el MAPU. Santiago de Chile : LOM Ediciones, 2014.

YOCELEVZKY, Ricardo. La Democracia cristiana y el gobierno de Eduardo Frei (1964-1970). México: Universidad Autónoma Metropolitana, 1987.

ZANCARINI-FOURNELLE, Michelle. « Récit. Le champ des possibles ». In : Philippe ARTIÈRES et Michelle ZANCARINI-FOURNELLE (dir.). 68. Une histoire collective [1962-1981]. Paris : La Découverte, 2008.

Haut de page

Notes

1 La tendance « rebelle » est favorable à des changements rapides et à une entente avec la gauche.

2 Entretien avec Jacques Chonchol Chait, réalisé à Santiago du Chili, 19 décembre 2005.

3 Voir Denis Pelletier et Jean-Louis Schlegel, À la gauche du Christ : les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours, Paris, Seuil, 2012.

4 Anónimo, « El Partido Conservador ha tenido siempre una línea democrática y cristiana », La Unión, n° 26 273, 31/07/1957, 3.

5 Anónimo, « El Día de la Armada de los Estados Unidos fue celebrado », La Unión, n° 22 721, 29/10/1947, 9.

6 La controverse apparaît en septembre 1947 lorsqu’un groupe de jeunes au sein de l’Action catholique publie un Manifeste de la Jeunesse catholique du Chili dans un climat agité par la Guerre Froide. Le document déplore que la majorité des catholiques chiliens se concentrent plus sur l’anticommunisme que sur les problèmes sociaux. Un échange intense de lettres suit entre les phalangistes et Mgr. Augusto Salinas Fuenzalida, évêque auxiliaire de Santiago de Chile et conseiller de l’Action catholique. Ce dernier accuse les phalangistes d’être des « ennemis du Christ » lors d’une intervention dans le quotidien conservateur El Diario Ilustrado. La polémique a failli entraîner la dissolution de la Phalange. Toutefois, elle s’est apaisée fin novembre 1947 grâce à l’intervention de l’évêque de Talca, Mgr. Manuel Larraín. Celui-ci a permis de faire le lien entre la Phalange et la hiérarchie catholique. L’évêque de Santiago de Chile, Mgr. Caro Rodríguez, appelle en décembre 1947 la Phalange à dépasser les antagonismes et à faire front commun pour défendre l’Église catholique (George W. Grayson, El Partido Demócrata Cristiano chileno, Buenos Aires/Santiago de Chile : Editorial Francisco de Aguirre, 1968, 257-264).

7 Entretien avec le père Renato Poblete Barth, réalisé à Santiago du Chili, 2 janvier 2007.

8 Entretien avec Alberto Sepúlveda Almarza, réalisé à Santiago du Chili, 11 juillet 2013.

9 Anónimo, « Nada hay que temer de la Doctrina Social Cristiana, todo hay que esperarlo de ella », La Unión, n° 23 046, 18/09/1948, 23 ; Anónimo, « Cursos de Doctrina Social inició la Universidad Católica », La Unión, n° 28 624, 7/01/1964, 3.

10 Dans leur discours, les démocrates-chrétiens se réfèrent souvent au pape Jean XXIII. Voir les articles de Gabriel Valdés Subercaseaux, « Conducta de los países industrializados respecto de los países en vía de desarrollo », Política y Espíritu, n° 284, enero-marzo 1964, 10-13 ; Congreso Latino-Americano de la ODCA. « Resoluciones », Política y Espíritu, n° 284, enero-marzo 1964, 60 ; Lino Arías Bustamente, « El triunfo de los pobres en Chile », Política y Espíritu, n° 286, septiembre-octubre 1964, 30.

11 Voir Paul VI, « La encíclica « Ecclesiam suam » de SS. Paulo VI. Reformas no pueden referirse a las estructuras fundamentales », La Unión, n° 28 844, 15/08/1964, 6-8.

12 Anónimo, « « Mi casa » : una solución efectiva pero no absoluta », La Voz, nº 65, domingo, 13 de enero de 1957, 2 ; Anónimo, « Centros de instrucción obrera unen todas las clases sociales », La Voz, nº 65, domingo, 13 de enero de 1957, 11 ; Henry, « La Universidad Nocturna es indispensable para el desarrollo de nuestro país », La Voz, nº 67, domingo, 3 de marzo de 1957, 6 ; Emilia, « De una pieza les hacen « casas » a familias de la población « Maipo » », La Voz, nº 69, domingo 31 de marzo de 1957, 2 ; Anónimo, « Solución al problema de vivienda de nuestro país », La Voz, nº 74, domingo 14 de julio de 1957, 9.

13 Anónimo, « Editorial : revolución en América Latina », Mensaje, nº 115, diciembre de 1962, 589-592; Anónimo, « Editorial : Reformas revolucionarias en América Latina », Mensaje, nº 123, octubre de 1963, 481-484.

14 Anónimo, « Editorial : Reformas revolucionarias en América Latina », Mensaje, nº 123, octubre de 1963, 481-484.

15 Voir Bernardo Navarrete Yáñez, Las tendencias electorales de los partidos de centro. El caso de la Democracia Cristiana chilena 1941-2001, Santiago de Chile, Fundación Konrad Adenauer/CEGADES, s.d., 71-76.

16 Entretien avec Andrés Aylwin Azócar, Santiago du Chili, 14 décembre 2006.

17 Entretien avec Sergio Molina Silva, Santiago du Chili, 4 décembre 2006.

18 Traduction de l’auteur.

19 Mensaje, nº 115, 255, cité dans Manuel GARATE CHATEAU, « La Michita (1964-1983) : de la reforma universitaria a una vida en comunidad », Historizar el pasado vivo en América Latina, agosto de 2005. Disponible en ligne : <http://www.historizarelpasadovivo.cl/es_resultado_textos.php?categoria=Chile%3A+los+caminos+de+la+historia+y+la+memoria&titulo=La+Michita+%281964-1983%29%3A+de+la+reforma+universitaria+a+una+vida+en+comunidad#17>. Traduction de l’auteur.

20 René Rémond et Jean-Marie Mayeur ont montré qu’il est impropre pour les catholiques de parler de droite, de gauche ou de centre. Nous conservons ces termes par souci de clarté dans notre propos. Voir Jean-Marie Mayeur, « Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocratie chrétienne », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 27e année, nº2 (1972), 483-499 ; René Rémond, « Droite et gauche dans le catholicisme français contemporain », Revue française de science politique, 8e année, nº 3 (1958), 529-544.

21 Entretien avec Andrés Zaldívar Larraín, Santiago du Chili, 28 décembre 2006.

22 Entretien avec Jacques Chonchol, Santiago du Chili, 19 décembre 2005.

23 Entretien avec Héctor Casanueva, réalisé à Santiago du Chili, 19 juillet 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Giraudier, « A la gauche du Christ? Le 68 des catholiques chiliens », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 217 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 19 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/orda/1580 ; DOI : 10.4000/orda.1580

Haut de page

Auteur

Elodie Giraudier

Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (IHEAL)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals